Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. 2e workshop

Date : 14-16/10/2015

Lieu : Berlin

Organisateur : Xavier Bougarel

Titre du programme : Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

L’atelier organisé à Berlin les 14, 15 et 16 octobre 2015 faisait suite au premier atelier organisé à Paris les 5 et 6 février 2015. Celui-ci avait été consacré à un bilan critique de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, et à la sélection de douze doctorants appelés à participer à la suite de notre projet (voir compte-rendu accessible sur http://ciera.hypotheses.org/775). Le deuxième atelier berlinois avait quant à lui pour but la discussion des contributions originales présentées par les doctorants sélectionnés. Nous présenterons donc ici l’organisation générale de cet atelier, avant de nous intéresser plus en détail aux contributions des doctorants et aux conclusions du comité organisateur.

  • Organisation générale de l’atelier berlinois

Globalement, l’atelier berlinois était organisé en trois parties :

mercredi 14 octobre, réunion publique sur les politiques allemandes d’occupation en Yougoslavie organisée en coopération avec la Initiative Gedenkort für die Opfer der NS-Lebensraumpolitik, à la mémoire du professeur Holm Sundhaussen ;

jeudi 15 octobre, discussion des contributions des doctorants organisée autour de quatre axes thématiques : formes et logiques de la violence ; occupation étrangère et acteurs locaux ; vivre dans la peur et l’insécurité ; les suites de la guerre ;

vendredi 16 octobre, table-ronde sur les traditions et thématiques historiographiques sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est puis réunion du comité organisateur.

La réunion publique du mercredi 14 octobre visait à donner une plus grande visibilité à notre projet, de rendre hommage au professeur Holm Sundhaussen, décédé en février 2015, et de proposer un cadre général dans lequel peuvent s’insérer les différentes contributions des doctorants. Dans son exposé introductif, le professeur Milan Ristović de l’université de Belgrade a rappelé que les visées du IIIe Reich en Europe du Sud-Est étaient essentiellement économiques, et qu’il ne s’était engagé militairement dans la région qu’à la suite de l’échec militaire italien en Grèce. L’appareil allemand d’occupation était particulièrement complexe, et devait tenir compte d’acteurs locaux aux intérêts divergents. Si l’exploitation économique de l’Europe du Sud-Est a été un échec relatif, cette région a contribué à l’effort de guerre nazi en fournissant un nombre important de travailleurs forcés. La discussion a ensuite porté sur l’importance stratégique (ou pas) de l’Europe du Sud-Est pour l’Allemagne, sur la nature coloniale (ou pas) de l’occupation allemande, sur les spécificités de l’Holocauste dans la région, sur le rôle des minorités allemandes locales, sur la pertinence des notions de « résistance » et de « collaboration ». En deux heures a ainsi été esquissé un tableau général de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est.

De même, la table-ronde du vendredi 16 octobre visait à intégrer dans l’équipe des chercheurs confirmés deux nouvelles participantes, et à traiter des points négligés lors du premier atelier parisien ou dans les contributions des doctorants :

-Gentiana Kera de l’université de Tirana a présenté un bilan critique de l’historiographie albanaise sur la Seconde Guerre mondiale, un élément qui avait manqué lors de l’atelier parisien. Elle a montré comment l’historiographie de la période communiste était fondée sur le mythe d’une résistance de la première heure des communistes albanais, opposée à la collaboration sans nuance des forces politiques non-communistes. Après la chute du régime communiste, ce mythe a été remis en cause, mais l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est restée prisonnière des clivages de la politique albanaise d’une part, d’une approche politique « par en haut » d’autre part, au détriment de l’histoire sociale et culturelle. Au cours de la discussion s’est posée la question de la place des communistes yougoslaves et grecs dans l’historiographie albanaise, et de la perception des occupants italiens avant et après 1990.

-Masha Cerovic du Centre d’études franco-russe de Moscou s’est interrogée sur les usages et les limites d’une histoire globale des mouvements de partisans pendant la Seconde Guerre mondiale, abordant ainsi un sujet quasiment absent des contributions des doctorants. Après avoir présenté les grandes étapes de la formation du mouvement des partisans soviétiques, elle s’est interrogée sur la pertinence des notions de « choix » et de « contrainte » pour comprendre l’engagement des partisans. Les participants sont revenus sur ce point, en évoquant le cas des partisans juifs et de tous ceux pour qui rejoindre les partisans constituait une stratégie de survie ; d’autres questions ont porté sur l’impact de la Grande terreur, sur les spécificités des partisans soviétiques et sur les changements de camp au cours de la guerre.

