Les politiques énergétiques française et allemande des années 1970 à la transition énergétique

Date : 13/04/2015

Lieu : Paris

Organisateurs : Solène Hazouard, René Lasserre, Claire Demesmay

Titre du programme : Transitions énergétiques en Allemagne et en France dans le contexte de la définition d’une politique européenne de l’énergie

Auteur du texte : Solène Hazouard

Cette rencontre constituait le premier volet du projet « Transitions énergétiques en Allemagne et en France dans le contexte de la définition d’une politique européenne de l’énergie » mené par le Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC) et l’Institut allemand de politique étrangère (DGAP), avec le soutien du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) et du centre de recherche AGORA de l’université de Cergy-Pontoise.

Accueillie sous l’égide de la Maison Heinrich Heine, la journée d’étude était consacrée dans un premier temps à l’évolution des politiques énergétiques française et allemande des années 1970 à la fin du XXe siècle. L’analyse a ensuite porté sur les stratégies actuelles de transition énergétique mises en œuvre dans les deux pays et sur la question de leur financement.

Dans la continuité de ce projet, une seconde journée d’étude, programmée le 24 septembre 2015 à Berlin, abordera les nouveaux enjeux des secteurs du gaz et de l’électricité en France et en Allemagne. Puis, au printemps 2016, ce projet s’achèvera par la tenue d’un colloque sur les coopérations franco-allemandes dans le contexte de la définition d’une politique communautaire de l’énergie.

Les politiques énergétiques menées en France et en Allemagne des crises pétrolières des années 1970 à la fin du XXe siècle

Jean-Claude Perraudin, conseiller nucléaire et énergies renouvelables à l’Ambassade de France en Allemagne, présidait la première session de cette manifestation. Après avoir rappelé les enjeux actuels liés au développement des énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, il a souligné l’influence des choix politiques passés sur la composition des mix énergétiques français et allemand.

Adoptant une démarche historique, Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS, Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (IRICE), a mis en évidence le poids croissant, durant la première moitié du XXe siècle, de l’État français dans un secteur énergétique fortement tributaire des importations. Dans les années 1960, l’essor des produits pétroliers lié au progrès des transports routiers et le déclin du charbon français auront raison de la volonté d’indépendance nationale dans ce domaine stratégique, incarnée notamment par la promotion des filières hydroélectrique et nucléaire dans un consensus entre responsables politiques, dirigeants d’entreprises et syndicats.

Les chocs pétroliers donneront lieu en France au lancement d’un vaste programme électronucléaire, à la diversification des approvisionnements pétroliers et gaziers, à une baisse de la consommation de pétrole ainsi qu’à des recherches sur les « énergies nouvelles ». Durant les années 1970 et 1980, le nucléaire fera ainsi l’objet d’un effort gigantesque, rationnel car standardisé. Il suscitera une contestation réelle, mais limitée.

Depuis 1973, la politique énergétique française se distingue par une certaine continuité, malgré les changements juridiques intervenus dans les grandes entreprises du secteur en réponse aux directives européennes. Si le niveau d’indépendance énergétique a augmenté, la facture énergétique restait comparable au déficit commercial de la France en 2013. Le secteur se caractérise en outre par sa structure très capitalistique, par une consommation maîtrisée, par une faible empreinte carbone, par une électricité nucléaire à plus de 75 % et par une baisse de l’intensité énergétique. Depuis 1981, la part du pétrole et du charbon a reculé dans le mix énergétique. Dans le même temps, le domaine du résidentiel/tertiaire et celui des transports ont accru leur consommation d’énergie, contrairement à l’industrie qui a fait de réels progrès en la matière.

Du côté allemand, Stefan Aykut, post-doctorant au Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS, université Paris-Est) et au Centre Marc Bloch (Berlin), a également retracé la période antérieure aux années 1970 pour expliquer les principes d’organisation des politiques énergétiques en Allemagne, lesquelles s’inscrivent sur le long terme. En ce qui concerne la structure du secteur énergétique allemand, il a évoqué l’importance du niveau local et la constitution de monopoles régionaux à travers deux concepts :

  • la Daseinsvorsorge (service public), qui signifie que les communes ont le devoir de garantir les services d’intérêt général au niveau local, et notamment la fourniture d’électricité. Cela a abouti à la création de régies communales, certaines villes faisant aussi appel à des acteurs privés pour garantir ce service public ;
  • le Wegemonopol (« monopole des chemins »), en vertu duquel les communes et les Länder possèdent les infrastructures nécessaires à l’acheminement de l’énergie et accordent des concessions aux entreprises qui leur versent en contrepartie une redevance.

Le secteur s’est construit autour de la loi sur l’énergie (Energiewirtschaftsgesetz) de 1935, destinée à assurer la sécurité d’approvisionnement, et autour du charbon, qui joue un rôle central jusqu’à la fin des années 1950. Puis la concurrence du charbon étranger dans le cadre de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et l’avènement d’un pétrole bon marché appelleront la mise en œuvre d’une politique énergétique fédérale.

Face à la brusque augmentation des prix du pétrole dans les années 1970 dans un contexte de dépendance énergétique accrue, l’Allemagne adopte une stratégie alliant la revalorisation du charbon, la maîtrise de la demande et le nucléaire civil (centralisé et privé), qui fournit ainsi 40 % de l’électricité en 1985. Dans le même temps s’organisent un mouvement anti-nucléaire et une contre-expertise, illustrée notamment par le rapport Energiewende (tournant énergétique) de 1979-1980 et relayée par des enquêtes parlementaires. Le discours sur la « modernisation écologique » prend de l’ampleur durant la décennie suivante avec l’affaire des « pluies acides » et une commission parlementaire sur le climat instaure des objectifs de réduction des émissions de CO2. Le premier tarif de rachat pour promouvoir les énergies renouvelables est mis en place en 1991, ce qui contribue à l’essor de l’éolien. Le gouvernement rouge-vert sous Schröder institutionnalise le tournant énergétique entre 1998 et 2002, dans un contexte de libéralisation du marché européen de l’électricité qui a pour effet une concentration du secteur autour de quatre acteurs (E.ON, RWE, EnBW et Vattenfall).

Lors de la phase de questions qui a suivi, Stefan Aykut a précisé que le mouvement anti-nucléaire en Allemagne reposait aussi sur la volonté du parti social-démocrate (SPD) et des syndicats de préserver le secteur du charbon allemand. En outre, une partie du mouvement pacifiste anti-Pershing s’est investie dans la contestation de l’atome. La meilleure acceptation du nucléaire en France reposait notamment sur le fait qu’EDF était une entreprise de service public qui n’a pas d’équivalent en Allemagne. Alain Beltran a indiqué que l’opinion publique française a été davantage touchée par les deux marées noires qui se sont produites dans les années 1970 et qui ont engendré un mouvement anti-pétrolier. Selon Stefan Aykut, sur le plan des énergies renouvelables, un État centralisé comme la France est propice au déploiement des filières hydraulique et bois, mais pas à celui des nouvelles énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien, qui supposent une approche décentralisée. Alain Beltran a ajouté que le surgénérateur Superphénix représentait une coopération entre la France, l’Allemagne et l’Italie. Ce projet, qui a cumulé les problèmes techniques et économiques tout en générant une forte contestation, n’a finalement pas abouti.

Les stratégies actuelles de transition énergétique de part et d’autre du Rhin

Particularité intéressante de cette deuxième session : la transition énergétique française a été présentée par un expert allemand, tandis que le tournant énergétique allemand a été traité par un spécialiste français. Avant d’aborder les enjeux politiques et économiques propres au secteur français de l’énergie, Severin Fischer, chercheur à la Fondation science et politique (SWP) à Berlin au département UE/Europe, a brièvement évoqué les similarités des objectifs poursuivis par les projets français et allemand de transition énergétique. Il s’agit dans les deux pays de réduire le volume des émissions de gaz à effet de serre (GES), de développer les énergies renouvelables, d’améliorer l’efficacité énergétique et de consentir un effort comparable, en chiffres absolus, de réduction de la production électronucléaire.

Son intervention s’articulait autour de dix observations sur la France :

  • l’organisation d’un débat national sur la transition énergétique ouvert à de multiples acteurs a rompu avec la tradition centralisatrice française, apportant ainsi de la légitimité au projet ;
  • à la différence de l’Allemagne, les deux principaux partis politiques présentent de fortes dissensions internes, ce qui interroge sur la pérennité des positions adoptées ;
  • tout comme le renoncement progressif au charbon en Allemagne, la réduction – à 50 % d’ici 2025 – de la part d’électricité d’origine nucléaire en France induira des adaptations structurelles ;
  • le projet français de transition énergétique manque d’une orientation claire, notamment en ce qui concerne l’évolution du mix énergétique ;
  • si le sujet est prioritaire dans le contexte de l’organisation par la France, à la fin de l’année 2015, de la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ou COP21, on peut se demander s’il le restera par la suite ;
  • les responsables politiques misent sur la croissance verte, en vue notamment de créer des emplois ;
  • il sera nécessaire de clarifier le rôle des communes dans l’exécution de cette stratégie décidée au niveau national ;
  • se pose en outre la question de savoir si la transition énergétique peut aller de pair avec le maintien de grandes entreprises publiques ou si elle doit avoir lieu dans un contexte concurrentiel accru ;
  • les tarifs réglementés n’envoient peut-être pas les bons signaux en matière d’efficacité énergétique ;
  • il faudra enfin discuter du coût de la transition énergétique lié notamment à la rénovation des bâtiments et à l’électromobilité dans le contexte européen de respect des critères de stabilité.

Michel Cruciani, chargé de mission au Centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières (CGEMP), a axé son exposé sur l’Energiewende. Adoptée par la coalition rouge-verte, la loi de 2000 sur les énergies renouvelables (Erneuerbare-Energien-Gesetz, EEG) constitue un véritable tournant dans la politique énergétique allemande. Remplaçant la loi de 1991 sur les énergies renouvelables, elle propose un tarif d’achat garanti pour les producteurs d’énergies renouvelables, la charge du surcoût éventuel (EEG-Umlage) étant reportée sur le consommateur. En 2002, le gouvernement prévoit ensuite de sortir du nucléaire à l’horizon 2021. Or, dans les années qui suivent, les grandes entreprises du secteur continueront de miser sur le nucléaire.

En 2010, la coalition formée par l’union chrétienne-démocrate et l’union chrétienne-sociale (CDU/CSU) d’un côté, et le parti libéral (FDP) de l’autre, adopte l’Energiekonzept, lequel prolonge la durée de vie des centrales nucléaires et propose des objectifs ambitieux en termes de développement des énergies renouvelables, de réduction des émissions de GES et d’efficacité énergétique. Après la catastrophe de Fukushima en 2011, Angela Merkel décide d’accélérer le processus de sortie du nucléaire tout en conservant ces objectifs ambitieux, notamment celui de porter à plus de 80 % la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2050. Grâce notamment à la progression des énergies solaire et éolienne, celle-ci est passée de 6 % en 2000 à 27 % en 2014, mais représente actuellement un coût additionnel annuel de près de 24 milliards d’euros pour les ménages et les petites entreprises.

Si la Commission européenne a validé l’exonération des charges pour l’industrie, la loi de 2014 vise à maîtriser les coûts induits par l’essor des renouvelables. Le tournant énergétique allemand, rendu possible par la tradition fédéraliste du pays et par l’existence d’outils financiers exemplaires au niveau européen, suscite néanmoins encore des interrogations sur la capacité de l’Allemagne à réduire ses émissions de GES dans un contexte de recours accru au charbon, sur l’avenir des grands opérateurs historiques et sur l’évolution du réseau.

À l’issue de ces deux présentations, Manfred Fischedick, vice-président de l’Institut sur le climat, l’environnement et l’énergie de Wuppertal et directeur du groupe de recherche Structures d’avenir en matière d’énergie et de mobilité, a précisé que, le retrait de l’énergie nucléaire mis à part, les objectifs ambitieux du tournant énergétique allemand ont été définis avant la catastrophe de Fukushima avec l’Energiekonzept de 2010. Le débat sur la transition énergétique date en Allemagne de plusieurs décennies, la nouveauté résidant dans la rapidité avec laquelle on souhaite atteindre les objectifs fixés. Il a par ailleurs rappelé la multiplicité des défis posés par la mise en œuvre de cette stratégie, d’ordre à la fois technologique, financier, sociétal, politique (aux différents niveaux décisionnels) et organisationnel. L’électricité ne contribue qu’à un tiers aux émissions de GES, l’accent devant être placé également sur le chauffage, les transports et l’industrie à bas carbone. En l’absence de modèle existant, la réalisation du tournant énergétique requerra du courage et de la flexibilité.

Les enjeux du financement de la transition énergétique

En guise d’introduction à cette dernière session, Andreas Rüdinger, chercheur Politiques climatiques et énergétiques à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), a mentionné l’existence, de ce côté-ci du Rhin, de la Commission sur les financements innovants visant à aider les pays du Sud face au changement climatique et du Comité pour l’économie verte, consacré au financement de la transition énergétique en France. Lors du cinquantenaire du traité de l’Élysée en janvier 2013, il était question en outre de renforcer la coopération franco-allemande entre les deux grandes institutions publiques de financement que sont la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) et entre les deux agences de l’énergie que sont la Deutsche Energie-Agentur (dena) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

Romain Morel, chargé de recherche Investissement, climat et aide à la décision à CDC Climat, a présenté dans un premier temps les enjeux du financement de la transition énergétique en France. Le secteur public ne pouvant pas supporter l’ensemble des coûts, le secteur privé doit rediriger ses investissements vers des projets « propres », et ce malgré le fait que les réglementations économiques et la politique industrielle continuent de favoriser la « croissance carbonée » et que le secteur financier n’intègre pas suffisamment les enjeux de la transition énergétique. Par conséquent, il est indispensable de mieux prendre en compte le risque carbone dans les raisonnements économiques et d’élaborer une approche systémique considérant les spécificités des acteurs à mobiliser (entreprises, ménages, institutions financières, collectivités…).

Dans une étude publiée en 2014[1], CDC Climat a recensé les investissements réalisés en France en 2011 pour réduire les émissions de GES. Le calcul effectué ne tenait compte ni des dépenses de recherche et développement, ni de la contribution au service public de l’électricité (CSPE). Selon cette approche, le montant total des financements dédiés au climat s’élevait à 22,2 milliards d’euros, dont 3 milliards étaient accordés sous forme de subventions. Non moins de 9,1 milliards d’euros étaient consacrés aux énergies renouvelables, 8,3 milliards d’euros à l’efficacité énergétique et 4,8 milliards d’euros aux infrastructures de transport. Rapporté au produit intérieur brut (PIB), le volume total d’investissement est plus élevé en Allemagne, où l’intervention publique réside principalement dans les prêts concessionnels attribués par la KfW.

Dans un deuxième temps, Ulrich Benterbusch, directeur général de l’Agence allemande de l’énergie (dena), a parlé du financement de la transition énergétique en Allemagne en se concentrant sur les deux principaux facteurs de réduction des émissions de CO2 que sont l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

En matière d’efficacité énergétique, dans le cadre de l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments par exemple, la KfW propose des aides et des prêts à taux bonifiés dans le neuf et la rénovation à hauteur de 2 milliards d’euros par an. Il existe également un programme d’aide aux ménages et aux entreprises qui souhaitent employer des énergies renouvelables pour le chauffage. La dena déplore par ailleurs le fait que la mesure d’incitation fiscale à la rénovation énergétique ait été rejetée par la chambre des Länder, le Bundesrat. Selon l’Agence, 1 euro non perçu au titre de l’impôt générerait 8 euros d’investissement, la perte initiale étant à terme plus que compensée par les recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) notamment. Toujours sur le plan de l’efficacité énergétique, la dena considère les économies d’énergie comme un modèle de performance économique pour les collectivités et les entreprises.

Ulrich Benterbusch précise que le volume de financement des énergies renouvelables est beaucoup plus élevé que celui de l’efficacité énergétique, bien que ce dernier pilier soit tout aussi important dans la réussite de la transition énergétique. Ainsi, il rappelle que le surcoût que représente le prix d’achat des énergies renouvelables par rapport au prix du marché (EEG-Umlage) est actuellement estimé à plus de 20 milliards d’euros annuels. Le marché de l’électricité subit une profonde mutation : précédemment orienté vers la demande, il doit aujourd’hui s’adapter à l’intermittence de l’énergie solaire et éolienne. Les questions de financement portent donc également sur la mise en place de réseaux et de centrales plus flexibles et sur le développement des possibilités de stockage de l’énergie.

Pour clore cette journée, René Lasserre, directeur du CIRAC, a opposé le centralisme du système énergétique français au fédéralisme allemand, la subsidiarité permettant une très grande souplesse dans la mise en œuvre de la transition énergétique. Pour Claire Demesmay, directrice du programme Relations franco-allemandes à la DGAP, trois grands défis se posent : il s’agit de trouver les financements nécessaires, d’impliquer les citoyens et de dépasser les réflexes nationaux pour agir davantage au niveau européen.

Les actes de cette journée d’étude seront intégrés à un ouvrage collectif à paraître en 2017.

Solène Hazouard

[1] Romain Morel, Ian Cochran, Romain Hubert, Jeanne Dequesne (CDC Climat Recherche) et Morgan Hervé-Mignucci (Climate Policy Initiative), Panorama des financements climatiques en France en 2011, CDC Climat Recherche, Paris, octobre 2014.

Krieg für die Kultur ? Une guerre pour la civilisation ? : la légitimation culturelle de la guerre en France et en Allemagne (1914-1918)

Date : 09-11/10/2014

Lieu :  Paris

Organisateur :  Olivier Agard

ProgrammeKulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

Colloque organisé par Olivier Agard/Gérard Raulet (Paris-Sorbonne/Groupe de recherche sur la culture de Weimar(IRICE/MSH) et Barbara Beßlich (Université de Heidelberg), avec le soutien du CIERA, du DAAD, et du LABEX EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe).

Ce colloque, qui concluait le PFR “Kulturkritik et politique”, était consacré à la légitimation de la guerre 1914-1918 en France et en Allemagne. Des deux côtés du Rhin, la guerre est menée au nom de valeurs culturelles, que les acteurs intellectuels cherchent à définir, au moyen d’arguments philosophiques, historiques, politiques. Parallèlement à la guerre sur le terrain se déchaîne une « guerre des esprits ». En Allemagne et en Autriche, il s’agit de défendre la « culture » contre une « civilisation » associée à l’Ouest de l’Europe, alors qu’en France, Bergson voit la guerre comme un combat de la civilisation contre la barbarie. Ces discours relèvent certes de la propagande (intérieure et extérieure), mais ils témoignent aussi du « consentement » des intellectuels à la guerre et de l’installation d’une « culture de guerre » dans les deux pays. En Allemagne, ce discours de légitimation a fait l’objet d’une recherche importante, souvent liée à une étude critique des continuités du nationalisme culturel allemand. En France, la question de la mobilisation des intellectuels connaît un regain d’intérêt. L’ambition de ce colloque qui s’insère dans une réflexion menée sur les discours de critique de la civilisation en France en Allemagne était de s’interroger sur les ruptures et les continuités avec le diagnostic culturel et les théories (sociologiques, historiques, politiques) de la culture formulés dans les années 1900. En effet, à la suite de Peter Hoeres et Hans Joas qui se sont penchés sur les discours allemands, on peut constater que les « textes de guerre » ont une ambition théorique et scientifique, et s’insèrent dans des projets intellectuels déjà existants, qui n’étaient généralement pas nationalistes.

On est alors amené à se demander : par quel processus (« brutalisation », « nationalisation » « radicalisation » ?) passe-t-on d’une culture intellectuelle de paix à une culture de guerre ? Par la suite comment évolue au courant de la guerre le discours de légitimation intellectuelle ? Comment et quand s’amorce éventuellement sa déradicalisation ? Quelles sont les similitudes et les différences dans les stratégies discursives mises en œuvre en France et en Allemagne ? La comparaison franco-allemande est ici particulièrement intéressante compte tenu de l’existence d’échanges intellectuels intenses dans les années 1900.

Jeudi 9 octobre 2014, 14h30-18h30

Olivier Agard (Université Paris Sorbonne)

Diagnostic culturel et légitimation de la guerre en France et en Allemagne : Emile Boutroux et Rudolf Eucken

Les années 1900 sont marquées par le développement d’une sociabilité philosophique internationale et par la conscience que les philosophies allemande et française sont confrontées à des problèmes similaires. Il s’agit dans cette contribution d’analyser les stratégies d’argumentation par lesquelles des discours – relativement proches et compatibles – sur la culture moderne finissent par légitimer l’idée d’un antagonisme culturel ontologique entre le supposé esprit français et le supposé esprit allemand. Il s’agit donc ici de s’interroger sur la continuité entre les textes des années 1900 et les textes de guerre, et de se demander par quels glissements on passe d’une culture intellectuelle de paix à une culture de guerre. Dans un premier temps, l’exposé présente les convergences philosophiques préalables entre Eucken et Boutroux, avant de s’intéresser à la nationalisation et la politisation de leur discours. Les deux auteurs, qui ont tous les deux su s’adresser à un large public, plaquent sur le diagnostic culturel qu’ils ont élaboré avant 1914 des schémas nationalistes en attribuant à l’ennemi les pathologies de la modernité. Il apparaît que ce glissement nationaliste s’annonce dès 1913, lorsque les deux auteurs se mettent à réfléchir sur le Sonderweg allemand. Le caractère largement arbitraire de ces constructions apparaît dans le fait que chacun des deux philosophes est en mesure d’accuser l’ennemi d’être du côté du mécanisme contre la vie, dans un contexte où la notion de vie avait connu dans les années 1900 une forte valorisation. Pour Boutroux (comme pour Bergson) l’armée Prussienne est l’incarnation même d’une modernité mécanisée et déshumanisée. Pour Eucken en revanche, c’est la démocratie parlementaire et la société individualiste et utilitariste qui correspondent à une vision mécaniste de la société et de la vie. Après la guerre, les deux philosophes campent sur leur position et refusent d’ouvrir la perspective d’un rapprochement franco-allemand.

Barbara Beßlich (Université de Heidelberg)

Karl Joëls Neue Weltkultur (1915) und ihr Zivilisationsbegriff

Dans la plupart des écrits de guerre, l’antithèse Kultur/Zivilisation joue un rôle décisif. Ce que les Kulturkritiker revendiquaient de façon positive pour eux-mêmes, ils l’appelaient Kultur, et ce dont ils se distanciaient, ils le baptisaient Zivilisation. A partir d’un texte du professeur de philosophie bâlois Karl Joel, intitulé Die neue Weltkultur, il s’agit de montrer comment les concepts de Kultur et Zivilisation sont investis d’une sémantique nationaliste en termes de psychologie des peuples. Joel s’intéressait au rapport entre philosophie et poésie, et attribuait à la littérature des vertus qu’il déniait aux sciences naturelles. Dans sa vision dialectique inspirée de Hegel, il faisait de l’Angleterre le peuple de la thèse, et de la France celui de l’antithèse, les deux pays étant chacun à sa manière voués à la civilisation. Pour finir, l’Allemagne est caractérisée comme peuple de la synthèse ainsi que comme le porteur d’une nouvelle culture mondiale. Contre les attaques rhétoriques, Joel s’efforce de fonder la fonction médiatrice de l’Allemagne dans l’histoire des idées. Selon lui, les Allemands ont cherché un équilibre ente l’individualisme anglais et l’absolutisme français, entre l’empirisme anglais et le rationalisme français. L’Allemagne apparaît alors comme le pays de la synthèse.

Michael Großheim (Rostock)

„Schöpferische Zerstörung“. Über ein Philosophem deutscher Intellektueller im Kulturkrieg, dargestellt am Fall der Kathedrale von Reims

L’exposé s’efforce en premier lieu d’éclairer le sens du terme de Kulturkrieg, en s’appuyant sur les textes d’Ernst Troeltsch des années 1914-1915. On peut en effet comprendre ce terme en trois sens distincts : 1  Kulturkrieg comme guerre pour la culture 2. Kulturkrieg comme guerre menée à l’aide de la culture. 3. Kulturkrieg comme une radicalisation de la critique de la culture. L’exposé se poursuit par une courte présentation des thèmes de la Kulturkrieg, et en particulier du reproche de barbarie. Dans la partie principale de la présentation, il est question de la réaction des intellectuels allemands à la destruction de la cathédrale de Reims ; les prises de position de Julius Bab, Stefan Zweig, Friedrich Meinecke et Thomas Mann apportent peu d’éléments pour une réflexion sur la guerre en termes de philosophie de la culture. En revanche, Alfred Döblin, Friedrich Gundolf, Max Scheler et Georg Misch paraissent plus pertinents pour la problématique, parce qu’il s’agit ici d’une définition de la culture inspirée par la philosophie de la vie qui conduit à une éthique de la force créatrice culturelle qui est aujourd’hui difficile à comprendre. La source principale de cette conception se trouve dans les écrits de jeunesse de Friedrich Nietzsche. La façon dont Georg Simmel considère philosophiquement le cas exemplaire de la cathédrale de Reims a servi de support à la critique développée dans cette contribution, une critique qui n’est pas formulée dans une perspective morale, mais qui se situe au plan philosophique. Les intellectuels allemand commettent l’erreur d’importer dans le domaine de la culture des métaphores venues du celui de la nature, et brouillent les frontières qui séparent les deux domaines. En conclusion, l’exposé souligne le rôle particulier – depuis 1914 et chez les intellectuels allemands – du sentiment de césure historique, et de la conscience d’avoir une mission à accomplir.

Emmanuelle Danchin (IRICE)

La cathédrale de Reims en flammes, une icône au service du débat de la lutte de la civilisation contre la barbarie.

L’émotion suscitée par l’annonce du bombardement de la cathédrale de Reims en septembre 1914 a sans doute servi la mobilisation culturelle, même s’il est difficile de voir dans cet événement la marque d’un plan prémédité allemand. La cathédrale fut le premier exemple français de bombardement dénoncé de façon virulente sur plusieurs semaines. Elle constitua une sorte de modèle, qui ouvrit la voie à d’autres accusations « de crimes contre le patrimoine», qui ne cesseront par la suite d’être exposées.

Cette communication entend aborder ce premier moment en s’attachant plus particulièrement à une représentation de la cathédrale en flammes : un dessin de Gustave Fraipont qui sera par la suite et à maintes reprises réutilisé et décliné sur différents supports : cartes postales, photographies, revues, objets souvenirs, médailles commémoratives. Cette représentation de Reims en flammes va devenir rapidement un archétype des bombardements, c’est à dire une image figurative qui s’impose dans l’imaginaire.

En nous limitant à la période 1914-1915, nous verrons comment s’est forgée cette représentation et comment elle a circulé, alimentant ainsi une guerre des images appuyant un discours mobilisateur visant à déshumaniser l’ennemi pour mieux légitimer la participation à ce conflit.

Vendredi 10 octobre 10h00-17h30

Yael Dagan (Lycée La Folie Saint-James, Neuilly)

Les clercs ont-ils trahi? La Nouvelle Revue Française et la Grande Guerre

Cette étude examine la question de la mobilisation des intellectuels français en faveur de la guerre en 14-18 en se penchant sur le cas de La Nouvelle Revue française (NRF), qui occupe une place hégémonique dans l’histoire littéraire française, et notamment dans la première moitié du XXe siècle. Bien que la grande majorité de ses publications n’ait pas de lien direct avec des questions d’actualité, et qu’en plus, son credo officiel soit celui de la « littérature pure », La NRF se trouve impliquée dans tous les débats importants de cette période troublée. La contradiction apparente entre « autonomie » revendiquée d’une part, et la pratique de l’« engagement » d’autre part, souligne une tension qui caractérise les controverses de l’époque et une hésitation constante de directeurs successifs de la revue. C’est notamment dans La NRF que Julien Benda publie, en 1927, un essai fort célèbre intitulé « La Trahison des Clercs », contenant de façon concentrée les contradictions et les paradoxes liés à cette question. Le titre limpide de Benda nous sert de fil conducteur afin de demander dans quelle mesure on peut considérer la mobilisation en 14-18 comme une « trahison » dans la vocation de l’intellectuel.

Kai Kauffmann ( Université de Bielefeld): Kriegspublizistik als Medium der Wissensproduktion und Organ der Kulturpolitik. Grundsätzliche Überlegungen am Beispiel deutscher Rundschauzeitschriften 1914-1918

Sabina Becker (Université de Fribourg en Brisgau): „Kreuzzug des Geists zur Rettung des Menschen“. Die Expressionisten und der Erste Weltkrieg

Le débat autour de l’antithèse entre Kultur allemande et Zivilisation occidentale (anglaise et française) est présentée à partir de l’argumentation développée par les représentants des „idées de 1914“ (entre autres : Rudolf Eucken, Max Scheler, Werner Sombart, Georg Simmel, Thomas Mann) et la Première Guerre mondiale est analysée comme le résultat de la volonté de défendre le droit de la Kultur à s’affirmer. Il est encore trop peu connu que même les mouvements modernistes sont porteurs d’une critique de la civilisation. En effet, au sein de l’art avant-gardiste d’avant 1914 sont élaborés des discours culturels qui en appellent à la guerre et l’investissent d’un sens. C’est surtout dans l’expressionnisme que l’on constate des affinités substantielles avec les prémisses que l’on trouve chez les Kulturkritiker favorables à la guerre. Sans relativiser l’orientation incontestablement innovante de l’expressionnisme sur un plan esthétique, et sans nier le rôle de l’expressionnisme dans l’établissement d’une modernité artistique en Allemagne, l’exposé analyse les raisons du soutien sans restriction à la guerre, et l’aspiration irréfléchie de la jeune génération expressionniste à une guerre purificatrice : derrière cette attitude, il faut voir les traces d’une pensée critique envers la civilisation, qui recoupe très largement la Kulturkritik des années1900, et qui a tout autant contribué à préparer la guerre ou à la rendre acceptable que les représentants des idées de 1914.

Gregor Streim (Université de Iéna)

„Die heutige Schlacht aber bedarf der geistigen Schöpfung“. Hugo von Hofmannsthal und Thomas Manns historische Kriegsessayistik zwischen Erinnerungspolitik und metahistoriografischer Reflexion.

A partir de 1914, aussi bien chez les historiens de profession que chez les auteurs littéraires, le recours à l’histoire nationale sert à conférer à la guerre et à l’expérience de la guerre une grandeur mythique, au moyen d’une comparaison avec des exemples historiques. Avec Hugo von Hofmannsthal et Thomas Mann, ce sont deux auteurs de renom appartenant à la littérature moderne qui se tournent vers la réflexion sur l’histoire et l’essayisme historique. Thomas Mann dans son grand essai Friedrich und die große Koalition (1915), et Hofmannsthal, avec ses recueils d’articles Worte zum Gedächtnis des Prinzen Eugen (1914) et Maria Theresia (1917), dans lesquels il explique son concept d’ « Idée autrichienne » à partir de figures historiques. Même si ces contributions se rattachent superficiellement au discours de la « mobilisation des esprits », elles se révèlent ambivalentes lorsqu’on les regarde de plus près et elles résistent à une utilisation par la propagande. Le portrait de Frédéric II par Thomas Mann subvertit l’héroïsation habituelle du roi de Prusse par le biais d’une approche psychologique conséquente et il peut être compris comme une analyse critique des motivations de ce mythe. De façon similaire, le portrait du Prince Eugène et de Marie-Therèse par Hofmannsthal sont moins des contributions à l’élaboration d’un mythe, qu’une analyse de mythe inspirée par la méthode nietzschéenne. Pour les deux auteurs, c’est in fine d’un conflit psychique intérieur et le dépassement d’une crise qui sont en jeu. Alors que le Frédéric de Mann, qui n’a jamais aimé, et qui est contraint d’adopter contre son gré le rôle de souverain et de chef d’armée se réfugie dans une froideur cynique et dans le scepticisme, l’impératrice de Hofmannsthal tire sa force magique du fait qu’avec sa force de volonté, elle maîtrise sa féminité, cette force maternelle et démonique. De cette façon, Frédéric et Marie-Thérèse acquièrent chez ces deux auteurs une toute autre actualité que dans l’historiographie populaire. Ce qui paraît actuel, c’est la capacité à faire face à la crise. Dans la cas du Frédéric de Mann, c’est la gestion presque stoïque d’une crise imposée par les autres partis et du reproche de barbarie qu’ils formulent avec vigueur. Et la Marie-Thérèse de Hofmannsthal fait ses preuves dans la crise personnelle et politique, dans la mesure où elle transpose son habitus maternel dans sa façon de régir, dans la réforme des pays sur lesquels elle règne. Le fait que Marie Thérèse doit sa gloire non pas aux guerres, mais plutôt à ses réalisations culturelles l’a sans doute rendue particulièrement intéressante aux yeux de Hofmannsthal. En effet, si on la considère de façon objective, son « idée autrichienne » n’était rien d’autre que la sublimation culturelle de la dissolution de la monarchie austro-hongroise.

Caterina Zanfi (République des Savoirs)

Civilisation et barbarie : le débat Kultur-Zivilisation dans les discours de guerre de Bergson

Les premières œuvres de Bergson montrent une dévaluation de la dimension spatiale, mécanique et d’uniformité sociale qui le rapproche du débat de critique de la civilisation – et notamment de la civilisation moderne – typique du courant philosophique allemand de la Lebensphilosophie. Telle vocation antitechniciste, dépassée par la figure de l’Homo faber dans L’évolution créatrice (1907), resurgit avec véhémence pendant la Grande Guerre, devant le déploiement du pouvoir destructif des nouvelles armes. Mon intervention a suivi l’itinéraire de la philosophie de la technique de Bergson à partir des discours politiques tenus au cours de la guerre et des années 1920, à l’arrière plan de sa confrontation avec le débat franco-allemand sur la Zivilisation, très vivant en Allemagne dans les années qui suivent la mort de Nietzsche. De motif rhétorique antiprussien proposé par le « Bergson politique » dans les premières années de la guerre, le thème de la critique de la civilisation accompagnera la maturation d’une position originale dans Les deux sources de la morale et de la religion (1932), où le philosophe proposera une profonde redéfinition de l’idée française de civilisation rentrée en crise dans la Troisième République.

