Personnes déplacées et Guerre froide en Allemagne occupée

Date : 23-25 mai 2013

Lieu :  Paris

Organisateur :  Corine Defrance

Programme :  De la sortie de guerre à la Guerre froide : l’Allemagne au coeur des enjeux de culture et de société


La conférence internationale qui s’est tenue à l’Institut Goethe de Paris du 23 au 25 mai 2013 (partenariat entre le Goethe-Institut Paris et l’UMR 8138 IRICE, CNRS / Universités de Paris I et Paris IV) a constitué la 4e et dernière manifestation du Programme Formation Recherche (PFR) du CIERA intitulé « De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société ». Outre le soutien du CIERA, le colloque a également bénéficié du concours de l’Université franco-allemande (Sarrebruck), du bureau du DAAD à Paris, et du Centre d’Etudes des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS). La manifestation a rassemblé des doctorants et chercheurs venus de Russie, d’Ukraine, d’Estonie, du Canada, des États-Unis, d’Allemagne, de Belgique et de France, qui ont présenté des aspects originaux et novateurs de la question des « personnes déplacées » (DPs) après la guerre. De l’analyse générale à la monographie géographique ou nationale, de l’étude comparative des trajectoires à celle des conditions d’arrivée et de vie quotidienne, la conférence, par la richesse des interventions et des débats, a démontré la vitalité de ce champ de recherche. Elle a ouvert de nouvelles perspectives autant pour la compréhension de l’Europe d’après-guerre que pour l’histoire des réfugiés et des personnes déplacées depuis 1945. Les langues de travail ont été le français, l’anglais et l’allemand.

Section I : Les DPs : un enjeu dans la Guerre froide

Après avoir rappelé les synthèses pionnières et les nouvelles approches de la question des DPs et du rapatriement, Catherine Gousseff (EHESS, CERCEC) a offert dans son intervention une approche macro-européenne du sujet : « La manifestation du dissensus Est-Ouest au prisme de la question des réfugiés ». La question des DPs a été un enjeu épineux pour tous les alliés. Regroupant martyrs du nazisme, collaborateurs, criminels de guerre, population fuyant le régime stalinien…, cette population offre un profil ambigu, à la fois victime et suspecte. Catherine Gousseff a présenté aussi bien le clash – désormais bien connu – des Alliés occidentaux et de l’URSS sur le rapatriement forcé (abandonné définitivement dès 1946 par l’OIR) que les similarités, moins étudiées, entre les politiques occidentales et soviétiques envers les DPs. Le filtrage des DPs existe aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest (certes sous des modalités, et avec des conséquences différentes). Dans les deux cas, cette démarche vise à départager les « vraies » et « fausses » victimes du nazisme ; dans les deux cas les DPs sont appréhendés comme des populations suspectes. Ainsi, malgré leur dénonciation du stalinisme, les Alliés occidentaux suivront grossièrement une politique de vérification similaire à celle menée par les Soviétiques, au moins jusqu’en 1948.

Dans son intervention « les déplacés tchécoslovaques en Allemagne et en Autriche : réfugiés, expulsés et exilés dans la construction d’une frontière nationale et idéologique », Paul Lenormand (CHSP-Sciences Po Paris / CEFRES Prague) montre que, à l’échelle nationale, les  DPs sont également considérés comme des populations suspectes. Il a insisté sur la complexité des catégories de « déplacés » de Tchécoslovaquie : DPs dont certains suspectés d’être des criminels de guerre, (expulsés allemands), exilés – dont des opposants à Bénès et aux communistes, indépendantistes slovaques, Juifs ayant tout perdu… Par leur contestation politique ou leur refus de rentrer, certains déplacés constituent une menace pour la reconnaissance de la souveraineté tchécoslovaque. La question des DPs se mue également en un enjeu frontalier, comme il l’a rappelé durant les débats : le gouvernement tchécoslovaque surveille ses frontières, d’abord pour lutter contre le marché noir partiellement alimenté par les réfugiés, mais aussi par crainte obsessionnelle de la pénétration des mouvements d’opposition, une véritable espionnite alimentée par les DPs tout proches des frontières tchécoslovaques.

