Convergences des épurations européennes ?

Date :  28/02/2014

Lieu :  Rennes

Organisateurs :  Marc Bergère , Maître de conférences, Université de Rennes 2

Programme : Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Compte rendu de Fabien Lostec, université Rennes 2.

Marc Bergère et Emmanuel Droit, maitres de conférences en histoire contemporaine,  organisaient le 28 février 2014 à l’université de Rennes 2 une journée d’étude en forme de session inaugurale du programme de formation recherche du Ciera intitulé Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Afin de réfléchir à ce beau sujet, la volonté initiale des participants était de penser les convergences des épurations européennes. Une perspective longtemps négligée en raison du Rideau de Fer et du développement d’historiographies avant tout nationales.

En introduction, Marc Bergère souligne combien il peut être intéressant de travailler autour d’un moment 1945, correspondant à la défaite du fascisme en Europe. Au-delà d’une sortie de guerre à géométrie variable, une « soif de justice » touche alors l’Europe. Sans être totalement commune, l’épuration est alors une expérience vécue et partagée par un grand nombre d’Européens. Dès lors, l’historien souhaite interroger les différences qui peuvent exister dans les processus épuratoires et leurs mémoires entre l’est et l’ouest de l’Europe. Dans un second temps, il précise que l’historiographie de l’épuration est certes dense, mais inégale entre les pays et lacunaire car il n’existe que peu de synthèses sur le sujet à l’échelle européenne. Ces précisions faites, quelles sont les formes d’écriture de l’histoire qui peuvent être privilégiées ? La première démarche consiste en une histoire comparée, qui met en exergue les parentés et les dissemblances dans les normes, les pratiques, les vécus et les bilans. Toutefois, cette histoire peut entrainer une dissymétrie de traitement en raison d’une inégalité dans la quantité et/ou la qualité des sources récoltées dans chaque pays. La seconde relève d’une histoire croisée, qui est davantage relationnelle. Il s’agit, par exemple, d’étudier un groupe de population spécifique afin de comparer sa situation face à l’épuration dans différents pays((1)). La troisième piste, sans doute la plus prometteuse, s’attache à une histoire connectée, étudiant les circulations, les échanges et les appropriations par certains Etats des pratiques répressives((2)). Puis, Marc Bergère note qu’une épuration peut en cacher une autre, comme le montre l’influence de l’épuration post-Première Guerre mondiale sur l’épuration post-Seconde en Belgique. Sans une mise en perspective diachronique, les épurations y sont incompréhensibles. En conséquence, les espaces d’épurations successives comme l’Alsace, la Pologne, la Russie ou les pays baltes méritent une attention particulière. Entre les « traîtres », « les conspirateurs » ou encore « les bandits de la collaboration »((3)), la figure de l’ennemi est-elle stable ou évolutive ? De même, l’observation d’objets transnationaux paraît féconde. C’est par exemple le cas des populations déplacées et/ou de certaines composantes nationales punies par l’épuration. Ainsi, quel sort a été réservé aux minorités allemandes chassées des pays voisins ou aux Baltes en proie à la répression des soviétiques ? Enfin, il convient d’analyser l’exil des criminels de guerre et des collaborateurs en Europe et au-delà. Leurs mouvements, leurs réseaux et leurs connexions sont à repérer car ils permettent la mise en relation de milieux différents((4)).

La matinée se poursuit par l’intervention d’Emmanuel Droit qui invite à réfléchir à l’échelle transnationale et sa plus-value pour une histoire des épurations. Ce concept connait de nombreuses migrations entre linguistes, juristes, économistes et politistes avant d’être adopté par la discipline historique. Le véritable tournant s’effectue dans les sciences politiques dans le courant des années 1970, lorsque des théoriciens libéraux proposent de penser les espaces et acteurs transnationaux non-étatiques, et de réfléchir principalement aux circulations. Vivement critiquée, cette approche gagne toutefois du terrain. Elle effectue son entrée dans les sciences sociales à la fin des années 1990, en pleine période d’internationalisation de la recherche, qui s’inscrit elle-même dans le sillage d’une accélération de la mondialisation et de la construction européenne. Depuis le début des années 2000, une nouvelle génération d’historiens, principalement allemands et anglais, propose de faire une histoire des interactions, des échanges et des déplacements entre les individus, les groupes, les organisations et les Etats qui agissent au-delà des frontières nationales. Si  ce concept s’est imposé dans bon nombre de pays européens, il reste à dynamiser en France. En effet les historiens français qui ont adopté cette nouvelle façon de faire de l’histoire demeurent encore peu nombreux, malgré les appels à un changement d’échelle historiographique((5)),  à un transantional turn en histoire politique((6)), ou encore l’admirable étude de Romain Bertrand((7)). Pour autant, les champs d’études susceptibles de profiter de ce tournant épistémologique sont nombreux en histoire contemporaine, à l’image de l’histoire du communisme et des polices politiques en Europe. Enfin, Emmanuel Droit souligne qu’en faisant une histoire transnationale des épurations, l’historien touche au cœur du « continent des ténèbres ». Dénationaliser les histoires nationales peut permettre une meilleure compréhension des faits étudiés et la construction de passerelles avec d’autres sciences sociales ou d’autres périodes, fondant ainsi un langage scientifique commun.