Friedrich Lenger (Université de Gießen): Krieg, Nation und Kapitalismus – deutsche Soziologen und der Erste Weltkrieg

Cette contribution analyse dans un premier temps le célèbre écrit de propagande Händler und Helden (Marchands et héros) de l’économiste et sociologue Werner Sombart, paru en 1915. Dans un deuxième temps, ce pamphlet de guerre est confronté à des publications similaires de Max Scheler et Alfred Weber. Dans les dernières années précédant la guerre, Scheler avait déjà exercé une forte influence sur les œuvres de son ami Alfred Sombart et cette influence a continué de s’exercer pendant la guerre, en particulier en ce qui concerne l’image de l’Angleterre. Sombart connaissait également bien Alfred Weber. Parmi les cercles divers et se recoupant partiellement que fréquentait Alfred Weber pendant la Première Guerre mondiale, l’intérêt se porte alors sur le réseau des éditeurs de la revue Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, qui est sans doute la revue scientifique la plus importante de son temps. Le regard porte sur les différentes positions politiques des éditeurs sur la question de la guerre, mais aussi et surtout sur le contenu des volumes publiés pendant la guerre, qui ne correspond pas à l’image que l’on se fait du savant allemand comme « guerrier de la culture » (Kulturkrieger).

Olivier Compagnon (Université Sorbonne-Nouvelle)

Civilisation française contre barbarie allemande? Les intellectuels latino-américains au spectacle de la Grande Guerre

Si l’impact de la Première Guerre mondiale en Amérique latine demeure relativement mal connu, un certain nombre de travaux récents attestent que celui-ci fut bien réel et que les mécanismes de mobilisation des sociétés latino-américaines furent très divers – depuis celle des communautés étrangères d’origine européenne jusqu’aux mouvements sociaux protestant contre le contexte inflationniste créé par le conflit en passant par une profonde imprégnation de l’expérience de la violence de masse dans la culture populaire malgré l’éloignement des champs de bataille. Parmi les acteurs de cette mobilisation à distance, les intellectuels jouèrent un rôle important dès le mois d’août 1914 et jusqu’à l’armistice de 1918. A partir d’une recherche initialement menée sur les cas de l’Argentine et du Brésil, mais depuis étendue à d’autres pays de la région latino-américaine, l’enjeu de cette communication réside donc dans l’analyse de la réplique, de la simplification ou du déplacement des débats européens entre Kultur et Civilisation que l’on observe outre-Atlantique.

Dans un premier temps, l’immense majorité des élites intellectuelles latino-américaines fait preuve d’une francophilie effrénée, très largement héritée de la géographie mentale du XIXe siècle, et reprend à son compte – non sans quelques nuances toutefois – un cadre d’analyse du conflit proche de celui fixé par Bergson dans son fameux discours prononcé le 8 août 1914 devant l’Académie des sciences morales et politiques. La guerre est alors perçue comme l’affrontement ultime et décisif entre l’éternelle civilisation française et la barbarie militariste de l’Empire allemand, les quelques voix neutralistes ou germanophiles qui tentent de rompre ce concert peinant à se faire entendre dans l’espace public. On observe cependant, dans un second temps, un reflux progressif de cette vision dominante de la guerre à laquelle se substitue l’idée selon laquelle le conflit signifierait plutôt une agonie de l’Europe tout entière, invitant les élites d’Amérique latine à rompre avec leurs traditionnelles logiques importatrices et mimétiques vis-à-vis du Vieux Continent et à (re)découvrir leurs vertus propres.

Samedi 11 octobre 9h30-12h45

Christian Jansen (Université de Trèves)

Das Frankreichbild deutscher Historiker und ihre kulturelle Deutung des Kriegs

Bruno Karsenti (EHESS)

Durkheim et la guerre

Selon Durkheim dans L’Allemagne au-dessus de tout, le déclenchement de la Première Guerre mondiale par l’Allemagne, mais aussi la conduite de l’Allemagne durant la guerre, ne s’expliquent pas en termes géopolitiques mais trouve bien leur origine dans la « mentalité allemande », dans son caractère national. Livre de circonstance, texte de combat ? Il n’en reste pas moins qu’il s’insère parfaitement dans l’œuvre du sociologue, en particulier dans ses théories sur les sociétés politique et sur les typologies du suicide. Et il nous encourage à aller plus loin : il ne faut pas atténuer l’intention anti-allemande du texte, mais au contraire l’approfondir, pour aller jusqu’au cœur de la pensée politique qu’il exprime. Cette pensée est une pensée profondément européenne, où l’Europe est, dans la contribution originale que chaque nation apporte à son projet démocratique, le point d’orgue du développement social moderne. Or c’est à cela que l’Allemagne n’arrive plus à contribuer. Une maladie l’a gagnée, qui est une pathologie menaçant la modernité elle-même : une absolutisation de l’Etat et de ses fins propres, une coupure entre l’Etat et le projet démocratique comme projet essentiellement social, tourné vers le développement de l’autonomie et de la justice au sein du corps social

Table ronde

Une table ronde avec Frédéric Worms, Olivier Agard et Gilbert Merlio fut l’occasion de revenir sur l’engagement des intellectuels allemands et français dans la guerre, à partir notamment de l’exemple de Léon Brunschvicg.

 

 

Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Le programme de formation-recherche “Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale” avec Marc Bergère et Marie-Bénédicte Vincent a été l’invité d’Emmanuel Laurentin pour l’émission “La Fabrique de l’Histoire” sur France Culture.

 

Les amnisties relatives à l’épuration

11.03.2015 avec

Marie-Bénédicte Vincent, maître de conférences à l’Ecole normale supérieure, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne au XXe siècle.

Stéphane Gacon, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, membre du Centre Georges Chevrier (UMR CNRS-uB 7366), spécialiste de l’amnistie en France.

 

Pour une histoire européenne de l’épuration

12.03.2015 avec

Marc Bergère, maître de Conférences – Université Rennes 2, spécialiste de l’Epuration en France

Jonas Campion, Chargé de recherches au Centre d’histoire du droit et de la justice, Université Catholique de Louvain (UCL)  – DUPLEX Namur

Emmanuel Droit,  directeur adjoint du Centre Marc Bloch – DUPLEX Berlin

 

New Approaches To The Second World War And Its Aftermath In Southeastern Europe (1939-1949)

Date : 05-06/02/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Xavier Bougarel

ProgrammeNouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

par Xavier Bougarel

L’atelier organisé les 5 et 6 février 2015 à Paris constituait la première des trois manifestations prévues dans le cadre du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». Alors que cet atelier réunissait surtout des chercheurs confirmés, le prochain atelier prévu en octobre 2015 à Berlin sera centré sur les recherches des doctorants participant au projet, et la conférence finale prévue en mars 2016 à Athènes présentera à un public plus large les papiers des doctorants et des chercheurs confirmés.

Un bilan de l’historiographie existante

Le premier objectif de l’atelier parisien était de dresser un bilan de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. Les participants se sont accordés pour dire que, en ex-Yougoslavie, en Grèce, en Bulgarie et en Albanie, la Seconde Guerre mondiale est le plus souvent traitée « par le haut », dans une perspective d’histoire politique et militaire. De même, l’histoire de la guerre est généralement abordée dans un cadre strictement national, laissant peu de place aux dynamiques locales ou transnationales.

Il est possible de dégager plusieurs périodes dans l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. En Yougoslavie, en Bulgarie et en Albanie, un récit communiste de la guerre encensant les partisans et diabolisant les collaborateurs réels ou supposés a dominé de 1945 à la fin des années 1980. Mais les aléas des relations entre pays communistes expliquent aussi les polémiques récurrentes qui ont opposé à cette époque historiens yougoslaves, bulgares et albanais. A partir de la fin des années 1980, l’historiographie communiste a été remplacée par une historiographie révisionniste « de droite » tendant à réhabiliter les mouvements collaborationnistes, et restant prisonnière des cadres nationaux et des approches politico-militaires. La Grèce occupe dans ce contexte une place particulière, car de 1945 à 1974, le récit dominant y était clairement anti-communiste, avant que la fin de la dictature n’entraîne un fort révisionnisme « de gauche » réhabilitant la résistance communiste. Enfin, les années 1990 et 2000 ont été dominées par les polémiques au sujet des historiens « post-révisionnistes » s’appuyant sur des études locales pour réinterpréter les dynamiques de la violence dans la Grèce des années 1940.

Depuis la fin des années 1980, d’autres transformations sont en cours en Europe du Sud-Est. Ainsi, il faut noter le rôle important que jouent certains acteurs non-académiques dans la réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tels que la Friedrich Naumann Stiftung qui a soutenu le dialogue entre historiens serbes et croates dans les années 1990-2000. Les acteurs non-académiques ont également contribué à renforcer l’intérêt pour l’Holocauste, un sujet de recherche négligé jusqu’aux années 1990, et qui reste encore aujourd’hui l’objet de multiples dénis ou tentatives d’instrumentalisation. Plus largement, alors que la brutalité de l’occupation allemande en Europe du Sud-Est a été révélée lors des débats historiographiques allemands des années 1990 (la Wehrmachtsausstellung en particulier), l’occupation italienne reste largement occultée en Italie et intéresse peu les historiens italiens, malgré les travaux pionniers de certains d’entre eux. En Grèce, les débats historiographiques locaux sont connectés à ceux menés à l’échelle européenne et internationale, mais pas aux débats en cours dans les pays voisins. En ex-Yougoslavie et en Albanie, par contre, ils restent le plus souvent prisonniers d’horizons nationaux et de querelles nationalistes.

Des cadres spatiaux et temporels renouvelés

Le deuxième objectif de l’atelier parisien était de dégager des cadres intellectuels communs et de nouvelles pistes de recherche. Pour ce faire, il faut d’abord rappeler les limites spatiales et temporelles du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». D’une part, celui-ci ne couvre que la Yougoslavie, la Grèce et l’Albanie, car ces pays ont en commun d’avoir été sous occupation allemande, italienne et, plus marginalement, bulgare et hongroise. Ils ont tous connu d’importants mouvements de résistance armée et une « guerre dans la guerre » opposant la résistance communiste à des mouvements de résistance non-communistes glissant peu à peu vers la collaboration. D’autre part, la période couverte va de 1939 à 1949, permettant de prendre en compte des sorties de guerre marquées elles aussi par un niveau élevé de violence (guerre civile en Grèce, répression politique en Yougoslavie et en Albanie). Il convient par ailleurs de tenir compte du passé des sociétés locales, et en particulier des transformations de l’entre-deux-guerres (déplacements de population, réformes agraires, violence politique, nationalisation des sociétés, etc.), sans lesquelles les logiques locales de la Seconde Guerre mondiale ne peuvent être comprises.

Les participants à l’atelier parisien s’accordent pour dire qu’il faut sortir du cadre national privilégié jusqu’ici pour insister sur les modes complexes d’articulation entre échelles locale, nationale et transnationale. Le besoin de monographies locales ou régionales se fait tout particulièrement sentir. De plus, seule la prise en compte des différentes échelles permet d’expliquer les fortes différences régionales existant au sein de chacun des Etats considérés et de comprendre certaines dynamiques spatiales propres à la période de guerre : transformation des rapports ville-campagne, apparition d’« espaces de violence » (Gewalträume) ou au contraire persistance d’« espaces de cohésion sociale » (Sozialräume), etc. De la même manière, il convient de s’interroger sur les temporalités multiples de la guerre, de l’évolution générale du conflit mondial à la perception du temps par les élites et les populations locales, prises entre survie au jour le jour et horizons messianiques. Cette redéfinition des cadres spatiaux et temporels sert de toile de fond aux trois axes de recherche dégagés dès le lancement du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est », et rediscutés au cours de l’atelier parisien.

Axe 1 : Formes et logiques de la violence

Concernant la violence, il importe d’en saisir toutes les formes, des contrôles quotidiens aux massacres de masse, en passant par différentes formes de privation de liberté et de violence physique. Dans une partie de l’Europe caractérisée par sa diversité confessionnelle et linguistique, les déplacements forcés de population méritent une attention particulière : en effet, qu’ils soient motivés par des projets nationalistes ou par la lutte anti-partisans, ils se sont accompagnés de violences et de résistances particulièrement intenses, et ont transformé durablement les sociétés locales. L’Holocauste ne fait pas exception à cette règle, et il reste à mieux connaitre les facteurs qui ont influencé le sort des juifs dans divers contextes locaux et nationaux, les rapports que l’extermination des juifs entretient avec d’autres formes de violence de masse, la résistance que lui ont opposée les communautés juives, son impact durable sur les groupes de survivants et sur les sociétés locales en général. Pour l’Holocauste et pour les autres violences de masse se pose, en Europe du Sud-Est comme ailleurs, la question de l’articulation entre « violence d’en haut » et « violence d’en bas », qui rejoint la question des échelles déjà évoquée et celle de l’agency des acteurs ordinaires. Par ailleurs, les violences de masse pendant la Seconde Guerre mondiale soulèvent la question suivante : ces violences doivent-elles être rattachées à des processus de construction de l’Etat, d’effondrement de l’Etat, ou de repli de l’Etat sur certains espaces stratégiques ? La réponse à cette question est complexe et variable selon les endroits, et implique une analyse plus fine des rapports entre systèmes d’occupation, mouvements de résistance et populations locales.

Axe 2 : Pouvoir, résistance et populations locales

Etudier les systèmes d’occupation en Europe du Sud-Est implique tout d’abord de restituer la complexité des politiques des puissances occupantes, et de comparer des réalités très variables d’une région à l’autre. Il convient aussi de mieux connaître les élites politiques, militaires et intellectuelles locales qui participent à l’instauration de régimes autoritaires ou à la création de formations politiques et militaires de type fasciste. Enfin, il faut souligner que les systèmes d’occupation ne se maintiennent pas seulement par l’endoctrinement idéologique et la répression brutale, mais aussi par diverses formes d’accommodation réciproque. Pour certains individus ou groupes sociaux, la collaboration permet d’accéder à certains avantages matériels, voire à une certaine modernité. Plus généralement, dans un contexte général d’insécurité, les allégeances politiques des élites et des populations locales sont souvent fluctuantes et pragmatiques, effaçant en partie la frontière entre collaboration, accommodation et résistance. L’intensité variable de l’insécurité et de la présence étatique explique aussi d’importantes variations spatiales dans les formes de résistance, certaines régions rurales d’altitude se transformant en bastions de la résistance armée, quand les villes sont longtemps caractérisées par des formes pacifiques d’action politique. Enfin, les circonstances particulières de la guerre donnent aussi naissance à des engagements idéologiques forts et durables, au sein de la jeunesse par exemple, et au profit de la résistance communiste comme de mouvements d’inspiration fasciste ou anti-communiste.

Axe 3 : Economie et vie quotidienne

Pour comprendre cette imbrication entre puissances occupantes et mouvements politiques locaux, entre violence et accommodation réciproque, entre engagements idéologiques forts et allégeances flottantes, il convient d’associer là encore approches « par le haut » et « par le bas », de s’intéresser à la vie quotidienne dans les circonstances particulières de la guerre, et d’insister sur l’agency – ou l’Eigensinn – des acteurs ordinaires. Apparaît alors la nécessité de promouvoir une histoire sociale et culturelle de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, qui viendrait compléter l’histoire politico-militaire traditionnelle. En effet, les grands projets économiques allemands pour l’Europe du Sud-Est ont fait l’objet de nombreux ouvrages, mais leur impact réel sur l’économie des pays concernés ou sur la vie quotidienne des populations reste mal connu. L’étude de certains secteurs d’activité tels que les entreprises minières ou les régions à surplus agricole comblerait cette lacune. De même, la prise en compte du travail forcé sur place ou en Allemagne révèlerait une dimension importante d’une économie de guerre transnationale d’une part, des conditions de vie concrètes des populations locales d’autre part. De manière plus générale, s’intéresser aux conflits socio-économiques de la période de guerre et aux stratégies de survie des individus permet de reconstituer de manière plus fine les conditions d’exercice de leur agency, les possibilités et les contraintes auxquelles ils font face au jour le jour, et donc les motivations des choix qu’ils font dans les circonstances particulières de la guerre.

A travers ces nouvelles approches, les participants à l’atelier parisien espèrent in fine mieux situer la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’Europe du Sud-Est, en en montrant aussi l’impact dans le court et le plus long terme. Dans le même temps, ils entendent faire ressortir la place propre qu’occupe l’Europe du Sud-Est dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et désenclaver les débats historiographiques propres à cette région en les rattachant à certains débats plus larges qui traversent les sciences sociales d’aujourd’hui.

Geschichte der politischen Ideengeschichte

Date : 10/01/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Gérard Raulet

Programme : Histoire de l’histoire des idées politiques

Das Pariser Treffen am 10. Januar 2015 war als ein bescheidener Workshop konzipiert, bei dem die im Vorfeld des Programme de formation-recherche bereits geleistete Erkundung der Fragestellung (Themen, Autoren, geistesgeschichtliche Zusammenhänge) fortgesetzt und präzisiert wurde.

Allerdings konzentrierten sich zwei von den fünf präsentierten Referaten auf grundsätzliche Fragen der Ideengeschichtsschreibung, die neben den monographischen Beiträgen zu einzelnen Vertretern der politischen Ideengeschichte (Leo Strauss, Carl Schmitt etc.) im Brennpunkt des Projektes stehen.

Dabei zeigten die Ansätze eine starke Divergenz, der in der Fortsetzung des Projektes Rechnung zu tragen sein wird. Beide Ansätze widersprechen einander nicht, stellen aber verschiedene Herangehensweisen an die Fragestellung heran dar und müssen miteinander verknüpft werden.

In seinem Referat Einige methodologische Reflexionen zur Ideengeschichtsschreibung geht Manfred Gangl thematisch und problemgeschichtlich vor. Anhand der politischen Ideengeschichtsschreibung von Max Weber, Karl Mannheim und Max Horkheimer wird aufgezeigt, wie diese Autoren vorgehen, wenn sie sich mit ideengeschichtlichen Komplexen herumschlagen. Sie reagieren auf die historische Ausgangssituation, die Krise der Moderne und den Ersten Weltkrieg, agieren in der Kultur der Weimarer Republik, einer bereits in sich höchst reflexiven Kultur, sind sich der gesellschaftlichen Bedingtheit der politischen Ideen und der historischen Rezeptionslage bewusst und reflektieren ihre eigene Methode der Ideengeschichtsschreibung. Wir befinden uns also bereits auf einer vielfach aufgefächerten metareflexiven Ebene, was es strategisch zu nutzen gilt.

Interessant sind hierbei die Konzepte einer paradoxen Folge der politischen Ideen (Weber), die das Gegenteil dessen hervorbringen, was sie intendieren; das Konzept der Ungleichzeitigkeit der Ideen in der Gleichzeitigkeit und die Unterschiedlichkeit von Generationseinheiten im gleichen Generationszusammenhang (Mannheim) sowie die grundsätzliche gesellschaftliche Bedingtheit von politischen Ideen, wie sie sich über zu bestimmende Zwischenglieder vermittelt (Horkheimer). Diese Konzepte sind nach Gangl für eine moderne Ideengeschichtsschreibung anschlussfähig und sollten nicht aus dem Blick verloren werden, wenn es überhaupt darum gehen soll, über die Bedingungen, Erkenntnis- und politischen Interessen der politischen Ideengeschichtsschreibung nachzudenken.

Rieke Trimcev setzt hingegen bei den diskursiven Praktiken an, begegnet freilich den Überlegungen von Manfred Gangl da, wo es um die Ungleichzeitigkeit(en) geht. Ihr Beitrag Produktive Erkenntnisfehler. Zur historiographischen Aufschlusskraft von Anachronismen für die politische Ideengeschichte schlug vor, die Geschichte der politischen Ideengeschichte radikal als Geschichte der Konstitutionsbedingungen und Typen legitimer Anachronismen zu beschreiben. Dabei wird ‚Anachronismus‘ in einem weiten Sinne als Verwechslung von Zeitebenen definiert: Anachronismen projizieren gegenwärtige Kategorien in eine Vergangenheit, die diese nicht kannte, oder wenden vergangene Kategorien auf Situationen der Gegenwart an. Sie stehen stets unter dem Verdacht des Erkenntnisfehlers. Gleichzeitig sind sie aber auch der sensible Moment jedes ideengeschichtlichen Erkenntnisprozesses: Anachronistische Schlüsse finden immer dann statt, wenn der politische Ideenhistoriker mehr oder minder offen vergangenes politisches Denken nicht lediglich für das akademische Archiv aufbereitet, sondern es aktualisiert. Die Sprache der politischen Ideengeschichte als Disziplin ist daher von Regeln bestimmt, die legitime von illegitimen Anachronismen unterscheiden. Anhand exemplarischer Analysen von Reinhart Kosellecks Projekt der Begriffsgeschichte, Hannah Arendts ideengeschichtlichem Verfahren des „Perlentauchens“ und Jacques Rancières explizit anachronistischem Schreiben versuchte R. Trimcev, das Potential einer solchen an der Verflechtung von Zeitebenen orientierten Analyse herauszustellen.

Der Teil des Studientags, der einzelnen Akteuren der Ideengeschichte gewidmet war, konzentrierte sich einmal wieder auf Carl Schmitt und Leo Strauss, wobei Bruno Quélennec eine Aussicht öffnete auf die eigentliche Pointe des ganzen Forschunsgvorhabens, nämlich auf die Prägnanz der Schemata der Ideengeschichtsschreibung in den zeitgenössischen Debatten und insbesondere in den Debatten über die miteinander streitenden politischen Konzepte.

Zu dieser Problematik haben die drei Referenten folgendermaßen beigetragen. Alfons Söllner (Religion und Politik beim jungen Leo Strauss) betonte, dass seit der Rückkehr der Religionskriege nach Europa der „Theologe“ Leo Strauss beinahe noch aktueller geworden ist als der politische Philosoph. Sein Vortrag rekonstruierte die Denkentwicklung des jungen Leo Strauss bis zum Jahr 1935, und zwar in drei Schritten: 1. das Engagement für den politischen Zionismus während der frühen Weimarer Republik; 2. die Aufklärungskritik im Spinoza-Buch von 1930; 3. die positive Bestimmung des Verhältnisses von Religion und Politik in „Philosophie und Gesetz“ (1935). Abschließend wies Söllner auf die problematischen Konsequenzen hin, die dieser Denkweg für die Grundlegung der politischen Ideengeschichte hat.

Benjamin Pinhas (Ernst Fraenkel vs. Carl Schmitt. Zur Artikulation von Geschichte und Politikwissenschaft) stellte Teilergebnisse seiner Forschung über den wissenschaftlichen Habitus der deutschen Geschichtsschreibung in den heißesten Jahrzehnten ihrer Rückkehr in den Schoss des demokratischen Denkens dar. In der Bundesrepublik avancierte der Remigrant Ernst Fraenkel nicht nur zum anerkannten Spezialisten der amerikanischen Regierungs- und Verfassungslehre, sondern auch zum Vertreter der sogenannten neo-pluralistischen Demokratietheorie. Pinhas versuchte, die Entwicklung des jungen linksgerichteten Juristen von dem kollektiven Arbeitsrecht, das der Sozialdemokrat Hugo Sinzheimer in der frühen Phase der Weimarer Republik schon maßgeblich geprägt hatte, zur staatsrechtlichen Theorie zu skizzieren. Diese Entwicklung erfolgte in ständiger Auseinandersetzung mit Carl Schmitts Staatsverständnis. Wie die jahrelange Konfrontation mit Carl Schmitt entscheidend zur Entstehung des Fraenkel‘schen Pluralismusbegriffs beitrug, war das Anliegen des Referats.

Bruno Quélennec (Thymos und Liberalismus: Sloterdijk, Fukuyama, Kojève und Strauss) untersuchte, was für eine politische Funktion das Homer‘sche Motiv der Beherztheit und des Zorns (Thymos) in der zeitgenössischen politischen Theorie spielt, und zwar besonders bei neokonservativen oder neoliberalen Intellektuellen wie P. Sloterdijk, F. Fukuyama, L. Strauss und den sogenannten „Straussians“. Die Rezeption dieses antiken Motivs, oft mit einer aristokratischen Kriegermoral assoziiert, wird bei diesen Autoren zum Medium ihrer Liberalismus-Kritik. In dem Vortrag ging es darum, den jeweiligen politischen Kontext dieser Rezeption zu beleuchten und eine Typologie zwischen verschiedenen Thymos-Deutungen der Gegenwart zu konstruieren: eine neoliberale (Sloterdijk), eine neokonservative (Strauss und die Straussians) und eine neohegelianische Deutung (Kojève und Fukuyama).

Galeries et avant-gardes. Réceptions croisées, Paris-Berlin. 1900-1950

Date :  21-23/05/2014

Lieu :  Paris

Organisateur :  Denise Vernery-Laplace

Programme : Les artistes et leurs galeries. Entre France et Allemagne, 1900-1950

Compte-rendu de Denise VERNEREY-LAPLACE, Centre Georg SIMMEL.UMR 8131. EHESS. CNRS

Depuis novembre 2013, le programme de recherche propose l’évaluation interdisciplinaire du rôle historique, sociologique et esthétique des galeries d’art dans le contexte de l’émigration et de l’exil des artistes, entre Paris et Berlin, de 1900 à 1950. L’observation de la galerie comme champ interdisciplinaire, au croisement de l’esthétique, de la politique, de la sociologie du travail, de l’économie, de l’histoire de l’art et des transferts esthétiques, conduit à décloisonner les différents régimes de visibilité, à apprécier un double jeu cumulatif entre création et « présentation de soi », dans la perspective des transferts conceptuels et formels entre l’est et l’ouest. La recherche considère ensuite la relation marchands/artistes et souligne le rôle prescriptif du critique, alors que les organes de presse montent en puissance. La chaîne du devenir visible de l’oeuvre est ainsi coopérative et cumulative. Le marchand, le critique, l’artiste, les collectionneurs et amateurs, les acheteurs en sont successivement acteurs.

La galerie permet enfin d’évaluer pour la période observée, l’ampleur de l’internationalisation culturelle, dans les lieux de la pratique artistique moderne. Quelle est donc son autorité dans la sociologie de l’art et des échanges culturels? Quelle fonction spécifique assume-t-elle dans un système de capitalisme artistique? En quoi, à quel niveau faut-il situer son pouvoir alternatif de prescription économique et esthétique ?

Le programme de recherche s’est déroulé en trois sessions: novembre 2013, mai et novembre 2014. Lors de chaque session se sont succédées trois journées : une journée d’études où, en réponse à un appel à projets, des universitaires et doctorants allemands et français présentent leur thème de recherche. La seconde journée est consacrée à la visite de galeries et des lieux de leurs archives. La troisième journée permet l’échange des expériences de recherche entre participants, la lecture et l’analyse de fac-similés de documents d’archives, la synthèse des journées d’étude et de visite.

Mercredi 21 mai 2014, la journée d’études a proposé une approche historique des « Galeries et Avant Gardes. 1900-1950 ». Elle s’est déroulée au Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Salle Julius Meier-Graefe, 45, rue des Petits-Champs ( Paris, 75 001).

La matinée a été consacrée à une approche historique : Galeries et Avant-Gardes. 1900-1939. L’après-midi à l’approche transversale des « Galeries. Espaces et métiers dans le paysage urbain. »

Au mois de novembre 2013, les galeries Denise René, Boulevard Saint-Germain et rue Charlot, la Galerie Beauduin Lebon nous ont ouvert leurs portes. Au mois de mai 2014, les participants ont visité l’Abbaye d’Ardenne où l’IMEC – Institut de la Mémoire et de l’Edition Contemporaine – non loin de Caen conserve les archives de galeries d’art moderne.

Le  Pr Dr THOMAS KIRCHNER, directeur du Centre Allemand d’Histoire de l’Art à Paris, a prononcé une allocution de bienvenue introductive, soulignant l’importance du thème au regard de l’Histoire de l’art franco-allemande, la nécessité d’une analyse transnationale du thème, des transferts esthétiques advenus entre les deux pays durant la première moitié du XXe siècle.

1 : Galeries et Avant-Gardes. 1900-1950

ITZHAK GOLDBERG, sous le titre Kandinsky organise l’exposition expressionniste, a mis en lumière la stratégie d’expositions développée par Kandinsky : elle dépasse l’événement pour devenir une « construction » délibérée, à l’origine du « mythe » Kandinsky. Il observe que la différence de notoriété entre Kandinsky et Jawlensky fait pour l’heure l’objet d’une recherche qui n’en est qu’à ses balbutiements. Le « mythe » Kandinsky est une construction de l’Histoire de l’art qui se fonda à partir de certaines expositions, où Kandinsky collabora avec Franz Marc, critique d’art et peintre, au sein du Blaue Reiter ; la première exposition du groupe en 1911 accompagne le premier numéro de l’Almanach du Blaue Reiter. A travers les expositions, Kandinsky ne cesse désormais plus de mettre en place les événements qui écrivent l’histoire de l’abstraction. La production plastique accompagne l’activité de la critique d’art, à une période particulièrement discursive.

Itzhak Goldberg définit la notoriété comme « le fait d’être connu d’une manière certaine et générale ». La notoriété est un état de fait, une situation aboutie. Elle ne relève en ce sens pas essentiellement de la stratégie, ce serait une définition par trop naïve. Néanmoins, l’historien d’art met rarement l’accent sur l’activité volontariste de l’artiste au début du XXè siècle.

L’autorité de l’abstraction sera, grâce à Kandinsky, redevable de ce critère de notoriété. Ses pères reconnus sont Kandinsky, Malevitch, Mondrian ; la mémoire collective « a oublié » les pionniers plus modestes. Comme à la Renaissance, la production abondante d’écrits théoriques légitiment cette notoriété. Le paradigme d’excellence se forge ainsi hors de son propre champ, l’artiste devient historien de lui-même; personnage charismatique, il se signale par sa capacité d’adaptation à une condition historique donnée, sa conscience de devoir imposer socialement son destin artistique. En 1901, alors qu’il écrit Les Mots de l’Art, Kandinsky crée Phalanx avec Rolf Nitsky, Waldemar Heckel et Wilhelm Huisgen afin de « favoriser une collaboration étroite entre les artistes et résoudre les difficultés que rencontrent les jeunes artistes à exposer leur tableaux ». Il est le président de cette association d’artistes qui offre une visibilité aux peintres méconnus et mal aimés, représentants des courants impressionnistes, symbolistes, Jugendstil. Lors de la seconde exposition du Blaue Reiter, Kandinsky présente 16 toiles de Claude Monet. Entre 1902 et 1904, il organise ainsi douze expositions, concevant parfois l’affiche, multipliant les contacts utiles, au moment de l’exposition elle-même surtout. Il mène de front ses taches d’organisateur et de pédagogue. A chaque fois, l’exposition précède la publication de l’Almanach. Franz Marc écrit : «  Les dés sont jetés. Kandinsky et moi avons jeté les bases d’une nouvelle exposition. »

L’artiste visionnaire impose sa conception de l’abstraction. En 1908-1909, Kandinsky voyage ; à son retour, il s’installe à Munich qu’il qualifie à son arrivée de « Belle au Bois dormant »… Il fonde la Neue Künstlervereinigung München, NKVM que rejoignent Marc et Macke. Dès 1909, il organise une première exposition dans la capitale bavaroise ; grâce au soutien du Conseiller d’Etat, il peut disposer des salles de la galerie Tannhäuser. A l’intérieur du groupe des « abstraits », la tension monte ; Kandinsky tente d’imposer ses conceptions. Franz Marc écrit à August Macke : «  Je prévois clairement que la prochaine réunion avec Kandinsky va provoquer une querelle terrible ». La scission est proche. Kandinsky entend imposer ses idées et confie le 19 mai : « J’ai un nouveau projet, une sorte d’Almanach avec la reproduction d’articles et d’œuvres…. » ; il recommande : « Dans un cas comme celui-ci, être discret s’impose ».

Toute l’action de Kandinsky et de Marc tend à exposer le plus rapidement possible. Marc écrit à un directeur de galerie : «  La meilleure solution serait en mai, à Francfort !… Allons-y pour de bon ! ». En décembre 1909, l’exposition Delaunay ouvre chez Tannhäuser et remporte un succès international. Jusqu’en 1912, elle est itinérante à travers l’Allemagne et à l’étranger.

En 1911, Kandinsky et Marc fondent le groupe Der Blaue Reiter qui édite deux numéros d’un Almanach chez Piper. L’importance rétrospective de Phalanx pâlit rapidement, tant le Blaue Reiter en renvoie une image passéiste. L’exposition qui ouvre le 18 décembre 1912 a pour titre Exposition du comité éditorial du Cavalier bleu. Elle voyage à travers l’Allemagne. Herwarth Walden accepte de recevoir la seconde exposition à Berlin, sur les murs de sa galerie, Der Sturm. Chaque exposition est accompagnée de nombreux ouvrages. La « notoriété » de Kandinsky se construit définitivement, il s’impose comme chef de file.

