Les enjeux religieux du discours historique à l’époque moderne

Date : 22 – 24 mars 2012

Lieu : Erfurt (Allemagne)

Organisateurs : Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne)

Programme : Histoire – Pouvoir – Religion

 

Ce colloque qui s’est tenu à Erfurt était organisé avec le soutien financier de :

Université d’Erfurt, Université Paris-IV La Sorbonne, groupe de recherche international « Histoire et pouvoir » du Centre de Recherche du Château de Versailles (CRCV), Centre interdisciplinaire d’études et de recherche sur l’Allemagne (CIERA) et Bureau de coopération universitaire Potsdam, Institut français d’Allemagne.

Colloque placé sous la direction de Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et de Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne).

L’ouverture de ce colloque international a été assurée par Madame Susanne Rau et Monsieur Gérard Laudin qui rappellent que ces travaux s’inscrivent dans le prolongement de deux colloques sur l’idée d’Empire qui se sont tenus à Versailles en 2008 (actes publiés) et à Madrid en 2009 (actes en cours de publication). Ils s’inscrivent aussi dans la suite des « ateliers » plus spécialement destinés aux doctorants qui se sont tenus les 3 et 4 décembre 2010 au Forschungszentrum Gotha de l’Université d’Erfurt et les 18 et 19 mars 2011 au Centre Malesherbes et à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne. Les travaux de ces trois jours de colloque constituent ainsi la conclusion de cette phase et sont destinés à dresser le bilan de l’ensemble de ces recherches.

Les multiples aspects de la problématique ont conduit les organisateurs à proposer une articulation des travaux autour de sept thèmes différents suivis d’une table ronde :

  1. La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

  2. Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

  3. L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

  4. Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

  5. Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

  6. Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

  7. L’historiographie des minorités religieuses et des dissidents / hétérodoxes, essais d’historisation de l’altérité religieuse

  8. Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

I – La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

Après l’accueil des participants par Madame Susanne Rau (Université d’Erfurt) et les paroles de bienvenue de Monsieur Philippe Wellnitz (Attaché de Coopération Universitaire à l’Institut de français de Berlin), Madame Chantal Grell (Versailles-St. Quentin) présente les enjeux de ces travaux sur « Histoire et Pouvoir », rappelle l’ensemble du programme de recherches à travers l’évocation des colloques de Madrid et de Versailles et en récapitule les premiers résultats. Gérard Laudin (Paris-IV La Sorbonne) ouvre alors les travaux du colloque dans une introduction centrée sur la controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne.

II – Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

La contribution de Clarisse Roche (M.A. Paris-IV La Sorbonne/Universität Wien) s’attache à la figure du prédicateur viennois Georg Scherer (1540-1605). Dans un sermon prononcé en 1585 le paysage viennois sert de coulisse à sa perception de l’Histoire Sainte : interprétant pour ses auditeurs le livre de la Nature, il décèle les traces de l’Histoire Sainte dans l’espace et dans le temps présents. Les épisodes de la création, de la résurrection et de la vie éternelle sont perceptibles hic et nunc, dans l’Autriche du XVIe siècle. La sacralisation du monde à laquelle se livre le prédicateur jésuite va alors de pair avec une sacralisation de l’Eglise, révélant ainsi, par delà le schisme religieux qui marque la ville à la fin du XVIe siècle, la continuité entre l’Eglise catholique et l’histoire viennoise.

Ulman Weiß (Université d’Erfurt) s’intéresse à l’univers des médecins paracelsiens qui étaient convaincus, à la seule condition d’une praxis pietatis personnelle, de l’effet immédiat de l’esprit de Dieu. Jakob Schalling (1587-1632), qui a étudié à Erfurt et à Jena, fait partie de ces médecins : dans son « Traité d’Ophtalmologie » (Ophthalmia) publié en 1605 en latin et en allemand, il fut le premier à décrire la cataracte comme opacité de la lentille de l’oeil. Schalling qui faisait partie de l’ordre hermétiste des Rose-Croix voulait œuvrer à la rénovation de la société dans son ensemble, certain d’y parvenir en exerçant son activité de chymicus et de medicus dont l’archidiater est le Christ seul. Dans ses ouvrages, il souligne notamment la nécessité d’une « General Reformation » qui ne réussira que si le medicus, guidé par l’esprit, montre aux hommes le chemin qui permettra de parvenir à une véritable réforme du monde.

