Archives de catégorie : Identités, frontières et intégration européenne

Les démocraties européennes à l’épreuve de la dictature (1919-1939): Critique et réflexion démocratiques dans les espaces publics européens

Date : 17-19/06/2019
Lieu : Strasbourg
Organisateurs : Pascal Fagot, Christian Jacques, Eve Hoerth
Titre du programme :   Quelle(s) démocratie(s) ? Réflexions sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, France, Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939

Continuer la lecture de Les démocraties européennes à l’épreuve de la dictature (1919-1939): Critique et réflexion démocratiques dans les espaces publics européens

Demokratiekritik, Autoritarismen und Populismen in Europa: Kontinuitäten und Brüche von der Zwischenkriegszeit bis heute

Date : 14-15/03/2019
Lieu : Paris
Organisateurs : Reiner Marcowitz
Titre du programme : Quelle(s) démocratie(s) ? Réflexions sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, France, Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939

Continuer la lecture de Demokratiekritik, Autoritarismen und Populismen in Europa: Kontinuitäten und Brüche von der Zwischenkriegszeit bis heute

L’évolution récente des législations antiterroristes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Date : 12/02/2018
Lieu : Université de Cergy-Pontoise
Organisation : Catherine Haguenau-Moizard
Programme : La lutte contre le terrorisme et la protection des données personnelles en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Continuer la lecture de L’évolution récente des législations antiterroristes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Espaces urbains immigrés et fabrication des villes-mondes européennes : Paris et Berlin

Date : 10 et 11 mars 2016

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, Saint Denis

Organisatrices : Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt & Prof. Dr . Maren Möhring

Titre du programme de Formation-Recherche : La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands

Continuer la lecture de Espaces urbains immigrés et fabrication des villes-mondes européennes : Paris et Berlin

Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes »

Date : 10 et 11 novembre 2016

Lieu :  Institut d’histoire sociale et culturelle comparée, Université de Leipzig, Leipzig

Organisatrices : Prof. Dr . Maren Möhring & Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt

Titre du programme de Formation-Recherche : « La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands »

Continuer la lecture de Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes »

Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

Paris, 23-24-25 novembre 2015

La journée d’études prolonge le Programme de formation-recherche

Les artistes et leurs galeries. Réception croisée. Paris-Berlin. 1900-1950 » qui s’est déroulé en 2013-2014-2015.

Continuer la lecture de Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

New Approaches To The Second World War And Its Aftermath In Southeastern Europe (1939-1949)

Date : 05-06/02/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Xavier Bougarel

ProgrammeNouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

par Xavier Bougarel

L’atelier organisé les 5 et 6 février 2015 à Paris constituait la première des trois manifestations prévues dans le cadre du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». Alors que cet atelier réunissait surtout des chercheurs confirmés, le prochain atelier prévu en octobre 2015 à Berlin sera centré sur les recherches des doctorants participant au projet, et la conférence finale prévue en mars 2016 à Athènes présentera à un public plus large les papiers des doctorants et des chercheurs confirmés.

Un bilan de l’historiographie existante

Le premier objectif de l’atelier parisien était de dresser un bilan de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. Les participants se sont accordés pour dire que, en ex-Yougoslavie, en Grèce, en Bulgarie et en Albanie, la Seconde Guerre mondiale est le plus souvent traitée « par le haut », dans une perspective d’histoire politique et militaire. De même, l’histoire de la guerre est généralement abordée dans un cadre strictement national, laissant peu de place aux dynamiques locales ou transnationales.

Il est possible de dégager plusieurs périodes dans l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. En Yougoslavie, en Bulgarie et en Albanie, un récit communiste de la guerre encensant les partisans et diabolisant les collaborateurs réels ou supposés a dominé de 1945 à la fin des années 1980. Mais les aléas des relations entre pays communistes expliquent aussi les polémiques récurrentes qui ont opposé à cette époque historiens yougoslaves, bulgares et albanais. A partir de la fin des années 1980, l’historiographie communiste a été remplacée par une historiographie révisionniste « de droite » tendant à réhabiliter les mouvements collaborationnistes, et restant prisonnière des cadres nationaux et des approches politico-militaires. La Grèce occupe dans ce contexte une place particulière, car de 1945 à 1974, le récit dominant y était clairement anti-communiste, avant que la fin de la dictature n’entraîne un fort révisionnisme « de gauche » réhabilitant la résistance communiste. Enfin, les années 1990 et 2000 ont été dominées par les polémiques au sujet des historiens « post-révisionnistes » s’appuyant sur des études locales pour réinterpréter les dynamiques de la violence dans la Grèce des années 1940.