Mais au début de 1913, les attaques de Walden dans Der Sturm, de Marinetti, sont violents. Cette année-là, Kandinsky évolue rapidement vers l’abstraction, ce n’est pas pure coïncidence, il publie Regards vers le Passé et fait la rencontre de l’opéra de Wagner. C’est à cette date qu’il fait l’expérience sensorielle de l’abstraction. Rentrant un soir dans son atelier il voit une de ses toiles « renversée » – en réalité, posée sur le côté-. Peu importe, l’abstraction représente bel et bien un « renversement » total ; elle tourne le dos, radicalement, à la figuration, ainsi que l’analyse Philippe Sers dans son introduction à la traduction française de l’Ethique de Spinoza.

Au début du XXè siècle, par contre, au contraire de Herwarth Walden, Wassily Kandinsky sera affecté d’une « notoriété négative » qu’il conviendrait d’analyser. Itzhak Goldberg concède que l’absence d’archives handicape néanmoins la recherche.

Itzhak Goldberg, Professeur à l’université de Saint Etienne

JULIA DROST, sous le titre Itinéraire d’un peintre du dimanche, expose les difficiles débuts de Max Ernst sur le marché de l’art parisien. Elle propose une nouvelle lecture de l’aventure surréaliste, s’intéressant aux réseaux de vente et au succès commercial de l’artiste, aspects parfaitement négligés par la recherche jusqu’alors.

Car c’est en vain que l’on cherchera la galerie ou le marchand d’art qui aurait occupé une position de monopole envers l’art surréaliste – à l’instar de Daniel-Henry Kahnweiler qui, à la tête de la Galerie Simon, sut mener le cubisme au succès. L’absence d’une telle figure marquante est inhérente à un système qui, sous la houlette d’André Breton, caractérise de manière spécifique le surréalisme comme « autre » avant-garde internationale. Dès le départ en effet, le surréalisme mise sur sa propre commercialisation et met en œuvre des calculs stratégiques destinés à lui assurer la réussite : de la conception et la réalisation de ses catalogues d’exposition jusqu’à la publication d’une revue lui servant de plateforme idéologique et artistique, de la réclame et la publicité dans l’espace public jusqu’au vernissage et à la scénographie de ses expositions. Le grand succès médiatique de l’exposition Dada Max Ernst La mise sous Whisky marin de 1921, organisé par André Breton et Simone Kahn à la galerie au Sans Pareil, en est un bon exemple. Seulement, sur le plan commercial, ce n’était pas du tout la même chose: entre 1920 et 1924, les plus grands collectionneurs de Max Ernst étaient les poètes et les amis eux-mêmes, Max Ernst survit de « travaux de hasard » et « peint, quand il le peut, le dimanche »[1].

Confronté à la nécessité de subvenir à ses besoins et déterminé par sa volonté de réussir, l’artiste se met activement à la recherche d’occasions d’expositions, de ventes et de collaboration avec des galeristes. Il va jusqu’à exposer ses tableaux, en 1923 et 1924, au Salon des Indépendants, qui, depuis la guerre, avait perdu sa réputation d’avant-garde. Paul Rosenberg, avec sa galerie de l’Effort moderne, se montre en 1924, certes, intéressé par le surréalisme, mais reste toutefois extrêmement distant sur le plan commercial, craignant que la peinture de Max Ernst ne convienne pas au goût du public de l’Effort moderne.

A l’instar de la galerie de l’Effort moderne, les jeunes galeristes de la « rive gauche » comme la Galerie Jeanne Bucher considèrent, elles aussi, la nouvelle avant-garde comme un risque pour leur entreprise. Toutefois, Jeanne Bucher montre, en 1925, dans ses modestes locaux les frottages pour Histoire naturelle de Max Ernst. Le cas de Max Ernst semble bien illustrer une tendance générale, selon laquelle les artistes surréalistes travaillent avec plusieurs marchands – Max Ernst à ce moment notamment avec les Galeries Jeanne Bucher et Van Leer. Cette dernière jeune galerie, fondée au début des années vingt par le Néerlandais Van Leer et co-dirigée par un arménien, Aram D. Mouradian, organise en 1926 et 1927 deux expositions individuelles à l’artiste. Il convient par ailleurs de souligner le rôle important de Jacques Viot, courtier et marchand de chambre, figure centrale du marché encore trop peu connue, dans la rencontre de Max Ernst avec Mouradian.       

Julia Drost, Docteur en Histoire de l’art. Abteilungsleiterin am Deutschen Forum für Kunstgeschichte, Paris

ANNIE COHEN-SOLAL propose un Retour sur la trajectoire de Leo Castelli, premier galériste global (1907-1999)

Dans le prolongement de ses recherches consacrées, depuis plus de vingt ans, à l’histoire sociale de l’artiste aux Etats-Unis, Annie Cohen Solal insiste, à côté des artistes qui sont les « acteurs manifestes » du monde de l’art, sur le rôle de ces « acteurs dynamiques » que furent les collectionneurs, les marchands et les critiques. Sa démarche est celle d’une historienne tout autant que d’une sociologue ; ses outils de travail, utilisés tout d’abord pour analyser la trajectoire d’intellectuels tels que Nizan et Sartre, s’appliquent désormais aux acteurs du monde de l’art et impliquent une approche tout à la fois interdisciplinaire et interculturelle, fondée sur la constatation de la mobilité des agents culturels.

Pour introduire la trajectoire de Leo Castelli, elle commente un portrait du galériste par le photographe Robert Mappelthorpe qui a été présenté dans une galerie de Trieste, pour souligner l’épaisseur du mythe que Castelli avait construit autour de sa personne. En 1907, année de la naissance de Castelli à Trieste, cette ville est le port dynamique de l’Empire austro-hongrois mais, dès 1918, la ville de Trieste où Castelli passera son enfance et son adolescence deviendra une petite ville de province italienne. Castelli vivra entre Vienne, Milan, Bucarest et Budapest avant de commencer sa carrière à Paris comme collaborateur de René Drouin, dont la galerie est inaugurée le 5 juillet 1939 Place Vendôme, ainsi que le documentent des photos du magazine Harper’s Bazar. En 1941, Castelli arrive aux Etats Unis grâce à l’aide de son beau-père, Michael Shapira, un magnat roumain dont Castelli a épousé la fille Ileana (en 1960, elle se remariera avec Michael Sonnabend et prendra son nom.) A New York, en 1941, Castelli commence comme un homme d’affaires qui n’est pas encore un marchand, et se forme durant onze ans au MoMA, fasciné par le modèle d’Alfred Barr, son directeur, tout en prenant, entre 1949 et 1952, une part active au Club, un groupement d’intellectuels et d’artistes d’un genre nouveau à New York aux côtés de Hannah Arendt et Alfred Barr. Il commence à travailler comme guest curator chez Sidney Janis et, en 1950, il expose les artistes français et américains en face à face : Rothko et de Stael, Pollock et Lanskoy, De Kooning et Dubuffet, entre autres.

Aux Etats-Unis, avant les années 1970, l’artiste demeure un citoyen dramatiquement mal aimé mais Leo Castelli s’appliquera à transformer son statut, à le légitimer, à le faire respecter dans son propre pays, avant de le faire reconnaître internationalement grâce à la Biennale de Venise et à son réseau de galeries satellites, puis de lancer le marché de l’art américain dès 1974, révolutionnant ainsi la situation de l’artiste états-unien.

Quelles sont ses stratégies ? Dans un premier temps, Castelli utilise l’art européen comme une locomotive, afin de faire sortir les peintres américains de l’anonymat. Aux Etats-Unis, la tradition du critique soutenant l’artiste était inconnue, à la différence de la France où, au contraire, la tradition des salons, des cafés tels que le café Guerbois avaient permis à une tradition critique de s’établir, ainsi qu’en attestent les relations entre Baudelaire et Delacroix ou plus tard entre Cézanne et Zola.

En 1957, Leo Castelli ouvre sa première galerie dans la chambre de sa fille, tout en restant l’ « élève de Barr » auquel il a fait découvrir les artistes locaux. La collection permanente du MoMA représente alors pour Castelli la plus grande « encyclopédie  d’art européen» reconstituée à New York grâce notamment au génie de Barr et aux migrations des deux guerres mondiales.

Pendant l’été, les Castelli reçoivent les artistes dans leur maison d’East Hampton ; parmi ceux-ci, Pollock et de Kooning, mais Castelli ne les exposera pas car ce qu’il recherche, c’est le nouveau, ce sont les « épiphanies artistiques ». Sa plus grande découverte sera celle de Jasper Johns que Castelli expose alors qu’il n’a que vingt-sept ans. Mais dès cette première exposition en janvier 1958, Castelli réussira immédiatement à obtenir pour son artiste-fétiche la couverture de Artpress et la reconnaissance par le MoMA puisqu’Alfred Barr fera l’acquisition de trois des toiles de l’artiste pour son musée. Leo Castelli offrira à « ses » artistes (Johns, Rauschenberg, Stella, Lichtenstein, Warhol), la sécurité financière, sur le modèle européen. Il va les légitimer, en faisant appel aux plumes de Leo Steinberg ou de Robert Rosenblum -des universitaires experts de la Renaissance italienne ou de l’Impressionnisme français- pour rédiger des articles sur ses artistes. Très confiant dans la valeur culturelle de ce qu’il fait, il impose sa galerie parmi les institutions culturelles new-yorkaises et s’implante comme une institution à part entière, impliquée dans la transmission du savoir.

Leo Castelli réussit, dans un second temps, à faire légitimer les artistes américains à l’étranger. En 1964, il impose Rauschenberg à la Biennale de Venise. Ses stratégies de vente et de promotion sont héritées du marketing. Son ex-femme, Ileana Sonnabend le seconde depuis Paris et utilise la première les colonnes Morris pour faire la promotion des artistes américains. Dans le périmètre new-yorkais, les espaces des galeries de Castelli qu’il ouvre une à une au fil des années (en quatre décennies, il en ouvrira 9 dans toute la ville) sont consacrés à différents objets : la seconde galerie, à Harlem, sera consacrée aux grands formats; avec la troisième, sur West Broadway, en 1971, il lancera le quartier de Soho comme nouvelle « Mecque du monde de l’art » comme naguère Jean-Paul Sartre lança Saint-Germain des Prés; dans une autre, Gallery Graphics, il présentera photos et gravures pour un public plus jeune et moins fortuné. Il adoubera également Larry Gagosian, à une époque où, vieillissant, il se rapproche du jeune marchand de Los Angeles, auquel il donnera sa clientèle. A Los Angeles, à Dallas, en Floride, à Saint-Louis, sont créées des galeries satellites en général par d’anciens collectionneurs qui, fascinés par le personnage de Castelli, cherchent à récupérer une partie son prestige. Mais Castelli les manipule très habilement, en inventant la waiting list, car il décide qu’il ne « vend pas de tableaux », mais qu’il « place des œuvres » dans des collections qu’il choisit lui-même, inversant en cela le rapport de forces qui prévalait auparavant dans le monde capitaliste américain triomphant.

Puis ce sera le réseau européen de Castelli avec, à Paris, dès 1963, la galerie d’Ileana Sonnabend : alors qu’à cette époque, l’art américain se vend très mal en France elle s’appuie sur des agents culturels déplacés, et tisse ses réseaux, de telle manière qu’en quatre décennies (avec plus tard l’ouverture de la galerie Daniel Templon), les plus grosses collections de Pop art seront créées en Allemagne (avec Peter Ludwig à Cologne) et en Italie (avec Panza di Biumo à Varese). Castelli est l’incarnation-même de la définition de l’entrepreneur dynamique et « preneur de risques » selon Schlumpeter, et il assumera dans son domaine un rôle prescriptif de plus en plus éminent.

Annie Cohen-Solal insiste enfin sur la présence très influente des juifs émigrés dans le monde de l’art, à partir de l’arrivée de l’Abstraction. Juifs allemands fortunés, tel Paul Sachs ; intellectuels et critiques austro-hongrois, tels Castelli et André Emmerich ; artistes russes et polonais, tels Rothko ou Gottlieb. Elle conclue en proposant une opposition entre Leo Castelli et Larry Gagosian : si le premier fut un artists gallerist, au service des artistes qu’il a découverts successivement, le second est définitivemement un collectionners gallerist, à la recherche de nouvelles fortunes potentielles, partout dans le monde.

Annie Cohen-Solal, docteur ès lettres, professeur des universités, commissaire générale au Centre Pompidou pour « Magiciens de la terre 2014 »

Sophie GOETZMANN, analyse les relations ambigues entre Herwarth Walden et la France. En 1912, Herwarth Walden a fondé à Berlin la galerie Der Sturm, consacrée à l’avant-garde. Cosmopolite dès l’aube, elle accueille les artistes futuristes et rayonnistes.

Une lecture internationaliste des textes consacre Herwarth Walden prophète de la modernité. Depuis 1960, expositions et catalogues vont en ce sens. L’exposition qui se tint en 2012 au Van der Heydt Museum de Wuppertal : Der Sturm, Zentrum der Avant-Garde en est une confirmation. Or cette image de la modernité fraternelle doit être nuancée, voire accueillie avec méfiance. L’intellectuel Herwarth Walden ne dissimule-t-il pas ses sympathies nationalistes ? Béatrice Joyeux-Prunel va en ce sens dans Nul n’est prophète en son pays. Franz Marc, quant à lui, a toujours pensé en termes nationaux ainsi que le révèlent les textes traduits publiés par Maria Stavrinaki en 2006. Der Sturm n’a néanmoins pas encore fait l’objet d’une relecture d’envergure quant à sa dimension nationaliste. En 1990, quelques documents sont apparus qui jettent un éclairage compromettant sur le rôle de Herwarth Walden durant la Première Guerre. Moyennant compensations financières, le directeur de Der Sturm se serait mis au service de la propagande allemande à l’étranger, invoquant pour raison que l’Allemagne n’était pas responsable de la guerre… Tout advint de manière occulte, car il garda galerie et revue à l’écart de la politique.

Le problème est désormais d’établir comment il a pu œuvrer pour les services secrets de sa nation. Sophie Goetzmann propose une synthèse à travers les relations qu’entretint la galerie avec les artistes français.

La première question est de définir dans quelle mesure la notion d’art français repose sur l’internationalisme ou sur le nationalisme. En 1911, Der Sturm avait publié quelques articles sur la vie culturelle française. En 1913, la revue est en partie consacrée à Robert Delaunay. En 1913, l’artiste est à Berlin avec Apollinaire. Cette année là, à l’occasion du Salon d’Automne, Herwarth Walden vient à Paris où il rencontre les avant-gardes avec lesquelles il a entretenu une correspondance suivie. Dans l’Allemagne francophile des années vingt, Herwarth Walden dénonce un esprit résolument anti-nationaliste… Je ne comprends pas cette phrase Dans la revue, cependant, il souligne l’importance du modèle français dont l’Allemagne doit s’enrichir. Il convient, insiste-t-il, que l’Allemagne s’enrichisse de l’esprit et des modèles venus de France, d’influences françaises et européennes ou des franges de l’Europe de l’est. Quand il apprend que Le Fauconnier a été nommé directeur d’un atelier parisien, il s’empresse de prôner semblable exemple pour l’Allemagne. En août 1911, à l’occasion de la publication de Zur Entwicklung der modernen Malerei de Wilhelm Worringer, un article de Der Sturm pointe la tradition « prétendument » germaniste de l’influence française. Aucun de ces articles, relevons-le, n’est signé par Herwarth Walden lui même qui, au contraire, publie à Paris dans le Paris Journal.

La seconde question à soulever est la suivante : Der Sturm se refuse-t-il à défendre l’art allemand en tant que tel, persiste-t-il à ne mettre en avant qu’un rapport univoque de l’Allemagne vers la France, laquelle ne s’extasierait en retour pas devant l’art allemand? Le fait semble confirmé par un article de Kurt Striepe en mars 1914, Die neue Kunst in Norden, où le peu de considération des artistes allemands envers l’Allemagne est abondamment soulignée en opposition à l’admiration qu’ils portent à la France. Au printemps 1914, Apollinaire a l’idée de publier dans l’Instransigeant des articles sur les artistes étrangers ; or quand il demande à Herwarth Walden d’intervenir à propos des artistes allemands, la réponse de ce dernier est enthousiaste, car la méconnaissance des Français envers les Allemands suscite chez lui une immense déception. C’est l’une des nombreuses marques de la complexité d’Herwarth Walden; quand Lovis Corinth écrit ailleurs que le pays influence la manière de peindre, Walden lui répond avec ironie dans les colonnes de Der Sturm.

Sophie Goetzmann souligne, en conclusion, la pauvreté des concepts d’ « internationalisme » et de « nationalisme ». « Nationalisme » n’implique pas nécessairement xénophobie ou conservatisme. Et l’attitude de Herwarth Walden en 1914, si ambiguë soit-elle, ne saurait être accusée de xénophobie.

Sophie GOETZMANN, doctorante, Université Paris IV

DOROTHÉE WIMMER brosse le tableau des Galeries et critiques d’art. Paris et Berlin au lendemain de la Seconde guerre mondiale

Berlin en 1945, « l’année zéro »? Cette expression s’est imposée, à la manière d’un mythe, pendant la période de l’immédiat après-guerre. On est donc en droit de se demander s’il existe, après la capitulation sans conditions de l’armée allemande et l’effondrement du régime nazi, un marché de l’art, une vie culturelle, dans cette ville transformée en champ de

ruines et désormais divisée en quatre secteurs par les Alliés. Et de fait, force est de constater que jusqu’au blocus de 1948, le marché de l’art et la vie culturelle vont s’épanouir à Berlin, accompagnés par le développement très dynamique d’une surprenante diversité culturelle. Grâce au soutien des Alliés, dès l’année 1945, les expositions se multiplient rapidement puisque en 1946 déjà, , on dénombre quelques 70 expositions organisées par des institutions publiques ou privées.

À peine trois mois après la prise de Berlin par l’armée soviétique, on assiste à la fondation de la première galerie d’art allemande privée de l’après-guerre, la galerie Gerd Rosen au Kurfürstendamm. Plusieurs autres galeries privées, principalement spécialisées dans l’art moderne, furent inaugurées dans les temps qui suivirent, dont la galerie Buchholz, réouverte en novembre 1945, les galeries Schüler, Bremer, Franz et Springer et la librairie Lowinsky, ce qui faisait d’elle la seule galerie présente dans le secteur occupé par les soviétiques. Parmi les artistes qui exposaient régulièrement dans ces galeries pendant les premières années après la capitulation, on peut mentionner entre autres, Hannah Höch, Karl Hartung, Heinz Trökes (le premier directeur artistique de la galerie Rosen), de surcroît Willi Baumeister et Karl Otto Götz, qui résidaient alors dans l’Ouest et le Sud de l’Allemagne. C’est autour de ces artistes que s’est créé un réseau dont de nombreux membres ont par la suite occupé des postes de professeurs dans les Universités des Arts, sont devenus membres du Deutscher Künstlerbund (la Ligue des artistes allemands) et de l’Académie des arts de Berlin (située à l’Ouest).

Durant les années de l’immédiate après-guerre, la situation de Berlin s’avéra bien plus favorable que celle d’autres villes allemandes en raison de l’occupation de la ville par les quatre nations alliées, dont les goûts comme clients des galeries étaient aussi variés que nombreux. Berlin a ainsi bénéficié d’une situation « internationale » qui prit brutalement fin avec le blocus en 1948. Cette politique de la guerre froide exerça une pression très forte sur les prix et provoqua à Berlin une baisse qui rendra les prix bien plus bas que ceux pratiqués dans les zones situées à l’Ouest.

En raison de cet état de fait, il fallut attendre la levée du blocus pour que les relations avec les marchands d’art de l’Ouest de l’Allemagne s’intensifient.

Dorothee Wimmer expose ensuite la réception de l’art dans l’Ouest de l’Allemagne en tant qu’expression de la démocratie et de la liberté.

Alors que la revue bildende kunst publiée par Carl Hofer et Oscar Nerlinger dans la zone d’occupation soviétique met en avant la fonction sociale des artistes et de l’art contemporain « après l’enfer du Troisième Reich », Woldemar Klein, quant à lui, – fondateur en 1946 de la revue Das Kunstwerk. Eine Monatsschrift über alle Gebiete der bildenden Kunst (L’œuvre d’art, une revue mensuelle consacrée à toutes les formes des beaux-arts) qui devait devenir l’un des organes de publication les plus importants dans le domaine de l’histoire de l’art moderne et contemporain en Allemagne de l’Ouest –conçoit chaque œuvre comme atemporelle et avant tout esthétique, indépendante des circonstances économiques, sociales et politiques.

Dans le numéro double consacré à l’art abstrait de la revue Das Kunstwerk en 1947, Leopold Zahn insistait lui aussi sur la nécessité de garantir la liberté individuelle de l’expression artistique qui, en raison de l’expérience traumatique de la politique nationale-socialiste en matière d’art, a été inscrite dans la Loi fondamentale en 1949. Concernant l’art abstrait, il écrit : « Il est certain que le fossé qui sépare l’art moderne et le ‘peuple’ est tout à fait regrettable, mais livrer l’artiste à la dictature du goût des masses équivaudrait à un sacrifice de l’art. Nous avons encore tous présentes à l’esprit les dérives auxquelles peut nous conduire une vision autoritaire de ‘l’art pour tous’ ». L’art abstrait fut donc « au sens large » présenté comme étant d’une valeur équivalente à l’art moderne.

Ce mode de pensée, qui défendait l’idée d’une continuité de l’art moderne, amenant naturellement l’affirmation progressive de l’art abstrait dans un processus uniquement interrompu par « l’intermède de la dictature nazie », permettait à l’Allemagne de l’Ouest de l’après-guerre de prendre ses distances avec son passé récent. « […] l’art moderne, écrit Egon Vietta en 1949 dans son article La croisade des expositions, « peut maintenant arguer qu’il a été opprimé par le régime national-socialiste et revendiquer de plein droit son attitude spirituelle intacte. » D’autre part, la réception et aussi la création de l’art dans l’Ouest de l’Allemagne met en évidence la tentative de placer sur un même plan la tradition française et européenne de la peinture moderne et l’art abstrait contemporain « germano-américain ». Ce grand écart est également symptomatique de la situation spécifique de l’Allemagne de l’Ouest de l’après-guerre sur le plan culturel et politique : les zones occupées en Allemagne de l’Ouest se voient forcées aussi bien par les Alliés de l’Ouest que par les élites allemandes économiques et politiques à une intégration à l’Ouest.

Dorothee Wimmer esquisse ensuite un tableau de l’art qui, à Paris, en 1944, après l’occupation allemande, devient l’ expression de la résistance et de l’engagement.

À la suite de l’entrée victorieuse des forces nationales-socialistes dans Paris et peu de temps après le début de l’occupation, de nombreuses lois sont promulguées afin de légaliser la confiscation des biens juifs et permettre leur transfert vers l’Allemagne. Paris devient la plaque tournante de ce pillage artistique. Des galeries profitent de la situation pour s’enrichir, même si elles doivent se soumettre à la censure exercée par le régime national-socialiste. Quelques galeries néanmoins, malgré l’occupation et la censure prenaient le risque d’exposer des artistes des avant-gardes internationales et de leur offrir un lieu de rencontre ; parmi elles, la galerie Jeanne Bucher et la galerie L’Esquisse.

La fin de l’occupation des forces allemandes en août 1944, puis la capitulation sans conditions de l’armée allemande qui met fin à la guerre le 8 mai 1945, donnèrent lieu à des scènes de liesse dans les rues de Paris. La résistance contre l’oppression et la privation de liberté a, après la fin de la guerre en 1944, été élevée au rang de mythe national. Les communistes ont particulièrement contribué à la préservation de l’identité française : leur engagement dans des groupes de la Résistance leur a valu le triste privilège d’être la communauté à compter le plus grand nombre de morts dans ses rangs. À l’instabilité politique extrême qui règne au cours de la IVe république – la durée moyenne des gouvernements successifs entre 1946 et 1958 ne dépassant pas sept mois – répond un engagement des intellectuels de la jeune génération particulièrement, qui prendront les dimensions d’un phénomène de masse d’une nouvelle ampleur.

Jean-Paul Sartre était l’idole de ce mouvement « existentialiste ». Dans le domaine de l’art, ce rôle est tenu par Pablo Picasso dont les œuvres pendant l’occupation allemande faisaient l’objet d’une interdiction d’exposition et de publication. Selon Sartre, la vocation humaine serait d’aspirer à la liberté, la liberté se réalisant dans l’engagement: « Il ne peut y avoir de pour-soi libre que comme engagé dans un monde résistant. »

Dorothee Wimmer expose que la notion de liberté était, par conséquent, durant les premières années de l’après-guerre en France affectée d’une forte connotation politique, différente cependant de celle qui régnait en Allemagne en raison des conditions historiques inégales. Pour cette raison, la polémique qui sévissait à Paris dans le monde de l’art entre l’art figuratif et l’art abstrait présente d’autres caractéristiques que celles que nous avons exposées en Allemagne.

Dans le climat de plus en plus tendu de la guerre froide, à Berlin-Ouest et dans l’Ouest de l’Allemagne, l’art abstrait est ressenti comme l’art du monde libre, en opposition à l’art officiel « communiste « du système politique de la RDA qui lui, au contraire, se donne pour but de faire disparaître le marché de l’art capitaliste. Dans la nouvelle société démocratique de l’Allemagne de l’Ouest, les forces dirigeantes se sont engagées à ne pas exercer d’influence « directe » sur le monde de l’art et au contraire à garantir son libre épanouissement. Dans ce contexte, l’art abstrait est considéré comme étant à même de résister à toute idéologie. Ironiquement, dans le même temps, il se retrouve porteur de l’idéologie qui consiste à en faire la manifestation de la liberté individuelle, d’un langage universel, mondial.

L’art abstrait face à l’art figuratif : Dorothee Wimmer souligne la diversité des galeries, salons et débats culturels au lendemain de la Seconde guerre mondiale à Paris

Quelle forme d’art était considérée dans la France de l’après-guerre comme véhiculant le mieux des valeurs telles que la liberté et l’engagement après des années placées sous le signe de l’occupation, de la collaboration et de la résistance ? Et quel rôle jouaient donc aux côtés de la critique et des salons les galeries d’art, car, contrairement à Berlin, Paris n’était pas réduit à un champ de ruines ? Point de départ symbolique, le Salon d’Automne d’octobre 1944, dit « de la Libération » marque l’ouverture de la première saison artistique « libre » à Paris et l’entrée dans une période de foisonnement créatif, de multiplication des galeries et de vifs débats esthétiques. Ce salon révèle de manière criante les tendances artistiques opposées qui s’y côtoient : Le Salon de la Libération de 1944 expose côte à côte des œuvres des « jeunes peintres de la tradition française » (Villon, de Staël, Léger, Braque et Delvaux) qui étaient déjà présents en force lors du Salon de l’année précédente, alors que la France se trouvait encore sous le joug de l’Occupation, et un hommage à Pablo Picasso. L’artiste dont les œuvres pendant l’occupation faisaient l’objet d’une interdiction d’exposition avait pour la première fois consenti à participer à un salon.

En outre, l’année 1946 vit la fondation du Salon des Réalités Nouvelles qui se voulait un lieu d’exposition privilégié pour les représentants de l’abstraction géométrique. Dans la Galerie Denise René se réunissent les constructivistes, les plus jeunes aux côtés de leurs aînés. De même, la jeune revue Art d’aujourd’hui servait de relais aux idées de ce courant artistique. À la même période, l’artiste Georges Mathieu devint l’initiateur du courant de l’abstraction lyrique et exposa ses œuvres en 1947 à la Galerie Colette Allendy, aux côtés de celles de Wols, Hartung, Riopelle et Ubac. Selon la critique, les défenseurs de la peinture figurative associeraient au mot « tradition » « un sentiment national français » que seule la peinture figurative serait à même d’exprimer parce qu’elle seule refléterait la tradition dans le monde occidental. Les défenseurs de la peinture abstraite, pour leur part, s’intégreraient certes dans la continuité de l’histoire de la peinture, mais ils se prononceraient en faveur d’une mutation du langage des images.

Cette « guerre des images » française autour de la peinture contemporaine a influencé la période de l’après-guerre durant laquelle Paris, une nouvelle fois est devenue un centre d’attraction international ;pour les artistes du monde entier, un lieu de transfert culturel important dans le monde occidental. « L’École de Paris « a pu dominer le marché de l’art international grâce à la presse, aux salons, plus tard aux biennales, aux prix internationaux et aux galeries.

Denise René, qui ouvrit sa galerie en novembre 1944, décrit l’euphorie qui régnait à cette époque comme suit :« Nous avions vécu quatre ans sous une dalle de béton et voilà qu’elle volait en éclats. »

Dr Dorothee WIMMER, Docteur en Histoire de l’art. Responsable scientifique du Forum Kunst und Markt à la Technische Universität Berlin

2 : Les galeries . espaces et métiers dans le paysage urbain

Séverine Marguin propose de s’intéresser à l’évolution De la galleria à la galerie de vente, une histoire du concept de galerie d’art  et s’interroge : la signification attachée au terme de galerie est-elle révélatrice de la structuration du champ de l’art ? Elle situe cette intervention dans le cadre de recherches doctorales qu’elle conduit à Berlin sur les Projekträume – espaces indépendants de création et d’exposition, autogérés par des artistes, qui bannissent le concept de « galeries » à qui ils attribuent une dimension purement commerciale. Le Projektraum – ou artist-run-space – est apparu au cours des années 1960 à New York, au début des années 1970 à Berlin) et dans de nombreuses autres métropoles culturelles.

Séverine Marguin rappelle l’origine du terme « galerie », emprunté à l’architecture, où il apparait dès l’Antiquité pour désigner un espace – couvert ou non – puis, par extension sémantique, la collection d’œuvres qui y est présentée et enfin l’ensemble des spectateurs qui la visitent. Le terme moderne de « galerie » apparaît au IXè siècle et est issu, par dissimilation, de galilaea (« porche d’église de monastère »).

Comment le terme, au fil des siècles a-t-il pu évoluer pour renvoyer aujourd’hui, avant toute chose, aux intermédiaires marchands et non aux musées ? Comment le terme a-t-il pu être imprégné d’une telle connotation commerciale ? Selon quels basculements sémantiques, ces mutations sont-elles datables ? Y a-t-il une distinction entre galeriste et marchand de tableaux, ou marchand d’art ? Séverine Marguin avance l’hypothèse selon laquelle la trajectoire sémantique du terme de « galerie » reflèterait, dans le contexte occidental, l’évolution de la structuration du champ de production artistique. Les significations successives du terme « galerie » accompagneraient ainsi le processus d’autonomisation du champ de l’art, professé par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1992). Les années 1950 marqueraient l’apogée de la conception « autonomiste » des galeries » ; après ceci, le terme de « galerie » se serait peu à peu hétéronomisé, jusqu’à ne désigner, à partir des années 1960, qu’un espace dédié à la vente.

Séverine Marguin revient sur l’historique de cette autonomisation, depuis les premières galeries au sens de lieu d’exposition destiné à un public de potentiels acheteurs. En l’absence d’espace dédié, les premiers marchands, les « peintres-marchands », exposaient leurs œuvres lors des différents salons qui ponctuaient l’année artistique. Leurs noms apparaissent sur les livrets de ces salons. La création d’espaces dédiés date du XIXe siècle : certains marchands transforment une partie de leur papeterie ou de leur magasin de fourniture de matériel artistique (les « marchands de couleurs ») en galeries, décrites comme des « boutiques »; ainsi la boutique du marchand Desforges, puis sous le Second Empire, les galeries Goupil ou Durand-Ruel  Père, où gravures, d’estampes et tableaux sont proposées à la vente. Le terme de « galerie » s’impose alors aux côtés de celui de boutique pour désigner un espace d’exposition d’œuvres proposées à la vente. Le rôle du marchand de tableaux – dont l’archétype est Paul Durand-Ruel – acquiert ses lettres de noblesse.  Ces nouveaux marchands sont tout autant les découvreurs passionnés d’un artiste que son agent commercial. Leur démarche peut être esthétique, désintéressée ; elle s’inscrit dans le « sous-champ de production restreinte » défini par Pierre Bourdieu, où le marchand d’art/mécène devient le « créateur du créateur » qu’il décharge « des soucis matériels », organisant des expositions particulières qui font concurrence aux Salons. Les études de Moulin en 1965, White et White, en 1967, Velthuis en 2005, De Maupeau et Saint-Raymond en 2012 (dans le cadre du projet Artlas coordonné par Béatrice Joyeux-Prunel),  analysent ce passage.   Raymonde Moulin a ainsi distingué les « entrepreneurs » et les « négociants ». Parmi les « entrepreneurs », Ambroise Vollard, Daniel-Henry Kahnweiler, attachés à la promotion d’artistes avant-gardistes, qui se positionnent comme défenseurs de nouvelles esthétiques et prennent des risques sur le marché dit « primaire » en s’assurant l’exclusivité de la production des artistes de leur écurie. Les seconds, les « négociants », agissent sur le marché dit « secondaire» et revendent des peintures de maîtres déjà consacrés sur le marché primaire. Leur légitimité étant déjà établie, ils représentent une valeur sûre. Citons Joseph Duveen ou encore la famille Wildenstein.

