Krieg für die Kultur ? Une guerre pour la civilisation ? : la légitimation culturelle de la guerre en France et en Allemagne (1914-1918)

Date : 09-11/10/2014

Lieu :  Paris

Organisateur :  Olivier Agard

ProgrammeKulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

Colloque organisé par Olivier Agard/Gérard Raulet (Paris-Sorbonne/Groupe de recherche sur la culture de Weimar(IRICE/MSH) et Barbara Beßlich (Université de Heidelberg), avec le soutien du CIERA, du DAAD, et du LABEX EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe).

Ce colloque, qui concluait le PFR « Kulturkritik et politique », était consacré à la légitimation de la guerre 1914-1918 en France et en Allemagne. Des deux côtés du Rhin, la guerre est menée au nom de valeurs culturelles, que les acteurs intellectuels cherchent à définir, au moyen d’arguments philosophiques, historiques, politiques. Parallèlement à la guerre sur le terrain se déchaîne une « guerre des esprits ». En Allemagne et en Autriche, il s’agit de défendre la « culture » contre une « civilisation » associée à l’Ouest de l’Europe, alors qu’en France, Bergson voit la guerre comme un combat de la civilisation contre la barbarie. Ces discours relèvent certes de la propagande (intérieure et extérieure), mais ils témoignent aussi du « consentement » des intellectuels à la guerre et de l’installation d’une « culture de guerre » dans les deux pays. En Allemagne, ce discours de légitimation a fait l’objet d’une recherche importante, souvent liée à une étude critique des continuités du nationalisme culturel allemand. En France, la question de la mobilisation des intellectuels connaît un regain d’intérêt. L’ambition de ce colloque qui s’insère dans une réflexion menée sur les discours de critique de la civilisation en France en Allemagne était de s’interroger sur les ruptures et les continuités avec le diagnostic culturel et les théories (sociologiques, historiques, politiques) de la culture formulés dans les années 1900. En effet, à la suite de Peter Hoeres et Hans Joas qui se sont penchés sur les discours allemands, on peut constater que les « textes de guerre » ont une ambition théorique et scientifique, et s’insèrent dans des projets intellectuels déjà existants, qui n’étaient généralement pas nationalistes.

On est alors amené à se demander : par quel processus (« brutalisation », « nationalisation » « radicalisation » ?) passe-t-on d’une culture intellectuelle de paix à une culture de guerre ? Par la suite comment évolue au courant de la guerre le discours de légitimation intellectuelle ? Comment et quand s’amorce éventuellement sa déradicalisation ? Quelles sont les similitudes et les différences dans les stratégies discursives mises en œuvre en France et en Allemagne ? La comparaison franco-allemande est ici particulièrement intéressante compte tenu de l’existence d’échanges intellectuels intenses dans les années 1900.

Jeudi 9 octobre 2014, 14h30-18h30

Olivier Agard (Université Paris Sorbonne)

Diagnostic culturel et légitimation de la guerre en France et en Allemagne : Emile Boutroux et Rudolf Eucken

Les années 1900 sont marquées par le développement d’une sociabilité philosophique internationale et par la conscience que les philosophies allemande et française sont confrontées à des problèmes similaires. Il s’agit dans cette contribution d’analyser les stratégies d’argumentation par lesquelles des discours – relativement proches et compatibles – sur la culture moderne finissent par légitimer l’idée d’un antagonisme culturel ontologique entre le supposé esprit français et le supposé esprit allemand. Il s’agit donc ici de s’interroger sur la continuité entre les textes des années 1900 et les textes de guerre, et de se demander par quels glissements on passe d’une culture intellectuelle de paix à une culture de guerre. Dans un premier temps, l’exposé présente les convergences philosophiques préalables entre Eucken et Boutroux, avant de s’intéresser à la nationalisation et la politisation de leur discours. Les deux auteurs, qui ont tous les deux su s’adresser à un large public, plaquent sur le diagnostic culturel qu’ils ont élaboré avant 1914 des schémas nationalistes en attribuant à l’ennemi les pathologies de la modernité. Il apparaît que ce glissement nationaliste s’annonce dès 1913, lorsque les deux auteurs se mettent à réfléchir sur le Sonderweg allemand. Le caractère largement arbitraire de ces constructions apparaît dans le fait que chacun des deux philosophes est en mesure d’accuser l’ennemi d’être du côté du mécanisme contre la vie, dans un contexte où la notion de vie avait connu dans les années 1900 une forte valorisation. Pour Boutroux (comme pour Bergson) l’armée Prussienne est l’incarnation même d’une modernité mécanisée et déshumanisée. Pour Eucken en revanche, c’est la démocratie parlementaire et la société individualiste et utilitariste qui correspondent à une vision mécaniste de la société et de la vie. Après la guerre, les deux philosophes campent sur leur position et refusent d’ouvrir la perspective d’un rapprochement franco-allemand.

