The Use of Photographic Comparison in Urban Research: Topics, Dimensions, Potentials

Date :  11/07/2011

Lieu :  Hambourg, HafenCity Universität

Organisateurs :  Prof. Dr. Alexa Färber

Programme : Photographier la ville : une nouvelle dimension de l’enquête

Le 3ème atelier du séminaire « Photographier la ville », qui s’est déroulé à la HafenCity Universität d’Hambourg le 11 juillet 2011, se proposait d’aborder la question de la comparaison photographique dans la recherche urbaine : Quel est l’apport de l’outil photographique dans un travail comparatif ? Pour quels types de comparaisons et quels sujets la photographie se prête-elle à l’analyse urbaine ? Comment les différentes disciplines qui s’intéressent à la ville mobilisent-elles la photographie comme outil de comparaison ?

La matinée « 6 photographes, 17.000 photos et un projet de développement de ville : les dimensions comparative d’un livre » a été consacrée à la présentation, par Martin Kohler (City development, HafenCity Universität Hamburg), d’un travail collectif sur le quartier de HafenCity à Hambourg1. Cette ancienne partie du port de Hambourg, située à proximité du centre-ville, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement depuis 2007. L’espace public, au cœur de la conception de la HafenCity et présenté comme une condition préalable au développement d’une vie urbaine publique, attire l’attention de ces six chercheurs et photographes, qui ont alors examiné la vie quotidienne prenant forme dans la partie déjà livrée de ce nouveau quartier. Les questions ayant guidé cette recherche sont les suivantes : Quels sont les pratiques et les représentations des usagers dans les différents lieux qui composent l’espace public du quartier ? Quel effet la qualité esthétique de l’espace a-t-elle sur la présence et le comportement des usagers ? Quelles sont les formes de conflit ou d’interactions s’établissant entre les usagers ? Quels usages, imaginés par les concepteurs du quartier, ne sont finalement pas observés dans ces espaces publics ?
La communication de Martin Kohler, « A pile of pictures and an ethnographic toolbox – how to visualize social processes in the public space of the HafenCity Hamburg as photographic representations? », visait à démontrer l’intérêt de la méthode ethnographique et photographique pour répondre à ces questions. Pendant deux mois, l’équipe a ainsi photographié la vie quotidienne dans le quartier, cherché à analyser les usages de ces lieux et relevé les marques d’appropriation de l’espace par les usagers, plusieurs fois par jour, dans des conditions météorologiques différentes et pendant des jours différents de la semaine. Si la photographie comme méthode d’enquête est apparue la plus appropriée à ces chercheurs, c’est parce qu’elle permet d’observer les actions et les acteurs, d’enregistrer le contexte pour une analyse ultérieure mais aussi de produire du savoir en permettant de visualiser des pratiques que ni les concepteurs, ni les chercheurs n’avaient préalablement envisagées. La photographie dans la recherche urbaine a ainsi l’intérêt de simultanément documenter et explorer, de plus elle offre la possibilité d’analyser les lieux sans pour autant être sur place.
Etant donné le nombre très importants de documents ainsi accumulés, les chercheurs ont du opérer un tri. Les 17 000 photographies ont ainsi été regroupées en un millier de sous-ensembles thématiques. Les critères de tri prenaient en compte la « profondeur typique, spéciale, mentale » des photographies, c’est à dire l’importance et la complexité de l’information résumée dans l’image, le reflet de la réalité qu’elles offrent du point de vue des photographes et donc leur significativité. Ces regroupements thématiques d’images ont donc nécessité l’inventaire des personnes, activités, objets et espaces photographiés. Il s’agissait ainsi non seulement de définir des groupes d’acteurs et de les localiser dans l’espace du quartier, mais aussi de faire l’inventaire des lieux selon les différents usages qui y sont observés.
A partir de cartes et de photographies extraites du corpus de cette recherche, Martin Kohler clôt sa communication en en présentant quelques résultats. Plusieurs types d’espaces et d’usages ont ainsi été mis au jour : des espaces de promenade pédestre, des espaces de détente tels que les marches, les bancs ou encore les bords des trottoirs, des espace de travail, des espaces pratiqués pour la vue qu’ils offrent, etc. Les photographies donnent aussi à voir des détournements d’usage : des personnes assises au milieu d’espaces conçus pour la circulation ou encore des murs sur lesquels les jeunes grimpent en s’appuyant sur des briques qui n’avaient initialement qu’une vocation esthétique.