Les années 1950 et davantage 1960 consacrent le modèle des galeries tenues par des entrepreneurs. La galerie devient la « matrice des avant-gardes ». Alors s’opère, selon Ami Barak (1992) un déplacement des marchands d’art de la périphérie vers le coeur du champ de l’art. Comme l’a montré Julie Verlaine dans son travail sur Les galeries parisiennes. 1944-1970, « l’évolution la plus notable se traduisit en effet par un poids prépondérant des galeries d’art […] pour ce qui concernait la révélation des talents, la présentation des œuvres ». Les Salons, par contre, perdent de leur influence. Ce couronnement du rôle des intermédiaires marchands dans la découverte des avant-gardes se traduit par l’introduction du terme  de « galeriste ». La segmentation entre les deux types de marchands (« entrepreneurs » et « négociants »), soit entre une conception autonome ou hétéronome du métier d’intermédiaire marchand, s’incarne alors dans la différenciation entre « galeriste » et « marchand d’art ». Les « galeristes » sont ceux qui offrent un premier lieu d’exposition (on retrouve l’étymologie de la galleria) aux artistes novateurs. Dans la veine des marchands-mécènes, ils poursuivent des activités de promotion esthétique plutôt qu’économique. L’adoption massive du format white cube par les galeristes montre bien cette volonté de sacralisation des œuvres d’art. Les galeries deviennent ainsi ce que O’Doherty qualifie de « chambre unique à esthétique ». Dans ces franges les plus autonomes de la population de galeristes (on pense à Anny De Decker, Iris Clert ou Pierre Restany de la galerie J), le rôle de la galerie est pensé comme un espace prolongeant la création artistique » (Verlaine, 2008). Ce sont des « galeries-pilotes », « des galeries laboratoires » ; c’est ainsi que Pierre Restany qualifie sa Galerie J. Ces galeristes s’élèvent au-dessus du simple intermédiaire marchand et élargissent leur rôle de soutien passif aux créateurs à un soutien actif, en bousculant notamment les codes d’exposition. Le paradoxe est atteint alors qu’ils se qualifient eux-mêmes d’ « anti-galerie », c’est-à-dire « anti-lieux » d’exposition. L’engagement et l’exemple de Anny De Decker, fondatrice de la Wide White Space en 1966 à Anvers, qui accueillera Panamarenko, Broddthaers, James Lee Byars, Joseph Beuys, Christo, Carl André, Lawrence Weiner… suscite l’apparition du terme « anti-galerie », tant il va au-delà du simple fait de montrer et de vendre (Johan Pas, 2005). On parle alors d’anti-galerie, d’anti-musée, de centre de communication. (Devillez, 2008). La frange la plus autonome de cette population de galeristes côtoie de près un nouvel acteur en train d’émerger : les artists-run-spaces. Ces structures sont généralement initiées par les artistes eux-mêmes, en quête d’alternatives de diffusion pour leurs oeuvres. Elles proclament clairement leur orientation anti-commerciale, non-marchande et se nomment aussi – entre autres – « galeries » : on parle ainsi de « galerie associative », alternative, de Selbsthilfe-Galerie, de galerie non-commerciale. Unique exemple en France  (le phénomène est absent de Paris), la Cédille qui sourit, boutique atelier qui vit le jour en 1965 à l’instigation de Robert Filliou et Georges Brecht à Villefranche-sur-Mer.

Séverine Marguin avance l’hypothèse selon laquelle ces initiatives, radicalement autonomes, désignées par les acteurs eux-mêmes sous le terme de « galeries », contribuent à baigner ce terme d’une aura autonomiste, déconnectée de la sphère marchande. Au cours de cette période (des années 1950 aux années 1970), la galerie peut faire référence à un espace d’expérimentation, qui soutient les artistes quand elle n’est pas autogérée par les artistes eux-mêmes. Marian Goodman, qui a fondé sa galerie en 1977 à New York, s’exclame en ce sens: « Je ne suis pas un marchand, je suis une galeriste! Je supporte les artistes et non l’œuvre! ».

Comment comprendre dès lors la connotation actuelle du terme de « galerie », questionne Séverine Marguin ? En effet, la connotation actuelle est plus du tout baignée de cette aura autonomiste. Séverine Marguin a avancé l’hypothèse que ce basculement sémantique du terme de galerie est à relier avec l’hétéronomisation croissante du champ de l’art, qui se traduit par sa financiarisation. Au cours des trois dernières décennies, le champ de l’art a été marqué par un fort mouvement d’économisation, bzw. de marchandisation (Graw, 2008). C’est comme si l’économisation croissante de la production artistique se révélait à travers la conquête sémantique du terme de galerie. Trois dimensions peuvent être ici distinguées : la première est une concurrence féroce entre les galeries, qui les poussent à privilégier avant tout leurs objectifs marchands ; la seconde est l’accentuation de la dichotomie entre public et privé, qui vient renforcer la dimension marchande des galeristes ; la troisième est l’émergence d’une scène indépendante foisonnante, qui se positionne elle-aussi en butte aux motifs économiques des galeristes. C’est bien dans ces conditions que le terme de galerie subit un processus d’hétéronomisation.

Séverine Marguin, doctorante, Centre Marc Bloch Berlin

Corinne HERSHKOVITCH, présente Les galeries d’art entre les deux guerres et la judiciarisation progressive du marché de l’art. Elle expose comment la relocalisation des biens culturels va servir les nationalismes.

De 1900 à 1950 dans le contexte de l’essor de l’art, alors que s’impose la prééminence de Paris, qu’ouvrent les galeries, la nécessité de mettre en place une protection du patrimoine culturel et des artistes s’impose clairement. A la suite de la crise de 1929, la moitié des galeries a fermé entre 1930 et 1936. Le droit de la Guerre est, en réalité, le premier droit « international ».

La deuxième Guerre mondiale a provoqué la dispersion des grandes collections – un million d’œuvres ont été déplacées – et l’exil des artistes considérés comme « dégénérés » aux Etats-Unis. Confronté à ces grands déplacements, Vichy a imposé une réglementation du marché et des fouilles archéologiques.

En 1945, les acteurs du marché de l’art sont demeurés les mêmes. Mais un mouvement important des œuvres vers les musées a provoqué une raréfaction des oeuvres, la montée des prix.

Vers la fin des années cinquante, le marché s’internationalise, la demande américaine croît. La nécessité d’un cadre juridique propre au marché de l’art – jusqu’alors si « libre – se fait évidence : l’art devient une « valeur refuge » et se démocratise.

Les vingt cinq dernières années ont consacré l’irruption du doit dans le marché de l’art. L’internationalisation et la financiarisation du marché de l’art impose au droit l’élaboration d’une branche spécialisée afin de lutter contre le trafic et le blanchiment, de gérer les patrimoines privés et leur fiscalité. Dans Du droit à l’art, Xavier Hascher expose les enjeux économiques, successoraux, fiscaux en scène. De 1913 à 1950, au contraire, le champ était plus restreint.

On distingue ainsi deux périodes.

La période de 1913 à 1939 est marquée par la prise de conscience de la nécessité de protéger le patrimoine et les artistes. Ce sont les prémices de la juridiciarisation du monde de l’art. Le 18 octobre 1907, La Convention de La Haye marque la dimension internationale de cette prise de conscience. Pour la première fois, on pense aux rapports entre l’art et la guerre. L’article 27 de la Convention institue la défense des édifices de culte, des monuments historiques, des centres de rassemblement civils et hospitaliers et les inscrit dans le patrimoine culturel. L’article 56 déclare que les biens des communes seront désormais considérés comme propriété privée, dont la saisie et la destruction doivent être poursuivies. Il ne fut jamais respecté, pas plus que les articles 14 et 39… Ces dispositions initient une prise de conscience mais ne mettent pas en place un régime spécifique de protection du patrimoine. La loi du 31 décembre 1913 répond aux vols et dégradations des biens culturels et cultuels consécutifs à la Loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Elle a permis la constitution outre-atlantique de grandes collections d’œuvres, de vestiges ornementaux ; il importe désormais d’endiguer ces « exportations ». La vente illicite du Chef Reliquaire de Saint-Martin et de la Navette à encens de Sens à un antiquaire bruxellois provoque une prise de conscience qui conduit à l’interdiction d’exportation – article 21-, à la servitude du classement d’office par le Conseil d’Etat d’un bien, même en l’absence du consentement de son propriétaire – articles 15 et 16 -, à l’imprescriptibilité du classement – article 18 – , à la capacité de l’administration à ordonner le transfert provisoire de l’objet classé dans un dépôt public gardé. Les monuments historiques ont désormais une protection juridique que vient compléter la constitution d’un Fonds de Conservation, prélude à la création de la Caisse Nationale des monuments historiques et préhistoriques par la Loi du 10 juillet 1914. Cet établissement public doit recueillir et gérer les fonds affectés à la conservation et l’acquisition des immeubles ou des meubles classés. En 1965, cette Caisse deviendra le Centre des Monuments Nationaux.

Dans le même temps, le Droit de suite institué par la Loi du 20 mai 1920 met en place la protection des artistes. Ici encore, le déclencheur fut un cas particulier : l’Angelus de Millet est vendu aux enchères une somme considérable alors que sa famille vit dans le dénuement. Ce droit inaliénable dont les dispositions ont été intégrées à l’article 122-8 du Code de la Propriété intellectuelle, a pour finalité de maintenir la protection financière des artistes : lors de la vente d’une œuvre originale par un professionnel du marché de l’art, « après la première cession opérée par l’auteur ou ses ayants droit », ces derniers – à défaut une société de perception et de répartition – bénéficient d’une participation au produit de la vente. On entend par “oeuvres originales”, au sens du présent article, les oeuvres créées par l’artiste lui-même et les exemplaires exécutés en quantité limitée par l’artiste lui-même ou sous sa responsabilité. Par dérogation, ce droit ne s’applique pas lorsque le vendeur a acquis l’oeuvre directement de l’auteur moins de trois ans avant la vente, et que le prix de vente ne dépasse pas 10 000 Euros. Dans le cadre de la défense du patrimoine national, le droit de suite est complété par la Loi du 31 août 1920, instituant un contrôle à l’exportation et un droit de rétention de l’état. Mal accueillie, cette loi a été abrogée et remplacée par la Loi sur la préemption du 31 décembre 1920, moins autoritaire : en cas de vente de biens culturels d’intérêt majeur, l’état peut se substituer au dernier enchérisseur. Les modalités d’application du Droit de préemption sont réglementées par les dispositions des articles L.123-1 et suivants du Code du Patrimoine. Il est restreint dans le temps : la décision de l’autorité administrative doit intervenir dans le délai de quinze jours après la vente publique, ou après la notification de la transaction de gré à gré.

La période de 1940 à 1950 a été déterminante quant au droit de l’art: les lois antisémites ont été mises en place sous l’Occupation, les lois d’indemnisation après la guerre. Les lois antisémites s’attaquèrent de 1940 à 1945 aux marchands et aux artistes juifs. Elles provoquèrent un immense déplacement d’œuvres: pillages de biens juifs et francs-maçons dès juillet 1940 par l’Einsatz Reichsleiter RosenbergERR -, dont le siège parisien est dirigé par le Baron Kurt von Behr assisté du marchand d’art Bruno Lohse. Les œuvres sont rassemblées au dépôt du Jeu de Paume, certaines iront enrichir les collections personnelles des dignitaires nazis, d’autres rejoindre le grand musée de Linz, en Autriche, dont Hitler avait planifié l’ouverture. Jusqu’en 1944, les oeuvres furent acheminées par train en Allemagne. Les œuvres de Picasso, Matisse, Van Gogh, considérées comme « dégénérées », feront l’objet de transaction avec quelques marchands peu scrupuleux. Le marché de l’art est florissant ces années là… Des lois furent néanmoins mises en place par Vichy pour conserver les oeuvres sur le territoire national : mise en place d’administrateurs provisoires des entreprises qui se substituent aux propriétaires juifs ; le marchand Pierre Loeb fut ainsi contraint de céder sa galerie à Georges Aubry qui fera commerce avec l’Allemagne… Après la guerre, Pierre Loeb, réfugié à Cuba, ne récupèrera sa galerie que grâce au soutien de Picasso.

Ces lois d’aryanisation furent abrogées à la chute du régime de Vichy : l’Ordonnance du 21 avril 1945 frappe de nullité les actes de spoliation. De grandes collections, telles celle de Pierre Rosenberg, n’ont néanmoins pas pu être reconstituées.

Une seconde série de lois prolonge les mesures de protection juridique prises, quoiqu’il en soit, par Vichy afin de protéger le patrimoine national, garant du prestige de la France. L’aryanisation des biens juifs par l’Etat occasionna au total la promulgation de quelques 200 lois.

La loi du 13 août 1941 a été édictée à l’instigation de Louis Hautecoeur, secrétaire général des Beaux Arts de Pierre Laval, qui a mis en place le statut des conservateurs et a renforcé le contrôle de l’état sur les musées de province.

La Loi du 23 juin 1941 a élargi le champ d’application de la loi relative au contrôle de l’exportation des oeuvres d’art; elle s’inspirait de la Loi du 31 août 1920. Son champ d’application – trop large – permettait de refuser la sortie d’une œuvre, de la « retenir », l’acquérir au prix déclaré par l’exportateur, ou la classer monument historique, ce qui en interdisait l’exportation. Dans les faits, on relève un refus annuel pour 10 000 autorisations! La délivrance des autorisations de douane est confiée à partir de 1947 au Syndicats des éditeurs et négociants en tableaux modernes qui remplaça le Comité professionnel des galeries d’art dissout en 1940. En 1992, cette loi fut modifiée pour s’adapter à l’expansion européenne : la « licence d’exportation » atteste, depuis cette date, que l’œuvre concernée n’est pas un trésor national et peut donc quitter librement le territoire français.

La Loi du 27 Septembre 1941, enfin, a été prise à l’initiative de Jérôme Carcopino pour protéger les fouilles archéologiques ; elle institue le classements des vestiges immobiliers découverts.

Corinne Hershkovich présente ensuite une synthèse de cette « juridiciarisation » du monde de l’art.

La France est un pays « source », un grenier artistique qui vit dans la tradition des rois mécènes pour les biens mobiliers et immobiliers ; elle fut, dans le même temps, l’un des premiers pays à penser la nécessité d’une protection. Deux piliers ont ainsi été mis en place : l’inaliénabilité et l’imprescriptibilité. Ce qui a été aliéné au moment de la Révolution peut en conséquence être réclamé aujourd’hui. La réflexion a néanmoins évolué avec le temps. Les galeries se sont donné pour mission de vendre le patrimoine privé, sous-catégorie du patrimoine public. Or de plus en plus, les possessions immobilières et mobilières privées vont entrer dans l’orbe nationale. Cette évolution est nette au début du XXè siècle : lorsque Gimpel et Wildenstein créent un pont vers les Etats-Unis, les autorités françaises prennent conscience de la nécessaire défense du patrimoine français. Car, en vertu des modèles qui perdurent en France depuis le XVIIIè siècle, la libre circulation des œuvres va attirer les marchands américains; le « grenier de l’art » va se vider de on patrimoine.

Ainsi se succèdent les Lois de 1913, instituant la possibilité du classement et la retenue des oeuvres sur le territoire national ; elles sont fondatrices de la défense des biens. Jusqu’alors, le Code Pénal stipulait qu’en fait de meubles, « possession vaut titre », sans aucune autre forme de justificatif. En 1913, donc, on institue une protection à l’exportation, la possibilité du « classement d’office » des « trésors nationaux ». C’est la marque d’une prise de conscience de la valeur d’un bâtiment, d’une œuvre dans l’histoire de l’art de la nation. L’objectif est d’identifier immeubles et œuvres, d’appliquer les règles qui vont permettre de les sauver de prévenir une fuite vers l’extérieur, le dépeçage du patrimoine. La loi met en place des concepts novateurs. Deux pays sont en pointe à cet égard : la France et l’Italie. Or certains monuments historiques n’appartiennent pas à l’Etat ! En 1914, la loi met en place la Caisse des Monuments Historiques pour gérer ce patrimoine immobilier. …

La loi de 1920 est repensée. La loi promulguée par Vichy en septembre 1941 a été appliquée jusqu’en 1992 : pour exporter une œuvre, il faut demander une licence, les conservateurs fixent le prix ! Les amendes pour les contrevenants sont doubles de ce prix, ils sont en outre passibles de prison. Les galeries spécialisées en archéologie se voient appliquer une règlementation spéciale.

Le Droit de suite est institué en 1920, afin de protéger les artistes, les ayants-droit. Les doutes qui pèsent sur les héritiers Millet, brocardant des tableaux de leur ancêtre, en ont suscité l’apparition : la loi Le Chapelier de 1793 qui protégeait l’auteur avait été « oubliée »… Les artistes plasticiens toucheront dorénavant un droit «  de suite » fixé entre 0,4 et 4% de l’œuvre. Ce droit est plafonné à 12 500 Euros imposables. En outre, lors de l’achat de la revente d’un bien ou d’une œuvre, les héritiers de l’artiste touchent une somme. Ce droit, institué en 1920, correspond à une sorte de mise en place d’une Caisse d’assurance sociale des artistes. La Belgique suit, l’Allemagne en 1965 seulement. L’union européenne impose le droit de suite en 2001. Il est très mal perçu par les galeristes…

Après la guerre, on tire la conséquence des spoliations. La nécessité de restituer les biens s’impose. Le retour organisé des Juifs, considérés sous Vichy comme majeurs incapables, doit être mis en place. Il convient de leur rendre ce qui a été aryanisé. Le marché des œuvres d’art se trouve très touché. L’étiquette MMR apposée sur les œuvres conservées dans les musées atteste cette spoliation. Le marché, l’organisation des galeries pensée par les Fabius est à réorganiser. Les transactions commencent avec l’Autriche et Berlin.

En 2000, enfin, est mise en place une Commission consultative des trésors nationaux

Maître Corinne Hershkovitch,

Avocat au Barreau de Paris, Cabinet Borghèse Associés

Olivier BOBIN expose la relation entre Les galeries et le laboratoire de recherche. De l’authentification à la conservation

Olivier Bobin présente le laboratoire CIRAM où collaborent des chimistes, des physiciens, des archéologues et des ingénieurs afin de répondre à des demandes précises d’authentification des œuvres en posant un regard scientifique sur les matériaux. Les segments d’activité du laboratoire sont l’authentification, l’assistance technique à la restauration et la conservation pour les musées et les Monuments Historiques, ainsi que l’archéométrie. Les demandes des archéologues sont davantage axées sur la datation, l’étude de provenance ou des techniques de fabrication. Leur dernier secteur d’activité est celui de la sécurisation et la traçabilité des œuvres d’art grâce à une puce électronique ou un mélange de microcristaux. La demande des assureurs, des collectionneurs, des marchands est, faute de moyen financiers, moins importante. Le Laboratoire n’a, par ailleurs, ni pour mission de remplacer les experts, ni d’estimer le prix d’une œuvre.

L’approche scientifique par matériaux est transchronologique. Deux méthodes de datation sont largement utilisées. Le Carbone 14, réservé aux matériaux organiques : bois, papier, ivoire, os, cuir, textile ; la Thermoluminescence, dédiée à la terre cuite et aux matériaux chauffés. Leur limite est que la datation du support d’une œuvre ne correspond pas automatiquement à la date de création de l’œuvre. Pour l’étude des œuvres peintes, plusieurs types d’imagerie, en lumière naturelle, éclairage rasant, sous éclairage ultraviolet (UV) ou réflectographie infrarouge (IR) viennent compléter les techniques de datation conventionnelles. Toutefois, des problèmes demeurent : comment analyser les matériaux qui ne sont pas datables, le bronze, l’argent, la pierre, le verre ou encore les pigments utilisés en peinture. C’est la connaissance historique des techniques de fabrication des pigments qui fournisse dans données chronologiques : l’utilisation de l’oxyde de chrome comme pigment vert à partir de 1840 par exemple ou la fabrication du blanc de titane (oxyde de titane) qui débute dans les années 1920. Ces investigations connaissent également des limites : les pigments naturels n’apportent aucune information chronologique réelle, on peut citer le cas de l’ocre qui a été employé pour les peintures pariétales de Lascaux !

Olivier Bobin expose ensuite les fondements de l’analyse au Carbone 14, 14C. De même que la mort interrompt la vie humaine, la vie d’un arbre s’arrête lorsqu’il est coupé. C’est l’instant que date le carbone 14. Un organisme vivant contient une quantité constante de carbone 14, du fait des échanges avec l’atmosphère (respiration ou photosynthèse). À la mort de l’organisme, les échanges avec l’extérieur cessent et la quantité de carbone 14 diminue alors selon une loi exponentielle connue. Sa concentration est divisée par deux tous les 5730 ans. La limite de datation est aux environs de 60 000 ans. Au-delà, la quantité de carbone 14 est alors trop faible pour être mesurée par les techniques actuelles. Cette technique révolutionnaire a valu à son inventeur, Willard Frank Libby, le prix Nobel de Chimie en 1960. Les datations carbone 14 sont exprimées en années “Before Present” ou “BP”. Le “présent du carbone 14″ a été fixé à 1950 par Libby. Aujourd’hui, il est toutefois nécessaire de corriger ces valeurs, car la concentration en carbone 14 a varié au cours du temps, en fonction de l’activité solaire, des changements climatiques, ou de l’activité industrielle par exemple. On parle de résultats calibrés à l’aide de courbes de calibration. Ces courbes permettent de transformer l’âge BP en intervalles de dates calibrées associés à un pourcentage de probabilité (par exemple 730 ± 20 ans BP correspond après calibration à l’intervalle 1260 – 1290 apr. J-C. – probabilité de 95,4 %).

La datation carbone 14 d’un bois peut être couplée avec la dendrochronologie, autre méthode de datation très précise, mais qui nécessite des données de références pour chaque essence de bois. Les œuvres datant du XIXè et de la première moitié du XXè siècle posent néanmoins toujours problème. Le début de l’activité industrielle a, quant à elle, provoqué l’élévation du taux de Carbone 14 et imposé des limites à la précision des mesures. A contrario, les essais nucléaires atmosphériques ont entraîné, à l’échelle mondiale, une élévation artificielle des taux de Carbone 14, avec quelques différences – certes – entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud, quoique les grandes tendances soient fondamentalement les mêmes. Ceci permet d’obtenir des datations très précises (jusqu’à un à deux ans) pour la seconde moitié du XXè. Les toiles ou supports bois fabriqués dans les années 1950/1960 montrent un pic de concentration en carbone 14.

Olivier Bobin propose une iconographie illustrative de quelques tentatives de datation.

Un tableau de Lev Yudin, peintre suprématiste russe, daté de 1920 s’est vu daté, en définitive post 1954. Par contre, une Composition de Picasso pour laquelle on proposait une datation au début du XXè siècle a révélé, après analyse du support papier, que la datation était antérieure à 1954, donc compatible avec l’époque présumée. La datation a été, en définitive, confirmée par l’attribution historique. Un tapis afghan dont l’iconographie – une tour, le pont de Brooklyn – semble annonciatrice des attentats du 11 septembre 2001… a été daté par analyse des fibres. Deux dates sont possibles: 1958 (probabilité de 7,9%) et 1988-90 (probabilité de 87,5 %). Au contraire, la datation au 14C d’un manuscrit dont l’authenticité provoquait la discorde entre les héritiers n’a pu aboutir à un jugement assuré.

L’analyse chimique des pigments fournit également des informations chronologiques qui viennent compléter la datation du support. Ceci est facilité par la découverte de nombreux pigments de synthèse au XIXè siècle et au XXè ; par exemple, la découverte du blanc de lithopone (sulfate de baryum et sulfure de zinc) en 1870 ou celle du vert de phtalocyanine dans les années 1930.

Olivier Bobin souligne qu’il est, de manière générale, beaucoup plus facile de prouver qu’un objet est faux, plutôt que d’établir son authenticité :

La datation d’un tableau attribué à Van Gogh a été conduite en deux temps. La datation du support tendait à une date compatible avec l’activité du peintre, à la fin du XIXè siècle. L’analyse des pigments conduisit à une conclusion semblable, puisque les pigments détectés étaient connus au XIXè et avaient été mis en évidence sur d’autres œuvres de Van Gogh. On citera par exemple un rouge vermillon, un vert d’arséniate de cuivre, un blanc de zinc, ou de l’ocre. Toutefois, ces pigments étaient connus et utilisés par tous les peintres à la même époque, et aujourd’hui encore. Le comité Van Gogh, composé d’historiens de l’art, eut à trancher.

L’analyse d’une Composition attribuée à Szczuka, et datée des environs de 1920 révéla au contraire qu’il s’agissait d’un faux. La présence de blanc de titane rutile, fabriqué à partir de la fin des années 1940, était en effet un indice formel de modernité. L’analyse des pigments est au demeurant fort onéreuse !

L’analyse d’un parchemin enluminé du XIVè siècle confirma la datation du support. Les pigments, quant à eux se révélèrent modernes… Il s’agissait d’une copie “intelligente” antérieure à 1950…sur un papier ancien. Il est donc indispensable de coupler les techniques d’analyse pour détecter les faux.

La datation carbone 14 atteint quoiqu’il en soit ses limites entre la fin des années 1940 et le début des années 1950. L’analyse du rouge qui rehaussait un fauteuil peint de Prouvé, daté de 1948, a confirmé certes que le pigment était toujours utilisé à cette date, mais la datation du bois n’a pas permis d’affiner les conclusions.

Un galeriste a demandé l’analyse de miroirs Gerbera, attribué à Line Vautrin. L’analyse du support plastique d’un premier miroir révéla la présence de matières plastiques issues de la chimie du pétrole (carbone fossile) rendant la datation carbone 14 inopérante. C’est l’analyse poussée des matériaux et la comparaison avec d’autres miroirs qui permirent de différencier les vrais des faux.

L’assistance à la restauration quant à elle analyse la technique de l’artiste, les empâtements et la surface d’une œuvre grâce à différents types d’imagerie qui révèlent l’état de conservation, les zones de restauration ou de reprises. Un éclairage rasant analyse l’état de surface, les craquelures, la déformation du support. Les Ultra-violets pénètrent très peu, ils informent sur l’état du vernis et sur la présence de repeints éventuels. Par exemple, au bas d’un tableau attribué à Rembrandt, une reprise de vernis au niveau de la zone de signature a été ainsi mise en évidence, qui a jeté un soupçon sur l’attribution de ce tableau. Les Infrarouges pénètrent les couches picturales jusqu’à la couche de préparation. Ils dévoilent les dessins préparatoires, les zones de restauration profondes, les repeints et les repentirs. L’analyse réflectographique d’un panneau peint révéla un “repentir” au niveau d’un bras… et confirma l’attribution. Un faussaire se “repent” rarement ! Parfois, la question reste sans réponse : pourquoi l’analyse des pigments d’une robe qui se prolongeait sous le cadre d’une se révèlent-ils être du XIXè siècle, postérieurs donc au tableau lui-même ?

En conclusion, Olivier Bobin insiste sur la nécessaire complémentarité des différentes analyses : analyse stylistique, historique de la provenance et analyse scientifique.

Olivier Bobin, Docteur en Physique des Archéomatériaux,

Co-fondateur, co-gérant et directeur scientifique du laboratoire CIRAM, France.

Le Jeudi 22 mai 2014

La visite à l’Abbaye d’Ardenne a permis aux participants d’appréhender l’ampleur du site où sont conservées une partie des archives des galeries d’art moderne.

Le matin, Yves Chèvrefils-Desbiolles, responsable des fonds artistiques à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine a proposé l’historique et la visite de l’Abbaye devenue lieu d’archives. L’après-midi, il a ouvert les magasins des réserves et fait porter des dossiers dans la salle de lecture, où les participants ont pu avoir accès aux documents.

L’aventure de la Mémoire de l’Edition Contemporaine a commencé à la fin des années quatre-vingt. L’initiative en revient à des chercheurs, Olivier Corpet et Jen-Pierre Dauphin et Pascal Fouché, alors que s’ouvre un nouveau champ de recherche et d’écriture de la mémoire de l’édition française.

L’association de droit privé à but non lucratif fédère l’énergie de quatre ou cinq personnes autour du principe suivant : elle prend soin des archives, à condition qu’elles soient ouvertes au service de la recherche. Immédiatement, la démarche, qui reçoit le soutien du Centre national du livre (CNL), apparaît comme le chainon manquant à côté de la BNF. Ses premiers locaux sont rue de Lille, puis elle déménage rue Bleue. Des auteurs, des maisons d’édition, puis des poètes, des auteurs de théâtre proposent le dépôt de leurs archives à ce centre d’archives sans archivistes, géré par des chercheurs !

Un artiste, Jean Hélion, propose le dépôt de ses écrits et initie le fonds des écrits d’artistes qui précède le fonds des estampes. Les archives (œuvre scripturaire, correspondance, manuscrits, etc.) du peintre Jean Hélion, par sa veuve, Jacqueline Hélion, ont été les premières a faire leur entrée à l’IMEC dans les années 1990. Les écrits d’Otto Freundich, de Jean Bazaine, d’André Fougeron, d’Édouard Pignon, de Robert Lapoujade, de Henri Maccheroni, Boris Taslitzky, suivront. Les critiques viennent grossir l’ensemble : Jacques Lepage, Waldemar-George, Jean-Louis Ferrier. Les fonds de galeries ont suivi : la galerie Breteau, la galerie Billiet-Caputo, la Galerie de France, la galerie Colette Allendy, la galerie Chantal Crouzel. Les fonds déposés couvrent pour l‘essentiel les années 1939 à 1990. Lors de la préparation d’expositions, comme récemment L’Art en Guerre, conservateurs, commissaires et chercheurs viennent y chercher leur documentation.

L’Association a traversé plusieurs « crises de croissance » qui lui ont permis de se développer davantage. En 1994, on commémore les cinquante ans du débarquement de Normandie. À la même époque, la surface des locaux parisiens n’est plus adaptée à l’activité de l’association. Cette année-là, un colloque réunit, entre autres, le président de la région de Normandie, le directeur général de l’Imec, Olivier Corpet, et des spécialistes de la Résistance. À cette occasion, le président de la Région de Basse-Normandie propose à l’Imec d’être abritée dans l’Abbaye d’Ardenne, durement touchée durant les combats. Beaucoup de travaux de restauration ont depuis été réalisés, mais il restait à donner une vocation à la grange aux dîmes et à l’église abbatiale ; la première deviendra salle de colloque, la seconde salle de lecture. Malgré quelques oppositions politiques locales, la décision de délocalisation est rapidement prise : la proposition d’insertion dans le tissu culturel régional, la promesse de création d’emplois l’emportent !

Les travaux commencent en 1999 par des fouilles dans le terrain de l’abbaye. En 2004, le chantier touche à sa fin. Les locaux sont prêts à accueillir des archives qu’il faut déplacer. Au contraire des archives allemandes, les archives françaises sont centralisées et parisiennes. Il faut respecter un processus de mise en œuvre, intégrant les assurances, le transport des documents. L’archivage de l’Imec est plutôt extensif : les carnets, les photos et bien des « petites archives » sont tous conservées ! D’autres centres d’archives, au contraire, effectuent un tri plus sévère des documents. La vocation de l’Imec n’est pas de conserver des œuvres plastiques. Les œuvres sur papier – dessins, carnets de dessins, estampes – trouvent parfois leur place au sein d’un corpus d’archives.

Les archives des galeries et des critiques d’art. En Allemagne, les archives des galeries d’art sont gérées par plusieurs associations. Les archives Tannhäuser, par exemple. En France, la nécessité d’une structure regroupant les fonds d’archives de galeries est évidente.

Les dossiers d’exposition de la Galerie de France ont tous été classés dès l’époque de son fondateur, Paul Martin. Il était, avec ses frères, propriétaire d’une entreprise de textile à Lyon et se destinait primitivement au commerce. Avec l’accord de la famille, il réunit le capital nécessaire et ouvre la Galerie de France en 1942. Dans les années quarante, afin de sauver la mémoire de la modernité artistique, il organise une exposition consacrée aux Fauves. 1903-1908. La deuxième exposition du mouvement rencontrera du succès. Enhardi, il décide en 1943 de « revisiter » le début du XXè siècle pictural et démarche les héritiers de Cézanne. La liste des collectionneurs établie, il peut organiser l’exposition L’influence de Cézanne ; la liste des œuvres et leur prix est dans les archives de l’Imec. On trouve dans ce dossier une lettre de Albert Gleizes à Paul Martin : «  Voici ce à quoi ressemble le tableau que j’aimerais déposer chez vous… » Mais un projet de dépliant porte le tampon de la censure allemande. Finalement, en raison de la présence de Picasso et de Léger, l’exposition sera interdite par les autorités allemandes ! En 1943, Paul Martin songe à une exposition intitulée Douze peintres d’aujourd’hui  et prévoit la présence de Bazaine, Borès, Estève, Fougeron, Lapicque, Le Moal, Mannessier, Pignon, Singier, Villon. Le journal Le Pilori évoque un « art zazou » ! En 1945, la Galerie de France expose Modigliani, Soutine. Après la guerre, la Galerie de France enchaîne sur ceux qu’elle n’a pu mettre en lumière durant les années d’occupation. Une exposition Modigliani est organisée. Une photo de la façade sur la rue du Faubourg Saint-Honoré en 1949 documente une exposition de Luigi Campini.

Des albums de milliers de photos de Soulages et de Zao Wou Ki enrichissent le fonds des archives de la galerie.

Le fonds de la galerie Billiet-Caputo atteste la collaboration depuis 1945 de Myriam Prévot et de Gildo Caputo à la galerie Drouin. En 1947, avec Myriam Prévot, Gildo Caputo ouvre la Galerie Billiet Caputo, rue de La Boétie. Fin 1950, Gildo Caputo et Myriam Prévôt reprennent la direction de Galerie de France, rue du Faubourg Saint-Honoré. La galerie représentera l’abstraction lyrique et sera entre 1950 et 1950, l’une des galeries parisiennes les plus importantes, présentant  Borès, Dominguez, Estève, Gischia, Jacques Lagrange, Lapicque, Le Moal, Manessier, Pignon, Prassinos, Singier, Soulages, Tailleux et Tal Coat.