Roman Smolorz (Université de Regensburg) propose quant à lui une étude des mouvements politiques des DPs, ainsi que, justement, le recrutement d’espions par les services secrets américains. Il s’appuie sur une échelle locale – Regensburg, en zone d’occupation américaine (« Der Alltag der osteuropäischen Displaced Persons 1945-1949 unter dem Einfluss von ost- und westeurpaïschen Geheimdiensten (case study) »). Il suit les activités politiques au sein des DPs, par groupe nationaux, tout en montrant les formes de solidarités interethniques qui se nouent autour des revendications communes. Ces activités préoccupent avant tout les élites (tandis que la majorité des DPs se préoccupe de sa survie quotidienne). Elles n’échappent ni aux Occidentaux ni aux Soviétiques, qui y réagissent de manière variée. Quant aux alliés occidentaux, ils recrutent certains espions en fonction de leur nationalité et de la vigueur supposée de leurs sentiments anticommunistes (par exemple, les Polonais sont de meilleures recrues que les Biélorusses). Ainsi les grandes puissances n’hésitent pas à instrumentaliser certaines catégories de DPs.

De cette première partie de panel sont ressortis avec force trois enjeux soulignés par Antoine Marès (Université Paris I, IRICE) : 1. la terminologie employée : les frontières floues entre les DPs et d’autres catégories de déplacées ; 2. l’impact de l’échelle d’analyse et du matériel mobilisé pour la compréhension du sort des DPs ; 3. l’hétérogénéité d’un groupe qui, malgré les politiques similaires dont ils sont l’objet, demeure extrêmement fragmenté et éclaté.

Le panel reprend avec l’intervention de Jan Hinnerk Antons (Universität Hamburg) : “Britischer Umgang mit militanten Antikommunisten, Kollaborateuren und mutmasslichen Kriegsverbrechern”. L’auteur revient sur le cas des DPs ukrainiens en zone britannique – une intervention qui fait écho aux précédentes présentations. Au milieu des « honnêtes victimes » se cachent des criminels de guerre que les plaintes soviétiques et le screening britannique cherchent à exclure des catégories de DPs. Malgré la proclamation d’une politique stricte de filtrage, et la peur que suscitent les déclarations britanniques dans les camps de DPs ukrainiens, la politique britannique est en réalité très peu suivie sur le terrain. Si bien que la plupart des demandes soviétiques d’extradition resteront lettre morte. Les Britanniques arguent un manque de preuves et se montrent de moins en moins stricts dans leurs enquêtes au fur et à mesure que la Guerre froide s’aggrave. L’orateur conclut son intervention avec une comparaison enrichissante : finalement, le screening occidental des DPs suit un rythme et une motivation à peu près similaires à ceux de la « dénazification », dont les  résultats seront bien moins sévères que les intentions initialement proclamées.

Dans « Stalemate : OMGUS, UNRRA and Child Search – the growing conflict », Lynne Taylor (University of Waterloo) aborde la question des enfants déplacés. Rappelons qu’outre les enfants orphelins ou ayant « perdu » leurs parents lors des divers déplacements vers l’Allemagne subsistent dans les zones occupées des dizaines de milliers de jeunes Européens issus de la politique du Lebensborn : un kidnapping organisé par les nazis afin de confier les plus « aryens » des enfants des territoires conquis à des familles allemandes. Dans la zone américaine, la recherche et le rapatriement de ces enfants suscitent un conflit aigu entre les autorités militaires, les représentants de l’URSS ou des pays est-européens dont ces enfants sont originaires, et l’UNRRA. Au cœur de ces tensions, il y va du sort des enfants eux-mêmes : faut-il les rapatrier dans un pays et dans des familles qu’ils n’ont presque pas connues – et qui, de surcroît – sont en passe de devenir communistes (!) – ou les laisser dans leurs « familles d’adoption » allemandes ? Le bloc de l’Est en voie de formation et l’UNRRA appellent au rapatriement, à l’inverse des autorités américaines, qui prônent « au nom du développement serein de l’enfant », qu’on le laisse grandir là où il a été placé. Malgré les nombreuses vérifications et disputes, la résolution de ce problème demeure incertaine est, au mieux, gérée au cas par cas.

