Lieux d’exils et de rédemption/Perspectives diachroniques autour des épurations

Date :  04-05/12/2014

Lieu :  Louvain-la-Neuve

Organisateurs :  Jonas Campion, Xavier Rousseaux

Programme : Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Lieux d’exils et de rédemption/Perspectives diachroniques autour des épurations

Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale (PFR J III)

Dans la lignée des deux précédentes journées d’étude organisées à l’université Rennes2 et l’ENS-Ulm (février et mars 2014) dans le cadre du programme de formation recherche du Ciera intitulé Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Jonas Campion et Xavier Rousseaux organisaient les 4 et 5 décembre 2014 à l’Université catholique de Louvain une troisième session de travail étudiant les lieux d’exils et de rédemption des fascistes et de leurs collaborateurs. L’objectif de ce rassemblement était également de réfléchir aux perspectives diachroniques autour des épurations.

Sujet toujours d’actualité, le devenir des anciens fascistes invite à réfléchir sur les filières qui ont existé afin de les blanchir((1)). Comme le rappelle Jonas Campion en introduction, seule l’approche scientifique permet de dépasser l’angle sensationnaliste, souvent choisi par les journalistes ou les romanciers lorsqu’il s’agit de traiter ce phénomène((2)). Une typologie fine distinguant exil, rédemption et recyclage des épurés permet d’interroger leurs trajectoires après la Seconde Guerre mondiale tout en suscitant des questions transversales à ces trois dynamiques. Il convient en effet de savoir qui est à l’origine de ces dernières et quelles sont les personnes concernées. De la même manière, l’historien belge note que la chronologie de ces mouvements, fortement liée à celle des épurations, doit être travaillée. Enfin, comment sont-ils reçus par les différentes composantes de la société et comment sont-ils organisés de manière concrète ? Les réfugiés forment-ils par exemple de « petites nations » dans leur pays d’accueil ? Jonas Campion propose au groupe de travail de croiser études biographiques et prosopographiques afin de mettre en exergue les différentes logiques sociales, morales, religieuses, économiques et politiques conditionnant la vie des anciens fascistes après le second conflit mondial. Toujours en guise d’introduction, Xavier Rousseaux souhaite quant à lui questionner l’existence des « bons » capitaux ou réseaux sociologiques et culturels qui permettent aux cibles de la répression de fuir et/ou de se reconstruire plus facilement. Dans cet esprit, la question du genre ne doit pas être négligée, s’agissant d’un monde majoritairement masculin mais qui comporte néanmoins des femmes. La question des familles en situation d’exil n’est d’ailleurs pas anodine, même si les femmes y représentent souvent la figure de l’absente. Si la fuite à l’étranger appelle logiquement une réflexion transnationale, d’autres échelles internes à chaque pays et même à chaque institution méritent d’être interrogées. Les organisateurs invitent donc les participants à un voyage historique à travers les différents pays de transit et d’accueil mais aussi au sein des pays d’origine des anciens fascistes qui, comme le souligne Marc Bergère, lorsqu’ils n’ont pu fuir et ont été sanctionnés par l’épuration, se percevaient comme des « émigrés de l’intérieur ».