Hortense Soichet (photographe, Paris) ouvre la discussion en soulignant la richesse de ce travail qui offre une cartographie fine du territoire étudié et renseigne sur la façon dont cet espace est approprié par les usagers. L’intérêt de cet essai photographique vient de la quantité des images collectées et de la diversité des points de vue adoptés qui permettent de produire un imaginaire des lieux cohérent dans son ensemble. Elle soulève alors un certain nombre de questions à propos de la réappropriation d’un tel corpus par la recherche urbaine, du lien entre ambition artistique et démarche scientifique d’un tel travail photographique, des critères de classements des photographies et des textes qui les accompagnent.
Héloïse Nez (sociologue, LAVUE-CRH) revient quant à elle sur l’intérêt de la photographie dans la comparaison en sciences sociales. Elle distingue trois niveaux de comparaisons : celui des points de vue des différents photographes, celui de l’espace tel qu’il est conçu et tel qu’il est approprié, celui des différents usages d’un même espace. Elle s’interroge sur l’intérêt de la réalisation d’entretiens, en complément des observations photographiques, qui permettraient de recueillir le point de vue des usagers et de dépasser ainsi le seul point de vue des photographes. Plusieurs éléments attirent ensuite son attention : la dimension politique et l’utilisation de ces espaces publics pour des revendications politiques ; la question des conflits, évoquée mais peu visible dans les photographies ; la question de l’influence du commanditaire sur l’orientation du travail de recherche.
La discussion engagée avec la salle revient enfin sur la question de la classification des photographies et sur celle du contrôle et de l’exclusion (à qui est destiné ce nouveau quartier ? quelles en sont les personnes exclues ? comment est contrôlé l’espace public ?)

L’après-midi « La photographie urbaine comme pratique comparative dans la recherche et dans la vie quotidienne » s’est ouverte sur la présentation de Juliette Aubrun (historienne, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) intitulée « From document to research tools : Photography as comparative mean in diachronic historical research ». Cette historienne propose une réflexion sur les usages possibles de la photographie selon deux perspectives : d’une part, la question du statut de document historique que les chercheurs en histoire ont progressivement reconnu à la photographie ; d’autre part, la question de l’utilisation de l’outil photographique par les historiens dans leur démarche d’enquête.
Elle revient ainsi dans un premier temps sur le lent processus de légitimation de l’image, en général, et de la photographie, en particulier, comme document historique. Après avoir introduit son propos en soulignant l’importance de l’iconographie en histoire médiévale, elle en arrive aux premiers usages de la photographie comme document et témoignage de la réalité fixée sur une plaque dès la seconde moitié du XIXe siècle, tel les nombreuses missions de collecte de photographie de monuments et de quartiers (la mission héliographique française de 1851 par exemple). Ce n’est qu’après le renouvellement de l’histoire culturelle et de l’histoire des médias au 20ème siècle qu’émergent en France des recherches utilisant les images photographiques non dans un simple but d’illustration, mais avec la volonté de proposer une démarche d’enquête spécifique.
La photographie, ancienne mais aussi actuelle, a ainsi pu être utilisée comme un moyen d’approcher la mémoire de l’espace urbain en y relevant les traces du passé. La photographie sert aussi à l’histoire orale : comme support en entretien, les photographies anciennes peuvent être montrées aux habitants afin de faire émerger les souvenirs sur leur vécu de l’époque. La photographie contemporaine, par la comparaison avec un matériau iconographique plus ancien, peut aussi être utilisée pour mettre en évidence l’évolution de la forme de la ville et des usages. Dans cette perspective, la comparaison de cartes postales anciennes permet de saisir les éléments du paysage que les acteurs du début du siècle considéraient comme remarquables et de s’interroger sur la nature de ces éléments remarquables.