La galerie Billiet Caputo adopte le procédé Aeply mis au point par Jean Fautrier et Jeannine Aeply. Ce procédé où se mêlent la reproduction chalcographique et la peinture permet la reproduction en quadrichromie « d’originaux multiples ». Sous le titre “Aeply, la plus haute qualité de reproduction mise sur le marché mondial”, une exposition de ces Replicas est inaugurée le 17 janvier 1950. Elle est allée à New-York, au Texas, à Yale… Le catalogue de l’exposition se présente sous la forme d’une petite brochure préfacée par André Malraux. Dans cette exposition, Jean Fautrier et Jeanine Aeply présentaient une série de 22 répliques de tableaux contemporains de Manet, Renoir, Picasso, Juan Gris. L’Imec conserve des documents illustrant cette exposition et cette technique.

La galerie Colette Allendy installée rue de l’Assomption dans le seizième arrondissement, expose en 1946 Picabia.

Le dernier fonds arrivé, en 2013 est celui de la galerie Breteau, ouverte le 9 février 1937 par René Breteau, rue des Canettes. Il y présente des ouvrages d’artisans. Un soir, dans l’atelier du sculpteur Étienne-Martin, Lucien Beyer lui présente des camarades du groupe Témoignage – Bertholle, Le Moal, Manessier, Stahly : au petit matin, la galerie Matières et Formes avait vu le jour. Le groupe Témoignage y expose en 1938. Bissière, Manessier, Aublet, Henchel, Reichel, Jeanneret… Discrète pendant l’Occupation – hormis deux expositions remarquées, Présence d’Apollinaire en 1943-1944 et L’Œuvre et la palette en 1944 – la galerie, qui porte désormais le nom de son fondateur – s’installe rue Bonaparte et jouera par la suite un rôle considérable dans la vie artistique parisienne de l’après-guerre ; elle expose les artistes de la Seconde Ecole de Paris , organise des expositions telles que L’Autre face du monde en 1946, Prises de Terre en 1948, accueille les Surréalistes-Révolutionnaires en 1949 lors de Abstraction-Subjectivité, Evocation-Dynamisme et les peintres musicalistes autour de Henri Valensi. La galerie Breteau accrochera encore les oeuvres de Goetz, Vasarely, Gilioli, Duque, Karskaya, Freundlich, Maryan, Schöffer, Chaissac, Pouget, Dominguez, et aussi Jorn pour sa première exposition à Paris. Les vernissages sont des fêtes : les archives de ces années évoquent l’esprit bohème de l’après-guerre et l’exubérance formelle des œuvres produites par une nouvelle génération d’artistes. René Breteau, ouvrant sa galerie au théâtre – Les Mamelles de Tirésias, en 1938, lors d’un Hommage à Apollinaire par le groupe Réverbères – ou à la danse – les Ballets Hans Weidt pour la seconde exposition de Témoignage en 1939-, anticipe l’époque plus récente des actions et performances …

Yves Desbiolles Chèvrefils expose ensuite le classement des archives et des imprimés. Au premier étage de la salle de lecture, les oeuvres sont classées selon une variante du système Dewey.

Yves Chèvrefils-Desbiolles conclue en soulignant que près de quarante pour cent des chercheurs qui viennent consulter les fonds de l’Imec viennent de l’étranger. La numérisation de certains documents est en cours. Au total, les magasins accueillent vingt-huit kilomètres linéaires d’archives. Le fonds Jean Paulhan y est abondamment représenté. Dans la vie intellectuelle française, l’Imec est ainsi devenu un lieu d’étude, d’échanges, où la musique elle-même est représentée à travers le fonds Éric Satie et d’autres.

Actuellement, le manque d’espace se fait ressentir. Il a fallu faire un choix. On choisit de privilégier la thématique de la « paserelle », des correspondances croisées qui enrichissent le champ de la recherche.

Une partie des archives sont gérées par l’Imec sous le régime juridique de l’apport, une autre partie est simplement en dépôt. Dans le cas de l’apport, l’Imec ne pouvant juridiquement être propriétaire d’aucun bien, l’apporteur « délégue » son droit de propriété. L’Imec ne peut rien vendre, donner, échanger ou aliéner ces fonds ou quelque partie de ces fonds.

L’Imec pratique volontiers la coédition avec notamment les maisons d’édition Taillandier, Grasset…

Yves Chèvrefils-Desbiolles, Responsable des Fonds artistiques à l’Imec

Le Vendredi 23 Mai 2014

La matinée du 26 mai a réuni les étudiants en une table ronde où ils ont pu échanger librement leurs opinions quant aux interventions, et ont exposé leurs problématiques.

Une étudiante a suggéré, entre autres, la venue d’un juriste allemand afin de brosser le tableau Outre-Rhin de la judiciarisation du monde de l’art.

[1] Max Ernst, Notices biographiques, cité dans Werner Spies (éd.), Max Ernst. Vie et œuvre, Paris, 2007, p. 86.

Lieux d’exils et de rédemption/Perspectives diachroniques autour des épurations

Date :  04-05/12/2014

Lieu :  Louvain-la-Neuve

Organisateurs :  Jonas Campion, Xavier Rousseaux

Programme : Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Lieux d’exils et de rédemption/Perspectives diachroniques autour des épurations

Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale (PFR J III)

Dans la lignée des deux précédentes journées d’étude organisées à l’université Rennes2 et l’ENS-Ulm (février et mars 2014) dans le cadre du programme de formation recherche du Ciera intitulé Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Jonas Campion et Xavier Rousseaux organisaient les 4 et 5 décembre 2014 à l’Université catholique de Louvain une troisième session de travail étudiant les lieux d’exils et de rédemption des fascistes et de leurs collaborateurs. L’objectif de ce rassemblement était également de réfléchir aux perspectives diachroniques autour des épurations.

Sujet toujours d’actualité, le devenir des anciens fascistes invite à réfléchir sur les filières qui ont existé afin de les blanchir((1)). Comme le rappelle Jonas Campion en introduction, seule l’approche scientifique permet de dépasser l’angle sensationnaliste, souvent choisi par les journalistes ou les romanciers lorsqu’il s’agit de traiter ce phénomène((2)). Une typologie fine distinguant exil, rédemption et recyclage des épurés permet d’interroger leurs trajectoires après la Seconde Guerre mondiale tout en suscitant des questions transversales à ces trois dynamiques. Il convient en effet de savoir qui est à l’origine de ces dernières et quelles sont les personnes concernées. De la même manière, l’historien belge note que la chronologie de ces mouvements, fortement liée à celle des épurations, doit être travaillée. Enfin, comment sont-ils reçus par les différentes composantes de la société et comment sont-ils organisés de manière concrète ? Les réfugiés forment-ils par exemple de « petites nations » dans leur pays d’accueil ? Jonas Campion propose au groupe de travail de croiser études biographiques et prosopographiques afin de mettre en exergue les différentes logiques sociales, morales, religieuses, économiques et politiques conditionnant la vie des anciens fascistes après le second conflit mondial. Toujours en guise d’introduction, Xavier Rousseaux souhaite quant à lui questionner l’existence des « bons » capitaux ou réseaux sociologiques et culturels qui permettent aux cibles de la répression de fuir et/ou de se reconstruire plus facilement. Dans cet esprit, la question du genre ne doit pas être négligée, s’agissant d’un monde majoritairement masculin mais qui comporte néanmoins des femmes. La question des familles en situation d’exil n’est d’ailleurs pas anodine, même si les femmes y représentent souvent la figure de l’absente. Si la fuite à l’étranger appelle logiquement une réflexion transnationale, d’autres échelles internes à chaque pays et même à chaque institution méritent d’être interrogées. Les organisateurs invitent donc les participants à un voyage historique à travers les différents pays de transit et d’accueil mais aussi au sein des pays d’origine des anciens fascistes qui, comme le souligne Marc Bergère, lorsqu’ils n’ont pu fuir et ont été sanctionnés par l’épuration, se percevaient comme des « émigrés de l’intérieur ».

La journée se poursuit par l’intervention de Dominik Rigoll sur le rôle des ex-nazis dans les services de renseignement en Allemagne. De 1945 à 1949, entre dénazification et construction étatique, les Soviétiques jugent d’anciens nazis accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité mais aussi des personnes accusées de sabotage, d’espionnage ou de subversion non compromises par le nazisme. Il ne s’agit donc pas uniquement de sanctionner les anciens nazis mais aussi les ennemis du socialisme. Si les communistes instrumentalisent l’épuration pour servir leurs propres intérêts, il en est de même à l’Ouest où les écoles de dénazification sont de véritables institutions de réintégration. A la question de savoir si les anciens nazis sont coupables succède très vite la volonté de sonder leur loyauté envers le nouveau régime. Le recrutement secret par les Soviétiques d’anciens nazis médecins, ingénieurs mais aussi spécialistes de la répression compose une troisième dynamique souvent oubliée. A l’Ouest, les Américains sollicitent des scientifiques et des spécialistes dans la guerre antisoviétique, tous compromis par le nazisme. Leur recyclage s’inscrit donc bel et bien dans un contexte de Guerre froide. Si les efforts effectués afin de réintégrer les anciens nazis sont similaires dans les deux Allemagne, les résultats sont bien moins importants du côté soviétique car la plus grande partie de l’élite est-allemande refuse de collaborer avec les anciens nazis. La différence la plus notable entre l’Est et l’Ouest demeure dans la composition de leurs polices secrètes. Entre 1945 et 1949, les Américains se basent sur des informations fournies par les anciens réseaux nazis et, afin de mieux maîtriser ces derniers, refusent la création d’une police secrète ouest-allemande. A l’Est, les communistes de longue date forment une police secrète indépendante, chargée de mener la lutte antifasciste. Lorsque les deux états se forment, la RDA est donc bien plus souveraine que la RFA. La propagande y est intense et signale que la dénazification est terminée. Dans le même temps, les communistes ont invité les anciens nazis à oublier le passé et à participer à l’appareil d’Etat socialiste. Cependant, ceux qui parviennent à gagner la police secrète et les hautes sphères de l’appareil d’Etat sont relativement peu nombreux au regard de la situation ouest-allemande. Dans cet état démocratique, la parole est libre et la pression des groupes d’anciens nazis est bien plus forte pour solliciter leur réintégration. Finalement, si les deux Etats pensent que la meilleure façon d’aborder le danger venant des anciens nazis est de les intégrer dans l’appareil d’Etat, des différences notables existent quant à leur recyclage dans la sécurité de l’Etat.

Puis c’est au tour de Claire Trojan de présenter une étude sur la dénazification des expulsés allemands. Celle-ci souligne d’emblée un problème d’envergure : comment dénazifier des expulsés qui n’ont plus de papiers et forment une population à l’identité incertaine ? Alors que les populations locales sont promptes à les accuser d’être des nazis, les comités de dénazification est-allemands réclament deux personnes susceptibles de témoigner en faveur des personnes enquêtées au sujet de leur attitude durant la Seconde Guerre mondiale. Pour les expulsés, il s’avère relativement difficile de retrouver des témoins comme eux dispersés dans les différents camps de quarantaine et de réfugiés. Formant un cinquième de la population est-allemande, les autorités préfèrent les intégrer de force et les disperser plutôt que de les laisser se regrouper à la recherche de témoins à décharge. En RDA, la politique d’intégration prime donc clairement sur la dénazification des expulsés. S’ils sont considérés comme loyaux envers le régime communiste, leur passé est connu et susceptible de les rattraper à tout moment. La suspicion à leur endroit demeure donc importante. Par exemple, ils ne sont pas admis dans les instances les plus sensibles de la fonction publique comme la Sécurité ou l’Intérieur. Dès lors, certains d’entre eux fuient cette suspicion en s’installant à l’Ouest. Dans cette partie de l’Allemagne, la dénazification rencontre les mêmes problèmes qu’à l’Est mais les expulsés y ont un poids politique plus important. Dès le début des années 1950, la rédemption de la plupart des expulsés semble en marche. Tandis que les réfugiés forment environ 18 % de la population, un ministère leur est même dédié. Celui-ci lance d’importants projets de recherche, visant d’abord à poser les expulsés en position de « victimes ». Des historiens y participent, marquant durablement une première historiographie. Il faut véritablement attendre la fin des années 1990 pour voir l’influence des expulsés allemands diminuer et admettre que certains s’étaient en effet compromis avec le nazisme, y compris parmi les fondateurs des organisations d’aides aux réfugiés à l’Ouest.  A l’issue de la communication, Guillaume Mouralis souligne combien les appareils judiciaire et diplomatique des Alliés de la partie ouest-allemande ont très vite réintégré les personnes compromises. Il indique également qu’une comparaison avec d’autres groupes de populations déplacées, comme les Juifs par exemple, serait intéressante. De même, Marc Bergère indique que la question du retour est intrinsèquement liée à celle du déplacement et/ou de l’exil.

La parole est ensuite donnée à Marc Bergère qui réfléchit à l’exil et aux lieux de recyclage des collaborateurs français. Pour débuter, l’historien rennais propose de faire le point sur l’ampleur du phénomène dans différents pays (Suisse, Espagne, Argentine, Irlande, Canada…). Le nombre de collaborateurs français exilés serait dans la durée de l’ordre de quelques centaines d’individus voire du millier. Un chiffre d’autant plus difficile à saisir qu’il est très évolutif selon une chronologie fine et sans doute supérieur si l’on compte les familles. Une certitude, l’écrasante majorité des personnes compromises est donc restée en France pour affronter – volontairement ou non – l’épuration. Ce constat amène à réfléchir en terme de microcosme, à l’image des quelques nationalistes bretons qui rejoignent l’Irlande à la Libération. Celle-ci venue, les collaborateurs candidats à l’exil choisissent d’abord dans une logique de proximité des pays frontaliers de la France. Ces derniers constituent donc les premières zones de transit. Peu s’y s’installent de manière durable. Soit les collaborateurs reviennent en France, soit ils rejoignent des pays plus lointains, notamment américains. Entre 1946 et 1948, la plupart des collaborateurs français qui pénètrent en Argentine ne viennent pas directement de France mais très majoritairement de Suisse, d’Espagne et d’Italie. Ici, l’Eglise semble jouer un rôle primordial dans la constitution de filières et de passerelles permettant le transfert et un véritable « accueil collabo((3)) ». Partout, en Argentine comme au Canada, des comités d’entraide et de soutien se forment en faveur de ces « réfugiés politiques ». Les dynamiques de guerre froide jouent alors un rôle prépondérant. Certains individus font ainsi figure de véritables passeurs d’hommes et d’idées, à l’instar d’un Robert Rumilly au Canada français((4)). Dès lors, des conférences sont organisées et des articles de presse publiés, qui contribuent grandement à la construction d’une représentation mémorielle « tronquée » des épurations à l’étranger. En Suisse, en Belgique ou en Argentine, des maisons d’édition spécialisées, des revues ou des radios se font l’écho d’une nébuleuse néo-Vichyste, qui dispose aussi de relais influents en France, à l’interface de l’anti-communiste et de la défense des épurés. Durant les échanges consécutifs à cette intervention, il apparaît intéressant de réfléchir à la dualité reclassement/déclassement dans les pays d’accueil. Si le niveau de qualification facilite le reclassement, certains atterrissages apparaissent plus difficiles, notamment dans des pays moins accueillants que l’Argentine. Marc Bergère souligne néanmoins à quel point il est frappé par « l’entre soi » des anciens collaborateurs dans certains pays d’accueil, celui-ci se manifestant notamment par la création d’entreprises communes. Dans un sens inverse, la France mériterait également une étude comme terre d’exil ou de recyclage. Une problématique qui croise la question importante des réintégrations après épuration. Il note enfin qu’il serait intéressant d’étudier la Légion étrangère et l’empire colonial, comme autant de « lessiveuses »  visant à recycler d’anciens collaborateurs.

Après l’étude des collaborateurs français exilés, Frank Seberechts traite dans une grande complémentarité des collaborateurs belges à l’étranger après la Seconde Guerre mondiale. D’emblée, il souligne l’extrême diversité des traitres exilés : femmes et hommes, jeunes et personnes âgées, suiveurs et criminels de guerre composent les cohortes qui tentent d’échapper à la justice. Les emprisonnés préparent quant à eux leur vie future dans les camps d’internement et les prisons belges. En effet, leur vie sociale et culturelle est intense comme en témoignent les cours d’espagnol parfois dispensés afin de faciliter un futur exil. Une importante propagande est menée auprès des emprisonnés afin de trouver des ouvriers intéressés pour rejoindre les usines argentines. L’historien met en avant le rôle joué par certaines organisations internationales, comme le Comité International de la Croix Rouge (CICR), qui permettent à d’anciens fascistes d’obtenir des documents officiels afin d’échapper aux poursuites pénales ; ou encore celui des réseaux monastiques. L’Eglise facilite l’exil des collaborateurs wallons vers la France, à l’image du futur membre de l’Académie française Félicien Marceau, et des traitres flamands vers les Pays-Bas. Si l’Argentine accueille la plus grosse communauté d’exilés, la Suisse, l’Irlande, l’Italie mais aussi l’Afrique du Sud, le Brésil ou le Paraguay abritent également des réfugiés belges. Tout comme l’Allemagne en ruines, dans laquelle les anciens Waffen SS passent inaperçus. L’Espagne est elle aussi privilégiée comme en témoigne en 1945 l’atterrissage sur la plage de La Concha de l’avion allemand transportant Léon Degrelle. Dès lors, le régime franquiste n’hésite pas à refuser des extraditions demandées par la Belgique. A l’inverse, le gouvernement belge n’est pas opposé au fait de se débarrasser de certains collaborateurs ayant purgé leur peine d’emprisonnement. Une nouvelle fois, l’Espagne est une zone de transit avant un départ vers l’Amérique du Sud. Là bas, le succès professionnel apparaît comme un facilitateur d’intégration. Il permet aussi de dynamiser certaines économies atones. Quand les Belges ne sont pas à négliger dans la diaspora des anciens collaborateurs, les liens entretenus par ceux-ci avec la mère patrie ne sont jamais coupés et ce malgré l’important développement d’une vie sociale dans les pays d’accueil.

Helen Grevers, de l’université de Gand, invite ensuite les participants à réfléchir aux conditions préalables à la réintégration des collaborateurs dans les sociétés belges et néerlandaises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pendant l’Occupation, les collaborateurs se sont placés en dehors de la société. A la Libération, seule leur exclusion par la détention peut permettre leur future inclusion. Une première façon de réintégrer les collaborateurs dans la société consiste à les libérer sous certaines conditions mais sans poursuites, comme ce fut le cas pour presque toutes les femmes. Une seconde manière passe par la création d’organismes de réhabilitation comme la Fondation de supervision des délinquants politiques aux Pays-Bas, fondée en 1945, ou le Service de la rééducation, du reclassement et des tutelles en Belgique. A cet instant, la nation est considérée comme une unité organique composée de différentes parties. Il s’agit dès lors de réintégrer la partie malade du corps national que forment les collaborateurs. Pour cela, les organismes de réhabilitation réfléchissent également aux causes de la collaboration. Quoiqu’il en soit, dans ces deux pays, les professionnels de la réhabilitation tentent de faire intégrer des valeurs morales et économiques à des citoyens aux croyances politiques divergentes. A l’inverse de la Belgique, l’Eglise néerlandaise exerce une grande influence sur les programmes de réhabilitation. Elle organise par exemple des séminaires sur la nature du totalitarisme et de l’antisémitisme en souhaitant que les collaborateurs acceptent de confesser leur faute. Les détenus sont invités à participer à la rédaction de journaux ou à des pièces de théâtre afin d’acquérir une bonne citoyenneté. Très vite cependant, la redemption paraît devoir passer par le travail. Par exemple, les collaborateurs belges peuvent sortir plus rapidement de prison s’ils s’engagent dans les mines. Aux Pays-Bas, des expériences de camps en plein air, sans clôtures ni gardiens, uniquement basées sur l’autogouvernement sont tentées. La confiance est donc de mise, preuve s’il en est que les collaborateurs ne sont pas considérés comme de simples criminels mais comme des personnes qui réparent une erreur en faisant des efforts. En 1947-1948, des centaines d’anciens collaborateurs sont envoyés dans la colonie hollandaise de Nouvelle-Guinée. En échange de leur travail, ceux-ci obtiennent leur liberté. Mais ces programmes de réhabilitation sont-ils une réussite ? Si beaucoup ont reconnu leur erreur, la question de leur sincérité ne manque pas d’être posée. Nombreux sont en effet les anciens collaborateurs à avoir considéré leur incarcération comme injuste, accentuant leur animosité à l’encontre des Etats libéraux et démocrates.

La seconde journée débute par l’intervention commune de Jonas Campion et Xavier Rousseaux sur les perspectives diachroniques des épurations de l’après 1945. Il semble en effet indispensable de replacer le « moment 1945 » dans la longue durée en réfléchissant tant aux phénomènes épuratoires antérieurs et à la dimension anthropologique de reconstitution des communautés et des appareils d’Etat, que postérieurs, avec notamment les processus à l’œuvre en Europe de l’Est dans la seconde moitié du XXe siècle. Pour mieux comprendre les façons dont les populations et les différentes institutions étatiques, administratives ou professionnelles répondent à ce besoin de répression qui est une réalité partagée à l’échelle européenne, il s’avère également essentiel d’étudier la circulation des idées et des modèles – acceptés ou rejetés – à travers le temps et l’espace. Xavier Rousseaux rappelle que l’occupation militaire d’Etat à Etat de plus de cinquante mois durant la Première Guerre mondiale crée en Belgique une situation inédite entrainant la révision du Code pénal et l’apparition de nouvelles notions juridiques afin de sanctionner les différents types de collaboration. Innovation supplémentaire, les juridictions militaires sont chargées de mener à bien l’épuration. Toutefois, les priorités peuvent diverger entre l’Etat et les populations. Alors que le premier veut punir très rapidement les collaborateurs politiques favorables au démantèlement de la Belgique, les secondes souhaitent davantage se concentrer sur ceux qui les ont fait souffrir, à travers la délation notamment. Dès lors, les choix effectués en 1945 sont guidés par les expériences antérieures et les réflexions autour de l’épuration menées dans les années 1930 et durant la Seconde Guerre mondiale. Xavier Rousseaux précise également que l’épuration administrative doit être étudiée de manière approfondie. Celle-ci inflige parfois des sanctions plus longues et plus gênantes pour les collaborateurs que la répression pénale. Cette épuration administrative est à mettre en lien avec la professionnalisation des fonctions publiques au XXe siècle. La logique disciplinaire se développe et se stabilise, permettant aux épurateurs de mobiliser en 1945 un ensemble de normes et de sanctions ordinaires. Enfin, la logique diachronique doit être envisagée du point de vue des épurés en étudiant bien entendu le devenir des anciens collaborateurs mais aussi de leurs enfants. L’historien invite également le groupe de travail à réfléchir en termes de générations et de trajectoires individuelles. Les territoires aux multiples épurations comme l’Alsace-Lorraine ou les cantons est de la Belgique méritent en effet une attention particulière car selon les périodes, les épurés peuvent devenir épurateurs et inversement bien entendu. Enfin, il pose une question centrale : les cycles épuratoires se superposent-ils ou forment-ils une sorte de généalogie ?

La matinée se poursuit avec la communication de Mélanie Bost sur le recours à la discipline judiciaire comme mode épuratoire de la magistrature belge après la première occupation allemande de la Grande Guerre. Si elle en sort auréolée de prestige en raison de sa grève de 1918, cette dernière est tout de même en proie à une épuration. En effet, tandis que les procédures disciplinaires à l’encontre des magistrats sont relativement peu nombreuses de l’indépendance de la Belgique à 1914, une trentaine de procédures sont ouvertes en quelques mois, dont la moitié pour compromission politique. Ces magistrats se voient reprocher leur activisme politique ou plus souvent encore une promotion sous l’Occupation. Ici, le fait moral apparaît bien plus important que les faits incriminés. Quelques-uns sont également condamnés pour collaboration économique ou intellectuelle. Mélanie Brost précise que les échelons inférieurs du corps, tels que les suppléants et les jeunes magistrats, sont les premiers touchés par l’épuration. Ces derniers ne disposaient pas d’un ancrage suffisant dans la magistrature et étaient davantage exposés à la collaboration économique. Ils ont donc profité de l’Occupation pour progresser socialement. Comme avant-guerre, le nombre de hauts magistrats sanctionnés est marginal. Globalement, entre 2 et 4 % du corps a été épuré au lendemain de la Première Guerre mondiale. Un chiffre à mettre en parallèle avec les 12 % constatés au sortir de la seconde occupation. Les sanctions disciplinaires sont vigoureuses. En utilisant un droit disciplinaire souple allant de l’exclusion à la mesure honorifique en passant par l’admonestation et la suspension provisoire, la magistrature souhaite se protéger, réaffirmer son autonomie et démontrer une éthique professionnelle irréprochable. La discussion permet à Mélanie Bost d’apporter certaines précisions. Elle souligne par exemple qu’elle n’a trouvé que peu de traces de réintégrations des personnes exclues dans les années 1930, principalement faute de sources. Marc Bergère indique ensuite que le recours aux sanctions disciplinaires ordinaires (mais aussi les mutations plus ou moins imposées) constitue parfois une forme d’épuration administrative qui tait son nom, tout un ayant un vrai impact sur les carrières. Si l’on prend en compte cette épuration  « entre soi » en dehors de toute procédure ou commission d’épuration ad hoc, le bilan de l’épuration serait à réévaluer. Enfin, Marie-Bénédicte Vincent souligne que des procédures habituellement utilisées contre des manquements individuels le sont ici de manière collective. Dès lors, il s’agit d’une utilisation politique d’un droit ancien. Les épurations sont bien souvent des moments de redéfinition des normes professionnelles.

Comme lors des précédentes journées, les territoires est-européens sont étudiés. Emilia Koustova propose une étude des politiques soviétiques dans les républiques baltes, et plus particulièrement en Lituanie, au lendemain de la guerre. Comme l’avait déjà noté Vanessa Voisin en février 2014 à Rennes, elle précise que les archives de la répression sont à manier avec une grande précaution car elles sont extrêmement diverses et concernent aussi bien des collaborateurs avec l’ennemi nazi que des partisans nationalistes résistant à la soviétisation. Plusieurs processus se superposent et/ou se confondent. L’historiographie de l’épuration des collaborateurs nazis, exception faite des cas les plus extrêmes, est relativement récente dans les pays baltes. Là encore, la vigilance s’impose car les historiens baltes s’inscrivent souvent dans les oppositions classiques entre pro-nationaux et pro-russes sur fond de guerre de mémoire(s). Ces études peuvent utiliser les archives du NKVD et du Ministère de l’Intérieur qui, dans les pays baltes contrairement à la Russie, sont accessibles. Cependant, le crédit à leur apporter est relatif car les aveux ont pu être obtenus par la torture et fabriqués de toute pièce. En URSS, il apparaît clairement que les épurations servent à réaffirmer le pouvoir communiste et à créer le corps de la nation soviétique, témoignant ainsi d’une continuité entre les années 1930 et l’après Seconde Guerre mondiale. Elles peuvent prendre plusieurs formes – extralégale, guerrière ou judiciaire – et sont prêtes à ressurgir à tout moment comme en témoigne l’intensification de la traque des criminels de guerre dans les années 1950-1960. Si sous ce terme se cachent également des collaborateurs, cette opération permet à l’URSS de se placer en première ligne des nations poursuivant la traque et, dans un jeu de miroir, de reprocher l’action relative des pays occidentaux en la matière. Dans les pays baltes, les sorties de guerre sont longues et violentes, empreintes de déportations de masse et de collectivisation. L’épuration a été préparée en amont et lorsque les troupes soviétiques arrivent dans les pays baltes en 1943-1944, les ennemis sont parfois identifiés depuis 1941 grâce à la préservation des archives du NKVD et la lecture des journaux durant la période d’occupation nazie. Les collaborateurs baltes les plus compromis préfèrent fuir. Lorsque certains reviennent, ils sont enfermés dans les camps de prisonniers de guerre ou de filtration. Souhaitant sécuriser l’arrière-front, l’URSS pratique une épuration relativement mesurée à leur endroit. De la même manière, l’armée rouge en manque d’hommes bâcle parfois les vérifications et permet ainsi aux collaborateurs de se recycler. Dans la discussion, Marc Bergère souligne qu’il a croisé de nombreux Baltes et Ukrainiens dans les archives canadiennes, qui disent fuir le communisme, mais qui sont potentiellement très compromis. Enfin, les historiens présents soulignent à quel point l’étude de ces territoires est-européens est au cœur d’enjeu mémoriel important((5)).

Christiane Kosher-Spohn, de l’université de Tübingen, propose ensuite une réflexion sur les épurations en Alsace-Moselle en 1918 et 1945, formant ainsi une sorte de carrefour historique des épurations. Au terme de la Première Guerre mondiale, l’Alsace-Moselle est très rapidement réintégrée à la France. Environ 150 000 personnes sont expulsées vers l’Allemagne. L’épuration rime ici avec dégermanisation. En effet, elle n’est pas uniquement politique et militaire mais bel et bien ethnique. Dès 1914-1915, des commissions réfléchissent à l’élaboration des conditions des expulsions et des réintégrations. Avant le plébiscite de 1918, il s’agit de nettoyer l’Alsace des individus considérés comme suspects afin de les priver de vote. Pour cela, les troupes françaises distribuent quatre modèles de cartes d’identité, de A à D. Quand le modèle A regroupe les Alsaciens de « pure souche », la catégorie D rassemble les habitants d’origine allemande et leurs descendants, quand bien même ces derniers sont nés en Alsace-Moselle. Aucun sentiment n’est ici pris en compte, seule l’ethnie importe. Les autorités laissent une grande marge de manœuvre à ces commissions qui font office de tribunaux car les expulsions leur permettent de régler une partie des problèmes de ravitaillement et de chômage. Dans Allemagne défaite de 1918, ces populations sont considérées comme françaises et l’objet d’une grande méfiance. Si des associations aident à leur intégration à l’Allemagne, elles sont également un instrument de surveillance. Dans le même temps, les Alsaciens-Mosellans exilés dans la France de l’intérieur regagnent leur région avec grand bruit patriotique. Cette (re)francisation brutale suscite un malaise important. Dans les années 1920-1930, les exilés n’ont de cesse de préparer le retour de l’Alsace dans le Reich et financent le mouvement autonomiste alsacien depuis l’Allemagne. De fait, en 1940, l’annexion au Reich entraine 100 000 expulsions pour francophilie.  En 1945, alors que l’Alsace-Moselle revient de nouveau à la France, les normes épuratoires sont identiques à celles des autres régions françaises occupées, mais on applique aussi des pratiques en usage pour la dénazification outre-Rhin, comme le Fragebogen. Des milliers de fonctionnaires qui ont juré fidélité à Hitler, le plus souvent pour avoir la paix et garder leur travail, sont emprisonnés dans les anciens camps de concentration du Struthof et de Schirmeck. Un sentiment de malaise est perceptible et les pratiques de la République française sont parfois assimilées à celles du IIIe Reich. Une nouvelle fois, la dégermanisation est une priorité et l’épuration n’est pas seulement politique ou économique ; elle est également idéologique. Les questionnaires individuels distribués à tous les Alsaciens-Mosellans sur leur activité durant l’annexion sont assez mal vécus. Les populations, y compris résistantes, ont un sentiment de déjà-vu et se disent épuisées par ces épurations à répétition et cette suspicion récurrente de trahison. On constate alors que pour dépasser cette situation, les Alsaciens-Mosellans, à l’identité perçue ou vécue comme incertaine, militent assez vite en faveur d’un rapprochement franco-allemand à travers le projet de construction européenne.

La journée se termine par la communication de Marie-Bénédicte Vincent sur l’épuration disciplinaire dans la fonction publique ouest-allemande après 1945. Dans un premier temps, l’historienne précise qu’elle souhaite étudier des trajectoires individuelles de fonctionnaires et penser cette épuration avec celles de la première moitié du XXe siècle. En 1945, le devoir de fidélité des fonctionnaires est reformulé tout en étant influencé par un double héritage : celui de la monarchie qui précise que le souverain a le devoir de subvenir aux besoins des fonctionnaires en échange de leur fidélité et celui de la République de Weimar (1918) demandant aux fonctionnaires impartialité et respect de la Constitution. Ce dernier serment avait même été complété en 1922 : les fonctionnaires devaient défendre la République. Sous le nazisme, le devoir de fidélité est perverti. Dès 1933, l’éviction des fonctionnaires indésirables est légalisée. Et en 1937, les fonctionnaires doivent prêter un nouveau serment, non plus à la Constitution mais au Führer, désormais seule source de légitimité. En 1945, le statut des fonctionnaires est de nouveau modifié. Huit ans plus tard, une loi fondamentale est adoptée précisant que seul le mérite compte et que le mode de recrutement ne peut plus dépendre d’une quelconque appartenance religieuse, politique ou ethnique. Les fonctionnaires jurent de sauvegarder l’ordre démocratique et libéral. Dans un second temps, Marie-Bénédicte Vincent propose une étude de cas sur l’application de l’arsenal disciplinaire contre les fonctionnaires communistes dans les années 1950-1960. Il s’agit de repérer les dossiers politiques de fonctionnaires sanctionnés pour atteinte au devoir de fidélité promulgué dans la loi de 1953. Bien que les sanctions données, qui vont du blâme jusqu’à l’exclusion, demeurent dans le champ de la procédure disciplinaire, celle-ci ressemble à une procédure pénale dans son fonctionnement. Les fonctionnaires considérés comme dangereux pour la démocratie ne sont pas d’anciens nazis mais des communistes. Le corpus rassemblé abrite une population extrêmement hétérogène du point de vue des âges, des grades et des corps. Le fait d’appartenir au SED ou de l’avoir caché, l’activisme et les contacts avec le parti communiste est-allemand sont poursuivis. Et contrairement à la période weimarienne, l’activité communiste, en dehors du temps de travail est sanctionnée. A l’inverse, les anciens opposants au nazisme ne sont pas favorisés et peuvent être l’objet de jugements relativement sévères. Dès lors, se pose la question de la dualité politisation/dépolitisation des fonctionnaires. Dans les années 1960, il convient de s’engager activement dans le soutien à la démocratie. A la même époque, des fonctionnaires qui ont menti sur leurs compromissions nazies peuvent cependant être rattrapés par leur passé et la hiérarchie revenir sur des promotions considérées comme indues.