La journée se poursuit par l’intervention de Dominik Rigoll sur le rôle des ex-nazis dans les services de renseignement en Allemagne. De 1945 à 1949, entre dénazification et construction étatique, les Soviétiques jugent d’anciens nazis accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité mais aussi des personnes accusées de sabotage, d’espionnage ou de subversion non compromises par le nazisme. Il ne s’agit donc pas uniquement de sanctionner les anciens nazis mais aussi les ennemis du socialisme. Si les communistes instrumentalisent l’épuration pour servir leurs propres intérêts, il en est de même à l’Ouest où les écoles de dénazification sont de véritables institutions de réintégration. A la question de savoir si les anciens nazis sont coupables succède très vite la volonté de sonder leur loyauté envers le nouveau régime. Le recrutement secret par les Soviétiques d’anciens nazis médecins, ingénieurs mais aussi spécialistes de la répression compose une troisième dynamique souvent oubliée. A l’Ouest, les Américains sollicitent des scientifiques et des spécialistes dans la guerre antisoviétique, tous compromis par le nazisme. Leur recyclage s’inscrit donc bel et bien dans un contexte de Guerre froide. Si les efforts effectués afin de réintégrer les anciens nazis sont similaires dans les deux Allemagne, les résultats sont bien moins importants du côté soviétique car la plus grande partie de l’élite est-allemande refuse de collaborer avec les anciens nazis. La différence la plus notable entre l’Est et l’Ouest demeure dans la composition de leurs polices secrètes. Entre 1945 et 1949, les Américains se basent sur des informations fournies par les anciens réseaux nazis et, afin de mieux maîtriser ces derniers, refusent la création d’une police secrète ouest-allemande. A l’Est, les communistes de longue date forment une police secrète indépendante, chargée de mener la lutte antifasciste. Lorsque les deux états se forment, la RDA est donc bien plus souveraine que la RFA. La propagande y est intense et signale que la dénazification est terminée. Dans le même temps, les communistes ont invité les anciens nazis à oublier le passé et à participer à l’appareil d’Etat socialiste. Cependant, ceux qui parviennent à gagner la police secrète et les hautes sphères de l’appareil d’Etat sont relativement peu nombreux au regard de la situation ouest-allemande. Dans cet état démocratique, la parole est libre et la pression des groupes d’anciens nazis est bien plus forte pour solliciter leur réintégration. Finalement, si les deux Etats pensent que la meilleure façon d’aborder le danger venant des anciens nazis est de les intégrer dans l’appareil d’Etat, des différences notables existent quant à leur recyclage dans la sécurité de l’Etat.

Puis c’est au tour de Claire Trojan de présenter une étude sur la dénazification des expulsés allemands. Celle-ci souligne d’emblée un problème d’envergure : comment dénazifier des expulsés qui n’ont plus de papiers et forment une population à l’identité incertaine ? Alors que les populations locales sont promptes à les accuser d’être des nazis, les comités de dénazification est-allemands réclament deux personnes susceptibles de témoigner en faveur des personnes enquêtées au sujet de leur attitude durant la Seconde Guerre mondiale. Pour les expulsés, il s’avère relativement difficile de retrouver des témoins comme eux dispersés dans les différents camps de quarantaine et de réfugiés. Formant un cinquième de la population est-allemande, les autorités préfèrent les intégrer de force et les disperser plutôt que de les laisser se regrouper à la recherche de témoins à décharge. En RDA, la politique d’intégration prime donc clairement sur la dénazification des expulsés. S’ils sont considérés comme loyaux envers le régime communiste, leur passé est connu et susceptible de les rattraper à tout moment. La suspicion à leur endroit demeure donc importante. Par exemple, ils ne sont pas admis dans les instances les plus sensibles de la fonction publique comme la Sécurité ou l’Intérieur. Dès lors, certains d’entre eux fuient cette suspicion en s’installant à l’Ouest. Dans cette partie de l’Allemagne, la dénazification rencontre les mêmes problèmes qu’à l’Est mais les expulsés y ont un poids politique plus important. Dès le début des années 1950, la rédemption de la plupart des expulsés semble en marche. Tandis que les réfugiés forment environ 18 % de la population, un ministère leur est même dédié. Celui-ci lance d’importants projets de recherche, visant d’abord à poser les expulsés en position de « victimes ». Des historiens y participent, marquant durablement une première historiographie. Il faut véritablement attendre la fin des années 1990 pour voir l’influence des expulsés allemands diminuer et admettre que certains s’étaient en effet compromis avec le nazisme, y compris parmi les fondateurs des organisations d’aides aux réfugiés à l’Ouest.  A l’issue de la communication, Guillaume Mouralis souligne combien les appareils judiciaire et diplomatique des Alliés de la partie ouest-allemande ont très vite réintégré les personnes compromises. Il indique également qu’une comparaison avec d’autres groupes de populations déplacées, comme les Juifs par exemple, serait intéressante. De même, Marc Bergère indique que la question du retour est intrinsèquement liée à celle du déplacement et/ou de l’exil.