Madlen Pilz et Melanie Krebs (anthropologues, Humboldt Universität Berlin) ont ensuite fait une présentation à deux voix, intitulée « Photographic urban transects. A methodology in progress ». Elles proposent une lecture de leurs recherches à partir de la notion de « transect » (coupe transversale) qu’elles présentent comme un instrument de recherche permettant de saisir la quantité et la distribution d’une population ou d’un matériau dans un secteur déterminé. Les occurrences territoriales ainsi relevées par ces deux chercheuses visent à analyser les transformations post-socialistes du paysage et de la structure des villes de Bakou (Azerbaïdjan) et Tbilissi (Géorgie).
Le transect, tel qu’il est appliqué au cas de Tbilissi, se concentre plus particulièrement sur les changements de la structure de la ville et l’évolution de la fonction de certaines zones urbaines mais aussi sur les modes de perception et d’appropriation de l’espace de la ville. La série de photographies extraites de cette coupe transversale donne ainsi à voir l’évolution des symboles du pouvoir dans la ville-centre, la juxtaposition des architectures anciennes et modernes dans les zones résidentielles mais aussi les stratégies mises en œuvre par les habitants, qui s’approprient, par l’occupation ou la construction, certains espaces de banlieue délaissés par les pouvoirs publics.
Le transect, tel qu’il est appliqué au cas de Bakou, se penche sur les plaques de rue, les numéros de maisons et les plaques commémoratives qui sont analysés en lien avec les façades sur lesquelles ils se trouvent. Les plaques commémoratives contemporaines, qui montrent le remplacement des héros soviétiques par ceux du nouvel état indépendant, s’observent surtout dans le centre ville, alors que des plaques datant de l’époque soviétique, en diminution, se trouvent dans toutes les zones urbaines. Les plaques de rue et les numéros de maisons permettent ensuite de suivre les changements qu’ont connus l’alphabet et la langue. Tandis que les panneaux bilingues de l’époque soviétique ont été remplacés par des panneaux en azéris en banlieue, des panneaux en grès typique du 19ème siècle ont été crées pour le centre ville afin de souligner l’historicité de la ville. Les panneaux et numéros de rue montrent globalement les changements dans la matérialité même de la ville selon leur aire d’implantation : du grès traditionnel, utilisé dans le centre ville, des plaques en céramique sur les façades des immeubles modernes en verre et des panneaux métalliques bon marché accolés aux maisons en ciment de banlieue.

La dernière communication de la journée, « Looking, Seeing, Taking Pictures: A comparative study of observational practices in urban space », est enfin présentée par Melanie Keding (anthropologue, Universität Tübingen). Elle propose une approche micro-analytique des « pratiques visuelles » des usagers quotidiens de l’espace urbain et cherche à comparer et à discuter l’utilisation croisée des méthodes d’entretien et photographique. Les pratiques visuelles définissent en effet les relations possibles entre l’objet observé et l’observateur et sont aussi bien présentes dans les expressions verbales que photographiques. Ces prises de vue et ces discours ne sont pas tant analysés comme le produit d’une connaissance cognitive des enquêtés mais comme la conséquence de l’« atmosphère », qui fait sentir aux usagers l’importance d’un objet plutôt qu’un autre. Il s’agit alors de s’interroger sur les « atmosphères » reflétées par les pratiques visuelles et sur le rôle de la photographie dans la figuration de ces pratiques visuelles.
L’enquête de terrain, menée sur la Münsterplatz de Ulm, repose donc sur des entretiens réalisés auprès des usagers et sur les photographies que Melanie Keding leur a demandé de réaliser. Si les pratiques visuelles « Looking up to something » qui illustrent la hauteur et « taking pictures » qui reflètent des atmosphères significatives (telles qu’elles sont par exemple représentées dans les médias), les pratiques « Looking at something while walking » et « Practice of Watching People » ne sont pas exprimées via l’outil photographique. Ces deux pratiques sont caractérisées par le mouvement, de l’observateur dans le premier cas et des personnes observées dans le second cas. Il apparaît donc que le mouvement et la dynamique sont difficilement représentables visuellement. A l’inverse, la pratique photographique permet de rendre compte des dimensions sémiotiques des atmosphères.

La journée se termine sur une discussion avec la salle introduite par Janina Kriszio (anthropologue, HafenCity Universität Hamburg) et Lydie Launay (sociologue, LAVUE-CRH). Cette discussion revient sur les enjeux méthodologiques de l’usage de la photographie dans la recherche urbaine (choix des terrains et des modalités des prises de vue, choix des photographies utilisées, étendue et limites des contextes d’application de la méthode etc.) mais aussi sur les enjeux épistémologiques d’une telle posture méthodologique (dimension réflexive du travail d’analyse, réflexion sur le statut de la photographie comme moyen de représentation de la réalité).

Ce 3ème atelier du séminaire « Photographier la ville » a finalement donné lieu à de riches échanges, à partir de recherches empiriques diverses, sur le rôle de la photographie comme moyen d’analyse et de comparaison des modes d’appropriation de l’espace urbain. Il a ainsi été montré que la photographie se prêtait à différents aspects du travail comparatif, à différentes étapes de la recherche, et pouvait être exploitées de diverses façons.

Ces réflexions se poursuivront lors du colloque de clôture, « Photographier la ville contemporaine (19e-21e siècles), les usages de la photographie dans la recherche urbaine », organisé à Nanterre les 8 et 9 décembre 2011.

Lucie Bony

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts