Humboldt dans tous ses Etats. Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989, entre dynamiques endogènes et transferts internationaux

Date : 10/05/2012

Lieu : EHESS, Paris

Organisateur : Dorota Dakowska

Programme : L’académie en chantier. Transformations des universités centre-est-européennes depuis 1989

 

La journée d’études intitulée « Humboldt dans tous ses Etats. Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989, entre dynamiques endogènes et transferts internationaux » visait à interroger, de manière comparée, les transformations des systèmes de l’enseignement supérieur à partir de plusieurs terrains centre-est européens. Le choix de ces terrains permet d’interroger les réformes de l’enseignement supérieur dans le double contexte des transformations post-communistes (et donc, des transformations plus générales de l’Etat) et de la reconfiguration géopolitique que connaît cette région après 1989 avec, notamment, le processus d’adhésion à l’Union européenne. En cherchant à articuler les différentes échelles d’analyse (macro, meso, micro), les communications présentées lors de la journée ambitionnent de mettre en évidence des phénomènes de latence, mais aussi des évolutions entamées dès le début des années 1990, qui ne se résument pas nécessairement aux convergences constatées dans le cadre du Processus de Bologne, mais peuvent au contraire attester de divergences ou de spécificités nationales. Les communications de la première session rendent compte des logiques et des dynamiques du changement ainsi que de la recomposition du rapport public/privé. Les communications de la seconde session focalisent l’analyse sur des disciplines et institutions de recherche qui donnent à voir la formation de nouveaux rapports au savoir. Toutes accordent une attention particulière aux acteurs (universitaires, experts, …) de ces transformations des espaces académiques et s’attachent à soulever de nouvelles questions de recherche. La journée s’est terminée par une table ronde avec des experts internationaux de l’enseignement supérieur (Nina Kancewicz Hoffman et Lazar Vlasceanu), témoins et acteurs privilégiés des transformations évoquées.

Première session. Les réformes de l’enseignement supérieur dans le contexte des transformations systémiques : la recomposition du rapport public/privé

Carole Sigman évoque « le brouillage des frontières public-privé dans l’enseignement supérieur russe depuis la chute de l’URSS », mettant en évidence deux configurations différentes. Dans un premier temps, les années 1990 sont caractérisées par un phénomène d’hybridation public/privé, dans un contexte de reconstruction de la sphère publique marquée par le désengagement de l’Etat. L’hybridation permet ainsi aux établissements publics de lever des fonds supplémentaires (« extra-budgétaires »). Ces fonds proviennent notamment des frais d’inscription acquittés par la population étudiante, qui croît de manière importante depuis le milieu des années 1990. On observe ainsi la croissance d’institutions d’enseignement supérieur (ES) non-étatiques tandis que le nombre d’institutions étatiques stagne. Dans un second temps, l’accession au pouvoir de Vladimir Poutine s’accompagne d’une volonté du pouvoir central de reprendre la main sur le secteur public de l’ES et d’une augmentation significative de son budget. L’adoption du New Public Management vise à combiner intervention de l’Etat et désengagement de l’Etat. On assiste ainsi davantage à une tentative de domestication de l’hybridation plutôt qu’à sa remise en question.

Daniel Hechler s’intéresse aux transformations de l’ES en ex-RDA au cours de la période 1989-1995 ainsi qu’à la mémoire de la gouvernance communiste des universités. Contrairement à la plupart des autres pays post-communistes, la distinction public/privé n’est pas pertinente en Allemagne, où le secteur privé de l’ES ne concerne qu’une part résiduelle des étudiants. Cette distinction n’est d’ailleurs pas apparue au cours du processus de transformation post-communiste. Deux récits de ce processus (celui des gagnants et celui des perdants) s’opposent, la principale controverse portant sur la dimension personnelle des transformations. Ces dernières se sont accompagnées d’une importante dimension de lustration, les instituts considérés comme les plus compromis idéologiquement (philosophie, histoire, sociologie) étant purement et simplement liquidés. Le processus a également entraîné une réduction de 60% du nombre d’universitaires en ex-RDA. La principale singularité de la transformation est-allemande réside dans la nature même du changement, qui consiste principalement en un transfert des institutions et une adaptation des structures de la RFA vers l’ex-RDA.