III – L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

Le professeur Alfredo Alvar Ezquerra (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, Madrid) aborde le problème de la construction de la mémoire à travers la canonisation de saint Isidore (patron de la ville de Madrid) vers 1620. Si saint Isidore est censé avoir vécu en Espagne au XIe et au XIIe siècle, la première biographie manuscrite qui soit parvenue jusqu’à nous date en réalité du XIIIe siècle. C’est sur la base de ce texte que furent écrites les hagiographies du XVIe siècle qui sont à l’origine de la tradition actuelle. Il manquait à la ville de Madrid, siège permanent de la cour à partir de 1561, des symboles susceptibles de lui donner une identité propre. Dans ces conditions, le souhait de la population de Madrid d’avoir un saint patron protecteur trouve le soutien du magistrat de la ville, même si la canonisation se heurte à divers problèmes qui expliquent qu’elle n’eut lieu qu’en 1622. L’étude des pièces ayant servi au Saint Siège dans le cadre de cette canonisation révèle l’absence de tout document scientifique, les seuls arguments en faveur de la canonisation de saint Isidore semblant se réduire au besoin que l’on avait de créer une figure tutélaire à laquelle on pourrait s’identifier.

Pierre Lurbe (Université Paul Valéry – Montpellier 3) met en évidence les tentatives de légitimation historique de l’Eglise d’Angleterre dans une perspective anglicane, de William Laud à Edward Stillingfleet. S’appuyant sur l’affirmation de William Laud « We live in a Church Reformed, not in a Church made new », l’Eglise anglicane cherche à légitimer son existence grâce à la construction d’un fondement historique qui remonte jusqu’aux origines pauliniennes. L’ouvrage de Gilbert Burnet History of the Reformation (1679) et, quelques années plus tard, celui d’Edward Stillingfleet Origines Britannicae (1685) retracent l’histoire de l’Eglise anglicane dans cette perspective. Au début du XVIIIe siècle, John Inett complète l’histoire de Stillingfleet dans son Origines Anglicanae (1704-1710) en la poursuivant jusqu’au moyen âge. Usant des plus récentes avancées dans le domaine de l’historiographie, ces auteurs réécrivent l’histoire dans une double perspective : légitimer l’Eglise anglicane et consolider la monarchie, ces deux institutions étant, depuis l’Act of Supremacy (1534,1558) inextricablement liées.

La contribution de Jan Marco Sawilla (Université de Constance) intitulée De la religion des Native Americans dans les écrits historiques et ethnographiques du XVIIIe siècle traite, à partir des écrits consacrés à la French and Indian War, des tentatives qui cherchent à comprendre les us et coutumes des indigènes nord-américains dans une perspective ethnographique. A partir de la confrontation du contenu des mémoires et journaux de guerre avec les publications ethnographiques, on peut s’interroger sur la perception européenne de la religiosité des populations indigènes qui ne saurait se réduire à la traditionnelle dichotomie entre « barbare » et « civilisation ». Peu à peu, l’image des « indiens » s’éloigne en effet de la simple représentation de peuples exotiques et gagne des contours qui lui sont propres. En comparant les quatre volumes des Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps publiés en 1724 par le jésuite Joseph-François Lafitau, un travail réalisé dans la tradition des ethnographes antiques, et les nouvelles perspectives qui découlèrent de la confrontation directe avec les indigènes, il est possible de s’interroger sur la pertinence de positions d’observation différentes et sur leur évolution au XVIIIe siècle.

La présentation d’Eckard Leuschner (Université d’Erfurt) en collaboration avec Yahya Kouroshi (M.A. Université d’Erfurt) s’interroge sur les notions de topographie et de partialité à partir de l’ouvrage de Bernhardino Amico publié en 1609 à Rome et en 1620 à Florence : Terra Sancta. Dans ce compendium consacré aux sites sacrés de Bethlehem et de Jérusalem, l’auteur mêle les informations topographiques objectives et la dénonciation de la difficile situation des chrétiens locaux. Ce franciscain qui a longuement séjourné à Jérusalem a dédié la seconde édition de son ouvrage, richement illustré par Jacques Callot (les gravures de la première édition sont de Antonio Tempesta), au grand duc Cosme II de Médicis qui n’avait pas entièrement abandonné l’idée d’une nouvelle croisade. Dans sa description des sites, Amico oscille en permanence entre les traces de la vie du Christ et des premiers chrétiens et les réalités politiques de sa propre époque. L’analyse de ces descriptions et de leur visualisation permet de mettre en évidence le « sens chrétien » dont Amico charge la structure urbaine de la Jérusalem ottomane.