Barbara Beßlich (Université de Heidelberg)

Karl Joëls Neue Weltkultur (1915) und ihr Zivilisationsbegriff

Dans la plupart des écrits de guerre, l’antithèse Kultur/Zivilisation joue un rôle décisif. Ce que les Kulturkritiker revendiquaient de façon positive pour eux-mêmes, ils l’appelaient Kultur, et ce dont ils se distanciaient, ils le baptisaient Zivilisation. A partir d’un texte du professeur de philosophie bâlois Karl Joel, intitulé Die neue Weltkultur, il s’agit de montrer comment les concepts de Kultur et Zivilisation sont investis d’une sémantique nationaliste en termes de psychologie des peuples. Joel s’intéressait au rapport entre philosophie et poésie, et attribuait à la littérature des vertus qu’il déniait aux sciences naturelles. Dans sa vision dialectique inspirée de Hegel, il faisait de l’Angleterre le peuple de la thèse, et de la France celui de l’antithèse, les deux pays étant chacun à sa manière voués à la civilisation. Pour finir, l’Allemagne est caractérisée comme peuple de la synthèse ainsi que comme le porteur d’une nouvelle culture mondiale. Contre les attaques rhétoriques, Joel s’efforce de fonder la fonction médiatrice de l’Allemagne dans l’histoire des idées. Selon lui, les Allemands ont cherché un équilibre ente l’individualisme anglais et l’absolutisme français, entre l’empirisme anglais et le rationalisme français. L’Allemagne apparaît alors comme le pays de la synthèse.

Michael Großheim (Rostock)

„Schöpferische Zerstörung“. Über ein Philosophem deutscher Intellektueller im Kulturkrieg, dargestellt am Fall der Kathedrale von Reims

L’exposé s’efforce en premier lieu d’éclairer le sens du terme de Kulturkrieg, en s’appuyant sur les textes d’Ernst Troeltsch des années 1914-1915. On peut en effet comprendre ce terme en trois sens distincts : 1  Kulturkrieg comme guerre pour la culture 2. Kulturkrieg comme guerre menée à l’aide de la culture. 3. Kulturkrieg comme une radicalisation de la critique de la culture. L’exposé se poursuit par une courte présentation des thèmes de la Kulturkrieg, et en particulier du reproche de barbarie. Dans la partie principale de la présentation, il est question de la réaction des intellectuels allemands à la destruction de la cathédrale de Reims ; les prises de position de Julius Bab, Stefan Zweig, Friedrich Meinecke et Thomas Mann apportent peu d’éléments pour une réflexion sur la guerre en termes de philosophie de la culture. En revanche, Alfred Döblin, Friedrich Gundolf, Max Scheler et Georg Misch paraissent plus pertinents pour la problématique, parce qu’il s’agit ici d’une définition de la culture inspirée par la philosophie de la vie qui conduit à une éthique de la force créatrice culturelle qui est aujourd’hui difficile à comprendre. La source principale de cette conception se trouve dans les écrits de jeunesse de Friedrich Nietzsche. La façon dont Georg Simmel considère philosophiquement le cas exemplaire de la cathédrale de Reims a servi de support à la critique développée dans cette contribution, une critique qui n’est pas formulée dans une perspective morale, mais qui se situe au plan philosophique. Les intellectuels allemand commettent l’erreur d’importer dans le domaine de la culture des métaphores venues du celui de la nature, et brouillent les frontières qui séparent les deux domaines. En conclusion, l’exposé souligne le rôle particulier – depuis 1914 et chez les intellectuels allemands – du sentiment de césure historique, et de la conscience d’avoir une mission à accomplir.

Emmanuelle Danchin (IRICE)

La cathédrale de Reims en flammes, une icône au service du débat de la lutte de la civilisation contre la barbarie.

L’émotion suscitée par l’annonce du bombardement de la cathédrale de Reims en septembre 1914 a sans doute servi la mobilisation culturelle, même s’il est difficile de voir dans cet événement la marque d’un plan prémédité allemand. La cathédrale fut le premier exemple français de bombardement dénoncé de façon virulente sur plusieurs semaines. Elle constitua une sorte de modèle, qui ouvrit la voie à d’autres accusations « de crimes contre le patrimoine», qui ne cesseront par la suite d’être exposées.