Il revenait à Dirk Luyten et Guillaume Mouralis d’effectuer les conclusions de ces deux journées riches de très nombreux échanges. Force est de constater qu’elles ont vraiment fonctionné comme des ateliers de travail et de réflexion préparatoires au prochain colloque des 11-12 juin 2015 à Rennes. Dirk Luyten propose de penser les épurations dans une dynamique de reconstruction des Etats et/ou d’un ordre démocratique, tout en distinguant la répression qui relève du droit pénal de l’épuration issue des droits administratif et professionnel. De toute évidence, l’administration détient un rôle central dans le recyclage des fascistes et de leurs collaborateurs. Ce dernier est à relier au développement de la bureaucratisation durant la Seconde Guerre mondiale et son accentuation aux lendemains du conflit. Elle permet la réintégration des épurés, sans pour autant que la surveillance à leur endroit ne cesse. Il souligne également qu’il n’ y a pas de politique générale d’exclusion durable des collaborateurs en Europe, sachant qu’il n’y a pas davantage, au moins dans un premier temps, de volonté générale de récupération des exilés. Enfin, Dirk Luyten invite les participants à réfléchir à la réintégration via le marché du travail privé, jusqu’ici peu étudié. Guillaume Mouralis précise quant à lui que deux perspectives diachroniques peuvent être utilisées par l’historien étudiant l’épuration : la première assez lâche consiste à observer les évolutions des pratiques épuratoires à l’intérieur d’un même pays, la seconde plus connectée souhaite observer les circulations dans l’espace et le temps des acteurs, des normes et des pratiques. A ce sujet, l’historien pose la question des normes au sens général et pas seulement dans son acceptation juridique. Comment sont-elles produites ? Qui les produit ? Comment sont-elles mises en œuvre concrètement ? Comment circulent-elles ? Des circulations de part et d’autre du Rideau de fer existent-elles ? Ces normes sont-elles modifiées en circulant ? Bien évidemment, toutes ces questions amènent à réfléchir aux notions de passeurs et de passerelles et pour rependre l’expression de Dirk Luyten, de « professionnels du reclassement ». Enfin, Guillaume Mouralis précise que, même dans les régimes autoritaires, les normes, notamment internationales, ont une importance. Autant de pistes de travail stimulantes qu’il convient de développer en s’engageant notamment dans la voie prometteuse de la sociohistoire.

 

 

Fabien Lostec, doctorant en histoire contemporaine

Université Rennes 2-Cerhio UMR CNRS 6258

  1. Au début du mois de décembre 2014, le centre Simon Wiesenthal annonçait par exemple la très probable mort en Syrie voici quatre ans de l’ancien nazi Aloïs Brunner, bras droit d’Adolf Eichman et responsable direct de la déportation de plus de 128 000 Juifs en Europe vers les camps de la mort. []
  2. A titre d’exemple, nous pouvons citer le roman policier de Philip Kerr, Une douce flamme, Paris, Le Livre de Poche, 2012, 576 p. []
  3. Pour reprendre ce terme utilisé par Luc Van Dongen, Un Purgatoire très discret. La transition « helvétique » d’anciens nazis, fascistes et collaborateurs après 1945, Paris, Perrin, 2008, 649 p. ; et Marc Bergère, La Postérité de Vichy au Québec. L’affaire des réfugiés politiques au Canada : retour sur l’événement, sa mémoire et l’écriture de son histoire, Mémoire inédit d’HDR, Université Paris I, 2013. []
  4. Olivier Dard, « Robert Rumilly, passeur des droites nationalistes entre la France et le Canada français », Mens. Revue d’histoire intellectuelle et culturelle, vol. 11, n°2, printemps 2011, p. 7-36. []
  5. Voir à ce sujet l’article d’Emmanuel Droit, « Le Goulag contre la Shoah. Mémoires officielles et cultures mémorielles dans l’Europe élargie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°94, 2007/2, p. 101-120. []

Soldats et Civils au XVIIIe siècle : Echanges épistolaires et culturels

Date :  12-13/12/2014

Lieu :  Reims

Organisateurs :  Françoise Knopper

Programme : La civilité épistolaire en Allemagne au XVIIIe siècle : stratégies, conflits, réseaux, matérialité (1740-1815)

Les journées d’étude « Soldats et Civils au XVIIIe siècle : échanges épistolaires et culturels » ont eu lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, les 12/13 décembre 2014, dans le cadre du PFR du CIERA « La civilité épistolaire en Allemagne au XVIIIe siècle : stratégies, conflits, réseaux, matérialité (1740-1815) », porté par les Universités Toulouse – Jean Jaurès, Lyon 2, Reims Champagne-Ardenne et Halle-Wittenberg. La manifestation a été organisée conjointement par les unités de recherche CIRLEP EA 4299 (Reims) et ILCEA EA 613 (Grenoble).

Dans leur introduction, les deux organisateurs de ces journées, François GENTON et Thomas NICKLAS, présentent tout d’abord le cadre des réflexions qui seront menées. Les contributions ont thématisé un fait important du XVIIIe siècle, la distinction entre « civils » et « militaires », à travers les expressions culturelles et notamment épistolaires, les dernières étant au cœur du PFR. Le port de l’uniforme, le casernement et la discipline militaire isolent les soldats de la société « civile » dans les Etats du Saint Empire tout comme dans la monarchie française où les provinces frontalières sont particulièrement « militarisées », contrairement à la plupart des régions qui sont épargnées par les guerres depuis le XVIIe siècle. La différenciation des deux sociétés, militaire et civile, a été étudiée à travers leurs conceptualisations et leurs représentations dans les textes, mais on a également envisagé les exemples d’une fusion très poussée entre les domaines civil et militaire, fusion qui s’est produite dans des Etats allemands comme la Hesse-Kassel. En outre, la portée d’un éventuel « modèle prussien » pour la France devait faire objet des discussions. François GENTON (Grenoble) a présenté un exposé « Soldats et société civile : une thématique à l’intersection des cultures française et allemande à la fin de l’Ancien Régime »qui soulignait l’importance de la guerre et de l’armée dans la société d’Ancien Régime, le sujet étant donc central dans la vie culturelle et la pensée politique de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. La prose narrative, le théâtre (parfois chanté) et la poésie le traitent abondamment, sans oublier les réflexions théoriques. Les sujets abordés concernent le plus souvent les territoires du Saint Empire ou des régions frontalières et s’intéressent au sort difficile des populations civiles en temps de guerre, mais aussi aux problèmes liés à la présence massive d’une population militaire en temps de paix, l’oisiveté favorisant les conduites déviantes, le jeu, les duels, la séduction des jeunes filles, voire les viols ou les violences. Le fonctionnement même de l’armée est soumis à la critique, notamment les abus de la discipline militaire, les privilèges réservés à la noblesse et l’arrogance qui va de pair avec ces privilèges. Par-delà la mise en cause de l’armée et des guerres dynastiques, c’est bien la société d’Ancien Régime qui est rejetée au nom des idées nouvelles. Le corpus ici étudié prend en compte le conte philosophique, qui formule la critique la plus acerbe des guerres dynastiques, mais aussi le théâtre, à savoir le drame militaire, français, allemand, souvent traduit et adapté d’une langue vers l’autre. Dans ce dernier genre, les effets de la censure et de l’autocensure se font sentir, quoiqu’ils soient inégaux, en fonction de l’accueil public et de la présence scénique des pièces. L’éventail idéologique s’étend d’un discours plutôt convenu, favorable aux dynasties en place, voire d’un discours de propagande à une mise en cause radicale des armées et des guerres dynastiques. On note ici aussi que l’avant-garde politique française s’exprime plus ouvertement et atteint un public français et international bien plus large que les plus audacieux auteurs des Lumières allemandes.

Françoise KNOPPER (Toulouse) envisage dans son exposé sur « Les lettres de noblesse du prince Henri de Prusse (1732-1803) » l’épistolarité politique, objet de recherche volontiers revisité depuis quelques années, étudié ici à partir des réseaux de correspondants d’une personnalité de haut rang, de sa rhétorique et de la représentation de son rôle social quand il rejoint le rôle politique. Faisant partie des illustres cas de secundogéniture, le Prince Henri de Prusse avait des responsabilités civiles et militaires. Le roi Frédéric II le chargea d’accueillir les grands étrangers à Berlin et lui confia une délicate mission diplomatique auprès de Catherine II de Russie ; le Prince, de son propre chef cette fois, conçoit pour sa part le projet de rétablir l’alliance entre a Prusse et la France de Louis XVI. Et ce bien qu’il ait auparavant joué un grand rôle durant la guerre de Sept Ans et remporté d’éminentes victoires. Sa riche correspondance (cf. les travaux de R. Krauel, E. Ziebura, C. Easum, B. Mundt) se caractérise par une rhétorique qui correspond au discours épistolaire commun à la noblesse européenne de son temps. Durant les années précédant la guerre de Sept Ans, elle se compose d’une majorité de lettres dites « de compliment » et « de recommandation », pour reprendre les catégories de Batteux et de Mauvillon. La période de la guerre la divise en deux catégories. Les bulletins militaires du Prince sont précis, concis, tactiques, ils semblent conçus non seulement comme des rapports destinés au roi mais aussi comme des renseignements pouvant servir à écrire plus tard l’histoire des faits dont il aura été l’un des acteurs. Ses relations avec des officiers étrangers reposaient en revanche sur des échanges d’idées, selon le témoignage du prince de Ligne. Les deux types de fonction, civiles et militaires, ont ainsi alors été assumées conjointement : la responsabilité militaire était pleinement assumée mais dans un cadre délimité et provisoire. Les lettres de voyage du Prince sont d’une part celles qui concernent le séjour en Russie : d’abord politique et diplomatique, puisqu’il s’agissait d’initier le premier partage de la Pologne, la communication épistolaire s’est prolongée en considérations philosophiques et politiques autour du Questionnaire de Diderot et des réponses de la tsarine, ce manuscrit ayant été réceptionné par le Prince en 1775 (cf. S. Karp). D’autre part les lettres que le Prince a écrites à l’occasion de ses deux voyages en France, en 1784 et 1788-89 ; si sa tentative d’un nouveau renversement des alliances n’avait suscité que le scepticisme amusé de son frère en 1784 et, plus tard, fortement contrarié son neveu Frédéric Guillaume II, ses lettres révèlent que le Prince partageait la sociabilité parisienne et s’abandonnait au tourbillon culturel de la capitale sans jamais oublier que l’accueil qu’il recevait illustrait le prestige de la Maison de Brandebourg ; au demeurant, il aspirait à une libéralisation des pratiques monarchistes, avait été enthousiasmé par les Etats généraux de 1789 et partageait les opinions de La Fayette. D’un discours professionnel et assez conventionnel, lié à ses responsabilités civiles et militaires, les lettres du Prince ont donc évolué vers un feu d’artifices émotionnel, attesté par la conversation à distance qu’il entretint dans les années 1780 avec les membres de sa faille. Sa conception du pouvoir absolutiste éclairé, qu’il avait reliée aux projets de Catherine II, s’est précisée sur le terrain en direction d’une théorie de la monarchie constitutionnelle. Dans sa communication intitulée « Aumônier ou précepteur ? C.F.Gellert et la guerre de Sept Ans », Wolfgang FINK (Lyon) a présenté la correspondance entre C.F. Gellert, professeur de philosophie morale à Leipzig et auteur emblématique des Lumières allemandes, et Johann Heinrich Grabowski, capitaine dans l’armée prussienne. Rédigées entre mars 1760 et mars 1763, vers la fin de la guerre, les lettres de Gellert démontrent un changement radical dans l’attitude de l’auteur à l’égard du conflit. Dans un premier temps, Gellert s’efforce en effet d’ »éclairer » le militaire en lui envoyant des œuvres littéraires, en l’intégrant dans un cercle amical, en l’invitant à quitter l’armée et à chercher « l’honneur véritable » dans la société civile et la vie familiale. Or, vers la fin de cet échange épistolaire, Gellert adopte une position diamétralement opposée en soutenant vivement le projet du neveu de Grabowski qui souhaite s’enrôler dans l’armée prussienne. Wolfgang Fink a expliqué ce revirement par la religiosité toujours plus profonde de l’auteur, considérant, vers la fin de la guerre, tout un chacun comme serviteur de Dieu, appelé à exercer ses fonctions (« Amt ») à l’endroit assigné par Dieu. De ce fait, l’expérience paradoxale de la guerre a conduit Gellert à s’approcher de l’éthique professionnelle du luthéranisme, développée par Melchior von Osse (1506-1557) dont les textes ont été publiés par Christian Thomasius, en 1711.

Deux études de cas locales ont apporté d’autres perspectives. Anne MARLE KOLLE (Paris) a traité des « Echanges épistolaires et culturels entre militaires et civils : l’exemple d’une ville de garnison lorraine : Epinal ». Ont été étudiés les registres paroissiaux de la ville et de l’hôpital militaire Saint-Maurice, ainsi que les registres de contrôle du Service Historique du Service Historique de la Défense à Vincennes afin de mieux connaître la présence et le devenir des soldats, souvent d’origine germanique, en stationnement à Epinal entre 1740 et 1788. A partir de ces données, on peut dégager les régiments d’appartenance de ces hommes, avec un bref regard sur le lieu des batailles et la vie en stationnement. Les documents fournissent d’importantes informations sur les régions d’origine, les mariages, les baptêmes d’enfants légitimes et illégitimes, les abjurations, les décès, le statut des hommes au sein des régiments et dans la cité avant 1788. On peut ainsi apporter d’autres éléments à une meilleure compréhension de cette Lorraine militaire, province hautement militarisée du royaume, où coexistaient les deux sociétés, militaire et civile, au sein d’une même ville. Au sujet d’une autre province frontalière, le Dauphiné, Pierrick ORLAREY (Grenoble) a présenté une communication sur les « Relations entre les garnisons de la Haute Vallée de la Durance et les populations locales (seconde moitié du XVIIIe siècle) ». Il a expliqué qu’à l’époque, la Haute Vallée de la Durance avait vu la mise en place de deux démarches originales dans les rapports entre les garnisons des places fortes et les habitants de la région. Tout d’abord, à Mont-Dauphin, c’est l’expérimentation d’une ville-forteresse qui est tentée suivant les conseils de son maitre d’œuvre : Vauban. Tentative bien timide et peu favorisée par la nature du site, mais aussi par la piètre image des soldats auprès des civils, et le manque de volonté véritable de la part des autorités militaires à faciliter l’installation d’habitants permanents. Concernant Briançon, on a là un rapport d’un genre différent puisqu’il s’agit de la tentative du roi de France de récupérer son autorité sur la ville qui lui échappe au profit des Escartons, forme de gouvernement démocratique avant l’heure. Pour y arriver, le roi nomme un lieutenant à Briançon, chargé officiellement de prendre le commandement de l’ensemble des nouvelles fortifications de la région. Aux moyens de divers procédés insidieux, le monarque efface successivement le pouvoir exercé par les consuls de la République des Escartons. Ces procédés contribuent à creuser un fossé entre les catégories sociales et notamment entre les deux sociétés, civile et militaire, au sein de la cité dauphinoise.

Im Anschluss an diese Detailstudien für die Provinzen Dauphiné und Lothringen unternahm Johannes BIRGFELD (Saarbrücken) in seinem Vortrag “Erregte Netzwerke – Briefe, Medaillons und dasbürgerliche (und) militärische Gedenken“ den Versuch, einen Beitrag zur genaueren Bestimmung der Beziehungen zwischen der Zivilgesellschaft einerseits und den Militärangehörigen auf dem Gebiet des Heiligen Römischen Reiches im 18. Jahrhundert zu leisten. Ausgehend von Ergebnissen der Studie „Krieg und Aufklärung“ (2012), die gezeigt haben, dass 1. weder breite Distanz noch einheitliche patriotische Erregung das Verhältnis der Mittelschichten zum Militär prägten, dass 2. das Militär sogar einer der wichtigsten „Arbeitgeber“ der Autoren im 18. Jahrhundert war, und dass 3. eine breite, weitgehend unbekannte, sich aber kontinuierlich entwickelnde, vielstimmige Kriegsliteratur zwischen 1700 und 1800 entstanden ist, zielte der Vortrag vor allem darauf, die Komplexität der Beziehungen zwischen Zivilisten und Militär in exemplarischen Analysen zu erhellen und präziser zu erfassen: Der Blick auf die Kriegspredigen zeigt erstens, dass die patriotische Erregung mancher preußischer Prediger vor dem Hintergrund der besonderen kirchenpolitischen Situation Preußens (Hofprediger, Predigtbefehle) zu bewerten ist, die nicht zuletzt von massiven Eingriffen des Staates in die Glaubensfreiheit der Untertanen geprägt ist. Ein Blick auf die briefliche Kommunikation im Umfeld Gleims zum Bayerischen Erbfolgekrieg 1778/79 offenbart, dass das um Gleim gruppierte Netzwerk patriotisch erregbarer Preußen auf das isolierte Leben seiner Mitglieder mittels regen Briefverkehrs reagierte, in dessen Rahmen die Kriegsliedproduktion zum aktuellen Konflikt diskutiert, verbreitet und die Mitglieder zu Multiplikatoren bei der Verbreitung gemacht wurden. Der Fall des Raubdruckes von Briefen Gellerts und Rabeners im Verlauf des Siebenjährigen Krieges zeigt hingegen sehr deutlich, dass das 18. Jahrhundert konkurrierende Briefkulturen kannte, in deren streng empfindsamer Variante die politische Parteinahme keinen Platz eingeräumt bekam. Die Entstehung von Medaillen auf große militärische Erfolge in Preußen, gefördert auch von Privatpersonen, zeigt einerseits die schon bekannten patriotischen preußischen Netzwerke erneut am Werk, stellt aber zudem einen Fall dar, in dem es den Mittelschichten gelingt, ihrerseits Einfluss auf die öffentlichen Erinnerungspraktiken an Kriegsereignisse zu nehmen.

Der Beitrag von Holger Th. GRÄF (Marburg) über „Militär und Zivilgesellschaft im ‚HessianMercenary State‘ – Reflexionen zu einer (vermeintlichen?) lebensweltlichen Grenze in den Gilsa-Briefen 1772-1784“ vermass am Beispiel der Korrespondenz des hessen-kasselischen Kriegsrates Georg Ernst von und zu Gilsa (1740-1798) die Grenze zwischen der militärischen und zivilen Lebenswelt im „Hessian Mercenarystate“ (Charles Ingrao). Die Materialgrundlage bilden dabei die rund 130 „Briefe von meinen Freunden besonders aus America“ –wie der Adressat das Konvolut selbst betitelte -, die bei der Sichtung des privaten Archivs der Familie von Gilsa 2007 auftauchten und mittlerweile ediert vorliegen. Im Umfang wie in der Laufzeit handelt es sich um einen einmaligen Bestand an privaten Freundschaftsbriefen von hessischen Militärangehörigen, die im englischen Sold die amerikanischen Rebellen im Unabhängigkeitskrieg bekämpften. In einem ersten Schritt wird der Briefwechsel, seine wichtigsten Autoren sowie der Adressat kurz vorgestellt. In einem zweiten Schritt werden die zivil-militärischen Beziehungen und das Maß der Militarisierung in der Landgrafschaft Hessen-Kassel skizziert. In diesem mittelmächtigen Territorialstaat wurden die meisten Korrespondenten sozialisiert und damit wird gewissermaßen deren Wahrnehmungs- und Erfahrungshorizont markiert. Dabei ist der Rückgriff in die Zeit vor dem Dreißigjährigen Krieg nötig, in der die Grundlagen zu einer spezifischen „Fundamentalmilitarisierung“ geschaffen wurden. Im dritten und letzten Schritt wird schließlich die zivil-militärische Grenze anhand längerer Auszüge aus den Briefen selbst betrachtet, vor allem in der konfrontativen Begegnung der Korrespondenten mit der amerikanischen Gesellschaft im Unabhängigkeitskrieg (1775-1783). Dieser Einsatz in der Neuen Welt geriet zum Lackmus-Test für deren aufgeklärte Gesinnung. Als Ergebnis lässt sich festhalten, dass einerseits die Grenze zwischen militärischer und ziviler Sphäre aufgrund der „Fundamentalmilitarisierung“ der Territorialgesellschaft kaum ausgeprägt war. Andererseits bezogen die hessischen Offiziere ihr Selbstverständnis aber gerade nicht aus ihrem Status als „Uniformträger“ gegenüber der „bürgerlichen Canaille“ – wie später im preußisch-deutschen Militarismus, sondern aus ihrer Teilhabe an der aufgeklärten Kultur sowie den entsprechenden Geselligkeits- und Kommunikationsformen.

Den Ausgangspunkt der Überlegungen Jörn MÜNKNERs (Kassel) zu „Johann von Ewald (1744-1813): Berufssoldat, Kriegskundler, Diarist, Briefschreiber“ bilden drei soldatisch-kriegerisch dominierte Szenen im letzten Drittel des 18. Jahrhunderts, die zugleich den zivilen Lebensbereich betreffen. 1). In Jakob Michael Reinhold Lenz‘ Die Soldaten. Eine Komödie (1776) ist der Vorwurf der Gräfin La Roche gegenüber der schuldig unschuldigen Marie Wesener interessant. Die Gräfin attackiert Marie bekanntlich mit den Worten: „Sie wollten die Welt umkehren“ (3. Akt, 10. Szene) – womit sie Maries die Standesgrenzen missachtende Liaison mit dem adligen Kriegsmann Desportes inkriminiert. 2) Der Legende zufolge gaben im Amerikanischen Unabhängigkeitskrieg nach der Schlacht von Yorktown (1781) die Musiker der unterlegenen britischen Truppen die balladeske Weise „The World Turned Upside Down“ zum Besten. Ursprünglich geht es in dem Stück um die Auflösung von Tradition, ausgelöst durch Oliver Cromwells restriktive Politik. So lässt sich die Niederlage der Briten wie folgt interpretieren: Eine Rebellenarmee besiegt eine reguläre Streitmacht und stellt die traditionelle Weltordnung auf den Kopf. 3) Eine ‚Kunst des Widerstandes‘ im militärischen Bereich rückt den hessischen Offizier Johann von Ewald ins Licht. Ewald hat kriegstheoretische Schriften, ein Amerika-Tagebuch und Briefe verfasst. Unter den militärischen Traktaten befindet sich die in Fachkreisen bekannte Abhandlungüber den kleinen Krieg von 1785, die auf seinen Erfahrungen als Feldjägerhauptmann im Siebenjährigen Krieg und im Amerikanischen Unabhängigkeitskrieg gründet. Fast acht Jahre lang war Ewald in Amerika, fünf Jahre davon im aktiven Einsatz, wobei er sich forciert mit einer guerillaartigen Kriegspraxis auseinandersetzen musste. Der Traktat verdient Aufmerksamkeit, weil er Einblick in die Praxeologie der Kleinkriegsführung gibt, die authentisch verbürgt ist. Der Beitrag richtet das Augenmerk auf den Traktat von 1785, bezieht aber auch das Tagebuch und neun, im amourösen Feld stehende Briefe Ewalds ein. Ob sich die oft umgangssprachliche, unprätentiöse, dafür pointierte Schreibweise der Kriegslehre als poetische Entsprechung zur dynamisch-kontingenten Praxis des kleinen Krieges interpretieren lässt und ob und wie eine markante Spannung zwischen Militär und Zivilisten im Tagebuch wie in den Liebesbriefen erkennbar ist, sinddie zu diskutierenden Aspekte.

Vera VIEHÖVER (Liège) stellt in ihrem Beitrag „Mars und Venus. Einquartierung als Begegnungsszene in autobiographischen Texten des 18. Jahrhunderts“ die Frage nach Formen der Literarisierung der Begegnung von Militärangehörigen und bürgerlicher Zivilbevölkerung ausgehend von der wohl bekanntesten Darstellung einer Einquartierung im Siebenjährigen Krieg im dritten Buch von Goethes Autobiographie Dichtung und Wahrheit. Dabei wird zunächst gezeigt, dass die Einquartierung des Königsleutnants Graf Thoranc bei der Frankfurter Ratsfamilie von Goethe rückblickend als Bildungserlebnis idealisiert wird, das dem Kind einen neuen Literatur- und Kulturraum erschließt. Lediglich in der situationsbedingten „Hypochondrie“ des Vaters scheint das Problematische des Eindringens „fremder“ Menschen in den sich in dieser Zeit als Privatsphäre konstituierenden häuslichen Innenraum auf. In einem Exkurs zur „Realität der Einquartierungen im Siebenjährigen Krieg“ wird anhand von verschiedenen Quellen deutlich gemacht, dass die Situation der Einquartierung von weniger sozial privilegierten Wirtsfamilien in der Regel negativ wahrgenommen wurde, und zwar nicht nur wegen der finanziellen Belastungen, sondern auch wegen der Beeinträchtigungen auf der Beziehungsebene, insbesondere der Gefahren, die mit dem Aufeinandertreffen von Soldaten und bürgerlichen Töchtern oder weiblichen Hausangestellten verbunden waren. Im letzten Teil kommt eine weibliche Stimme zu Wort: die der Schriftstellerin Johanna Isabella Eleonore von Wallenrodt, deren in Briefform verfasste Autobiographie Leben der Frau von Wallenrodt(1797) eine ausführliche Einquartierungssequenz enthält. Anhand einer genauen Lektüre der mehrere Briefe umfassenden Sequenz wird gezeigt, dass Wallenrodt die Einquartierung österreichischer Soldaten in eine preußisch-protestantisch geprägte Familie vor dem Hintergrund der zu ihrer Zeit populären, die Commedia-dell’Arte-Tradition weiterführenden Komödien erzählt: so stilisiert sie die handelnden Personen dem Figurenrepertoire der Intrigen- und Verwechslungskomödie entsprechend (das junge Liebespaar, der alte, unattraktive Freier, das gewitzte Dienstmädchen, der jugendliche Galan etc.) und greift auch in der Inszenierung der Handlungsräume (Straße, Balkon, Hinterzimmer) auf theatrale Modelle zurück. Im Verlauf der Liebesgeschichte bilden sich in dieser Einquartierungserzählung alternative Allianzen (die Jungen gegen die Alten), die die kriegsbedingten Fronten ignorieren, so dass dieser aus der Retrospektion geschriebene und somit die Einquartierung nachträglich deutende literarische Text als eine den offiziellen politischen Diskurs konterkarierende Gegenerzählung gelesen werden kann. Die weibliche Perspektive wurde wieder aufgenommen in dem Exposé, das Ludolf PELIZAEUS (Amiens) über „Der Krieg aus der Sicht der ‚Generalin‘. Die Briefe der Friederike Riedesel von Eisenbach im Amerikanischen Unabhängigkeitskrieg und ihre Rezeption“ gehalten hat. Riedesel nahm als Ehefrau eines braunschweigischen Generals am Feldzug der im englischen Sold stehenden Truppen aus dem Herzogtum Braunschweig in Kanada teil. Ihre Kriegserfahrungen betreffen die Jahre 1776-83. Sie erlebte nicht allein den soldatischen Kriegsalltag, sondern auch Gefangenschaft und Einquartierungen. Als Wanderin zwischen Kanada und den Vereinigten Staaten konnte sie einen umfassenden Einblick in die Interaktionen zwischen ziviler und militärischer Gesellschaft gewinnen, die sie in ihren veröffentlichten Briefen wiedergab. Literaturwissenschaftliche Forschungspositionen bezog der Beitrag von Helga MEISE (Reims) ein, der ein für die Sicht auf Militär- und Zivilgesellschaft zentrales Theaterstück des 18. Jahrhunderts behandelte: „Nachkrieg im Niemandsland. Gestörte Tauschprozesse in Lessings Minna von Barnhelm oder das Soldatenglück.“ Lessings Lustspiel erschien 1767, doch verlegte der Autor die Handlung in das Jahr 1763, in die unmittelbare Nachkriegsphase des Siebenjährigen Krieges. Das Stück wird durch Tauschprozesse verschiedenartiger Natur bestimmt: Begriffe werden ebenso getauscht wie Briefe und andere Schriftstücke, Ringe oder Geld. Zugleich fällt auf, dass Tauschprozesse immer wieder ins Stocken oder gar zum Erliegen kommen. Der Beitrag zeichnete die Störungen der Tauschprozesse exemplarisch nach; im Nachkriegproduzieren erst sie aufs Neue sozialen Zusammenhalt. Der Begriff der Ehre verliert so an Gewicht im Vergleich mit der Gleichheit, gleichzeitig setzt sich das Geld als das Objekt durch, das ungehemmt zirkuliert. Allein die Ringe, in denen sich Symbolwert und Warenwert überlagern, vermögen beide Bereiche zu verklammern.

Isabelle DEFLERS (Freiburg im Breisgau) zog eine Summe der deutsch-französischen Wechselwirkungen in dem Vortrag „Preußen als Modell in Frankreich nach dem Siebenjährigen Krieg“. Den Ausgangspunkt bildete dabei die Schlacht bei Rossbach vom 5. November 1757, eine schmerzhafte Erfahrung der französischen Armee, die in der Öffentlichkeit Frankreichs zu einem dramatischen Schlüsselmoment des Krieges stilisiert wurde. Dieses traumatische Erlebnis der Niederlage betraf die Militärangehörigen und die Zivilbevölkerung. Die gravierenden Schwächen der Armee veranlassten die militärische Führung in Frankreich, sich auf die Suche nach den „Schuldigen“ zu machen und Reformpläne zur Verbesserung der Streitkräfte auszuarbeiten. Viele Offiziere hatten im Krieg die Taktik des preußischen Königs kennengelernt. Preußen galt als Inspirationsquelle für die französischen Heeresreformen. Der Mythos Friedrichs II. als Feldherr wirkte sich aus. Nach Kriegsende 1763 reisten Militärexperten nach Preußen, um dessen siegreiche Armee aus der Nähe zu studieren. Die französische Armee verlor ihre einstige Vorbildfunktion, Preußen wurde zum Modell. Diese Umwertung des früheren Gegners fand aber in Frankreich keineswegs nur Zustimmung. Dies wird deutlich im Hinblick auf die Disziplinierungsdiskurse unter dem Kriegsminister Saint-Germain. Denn seine Reformen, die auf eine Reorganisation des ganzen Heeres zielten, wurden auf der diskursiven Ebene mit Argumenten bekämpft, die sich überwiegend auf nationale Stereotypen bezogen. So wurde die Kritik an der Übernahme preußischer Disziplin allein auf den Aspekt der körperlichen Bestrafung fokussiert, der als allzu erniedrigend für die französischen Soldaten betrachtet wurde. Verbunden mit der Frage, inwieweit die friderizianische Armee tatsächlich als Modell für eine Reform der französischen Disziplin dienen konnte, wurde auch das Problem der kulturellen Wahrnehmung der Militärgesellschaft aufgeworfen. Inwiefern bietet gerade die Reaktion auf die körperlichen Strafen, angeblich à la prussienne, ein gutes Beispiel für die Wechselwirkungen zwischen Militär und Zivilbevölkerung innerhalb der französischen Gesellschaft? Im Sinne des Tagungskonzepts wurden zur Beantwortung dieser Fragen u.a. die umfangreiche Korrespondenzvon Saint-Germain, aber auch seine Memoranden und weitere Schriften untersucht.

Die Ausführungen von Isabelle DEFLERS wiesen auf fundamentale Unterschiede der Bewertung des Militärischen und des zivil-militärische Verhältnisses im deutsch-französischen Vergleich hin. Von diesen Differenzen war in den Debatten im Verlauf der Tagung immer wieder die Rede. Die Diskussionen im Anschluss an die Vorträge kreisten darüber hinaus um die genauere Bestimmung von Civilité in der Militärgesellschaft des 18. Jahrhunderts, um den Stellenwert des Militärischen in den Territorialstaaten des Heiligen Römischen Reiches sowie um die Position der behandelten Autoren zu Krieg und kriegerischer Gewalt. In der thesenhaften Zuspitzung vom Siebenjährigen Krieg als „Katastrophe der Aufklärung“ und den Revolutionskriegen als „The War to end all Wars (la der des der)“ wurden in der Debatte Fragen für die weitere Bearbeitung der bei dem Studientag in Reims vorgenommenen Themen aufgeworfen. Eine Veröffentlichung der Beiträge ist für Ende 2015 geplant.

 

Ces exposés ont eu lieu en présence d’une vingtaine d’auditeurs: collègues germanistes, romanistes et historiens, doctorants et étudiants du Master « Lettres » de l’Université de Reims Champagne-Ardenne et autre public intéressé.

Le recueil de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales alsaciennes (HymnAlsace)

Date :  21-22/11/2014

Lieu :  Mayence

Organisateurs :  Beat Föllmi

Programme : Le recueil de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales alsaciennes

Premier atelier

« Workshop Hymnologische Datenbank HDB »

(Atelier Base de données hymnologique HDB)

L’Équipe d’Accueil EA 4378 (Théologie protestante) et le IAK Gesangbuchforschung ont invité, les 21 et 22 novembre 2014, à un premier atelier dans les locaux du Gesangbucharchiv de l’université Johannes Gutenberg de Mayence.

En amont du projet de recherche portant sur les recueils de chants ecclésiastiques en Alsace dans le contexte des identités confessionnelles et nationales (HymnAlsace), cet atelier a été consacré à la présentation du principal outil de travail : la base de données Hymnologische Datenbank HDB. La pro­gram­mation a été réalisée par Beat Föllmi (Unistra) sous le logiciel Filemaker Pro. Les données ont été saisies, pendant les dernières dix années, grâce à un financement de la DFG.