IV – Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

Caroline Callard (Université de Paris-IV La Sorbonne) interroge l’articulation historique et l’histoire civique à partir des archives sacrées de l’Italia sacra de Ferdinando Ughelli (1596-1670). Publiée entre 1644 et 1662, cette histoire des évêques de la péninsule italienne écrite par un abbé cistercien a été réalisée grâce à la mobilisation d’un vaste réseau de correspondants (483 correspondants pour 1533 courriers) qui confirment l’intensité de la coopération entre Rome et les diocèses italiens. L’articulation de l’ouvrage qui combine écriture historique et publication des sources est le fruit de cette collaboration qui témoigne d’un dialogue fécond entre Rome et ses diocèses dans l’élaboration d’une histoire de l’Eglise italienne : elle constitue une parfaite illustration du gouvernement de l’Eglise qui est loin de se réduire au simple constat de la prééminence centralisatrice du Vatican.

V – Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

Dans cette cinquième partie du colloque, David García Hernán (Université Carlos III de Madrid) analyse la littérature du Siècle d’Or dans une contribution intitulée : Los contenidos historiográficos politico-religiosos subyacentes en la literatura del Siglo de Oro español. Centré sur l’analyse des messages de nature politique et religieuse contenus dans l’excellente littérature de cette période, son étude prend non seulement en compte les traités, essais et travaux d’historiographie mais aussi des genres tels que le théâtre, les récits ou la poésie qui véhiculent souvent un important substrat idéologique dont l’efficacité est souvent plus grande encore en raison de la nature indirecte de sa transmission. Ces messages, à travers leur répétition, contribuaient sans aucun doute à la création d’une conscience historique dans l’esprit du public. Certes, cette conscience n’était pas toujours en rapport avec la réalité des faits, mais pour une nation « convaincue de sa mission » cette conscience historique avait des conséquences non négligeables sur ses relations avec les autres pays.

Dominik Fugger (Université d’Erfurt) s’intéresse dans son article à Nicolas Lenglet du Fresnoys (1674-1755). Dans sa contribution intitulée Subversion avec méthode. Nicolas Lenglet du Fresnoy et la fable de la papesse Jeanne, il analyse un ouvrage publié en 1713 et souvent réédité : Méthode pour étudier l’Histoire. Cet ouvrage prévu à l’origine en deux volumes atteindra finalement pas moins de quinze volumes dans l’édition posthume de 1772. L’importance de cette « méthode » explique qu’il en existe deux traductions en allemand : l’une parue à Leipzig en 1718, l’autre à Gotha en 1752-1754. La fable de la papesse Jeanne fait partie de ces « événements » qui trahissent l’appartenance confessionnelle des historiens de la première modernité. Avec les Lumières, les stéréotypes commencent à s’effacer peu à peu : sur ce chemin, David Blondel et Leibniz constituent des étapes particulièrement significatives. Avec l’acceptation progressive du caractère fictionnel de ce personnage s’ouvre chez Lenglet du Fresnoys la possibilité d’une réflexion sur la fonction des éléments non-historiques dans l’histoire. Mais les limites de ce discours qui touche à l’exigence contemporaine de la vérité historique dans l’historiographie sont fixées par la censure qui détermine le cadre du dicible.

Stefan Bauer (Italienisch-Deutsches Historisches Institut Trient) présente un travail sur L’opposition entre compilation et analyse comme point d’entrée dans l’histoire de l’Eglise au XVIe siècle : le cas Onofrio Panvinio. Dans sa contribution, il s’intéresse à deux textes, ou groupes de textes : les histoires des familles romaines, et l’histoire des élections pontificales de l’ermite augustinien Onofrio Panvinio (1530-1568). L’histoire des élections pontificales, De varia creatione Romani pontificis, est la première étude exhaustive de ce genre. Onofrio Panvinio a-t-il fait simplement œuvre de compilateur, se contentant de collecter et de sélectionner ses textes de référence, ou bien a-t-il procédé à une analyse de ce matériel pour en tirer un sens historique ? En réalité, la sélection des sources, les textes retenus et les « délaissés » constituent déjà une première analyse interprétatrice, mais ces textes permettent aussi plus largement de mettre en évidence la nature du travail historiographique au XVIe siècle. La tension entre compilation et analyse apparaît ainsi comme une donnée intrinsèque des travaux historiques de cette période.

