Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

Paris, 23-24-25 novembre 2015

La journée d’études prolonge le Programme de formation-recherche

« Les artistes et leurs galeries. Réception croisée. Paris-Berlin. 1900-1950 » qui s’est déroulé en 2013-2014-2015.

Continuer la lecture de Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

Politiques économiques et vie des entreprises pendant la Première Guerre mondiale – Wirtschaftsgeschichte des Ersten Weltkriegs. Ökonomische Ordnung und Handeln der Unternehmen

Date :  12–13/02/2015

Lieu : Roubaix

Organisateur : Marcel Boldorf

Titre du programme : Politiques économiques et vie des entreprises pendant la Première Guerre mondiale

Continuer la lecture de Politiques économiques et vie des entreprises pendant la Première Guerre mondiale – Wirtschaftsgeschichte des Ersten Weltkriegs. Ökonomische Ordnung und Handeln der Unternehmen

Wirtschaftsgeschichte des Ersten Weltkriegs. Ökonomische Ordnung und Handeln der Unternehmen, Teil 2: Arbeitskräfte zwischen militärischer und wirtschaftlicher Mobilisierung

Programm : Politiques économiques et vie des entreprises pendant la Première Guerre mondiale

Veranstaltungsort:      Bochum, Institut für soziale Bewegungen

Veranstalter:                  Lehrstuhl Wirtschafts- und Unternehmensgeschichte, Ruhr-Universität Bochum; Langues et cultures européennes (LCE), université Lumière Lyon 2; Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS, UMR 8529), université Lille 3; Centre Roland Mousnier (UMR 8596), université Paris Sorbonne (Paris IV); Laboratoire Triangle. Action, discours, pensée politique et économique (UMR 5206); Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT), université de Haute-Alsace

Finanzierung:                 CIERA, Fritz-Thyssen-Stiftung

Datum:                             05.11.2015 – 06.11.2015

Von:                                   Eva-Maria Roelevink, Lehrstuhl für Wirtschafs- und Unternehmensgeschichte, Ruhr-Universität Bochum

Continuer la lecture de Wirtschaftsgeschichte des Ersten Weltkriegs. Ökonomische Ordnung und Handeln der Unternehmen, Teil 2: Arbeitskräfte zwischen militärischer und wirtschaftlicher Mobilisierung

La dénationalisation de l’enseignement du droit : comparaison des expériences

Date :  13/11/2015

Lieu : Bordeaux

Organisateur : Responsable : Marie-Claire Ponthoreau (CERCCLE, Université de Bordeaux)

Co-organisateurs : Hugo Flavier (CRDEI, Université de Bordeaux), Amane Gogorza (ISCJ, Université de Bordeaux)

Titre du programme : Inventivité juridique et monde global. Les frontières du droit (constitutionnel)

Continuer la lecture de La dénationalisation de l’enseignement du droit : comparaison des expériences

La transition énergétique en France et en Allemagne : défis et transformations du marché de l’électricité

 Date :  24/09/2015

Lieu : Berlin

Organisateur : René Lasserre

Titre du programme : Transitions énergétiques en Allemagne et en France dans le contexte de la définition d’une politique européenne de l’énergie

Continuer la lecture de La transition énergétique en France et en Allemagne : défis et transformations du marché de l’électricité

Le recueil de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales alsaciennes (HymnAlsace)

Date : 24-25/06/2015

Lieu : Strasbourg, Université de Strasbourg, Faculté de Théologie protestante

Organisateurs : Beat Föllmi

Titre du programme : Le recueil de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales alsaciennes

Continuer la lecture de Le recueil de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales alsaciennes (HymnAlsace)

Les politiques énergétiques française et allemande des années 1970 à la transition énergétique

Date : 13/04/2015

Lieu : Paris

Organisateurs : Solène Hazouard, René Lasserre, Claire Demesmay

Titre du programme : Transitions énergétiques en Allemagne et en France dans le contexte de la définition d’une politique européenne de l’énergie

Continuer la lecture de Les politiques énergétiques française et allemande des années 1970 à la transition énergétique

Krieg für die Kultur ? Une guerre pour la civilisation ? : la légitimation culturelle de la guerre en France et en Allemagne (1914-1918)

Date : 09-11/10/2014

Lieu :  Paris

Organisateur :  Olivier Agard

ProgrammeKulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

Continuer la lecture de Krieg für die Kultur ? Une guerre pour la civilisation ? : la légitimation culturelle de la guerre en France et en Allemagne (1914-1918)

Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Le programme de formation-recherche “Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale” avec Marc Bergère et Marie-Bénédicte Vincent a été l’invité d’Emmanuel Laurentin pour l’émission “La Fabrique de l’Histoire” sur France Culture.