Parmi les participants se trouvaient les organisateurs principaux du projet HymnAlsace, les professeurs Ansgar Franz (Mayence), Hermann Kurzke (Mayence) et Beat Föllmi, ainsi que la directrice du Gesangbucharchiv, Christiane Schäfer, et plusieurs doctorants et post-doctorants dont quelques-uns qui seront associés au projet dès qu’il sera lancé définitivement.

Lors de la première journée, Beat Föllmi a présenté le fonctionnement et les possibilités techniques de la HDB, présentation suivie des échanges fructueux entre les participants notamment ceux qui utiliseront plus tard cet outil. La discussion portait notamment sur les possibilités offertes au projet, à l’ergo­nomie du programme, à l’intégration d’autres bases de données, aux contraintes et aux atouts techniques. Par la suite, les directeurs du projet HymnAlsace ont pu échanger sur l’état du projet et les mesures à entreprendre pour assurer le financement.

Dans la matinée de la seconde journée, Martin Bieri (Berne) a présenté l’état des travaux de la rétro-conversion du « catalogue Gotzen » et la saisie informatique des données. Cet immense catalogue contient d’environ 55.000 fiches de taille de carte postale qui donnent de précieuses informations historiques relatives à 36.000 cantiques environ, notamment concernant l’emplacement de textes et de mélodies des chants dans les recueils. On s’est mis d’accord à la rédaction d’une convention qui réglera l’utilisation et l’exploitation de ces données dans le cadre du projet HymnAlsace.

Beat Föllmi, Strasbourg

EA 4378, GREAM

Les amnisties post-épuratoires après 1945 en Europe : vers une histoire transnationale ?

Date :  27/03/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs : Marie-Bénédicte Daviet-Vincent

Programme : Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Pour ouvrir la journée, Marie-Bénédicte Vincent a présenté les spécialistes invités et proposé une vue d’ensemble sur le sujet. Elle a souligné la dimension expérimentale d’une histoire transnationale des amnisties post-épuratoires. En prenant pour point de départ la concomitance des lois d’amnistie dans les pays tels que la France, l’Allemagne et l’Italie, nous pouvons citer quelques raisons de sortir du cadre national dans l’analyse de cette histoire. Premièrement, les catégories visées par les dispositifs d’amnistie sont transnationales, car la polarisation idéologique entre antifascistes et fascistes provoquée par la Seconde Guerre mondiale s’étendait au cadre européen. Deuxièmement, la Guerre Froide a encouragé une convergence de la politique en Europe contre le communisme. Le contexte de la reconstruction était lui aussi commun à tout le continent. Enfin, l’émergence du droit pénal international s’inscrivait au sein d’une réflexion au niveau international sur les droits de l’homme. Avant de réaliser une étude transnationale des amnisties, Marie-Bénédicte Vincent a proposé un rappel historiographique sur le sujet : les amnisties ont d’abord été étudiées dans le cadre d’histoires nationales, afin, d’une part, de sortir des “légendes noires” de la mémoire et, d’autre part, de les resituer dans une histoire nationale, politique, culturelle, judiciaire plus longue. Elles ont ensuite fait l’objet d’études comparatives puis d’histoires croisées, comme celle proposée par Annette Weinke entre la RFA et la RDA. Enfin, des thématiques nouvelles ont vu le jour ces dernières années, telles que la circulation transnationale des modèles d’amnisties, les pressions extérieures exercées sur les Etats en phase d’épuration ou de “désépuration”, et la référence aux autres pays dans les débats publics sur l’amnistie. Il s’agit donc désormais d’élargir le cadre chronologique de ces études, en envisageant sur le temps long les conséquences des amnisties, et d’élargir le cadre spatial, en essayant de construire une histoire transnationale.

Notre premier invité, Stéphane Gacon, a présenté un exposé intitulé « Des usages de l’amnistie à l’époque contemporaine : une esquisse de typologie ». Le maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne avait effectué sa thèse sur les processus d’amnistie sous la Troisième République, de la Commune à la Guerre d’Algérie. Dans sa présentation, il a expliqué que l’amnistie est une mesure qui permet de mettre un terme aux conflits intérieurs, aux crises politiques et de reconstruire la nation. La perte de crédit de la procédure d’amnistie est souvent attribuée à celle qui a suivi la guerre d’Algérie et avait produit une image anti-républicaine du processus de pardon et d’oubli de la trahison. Or, selon Stéphane Gacon, la condamnation de l’amnistie a toujours existé.

Il convient par ailleurs de distinguer l’amnistie endogène, sans changement de régime, qui est celle pratiquée pour la Commune et la guerre d’Algérie, de l’amnistie exogène, qui concerne par exemple la collaboration. Pour son esquisse de typologie, l’historien a identifié trois catégories d’amnisties : les amnisties de pardon pratiquées par les régimes autoritaires, celles de réconciliation qui se déroulent à la sortie de dictatures et celles de refondation des démocratie occidentales. Pour la première catégorie, les exemples de Napoléon III en 1859 et de l’URSS en 1953 ont été cités. Ces processus était endogènes car il s’agissait de consolider un régime, de réaliser des actes de propagande avec une visée politique. Les amnisties de réconciliation accompagnaient la sortie du fascisme. La « deuxième vague » de démocraties en Amérique latine, l’amnistie en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid, celle des collaborateurs en France sont des amnisties exogènes. Quant à la troisième catégorie, l’amnistie refondation des démocraties occidentales, elle est endogène, notamment par exemple aux États-Unis après la Guerre de Sécession. Nous voyons donc là une logique systématique, où la nature d’un régime conditionne la nature des amnisties.

Stéphane Gacon a aussi souligné les particularités de l’amnistie française d’après la Seconde Guerre mondiale tout en notant la justification commune en France et en Italie de sa rapidité. La Guerre Froide a accéléré le processus de normalisation ; il fallait ressouder l’Europe contre les communistes. L’amnistie en France fut donc rapide et précoce. En 1946, les premiers dispositifs sont mis en place pour les jeunes, suivis par les lois du 5 juin 1951 et du 6 août 1953. Ils accompagnaient un changement politique – le passage du tripartisme à la Troisième Force – et témoignaient de la volonté de ne pas fracturer  la  société,  dans  laquelle  persistait  un  certain  tempérament contre-révolutionnaire. Outre la régénération de la nation, les raisons économiques et sociales ont motivé le temps court des amnisties. Réintégrer les collaborateurs à leurs postes, « scandaleux » que cela ait pu paraître dans l’opinion publique, avait pour objet de construire un avenir prometteur pour la nation, plutôt que de revenir sans cesse à un passé compromettant. Dans la discussion faisant suite à la présentation, Marc Bergère a ajouté que les amnisties produisaient un écart entre la sanction prononcée et la sanction effectuée, ce qui conduit à oublier qu’une épuration a bel et bien eu lieu.

Après cet essai de typologie des amnisties, Valeria Galimi est intervenue pour exposer un cas précis, “l’amnistie de 1946 en Italie, ses conséquences et ses échos”. Elle est partie d’un constat amer, celui de Mario Bracci, ministre du gouvernement de Gasperi. Bracci considère que l’amnistie déçoit tout le monde : aussi bien les fascistes, qui la trouvent trop restreinte, que les antifascistes, qui la trouvent trop clémente et refusent d’en voir l’intérêt politique. L’amnistie y est en effet très précoce : un an après la fin de la guerre. Elle est mise en place par le décret du 22 juin 1946 du ministre des Grâces et de la Justice, Palmiro Togliatti. L’amnistie concerne les crimes politiques et les crimes de droit commun dont la peine est inférieure à cinq ans, à l’exception des cas de tortures particulièrement brutales. Elle concerne certes les crimes des fascistes, mais aussi ceux des résistants, ce qui permet de donner un vernis de légitimité à la mesure. Le texte de Togliatti est jugé faible d’un point de vue juridique, mais il est essentiel d’un point de vue politique. Le ministre de la justice est en effet convaincu qu’il faut courir le risque d’une mesure impopulaire pour accélérer le processus de reconstruction positive du pays.

L’amnistie est présentée comme un acte de clémence, promulguée par Umberto II, dans un contexte politique troublé : celui qui voit l’Italie divisée par le référendum du 2 juin en faveur de la République. L’amnistie est appliquée rapidement et fait l’objet d’un assez large consensus au sein de la classe politique : seules quelques voix s’élèvent pour la dénoncer. La majorité considère qu’il est impossible de sanctionner les fascistes à tous les niveaux, qu’il faut aller vite, oublier pour reconstruire le pays et fonder le nouveau régime, et qu’il est donc impossible de procéder autrement.

Une autre caractéristique de l’amnistie italienne, liée à sa précocité, est qu’elle se déroule en même temps que l’épuration. L’épuration, en revanche, est un processus plus lent. L’approche transnationale est précieuse pour l’étudier, car les concepts juridiques circulent en Europe. Le modèle français, en particulier, est importé en Italie, à partir des recommandations des alliés. Prévue dès 1943, l’épuration se déroule sur plusieurs années et dans un climat de violence. Des violences populaires éclatent à Milan en avril 1945, après la réunion du conseil des ministres. Mussolini est exécuté le 28 avril, à l’initiative du Comité de libération nationale, qui prône une renaissance politique et morale du pays.

L’épuration judiciaire, qui se déroule dans des cours d’assises extraordinaires, est compliquée à mettre en place et des épurations sauvages sont pratiquées : la transition démocratique est difficile, du fait d’une certaine “culture de l’illégalité” italienne, selon Valeria Galimi. Les alliés, inquiets du poids du parti communiste, font alors pression en faveur d’un retour à l’ordre et préconisent l’engagement d’un processus de paix civile. L’amnistie ne peut être pensée que dans ce contexte, entre culture nationale et pression internationale, entre histoire politique italienne et histoire transnationale.

Gouvernance économique, financière et monétaire de l’Union européenne

Date :  06-07/10/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs :  Solène Hazouard, René Lasserre

Programme : Culture moné­taire, culture budgétaire en Allemagne et en France. Divergences et convergences franco-allemandes. Sur la voie d’une nouvelle gouvernance européenne ?

Compte rendu de Solène Hazouard

Cette rencontre constitue le dernier volet du projet de formation-recherche « Culture moné­taire, culture budgétaire en Allemagne et en France. Divergences et convergences franco-allemandes. Sur la voie d’une nouvelle gouvernance européenne ? ». Ce projet est conduit sur la période 2012-2014 par le Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), le centre de recherche Civilisations et identités culturelles comparées (CICC) de l’université de Cergy-Pontoise (UCP) et l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg (DFI), avec le soutien du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA). En avril et en novembre 2013, deux journées d’étude ont permis d’analyser les cultures monétaires puis budgétaires en France et en Allemagne (comptes rendus disponibles sur le site du CIRAC : http://www.cirac.u-cergy.fr/debats.php ). Ce colloque vient clore en outre le cycle thématique « France-Allemagne-Europe » de l’Institut d’études avancées (IEA) de l’UCP.

 

Quelle(s) politique(s) économique(s) pour la zone euro ?

En guise d’introduction à cette première table ronde et à l’aune des dernières données disponibles, Christian Kastrop, directeur du département des Études de politique économique à l’OCDE, a montré qu’en comparaison avec la zone euro, les États-Unis présentent actuellement de meilleures perspectives de croissance, ont davantage consolidé leurs finances publiques depuis 2009 et ont mené une politique d’assouplissement monétaire plus marquée depuis 2008, tout en disposant d’un marché du travail plus flexible. Pour Christian Kastrop, il est nécessaire d’allier consolidation budgétaire et réformes structurelles dans la zone euro, en tenant compte des spécificités de chaque pays. La politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), dont les mesures non conventionnelles pourraient réduire les efforts à fournir en la matière, souffre pour sa part de l’absence de gouvernance commune.

Par la suite, Jean-Marc Daniel, économiste et professeur associé à l’ESCP Europe, a affirmé qu’il faut cesser de croire que le problème de croissance est un problème d’emploi, que la zone euro subit une déflation et qu’il faut déprécier la monnaie européenne. Deux réformes sont nécessaires : il s’agit d’un côté de respecter le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et de réduire le déficit structurel et, de l’autre, de mettre en œuvre une politique de formation raisonnée et gérée en concurrence afin d’améliorer la gestion de la population active. Selon Jean-Marc Daniel, il est souhaitable à la fois de faire reposer la croissance sur l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) – comme c’est le cas aux États-Unis –, d’insérer l’Angleterre dans le dispositif et de faire de l’Europe le porteur d’un modèle intellectuel où on favorise le progrès technique, le profit et la concurrence, en vertu du théorème d’Helmut Schmidt : « les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain ».

Henrik Uterwedde, directeur adjoint du DFI, a indiqué que la crise a montré les failles du système de Maastricht. Si l’Allemagne se montre inflexible sur l’application stricte du TSCG et sur son refus de mutualiser la dette en l’absence d’une intégration plus forte des politiques fiscales, elle reste souple sur le délai accordé à la consolidation budgétaire. Pour le gouvernement allemand, les réformes structurelles, la stabilité budgétaire et les investissements d’avenir doivent permettre de stimuler l’emploi et la croissance. Toutefois, si le pays a adopté des mesures sociales, il lui faut également accroître les investissements (notamment dans les infrastructures) en mobilisant des capitaux privés – ce qui vaut aussi pour l’Europe. Pour conclure, Henrik Uterwedde observe un rapprochement des positions des gouvernements français et allemand, parfois mal compris par l’opinion publique et de nombreux responsables politiques. Dès lors, il plaide en faveur d’un débat public sur les enjeux européens et les politiques nécessaires.

La dernière intervenante de cette table ronde, Natacha Valla, directeur adjoint du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), a précisé que la France n’a pas avancé, malgré la crise, sur la nécessité d’une Europe politique derrière la monnaie unique. Par ailleurs, le pays a des difficultés à assumer une position dans la gouvernance collective et connaît, en comparaison avec l’Allemagne, un rapport différent au respect des règles, tout en cultivant assez maladroitement l’art de l’ambiguïté vis-à-vis des réformes structurelles et de la rigueur budgétaire. En ce qui concerne le rôle accordé à la BCE, Natacha Valla déplore le fait que la politique monétaire soit peu abordée dans le débat public français. Enfin, pour relancer l’investissement public et privé dans la zone euro, elle propose de réformer la Banque européenne d’investissement (BEI) et de mettre en réseau les banques d’investissement nationales.

Au cours de la discussion qui a suivi, Natacha Valla a ajouté qu’il serait utile de mettre en place un audit supranational des finances publiques par des corps autonomes. Henrik Uterwedde a souligné la nécessité, pour les responsables politiques, de recrédibiliser l’Europe aux yeux des citoyens en assumant sur le plan national les décisions prises au niveau européen. Jean-Marc Daniel a pour sa part spécifié que la création d’un budget commun serait une erreur car on ne peut pas contraindre les peuples à être solidaires entre eux.

Quel rôle doit jouer la BCE aux yeux des politiques français et allemands et quelle est sa politique actuelle ?

Sur cette deuxième thématique, Jacques Mistral, membre du Cercle des économistes, a structuré son propos en sept points :

  • la BCE a eu un comportement exemplaire dans la gestion de la crise ;
  • si l’idée de la dévaluation continue de séduire en France (malgré son impact négatif sur le pouvoir d’achat), les peuples restent tout de même très attachés à l’euro ;
  • la question du chômage et des conditions sociales ainsi que celle de la déflation restent de vrais sujets ;
  • l’Union économique et monétaire (UEM) présente un caractère hybride. En l’absence de pouvoir politique et de circuits privés de financement, la fragmentation entre espaces nationaux reste très présente. Dès lors, il existe une sorte de régime de change fixe qui encourage la déflation ;
  • la Grande-Bretagne apporte une contribution utile à la culture européenne. Dans le renforcement de l’intégration de la zone euro, il faudrait par conséquent tenir compte des préférences des Britanniques et de la dynamique du continent ;
  • la politique monétaire ne peut pas tout. L’Europe a besoin d’investissements ;
  • les responsables politiques devraient développer une vision européenne répondant aux attentes des jeunes.

 

Pour Philippe Moutot, conseiller principal au sein de la Direction générale de l’Économie de la Banque centrale européenne, la vision que les responsables politiques ont du rôle de la BCE est le résultat direct des expériences historiques nationales : en France et en Allemagne, deux perceptions opposées prévalent sur la centralisation et le fédéralisme ainsi que sur le lien entre risque inflationniste et risque d’instabilité financière. Philippe Moutot a ajouté qu’avec la crise de la dette fin 2010, il n’était plus possible de distinguer les problèmes issus d’un manque d’union bancaire des problèmes de nature budgétaire. Au-delà de la politique monétaire, les efforts de la BCE et des États membres se sont dès lors concentrés sur la mise en place d’instruments de soutenabilité budgétaire et de stabilité financière, l’annonce des opérations monétaires sur titres (Outright Monetary Transactions, OMT) ayant pour sa part convaincu les marchés. La BCE ne pouvant assurer seule la pérennité de l’euro sans la coopération des États, l’enjeu est désormais de mettre en œuvre des réformes structurelles différenciées selon les pays pour accroître le potentiel de croissance.

La contribution de Friedrich Heinemann, chef du département Fiscalité des entreprises et finances publiques au Centre d’études économiques européennes (ZEW) de Mannheim, a porté sur la perception qu’a l’opinion publique allemande de la politique de la BCE. Pour les Allemands, la déflation n’est pas le problème prioritaire. Ils sont davantage préoccupés par le fait que la BCE outrepasse ses compétences, ce qu’a d’ailleurs confirmé la Cour constitutionnelle fédérale dans son arrêt du 14 janvier 2014 en contestant la compatibilité du mécanisme des OMT avec le mandat de la BCE. Les Allemands craignent également qu’une « répression financière » s’installe pour les épargnants en raison de la baisse des taux d’intérêt. Enfin, prônant une solidarité conditionnelle, ils redoutent que le temps gagné par la BCE ne soit pas utilisé à bon escient par les pays de la zone euro – et notamment par la France – pour mener à bien les réformes structurelles qui s’imposent.

En complément, Gerald Braunberger, rédacteur en charge de la rubrique Marchés financiers au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, a précisé que du fait des traditions culturelles, la France privilégie la demande et l’Allemagne, l’offre. En outre, il estime que le secteur financier est négligé – à tort – dans de nombreuses analyses de la politique monétaire et qu’il existe un lien étroit entre la stabilité des prix (la politique monétaire), la surveillance des banques (la stabilité financière) et la stabilité de la dette publique (la politique budgétaire nationale). Dans une telle configuration, la BCE sert à assurer les États contre des risques macroéconomiques graves, malgré l’aléa moral que cela implique. Pour Gerald Braunberger, la zone euro ne se trouve pas dans une situation de déflation et les effets du quantitative easing sont incertains et difficiles à évaluer. En somme, il ne faut pas surestimer la puissance de la politique monétaire.

Christian de Boissieu, professeur d’économie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a réagi aux propos précédemment tenus en évoquant l’élargissement du mandat de la BCE qui résulte de l’union bancaire. Dans sa fonction de supervision des banques, la BCE va être concernée par les nouvelles règles prudentielles de Bâle III. Il a également rappelé la validation, par la Cour de Karlsruhe, des plans de sauvetage de la zone euro et a regretté le rejet par la France de la proposition faite par Angela Merkel à l’automne 2010 sur le système de sanction dans le cadre du Pacte de stabilité et de croissance (PSC), suivant laquelle un pays qui ne respecterait pas les règles du traité pourrait se voir privé de droit de vote dans les instances communautaires et/ou se verrait refuser l’accès aux fonds structurels.

Regards communautaires sur les enjeux de la politique économique et financière européenne

Au cours de son bref exposé introductif, Guntram B. Wolff, directeur de l’Institut Bruegel, a mentionné deux débats en cours à Bruxelles, le premier ayant trait à l’égalité de traitement des pays quant au respect des règles budgétaires. Bien qu’il en aille de la crédibilité des règles, on ne peut peut-être pas attendre le même ajustement d’une petite économie ouverte que d’une grande économie moins ouverte. Le second débat porte quant à lui sur les réformes structurelles à réaliser dans les différents pays de la zone euro. Au-delà de ces deux débats, Guntram Wolff déplore les divergences de vue sur les perspectives à donner à l’union monétaire à moyen et à long terme.

Dans un premier temps, Miguel Moltó Calvo, professeur à l’Institut universitaire d’études européennes de l’Université San Pablo de Madrid, s’est penché sur le cas de l’Espagne. Avant la crise, malgré un taux de croissance supérieur à la moyenne de la zone euro et une situation budgétaire saine, le pays présentait de nombreux signes de vulnérabilité (perte de compétitivité, bulle immobilière, fort endettement privé, déficit extérieur et dette externe élevée). Pour faire face à la crise, le gouvernement a d’abord opté pour une politique budgétaire expansive avant de mener, à partir de 2010, une stratégie de consolidation budgétaire accompagnée d’un renforcement du système financier et de réformes structurelles. Si le programme de stabilité espagnol 2014-2017 prévoit une amélioration du potentiel de croissance et une réduction du déficit, les estimations relatives au chômage, à la dette et à la pression fiscale demeurent préoccupantes. Pour conclure, Miguel Moltó Calvo a déclaré que l’avenir de l’UEM passait par l’adoption d’un système fédéraliste, l’objectif de convergence économique devant aller de pair avec une certaine flexibilité dans l’approche de l’austérité et l’application du PSC.

Dans un deuxième temps, Gustavo Piga, professeur d’économie politique à l’Université de Rome, s’est prononcé pour la création de mécanismes favorisant la mise en œuvre de politiques anticycliques, en vertu desquelles l’austérité et les réformes doivent être décidées en priorité au cours de périodes conjoncturelles favorables. Dans la zone euro, après l’adoption du pacte budgétaire inclus dans le TSCG, le chômage a connu une nouvelle augmentation due à la réticence des entreprises (et des ménages) à investir dans un contexte de consolidation budgétaire induisant le maintien prolongé d’un niveau élevé de fiscalité. L’Italie doit désormais stimuler la demande en augmentant l’investissement public, ce qui sera possible via un examen des dépenses. L’austérité y est un échec, la dette en pourcentage de PIB ayant atteint son plus haut niveau depuis 1928. Aux yeux de Gustavo Piga, l’union budgétaire suppose l’existence d’une culture commune. Or, même aux États-Unis, cela a pris du temps.

Antoin E. Murphy, professeur émérite d’économie au Trinity College de Dublin, a achevé ce tour d’horizon européen en s’intéressant au sort de l’Irlande. Il est revenu sur « l’âge d’or » des années 1994-2000, le Tigre celtique servant alors de passerelle entre la Silicon Valley et l’Europe. Les filiales des multinationales implantées dans le pays soutenaient l’activité de nombreuses entreprises de services et du secteur de la construction, qui subit toutefois un revers en 2001. La stimulation excessive du marché qui s’ensuivit créa alors une bulle immobilière, dont l’éclatement en 2008 entraîna une crise bancaire, une crise budgétaire et une crise financière de sorte qu’en 2010, la Troïka décida d’intervenir. Trois ans plus tard, l’Irlande est parvenue à sortir du plan de sauvetage. Même si la situation reste difficile, le pays a des raisons d’espérer, les multinationales pouvant notamment connaître un nouvel essor dans un environnement international apaisé. Pour Antoin Murphy, la gestion de la crise en Irlande ne relève pas de l’austérité, mais plutôt d’un retour au bon sens.

Pour clore cette rencontre, Henrik Uterwedde a affirmé qu’il fallait dépasser les visions nationales et a salué l’ouverture du débat en France et la prise en compte des problèmes structurels. Il a en outre souligné la nécessité de sortir le débat de sa focalisation sur les sanctions pour s’interroger davantage sur l’Europe que nous voulons. Il s’agit ainsi de retrouver une confiance mutuelle pour redonner envie de construire l’Europe. En ce qui concerne le respect des règles de déficit, René Lasserre, directeur du CIRAC, a suggéré de passer d’une logique normative à une logique contractuelle d’engagement sur les réformes structurelles à effectuer, la solidarité se construisant par le contrat.

Les actes de ce colloque seront intégrés à un ouvrage collectif à paraître en 2015.

 

 

Convergences des épurations européennes ?

Date :  28/02/2014

Lieu :  Rennes

Organisateurs :  Marc Bergère , Maître de conférences, Université de Rennes 2

Programme : Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Compte rendu de Fabien Lostec, université Rennes 2.

Marc Bergère et Emmanuel Droit, maitres de conférences en histoire contemporaine,  organisaient le 28 février 2014 à l’université de Rennes 2 une journée d’étude en forme de session inaugurale du programme de formation recherche du Ciera intitulé Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Afin de réfléchir à ce beau sujet, la volonté initiale des participants était de penser les convergences des épurations européennes. Une perspective longtemps négligée en raison du Rideau de Fer et du développement d’historiographies avant tout nationales.

En introduction, Marc Bergère souligne combien il peut être intéressant de travailler autour d’un moment 1945, correspondant à la défaite du fascisme en Europe. Au-delà d’une sortie de guerre à géométrie variable, une « soif de justice » touche alors l’Europe. Sans être totalement commune, l’épuration est alors une expérience vécue et partagée par un grand nombre d’Européens. Dès lors, l’historien souhaite interroger les différences qui peuvent exister dans les processus épuratoires et leurs mémoires entre l’est et l’ouest de l’Europe. Dans un second temps, il précise que l’historiographie de l’épuration est certes dense, mais inégale entre les pays et lacunaire car il n’existe que peu de synthèses sur le sujet à l’échelle européenne. Ces précisions faites, quelles sont les formes d’écriture de l’histoire qui peuvent être privilégiées ? La première démarche consiste en une histoire comparée, qui met en exergue les parentés et les dissemblances dans les normes, les pratiques, les vécus et les bilans. Toutefois, cette histoire peut entrainer une dissymétrie de traitement en raison d’une inégalité dans la quantité et/ou la qualité des sources récoltées dans chaque pays. La seconde relève d’une histoire croisée, qui est davantage relationnelle. Il s’agit, par exemple, d’étudier un groupe de population spécifique afin de comparer sa situation face à l’épuration dans différents pays((1)). La troisième piste, sans doute la plus prometteuse, s’attache à une histoire connectée, étudiant les circulations, les échanges et les appropriations par certains Etats des pratiques répressives((2)). Puis, Marc Bergère note qu’une épuration peut en cacher une autre, comme le montre l’influence de l’épuration post-Première Guerre mondiale sur l’épuration post-Seconde en Belgique. Sans une mise en perspective diachronique, les épurations y sont incompréhensibles. En conséquence, les espaces d’épurations successives comme l’Alsace, la Pologne, la Russie ou les pays baltes méritent une attention particulière. Entre les « traîtres », « les conspirateurs » ou encore « les bandits de la collaboration »((3)), la figure de l’ennemi est-elle stable ou évolutive ? De même, l’observation d’objets transnationaux paraît féconde. C’est par exemple le cas des populations déplacées et/ou de certaines composantes nationales punies par l’épuration. Ainsi, quel sort a été réservé aux minorités allemandes chassées des pays voisins ou aux Baltes en proie à la répression des soviétiques ? Enfin, il convient d’analyser l’exil des criminels de guerre et des collaborateurs en Europe et au-delà. Leurs mouvements, leurs réseaux et leurs connexions sont à repérer car ils permettent la mise en relation de milieux différents((4)).

La matinée se poursuit par l’intervention d’Emmanuel Droit qui invite à réfléchir à l’échelle transnationale et sa plus-value pour une histoire des épurations. Ce concept connait de nombreuses migrations entre linguistes, juristes, économistes et politistes avant d’être adopté par la discipline historique. Le véritable tournant s’effectue dans les sciences politiques dans le courant des années 1970, lorsque des théoriciens libéraux proposent de penser les espaces et acteurs transnationaux non-étatiques, et de réfléchir principalement aux circulations. Vivement critiquée, cette approche gagne toutefois du terrain. Elle effectue son entrée dans les sciences sociales à la fin des années 1990, en pleine période d’internationalisation de la recherche, qui s’inscrit elle-même dans le sillage d’une accélération de la mondialisation et de la construction européenne. Depuis le début des années 2000, une nouvelle génération d’historiens, principalement allemands et anglais, propose de faire une histoire des interactions, des échanges et des déplacements entre les individus, les groupes, les organisations et les Etats qui agissent au-delà des frontières nationales. Si  ce concept s’est imposé dans bon nombre de pays européens, il reste à dynamiser en France. En effet les historiens français qui ont adopté cette nouvelle façon de faire de l’histoire demeurent encore peu nombreux, malgré les appels à un changement d’échelle historiographique((5)),  à un transantional turn en histoire politique((6)), ou encore l’admirable étude de Romain Bertrand((7)). Pour autant, les champs d’études susceptibles de profiter de ce tournant épistémologique sont nombreux en histoire contemporaine, à l’image de l’histoire du communisme et des polices politiques en Europe. Enfin, Emmanuel Droit souligne qu’en faisant une histoire transnationale des épurations, l’historien touche au cœur du « continent des ténèbres ». Dénationaliser les histoires nationales peut permettre une meilleure compréhension des faits étudiés et la construction de passerelles avec d’autres sciences sociales ou d’autres périodes, fondant ainsi un langage scientifique commun.

L’après-midi est introduite par Daniel Bonnard, doctorant à l’université de Marburg, qui nous informe sur l’historiographie allemande de l’épuration. En Allemagne, le terme « épuration » n’existe pas. Seul le mot générique et ambivalent de Säuberung est utilisé. Il renvoie à une soumission politique au groupe dominant. Die Säuberung concerne la dénazification et les procès de criminels de guerre effectués par les Alliés ainsi que les procès des criminels nazis devant les tribunaux allemands. L’interdépendance entre les deux Allemagne est alors forte. Une histoire croisée parait donc indispensable pour comprendre la manière dont s’effectuent les poursuites des criminels de guerre. Il faut attendre le début des années 1990 pour que l’étude systématique de l’épuration soit effectuée, l’historien bénéficiant notamment de l’ouverture des archives consécutive à la chute du bloc de l’est. Les travaux sur l’occupation alliée se multiplient et l’après 1989 est étudié à l’aune de l’épuration post-Seconde Guerre mondiale. Les réactions des Allemands vis-à-vis des procès et les lois d’amnistie des années 1950, époque durant laquelle la RFA se reconstruit sur un socle anticommuniste, sont au centre des attentions. Ces lois promulguées par les autorités fédérales investies par d’anciens nazis, certains évoquent une « renazification », laissant ainsi transparaître les peurs de l’époque. Si ce terme parait exagéré, du moins peut-on parler d’une neutralisation de l’épuration. Comme l’indique Dominik Rigoll dans la discussion, cette neutralisation peut être provoquée par d’anciens nazis, mais aussi par des démocrates allemands et des Alliés. Toujours est-il qu’à cette époque, l’idée selon laquelle les autorités fédérales défendent les criminels de guerre se propage. Celles-ci favoriseraient ainsi l’échec de l’épuration opérée par les Alliés. Dans les années 2000, cette dernière est revalorisée et étudiée comme un laboratoire de la justice internationale actuelle. A la même époque, on assiste à un glissement sémantique. Ce n’est plus de la « justice des vainqueurs » qui est évoquée mais la « justice d’après-guerre ». Aujourd’hui, les historiens s’intéressent aux fonctions narratives et médiatiques des procès. Le paradigme de la justice transitionnelle est questionné et les conditions institutionnelles et politiques de la justice post-guerre sont étudiées. Pour finir, Daniel Bonnard insiste sur l’intérêt à porter aux formes de légitimation d’une épuration allemande qui vient de l’extérieur.

Ensuite, Jonas Campion nous propose une approche historiographique des épurations dans l’espace Benelux. Les 3 pays étudiés connaissent des situations différentes sous l’Occupation ainsi que des interprétations juridiques distinctes à la Libération, mais cela n’empêche aucunement une réflexion croisée. Les premières publications relatives à l’épuration sont concomitantes au phénomène. Aux Pays-Bas, elles émanent d’une commission d’enquête chargée de faire le bilan de l’occupation, instituée par le gouvernement au sortir de la Seconde Guerre mondiale. A cette période située à l’interface de l’histoire immédiate et de la littérature militante, succèdent les premiers véritables travaux scientifiques, publiés dès la fin des années 1970. Ils sont l’œuvre de journalistes au Luxembourg et de juristes aux Pays-Bas. Tous s’attaquent aux mythes nationaux et démontrent qu’une collaboration a existé. En Belgique, il faut attendre 1991 et le travail de deux sociologues pour bénéficier d’une analyse scientifique sur la répression des collaborateurs((8)). Depuis, la connaissance du phénomène a énormément progressé. Les formes et les temps de l’épuration ainsi que les différents groupes d’épurés sont maintenant bien connus. Si l’épuration post-Première Guerre mondiale a été interrogée en amont, le regard porté sur les grâces et les amnisties permet de mieux comprendre le phénomène épuratoire en aval. Mais Jonas Campion indique que les acquis de la communauté scientifique sont en décalage par rapport à ceux de la société. Du coup, certains médias, tout en se faisant l’écho d’une forte demande sociale, avivent des polémiques. Le passé se retrouve notamment au cœur des tensions actuelles entre Flamands et Wallons en Belgique. Les débats sont également vifs aux Pays-Bas et au Luxembourg, suite à la récente thèse de Vincent Artuso sur la collaboration((9)). Enfin, des questions restent en suspens, notamment en ce qui concerne les transferts et les influences entre espaces voisins. Les échanges qui suivent la communication de l’historien belge nourrissent la réflexion. Marc Bergère pense qu’une analyse fine de la littérature jurisprudentielle apporterait beaucoup à l’histoire transnationale des épurations. Quant à Xavier Rousseaux, il note qu’il serait intéressant d’effectuer une histoire transnationale des mémoires de l’épuration.