VI – Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

Thomas Wallnig (Université de Vienne) et Joëlle Weis (M.A. Université de Vienne) s’interrogent sur les pratiques érudites à partir de la correspondance de Jean Frédéric Schannat. Chaque pratique érudite contient des « vertus épistémiques », c’est-à-dire un cadre de valeurs à respecter par les savants. Cette vérité générale l’est davantage encore pour les membres de l’Eglise qui voient ces valeurs fixées par le cadre institutionnel dans lequel ils évoluent. Mais les correspondances érudites qui témoignent de l’apprentissage et de la mise en pratique de ces vertus permettent aussi de déceler leur remise en question par les gens de lettres. A partir d’une analyse sélective de la correspondance de Jean Frédéric Schannat (1683-1739), érudit luxembourgeois au service de plusieurs dignitaires ecclésiastiques, cette contribution analyse l’adaptation permanente de ces pratiques érudites chez un érudit dont la flexibilité constitue la garantie d’emploi auprès des maîtres successifs qu’il est amené à servir.

Mona Garloff (M.A. Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) propose une analyse de la légitimation de la pensée irénique vers 1600 à travers les éditions et bibliographies de Jean Hotman. La contribution de ces écrits au débat de l’humanisme tardif s’appuie sur l’idée de paix dans l’Eglise, un des topoï les plus importants de cette période. L’argumentation des textes iréniques sera actualisée pendant des siècles afin notamment de légitimer les projets de conciliation entre les Eglises à des moments où les affrontements religieux étaient les plus intenses. Pères de l’Eglise et théologiens humanistes constituent des textes de référence pour les auteurs iréniques qui rejettent la logique confessionnelle qui s’est mise en place. Dans la pensée irénique, l’état idéal de l’Eglise du futur se présentait comme un reflet d’une Eglise antique idéalisée pour son caractère consensuel. L’œuvre de Jean Hotman (1552-1636) est exemplaire de ce discours irénique : deux éditions de théologiens de la première moitié du XVIe siècle et une bibliographie des œuvres iréniques permettent à l’auteur de pointer les lignes imaginaires qui reliaient les projets œcuméniques de la première moitié du XVIe siècle aux efforts de son époque. Une analyse des méthodes de sélection, de compilation et de corrections permet de comprendre le travail réalisé par Hotman pour adapter ces textes aux contextes politiques et ecclésiastiques contemporains.

Jean-Claude Colbus (Université Paris-IV La Sorbonne) présente une contribution consacrée au problème de l’historiographie au début du XVIe siècle à travers la Chronique de Sebastian Franck. Si Sebastian Franck est sans conteste un des plus éminents historiens allemands du début du XVIe siècle, c’est avant tout un écrivain qui sait manier la langue allemande avec une rare précision, soutenu en cela par une conscience aiguë de l’importance d’un outil qu’il ne cesse de perfectionner. Dans sa Chronique, un ouvrage au ton particulièrement subversif publié en 1531 à Strasbourg et réédité en 1536 à Ulm, il dénonce avec une vigueur sans précédent les dérives des autorités tant ecclésiastiques que civiles. Constatant l’échec de la réforme luthérienne, dû selon lui à la polysémie d’une parole inadaptée à l’édification d’une Eglise nouvelle, Sebastian Franck trouve dans l’histoire une autre voie d’accès à la Révélation. Opposant à la polysémie du Verbe, la monosémie de l’expérience, de l’image visualisatrice, l’historien invite son lecteur à le suivre sur le chemin d’un doute novateur. Cette communication analyse certains procédés de l’écriture historienne afin de mettre en évidence l’importance du travail de ré-écriture. Au bout de cet « iconoclasme spirituel » se profile alors la nouvelle vision d’une communauté spirituelle de tolérance, diaspora universelle des hommes en quête de Dieu.