Depuis la fin des années 1980, d’autres transformations sont en cours en Europe du Sud-Est. Ainsi, il faut noter le rôle important que jouent certains acteurs non-académiques dans la réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tels que la Friedrich Naumann Stiftung qui a soutenu le dialogue entre historiens serbes et croates dans les années 1990-2000. Les acteurs non-académiques ont également contribué à renforcer l’intérêt pour l’Holocauste, un sujet de recherche négligé jusqu’aux années 1990, et qui reste encore aujourd’hui l’objet de multiples dénis ou tentatives d’instrumentalisation. Plus largement, alors que la brutalité de l’occupation allemande en Europe du Sud-Est a été révélée lors des débats historiographiques allemands des années 1990 (la Wehrmachtsausstellung en particulier), l’occupation italienne reste largement occultée en Italie et intéresse peu les historiens italiens, malgré les travaux pionniers de certains d’entre eux. En Grèce, les débats historiographiques locaux sont connectés à ceux menés à l’échelle européenne et internationale, mais pas aux débats en cours dans les pays voisins. En ex-Yougoslavie et en Albanie, par contre, ils restent le plus souvent prisonniers d’horizons nationaux et de querelles nationalistes.

Des cadres spatiaux et temporels renouvelés

Le deuxième objectif de l’atelier parisien était de dégager des cadres intellectuels communs et de nouvelles pistes de recherche. Pour ce faire, il faut d’abord rappeler les limites spatiales et temporelles du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». D’une part, celui-ci ne couvre que la Yougoslavie, la Grèce et l’Albanie, car ces pays ont en commun d’avoir été sous occupation allemande, italienne et, plus marginalement, bulgare et hongroise. Ils ont tous connu d’importants mouvements de résistance armée et une « guerre dans la guerre » opposant la résistance communiste à des mouvements de résistance non-communistes glissant peu à peu vers la collaboration. D’autre part, la période couverte va de 1939 à 1949, permettant de prendre en compte des sorties de guerre marquées elles aussi par un niveau élevé de violence (guerre civile en Grèce, répression politique en Yougoslavie et en Albanie). Il convient par ailleurs de tenir compte du passé des sociétés locales, et en particulier des transformations de l’entre-deux-guerres (déplacements de population, réformes agraires, violence politique, nationalisation des sociétés, etc.), sans lesquelles les logiques locales de la Seconde Guerre mondiale ne peuvent être comprises.

Les participants à l’atelier parisien s’accordent pour dire qu’il faut sortir du cadre national privilégié jusqu’ici pour insister sur les modes complexes d’articulation entre échelles locale, nationale et transnationale. Le besoin de monographies locales ou régionales se fait tout particulièrement sentir. De plus, seule la prise en compte des différentes échelles permet d’expliquer les fortes différences régionales existant au sein de chacun des Etats considérés et de comprendre certaines dynamiques spatiales propres à la période de guerre : transformation des rapports ville-campagne, apparition d’« espaces de violence » (Gewalträume) ou au contraire persistance d’« espaces de cohésion sociale » (Sozialräume), etc. De la même manière, il convient de s’interroger sur les temporalités multiples de la guerre, de l’évolution générale du conflit mondial à la perception du temps par les élites et les populations locales, prises entre survie au jour le jour et horizons messianiques. Cette redéfinition des cadres spatiaux et temporels sert de toile de fond aux trois axes de recherche dégagés dès le lancement du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est », et rediscutés au cours de l’atelier parisien.

