La transition énergétique en France et en Allemagne : défis et transformations du marché de l’électricité

 Date :  24/09/2015

Lieu : Berlin

Organisateur : René Lasserre

Titre du programme : Transitions énergétiques en Allemagne et en France dans le contexte de la définition d’une politique européenne de l’énergie

La transition énergétique en France et en Allemagne :
défis et transformations du marché de l’électricité

Intervention de synthèse de Michel Cruciani

Chargé des relations publiques
Centre de Géopolitique de l’Énergie et des Matières Premières (CGEMP)
université Paris-Dauphine

Cette journée d’étude, au cours de laquelle les débats ont été extrêmement riches, nous a permis d’identifier des acquis communs et des points sur lesquels la France et l’Allemagne devront continuer à travailler. Elle était structurée autour de trois sessions.

SÉANCE 1 : Compétitivité

La transition énergétique menace-t-elle nos sites de production ?

Au cours de la première session portant sur l’Europe comme lieu de production industrielle, nous avons admis que les décisions de l’Union européenne, consistant à accentuer la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité et à moderniser les centrales conventionnelles (à gaz, à charbon et nucléaires), aboutiront à un renchérissement du prix de l’électricité. Il existe ainsi un risque que l’industrie européenne soit désavantagée par rapport à celle de pays concurrents comme la Chine et les États-Unis, et qu’elle perde des parts de marché sur ses exportations. Les réponses que nous avons entendues consistent à exonérer l’industrie d’une partie de cette charge. Cette mesure est déjà appliquée en France ou en Allemagne. Toutefois, la charge étant alors reportée sur le consommateur domestique, il perd du pouvoir d’achat et dispose par conséquent de marges de manœuvre réduites pour choisir les autres produits qu’il consomme. De plus, cela peut conduire à une concurrence désordonnée entre pays, à une espèce de dumping sur les exonérations.

Il n’a pas été évoqué – à ma grande surprise – la possibilité que l’Europe acquière un savoir-faire suffisant en matière d’énergies renouvelables pour exporter ses nouvelles compétences et ainsi compenser ce qu’elle perdra peut-être dans le secteur de la chimie ou de la sidérurgie. On a pu certes observer la difficulté que cela représente avec les panneaux photovoltaïques, mais ce n’est pas impossible : l’Europe a gardé une bonne part de marché au niveau mondial sur les éoliennes par exemple. Et de toute façon, je pense qu’on n’échappera pas à une reconversion partielle de notre appareil industriel. Le phénomène touche d’ailleurs d’autres filières énergétiques en Europe ; ainsi, l’activité du secteur du raffinage se contracte sur notre continent. Dès lors, les espoirs se reportent sur la chimie verte et sur l’opportunité d’être en avance sur le reste du monde sur ce type de technologies de demain.

On a convenu ensemble qu’il fallait concentrer nos efforts pour arriver à faire baisser le coût de l’électricité issue de sources renouvelables. L’idée de Joachim Lang m’a personnellement intéressé. Je la prolonge peut-être un peu en disant que l’on parviendrait à réduire les prix si l’on passait des appels d’offres à taille européenne. Le solaire s’établirait ainsi non pas dans la partie de l’Allemagne la plus avantageuse, mais dans la partie de l’Europe la plus avantageuse, qui serait probablement moins chère que la partie de l’Allemagne où il est installé actuellement.

Enfin, nous sommes arrivés à l’idée que de façon générale, il fallait tout faire pour faire baisser le prix de l’électricité.

 SÉANCE 2 : Sécurité d’approvisionnement

L’organisation du marché permet-elle de couvrir les demandes en électricité ?

Selon une logique parfaite, nous arrivons ici à la deuxième table ronde, notamment avec l’idée de régionaliser la sécurité d’approvisionnement pour réussir à en contenir les coûts. Je ferai à ce sujet une petite incidente : nous avons surtout parlé de sécurité d’approvisionnement à court terme ; c’est ce qu’on peut appeler la continuité d’alimentation : quand j’appuie sur l’interrupteur, je veux être sûr que la lumière s’allume. Il y a quelques années, on aurait abordé la sécurité d’approvisionnement à long terme, en s’interrogeant sur notre accès futur au gaz et au pétrole. Cette préoccupation est relativement sortie du champ de la discussion d’aujourd’hui, si l’on excepte l’intervention de Dimitri Pescia qui s’est demandé si nous aurions suffisamment d’accès aux capitaux qui nous seront nécessaires pour investir dans les filières que nous avons choisies.

En ce qui concerne la sécurité d’approvisionnement à court terme, Wolfram Vogel a raison de mentionner que la régionalisation génère des économies indéniables. Toutefois, elle s’accompagne également de difficultés, lesquelles ont été signalées. La première est d’ordre culturel. Si, à l’échelle de l’Europe, il advient un incident climatique gravissime, un froid polaire avec des quantités de neige sur les panneaux photovoltaïques ou des éoliennes bloquées et qu’il n’y a plus assez d’électricité pour tout le monde, doit-on laisser le marché décider si c’est plutôt la France qui restera alimentée ou plutôt l’Allemagne, sachant qu’un des deux pays devra subir des pénuries d’électricité ? Culturellement, en France, je pense qu’on accepterait très mal que ce soit le marché, et non le gouvernement, qui décide. C’est une donnée culturelle qui me paraît très forte. Il y a certainement des évolutions possibles, mais elles seront probablement lentes.