De manière globale, cette table-ronde a permis de combler certains manques, la partie la plus importante de l’atelier restant toutefois la présentation des contributions des doctorants.

  • Présentation et des discussion des contributions des doctorants

L’atelier berlinois a été marqué par l’intégration au sein de notre projet de douze doctorants sélectionnés à Paris en février 2015. Parmi ces doctorants, trois étudient en Allemagne, deux en Grèce, deux en Croatie, deux en Serbie, une en Bosnie-Herzégovine, une en Italie et un en Grande-Bretagne[1]. Les contributions ont été présentées le jeudi 15 octobre dans quatre panels reprenant en grande partie les axes dégagés lors de l’atelier parisien :

panel 1 – Formes et logiques de la violence : dans ce premier panel, Sanja Gladanac (Sarajevo) a présenté son travail sur les « indésirables » dans l’Etat croate oustachi, ce terme recouvrant différents groupes ethniques (Juifs, Roms, Serbes, etc.) ou politiques (communistes, etc.). Elle a insisté sur les variations du niveau de violence, pouvant aller de la seule discrimination à l’extermination pure et simple, et sur l’attitude des acteurs locaux, entre compassion et appât du gain. Janis Nalbadidacis (Berlin) s’est appuyé sur une description minutieuse du massacre de Distomo (Grèce) en juin 1944 pour proposer une analyse de la violence centrée sur les horizons spatiaux et temporels des acteurs impliqués, et relativisant dès lors l’importance des ordres reçus ou des convictions idéologiques. Plus généralement, il a invité les participants à s’intéresser aux interactions à l’œuvre pendant les massacres eux-mêmes plutôt qu’à leur contexte plus large. Leon Saltiel (Thessalonique) a reconstitué les persécutions dont ont été victimes les juifs de Thessalonique avant leur déportation en 1942 et s’est intéressé plus particulièrement à l’attitude des élites chrétiennes de la ville. Alors que certains Grecs ont profité directement des persécutions, la passivité du plus grand nombre s’explique par le souci de maintenir leur position dans la ville d’une part, de rester en bons termes avec les occupants allemands pour mieux contrer les prétentions des occupants bulgares d’autre part. Au cours de la discussion, l’utilisation de la notion d’« indésirables » a été critiquée, et des questions concernant les motivations de la violence et l’utilisation des termes « résistance » et « collaboration » ont été soulevées par les participants.

panel 2 – Occupation étrangère et acteurs locaux : dans ce panel, Matko Globačnik (Zagreb) s’est intéressé à trois intellectuels catholiques croates jugés pour collaboration après 1945 et présentés comme collaborateurs par l’historiographie communiste yougoslave. Il a montré que ces intellectuels ont certes eu des contacts avec le mouvement oustachi avant 1941, mais qu’ils ont rapidement pris leurs distances avec l’Etat croate oustachi, et qu’ils s’insèrent donc mal dans une dichotomie résistance-collaboration. Caroline Mezger (Florence) a étudié l’encadrement national-socialiste des jeunes Allemands ethniques dans le Banat et en Batschka, deux régions du nord de la Serbie. Elle a en particulier retracé la cristallisation de l’identité ethnique allemande dans l’entre-deux-guerres et l’emprise croissante de la Hitlerjugend sur la jeunesse allemande après 1941, dans deux contextes différents (autonomie du Banat, annexion de la Batschka par la Hongrie). Milutin Živković (Belgrade) a présenté son travail sur la région du Sandjak, région à cheval sur la frontière serbo-monténégrine. Entre 1941 et 1945, cette région a été un lieu où se sont affrontés des intérêts très divergents, de l’Allemagne, de l’Italie et de la Croatie d’une part, des partisans communistes, des tchetniks serbes et des milices musulmanes locales d’autre part, ce qui explique la superposition de différents niveaux de violence. Dans la discussion, l’utilisation de certains termes tels que « Grande Albanie » ont été critiqués, puis les interrogations ont de nouveau porté sur la pertinence des termes « résistance » et « collaboration ».