Axe 1 : Formes et logiques de la violence

Concernant la violence, il importe d’en saisir toutes les formes, des contrôles quotidiens aux massacres de masse, en passant par différentes formes de privation de liberté et de violence physique. Dans une partie de l’Europe caractérisée par sa diversité confessionnelle et linguistique, les déplacements forcés de population méritent une attention particulière : en effet, qu’ils soient motivés par des projets nationalistes ou par la lutte anti-partisans, ils se sont accompagnés de violences et de résistances particulièrement intenses, et ont transformé durablement les sociétés locales. L’Holocauste ne fait pas exception à cette règle, et il reste à mieux connaitre les facteurs qui ont influencé le sort des juifs dans divers contextes locaux et nationaux, les rapports que l’extermination des juifs entretient avec d’autres formes de violence de masse, la résistance que lui ont opposée les communautés juives, son impact durable sur les groupes de survivants et sur les sociétés locales en général. Pour l’Holocauste et pour les autres violences de masse se pose, en Europe du Sud-Est comme ailleurs, la question de l’articulation entre « violence d’en haut » et « violence d’en bas », qui rejoint la question des échelles déjà évoquée et celle de l’agency des acteurs ordinaires. Par ailleurs, les violences de masse pendant la Seconde Guerre mondiale soulèvent la question suivante : ces violences doivent-elles être rattachées à des processus de construction de l’Etat, d’effondrement de l’Etat, ou de repli de l’Etat sur certains espaces stratégiques ? La réponse à cette question est complexe et variable selon les endroits, et implique une analyse plus fine des rapports entre systèmes d’occupation, mouvements de résistance et populations locales.

Axe 2 : Pouvoir, résistance et populations locales

Etudier les systèmes d’occupation en Europe du Sud-Est implique tout d’abord de restituer la complexité des politiques des puissances occupantes, et de comparer des réalités très variables d’une région à l’autre. Il convient aussi de mieux connaître les élites politiques, militaires et intellectuelles locales qui participent à l’instauration de régimes autoritaires ou à la création de formations politiques et militaires de type fasciste. Enfin, il faut souligner que les systèmes d’occupation ne se maintiennent pas seulement par l’endoctrinement idéologique et la répression brutale, mais aussi par diverses formes d’accommodation réciproque. Pour certains individus ou groupes sociaux, la collaboration permet d’accéder à certains avantages matériels, voire à une certaine modernité. Plus généralement, dans un contexte général d’insécurité, les allégeances politiques des élites et des populations locales sont souvent fluctuantes et pragmatiques, effaçant en partie la frontière entre collaboration, accommodation et résistance. L’intensité variable de l’insécurité et de la présence étatique explique aussi d’importantes variations spatiales dans les formes de résistance, certaines régions rurales d’altitude se transformant en bastions de la résistance armée, quand les villes sont longtemps caractérisées par des formes pacifiques d’action politique. Enfin, les circonstances particulières de la guerre donnent aussi naissance à des engagements idéologiques forts et durables, au sein de la jeunesse par exemple, et au profit de la résistance communiste comme de mouvements d’inspiration fasciste ou anti-communiste.

Axe 3 : Economie et vie quotidienne

Pour comprendre cette imbrication entre puissances occupantes et mouvements politiques locaux, entre violence et accommodation réciproque, entre engagements idéologiques forts et allégeances flottantes, il convient d’associer là encore approches « par le haut » et « par le bas », de s’intéresser à la vie quotidienne dans les circonstances particulières de la guerre, et d’insister sur l’agency – ou l’Eigensinn – des acteurs ordinaires. Apparaît alors la nécessité de promouvoir une histoire sociale et culturelle de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, qui viendrait compléter l’histoire politico-militaire traditionnelle. En effet, les grands projets économiques allemands pour l’Europe du Sud-Est ont fait l’objet de nombreux ouvrages, mais leur impact réel sur l’économie des pays concernés ou sur la vie quotidienne des populations reste mal connu. L’étude de certains secteurs d’activité tels que les entreprises minières ou les régions à surplus agricole comblerait cette lacune. De même, la prise en compte du travail forcé sur place ou en Allemagne révèlerait une dimension importante d’une économie de guerre transnationale d’une part, des conditions de vie concrètes des populations locales d’autre part. De manière plus générale, s’intéresser aux conflits socio-économiques de la période de guerre et aux stratégies de survie des individus permet de reconstituer de manière plus fine les conditions d’exercice de leur agency, les possibilités et les contraintes auxquelles ils font face au jour le jour, et donc les motivations des choix qu’ils font dans les circonstances particulières de la guerre.

A travers ces nouvelles approches, les participants à l’atelier parisien espèrent in fine mieux situer la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’Europe du Sud-Est, en en montrant aussi l’impact dans le court et le plus long terme. Dans le même temps, ils entendent faire ressortir la place propre qu’occupe l’Europe du Sud-Est dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et désenclaver les débats historiographiques propres à cette région en les rattachant à certains débats plus larges qui traversent les sciences sociales d’aujourd’hui.