La question des DPs rejoint également celle de l’émigration. Les présentations de Julia Maspero (Université Paris I, IRICE) et de Frank Caestecker (Université de Gand) évoquent les politiques d’immigration de la France, de la Belgique et des Pays-Bas et leur intersection avec celle des personnes déplacées. Julia Maspero (« la question DP dans la politique nationale et internationale française, 1945-1949 ») étudie la manière dont la question DP interfère avec la politique française d’occupation, avec sa politique internationale et nationale. Deux axes sous-tendent son étude : la politique de sécurité (en donnant l’exemple des réfugiés juifs ou celui des Banatais) ; et surtout la politique d’immigration. Le recrutement des DPs s’insère dans une politique d’immigration plus large (qui concerne aussi les Italiens, les prisonniers de guerre, les Allemands, les Algériens…). La zone française d’occupation est perçue comme un réservoir de main d’œuvre. Frank Caestecker (« Inclusion, exclusion and autonomy of Displaced Persons in Dutch and Belgian political economy, 1944-1970 ») aborde quant à lui le cas des DPs recrutés pour les mines belges et hollandaises en 1947 et 1948, avec des contrats de deux ans proposant des conditions de travail similaires à celles des travailleurs locaux. Les deux pays sont loin d’accomplir ainsi un geste humanitaire, mais répondent à leurs besoins économiques. Les DPs rencontrent de difficiles conditions de travail et de vie quotidienne, et s’insèrent difficilement par la suite dans d’autres domaines professionnels. En 1949, plus de 1000 DPs retournent en Allemagne, souvent illégalement, et sans bénéficier de l’assistance de l’OIR. L’originalité de ces deux présentations réside donc dans la comparaison, peu développée jusqu’alors, entre destin des DPs et migrations de travail.

Anna Holian (Arizona State University), qui commente ces trois dernières interventions, met l’accent sur l’impact des DPs sur les autorités d’occupation et la création de conflits entre les organismes en charge des DPs. Ces quatre interventions mettent une fois de plus en évidence la complexité du jeu d’échelles, mais aussi des chronologies : comment la chronologie de la question DP s’imbrique-t-elle avec celle de la Guerre froide ? Des politiques nationales ? Comment l’histoire des DPs pèse-t-elle sur les tensions internationales tout en y répondant ? Les changements d’attitudes des grandes puissances s’expliquent autant par les pressions exercées par ces populations migrantes que par la modification du contexte international.

Section II : Trajectoires.

Cette session s’intéresse plus aux positions des pays d’origine des DPs qu’aux zones ou aux autorités d’accueil. Elle s’ouvre avec les particularités des DPs baltes, lettons et estoniens, à travers deux interventions : celle de Juliette Denis (Université Paris X, Collège Universitaire de Moscou) et de Kaja Kumer (Université de Tartu). Juliette Denis s’appuie sur le titre d’un film documentaire soviétique tourné en 1948 : « Ils sont rentrés dans leur patrie », afin d’évoquer « les incitations soviétiques au rapatriement et aux trajectoires de retour des DPs lettons entre 1945 et 1949 ». Bien qu’ignorés, volontairement ou non, par les DPs, les messages soviétiques incitant au retour sont au premier abord relativement modérés. Les quelques milliers de DPs lettons rentrés en Lettonie ne sont pas inquiétés, mais accueillis et réinsérés dans la société soviétique. 1949-1950 marque un tournant : aussi bien dans le discours soviétique – qui se radicalise face à l’émigration vers l’Ouest des DPs, devenue inéluctable – que dans la politique envers les rapatriés qui subissent des formes variées de discriminations, voire de répression. L’étude du rapatriement permet donc d’observer les coïncidences entre politiques intérieure et extérieure de l’URSS. Kaja Kumer s’intéresse quant à elle aux 21 000 Estoniens rentrés chez eux (« Repatriation of Estonian in 1945-1952 »). Elle analyse les conditions de l’accord de Yalta ainsi que son influence sur la définition des DPs estoniens et du rapatriement de ces derniers. Elle rappelle que les Estoniens (tout comme les Lettons ou les Lituaniens) ne sont pas considérés comme citoyens soviétiques par les grandes puissances qui n’ont pas reconnu l’annexion.  Mais comme les autres DPs baltes, les Estoniens, ont été des instruments dans la montée des tensions entre l’Ouest et l’URSS.