Julita Jablecka présente les principales transformations institutionnelles de l’ES polonais de 1990 à 2011, en s’intéressant tout particulièrement à l’adoption de différentes législations au cours de cette période. Si le changement est radical dès 1990, avec la désidéologisation et l’autonomisation des structures, la suite se présente sous la forme d’ajustements ponctuels. L’ES polonais est particulièrement marqué par la croissance exponentielle du nombre d’établissements, principalement due à la création d’un secteur privé devenu aujourd’hui l’un des plus importants du monde. L’apparition d’un secteur d’ES privé s’accompagne de la généralisation du pluri-emploi chez les universitaires, qui cumulent ainsi plusieurs salaires, dans un contexte de sous-financement chronique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

La présentation de Svetlana Dimitrova s’intéresse aux transformations de l’ES en Bulgarie, où la « réforme » de l’ES, quoique régulièrement invoquée dans les discours politiques et médiatiques, semble surtout caractérisée par ses ajournements successifs aux cours des vingt dernières années. Au cours des années 1990, le pays connaît une massification de l’enseignement supérieur et une hausse du nombre d’étudiants, qui s’accompagne d’une croissance du nombre d’établissements d’ES. En raison de l’évolution de la démographie, la population étudiante a cependant tendance à fortement diminuer au cours des dernières années. Ces transformations s’accompagnent de changements dans la condition matérielle des universitaires ainsi que dans le travail académique, dans une logique de concurrence internationalisée. En sciences humaines et sociales tout particulièrement, la recherche est très fragmentée du fait de la taille du pays, qui favorise le développement de petites structures telles que les fondations ou les think tanks.

Zarko Dragsic se penche sur la croissance du secteur privé d’ES en Croatie et en Macédoine. Ces deux pays, bien qu’issus du même ensemble (l’ex-Yougoslavie) ont connu un développement différencié de l’ES privé. Cette présentation cherche à établir une typologie des institutions d’ES privé et interroge les critères qui permettent de les caractériser comme telles.

Deuxième session. Saisir le changement : disciplines, professions, nouveaux lieux de production de savoirs

La communication d’Irmina Matonyte analyse l’émergence d’une science politique (discipline qui n’existait pas en tant que telle à l’époque soviétique) en Lituanie au début des années 1990 et le rôle joué par les acteurs extérieurs dans ce processus. La période 1990-1996 constitue la phase embryonnaire du développement de la science politique lituanienne, qui se forme en opposition à l’héritage scientifique soviétique et réinvente une tradition qui remonte à l’entre-deux guerres. La désétatisation et la désidéologisation de la science politique doit beaucoup à l’intervention d’acteurs extérieurs, qu’il s’agisse de chercheurs lituaniens de retour d’émigration ou bien de soviétologues et transitologues occidentaux.

Valentin Behr s’intéresse à l’évolution du métier d’historien en Pologne, entre les transformations de l’espace académique et les recompositions du jeu politique. L’analyse, centrée sur les spécialistes d’histoire contemporaine, étudie dans un premier temps l’évolution des carrières, marquées par l’apparition de nouveaux débouchés tels que les établissements d’ES privés ou encore une institution mémorielle telle que l’Institut de la mémoire nationale (IPN). L’évolution des carrières est différenciée selon les générations, les universitaires les plus avancés dans la carrière académique étant proportionnellement plus nombreux à connaître des situations de pluri-emploi entre secteur public et secteur privé, tandis que les plus jeunes (doctorants et docteurs) sont surreprésentés à l’IPN. Dans un second temps, la communication analyse les effets du travail à l’IPN sur l’écriture du récit historique et la contrainte que fait peser la structure institutionnelle sur les chercheurs.

Pierre-Louis Six étudie l’Institut d’Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO) du point de vue de la recomposition de ses rapports à l’Etat et de l’internationalisation. Le MGIMO, en tant qu’ « école du pouvoir », occupe une place privilégiée dans la formation de l’élite soviétique. L’évolution du champ universitaire russe au cours des années charnières de la Perestroïka et dans les années qui suivent le démantèlement de l’URSS est analysée à partir d’un approche qualitative centrée sur les professeurs du MGIMO, qui met en évidence les bouleversements dans la disposition des capitaux structurant cet espace social singulier, mais aussi des interprétations divergentes quant au sens à donner à ces transformations.

La présentation de Laure Neumayer revient sur l’invention des études européennes en tant que discipline académique en République tchèque, à partir d’une approche micro-sociologique centrée sur l’analyse des carrières et des ressources des acteurs du champ académique. Si des acteurs internationaux, et notamment la Commission européenne, ont favorisé ce processus, l’impact de l’adhésion à l’UE sur le champ académique tchèque reste limité en raison de l’héritage du passé. L’invention des études européennes (et la réémergence des sciences sociales tchèques) est le fruit du travail de trois générations successives, assez hétérogènes en termes de carrières, de spécialisation et de capital politique. La succession de ces trois générations au cours des années 1990 et 2000 témoigne d’une redéfinition des capitaux légitimes au sein du champ académique.

Enfin, Nina Kancewicz-Hoffman et Lazar Vlasceanu proposent un regard à la fois plus général et plus personnel sur les transformations de l’enseignement supérieur en Europe centrale en partant de leur propre expérience en tant que responsables et conseillers impliqués dans ce processus. Ils abordent les différentes phases des réformes et la question des transferts transnationaux avec, notamment, le rôle joué par les programmes européens.