Cette communication entend aborder ce premier moment en s’attachant plus particulièrement à une représentation de la cathédrale en flammes : un dessin de Gustave Fraipont qui sera par la suite et à maintes reprises réutilisé et décliné sur différents supports : cartes postales, photographies, revues, objets souvenirs, médailles commémoratives. Cette représentation de Reims en flammes va devenir rapidement un archétype des bombardements, c’est à dire une image figurative qui s’impose dans l’imaginaire.

En nous limitant à la période 1914-1915, nous verrons comment s’est forgée cette représentation et comment elle a circulé, alimentant ainsi une guerre des images appuyant un discours mobilisateur visant à déshumaniser l’ennemi pour mieux légitimer la participation à ce conflit.

Vendredi 10 octobre 10h00-17h30

Yael Dagan (Lycée La Folie Saint-James, Neuilly)

Les clercs ont-ils trahi? La Nouvelle Revue Française et la Grande Guerre

Cette étude examine la question de la mobilisation des intellectuels français en faveur de la guerre en 14-18 en se penchant sur le cas de La Nouvelle Revue française (NRF), qui occupe une place hégémonique dans l’histoire littéraire française, et notamment dans la première moitié du XXe siècle. Bien que la grande majorité de ses publications n’ait pas de lien direct avec des questions d’actualité, et qu’en plus, son credo officiel soit celui de la « littérature pure », La NRF se trouve impliquée dans tous les débats importants de cette période troublée. La contradiction apparente entre « autonomie » revendiquée d’une part, et la pratique de l’« engagement » d’autre part, souligne une tension qui caractérise les controverses de l’époque et une hésitation constante de directeurs successifs de la revue. C’est notamment dans La NRF que Julien Benda publie, en 1927, un essai fort célèbre intitulé « La Trahison des Clercs », contenant de façon concentrée les contradictions et les paradoxes liés à cette question. Le titre limpide de Benda nous sert de fil conducteur afin de demander dans quelle mesure on peut considérer la mobilisation en 14-18 comme une « trahison » dans la vocation de l’intellectuel.

Kai Kauffmann ( Université de Bielefeld): Kriegspublizistik als Medium der Wissensproduktion und Organ der Kulturpolitik. Grundsätzliche Überlegungen am Beispiel deutscher Rundschauzeitschriften 1914-1918

Sabina Becker (Université de Fribourg en Brisgau): „Kreuzzug des Geists zur Rettung des Menschen“. Die Expressionisten und der Erste Weltkrieg

Le débat autour de l’antithèse entre Kultur allemande et Zivilisation occidentale (anglaise et française) est présentée à partir de l’argumentation développée par les représentants des „idées de 1914“ (entre autres : Rudolf Eucken, Max Scheler, Werner Sombart, Georg Simmel, Thomas Mann) et la Première Guerre mondiale est analysée comme le résultat de la volonté de défendre le droit de la Kultur à s’affirmer. Il est encore trop peu connu que même les mouvements modernistes sont porteurs d’une critique de la civilisation. En effet, au sein de l’art avant-gardiste d’avant 1914 sont élaborés des discours culturels qui en appellent à la guerre et l’investissent d’un sens. C’est surtout dans l’expressionnisme que l’on constate des affinités substantielles avec les prémisses que l’on trouve chez les Kulturkritiker favorables à la guerre. Sans relativiser l’orientation incontestablement innovante de l’expressionnisme sur un plan esthétique, et sans nier le rôle de l’expressionnisme dans l’établissement d’une modernité artistique en Allemagne, l’exposé analyse les raisons du soutien sans restriction à la guerre, et l’aspiration irréfléchie de la jeune génération expressionniste à une guerre purificatrice : derrière cette attitude, il faut voir les traces d’une pensée critique envers la civilisation, qui recoupe très largement la Kulturkritik des années1900, et qui a tout autant contribué à préparer la guerre ou à la rendre acceptable que les représentants des idées de 1914.

Gregor Streim (Université de Iéna)

„Die heutige Schlacht aber bedarf der geistigen Schöpfung“. Hugo von Hofmannsthal und Thomas Manns historische Kriegsessayistik zwischen Erinnerungspolitik und metahistoriografischer Reflexion.