La parole est ensuite donnée à Marc Bergère qui réfléchit à l’exil et aux lieux de recyclage des collaborateurs français. Pour débuter, l’historien rennais propose de faire le point sur l’ampleur du phénomène dans différents pays (Suisse, Espagne, Argentine, Irlande, Canada…). Le nombre de collaborateurs français exilés serait dans la durée de l’ordre de quelques centaines d’individus voire du millier. Un chiffre d’autant plus difficile à saisir qu’il est très évolutif selon une chronologie fine et sans doute supérieur si l’on compte les familles. Une certitude, l’écrasante majorité des personnes compromises est donc restée en France pour affronter – volontairement ou non – l’épuration. Ce constat amène à réfléchir en terme de microcosme, à l’image des quelques nationalistes bretons qui rejoignent l’Irlande à la Libération. Celle-ci venue, les collaborateurs candidats à l’exil choisissent d’abord dans une logique de proximité des pays frontaliers de la France. Ces derniers constituent donc les premières zones de transit. Peu s’y s’installent de manière durable. Soit les collaborateurs reviennent en France, soit ils rejoignent des pays plus lointains, notamment américains. Entre 1946 et 1948, la plupart des collaborateurs français qui pénètrent en Argentine ne viennent pas directement de France mais très majoritairement de Suisse, d’Espagne et d’Italie. Ici, l’Eglise semble jouer un rôle primordial dans la constitution de filières et de passerelles permettant le transfert et un véritable « accueil collabo((3)) ». Partout, en Argentine comme au Canada, des comités d’entraide et de soutien se forment en faveur de ces « réfugiés politiques ». Les dynamiques de guerre froide jouent alors un rôle prépondérant. Certains individus font ainsi figure de véritables passeurs d’hommes et d’idées, à l’instar d’un Robert Rumilly au Canada français((4)). Dès lors, des conférences sont organisées et des articles de presse publiés, qui contribuent grandement à la construction d’une représentation mémorielle « tronquée » des épurations à l’étranger. En Suisse, en Belgique ou en Argentine, des maisons d’édition spécialisées, des revues ou des radios se font l’écho d’une nébuleuse néo-Vichyste, qui dispose aussi de relais influents en France, à l’interface de l’anti-communiste et de la défense des épurés. Durant les échanges consécutifs à cette intervention, il apparaît intéressant de réfléchir à la dualité reclassement/déclassement dans les pays d’accueil. Si le niveau de qualification facilite le reclassement, certains atterrissages apparaissent plus difficiles, notamment dans des pays moins accueillants que l’Argentine. Marc Bergère souligne néanmoins à quel point il est frappé par « l’entre soi » des anciens collaborateurs dans certains pays d’accueil, celui-ci se manifestant notamment par la création d’entreprises communes. Dans un sens inverse, la France mériterait également une étude comme terre d’exil ou de recyclage. Une problématique qui croise la question importante des réintégrations après épuration. Il note enfin qu’il serait intéressant d’étudier la Légion étrangère et l’empire colonial, comme autant de « lessiveuses »  visant à recycler d’anciens collaborateurs.

Après l’étude des collaborateurs français exilés, Frank Seberechts traite dans une grande complémentarité des collaborateurs belges à l’étranger après la Seconde Guerre mondiale. D’emblée, il souligne l’extrême diversité des traitres exilés : femmes et hommes, jeunes et personnes âgées, suiveurs et criminels de guerre composent les cohortes qui tentent d’échapper à la justice. Les emprisonnés préparent quant à eux leur vie future dans les camps d’internement et les prisons belges. En effet, leur vie sociale et culturelle est intense comme en témoignent les cours d’espagnol parfois dispensés afin de faciliter un futur exil. Une importante propagande est menée auprès des emprisonnés afin de trouver des ouvriers intéressés pour rejoindre les usines argentines. L’historien met en avant le rôle joué par certaines organisations internationales, comme le Comité International de la Croix Rouge (CICR), qui permettent à d’anciens fascistes d’obtenir des documents officiels afin d’échapper aux poursuites pénales ; ou encore celui des réseaux monastiques. L’Eglise facilite l’exil des collaborateurs wallons vers la France, à l’image du futur membre de l’Académie française Félicien Marceau, et des traitres flamands vers les Pays-Bas. Si l’Argentine accueille la plus grosse communauté d’exilés, la Suisse, l’Irlande, l’Italie mais aussi l’Afrique du Sud, le Brésil ou le Paraguay abritent également des réfugiés belges. Tout comme l’Allemagne en ruines, dans laquelle les anciens Waffen SS passent inaperçus. L’Espagne est elle aussi privilégiée comme en témoigne en 1945 l’atterrissage sur la plage de La Concha de l’avion allemand transportant Léon Degrelle. Dès lors, le régime franquiste n’hésite pas à refuser des extraditions demandées par la Belgique. A l’inverse, le gouvernement belge n’est pas opposé au fait de se débarrasser de certains collaborateurs ayant purgé leur peine d’emprisonnement. Une nouvelle fois, l’Espagne est une zone de transit avant un départ vers l’Amérique du Sud. Là bas, le succès professionnel apparaît comme un facilitateur d’intégration. Il permet aussi de dynamiser certaines économies atones. Quand les Belges ne sont pas à négliger dans la diaspora des anciens collaborateurs, les liens entretenus par ceux-ci avec la mère patrie ne sont jamais coupés et ce malgré l’important développement d’une vie sociale dans les pays d’accueil.

