New Approaches To The Second World War And Its Aftermath In Southeastern Europe (1939-1949)

Date : 05-06/02/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Xavier Bougarel

ProgrammeNouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

par Xavier Bougarel

L’atelier organisé les 5 et 6 février 2015 à Paris constituait la première des trois manifestations prévues dans le cadre du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». Alors que cet atelier réunissait surtout des chercheurs confirmés, le prochain atelier prévu en octobre 2015 à Berlin sera centré sur les recherches des doctorants participant au projet, et la conférence finale prévue en mars 2016 à Athènes présentera à un public plus large les papiers des doctorants et des chercheurs confirmés.

Un bilan de l’historiographie existante

Le premier objectif de l’atelier parisien était de dresser un bilan de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. Les participants se sont accordés pour dire que, en ex-Yougoslavie, en Grèce, en Bulgarie et en Albanie, la Seconde Guerre mondiale est le plus souvent traitée « par le haut », dans une perspective d’histoire politique et militaire. De même, l’histoire de la guerre est généralement abordée dans un cadre strictement national, laissant peu de place aux dynamiques locales ou transnationales.

Il est possible de dégager plusieurs périodes dans l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. En Yougoslavie, en Bulgarie et en Albanie, un récit communiste de la guerre encensant les partisans et diabolisant les collaborateurs réels ou supposés a dominé de 1945 à la fin des années 1980. Mais les aléas des relations entre pays communistes expliquent aussi les polémiques récurrentes qui ont opposé à cette époque historiens yougoslaves, bulgares et albanais. A partir de la fin des années 1980, l’historiographie communiste a été remplacée par une historiographie révisionniste « de droite » tendant à réhabiliter les mouvements collaborationnistes, et restant prisonnière des cadres nationaux et des approches politico-militaires. La Grèce occupe dans ce contexte une place particulière, car de 1945 à 1974, le récit dominant y était clairement anti-communiste, avant que la fin de la dictature n’entraîne un fort révisionnisme « de gauche » réhabilitant la résistance communiste. Enfin, les années 1990 et 2000 ont été dominées par les polémiques au sujet des historiens « post-révisionnistes » s’appuyant sur des études locales pour réinterpréter les dynamiques de la violence dans la Grèce des années 1940.

Depuis la fin des années 1980, d’autres transformations sont en cours en Europe du Sud-Est. Ainsi, il faut noter le rôle important que jouent certains acteurs non-académiques dans la réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tels que la Friedrich Naumann Stiftung qui a soutenu le dialogue entre historiens serbes et croates dans les années 1990-2000. Les acteurs non-académiques ont également contribué à renforcer l’intérêt pour l’Holocauste, un sujet de recherche négligé jusqu’aux années 1990, et qui reste encore aujourd’hui l’objet de multiples dénis ou tentatives d’instrumentalisation. Plus largement, alors que la brutalité de l’occupation allemande en Europe du Sud-Est a été révélée lors des débats historiographiques allemands des années 1990 (la Wehrmachtsausstellung en particulier), l’occupation italienne reste largement occultée en Italie et intéresse peu les historiens italiens, malgré les travaux pionniers de certains d’entre eux. En Grèce, les débats historiographiques locaux sont connectés à ceux menés à l’échelle européenne et internationale, mais pas aux débats en cours dans les pays voisins. En ex-Yougoslavie et en Albanie, par contre, ils restent le plus souvent prisonniers d’horizons nationaux et de querelles nationalistes.

Des cadres spatiaux et temporels renouvelés

Le deuxième objectif de l’atelier parisien était de dégager des cadres intellectuels communs et de nouvelles pistes de recherche. Pour ce faire, il faut d’abord rappeler les limites spatiales et temporelles du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». D’une part, celui-ci ne couvre que la Yougoslavie, la Grèce et l’Albanie, car ces pays ont en commun d’avoir été sous occupation allemande, italienne et, plus marginalement, bulgare et hongroise. Ils ont tous connu d’importants mouvements de résistance armée et une « guerre dans la guerre » opposant la résistance communiste à des mouvements de résistance non-communistes glissant peu à peu vers la collaboration. D’autre part, la période couverte va de 1939 à 1949, permettant de prendre en compte des sorties de guerre marquées elles aussi par un niveau élevé de violence (guerre civile en Grèce, répression politique en Yougoslavie et en Albanie). Il convient par ailleurs de tenir compte du passé des sociétés locales, et en particulier des transformations de l’entre-deux-guerres (déplacements de population, réformes agraires, violence politique, nationalisation des sociétés, etc.), sans lesquelles les logiques locales de la Seconde Guerre mondiale ne peuvent être comprises.

Les participants à l’atelier parisien s’accordent pour dire qu’il faut sortir du cadre national privilégié jusqu’ici pour insister sur les modes complexes d’articulation entre échelles locale, nationale et transnationale. Le besoin de monographies locales ou régionales se fait tout particulièrement sentir. De plus, seule la prise en compte des différentes échelles permet d’expliquer les fortes différences régionales existant au sein de chacun des Etats considérés et de comprendre certaines dynamiques spatiales propres à la période de guerre : transformation des rapports ville-campagne, apparition d’« espaces de violence » (Gewalträume) ou au contraire persistance d’« espaces de cohésion sociale » (Sozialräume), etc. De la même manière, il convient de s’interroger sur les temporalités multiples de la guerre, de l’évolution générale du conflit mondial à la perception du temps par les élites et les populations locales, prises entre survie au jour le jour et horizons messianiques. Cette redéfinition des cadres spatiaux et temporels sert de toile de fond aux trois axes de recherche dégagés dès le lancement du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est », et rediscutés au cours de l’atelier parisien.