Dans son intervention, «Die Repatriierung polnischer Displaced Children aus der britischen Besatzungszone. Zwischen Ideologie und Praxis”, Iris Helbing (Europa Universität Viadrina) revient elle aussi sur la question des enfants déplacés, dans la zone britannique principalement. Complétant l’intervention de Lynne Taylor, elle s’intéresse surtout au parcours des jeunes déportés, des orphelins ou des enfants adoptés par des familles allemandes, en s’interrogeant sur la succession de déracinements connus par ces jeunes exilés. Quant à Atina Grossmann (The Cooper Union), son analyse porte sur un parcours très spécifique, et très original, concernant les Juifs polonais déportés en URSS, amnistiés durant la guerre et concentrés vers l’Asie centrale et l’Iran, puis, à la fin de la guerre, dirigés vers les camps de DPs :  « From Polish Refugees in the Soviet Union to Jewish DPs in Post-War Germany : A Lost Holocaust Story and a Cold War Issue ». Atina Grossmann propose deux analyses. Une première concerne l’attitude des grandes puissances : la politique de Staline à l’égard des Juifs polonais, de l’antisémitisme polonais, et, plus généralement, du sort de la Pologne, et les relations des autorités polonaises et soviétiques avec les autorités britanniques et américaines. Tous, bien évidemment se renvoient la responsabilité de l’extermination des Juifs d’Europe et du sort des survivants. La deuxième analyse aborde la question de ces DPs eux-mêmes. Les DPs juifs issus d’Asie centrale ont une place, quantitative et qualitative, spécifique dans la population des DPs juifs survivants de la Shoah. Ils ont été déportés par Staline « vers la vie », ils sont arrivés en Europe de l’Ouest par des voies asiatiques  bien particulières et jouent un rôle dans la montée des sentiments sionistes dans les camps de DPs (tout en étant potentiellement considérés comme des « espions communistes » par les autorités anglo-saxonnes). Bref, une trajectoire originale qui appelle autant à une analyse fine des parcours qu’à une revitalisation de la mémoire de ces groupes.

Pavel Polian (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) discute ces quatre papiers et insiste d’abord sur l’expérience orientale des DPs juifs polonais, qui ont survécus en URSS non occupée et présentent donc un profil original par rapport aux autres DPs. Il rappelle également les fondements de l’attitude soviétique envers les DPs : plus qu’une intention réelle de rapatrier les DPs, l’URSS cherche avant tout à maintenir sa présence dans les zones occidentales de l’Allemagne pour y mener un travail de surveillance et de propagande. Enfin, qu’il s’agisse des enfants ou des adultes, Pavel Polian insiste sur l’importance de connaître l’origine et la nature du déplacement : depuis quel territoire ? Dans quel objectif ? Avec quel statut ? Autant d’aspects – voire de stigmates – pesant autant sur les populations DPs que sur les tensions qu’elles engendrent.

 

Section III : Culture et éducation.

Comment les DPs développent-ils leur culture en exil – ou bien une culture de l’exil ? Et quels sont  leurs apports et leurs relations au sein de la culture allemande, elle-même en totale refondation ?