Helen Grevers, de l’université de Gand, invite ensuite les participants à réfléchir aux conditions préalables à la réintégration des collaborateurs dans les sociétés belges et néerlandaises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pendant l’Occupation, les collaborateurs se sont placés en dehors de la société. A la Libération, seule leur exclusion par la détention peut permettre leur future inclusion. Une première façon de réintégrer les collaborateurs dans la société consiste à les libérer sous certaines conditions mais sans poursuites, comme ce fut le cas pour presque toutes les femmes. Une seconde manière passe par la création d’organismes de réhabilitation comme la Fondation de supervision des délinquants politiques aux Pays-Bas, fondée en 1945, ou le Service de la rééducation, du reclassement et des tutelles en Belgique. A cet instant, la nation est considérée comme une unité organique composée de différentes parties. Il s’agit dès lors de réintégrer la partie malade du corps national que forment les collaborateurs. Pour cela, les organismes de réhabilitation réfléchissent également aux causes de la collaboration. Quoiqu’il en soit, dans ces deux pays, les professionnels de la réhabilitation tentent de faire intégrer des valeurs morales et économiques à des citoyens aux croyances politiques divergentes. A l’inverse de la Belgique, l’Eglise néerlandaise exerce une grande influence sur les programmes de réhabilitation. Elle organise par exemple des séminaires sur la nature du totalitarisme et de l’antisémitisme en souhaitant que les collaborateurs acceptent de confesser leur faute. Les détenus sont invités à participer à la rédaction de journaux ou à des pièces de théâtre afin d’acquérir une bonne citoyenneté. Très vite cependant, la redemption paraît devoir passer par le travail. Par exemple, les collaborateurs belges peuvent sortir plus rapidement de prison s’ils s’engagent dans les mines. Aux Pays-Bas, des expériences de camps en plein air, sans clôtures ni gardiens, uniquement basées sur l’autogouvernement sont tentées. La confiance est donc de mise, preuve s’il en est que les collaborateurs ne sont pas considérés comme de simples criminels mais comme des personnes qui réparent une erreur en faisant des efforts. En 1947-1948, des centaines d’anciens collaborateurs sont envoyés dans la colonie hollandaise de Nouvelle-Guinée. En échange de leur travail, ceux-ci obtiennent leur liberté. Mais ces programmes de réhabilitation sont-ils une réussite ? Si beaucoup ont reconnu leur erreur, la question de leur sincérité ne manque pas d’être posée. Nombreux sont en effet les anciens collaborateurs à avoir considéré leur incarcération comme injuste, accentuant leur animosité à l’encontre des Etats libéraux et démocrates.