Ce qui n’a pas été évoqué, c’est que quand on parle de marché, il y a des gagnants mais aussi des perdants. La généralisation de la sécurité d’approvisionnement à l’échelle de la région Europe pourrait créer dans certains pays un rétrécissement du parc de production d’électricité puisqu’il serait de moins en moins utilisé, l’électricité issue des pays voisins étant moins chère. Cela pourrait avoir des conséquences sociales. Il suffit d’observer ce qui s’est passé dans le secteur de l’agriculture l’été dernier : la concurrence fait que les éleveurs français sont désavantagés par rapport à ceux d’autres pays. Par conséquent, le problème social qui résulterait d’une régionalisation de la sécurité d’approvisionnement ne peut pas être minimisé, en complément du problème culturel.

Puis, il a été très clairement pointé que si l’on fait confiance au marché, cela signifie qu’on devient dépendant des réseaux de transport. Ulrike Hansen a ouvertement indiqué qu’il sera difficile de réaliser toutes les interconnexions nécessaires pour optimiser la sécurité d’approvisionnement, c’est-à-dire pour faire en sorte qu’à chaque moment, ce soit la centrale la moins chère qui fournisse l’électricité dont on a besoin.

Cela nous ramène donc au problème – extrêmement important – de cohérence des calendriers souligné par Christophe Leininger lors de la première session. Le passage au marché ne pourra pas être réalisé de manière optimale en l’absence d’infrastructures considérables de transport transfrontalier. Cet enjeu a trouvé une illustration dans le cas de la Belgique à l’automne dernier, où les problèmes locaux ont incité des habitants, y compris des fonctionnaires de la Commission européenne, à acheter des groupes électrogènes pour être sûrs d’avoir du courant pendant l’hiver, car en raison de l’insuffisance des interconnexions, la Belgique n’était pas certaine de pouvoir compter sur les pays voisins au moment où son outil de production électrique se révélait défaillant.

SÉANCE 3 : Protection de l’environnement

En quoi la politique énergétique peut-elle contribuer au succès de la conférence climat ?

Au cours de la troisième table ronde, les intervenants ont évoqué l’importance de la transition énergétique européenne en tant que référence au plan mondial. C’est là où la structure de la journée apparaît très bien conçue : il va de soi que l’Europe ne pourra pas valoriser son expérience de transition énergétique si elle ne la réussit pas. En cas de pannes majeures d’électricité ou de récession économique, l’Europe ne servira pas de modèle au reste du monde. Par conséquent, le succès de la transition énergétique est un objectif que tous les citoyens européens peuvent partager, et plus particulièrement ceux de pays comme la France et l’Allemagne qui ont adopté des dispositifs législatifs ambitieux.

À cet égard, des difficultés ont été mises en évidence. Berthold Goeke a montré l’ajustement complexe des aides au photovoltaïque ou à d’autres sources d’énergie pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de gaspillage d’argent, mais qu’en même temps on progresse et que les prix baissent. Un débat passionné se déroule également en France ces jours-ci entre plusieurs universitaires, incluant un prix Nobel d’économie, les uns plaidant en faveur d’un marché qui dégagerait un prix mondial du carbone, les autres considérant cet objectif comme inaccessible, ou même dangereux, en raison des difficultés à gérer un tel instrument. La difficulté transparaît avec le système européen qui définit le prix du carbone, aujourd’hui victime d’un effet pervers de la politique sur les énergies renouvelables : moins on fait appel aux centrales conventionnelles à charbon ou à gaz pour produire de l’électricité, plus le prix du quota de CO2 sur les marchés baisse, et donc moins ce prix joue un rôle incitatif pour l’investissement. Il y a là un ajustement très difficile à trouver, qui nécessite d’avancer de façon prudente.

En abordant ces difficultés, il a aussi été précisé que dans certains pays, des problèmes sociaux ralentiraient l’adoption d’une loi de transition énergétique. J’en suis conscient, mais je suis convaincu du fondement de ce qui a été affirmé à propos des avantages annexes d’une politique de transition énergétique, en termes d’indépendance vis-à-vis du prix du pétrole et surtout du point de vue sanitaire et environnemental. Ces avantages annexes contribuent à faire que les populations vont évoluer vers des transitions énergétiques, même dans les pays qui nous paraissent aujourd’hui relativement en retrait. On peut bien sûr citer l’exemple de la Chine, qui ne s’est pas engagée dans une politique de transition énergétique par accord sur les ambitions mondiales, mais surtout parce que sa population proteste contre la pollution des villes et les risques sanitaires affectant les enfants.

Plusieurs intervenants ont souligné l’importance que vont prendre les collectivités locales dans l’avancement de cette transition énergétique. Hervé Mignon et Stéphane Reiche l’ont mentionné à propos de la France, où l’on assiste à une véritable révolution avec le phénomène récent de la décentralisation. Le rôle des acteurs locaux devient effectivement majeur.

Cela nous amène à la formule de Lutz Weischer : « Il n’y a pas de modèle universel de transition énergétique. » Nous avons tous besoin d’apprendre de nos expériences respectives et de partager les connaissances qui sont mises en commun. À cet égard, le travail mené au sein du Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), de l’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables (OFAEnR) et aujourd’hui avec l’initiative de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP) va tout à fait dans le bon sens. Personnellement, je crois que la DGAP contribue à la réduction des menaces climatiques avec la présente conférence.


Laisser un commentaire