L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux : expositions, dispositifs, architectures

Date :  26-27/05/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs : Andrée Bergeron, Charlotte Bigg, Jochen Hennig et Renaud Huynh

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

 

Participants :

Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré, Paris), Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, Paris), Friedrich von Bose (Humboldt Universität, Berlin), Lino Camprubi (Universidad Autónoma de Barcelona), Loic Charles (Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis), Volny Fages (ENS Cachan), Ginette Gablot (Parcours des sciences, Paris),Yann Giraud (Université de Cergy-Pontoise), Sebastian Grevsmühl (Université Pierre et Marie Curie, Paris), Jochen Hennig (Humboldt Universität, Berlin), Renaud Huynh (Musée Curie, Paris), José Lanzarote Guiral (Centre Alexandre Koyré, Paris), Catherine Radka (GHDSO, Orsay), Pedro Raposo (Universidade de Lisboa), Ronan le Roux (Printemps/Sphere, Paris), Pascale Rabault-Feuerhahn (ENS-CNRS, Paris), Felix Sattler (Humboldt Universität, Berlin), Loic Vadelorge (Université de Marne la Vallée), Christian Vogel (Humboldt Universität, Berlin), Carla Yanni (Rudgers university)

Présentation générale et objectifs :

Deuxième événement parisien du programme avec le séminaire Voir/Savoir, l’atelier partait du constat que les espaces scientifiques (universités, laboratoires, mais aussi musées et lieux temporaires de monstration des sciences), avaient beaucoup à nous apprendre. Leur architecture, leur inscription matérielle et symbolique dans le tissu urbain, leur déclinaison au cours du temps et dans des environnements géographiques et culturels variés nous renseignent sur l’évolution des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.

Partant de cette hypothèse nous avons réuni des historiens des sciences, du musée, de la ville, des conservateurs d’expositions et des historiens de l’art autour de quelques cas concrets de trois types d’espaces (l’université, l’exposition scientifique et technique, le dôme) et du contexte scientifique, social et politique de leur genèse.

L’atelier visait à contribuer aux renouvellements historiographiques récents qui ont permis de développer de nouvelles approches en histoire des sciences, de la muséographie scientifique et de la vulgarisation, notamment le corpus consacré aux cultures visuelles et matérielles qui caractérisent le travail et la communication scientifiques, ainsi que celui consacré aux lieux de science. Conformément à l’esprit général de notre programme il avait en outre l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains autour de la place des sciences dans nos sociétés actuelles.

Bilan

L’atelier s’est déroulé sur deux jours consécutifs.

La première matinée, sous forme d’une visite des infrastructures académiques construites sur la Montagne Sainte-Geneviève sous l’impulsion de hauts noms de la science Française (Jean Perrin et Marie Curie, pour ne citer que les plus connus) dans les premières décennies du 20e siècle, a offert aux participants une entrée en matière concrète sur ce que les lieux de sciences matérialisaient (réseaux de recherche, choix techniques, symbolique du savoir).

La première session était consacrée à une exploration des liens entre l’architecture des lieux académiques et représentation sociale des sciences (et des disciplines). La confrontation d’études de cas (de l’université du Michigan de la fin du 19e au projet de campus Paris-Saclay du 21e, en passant par l’exposition des collections ethnologiques dans le Humboldt Forum à l’histoire mouvementée), a permis de mettre en évidence combien, aujourd’hui comme sur une longue période, l’inscription dans l’espace urbain transcrit, manifeste et favorise des options de politique éducative et scientifique.

La seconde session abordait de front la question de la mise en scène des sciences et des techniques et l’impact des contextes nationaux. Les trois présentations avaient en commun la période de l’entre-deux-guerres mais abordaient des sujets très différents : les salons professionnels, une Exposition internationale et la mise en exposition des sciences sociales. L’attention portée dans les trois cas aux formes concrètes de la réalisation s’est avérée très précieuse, permettant de voir des évolutions riches de sens sur la période (par exemple sur la présentation des appareils radiographiques) et de mieux décrire la tension entre formes nationales et volontés internationalistes.

La dernière des trois sessions s’attachait à décrire des usages d’un dispositif particulier : le dôme. Utilisé dans des contextes variés (du planétarium aux expositions internationales) le dôme est aussi un signe : celui de la modernité, de l’utopie ou d’un régime totalitaire pour ne citer que des cas abordés au cours de l’atelier. C’est dans cette session, précisément ciblée sur un type de dispositif, qu’a été sans doute le plus sensible le bien fondé d’un intérêt porté aux formes matérielles des présentations en ce qu’elles traduisent des conceptions singulières des sciences, des techniques et de leurs rôles sociaux.

De façon générale, les participants ont souligné la grande qualité des présentations. Le pari que nous avions fait de réunir des chercheurs ancrés dans des domaines différents s’est avéré très fructueux. Pour toutes ces raisons nous souhaitons valoriser ces journées par une publication (vraisemblablement un numéro spécial d’une revue comme Science as culture)

 

Andrée Bergeron, Charlotte Bigg


Laisser un commentaire