La seconde journée débute par l’intervention commune de Jonas Campion et Xavier Rousseaux sur les perspectives diachroniques des épurations de l’après 1945. Il semble en effet indispensable de replacer le « moment 1945 » dans la longue durée en réfléchissant tant aux phénomènes épuratoires antérieurs et à la dimension anthropologique de reconstitution des communautés et des appareils d’Etat, que postérieurs, avec notamment les processus à l’œuvre en Europe de l’Est dans la seconde moitié du XXe siècle. Pour mieux comprendre les façons dont les populations et les différentes institutions étatiques, administratives ou professionnelles répondent à ce besoin de répression qui est une réalité partagée à l’échelle européenne, il s’avère également essentiel d’étudier la circulation des idées et des modèles – acceptés ou rejetés – à travers le temps et l’espace. Xavier Rousseaux rappelle que l’occupation militaire d’Etat à Etat de plus de cinquante mois durant la Première Guerre mondiale crée en Belgique une situation inédite entrainant la révision du Code pénal et l’apparition de nouvelles notions juridiques afin de sanctionner les différents types de collaboration. Innovation supplémentaire, les juridictions militaires sont chargées de mener à bien l’épuration. Toutefois, les priorités peuvent diverger entre l’Etat et les populations. Alors que le premier veut punir très rapidement les collaborateurs politiques favorables au démantèlement de la Belgique, les secondes souhaitent davantage se concentrer sur ceux qui les ont fait souffrir, à travers la délation notamment. Dès lors, les choix effectués en 1945 sont guidés par les expériences antérieures et les réflexions autour de l’épuration menées dans les années 1930 et durant la Seconde Guerre mondiale. Xavier Rousseaux précise également que l’épuration administrative doit être étudiée de manière approfondie. Celle-ci inflige parfois des sanctions plus longues et plus gênantes pour les collaborateurs que la répression pénale. Cette épuration administrative est à mettre en lien avec la professionnalisation des fonctions publiques au XXe siècle. La logique disciplinaire se développe et se stabilise, permettant aux épurateurs de mobiliser en 1945 un ensemble de normes et de sanctions ordinaires. Enfin, la logique diachronique doit être envisagée du point de vue des épurés en étudiant bien entendu le devenir des anciens collaborateurs mais aussi de leurs enfants. L’historien invite également le groupe de travail à réfléchir en termes de générations et de trajectoires individuelles. Les territoires aux multiples épurations comme l’Alsace-Lorraine ou les cantons est de la Belgique méritent en effet une attention particulière car selon les périodes, les épurés peuvent devenir épurateurs et inversement bien entendu. Enfin, il pose une question centrale : les cycles épuratoires se superposent-ils ou forment-ils une sorte de généalogie ?

La matinée se poursuit avec la communication de Mélanie Bost sur le recours à la discipline judiciaire comme mode épuratoire de la magistrature belge après la première occupation allemande de la Grande Guerre. Si elle en sort auréolée de prestige en raison de sa grève de 1918, cette dernière est tout de même en proie à une épuration. En effet, tandis que les procédures disciplinaires à l’encontre des magistrats sont relativement peu nombreuses de l’indépendance de la Belgique à 1914, une trentaine de procédures sont ouvertes en quelques mois, dont la moitié pour compromission politique. Ces magistrats se voient reprocher leur activisme politique ou plus souvent encore une promotion sous l’Occupation. Ici, le fait moral apparaît bien plus important que les faits incriminés. Quelques-uns sont également condamnés pour collaboration économique ou intellectuelle. Mélanie Brost précise que les échelons inférieurs du corps, tels que les suppléants et les jeunes magistrats, sont les premiers touchés par l’épuration. Ces derniers ne disposaient pas d’un ancrage suffisant dans la magistrature et étaient davantage exposés à la collaboration économique. Ils ont donc profité de l’Occupation pour progresser socialement. Comme avant-guerre, le nombre de hauts magistrats sanctionnés est marginal. Globalement, entre 2 et 4 % du corps a été épuré au lendemain de la Première Guerre mondiale. Un chiffre à mettre en parallèle avec les 12 % constatés au sortir de la seconde occupation. Les sanctions disciplinaires sont vigoureuses. En utilisant un droit disciplinaire souple allant de l’exclusion à la mesure honorifique en passant par l’admonestation et la suspension provisoire, la magistrature souhaite se protéger, réaffirmer son autonomie et démontrer une éthique professionnelle irréprochable. La discussion permet à Mélanie Bost d’apporter certaines précisions. Elle souligne par exemple qu’elle n’a trouvé que peu de traces de réintégrations des personnes exclues dans les années 1930, principalement faute de sources. Marc Bergère indique ensuite que le recours aux sanctions disciplinaires ordinaires (mais aussi les mutations plus ou moins imposées) constitue parfois une forme d’épuration administrative qui tait son nom, tout un ayant un vrai impact sur les carrières. Si l’on prend en compte cette épuration  « entre soi » en dehors de toute procédure ou commission d’épuration ad hoc, le bilan de l’épuration serait à réévaluer. Enfin, Marie-Bénédicte Vincent souligne que des procédures habituellement utilisées contre des manquements individuels le sont ici de manière collective. Dès lors, il s’agit d’une utilisation politique d’un droit ancien. Les épurations sont bien souvent des moments de redéfinition des normes professionnelles.