A partir de 1914, aussi bien chez les historiens de profession que chez les auteurs littéraires, le recours à l’histoire nationale sert à conférer à la guerre et à l’expérience de la guerre une grandeur mythique, au moyen d’une comparaison avec des exemples historiques. Avec Hugo von Hofmannsthal et Thomas Mann, ce sont deux auteurs de renom appartenant à la littérature moderne qui se tournent vers la réflexion sur l’histoire et l’essayisme historique. Thomas Mann dans son grand essai Friedrich und die große Koalition (1915), et Hofmannsthal, avec ses recueils d’articles Worte zum Gedächtnis des Prinzen Eugen (1914) et Maria Theresia (1917), dans lesquels il explique son concept d’ « Idée autrichienne » à partir de figures historiques. Même si ces contributions se rattachent superficiellement au discours de la « mobilisation des esprits », elles se révèlent ambivalentes lorsqu’on les regarde de plus près et elles résistent à une utilisation par la propagande. Le portrait de Frédéric II par Thomas Mann subvertit l’héroïsation habituelle du roi de Prusse par le biais d’une approche psychologique conséquente et il peut être compris comme une analyse critique des motivations de ce mythe. De façon similaire, le portrait du Prince Eugène et de Marie-Therèse par Hofmannsthal sont moins des contributions à l’élaboration d’un mythe, qu’une analyse de mythe inspirée par la méthode nietzschéenne. Pour les deux auteurs, c’est in fine d’un conflit psychique intérieur et le dépassement d’une crise qui sont en jeu. Alors que le Frédéric de Mann, qui n’a jamais aimé, et qui est contraint d’adopter contre son gré le rôle de souverain et de chef d’armée se réfugie dans une froideur cynique et dans le scepticisme, l’impératrice de Hofmannsthal tire sa force magique du fait qu’avec sa force de volonté, elle maîtrise sa féminité, cette force maternelle et démonique. De cette façon, Frédéric et Marie-Thérèse acquièrent chez ces deux auteurs une toute autre actualité que dans l’historiographie populaire. Ce qui paraît actuel, c’est la capacité à faire face à la crise. Dans la cas du Frédéric de Mann, c’est la gestion presque stoïque d’une crise imposée par les autres partis et du reproche de barbarie qu’ils formulent avec vigueur. Et la Marie-Thérèse de Hofmannsthal fait ses preuves dans la crise personnelle et politique, dans la mesure où elle transpose son habitus maternel dans sa façon de régir, dans la réforme des pays sur lesquels elle règne. Le fait que Marie Thérèse doit sa gloire non pas aux guerres, mais plutôt à ses réalisations culturelles l’a sans doute rendue particulièrement intéressante aux yeux de Hofmannsthal. En effet, si on la considère de façon objective, son « idée autrichienne » n’était rien d’autre que la sublimation culturelle de la dissolution de la monarchie austro-hongroise.

Caterina Zanfi (République des Savoirs)

Civilisation et barbarie : le débat Kultur-Zivilisation dans les discours de guerre de Bergson

Les premières œuvres de Bergson montrent une dévaluation de la dimension spatiale, mécanique et d’uniformité sociale qui le rapproche du débat de critique de la civilisation – et notamment de la civilisation moderne – typique du courant philosophique allemand de la Lebensphilosophie. Telle vocation antitechniciste, dépassée par la figure de l’Homo faber dans L’évolution créatrice (1907), resurgit avec véhémence pendant la Grande Guerre, devant le déploiement du pouvoir destructif des nouvelles armes. Mon intervention a suivi l’itinéraire de la philosophie de la technique de Bergson à partir des discours politiques tenus au cours de la guerre et des années 1920, à l’arrière plan de sa confrontation avec le débat franco-allemand sur la Zivilisation, très vivant en Allemagne dans les années qui suivent la mort de Nietzsche. De motif rhétorique antiprussien proposé par le « Bergson politique » dans les premières années de la guerre, le thème de la critique de la civilisation accompagnera la maturation d’une position originale dans Les deux sources de la morale et de la religion (1932), où le philosophe proposera une profonde redéfinition de l’idée française de civilisation rentrée en crise dans la Troisième République.

Friedrich Lenger (Université de Gießen): Krieg, Nation und Kapitalismus – deutsche Soziologen und der Erste Weltkrieg

Cette contribution analyse dans un premier temps le célèbre écrit de propagande Händler und Helden (Marchands et héros) de l’économiste et sociologue Werner Sombart, paru en 1915. Dans un deuxième temps, ce pamphlet de guerre est confronté à des publications similaires de Max Scheler et Alfred Weber. Dans les dernières années précédant la guerre, Scheler avait déjà exercé une forte influence sur les œuvres de son ami Alfred Sombart et cette influence a continué de s’exercer pendant la guerre, en particulier en ce qui concerne l’image de l’Angleterre. Sombart connaissait également bien Alfred Weber. Parmi les cercles divers et se recoupant partiellement que fréquentait Alfred Weber pendant la Première Guerre mondiale, l’intérêt se porte alors sur le réseau des éditeurs de la revue Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, qui est sans doute la revue scientifique la plus importante de son temps. Le regard porte sur les différentes positions politiques des éditeurs sur la question de la guerre, mais aussi et surtout sur le contenu des volumes publiés pendant la guerre, qui ne correspond pas à l’image que l’on se fait du savant allemand comme « guerrier de la culture » (Kulturkrieger).