L’après-midi est introduite par Daniel Bonnard, doctorant à l’université de Marburg, qui nous informe sur l’historiographie allemande de l’épuration. En Allemagne, le terme « épuration » n’existe pas. Seul le mot générique et ambivalent de Säuberung est utilisé. Il renvoie à une soumission politique au groupe dominant. Die Säuberung concerne la dénazification et les procès de criminels de guerre effectués par les Alliés ainsi que les procès des criminels nazis devant les tribunaux allemands. L’interdépendance entre les deux Allemagne est alors forte. Une histoire croisée parait donc indispensable pour comprendre la manière dont s’effectuent les poursuites des criminels de guerre. Il faut attendre le début des années 1990 pour que l’étude systématique de l’épuration soit effectuée, l’historien bénéficiant notamment de l’ouverture des archives consécutive à la chute du bloc de l’est. Les travaux sur l’occupation alliée se multiplient et l’après 1989 est étudié à l’aune de l’épuration post-Seconde Guerre mondiale. Les réactions des Allemands vis-à-vis des procès et les lois d’amnistie des années 1950, époque durant laquelle la RFA se reconstruit sur un socle anticommuniste, sont au centre des attentions. Ces lois promulguées par les autorités fédérales investies par d’anciens nazis, certains évoquent une « renazification », laissant ainsi transparaître les peurs de l’époque. Si ce terme parait exagéré, du moins peut-on parler d’une neutralisation de l’épuration. Comme l’indique Dominik Rigoll dans la discussion, cette neutralisation peut être provoquée par d’anciens nazis, mais aussi par des démocrates allemands et des Alliés. Toujours est-il qu’à cette époque, l’idée selon laquelle les autorités fédérales défendent les criminels de guerre se propage. Celles-ci favoriseraient ainsi l’échec de l’épuration opérée par les Alliés. Dans les années 2000, cette dernière est revalorisée et étudiée comme un laboratoire de la justice internationale actuelle. A la même époque, on assiste à un glissement sémantique. Ce n’est plus de la « justice des vainqueurs » qui est évoquée mais la « justice d’après-guerre ». Aujourd’hui, les historiens s’intéressent aux fonctions narratives et médiatiques des procès. Le paradigme de la justice transitionnelle est questionné et les conditions institutionnelles et politiques de la justice post-guerre sont étudiées. Pour finir, Daniel Bonnard insiste sur l’intérêt à porter aux formes de légitimation d’une épuration allemande qui vient de l’extérieur.

Ensuite, Jonas Campion nous propose une approche historiographique des épurations dans l’espace Benelux. Les 3 pays étudiés connaissent des situations différentes sous l’Occupation ainsi que des interprétations juridiques distinctes à la Libération, mais cela n’empêche aucunement une réflexion croisée. Les premières publications relatives à l’épuration sont concomitantes au phénomène. Aux Pays-Bas, elles émanent d’une commission d’enquête chargée de faire le bilan de l’occupation, instituée par le gouvernement au sortir de la Seconde Guerre mondiale. A cette période située à l’interface de l’histoire immédiate et de la littérature militante, succèdent les premiers véritables travaux scientifiques, publiés dès la fin des années 1970. Ils sont l’œuvre de journalistes au Luxembourg et de juristes aux Pays-Bas. Tous s’attaquent aux mythes nationaux et démontrent qu’une collaboration a existé. En Belgique, il faut attendre 1991 et le travail de deux sociologues pour bénéficier d’une analyse scientifique sur la répression des collaborateurs((8)). Depuis, la connaissance du phénomène a énormément progressé. Les formes et les temps de l’épuration ainsi que les différents groupes d’épurés sont maintenant bien connus. Si l’épuration post-Première Guerre mondiale a été interrogée en amont, le regard porté sur les grâces et les amnisties permet de mieux comprendre le phénomène épuratoire en aval. Mais Jonas Campion indique que les acquis de la communauté scientifique sont en décalage par rapport à ceux de la société. Du coup, certains médias, tout en se faisant l’écho d’une forte demande sociale, avivent des polémiques. Le passé se retrouve notamment au cœur des tensions actuelles entre Flamands et Wallons en Belgique. Les débats sont également vifs aux Pays-Bas et au Luxembourg, suite à la récente thèse de Vincent Artuso sur la collaboration((9)). Enfin, des questions restent en suspens, notamment en ce qui concerne les transferts et les influences entre espaces voisins. Les échanges qui suivent la communication de l’historien belge nourrissent la réflexion. Marc Bergère pense qu’une analyse fine de la littérature jurisprudentielle apporterait beaucoup à l’histoire transnationale des épurations. Quant à Xavier Rousseaux, il note qu’il serait intéressant d’effectuer une histoire transnationale des mémoires de l’épuration.