Comme lors des précédentes journées, les territoires est-européens sont étudiés. Emilia Koustova propose une étude des politiques soviétiques dans les républiques baltes, et plus particulièrement en Lituanie, au lendemain de la guerre. Comme l’avait déjà noté Vanessa Voisin en février 2014 à Rennes, elle précise que les archives de la répression sont à manier avec une grande précaution car elles sont extrêmement diverses et concernent aussi bien des collaborateurs avec l’ennemi nazi que des partisans nationalistes résistant à la soviétisation. Plusieurs processus se superposent et/ou se confondent. L’historiographie de l’épuration des collaborateurs nazis, exception faite des cas les plus extrêmes, est relativement récente dans les pays baltes. Là encore, la vigilance s’impose car les historiens baltes s’inscrivent souvent dans les oppositions classiques entre pro-nationaux et pro-russes sur fond de guerre de mémoire(s). Ces études peuvent utiliser les archives du NKVD et du Ministère de l’Intérieur qui, dans les pays baltes contrairement à la Russie, sont accessibles. Cependant, le crédit à leur apporter est relatif car les aveux ont pu être obtenus par la torture et fabriqués de toute pièce. En URSS, il apparaît clairement que les épurations servent à réaffirmer le pouvoir communiste et à créer le corps de la nation soviétique, témoignant ainsi d’une continuité entre les années 1930 et l’après Seconde Guerre mondiale. Elles peuvent prendre plusieurs formes – extralégale, guerrière ou judiciaire – et sont prêtes à ressurgir à tout moment comme en témoigne l’intensification de la traque des criminels de guerre dans les années 1950-1960. Si sous ce terme se cachent également des collaborateurs, cette opération permet à l’URSS de se placer en première ligne des nations poursuivant la traque et, dans un jeu de miroir, de reprocher l’action relative des pays occidentaux en la matière. Dans les pays baltes, les sorties de guerre sont longues et violentes, empreintes de déportations de masse et de collectivisation. L’épuration a été préparée en amont et lorsque les troupes soviétiques arrivent dans les pays baltes en 1943-1944, les ennemis sont parfois identifiés depuis 1941 grâce à la préservation des archives du NKVD et la lecture des journaux durant la période d’occupation nazie. Les collaborateurs baltes les plus compromis préfèrent fuir. Lorsque certains reviennent, ils sont enfermés dans les camps de prisonniers de guerre ou de filtration. Souhaitant sécuriser l’arrière-front, l’URSS pratique une épuration relativement mesurée à leur endroit. De la même manière, l’armée rouge en manque d’hommes bâcle parfois les vérifications et permet ainsi aux collaborateurs de se recycler. Dans la discussion, Marc Bergère souligne qu’il a croisé de nombreux Baltes et Ukrainiens dans les archives canadiennes, qui disent fuir le communisme, mais qui sont potentiellement très compromis. Enfin, les historiens présents soulignent à quel point l’étude de ces territoires est-européens est au cœur d’enjeu mémoriel important((5)).