Le panel présente d’abord les DPs dans les Universités – ou même les « Universités DPs » créées en Allemagne. Corine Defrance (CNRS, IRICE) ouvre ce panel avec une intervention sur « Les DPs à l’Université en Allemagne occupée », dans laquelle elle rappelle que, malgré les ruines, la vie universitaire perdure ou se reconstitue rapidement. Notamment, l’idée s’impose que la reconstruction passe par la qualification professionnelle. Les DPs aussi voient leurs accès à l’Université comme un atout pouvant leur assurer un futur en Allemagne ou en émigration. Ainsi, l’accès des personnes déplacées à l’Université se pose très tôt ; les DPs pouvant s’inscrire ou bien dans les universités allemandes (avec un système de quota) ou dans des établissements créés spécifiquement pour eux. Corine Defrance analyse les positions respectives des trois Alliés occidentaux et des organisations internationales dans ce domaine (accès, sélection, hébergement, effectifs, aides aux DPs étudiants, question des catégories nationales). Aussi, l’internationalisation des universités répond au programme politique de rééducation et de dénazification de la population allemande. Les études universitaires ont par ailleurs pu renforcer le nationalisme des DPs, ou la circulation des tendances anti-communistes. L’exposé de Marcus Velke (Universität Bonn) prolonge la réflexion de Corine Defrance en proposant quant à lui une étude sur le «Baltisches Forschungsinstitut » (BFI)  à Bonn (zone britannique) et apporte ainsi de nouvelles observations sur la diaspora balte. La création en 1952 de cet institut fait suite à la fermeture de l’Institut balte à Hambourg et est une initiative d’universitaires baltes désirant  discuter des thématiques spécifiques aux pays baltes, afin de construire une élite prête à prendre les rênes en cas de recouvrement de l’indépendance. Marcus Velke retrace l’itinéraire des acteurs importants du BFI, la place de l’Institut dans les réseaux de recherches baltes et présente les thématiques abordées par l’institut. Il insiste également sur la place de ces étudiants en  Allemagne, et sur leur intégration en RFA. Il inscrit le BFI dans un contexte plus général – celui de la dénazification de l’Allemagne (contact avec les Allemands, et liens tissés avec les Allemands expulsés des pays baltes) – tout en soulignant le rôle de la culture comme fondement d’une identité communautaire en exil.

Sophie Fetthauer (Universität Hamburg) s’intéresse pour sa part au théâtre chez les DPs, en étudiant les créations musicales et théâtrales des DPs juifs à Bergen-Belsen (« Die Bedeutung des Gründers und Leiters des „Katset-Teaters“ für das jüdische Kulturleben im DP-Camp Bergen-Belsen »). Les différentes manifestations culturelles pendant et après la guerre répondent à la logique de témoignages, dont les racines sont ancrées dans la Torah et le Talmud. Selon elle, le metteur en scène et l’acteur Sami Feder s’inscrit dans cette tradition, notamment par son rôle dans le fonctionnement, entre 1945 et 1947, du « Katzet-Teaters ». Sophie Fetthauer explique que les pièces de théâtres, les chansons, les danses et récitations dans ce théâtre ont été crées suite à des travaux de documentation (par exemple pour les habits, des décors). Elle analyse le rôle de Sami Feders sur ces créations et souligne l’influence des théâtres yiddish et allemand des années 1920 et 1930 sur son travail. Les œuvres soulignent les ruptures et les continuités entre la vie d’avant-guerre et celle d’après-guerre chez les survivants juifs, ainsi que la place de la reprise des traditions dans la reconstruction dans ce groupe de population.

Dans la discussion avec Michael Werner (EHESS / CIERA) et dans les échanges avec la salle, trois questions reviennent, fondamentales pour l’approche de la vie culturelle des DPs : quelle était leur langue d’expression ? Dans la « nébuleuse  DPs », cette question est cruciale pour comprendre la profondeur et la qualité des échanges. Deuxièmement, quelle est la place des Germano-Baltes dans le développement d’une culture et d’une « science humaine » balte en Allemagne ? Et enfin, en quoi les initiatives des DPs constituent-elles des réponses à la propagande soviétique, ou bien tout simplement l’élaboration structurée d’un discours anticommuniste ?