La journée n’a pas passé sous silence les territoires les plus à l’est de l’Europe, grâce à l’intervention de Vanessa Voisin sur l’URSS. Le mot « épuration » n’y existe pas plus qu’en Allemagne. De même, Jonas Campion observait que le terme n’est pas d’usage systématique au sein du Benelux : la Belgique parle de répression des inciviques quand le Luxembourg préfère le terme de dénazification. En URSS, les sources évoquent plutôt la lutte contre les traitres ou les ennemis. Si cette « épuration de guerre » est bien différente des purges des années 1930 et 1950, il n’est cependant pas nécessaire de créer un nouveau code pénal puisque l’arsenal juridique est amplement suffisant. L’historiographie du sujet est jeune,  encore assez largement extérieure et inscrite dans un contexte post Guerre froide. L’épuration est longtemps taboue et il faut attendre l’ouverture des archives pour voir une multiplication des travaux sur la collaboration, brisant ainsi l’image d’une société russe unie contre cette dernière. En effet, l’idée prédominante a longtemps été celle d’une « poignée de misérables » dans un pays uni voire unanime dans la grande guerre patriotique. Les historiographies occidentale et russe demeurent ainsi longtemps hermétiques. Vanessa Voisin précise que les dossiers archivés sont d’une très grande diversité et concernent aussi bien des nationalistes que des collaborateurs avec l’ennemi. Mieux, ces dossiers sont parfois mélangés avec les dossiers de non-épurés. Des statistiques sont donc très difficiles à établir. Depuis la chute du bloc de l’est, chaque pays étudie son épuration, non sans usage politique du passé au service de l’affirmation nationale face à la Russie, comme en Lettonie. Les conflits de mémoire sont par ailleurs fréquents entre milieux émigrés après-guerre (exopolitie) et population restée sur place. Cependant, si les travaux sur la collaboration  (en particulier armée) se sont multipliés, l’épuration demeure un parent pauvre historiographique. Plusieurs pistes de travail pour une histoire croisée sont donc évoquées. L’étude des zones d’occupation allemandes et des tribunaux étrangers qui dénazifient serait à creuser. Le rapatriement des soviétiques en URSS est également très intéressant. Ces derniers passent par plusieurs filtrages qui font office d’épuration, sur place et à la frontière de leur pays. D’aucuns suspectés d’avoir collaboré sont même envoyés dans des camps de travail le temps que le NKVD enquête sur eux. Le retour des prisonniers de guerre des troupes de l’Axe mérite également une grande attention. Pour eux, une coopération entre l’ouest et l’est se met en place et la question de savoir s’ils bénéficient de protections est posée. Un travail sur les pratiques symboliques d’épuration, comme les tontes, mériterait d’être entamé. Dès 1943, des décrets policiers sont rédigés afin de sanctionner les personnes qui se compromettent intimement avec l’ennemi. D’autres réintroduisent des châtiments comme la pendaison ou le bagne en URSS pour les complices de l’ennemi. L’étude de la coopération judiciaire et archivistique entre l’est et l’ouest ainsi que des rapports qui existent entre purifications nationales et châtiment des criminels de guerre s’avère indispensable, tant ces deux derniers aspects s’entremêlent. Une nouvelle fois, la discussion qui suit la communication est très stimulante. Est ainsi évoquée « la dimension rampante de l’épuration » (Marc Bergère) via un processus d’ostracisme social qui frappe un individu mais aussi souvent son entourage.  Ainsi, selon Vanessa Voisin, le fait d’avoir été dans un camp étant noté sur le passeport, les anciens déportés sont souvent rejetés par la communauté villageoise à leur retour.