Les amnisties post-épuratoires après 1945 en Europe : vers une histoire transnationale ?

Date :  27/03/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs : Marie-Bénédicte Daviet-Vincent

Programme : Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Pour ouvrir la journée, Marie-Bénédicte Vincent a présenté les spécialistes invités et proposé une vue d’ensemble sur le sujet. Elle a souligné la dimension expérimentale d’une histoire transnationale des amnisties post-épuratoires. En prenant pour point de départ la concomitance des lois d’amnistie dans les pays tels que la France, l’Allemagne et l’Italie, nous pouvons citer quelques raisons de sortir du cadre national dans l’analyse de cette histoire. Premièrement, les catégories visées par les dispositifs d’amnistie sont transnationales, car la polarisation idéologique entre antifascistes et fascistes provoquée par la Seconde Guerre mondiale s’étendait au cadre européen. Deuxièmement, la Guerre Froide a encouragé une convergence de la politique en Europe contre le communisme. Le contexte de la reconstruction était lui aussi commun à tout le continent. Enfin, l’émergence du droit pénal international s’inscrivait au sein d’une réflexion au niveau international sur les droits de l’homme. Avant de réaliser une étude transnationale des amnisties, Marie-Bénédicte Vincent a proposé un rappel historiographique sur le sujet : les amnisties ont d’abord été étudiées dans le cadre d’histoires nationales, afin, d’une part, de sortir des “légendes noires” de la mémoire et, d’autre part, de les resituer dans une histoire nationale, politique, culturelle, judiciaire plus longue. Elles ont ensuite fait l’objet d’études comparatives puis d’histoires croisées, comme celle proposée par Annette Weinke entre la RFA et la RDA. Enfin, des thématiques nouvelles ont vu le jour ces dernières années, telles que la circulation transnationale des modèles d’amnisties, les pressions extérieures exercées sur les Etats en phase d’épuration ou de “désépuration”, et la référence aux autres pays dans les débats publics sur l’amnistie. Il s’agit donc désormais d’élargir le cadre chronologique de ces études, en envisageant sur le temps long les conséquences des amnisties, et d’élargir le cadre spatial, en essayant de construire une histoire transnationale.

Notre premier invité, Stéphane Gacon, a présenté un exposé intitulé « Des usages de l’amnistie à l’époque contemporaine : une esquisse de typologie ». Le maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne avait effectué sa thèse sur les processus d’amnistie sous la Troisième République, de la Commune à la Guerre d’Algérie. Dans sa présentation, il a expliqué que l’amnistie est une mesure qui permet de mettre un terme aux conflits intérieurs, aux crises politiques et de reconstruire la nation. La perte de crédit de la procédure d’amnistie est souvent attribuée à celle qui a suivi la guerre d’Algérie et avait produit une image anti-républicaine du processus de pardon et d’oubli de la trahison. Or, selon Stéphane Gacon, la condamnation de l’amnistie a toujours existé.

Il convient par ailleurs de distinguer l’amnistie endogène, sans changement de régime, qui est celle pratiquée pour la Commune et la guerre d’Algérie, de l’amnistie exogène, qui concerne par exemple la collaboration. Pour son esquisse de typologie, l’historien a identifié trois catégories d’amnisties : les amnisties de pardon pratiquées par les régimes autoritaires, celles de réconciliation qui se déroulent à la sortie de dictatures et celles de refondation des démocratie occidentales. Pour la première catégorie, les exemples de Napoléon III en 1859 et de l’URSS en 1953 ont été cités. Ces processus était endogènes car il s’agissait de consolider un régime, de réaliser des actes de propagande avec une visée politique. Les amnisties de réconciliation accompagnaient la sortie du fascisme. La « deuxième vague » de démocraties en Amérique latine, l’amnistie en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid, celle des collaborateurs en France sont des amnisties exogènes. Quant à la troisième catégorie, l’amnistie refondation des démocraties occidentales, elle est endogène, notamment par exemple aux États-Unis après la Guerre de Sécession. Nous voyons donc là une logique systématique, où la nature d’un régime conditionne la nature des amnisties.