Section IV : Sources

Étant donné la nature des sources sur les DPs – multiples, fragmentées, dispersées, nouvellement accessibles…  – une section donnant la parole aux archivistes spécialistes des données sur les DPs a semblé indispensable. Elle autorise une meilleure compréhension des conditions actuelles de recherche et des futures perspectives d’analyse des DPs.

Dans une première intervention Monique Leblois-Péchon (Archives Nationales, Paris), présente « Les recherches sur les personnes déplacées dans les archives du SIR/ITS de Bad Arolsen ». Elle retrace d’abord l’histoire de l’International Tracing Service (lTS) – dont les archives viennent d’être numérisées pour la France. Pendant plus de soixante ans, l’ITS a fonctionné comme un organisme d’aide à la recherche des personnes, et non comme un service d’archives : il n’a ouvert ses portes aux chercheurs qu’à partir de 2007. Le contenu et le fonctionnement du fonds sont extrêmement précieux (Central Name Index par exemple), plusieurs sections sont consacrées aux DPs, à l’émigration ou encore aux enfants « non accompagnés ». Le site de l’ITS est d’ailleurs fort bien élaboré et permet de se rendre compte de la richesse de cette archive.

Cyril Dayde (Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve) présente pour sa part un fonds encore mal connu des chercheurs travaillant sur les DPs : celui des archives de l’administration d’occupation française en Allemagne. Il retrace l’histoire de ce fonds, conservé à Colmar jusqu’à son déménagement en 2010 à la Courneuve, avant de présenter l’organisation du fonds « PDR », spécifique à l’administration française, qui prenait en charge les « personnes déplacées et réfugiés ». Ces archives soulèvent deux types d’enjeux, d’une part historiographiques et d’autre part, généalogiques et juridiques (enfants d’officiers français en Allemagne et de mère allemande par exemple).

Pavel Polian, dons son intervention « Archival material on DPs in the Russian Federation State Archives » regrette surtout la fermeture de fonds décisifs, conservés soit au ministère des Affaires étrangères, soit au ministère de l’Intérieur, soit par les autorités militaires russes. Avec quel matériel peut-on cependant aborder la question des DPs en Russie ? Grâce, notamment, au « fond du rapatriement » des archives d’État, qui permet de retracer les différentes étapes du rapatriement, depuis les zones d’occupation occidentales aux profondeurs de l’URSS, en passant par la zone soviétique, les camps de filtration et autres organismes de contrôle. Un autre moyen de contourner la fermeture de certains fonds est de puiser dans les fonds Staline et Molotov la correspondance et les rapports concernant aussi bien le rapatriement massif de l’année 1945 que l’enjeu géopolitique posé par les DPs à partir de 1946.

Pour clore ce panel, Catherine Gousseff souligne qu’il serait utile d’ajouter à cette liste de fonds, celui de l’OFPRA, les archives allemandes et surtout les sources orales (dont les collections du MIT, ou encore, les archives sonores de l’Europe du Goulag, dont une partie est accessible en ligne).

Section V : DPs et sociétés allemande et autrichienne

Quelle est la place des DPs en Allemagne et Autriche occupées ? Comment caractériser les relations avec les populations locales, et les perceptions engendrées par les flux de personnes déplacées ? Cette dernière section propose quelques éléments de réponse.