La journée n’a pas passé sous silence les territoires les plus à l’est de l’Europe, grâce à l’intervention de Vanessa Voisin sur l’URSS. Le mot « épuration » n’y existe pas plus qu’en Allemagne. De même, Jonas Campion observait que le terme n’est pas d’usage systématique au sein du Benelux : la Belgique parle de répression des inciviques quand le Luxembourg préfère le terme de dénazification. En URSS, les sources évoquent plutôt la lutte contre les traitres ou les ennemis. Si cette « épuration de guerre » est bien différente des purges des années 1930 et 1950, il n’est cependant pas nécessaire de créer un nouveau code pénal puisque l’arsenal juridique est amplement suffisant. L’historiographie du sujet est jeune,  encore assez largement extérieure et inscrite dans un contexte post Guerre froide. L’épuration est longtemps taboue et il faut attendre l’ouverture des archives pour voir une multiplication des travaux sur la collaboration, brisant ainsi l’image d’une société russe unie contre cette dernière. En effet, l’idée prédominante a longtemps été celle d’une « poignée de misérables » dans un pays uni voire unanime dans la grande guerre patriotique. Les historiographies occidentale et russe demeurent ainsi longtemps hermétiques. Vanessa Voisin précise que les dossiers archivés sont d’une très grande diversité et concernent aussi bien des nationalistes que des collaborateurs avec l’ennemi. Mieux, ces dossiers sont parfois mélangés avec les dossiers de non-épurés. Des statistiques sont donc très difficiles à établir. Depuis la chute du bloc de l’est, chaque pays étudie son épuration, non sans usage politique du passé au service de l’affirmation nationale face à la Russie, comme en Lettonie. Les conflits de mémoire sont par ailleurs fréquents entre milieux émigrés après-guerre (exopolitie) et population restée sur place. Cependant, si les travaux sur la collaboration  (en particulier armée) se sont multipliés, l’épuration demeure un parent pauvre historiographique. Plusieurs pistes de travail pour une histoire croisée sont donc évoquées. L’étude des zones d’occupation allemandes et des tribunaux étrangers qui dénazifient serait à creuser. Le rapatriement des soviétiques en URSS est également très intéressant. Ces derniers passent par plusieurs filtrages qui font office d’épuration, sur place et à la frontière de leur pays. D’aucuns suspectés d’avoir collaboré sont même envoyés dans des camps de travail le temps que le NKVD enquête sur eux. Le retour des prisonniers de guerre des troupes de l’Axe mérite également une grande attention. Pour eux, une coopération entre l’ouest et l’est se met en place et la question de savoir s’ils bénéficient de protections est posée. Un travail sur les pratiques symboliques d’épuration, comme les tontes, mériterait d’être entamé. Dès 1943, des décrets policiers sont rédigés afin de sanctionner les personnes qui se compromettent intimement avec l’ennemi. D’autres réintroduisent des châtiments comme la pendaison ou le bagne en URSS pour les complices de l’ennemi. L’étude de la coopération judiciaire et archivistique entre l’est et l’ouest ainsi que des rapports qui existent entre purifications nationales et châtiment des criminels de guerre s’avère indispensable, tant ces deux derniers aspects s’entremêlent. Une nouvelle fois, la discussion qui suit la communication est très stimulante. Est ainsi évoquée « la dimension rampante de l’épuration » (Marc Bergère) via un processus d’ostracisme social qui frappe un individu mais aussi souvent son entourage.  Ainsi, selon Vanessa Voisin, le fait d’avoir été dans un camp étant noté sur le passeport, les anciens déportés sont souvent rejetés par la communauté villageoise à leur retour.

Enfin, Xavier Rousseaux conclut la journée. Il souligne que l’histoire transnationale de l’épuration doit s’intéresser aux lieux, aux hommes, aux mots mais aussi, de manière plus concrète, travailler sur les objets qui passent d’un pays à l’autre. Afin d’éviter toute comparaison indue, les emboitements d’échelles sont à mobiliser. De même, faut-il souligner l’importance de la chronologie. Après avoir insisté sur la nécessité de replacer chaque épuration dans l’histoire du XXe siècle, Xavier Rousseaux invite le groupe de travail à s’engager dans la voie de l’anthropologie historique. L’épuration s’inscrit en effet dans l’histoire longue de la violence et de la vengeance. En régulant celles-ci, elle marque le retour à l’utilisation légitime de la force par l’Etat. Aussi, elle participe à un vaste mouvement de resocialisation qui s’effectue à travers l’élimination des menaces de la société. L’historien qui travaille sur ce sujet est également confronté à l’étude des politiques du passé. Les questions de la légalité des pratiques et de la sévérité de l’épuration ne manquent jamais d’être posées. Aussi devront être interrogés les objectifs de l’épuration. Sans perdre de vue qu’elle vise à former de bons citoyens, elle contient une dimension fonctionnaliste. Qu’en est-il par exemple des politiques de réintégration et des demandes de reconnaissance des épurés ? Certains usent des outils qui leur permettent de court-circuiter ce qu’ils considèrent être des injustices nationales. Dès lors, ils font appel à l’ONU ou à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui apparaissent là encore comme de véritables objets transnationaux. Les épurés s’inscrivent dans une logique de victimisation et s’appuient sur les valeurs démocratiques qu’ils ont tant honnies par le passé. L’épuration est bel et bien un processus collectif de naissance, de connaissance et de reconnaissance.

Succès indéniable donc que cette journée qui revêtait à la fois une dimension programmatique et historiographique. La qualité des interventions et les nombreuses discussions qui l’ont ponctuée, auxquelles n’ont pas hésité à participer les nombreux étudiants de master et de licence présents dans l’assistance, ont aidé à la réalisation des objectifs fixés par les organisateurs. Une dynamique de travail collective est née et nul doute que les apports et les pistes de réflexion ouvertes seront complétés et enrichis par les deux prochaines sessions de travail programmées à l’ENS/Ulm (le 27 mars 2014) et à l’université belge de Louvain (les 4 et 5 décembre 2014).

  1.           Voir à ce titre le travail de Jonas Campion, Les Gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, 346 p. []
  2.               Valeria Galimi démontre par exemple que le modèle judiciaire créé pour épurer les traitres s’inspire de la France. Galimi, Valeria, « Collaborationnisme et épuration judiciaire en Italie et en France », dans : Causarano, Pietro, Galimi, Valeria, Guedj, François et al. (dir.), Le XXe siècle des guerres, Paris, Editions de l’Atelier, 2004, p. 374-380. []
  3.                Denis, Juliette, « Identifier les ennemis en Lettonie : une priorité dans le processus de resoviétisation (1942-1945), Cahiers du monde russe, n°2/3, 2008, p. 297-318. []
  4.       Sur cette question, voir par exemple le récent travail de Marc Bergère, La postérité de Vichy au Québec. L’affaire des réfugiés politiques au Canada : retour sur l’événement, sa mémoire et l’écriture de son histoire, Mémoire inédit d’HDR, Université Paris I, 2013. []
  5.     Douki, Caroline, et Minard, Philippe, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n°54-5, 2007/5, p. 7-21. []
  6.          Sirinelli, Jean-François, « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la Cité, le monde… et le temps », Revue Historique, n°658, 2011/2, p. 391-408. []
  7. Betrand, Romain, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Le Seuil, 670 p. []
  8.              Huyse, Luc, et Dhondt Steven, La Répression des collaborateurs 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, éditions du Centre de recherche et d’information socio-politiques (CRISP), 1993 [Première édition belge en 1991 sous le titre Onverwerkt verleden], 345 p. []
  9.        Artuso, Vincent, La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945). Accommodation, Adaptation, Assimilation, Frankfurt am Main, Peter Lang, coll. « Etudes luxembourgeoises », 394 p. []

L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux : expositions, dispositifs, architectures

Date :  26-27/05/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs : Andrée Bergeron, Charlotte Bigg, Jochen Hennig et Renaud Huynh

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

 

Participants :

Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré, Paris), Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, Paris), Friedrich von Bose (Humboldt Universität, Berlin), Lino Camprubi (Universidad Autónoma de Barcelona), Loic Charles (Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis), Volny Fages (ENS Cachan), Ginette Gablot (Parcours des sciences, Paris),Yann Giraud (Université de Cergy-Pontoise), Sebastian Grevsmühl (Université Pierre et Marie Curie, Paris), Jochen Hennig (Humboldt Universität, Berlin), Renaud Huynh (Musée Curie, Paris), José Lanzarote Guiral (Centre Alexandre Koyré, Paris), Catherine Radka (GHDSO, Orsay), Pedro Raposo (Universidade de Lisboa), Ronan le Roux (Printemps/Sphere, Paris), Pascale Rabault-Feuerhahn (ENS-CNRS, Paris), Felix Sattler (Humboldt Universität, Berlin), Loic Vadelorge (Université de Marne la Vallée), Christian Vogel (Humboldt Universität, Berlin), Carla Yanni (Rudgers university)

Présentation générale et objectifs :

Deuxième événement parisien du programme avec le séminaire Voir/Savoir, l’atelier partait du constat que les espaces scientifiques (universités, laboratoires, mais aussi musées et lieux temporaires de monstration des sciences), avaient beaucoup à nous apprendre. Leur architecture, leur inscription matérielle et symbolique dans le tissu urbain, leur déclinaison au cours du temps et dans des environnements géographiques et culturels variés nous renseignent sur l’évolution des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.

Partant de cette hypothèse nous avons réuni des historiens des sciences, du musée, de la ville, des conservateurs d’expositions et des historiens de l’art autour de quelques cas concrets de trois types d’espaces (l’université, l’exposition scientifique et technique, le dôme) et du contexte scientifique, social et politique de leur genèse.

L’atelier visait à contribuer aux renouvellements historiographiques récents qui ont permis de développer de nouvelles approches en histoire des sciences, de la muséographie scientifique et de la vulgarisation, notamment le corpus consacré aux cultures visuelles et matérielles qui caractérisent le travail et la communication scientifiques, ainsi que celui consacré aux lieux de science. Conformément à l’esprit général de notre programme il avait en outre l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains autour de la place des sciences dans nos sociétés actuelles.

Bilan

L’atelier s’est déroulé sur deux jours consécutifs.

La première matinée, sous forme d’une visite des infrastructures académiques construites sur la Montagne Sainte-Geneviève sous l’impulsion de hauts noms de la science Française (Jean Perrin et Marie Curie, pour ne citer que les plus connus) dans les premières décennies du 20e siècle, a offert aux participants une entrée en matière concrète sur ce que les lieux de sciences matérialisaient (réseaux de recherche, choix techniques, symbolique du savoir).

La première session était consacrée à une exploration des liens entre l’architecture des lieux académiques et représentation sociale des sciences (et des disciplines). La confrontation d’études de cas (de l’université du Michigan de la fin du 19e au projet de campus Paris-Saclay du 21e, en passant par l’exposition des collections ethnologiques dans le Humboldt Forum à l’histoire mouvementée), a permis de mettre en évidence combien, aujourd’hui comme sur une longue période, l’inscription dans l’espace urbain transcrit, manifeste et favorise des options de politique éducative et scientifique.

La seconde session abordait de front la question de la mise en scène des sciences et des techniques et l’impact des contextes nationaux. Les trois présentations avaient en commun la période de l’entre-deux-guerres mais abordaient des sujets très différents : les salons professionnels, une Exposition internationale et la mise en exposition des sciences sociales. L’attention portée dans les trois cas aux formes concrètes de la réalisation s’est avérée très précieuse, permettant de voir des évolutions riches de sens sur la période (par exemple sur la présentation des appareils radiographiques) et de mieux décrire la tension entre formes nationales et volontés internationalistes.

La dernière des trois sessions s’attachait à décrire des usages d’un dispositif particulier : le dôme. Utilisé dans des contextes variés (du planétarium aux expositions internationales) le dôme est aussi un signe : celui de la modernité, de l’utopie ou d’un régime totalitaire pour ne citer que des cas abordés au cours de l’atelier. C’est dans cette session, précisément ciblée sur un type de dispositif, qu’a été sans doute le plus sensible le bien fondé d’un intérêt porté aux formes matérielles des présentations en ce qu’elles traduisent des conceptions singulières des sciences, des techniques et de leurs rôles sociaux.

De façon générale, les participants ont souligné la grande qualité des présentations. Le pari que nous avions fait de réunir des chercheurs ancrés dans des domaines différents s’est avéré très fructueux. Pour toutes ces raisons nous souhaitons valoriser ces journées par une publication (vraisemblablement un numéro spécial d’une revue comme Science as culture)

 

Andrée Bergeron, Charlotte Bigg

Universitätssammlungen präsentieren

Date :  05/06/2014

Lieu :  Berlin

Organisateurs :  Jochen Hennig et Charlotte Bigg

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

 Teilnehmer/innen

Dr. Charlotte Bigg (Wissenschaftlerin, Paris), Dr. Andrée Bergeron (Wissenschaftlerin, Paris), Dr. Jochen Hennig (Sammlungsbeauftragter der HU, Berlin), Andrea Wieloch (Berlin), Prof. Dr. Thomas Schnalke (Museumsleiter, Berlin), Dr. Lisa Regazzoni (Wissenschaftlerin, Frankfurt), Judith Blume (Doktorandin, Frankfurt), Herbert Justnik (Museumskurator, Wien), Sarah Link (Wissenschaftlerin, Berlin), Felix Sattler (Museumskurator, Berlin)

Sammlungs-Arbeitsspeicher im Tieranatomischen Theater der Humboldt-Universität und „Zur Sache“: Objektportal der Goethe-Universität Frankfurt

Ausstellungen wie auch Webportale bilden bezüglich Universitätssammlungen Schnittstellen von Wissenschaft und Öffentlichkeit, wobei der Anschaulichkeit und Konkretion von Objekten eine besondere Bedeutung zukommt.

Als „Sammlungs-Arbeitsspeicher“ ist im Tieranatomischen Theater der Bibliotheksraum vorgesehen, in dem in einer dauerhaften, aber flexibel zu bestückenden Anordnungen die Sammlungen der Humboldt-Universität präsentiert werden. Das Konzept, präsentiert von Felix Sattler und Jochen Hennig, wurde hinsichtlich der gestalterischen Präsentationsform und der museologischen Ordnungskategorien diskutiert. Das Webportal „Zur Sache“, vorgestellt von Judith Blume und Lisa Regazzoni, setzt studentische Seminare zu Objekten aus den Sammlungen der Universität Frankfurt um; insbesondere bilden nicht wissenschaftliche Objektbiografien den Hauptzugang, vielmehr werden komplementär dazu kreative, auch literarische Zugänge gesucht. Diskutiert wurde u.a. die Frage, wie unterschiedliche Zugänge mit den Standards, die häufig Datenbanken und Internetpräsentationen prägen, vereinbar sind.

Während beide Konzepte zum einen jeweils medienspezifisch versuchen, die Präsentation von Objekten im Raum bzw. Internetpräsentationen auszuloten, treffen sie sich zum anderen in dem Vorhaben, studentischen Projekten wie auch den Sammlungen der jeweiligen Universitäten eine Bühne zu geben und Rahmenbedingungen für experimentelle Museologie zu schaffen.

Jochen Hennig

Ecritures de la Kulturkritik : entre science et littérature/ Schreibweisen der Kulturkritik zwischen Literatur und Wissenschaft

Date :  24-25/01/2014

Lieu :  Heidelberg

Organisateurs :  Olivier Agard

Programme :  Kulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

Theo Jung (Université de Freiburg): Eine ›Klage, die so alt ist, als die Geschichte‹? Kulturkritik um 1800 und 1900 im diachronen Vergleich

Un argument central contre la Kulturkritik est depuis ses débuts qu’il s’agit d’une « plainte qui est aussi ancienne que l’histoire elle-même » (selon une expression de Kant). Contre cette idée, il s’agit de prendre en considération le développement historique de la Kulturkritik, en distinguant trois niveaux dans l’évolution celle-ci. Dans un premier temps, l’exposé met en rapport l’émergence de la Kulturkritik moderne au XVIIIe et au début du XIXe siècle  avec l’historicisation de la réflexion sur la culture (qui n’opère plus en termes de constantes éternelles). Dans un deuxième temps, Theo Jung analyse le développement ultérieur de la Kulturkritik depuis cette époque en procédant à une comparaison diachronique des formes qu’elle prend en 1800 et 1900. Le point de départ de cette comparaison est le constat que cette Kulturkritik constitue un discours « parasitaire », de telle sorte qu’elle se transforme en même temps que le terrain sémantique sur lequel elle se construit. Pour donner un visage plus concret à cette thèse, M. Jung prend pour exemple trois domaines dans lesquels on peut observer l’évolution de la structure sémantique de la Kulturkritik. Les trois thèmes analysés sont le rôle du concept d’esprit [Geist], la manière d’aborder la science et la philosophie, et enfin la façon de considérer la technique et l’industrie comme des forces émergentes. En conclusion, T. Jung formule quelques propositions méthodologiques pour la recherche sur la Kulturkritik et son évolution historique. Il plaide ainsi pour donner à la sémantique historique une plus grande place, à côté d’autres approches.

Gilbert Merlio (Université Paris-Sorbonne), Gobineau-Rezeption in Deutschland

Alors qu’en France, l’essai de Gobineau sur l’inégalité des races humaines (1853-1855) n’a rencontré que l’indifférence ou le rejet, il a tout de suite été reçu de façon positive en Allemagne. Toutefois, c’est Wagner qui a été à la source de la gloire de Gobineau en Allemagne. Notamment à cause de ses lectures françaises, Wagner était convaincu du caractère néfaste du mélange des races avant même de connaître l’œuvre de Gobineau. C’est à l’époque de ce qu’on appelle ses « écrits révolutionnaires » que son antisémitisme a vu le jour. Mais tout comme ses disciples nationalistes, il ne se satisfaisait pas du fatalisme racial de Gobineau (c’est-à-dire de la théorie du tarissement inéluctable du sang aryen   – seul sang créateur de culture –  dans l’histoire).  Wagner pensait qu’il y avait une issue rédemptrice à la crise culturelle, sous la forme d’un christianisme encore conçu de façon universaliste. Après la mort du maître, le cercle de Bayreuth (avec sa revue Die Bayreuther Blätter) fut le principal diffuseur des idées de Gobineau en Allemagne. Mais cette médiation s’accompagna d’une trahison. Dans ce cercle de Bayreuth se développe un nationalisme de type völkisch, dont les représentants se réjouissaient  que ce soit un français qui établi de façon (pseudo) scientifique l’importance de la race comme facteur historique et la supériorité de la race aryenne, ou germanique. L’arianisme était ainsi identifié avec l’Allemagne, alors que Gobinau situait  plutôt au nord-ouest de l’Europe ce qu’il restait du sang aryen. Le propagandiste le plus actif de Gobineau fut Ludwig Schemann. En 1894, il fonda la société internationale Gobineau, qui se vouait à l’édition et la diffusion de l’œuvre de Gobineau. En 1899 parut sa traduction allemande de l’essai. Il recherchait un impact politique, dans le sens d’un pangermanisme à fondement racial et biologique. Un autre médiateur de Gobineau fut le disciple de Wagner Houston Stewart Chamberlain. En 1899, il publie le livre qui développe sa vision de l’histoire : Die Grundlagen des 19. Jahrhunderts, qui devient en Allemagne un best-seller philosophique. Il partage les postulats principaux de Gobineau. Mais encore plus que celle de Wagner, sa pensée est de nature théologique : la germanité représente le principe du bien, la judéité le principe du mal. Son antisémitisme est tellement virulent, qu’il se sent obligé de faire de Jésus-Christ un aryen, qui serait la source de la grande tradition idéaliste (contre le « mamonnisme » juif). En tant que derniers représentants de la lignée aryenne, les germains sont destinés à régner sur le monde. Chamberlain n’argumente jamais de façon purement biologique, sa conception de la race est comme celle de Paul de Lagarde plutôt spirituelle. Au contraire de Gobineau, il croit comme Wagner et Lagarde en une régénération de la culture, par un christianisme libéré de tous les éléments considérés par lui comme « juifs ».  Gilbert Merlio aborde alors la réception de Gobineau par Nietzsche. Plusieurs passages ou tournures donnent à penser que Nietzsche a été influencé par Gobineau, par exemple lorsqu’il s’en prend à la morale des esclaves dans la morale juive et chrétienne. Mais le concept nietzschéen de race n’est pas biologique ou ethnique, mais aristocratique. Nietzsche déteste le nationalisme, et la race n’est pas pour lui une res nata, mais une res facta. En ce sens, les « races fortes » sont toujours le résultat de mélanges. Une telle conception de la race a d’autres sources que Gobineau : qu’on pense à la fascination de Nietzsche pour les hommes supérieurs de la Renaissance. Avec son concept aristocratique de race, Nietzsche est paradoxalement resté plus fidèle à Gobineau que les penseurs völkisch, car son essai sur l’inégalité des races peut-être compris comme une projection, issue du sentiment de déclassement de cet aristocrate dans une société moderne démocratisée.

Alexandre Dupeyrix (Université Paris-Sorbonne), Nietzsche und Europa

Nietzsche est connu pour ses diatribes contre l’Allemagne de Bismarck et son goût prononcé pour une certaine culture française. L’horizon de sa Kulturkritik ne se cantonne toutefois pas aux frontières nationales mais s’établit à un niveau supranational : l’Europe partage une même culture malade du platonisme et du christianisme, et c’est l’Europe tout entière qu’il s’agit de régénérer en la lavant de la morale du ressentiment et en forgeant une nouvelle culture portée par des valeurs affirmatives. L’idéal du « bon Européen » semble en fait se confondre chez Nietzsche avec celui du surhomme.

Cette présentation tentera de mettre en lumière les grandes lignes de la Kulturkritik nietzschéenne appliquée à l’Europe en insistant sur 1) la conception de la culture chez Nietzsche en général 2) le diagnostic porté sur l’Europe du XIXe siècle 3) l’épistémologie qui est au fondement de la démarche critique nietzschéenne.

Anja Lobenstein-Reichmann (Heidelberg/Göttingen) : Richard Wagners Schwiegersohn

Houston Stewart Chamberlain und Frankreich: Eine völkische Perspektive

Houston Stewart Chamberlain, le gendre de Wagner, fait partie des auteurs les plus lus dans les premières décennies du XXe siècle. Dans son ouvrage Die Grundlagen des 19. Jahrhunderts, il associe dans sa Kulturkritik science historique, sciences de la nature, chauvinisme culturel, antisémitisme et racisme. Il insère par ailleurs cette Kulturkritik dans un prétendu combat pour l’existence, et en fait le point de départ d’une culture germanique de la rédemption, au centre de laquelle se trouve l’aryen. Au centre de la présente contribution, il y a la vision qu’a Chamberlain de la France : ce pays, où il a passé sa jeunesse, lui apparaît comme le laboratoire de la décadence culturelle et politique, comme un repoussoir menaçant pour l’Allemagne, voire pour l’humanité. Dans une perspective völkisch et conservatrice, Chamberlain construit un récit qui fait apparaître l’histoire de France comme un processus de dégermanisation progressive, marqué par l’échec de l’implantation du protestantisme (avec l’expulsion des huguenots), et le développement de l’influence juive. Le déclin moral, la criminalité et la dégénérescence sont les conséquences de la démocratisation, ainsi que de la transposition dans la réalité des idéaux révolutionnaires de liberté, égalité et fraternité, que Gobineau considère comme des « arcs de triomphes », à travers lesquels l’humanité court au chaos par le chemin le plus rapide. Chamberlain n’était pas seulement le philosophe de cour de l’Empereur Guillaume, il peut être considéré comme un précurseur idéologique de Hitler.

Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) : Historisme et « volonté allemand ». L’évolution politique de Ernst Troeltsch entre 1914 et 1919.

En tant que libéral de cœur, qui, comme beaucoup d’autres, a pris position de façon conséquente pour la mobilisation nationaliste de l’Esprit, et s’est engagé dans ce sens, le parcours d’Ernst Troeltsch constitue un cas parallèle, voire un contre-exemple à celui de Thomas Mann dans les Considération d’un apolitique. Le titre de la présente contribution est une allusion à la revue Der Kunstwart und Kulturwart, qui fut entraînée dans le tourbillon de la guerre, et qui porta à partir de 1915 le titre Volonté allemande, mais conserva Der Kunstwart comme sous-titre. Sous cette dénomination, elle parut durant trois ans, du premier numéro d’octobre 1915 au second numéro de mars 1919. Lorsqu’il publia dans le Kunstwart ses célèbres Spectator-Briefe, puis – à la suite de celles-ci – les Berliner Briefe, Ernst Troeltsch n’était déjà plus, depuis un certain temps, le partisan de la mobilisation intellectuelle qu’il était dans ses premiers écrits de guerre. Toutefois, à travers ces positionnements politiques successifs,  il ne cessa jamais d’être ce qu’il avait toujours été : un représentant de ce qu’on appelle l’historisme. Le but de cette contribution est de suivre l’évolution de ces positionnements, pour montrer comment l’historisme – comme noyau central – s’est adapté à ce contexte, et a contribué à produire des positionnements politiques productifs.

Manfred Gangl (Université d’Angers): Philosophische Anthropologie und Kulturkritik bei Arnold Gehlen

Dans son ouvrage Die Seele im technischen Zeitalter de 1957 et dans ses essais contemporains sur le thème de la technique et de la civilisation technique, Arnold Gehlen, en se plaçant du point de vue de l’anthropologie philosophique, se positionne en défenseur de la technique. En définissant l’homme comme un être lacunaire, Gehlen fonde la nécessité de la technique, en la reliant aux lacunes biologiques de l’Homme. Depuis toujours, l’Homme a été dépendant de la technique, en ce qu’elle remplace, soulage, améliore ses organes défaillants. L’Homme est par nature un être de culture, et même dans les cultures les plus primitives, on ne rencontre jamais la nature à l’état brut.  La rationalisation a touché tous les domaines, y compris celui de l’art. A l’époque moderne, elle donne le jour à une superstructure qui allie intimement technique, industrie et sciences de la nature.  A partir de là, Gehlen en vient à sa thèse provocante sur la cristallisation culturelle et la fin de l’histoire, la « post-histoire ». Mais cette emprise générale sur l’individu, ne peut-être brisée que par des esprits d’exception, et cette conception rappelle un topos fondamental de la Kulturkritik : l’attitude de Gehlen va davantage vers une dénonciation kulturkritisch des conséquences destructrices de la technique, que vers une défense de celle-ci.  Sa critique agressive de la Kulturkritik  et des intellectuels dissimule en réalité une intention kulturkritisch. Contre le danger que représente la culture de masse pour la personnalité, Gehlen en appelle à l’énergie de cette dernière.

Franziska Feger (Université de Heidelberg) : Frankreichkritik vor antiker Kulisse: Julian Apostata als „französische“ Kontrastfigur

L’histoire de l’empereur Romain Julien L’Apostat, qui emporta en l’an 357 avec ses troupes une victoire sur les Germains a été utilisée au XIXe siècle, aussi bien du côté allemand que du côté français, pour évoquer de façon analogique des conflits contemporains entre les deux cultures. Felix Dahn a utilisé cette figure dans son étude historiographique Die Alamannenschlacht bei Straßburg (1880), ainsi que dans son roman en trois volumes  Julian der Abtrünnige (1893). Les deux oeuvres sont imprégnées d’un esprit patriotique. A la lumière des antagonismes franco-allemands, Dahn utilise l’histoire pour faire de la population établie sur la rive gauche du Rhin l’ennemi héréditaire, depuis la période germanique. Alors que Dahn se contente dans son travail historique d’attirer l’attention sur les parallèles que l’on peut faire avec le présent, et suggère implicitement que Sedan est une “revanche” pour Strasbourg, il dresse dans son roman le portrait des français en peuple culturellement décadent, et présente les allemands comme une race supérieure. Mme Feger montre comment Dahn utilise ici les méthodes de la Kulturkritik. Toutefois, cette critique n’est pas dirigée contre la propre culture de l’auteur (contrairement à la définition usuelle de la Kulturkritik), mais contre la culture des romains et des français. Donc on ne trouve pas chez Dahn de regret par rapport à la décadence, ni de proposition pour sortir de la crise culturelle, puisque le roman s’ouvre par une description de l’âge d’or germanique. Le schéma de la Kulturkritik est retourné en son contraire : pour mettre en valeur l’idéal de la culture allemande, on lui oppose la culture étrangère, considérée sous un jour négatif. Le roman Julian der Abtrünnige ne développe pas une Kulturkritik, mais vise à empêcher préventivement qu’elle soit rendue nécessaire, en mettant en garde contre les errements de la nation concurrente.

Pascale Roure (Paris): « Kyniker der Gegenwart » :  Fritz Mauthner zur literarischen Moderne in Frankreich und Deuschland

Elena Alessiato (Turin):  Thomas Mann und die Jahrhundertwende: Leiden und Größe eines Kritik-Dilettanten

Cette contribution tente de clarifier la signification et le rôle des concepts « décadence » et « dilettantisme » dans la perspective ouverte par les Betrachtungen eines Unpolitischen de Thomas Mann. A partir d’une analyse de ces concepts, dans leur relation aux types de l’artiste et du « Literat », Il s’agit notamment de mettre en évidence l’influence du Kulturkritiker français Paul Bourget et de l’essayiste viennois Hermann Bahr. Les Betrachtungen apparaissent de ce point de vue à la fois comme un essai de guerre polémique et comme une fresque culturelle grandiose, qui met en scène une Kulturkritik virulente : il s’agit donc de montrer comment tous ces concepts sont utilisés dans une perspective critique, c’est-à-dire d’analyser la relation entre critique et art (ou attitude esthétique) à partir du contexte culturel et politique. Compte tenu du fait que la guerre mondiale est le thème fondamental des Betrachtungen, c’est à partir de la sensibilité de dilettante attribuée à l’artiste que l’on peut comprendre les positions du penseur « apolitique » Thomas Mann, en tant que représentant de la culture allemande. Par ailleurs, il s’agit de montrer que c’est la guerre et son interprétation esthétique qui fournissent à l’artiste les moyens thématiques et conceptuels, pour dépasser la décadence.

Cristina Fossaluzza (Venise) :  Der Dichter und der Deuter. Poesie und Kulturkritik im Dialog zwischen Hofmannsthal und Pannwitz um die europäische Kultur

Jusqu’à maintenant, la recherche a peu abordé l’amitié intellectuelle entre l’érudit autrichien Hugo von Hofmannsthal et le philosophe de la culture allemand Rudolf Pannwitz. Pourtant, cette amitié est importante, non seulement pour comprendre la façon dont Hofmannstahl se comprend en tant qu’écrivain dans les années de guerre et les années qui suivent la guerre, mais aussi pour la réflexion sur les modes d’écriture de la Kulturkritik. Il s’agit donc d’analyser les idées directrices de ce dialogue, qui oscille en permanence entre la poésie et la science (plus exactement entre la poésie et la philosophie de la culture) en procédant en deux étapes. Dans un premier temps, l’attention se porte sur l’ouvrage de Pannwitz Krisis der europäischen Kultur et sur les raisons de l’enthousiasme de Hofmannsthal pour cet ouvrage. Dans un second temps, l’accent est mis sur le projet de comédie auquel se consacre l’écrivain autrichien durant les années de guerre, et qui constitue le thème central du dialogue avec Pannwitz. Le  caractère singulier de ce dialogue et ce qui le rattache au contexte de l’époque réside dans le fait qu’il englobe divers styles et vecteurs, et qu’il touche à des thèmes centraux de la Kulturkritik des années de guerres. Cette Kulturkritik se concrétise chez Hofrmannstahl et Pannwitz dans un certain idéal autrichien et européen.

Jan Andres (Bielefeld) : Zur Kulturkritik im George-Kreis Memorialheroik und Traditionsverhalten als Legitimation der Kulturkritik im George-Kreis

Il s’agit de présenter dans cette contribution deux modes exemplaires, liés entre eux, de la pensée kulturkritisch dans le cercle de George. Dans un premier temps, J. Andres présente quelques considérations générales sur la Kulturkritik, en s’appuyant sur Bollenbeck, Koselleck et Thomé.  J. Andres analyse alors la conception héroïque de l’histoire dans le George-Kreis, avant d’aborder la fondation d’une mémoire comme constitution d’une tradition. Il s’agit de montrer comment la glorification et le souvenir des poètes et penseurs, des grands acteurs de l’histoire, sert à esquisser l’idée d’une « Allemagne secrète » qui oppose à la désolation de la civilisation et la perte des valeurs culturelles durables. La poésie de George et la science de ses disciples, que l’on peut considérer comme une littérature portant une vision du monde et destinée à orienter l’action et la pensée, promeut des lieux de mémoire et des héros allemands, qui alimentent la vision eschatologique d’une « Allemagne secrète ». L’anthologie « Deutsche Dichtung » constitue un exemple de cette démarche de fondation d’une mémoire et d’une tradition : il y va du sauvetage et de la redécouverte de l’Ancien, de la mise en évidence de la tradition pour créer les conditions d’une compréhension du Nouveau, de la poésie de George et des Blätter für die Kunst. La revivification du passé, la refondation d’une mémoire permettent d’apprécier le présent à sa juste valeur. C’est en cela que résidait le projet de fondation d’une tradition et d’une mémoire, qui s’opposait à une civilisation moderne fragmentaire et s’inscrivait dans le contexte d’une œuvre qui englobe la propre poésie de George, les traductions, les Blätter für die Kunst, et, précisément, l’anthologie « Deutsche Dichtung ».