Anne Lagny (Ecole Normale Supérieure de Lyon) analyse l’image de l’Eglise à travers l’historiographie piétiste. Publiés en 1675, les Pia Desideria du pasteur Philipp Jacob Spener sont le manifeste du piétisme luthérien. Partant du constat de la corruption de l’Eglise actuelle, il propose une réforme de cette institution : les fidèles doivent se concentrer sur la pratique de la foi, à l’image des chrétiens de l’Eglise primitive ; quant à l’Eglise, en bannissant l’esprit stérile de la controverse et de la querelle religieuse, elle pourra restaurer l’idéal de la piété évangélique. L’histoire de l’Eglise et des hérésies de Gottfried Arnold (Unpartheyische Kirchen- und Ketzerhistorie) parue à Quedlinburg en 1699 est la transposition de ce programme religieux dans l’écriture de l’histoire. En se recentrant sur la présence de l’Eglise invisible dispersée parmi les peuples, l’Eglise retrouvera la pureté de l’Eglise primitive : la réception contrastée de cet ouvrage qui prétend réserver un traitement équitable aux hérésies et aux hérétiques – des éloges de Thomasius aux injures des théologiens orthodoxes – témoigne de son inscription dans le champ de la controverse. Comme on peut le constater, cette histoire prétendument « impartiale » de l’Eglise est, elle aussi, une histoire engagée…

Frédéric Hartweg (Strasbourg/Oberhausbergen) présente une contribution intitulée : Identité et appartenance nationale, ecclésiale et linguistique aux XVIIIe et XIXe siècles au miroir de témoignages et de l’historiographie contemporaine dans le Refuge huguenot en Prusse-Brandebourg. La question de l’identité occupe une place centrale dans l’abondante production historiographique publiée à l’occasion du jubilé du Refuge huguenot. Dans le creuset que fut Berlin, les classes dirigeantes intellectuelles, administratives et ecclésiastiques se rapprochèrent rapidement des milieux politiques locaux. Si la question de l’identité se pose d’emblée, elle prend des proportions nouvelles dans la deuxième moitié du XVIIIe et au début du XIXe siècle. La deuxième, mais plus encore la troisième génération sera confrontée à la question de la pérennité de la colonie et de ses institutions. Que ce soit le maintien d’associations caritatives internes à la colonie ou la défense de la langue française dans le cadre des offices religieux, les exemples sont nombreux qui témoignent de ces difficultés grandissantes. Les guerres napoléoniennes donneront finalement à la colonie l’occasion d’exprimer sa loyauté envers la dynastie prussienne et favoriseront aussi l’émergence d’un sentiment national allemand.

VIII – Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

La contribution de Jörg Rüpke (Université d’Erfurt) dans le cadre de la table ronde finale est dédiée aux origines de l’historiographie religieuse à Rome. L’analyse de l’historicisation du phénomène religieux dans la République romaine tardive se fait en deux temps. D’une part, un commentaire sur le calendrier romain dans le temple d’Hercules Musarum, tel qu’il est analysé dans le cadre des Annales d’Ennius et de son Euhemerus (première moitié du IIe siècle av. J.-C.). Le supplément aux listes des dates et des consuls prend la forme d’une interprétation historique de l’institution du calendrier. Dans un deuxième temps, l’analyse se concentre sur l’œuvre fragmentaire de Varron (50 av. J.-C. environ), en particulier les Antiquitates rerum divinarum. Contrairement à ses prédécesseurs, Varron présente l’histoire d’un empire en train de s’établir : l’histoire est ici utilisée pour créer de nouveaux liens entre les futurs citoyens de l’Imperium Romanum. Dans cette même période, on trouve, quelques décennies plus tard, les origines de l’historiographie universelle.

Conclusion et discussion finale

C’est Markus Völkel (Université de Rostock) qui tire un premier bilan de ces trois jours de travaux. Soulignant la grande variété des thèmes et des époques abordées, il insiste sur la nécessité de dégager des outils méthodologiques communs susceptibles de mieux cerner la réalité historiographique du discours historique sur la religion. Poursuivant dans cette voie, plusieurs intervenants mettent également l’accent sur la nécessité de prendre en compte la position sociale, politique, institutionnelle de l’historien qui exerce une influence déterminante sur ses travaux historiques. En matière religieuse, comme en bien d’autres domaines, l’historiographie apparaît bien souvent comme la traduction de l’instrumentalisation plus ou moins consciente du matériau historique à des fins qui lui sont étrangères.