Christiane Kosher-Spohn, de l’université de Tübingen, propose ensuite une réflexion sur les épurations en Alsace-Moselle en 1918 et 1945, formant ainsi une sorte de carrefour historique des épurations. Au terme de la Première Guerre mondiale, l’Alsace-Moselle est très rapidement réintégrée à la France. Environ 150 000 personnes sont expulsées vers l’Allemagne. L’épuration rime ici avec dégermanisation. En effet, elle n’est pas uniquement politique et militaire mais bel et bien ethnique. Dès 1914-1915, des commissions réfléchissent à l’élaboration des conditions des expulsions et des réintégrations. Avant le plébiscite de 1918, il s’agit de nettoyer l’Alsace des individus considérés comme suspects afin de les priver de vote. Pour cela, les troupes françaises distribuent quatre modèles de cartes d’identité, de A à D. Quand le modèle A regroupe les Alsaciens de « pure souche », la catégorie D rassemble les habitants d’origine allemande et leurs descendants, quand bien même ces derniers sont nés en Alsace-Moselle. Aucun sentiment n’est ici pris en compte, seule l’ethnie importe. Les autorités laissent une grande marge de manœuvre à ces commissions qui font office de tribunaux car les expulsions leur permettent de régler une partie des problèmes de ravitaillement et de chômage. Dans Allemagne défaite de 1918, ces populations sont considérées comme françaises et l’objet d’une grande méfiance. Si des associations aident à leur intégration à l’Allemagne, elles sont également un instrument de surveillance. Dans le même temps, les Alsaciens-Mosellans exilés dans la France de l’intérieur regagnent leur région avec grand bruit patriotique. Cette (re)francisation brutale suscite un malaise important. Dans les années 1920-1930, les exilés n’ont de cesse de préparer le retour de l’Alsace dans le Reich et financent le mouvement autonomiste alsacien depuis l’Allemagne. De fait, en 1940, l’annexion au Reich entraine 100 000 expulsions pour francophilie.  En 1945, alors que l’Alsace-Moselle revient de nouveau à la France, les normes épuratoires sont identiques à celles des autres régions françaises occupées, mais on applique aussi des pratiques en usage pour la dénazification outre-Rhin, comme le Fragebogen. Des milliers de fonctionnaires qui ont juré fidélité à Hitler, le plus souvent pour avoir la paix et garder leur travail, sont emprisonnés dans les anciens camps de concentration du Struthof et de Schirmeck. Un sentiment de malaise est perceptible et les pratiques de la République française sont parfois assimilées à celles du IIIe Reich. Une nouvelle fois, la dégermanisation est une priorité et l’épuration n’est pas seulement politique ou économique ; elle est également idéologique. Les questionnaires individuels distribués à tous les Alsaciens-Mosellans sur leur activité durant l’annexion sont assez mal vécus. Les populations, y compris résistantes, ont un sentiment de déjà-vu et se disent épuisées par ces épurations à répétition et cette suspicion récurrente de trahison. On constate alors que pour dépasser cette situation, les Alsaciens-Mosellans, à l’identité perçue ou vécue comme incertaine, militent assez vite en faveur d’un rapprochement franco-allemand à travers le projet de construction européenne.

La journée se termine par la communication de Marie-Bénédicte Vincent sur l’épuration disciplinaire dans la fonction publique ouest-allemande après 1945. Dans un premier temps, l’historienne précise qu’elle souhaite étudier des trajectoires individuelles de fonctionnaires et penser cette épuration avec celles de la première moitié du XXe siècle. En 1945, le devoir de fidélité des fonctionnaires est reformulé tout en étant influencé par un double héritage : celui de la monarchie qui précise que le souverain a le devoir de subvenir aux besoins des fonctionnaires en échange de leur fidélité et celui de la République de Weimar (1918) demandant aux fonctionnaires impartialité et respect de la Constitution. Ce dernier serment avait même été complété en 1922 : les fonctionnaires devaient défendre la République. Sous le nazisme, le devoir de fidélité est perverti. Dès 1933, l’éviction des fonctionnaires indésirables est légalisée. Et en 1937, les fonctionnaires doivent prêter un nouveau serment, non plus à la Constitution mais au Führer, désormais seule source de légitimité. En 1945, le statut des fonctionnaires est de nouveau modifié. Huit ans plus tard, une loi fondamentale est adoptée précisant que seul le mérite compte et que le mode de recrutement ne peut plus dépendre d’une quelconque appartenance religieuse, politique ou ethnique. Les fonctionnaires jurent de sauvegarder l’ordre démocratique et libéral. Dans un second temps, Marie-Bénédicte Vincent propose une étude de cas sur l’application de l’arsenal disciplinaire contre les fonctionnaires communistes dans les années 1950-1960. Il s’agit de repérer les dossiers politiques de fonctionnaires sanctionnés pour atteinte au devoir de fidélité promulgué dans la loi de 1953. Bien que les sanctions données, qui vont du blâme jusqu’à l’exclusion, demeurent dans le champ de la procédure disciplinaire, celle-ci ressemble à une procédure pénale dans son fonctionnement. Les fonctionnaires considérés comme dangereux pour la démocratie ne sont pas d’anciens nazis mais des communistes. Le corpus rassemblé abrite une population extrêmement hétérogène du point de vue des âges, des grades et des corps. Le fait d’appartenir au SED ou de l’avoir caché, l’activisme et les contacts avec le parti communiste est-allemand sont poursuivis. Et contrairement à la période weimarienne, l’activité communiste, en dehors du temps de travail est sanctionnée. A l’inverse, les anciens opposants au nazisme ne sont pas favorisés et peuvent être l’objet de jugements relativement sévères. Dès lors, se pose la question de la dualité politisation/dépolitisation des fonctionnaires. Dans les années 1960, il convient de s’engager activement dans le soutien à la démocratie. A la même époque, des fonctionnaires qui ont menti sur leurs compromissions nazies peuvent cependant être rattrapés par leur passé et la hiérarchie revenir sur des promotions considérées comme indues.