Stéphane Gacon a aussi souligné les particularités de l’amnistie française d’après la Seconde Guerre mondiale tout en notant la justification commune en France et en Italie de sa rapidité. La Guerre Froide a accéléré le processus de normalisation ; il fallait ressouder l’Europe contre les communistes. L’amnistie en France fut donc rapide et précoce. En 1946, les premiers dispositifs sont mis en place pour les jeunes, suivis par les lois du 5 juin 1951 et du 6 août 1953. Ils accompagnaient un changement politique – le passage du tripartisme à la Troisième Force – et témoignaient de la volonté de ne pas fracturer  la  société,  dans  laquelle  persistait  un  certain  tempérament contre-révolutionnaire. Outre la régénération de la nation, les raisons économiques et sociales ont motivé le temps court des amnisties. Réintégrer les collaborateurs à leurs postes, « scandaleux » que cela ait pu paraître dans l’opinion publique, avait pour objet de construire un avenir prometteur pour la nation, plutôt que de revenir sans cesse à un passé compromettant. Dans la discussion faisant suite à la présentation, Marc Bergère a ajouté que les amnisties produisaient un écart entre la sanction prononcée et la sanction effectuée, ce qui conduit à oublier qu’une épuration a bel et bien eu lieu.

Après cet essai de typologie des amnisties, Valeria Galimi est intervenue pour exposer un cas précis, “l’amnistie de 1946 en Italie, ses conséquences et ses échos”. Elle est partie d’un constat amer, celui de Mario Bracci, ministre du gouvernement de Gasperi. Bracci considère que l’amnistie déçoit tout le monde : aussi bien les fascistes, qui la trouvent trop restreinte, que les antifascistes, qui la trouvent trop clémente et refusent d’en voir l’intérêt politique. L’amnistie y est en effet très précoce : un an après la fin de la guerre. Elle est mise en place par le décret du 22 juin 1946 du ministre des Grâces et de la Justice, Palmiro Togliatti. L’amnistie concerne les crimes politiques et les crimes de droit commun dont la peine est inférieure à cinq ans, à l’exception des cas de tortures particulièrement brutales. Elle concerne certes les crimes des fascistes, mais aussi ceux des résistants, ce qui permet de donner un vernis de légitimité à la mesure. Le texte de Togliatti est jugé faible d’un point de vue juridique, mais il est essentiel d’un point de vue politique. Le ministre de la justice est en effet convaincu qu’il faut courir le risque d’une mesure impopulaire pour accélérer le processus de reconstruction positive du pays.

L’amnistie est présentée comme un acte de clémence, promulguée par Umberto II, dans un contexte politique troublé : celui qui voit l’Italie divisée par le référendum du 2 juin en faveur de la République. L’amnistie est appliquée rapidement et fait l’objet d’un assez large consensus au sein de la classe politique : seules quelques voix s’élèvent pour la dénoncer. La majorité considère qu’il est impossible de sanctionner les fascistes à tous les niveaux, qu’il faut aller vite, oublier pour reconstruire le pays et fonder le nouveau régime, et qu’il est donc impossible de procéder autrement.

Une autre caractéristique de l’amnistie italienne, liée à sa précocité, est qu’elle se déroule en même temps que l’épuration. L’épuration, en revanche, est un processus plus lent. L’approche transnationale est précieuse pour l’étudier, car les concepts juridiques circulent en Europe. Le modèle français, en particulier, est importé en Italie, à partir des recommandations des alliés. Prévue dès 1943, l’épuration se déroule sur plusieurs années et dans un climat de violence. Des violences populaires éclatent à Milan en avril 1945, après la réunion du conseil des ministres. Mussolini est exécuté le 28 avril, à l’initiative du Comité de libération nationale, qui prône une renaissance politique et morale du pays.

L’épuration judiciaire, qui se déroule dans des cours d’assises extraordinaires, est compliquée à mettre en place et des épurations sauvages sont pratiquées : la transition démocratique est difficile, du fait d’une certaine “culture de l’illégalité” italienne, selon Valeria Galimi. Les alliés, inquiets du poids du parti communiste, font alors pression en faveur d’un retour à l’ordre et préconisent l’engagement d’un processus de paix civile. L’amnistie ne peut être pensée que dans ce contexte, entre culture nationale et pression internationale, entre histoire politique italienne et histoire transnationale.