 

Les amnisties relatives à l’épuration

11.03.2015 avec

Marie-Bénédicte Vincent, maître de conférences à l’Ecole normale supérieure, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne au XXe siècle.

Stéphane Gacon, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, membre du Centre Georges Chevrier (UMR CNRS-uB 7366), spécialiste de l’amnistie en France.

 

Pour une histoire européenne de l’épuration

12.03.2015 avec

Marc Bergère, maître de Conférences – Université Rennes 2, spécialiste de l’Epuration en France

Jonas Campion, Chargé de recherches au Centre d’histoire du droit et de la justice, Université Catholique de Louvain (UCL)  – DUPLEX Namur

Emmanuel Droit,  directeur adjoint du Centre Marc Bloch – DUPLEX Berlin

 

New Approaches To The Second World War And Its Aftermath In Southeastern Europe (1939-1949)

Date : 05-06/02/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Xavier Bougarel

ProgrammeNouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

par Xavier Bougarel

L’atelier organisé les 5 et 6 février 2015 à Paris constituait la première des trois manifestations prévues dans le cadre du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». Alors que cet atelier réunissait surtout des chercheurs confirmés, le prochain atelier prévu en octobre 2015 à Berlin sera centré sur les recherches des doctorants participant au projet, et la conférence finale prévue en mars 2016 à Athènes présentera à un public plus large les papiers des doctorants et des chercheurs confirmés.

Un bilan de l’historiographie existante

Le premier objectif de l’atelier parisien était de dresser un bilan de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. Les participants se sont accordés pour dire que, en ex-Yougoslavie, en Grèce, en Bulgarie et en Albanie, la Seconde Guerre mondiale est le plus souvent traitée « par le haut », dans une perspective d’histoire politique et militaire. De même, l’histoire de la guerre est généralement abordée dans un cadre strictement national, laissant peu de place aux dynamiques locales ou transnationales.

Il est possible de dégager plusieurs périodes dans l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. En Yougoslavie, en Bulgarie et en Albanie, un récit communiste de la guerre encensant les partisans et diabolisant les collaborateurs réels ou supposés a dominé de 1945 à la fin des années 1980. Mais les aléas des relations entre pays communistes expliquent aussi les polémiques récurrentes qui ont opposé à cette époque historiens yougoslaves, bulgares et albanais. A partir de la fin des années 1980, l’historiographie communiste a été remplacée par une historiographie révisionniste « de droite » tendant à réhabiliter les mouvements collaborationnistes, et restant prisonnière des cadres nationaux et des approches politico-militaires. La Grèce occupe dans ce contexte une place particulière, car de 1945 à 1974, le récit dominant y était clairement anti-communiste, avant que la fin de la dictature n’entraîne un fort révisionnisme « de gauche » réhabilitant la résistance communiste. Enfin, les années 1990 et 2000 ont été dominées par les polémiques au sujet des historiens « post-révisionnistes » s’appuyant sur des études locales pour réinterpréter les dynamiques de la violence dans la Grèce des années 1940.