Il revenait à Dirk Luyten et Guillaume Mouralis d’effectuer les conclusions de ces deux journées riches de très nombreux échanges. Force est de constater qu’elles ont vraiment fonctionné comme des ateliers de travail et de réflexion préparatoires au prochain colloque des 11-12 juin 2015 à Rennes. Dirk Luyten propose de penser les épurations dans une dynamique de reconstruction des Etats et/ou d’un ordre démocratique, tout en distinguant la répression qui relève du droit pénal de l’épuration issue des droits administratif et professionnel. De toute évidence, l’administration détient un rôle central dans le recyclage des fascistes et de leurs collaborateurs. Ce dernier est à relier au développement de la bureaucratisation durant la Seconde Guerre mondiale et son accentuation aux lendemains du conflit. Elle permet la réintégration des épurés, sans pour autant que la surveillance à leur endroit ne cesse. Il souligne également qu’il n’ y a pas de politique générale d’exclusion durable des collaborateurs en Europe, sachant qu’il n’y a pas davantage, au moins dans un premier temps, de volonté générale de récupération des exilés. Enfin, Dirk Luyten invite les participants à réfléchir à la réintégration via le marché du travail privé, jusqu’ici peu étudié. Guillaume Mouralis précise quant à lui que deux perspectives diachroniques peuvent être utilisées par l’historien étudiant l’épuration : la première assez lâche consiste à observer les évolutions des pratiques épuratoires à l’intérieur d’un même pays, la seconde plus connectée souhaite observer les circulations dans l’espace et le temps des acteurs, des normes et des pratiques. A ce sujet, l’historien pose la question des normes au sens général et pas seulement dans son acceptation juridique. Comment sont-elles produites ? Qui les produit ? Comment sont-elles mises en œuvre concrètement ? Comment circulent-elles ? Des circulations de part et d’autre du Rideau de fer existent-elles ? Ces normes sont-elles modifiées en circulant ? Bien évidemment, toutes ces questions amènent à réfléchir aux notions de passeurs et de passerelles et pour rependre l’expression de Dirk Luyten, de « professionnels du reclassement ». Enfin, Guillaume Mouralis précise que, même dans les régimes autoritaires, les normes, notamment internationales, ont une importance. Autant de pistes de travail stimulantes qu’il convient de développer en s’engageant notamment dans la voie prometteuse de la sociohistoire.

 

 

Fabien Lostec, doctorant en histoire contemporaine

Université Rennes 2-Cerhio UMR CNRS 6258

  1. Au début du mois de décembre 2014, le centre Simon Wiesenthal annonçait par exemple la très probable mort en Syrie voici quatre ans de l’ancien nazi Aloïs Brunner, bras droit d’Adolf Eichman et responsable direct de la déportation de plus de 128 000 Juifs en Europe vers les camps de la mort. []
  2. A titre d’exemple, nous pouvons citer le roman policier de Philip Kerr, Une douce flamme, Paris, Le Livre de Poche, 2012, 576 p. []
  3. Pour reprendre ce terme utilisé par Luc Van Dongen, Un Purgatoire très discret. La transition « helvétique » d’anciens nazis, fascistes et collaborateurs après 1945, Paris, Perrin, 2008, 649 p. ; et Marc Bergère, La Postérité de Vichy au Québec. L’affaire des réfugiés politiques au Canada : retour sur l’événement, sa mémoire et l’écriture de son histoire, Mémoire inédit d’HDR, Université Paris I, 2013. []
  4. Olivier Dard, « Robert Rumilly, passeur des droites nationalistes entre la France et le Canada français », Mens. Revue d’histoire intellectuelle et culturelle, vol. 11, n°2, printemps 2011, p. 7-36. []
  5. Voir à ce sujet l’article d’Emmanuel Droit, « Le Goulag contre la Shoah. Mémoires officielles et cultures mémorielles dans l’Europe élargie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°94, 2007/2, p. 101-120. []

Laisser un commentaire