Olivier Compagnon (Université Sorbonne-Nouvelle)

Civilisation française contre barbarie allemande? Les intellectuels latino-américains au spectacle de la Grande Guerre

Si l’impact de la Première Guerre mondiale en Amérique latine demeure relativement mal connu, un certain nombre de travaux récents attestent que celui-ci fut bien réel et que les mécanismes de mobilisation des sociétés latino-américaines furent très divers – depuis celle des communautés étrangères d’origine européenne jusqu’aux mouvements sociaux protestant contre le contexte inflationniste créé par le conflit en passant par une profonde imprégnation de l’expérience de la violence de masse dans la culture populaire malgré l’éloignement des champs de bataille. Parmi les acteurs de cette mobilisation à distance, les intellectuels jouèrent un rôle important dès le mois d’août 1914 et jusqu’à l’armistice de 1918. A partir d’une recherche initialement menée sur les cas de l’Argentine et du Brésil, mais depuis étendue à d’autres pays de la région latino-américaine, l’enjeu de cette communication réside donc dans l’analyse de la réplique, de la simplification ou du déplacement des débats européens entre Kultur et Civilisation que l’on observe outre-Atlantique.

Dans un premier temps, l’immense majorité des élites intellectuelles latino-américaines fait preuve d’une francophilie effrénée, très largement héritée de la géographie mentale du XIXe siècle, et reprend à son compte – non sans quelques nuances toutefois – un cadre d’analyse du conflit proche de celui fixé par Bergson dans son fameux discours prononcé le 8 août 1914 devant l’Académie des sciences morales et politiques. La guerre est alors perçue comme l’affrontement ultime et décisif entre l’éternelle civilisation française et la barbarie militariste de l’Empire allemand, les quelques voix neutralistes ou germanophiles qui tentent de rompre ce concert peinant à se faire entendre dans l’espace public. On observe cependant, dans un second temps, un reflux progressif de cette vision dominante de la guerre à laquelle se substitue l’idée selon laquelle le conflit signifierait plutôt une agonie de l’Europe tout entière, invitant les élites d’Amérique latine à rompre avec leurs traditionnelles logiques importatrices et mimétiques vis-à-vis du Vieux Continent et à (re)découvrir leurs vertus propres.

Samedi 11 octobre 9h30-12h45

Christian Jansen (Université de Trèves)

Das Frankreichbild deutscher Historiker und ihre kulturelle Deutung des Kriegs

Bruno Karsenti (EHESS)

Durkheim et la guerre

Selon Durkheim dans L’Allemagne au-dessus de tout, le déclenchement de la Première Guerre mondiale par l’Allemagne, mais aussi la conduite de l’Allemagne durant la guerre, ne s’expliquent pas en termes géopolitiques mais trouve bien leur origine dans la « mentalité allemande », dans son caractère national. Livre de circonstance, texte de combat ? Il n’en reste pas moins qu’il s’insère parfaitement dans l’œuvre du sociologue, en particulier dans ses théories sur les sociétés politique et sur les typologies du suicide. Et il nous encourage à aller plus loin : il ne faut pas atténuer l’intention anti-allemande du texte, mais au contraire l’approfondir, pour aller jusqu’au cœur de la pensée politique qu’il exprime. Cette pensée est une pensée profondément européenne, où l’Europe est, dans la contribution originale que chaque nation apporte à son projet démocratique, le point d’orgue du développement social moderne. Or c’est à cela que l’Allemagne n’arrive plus à contribuer. Une maladie l’a gagnée, qui est une pathologie menaçant la modernité elle-même : une absolutisation de l’Etat et de ses fins propres, une coupure entre l’Etat et le projet démocratique comme projet essentiellement social, tourné vers le développement de l’autonomie et de la justice au sein du corps social

Table ronde

Une table ronde avec Frédéric Worms, Olivier Agard et Gilbert Merlio fut l’occasion de revenir sur l’engagement des intellectuels allemands et français dans la guerre, à partir notamment de l’exemple de Léon Brunschvicg.

 

 


Laisser un commentaire