Depuis la fin des années 1980, d’autres transformations sont en cours en Europe du Sud-Est. Ainsi, il faut noter le rôle important que jouent certains acteurs non-académiques dans la réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tels que la Friedrich Naumann Stiftung qui a soutenu le dialogue entre historiens serbes et croates dans les années 1990-2000. Les acteurs non-académiques ont également contribué à renforcer l’intérêt pour l’Holocauste, un sujet de recherche négligé jusqu’aux années 1990, et qui reste encore aujourd’hui l’objet de multiples dénis ou tentatives d’instrumentalisation. Plus largement, alors que la brutalité de l’occupation allemande en Europe du Sud-Est a été révélée lors des débats historiographiques allemands des années 1990 (la Wehrmachtsausstellung en particulier), l’occupation italienne reste largement occultée en Italie et intéresse peu les historiens italiens, malgré les travaux pionniers de certains d’entre eux. En Grèce, les débats historiographiques locaux sont connectés à ceux menés à l’échelle européenne et internationale, mais pas aux débats en cours dans les pays voisins. En ex-Yougoslavie et en Albanie, par contre, ils restent le plus souvent prisonniers d’horizons nationaux et de querelles nationalistes.

Des cadres spatiaux et temporels renouvelés

Le deuxième objectif de l’atelier parisien était de dégager des cadres intellectuels communs et de nouvelles pistes de recherche. Pour ce faire, il faut d’abord rappeler les limites spatiales et temporelles du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». D’une part, celui-ci ne couvre que la Yougoslavie, la Grèce et l’Albanie, car ces pays ont en commun d’avoir été sous occupation allemande, italienne et, plus marginalement, bulgare et hongroise. Ils ont tous connu d’importants mouvements de résistance armée et une « guerre dans la guerre » opposant la résistance communiste à des mouvements de résistance non-communistes glissant peu à peu vers la collaboration. D’autre part, la période couverte va de 1939 à 1949, permettant de prendre en compte des sorties de guerre marquées elles aussi par un niveau élevé de violence (guerre civile en Grèce, répression politique en Yougoslavie et en Albanie). Il convient par ailleurs de tenir compte du passé des sociétés locales, et en particulier des transformations de l’entre-deux-guerres (déplacements de population, réformes agraires, violence politique, nationalisation des sociétés, etc.), sans lesquelles les logiques locales de la Seconde Guerre mondiale ne peuvent être comprises.

Les participants à l’atelier parisien s’accordent pour dire qu’il faut sortir du cadre national privilégié jusqu’ici pour insister sur les modes complexes d’articulation entre échelles locale, nationale et transnationale. Le besoin de monographies locales ou régionales se fait tout particulièrement sentir. De plus, seule la prise en compte des différentes échelles permet d’expliquer les fortes différences régionales existant au sein de chacun des Etats considérés et de comprendre certaines dynamiques spatiales propres à la période de guerre : transformation des rapports ville-campagne, apparition d’« espaces de violence » (Gewalträume) ou au contraire persistance d’« espaces de cohésion sociale » (Sozialräume), etc. De la même manière, il convient de s’interroger sur les temporalités multiples de la guerre, de l’évolution générale du conflit mondial à la perception du temps par les élites et les populations locales, prises entre survie au jour le jour et horizons messianiques. Cette redéfinition des cadres spatiaux et temporels sert de toile de fond aux trois axes de recherche dégagés dès le lancement du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est », et rediscutés au cours de l’atelier parisien.

Axe 1 : Formes et logiques de la violence

Concernant la violence, il importe d’en saisir toutes les formes, des contrôles quotidiens aux massacres de masse, en passant par différentes formes de privation de liberté et de violence physique. Dans une partie de l’Europe caractérisée par sa diversité confessionnelle et linguistique, les déplacements forcés de population méritent une attention particulière : en effet, qu’ils soient motivés par des projets nationalistes ou par la lutte anti-partisans, ils se sont accompagnés de violences et de résistances particulièrement intenses, et ont transformé durablement les sociétés locales. L’Holocauste ne fait pas exception à cette règle, et il reste à mieux connaitre les facteurs qui ont influencé le sort des juifs dans divers contextes locaux et nationaux, les rapports que l’extermination des juifs entretient avec d’autres formes de violence de masse, la résistance que lui ont opposée les communautés juives, son impact durable sur les groupes de survivants et sur les sociétés locales en général. Pour l’Holocauste et pour les autres violences de masse se pose, en Europe du Sud-Est comme ailleurs, la question de l’articulation entre « violence d’en haut » et « violence d’en bas », qui rejoint la question des échelles déjà évoquée et celle de l’agency des acteurs ordinaires. Par ailleurs, les violences de masse pendant la Seconde Guerre mondiale soulèvent la question suivante : ces violences doivent-elles être rattachées à des processus de construction de l’Etat, d’effondrement de l’Etat, ou de repli de l’Etat sur certains espaces stratégiques ? La réponse à cette question est complexe et variable selon les endroits, et implique une analyse plus fine des rapports entre systèmes d’occupation, mouvements de résistance et populations locales.