Une présentation par affiche pour jeunes chercheurs vient compléter ces travaux :

Sever-Cristian Oancea (Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) présente l’image du règne catholique dans l’historiographie saxonne transylvaine (1690-1750) : les ouvrages de Martin Schmeizel notamment contribuent à l’éloignement de la « culture officielle » de Vienne et à la formation d’une identité saxonne qui perdurera jusqu’à l’arrivée du communisme en Roumanie.

Damien Séveno (Erfurt/Lyon) dévoile une affiche visualisant les représentations de la Guerre des Paysans dans les territoires allemands du XVIe siècle jusqu’à nos jours. Tour à tour présentés comme des révoltés sanguinaires ou chantés comme les premiers révolutionnaires d’une ère nouvelle, cette page de l’histoire subit des mutations dans la représentation historique qui traduisent bien l’instrumentalisation de l’histoire à des fins de propagande.

Compte rendu rédigé par Jean-Claude Colbus (Paris-IV La Sorbonne)

Les usages de la photographie dans la recherche urbaine

Date : 8 et 9 décembre 2011

Lieu : Agora de Nanterre

Organisateurs : Cécile Cuny (IFU-UPEMLV / CRESPPA-CSU) ; Alexa Färber (HafenCity Universität Hamburg / Kultur der Metropole) ; Héloïse Nez (Université Paris 13 / LAVUE-CRH)

Programme : Photographier la ville contemporaine : une nouvelle dimension de l’enquête

L’appel à communication a suscité 75 propositions, dont seulement une vingtaine ont été présentées lors des deux journées de colloque. Ce succès révèle le développement du recours aux images, en particulier photographiques, dans la pratique des (jeunes) chercheurs en sciences sociales. Nous assistons de fait à l’essor d’une culture visuelle dans ces disciplines.

Je vais commencer par récapituler les différents usages de la photographie dans les recherches qui nous ont été présentées.

Production de photos sur le terrain d’enquête :

  • Entrée et acceptation sur le terrain (Conord).

  • Technique d’observation : gentrification (Launay, Nez) ; propreté des rues (Guinchard) ; usages de la rue (Nitescu) ; traces des clandestins (Thomas) ; anonymat dans la rue (Jarrigeon) ; frontières à Belfast (Ballif) ; usage d’une place publique à Barcelone (Monnet) ; projet urbain participatif (Mamou) ; atlas de Venise (Andrieux).

  • Représentations des acteurs concernés, à travers la réalisation de leurs propres photos : propreté des rues (Guinchard) ; image de leur quartier (Schoepfer).

  • Interview à partir de photos (photo-élicitation) : image de leur quartier, à Genève (Schoepfer) et Berlin (Cuny) ; propreté des rues (Guinchard).

Analyse d’un corpus de photographies existantes :

  • Traces du passé urbain, à Paris (Backouche ; Bonzon, Chirio, Lemire) ou sollicitant la mémoire des habitants actuels : Crète (Ballesta).

  • Atlas photographique de Venise (Andrieux).

  • Missions photographiques : ex-Allemagne de l’Est (Bertho) ; Beyrouth (Brones).

  • Fonds d’un même photographe : Johannesburg (Feyder).

  • Photos de presse (Marino, Poirier).

Au total, on retrouve sensiblement les mêmes usages que dans les autres domaines de recherche des sciences sociales lorsque celles-ci sollicitent la photographie.

Je voudrais à présent soulever quelques questions sur la pratique de la photographie par les chercheurs, à partir des cas concrets présentés durant ces deux jours :

La photographie contribue au travail d’observation, mais qu’apporte-t-elle de plus qu’une bonne description écrite ? Souvent, le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée. Mais ses photos le donnent-elles à voir ?

Dessiner, photographier et/ou filmer ? Comment choisir et pour faire quoi (Mamou) ?

On ne photographie que du visible. Est-ce adapté pour ce qui ne l’est pas ou se dérobe à la vue du chercheur (Thomas) ? Ne pas négliger l’intérêt d’autres formes de traces, comme par exemple les sons.

La posture de photographe est-elle toujours clairement assumée par les chercheurs (qui souvent sont de simples amateurs) ? 1. On a vu que le fait de prendre des photos dévoilait la posture d’observateur et devenait du même coup source de difficultés là où cette posture n’avait pas été explicitée ou assumée comme telle. 2. Assumer sa position d’observateur ne signifie pas nécessairement qu’on assume celle de photographe, laquelle n’engage pas la même forme d’implication, qui ne suscite pas les mêmes réactions, qui ne provoque pas le même registre de perturbations.

Les photos des chercheurs sont-elles suffisamment élaborées, maîtrisées techniquement, pour constituer de bons documents ? Un protocole photographique a-t-il été pensé et mis en œuvre en vue d’obtenir les résultats visuels souhaités ?

Il peut se révéler intéressant de collaborer avec un photographe professionnel, non pas seulement pour assurer la réussite formelle des images, mais surtout parce qu’un photographe professionnel prévoit l’utilisation de ses images et les compose en fonction (Halliday, Kohler).

Une des grandes richesses de ce colloque provient, à mes yeux, de la confrontation entre les chercheurs en sciences sociales et les architectes-urbanistes-géographes, qui eux aussi photographient la ville. Or, ces derniers ont une culture professionnelle de l’image : « La photographie est un outil de travail indispensable à l’architecte depuis le début de ses études et ses premiers projets. L’architecte est un être essentiellement visuel. » (Nitescu). De même, les géographes travaillent sur des cartes, des graphiques, etc. Ces différents spécialistes produisent des images conçues explicitement pour la publication, qui elle-même ne se conçoit pas sans images de toute sorte. Alors que la sociologie ou l’ethnologie demeurent avant tout textuelles.

Il y aurait beaucoup à apprendre des premiers pour savoir comment outiller la photographie en vue d’en faire un véritable instrument producteur de connaissances et pas seulement d’illustrations. Exemples de l’architecte Jérôme Chenal dans sa thèse sur les métropoles africaines (protocole de prise de vue très élaboré et traitement sophistiqué des images) ; ou encore de l’atlas Migropolis sur Venise (conçu depuis le reportage jusqu’à la mise en page finale ; Andrieux).

Ce qui suppose d’y travailler non seulement dès le stade de la prise de vue, mais encore au stade de la publication des images. Souvent, un simple cliché ne suffit pas ; il est nécessaire de le détailler, de le compléter par l’ajout d’éléments graphiques explicitant ce qu’il faut y voir, ce qui se révèle pertinent pour l’observateur averti (et que le lecteur ne perçoit pas directement). Un véritable travail de mise en forme et de mise en page s’impose.

Peut-être aussi ne faut-il pas se contenter des photos prises lors du travail de terrain (qui s’apparentent à de simples prises de notes visuelles), mais retourner faire des photos au terme du travail de traitement et d’analyse des données, sur la base de la construction que le chercheur s’est faite de ce qu’il y avait à comprendre dans les situations étudiées. Il composerait alors des images par lesquelles il ne chercherait plus à restituer la réalité, mais à donner à voir ce qu’il en a compris.

Intérêt dans cette perspective des moyens multimédias actuels :

  • pour publier les images produites, au delà du peu que permettent les publications papier ;

  • pour les assortir de compléments descriptifs et analytiques susceptibles d’en faire des documents accessibles et réutilisables par d’autres (Monnet) ;

  • pour constituer de la sorte des fonds d’images, des archives cumulatives. En particulier sur les quartiers déjà beaucoup photographiés par des chercheurs comme La Goutte d’Or ou Belleville à Paris.

Pour parvenir à ce résultat, il faut d’une part avoir prévu la production de photos en fonction de ces utilisations ultérieures et d’autre part les « éditer », donc se livrer à un travail complémentaire qui déborde de la simple mise en forme des résultats de la recherche et en assure la mise en commun. On commence à voir ce type de mise en valeur à l’œuvre sur certaines plateformes collaboratives comme crevilles.org (“Centre de ressources électroniques sur les villes”) ou encore hypotheses.org (qui regroupe de nombreux carnets de recherche). Sans oublier la réflexion sur les images développée par Culture visuelle, dont les apports seraient profitables à la production de photographies de recherche.

par Sylvain Maresca