Pour enrichir la question de la place des DPs en Allemagne occupée, deux interventions reviennent d’abord sur le cas des DPs juifs. Anna Holian se concentre sur la zone américaine dans une intervention intitulée « Displaced Persons and the Reconstruction of German Space: The Case of Jewish DP ». Elle s’intéresse autant au point de vue des autorités qu’à celui des DPs et construit sa problématique autour de l’enjeu spatial. Concernant les autorités (américaines, agences des Nations Unies d’aide aux réfugiés, autorités allemandes), Anna Holian questionne la taille et le type d’espace, au niveau territorial, assigné aux DPs. Selon elle, les Alliés voulaient à l’origine distinguer les deux problèmes – DP et reconstruction de l’Allemagne. Quant aux DPs, ils occupaient l’espace allemand malgré la structuration en camp. L’exemple des DPs juifs montre que la question est ambiguë : si d’un côté ils désiraient rester séparés des Allemands et des DPs non juifs, de l’autre, ils participaient au monde extérieur (commerce, déplacements…). Anna Holian en conclut donc que le monde DP et celui de l’Allemagne occupée se recoupent et se complètent. La présentation de Christin Behrendt (Universität Potsdam) propose une étude des relations entre la communauté juive de Berlin et les DPs juifs polonais entre 1945 et 1948 (« Das ambivalente Verhältnis der Jüdischen Gemeinde Berlin zu den polnisch-jüdischen DPs in den Jahren 1945-1948 »). Elle observe notamment la réaction des Juifs de Berlin face au transit de ces réfugiés : s’ils leur proposaient de l’aide, ils n’étaient cependant pas très enthousiasmés par leur présence.

Melanie Dejnega (Universität Bielefeld) s’intéresse aux relations entre différents groupes de population dans l’Autriche d’après-guerre. Une des différences entre l’Allemagne et l’Autriche est la gestion des expulsés et des réfugiés allemands : en Autriche, ils restent un groupe de déplacés  « ex-ennemis ». Mélanie Dejnega relate que ces DPs spécifiques ont reçu peu d’attention de la part des organisations alliées et peu d’aide de la part de l’Autriche. Elle analyse ensuite la manière dont ils ont dû par conséquent organiser indépendamment leur vie quotidienne (ravitaillement, travail… ce qui explique le titre de son intervention : « Wie überleben im Nachkriegschaos ? Unterkunft, Versorgung und Alltag von Displaced Persons in Österreich ») : en quoi leur situation était similaire ou différente à celle des autres DPs, pris en charge par l’ONU? Cette population germanophone va dans sa majorité rester en Autriche, mais rencontrer des obstacles à son intégration dans la société autrichienne.

L’exposé d’Adam Seipp (Texas A&M University) propose de faire une synthèse sur la crise des réfugiés en Allemagne d’après-guerre, en incluant dans son étude DPs, expulsés et en prenant l’exemple des environs de la région de Wildflecken. Après avoir présenté les points essentiels liés à cette région, Adam Seipp en conclut que la gestion des DPs n’était pas distincte de celle des réfugiés et expulsés allemands. En effet, il y avait une grande concurrence dans la gestion des espaces et du ravitaillement. D’autre part, les relations entre ces deux groupes étaient fréquentes, voire quotidiennes. L’ensemble de ces problématiques participait au nouveau visage social de l’Allemagne et était un enjeu de sécurité pour les autorités d’occupation.

Enfin, afin d’aborder le regard allemand sur la question, Alina Tiews (Forschungsstelle Geschichte des Rundfunks in Norddeutschland c/o Universität Hamburg) recense les différents films allemands de l’après-guerre dans lesquels la figure du « sans logis », « sans patrie » est centrale (« Begegnungen im Niemandsland. Bilder von Heimatsuchenden nach 1945 im Film und Fernsehen von DDR und Bundesrepublik”). Une sélection de neuf films, de cinéma et de télévision, illustre cette présence à l’écran des DPs. Dans le contexte de la refondation des studios allemands, et de la partition progressive des deux Allemagnes, l’enjeu des personnes déplacées dans les films devient également une arme politique pour dénoncer aussi bien l’ancienne politique nazie que les défaillances des deux systèmes politiques en temps de Guerre froide.