Axe 2 : Pouvoir, résistance et populations locales

Etudier les systèmes d’occupation en Europe du Sud-Est implique tout d’abord de restituer la complexité des politiques des puissances occupantes, et de comparer des réalités très variables d’une région à l’autre. Il convient aussi de mieux connaître les élites politiques, militaires et intellectuelles locales qui participent à l’instauration de régimes autoritaires ou à la création de formations politiques et militaires de type fasciste. Enfin, il faut souligner que les systèmes d’occupation ne se maintiennent pas seulement par l’endoctrinement idéologique et la répression brutale, mais aussi par diverses formes d’accommodation réciproque. Pour certains individus ou groupes sociaux, la collaboration permet d’accéder à certains avantages matériels, voire à une certaine modernité. Plus généralement, dans un contexte général d’insécurité, les allégeances politiques des élites et des populations locales sont souvent fluctuantes et pragmatiques, effaçant en partie la frontière entre collaboration, accommodation et résistance. L’intensité variable de l’insécurité et de la présence étatique explique aussi d’importantes variations spatiales dans les formes de résistance, certaines régions rurales d’altitude se transformant en bastions de la résistance armée, quand les villes sont longtemps caractérisées par des formes pacifiques d’action politique. Enfin, les circonstances particulières de la guerre donnent aussi naissance à des engagements idéologiques forts et durables, au sein de la jeunesse par exemple, et au profit de la résistance communiste comme de mouvements d’inspiration fasciste ou anti-communiste.

Axe 3 : Economie et vie quotidienne

Pour comprendre cette imbrication entre puissances occupantes et mouvements politiques locaux, entre violence et accommodation réciproque, entre engagements idéologiques forts et allégeances flottantes, il convient d’associer là encore approches « par le haut » et « par le bas », de s’intéresser à la vie quotidienne dans les circonstances particulières de la guerre, et d’insister sur l’agency – ou l’Eigensinn – des acteurs ordinaires. Apparaît alors la nécessité de promouvoir une histoire sociale et culturelle de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, qui viendrait compléter l’histoire politico-militaire traditionnelle. En effet, les grands projets économiques allemands pour l’Europe du Sud-Est ont fait l’objet de nombreux ouvrages, mais leur impact réel sur l’économie des pays concernés ou sur la vie quotidienne des populations reste mal connu. L’étude de certains secteurs d’activité tels que les entreprises minières ou les régions à surplus agricole comblerait cette lacune. De même, la prise en compte du travail forcé sur place ou en Allemagne révèlerait une dimension importante d’une économie de guerre transnationale d’une part, des conditions de vie concrètes des populations locales d’autre part. De manière plus générale, s’intéresser aux conflits socio-économiques de la période de guerre et aux stratégies de survie des individus permet de reconstituer de manière plus fine les conditions d’exercice de leur agency, les possibilités et les contraintes auxquelles ils font face au jour le jour, et donc les motivations des choix qu’ils font dans les circonstances particulières de la guerre.

A travers ces nouvelles approches, les participants à l’atelier parisien espèrent in fine mieux situer la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’Europe du Sud-Est, en en montrant aussi l’impact dans le court et le plus long terme. Dans le même temps, ils entendent faire ressortir la place propre qu’occupe l’Europe du Sud-Est dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et désenclaver les débats historiographiques propres à cette région en les rattachant à certains débats plus larges qui traversent les sciences sociales d’aujourd’hui.

Geschichte der politischen Ideengeschichte

Date : 10/01/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Gérard Raulet

Programme : Histoire de l’histoire des idées politiques

Das Pariser Treffen am 10. Januar 2015 war als ein bescheidener Workshop konzipiert, bei dem die im Vorfeld des Programme de formation-recherche bereits geleistete Erkundung der Fragestellung (Themen, Autoren, geistesgeschichtliche Zusammenhänge) fortgesetzt und präzisiert wurde.

Allerdings konzentrierten sich zwei von den fünf präsentierten Referaten auf grundsätzliche Fragen der Ideengeschichtsschreibung, die neben den monographischen Beiträgen zu einzelnen Vertretern der politischen Ideengeschichte (Leo Strauss, Carl Schmitt etc.) im Brennpunkt des Projektes stehen.

Dabei zeigten die Ansätze eine starke Divergenz, der in der Fortsetzung des Projektes Rechnung zu tragen sein wird. Beide Ansätze widersprechen einander nicht, stellen aber verschiedene Herangehensweisen an die Fragestellung heran dar und müssen miteinander verknüpft werden.

In seinem Referat Einige methodologische Reflexionen zur Ideengeschichtsschreibung geht Manfred Gangl thematisch und problemgeschichtlich vor. Anhand der politischen Ideengeschichtsschreibung von Max Weber, Karl Mannheim und Max Horkheimer wird aufgezeigt, wie diese Autoren vorgehen, wenn sie sich mit ideengeschichtlichen Komplexen herumschlagen. Sie reagieren auf die historische Ausgangssituation, die Krise der Moderne und den Ersten Weltkrieg, agieren in der Kultur der Weimarer Republik, einer bereits in sich höchst reflexiven Kultur, sind sich der gesellschaftlichen Bedingtheit der politischen Ideen und der historischen Rezeptionslage bewusst und reflektieren ihre eigene Methode der Ideengeschichtsschreibung. Wir befinden uns also bereits auf einer vielfach aufgefächerten metareflexiven Ebene, was es strategisch zu nutzen gilt.

Interessant sind hierbei die Konzepte einer paradoxen Folge der politischen Ideen (Weber), die das Gegenteil dessen hervorbringen, was sie intendieren; das Konzept der Ungleichzeitigkeit der Ideen in der Gleichzeitigkeit und die Unterschiedlichkeit von Generationseinheiten im gleichen Generationszusammenhang (Mannheim) sowie die grundsätzliche gesellschaftliche Bedingtheit von politischen Ideen, wie sie sich über zu bestimmende Zwischenglieder vermittelt (Horkheimer). Diese Konzepte sind nach Gangl für eine moderne Ideengeschichtsschreibung anschlussfähig und sollten nicht aus dem Blick verloren werden, wenn es überhaupt darum gehen soll, über die Bedingungen, Erkenntnis- und politischen Interessen der politischen Ideengeschichtsschreibung nachzudenken.

Rieke Trimcev setzt hingegen bei den diskursiven Praktiken an, begegnet freilich den Überlegungen von Manfred Gangl da, wo es um die Ungleichzeitigkeit(en) geht. Ihr Beitrag Produktive Erkenntnisfehler. Zur historiographischen Aufschlusskraft von Anachronismen für die politische Ideengeschichte schlug vor, die Geschichte der politischen Ideengeschichte radikal als Geschichte der Konstitutionsbedingungen und Typen legitimer Anachronismen zu beschreiben. Dabei wird ‚Anachronismus‘ in einem weiten Sinne als Verwechslung von Zeitebenen definiert: Anachronismen projizieren gegenwärtige Kategorien in eine Vergangenheit, die diese nicht kannte, oder wenden vergangene Kategorien auf Situationen der Gegenwart an. Sie stehen stets unter dem Verdacht des Erkenntnisfehlers. Gleichzeitig sind sie aber auch der sensible Moment jedes ideengeschichtlichen Erkenntnisprozesses: Anachronistische Schlüsse finden immer dann statt, wenn der politische Ideenhistoriker mehr oder minder offen vergangenes politisches Denken nicht lediglich für das akademische Archiv aufbereitet, sondern es aktualisiert. Die Sprache der politischen Ideengeschichte als Disziplin ist daher von Regeln bestimmt, die legitime von illegitimen Anachronismen unterscheiden. Anhand exemplarischer Analysen von Reinhart Kosellecks Projekt der Begriffsgeschichte, Hannah Arendts ideengeschichtlichem Verfahren des „Perlentauchens“ und Jacques Rancières explizit anachronistischem Schreiben versuchte R. Trimcev, das Potential einer solchen an der Verflechtung von Zeitebenen orientierten Analyse herauszustellen.