Axe 1 : Formes et logiques de la violence

Concernant la violence, il importe d’en saisir toutes les formes, des contrôles quotidiens aux massacres de masse, en passant par différentes formes de privation de liberté et de violence physique. Dans une partie de l’Europe caractérisée par sa diversité confessionnelle et linguistique, les déplacements forcés de population méritent une attention particulière : en effet, qu’ils soient motivés par des projets nationalistes ou par la lutte anti-partisans, ils se sont accompagnés de violences et de résistances particulièrement intenses, et ont transformé durablement les sociétés locales. L’Holocauste ne fait pas exception à cette règle, et il reste à mieux connaitre les facteurs qui ont influencé le sort des juifs dans divers contextes locaux et nationaux, les rapports que l’extermination des juifs entretient avec d’autres formes de violence de masse, la résistance que lui ont opposée les communautés juives, son impact durable sur les groupes de survivants et sur les sociétés locales en général. Pour l’Holocauste et pour les autres violences de masse se pose, en Europe du Sud-Est comme ailleurs, la question de l’articulation entre « violence d’en haut » et « violence d’en bas », qui rejoint la question des échelles déjà évoquée et celle de l’agency des acteurs ordinaires. Par ailleurs, les violences de masse pendant la Seconde Guerre mondiale soulèvent la question suivante : ces violences doivent-elles être rattachées à des processus de construction de l’Etat, d’effondrement de l’Etat, ou de repli de l’Etat sur certains espaces stratégiques ? La réponse à cette question est complexe et variable selon les endroits, et implique une analyse plus fine des rapports entre systèmes d’occupation, mouvements de résistance et populations locales.

Axe 2 : Pouvoir, résistance et populations locales

Etudier les systèmes d’occupation en Europe du Sud-Est implique tout d’abord de restituer la complexité des politiques des puissances occupantes, et de comparer des réalités très variables d’une région à l’autre. Il convient aussi de mieux connaître les élites politiques, militaires et intellectuelles locales qui participent à l’instauration de régimes autoritaires ou à la création de formations politiques et militaires de type fasciste. Enfin, il faut souligner que les systèmes d’occupation ne se maintiennent pas seulement par l’endoctrinement idéologique et la répression brutale, mais aussi par diverses formes d’accommodation réciproque. Pour certains individus ou groupes sociaux, la collaboration permet d’accéder à certains avantages matériels, voire à une certaine modernité. Plus généralement, dans un contexte général d’insécurité, les allégeances politiques des élites et des populations locales sont souvent fluctuantes et pragmatiques, effaçant en partie la frontière entre collaboration, accommodation et résistance. L’intensité variable de l’insécurité et de la présence étatique explique aussi d’importantes variations spatiales dans les formes de résistance, certaines régions rurales d’altitude se transformant en bastions de la résistance armée, quand les villes sont longtemps caractérisées par des formes pacifiques d’action politique. Enfin, les circonstances particulières de la guerre donnent aussi naissance à des engagements idéologiques forts et durables, au sein de la jeunesse par exemple, et au profit de la résistance communiste comme de mouvements d’inspiration fasciste ou anti-communiste.

Axe 3 : Economie et vie quotidienne

Pour comprendre cette imbrication entre puissances occupantes et mouvements politiques locaux, entre violence et accommodation réciproque, entre engagements idéologiques forts et allégeances flottantes, il convient d’associer là encore approches « par le haut » et « par le bas », de s’intéresser à la vie quotidienne dans les circonstances particulières de la guerre, et d’insister sur l’agency – ou l’Eigensinn – des acteurs ordinaires. Apparaît alors la nécessité de promouvoir une histoire sociale et culturelle de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, qui viendrait compléter l’histoire politico-militaire traditionnelle. En effet, les grands projets économiques allemands pour l’Europe du Sud-Est ont fait l’objet de nombreux ouvrages, mais leur impact réel sur l’économie des pays concernés ou sur la vie quotidienne des populations reste mal connu. L’étude de certains secteurs d’activité tels que les entreprises minières ou les régions à surplus agricole comblerait cette lacune. De même, la prise en compte du travail forcé sur place ou en Allemagne révèlerait une dimension importante d’une économie de guerre transnationale d’une part, des conditions de vie concrètes des populations locales d’autre part. De manière plus générale, s’intéresser aux conflits socio-économiques de la période de guerre et aux stratégies de survie des individus permet de reconstituer de manière plus fine les conditions d’exercice de leur agency, les possibilités et les contraintes auxquelles ils font face au jour le jour, et donc les motivations des choix qu’ils font dans les circonstances particulières de la guerre.

A travers ces nouvelles approches, les participants à l’atelier parisien espèrent in fine mieux situer la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’Europe du Sud-Est, en en montrant aussi l’impact dans le court et le plus long terme. Dans le même temps, ils entendent faire ressortir la place propre qu’occupe l’Europe du Sud-Est dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et désenclaver les débats historiographiques propres à cette région en les rattachant à certains débats plus larges qui traversent les sciences sociales d’aujourd’hui.


Laisser un commentaire