Enfin, Xavier Rousseaux conclut la journée. Il souligne que l’histoire transnationale de l’épuration doit s’intéresser aux lieux, aux hommes, aux mots mais aussi, de manière plus concrète, travailler sur les objets qui passent d’un pays à l’autre. Afin d’éviter toute comparaison indue, les emboitements d’échelles sont à mobiliser. De même, faut-il souligner l’importance de la chronologie. Après avoir insisté sur la nécessité de replacer chaque épuration dans l’histoire du XXe siècle, Xavier Rousseaux invite le groupe de travail à s’engager dans la voie de l’anthropologie historique. L’épuration s’inscrit en effet dans l’histoire longue de la violence et de la vengeance. En régulant celles-ci, elle marque le retour à l’utilisation légitime de la force par l’Etat. Aussi, elle participe à un vaste mouvement de resocialisation qui s’effectue à travers l’élimination des menaces de la société. L’historien qui travaille sur ce sujet est également confronté à l’étude des politiques du passé. Les questions de la légalité des pratiques et de la sévérité de l’épuration ne manquent jamais d’être posées. Aussi devront être interrogés les objectifs de l’épuration. Sans perdre de vue qu’elle vise à former de bons citoyens, elle contient une dimension fonctionnaliste. Qu’en est-il par exemple des politiques de réintégration et des demandes de reconnaissance des épurés ? Certains usent des outils qui leur permettent de court-circuiter ce qu’ils considèrent être des injustices nationales. Dès lors, ils font appel à l’ONU ou à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui apparaissent là encore comme de véritables objets transnationaux. Les épurés s’inscrivent dans une logique de victimisation et s’appuient sur les valeurs démocratiques qu’ils ont tant honnies par le passé. L’épuration est bel et bien un processus collectif de naissance, de connaissance et de reconnaissance.

Succès indéniable donc que cette journée qui revêtait à la fois une dimension programmatique et historiographique. La qualité des interventions et les nombreuses discussions qui l’ont ponctuée, auxquelles n’ont pas hésité à participer les nombreux étudiants de master et de licence présents dans l’assistance, ont aidé à la réalisation des objectifs fixés par les organisateurs. Une dynamique de travail collective est née et nul doute que les apports et les pistes de réflexion ouvertes seront complétés et enrichis par les deux prochaines sessions de travail programmées à l’ENS/Ulm (le 27 mars 2014) et à l’université belge de Louvain (les 4 et 5 décembre 2014).

  1.           Voir à ce titre le travail de Jonas Campion, Les Gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, 346 p. []
  2.               Valeria Galimi démontre par exemple que le modèle judiciaire créé pour épurer les traitres s’inspire de la France. Galimi, Valeria, « Collaborationnisme et épuration judiciaire en Italie et en France », dans : Causarano, Pietro, Galimi, Valeria, Guedj, François et al. (dir.), Le XXe siècle des guerres, Paris, Editions de l’Atelier, 2004, p. 374-380. []
  3.                Denis, Juliette, « Identifier les ennemis en Lettonie : une priorité dans le processus de resoviétisation (1942-1945), Cahiers du monde russe, n°2/3, 2008, p. 297-318. []
  4.       Sur cette question, voir par exemple le récent travail de Marc Bergère, La postérité de Vichy au Québec. L’affaire des réfugiés politiques au Canada : retour sur l’événement, sa mémoire et l’écriture de son histoire, Mémoire inédit d’HDR, Université Paris I, 2013. []
  5.     Douki, Caroline, et Minard, Philippe, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n°54-5, 2007/5, p. 7-21. []
  6.          Sirinelli, Jean-François, « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la Cité, le monde… et le temps », Revue Historique, n°658, 2011/2, p. 391-408. []
  7. Betrand, Romain, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Le Seuil, 670 p. []
  8.              Huyse, Luc, et Dhondt Steven, La Répression des collaborateurs 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, éditions du Centre de recherche et d’information socio-politiques (CRISP), 1993 [Première édition belge en 1991 sous le titre Onverwerkt verleden], 345 p. []
  9.        Artuso, Vincent, La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945). Accommodation, Adaptation, Assimilation, Frankfurt am Main, Peter Lang, coll. « Etudes luxembourgeoises », 394 p. []

Laisser un commentaire