Der Teil des Studientags, der einzelnen Akteuren der Ideengeschichte gewidmet war, konzentrierte sich einmal wieder auf Carl Schmitt und Leo Strauss, wobei Bruno Quélennec eine Aussicht öffnete auf die eigentliche Pointe des ganzen Forschunsgvorhabens, nämlich auf die Prägnanz der Schemata der Ideengeschichtsschreibung in den zeitgenössischen Debatten und insbesondere in den Debatten über die miteinander streitenden politischen Konzepte.

Zu dieser Problematik haben die drei Referenten folgendermaßen beigetragen. Alfons Söllner (Religion und Politik beim jungen Leo Strauss) betonte, dass seit der Rückkehr der Religionskriege nach Europa der „Theologe“ Leo Strauss beinahe noch aktueller geworden ist als der politische Philosoph. Sein Vortrag rekonstruierte die Denkentwicklung des jungen Leo Strauss bis zum Jahr 1935, und zwar in drei Schritten: 1. das Engagement für den politischen Zionismus während der frühen Weimarer Republik; 2. die Aufklärungskritik im Spinoza-Buch von 1930; 3. die positive Bestimmung des Verhältnisses von Religion und Politik in „Philosophie und Gesetz“ (1935). Abschließend wies Söllner auf die problematischen Konsequenzen hin, die dieser Denkweg für die Grundlegung der politischen Ideengeschichte hat.

Benjamin Pinhas (Ernst Fraenkel vs. Carl Schmitt. Zur Artikulation von Geschichte und Politikwissenschaft) stellte Teilergebnisse seiner Forschung über den wissenschaftlichen Habitus der deutschen Geschichtsschreibung in den heißesten Jahrzehnten ihrer Rückkehr in den Schoss des demokratischen Denkens dar. In der Bundesrepublik avancierte der Remigrant Ernst Fraenkel nicht nur zum anerkannten Spezialisten der amerikanischen Regierungs- und Verfassungslehre, sondern auch zum Vertreter der sogenannten neo-pluralistischen Demokratietheorie. Pinhas versuchte, die Entwicklung des jungen linksgerichteten Juristen von dem kollektiven Arbeitsrecht, das der Sozialdemokrat Hugo Sinzheimer in der frühen Phase der Weimarer Republik schon maßgeblich geprägt hatte, zur staatsrechtlichen Theorie zu skizzieren. Diese Entwicklung erfolgte in ständiger Auseinandersetzung mit Carl Schmitts Staatsverständnis. Wie die jahrelange Konfrontation mit Carl Schmitt entscheidend zur Entstehung des Fraenkel‘schen Pluralismusbegriffs beitrug, war das Anliegen des Referats.

Bruno Quélennec (Thymos und Liberalismus: Sloterdijk, Fukuyama, Kojève und Strauss) untersuchte, was für eine politische Funktion das Homer‘sche Motiv der Beherztheit und des Zorns (Thymos) in der zeitgenössischen politischen Theorie spielt, und zwar besonders bei neokonservativen oder neoliberalen Intellektuellen wie P. Sloterdijk, F. Fukuyama, L. Strauss und den sogenannten „Straussians“. Die Rezeption dieses antiken Motivs, oft mit einer aristokratischen Kriegermoral assoziiert, wird bei diesen Autoren zum Medium ihrer Liberalismus-Kritik. In dem Vortrag ging es darum, den jeweiligen politischen Kontext dieser Rezeption zu beleuchten und eine Typologie zwischen verschiedenen Thymos-Deutungen der Gegenwart zu konstruieren: eine neoliberale (Sloterdijk), eine neokonservative (Strauss und die Straussians) und eine neohegelianische Deutung (Kojève und Fukuyama).

Comptes rendus de manifestations de la recherche franco-allemande