panel 3 – Vivre dans la peur et l’insécurité : Dans ce panel, Franko Dota (Zagreb) a expliqué la répression de l’homosexualité dans le mouvement des partisans par l’ascétisme révolutionnaire des communistes yougoslaves, qui voyaient dans la « débauche » sexuelle un comportement bourgeois et décadent, et par un puritanisme plus général lié aux conditions de la guerre. La répression de l’homosexualité culmine toutefois dans l’après-guerre, lorsque plusieurs procès d’homosexuels ont lieu en Yougoslavie. Daniela Simon (Tübingen) s’est intéressée aux relations entre l’Etat croate oustachi et les communautés religieuses, et plus particulièrement aux conversions forcées d’orthodoxes en 1941/1942. Elle a insisté sur la nécessité d’associer perspectives « par en haut » (politiques de l’Etat oustachi) et « par en bas » (stratégies des églises envers l’Etat et entre elles), et a choisi pour ce faire de se concentrer sur les régions de Croatie du nord et de Bosnie du nord-est. Dejan Zec (Belgrade) a présenté ses recherches sur la vie quotidienne à Belgrade sous l’occupation allemande. Son intérêt porte sur le fonctionnement de la municipalité de Belgrade, les changements démographiques au cours de la guerre, la situation économique (à commencer par le ravitaillement), la vie culturelle et associative. Il entend ainsi contrebalancer l’historiographie existante, dominée par l’histoire politique et militaire. La discussion a porté sur la notion de « vie quotidienne », sur les jeux d’échelle et sur l’agency des individus ordinaires.

panel 4 – Les suites de la guerre : dans ce panel, Gruia Badescu (Cambridge) s’est interrogé sur les raisons de la reconstruction de l’église protestante allemande à Belgrade après 1945, alors même que la minorité allemande était expulsée de Yougoslavie et que la reconstruction de Belgrade était associée à une utopie urbaine socialiste tournée vers l’avenir. Sans répondre à cette énigme, il a insisté sur la nécessité d’une approche « par le bas » des enjeux de mémoire liés à la Seconde Guerre mondiale. Kostas Katsoudas (Athènes) a analysé le développement de diverses organisations paramilitaires d’extrême-droite en Grèce dans les dernières années de la Seconde Guerre mondiale et au début de la guerre civile. Il a montré comment cette « terreur blanche » a une intensité différente selon les régions, mais ne peut être comprise sans tenir compte de certains facteurs politiques et militaires à l’échelle nationale. Thomas Porena a présenté ses recherches sur le rapatriement des Yougoslaves détenus en camps de concentration à la fin de la guerre. Il s’intéresse à la fois aux caractéristiques principales de cette population de détenus, à l’interaction entre les autorités yougoslaves et les « comités yougoslaves » créés dans les camps, et aux difficultés économiques et politiques auxquels les anciens détenus font face une fois arrivés en Yougoslavie. La discussion a porté sur les temporalités pertinentes, sur l’articulation des échelles « macro »  et « micro » et sur les manières de comparer les situations nationales.

  • Réunion du comité organisateur

 

Le vendredi 16 octobre dans l’après-midi, le comité organisateur s’est réuni pour faire un premier bilan de ces trois jours. Tous les participants ont souligné l’atmosphère sérieuse et constructive de cet atelier qui a avant tout permis de faire la connaissance des doctorants et de leurs recherches. La discussion des différents papiers a permis d’aborder d’importantes questions méthodologiques telles que le choix des temporalités, les jeux d’échelles ou l’articulation entre histoire politique et militaire d’une part, histoire sociale et culturelle d’autre part. Les faiblesses de certains papiers et les malentendus apparus au cours des discussions reflètent le fait que l’histoire de la Seconde Guerre mondiale reste dominée en Europe du Sud-Est par des récits nationaux qui s’ignorent les uns les autres, par des clivages idéologiques hérités de la Guerre froide et par l’histoire politique et militaire classique. Ainsi, certains doctorants ne semblaient pas convaincus de l’intérêt d’une histoire régionale dépassant les récits nationaux, et des désaccords ont surgi sur des questions apparemment simples de chronologie et de terminologie. Cette situation nous renforce dans notre volonté de promouvoir de nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, mais souligne aussi toute la difficulté de l’exercice.

Sur le plan pratique, il est apparu que certaines contributions avaient besoin d’un important travail de réécriture avant leur présentation lors de la conférence finale d’Athènes en mars 2016 et avant leur éventuelle publication. Il est donc demandé aux doctorants de fournir une étude de cas basée sur des données empiriques et d’insister sur les dimensions locales de leur objet d’étude. Ces consignes valent également pour les papiers que les chercheurs confirmés présenteront à Athènes. Entre l’atelier berlinois et la conférence finale, chaque doctorant sera assisté dans son travail de réécriture par un ou deux chercheurs confirmés. Tous les participants devront remettre leur contribution écrite avant le 1er février 2016.

[1] Lors de la réunion du comité organisateur en février 2015, aucune candidature ne nous était parvenue de France, et aucune candidature venue d’Albanie n’a été retenue.


Laisser un commentaire