Dans la discussion, Uta Gerhardt (Universität Heildeberg) rappelle donc un constat simple : la question DPs n’était pas inconnue, ni en Allemagne ni en Europe, et dans l’après-guerre demeurait extrêmement présente dans les opinions publiques européennes et dans la formation des consciences politiques.

C’est par le même constat que Daniel Cohen (Rice University) commence également ses conclusions générales. Il rappelle que l’opinion européenne, voire mondiale, était sensible à la question des DPs dans l’immédiat après-guerre. Après tout, Ingrid Bergman, l’héroïne de Stromboli (Roberto Rossellini, 1950), n’incarne-t-elle pas dans ce film une réfugiée lituanienne ? Au-delà de son caractère anecdotique, l’exemple montre bien que l’historiographie des DPs a elle-même une histoire riche et complexe qui suit les tendances politiques et géopolitiques de ces soixante dernières années. Notre conférence, d’après lui, a apporté une vision multidimensionnelle du sujet, traité au niveau local, national, international, et, plus précisément, a insisté sur les enfants, un thème récurrent des interventions – aussi parce qu’il a suscité des tensions plus fortes entre les protagonistes de la question des DPs.

Quatre éléments cardinaux ressortent de la conférence.

Premièrement, un décloisonnement des catégories habituelles. Notamment entre DPs juifs et non juifs, entre DPs et expulsés (ou autre « déplacés » de toutes sortes). Les imbrications entre les catégories de DPs sont plus fortes que les postulats antérieurs, influencés par les « post-Holocaust studies » ou l’historiographie anticommuniste, ne voulaient bien l’admettre.

Deuxièmement, la conférence a réintroduit la perspective soviétique, souvent absente des études antérieures faute de matériel ou tout simplement faute de considération. Moins radicale, et moins marginale que l’on avait pu le croire, la position soviétique sur les DPs s’avère finalement modérée. L’URSS ne se comporte pas avec ses ressortissants ayant fui le régime comme elle l’avait fait au sortir de la Guerre civile : elle ne les exclut pas, ne les bannit pas, mais les incite au retour. Certes, certains en feront les frais, parfois jusqu’à la mort, ou en subissant la répression ou la « rééducation par le travail », mais beaucoup d’autres sont réintégrés dans la société (la démographie ravagée de l’URSS après la Grande Guerre patriotique explique partiellement cette attitude : rappelons que plus de 25 millions de Soviétiques sont morts pendant le conflit…). Bref, l’attitude staliniste diffère, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, de la position léniniste après la Guerre civile. Par ailleurs, l’analyse de la position soviétique démontre que de nombreux enjeux sont partagés par l’ensemble des pays européens – et l’URSS ne déroge pas à la règle : Est et Ouest s’accordent plus que l’on ne le croit sur l’impératif de reconstruction et l’importance du retour chez soi (qui diffère des affirmations de l’ONU).

Une remarque de Daniel Cohen concerne la puissance la moins présente dans nos débats : les États-Unis. Pourtant, ce sont les États-Unis qui ont inventé le mot « DP », qui en ont le plus accueilli dans leur zone puis dans leur pays, et qui ont le plus payé  pour leur salut… Jusqu’à présent, l’histoire des DPs était une histoire très américaine. La conférence montre qu’une autre approche, continentale, européenne, est possible. Néanmoins, elle ne peut omettre l’apport américain et pour les DPs eux-mêmes, et pour leur histoire : ce sont les Américains qui ont assuré l’émergence, puis la continuation des problématiques sur la thématique.

Ces différentes approches et nuances amènent donc à la question finale, aussi bien méthodologique que théorique : une histoire des DPs, indépendante de celle des réfugiés, est-elle possible ? Peut-on solidifier une histoire de flux, de mouvements ? Comment intégrer la mobilité et la fluidité dans la construction d’un « ordre » européen ? Et intégrer la mobilité des DPs, par essence supranationale, dans les constructions nationales, l’histoire de l’humanitaire, le sionisme ? Bref, autant de questions qu’une future publication cherchera à élucider.


Laisser un commentaire