Tous les articles par ciera2

L’internationalisation du droit, conflits de sources internationales

Date : 27 et 28 avril 2012

Lieu :  Erfurt

Organisateur :  Groupe d’études franco-allemand sur le contentieux du travail (GEFACT)

Programme :  L’influence de la CJUE sur les contentieux nationaux en droit du travail

 

Etaient présents : Meinhard Zumfelde, Gerhardt Binkert, Daniele Reber, Mathias Maül-Sartori, Gerhardt Reinecke, Pierre Bailly, Burghard Kreft, Patrick Rémy, Bruno Silhol, Nicolas Moizard, Regine Westphal, Sophie Brault, Bernard Chauvet, Anja Johanson, Fabienne Muller, Marie-Cécile Escande-Varniol.

Nous accueillons dans le groupe Marty Kaiser, doctorant de l’Université de Berlin ; Agnès Kollerbaur du Ministère du travail du land de Bavière ; Hans-Georg Nielsen, juge à la Cour fédérale du travail et Achim Siefert de l’Université de Jena.

Le programme de ces journées de travail se répartissait entre l’étude des problématiques liées au détachement (vendredi après-midi) et de l’information individuelle du salarié (samedi matin), avant de traiter des conflits entre sources internationales.

I – Le détachement des salariés

La directive 96/71/CE du 16 décembre 1996 concernant le détachement de travailleurs effectué dans le cadre d’une prestation de services, adoptée après plusieurs années de discussion au niveau des institutions européennes tend à règlementer les cas de prestations de services transnationales à l’intérieur de l’UE, que ce soit entre entreprises, à l’intérieur d’un groupe d’entreprises ou en provenance d’une entreprise intérimaire. Le salarié n’étant que détaché, il conserve son employeur d’origine, de telle sorte que c’est la loi du pays d’origine qui devrait rester applicable à la relation de travail, en application des principes classiques de conflit de lois. . Mais pour éviter les situations de « dumping social » la directive européenne permet à l’Etat d’accueil d’ imposer un certain nombre de règles impératives (un noyau dur) applicables sur son territoire (congés, temps de travail, salaire minimum, convention collective d’application générale). Toutefois, il faut veiller selon la Cour de Justice que cela n’entrave pas pour autant les libertés de circulation et de prestation de service qui sont des libertés fondamentales du Traité.

La mise en œuvre de cette directive, au-delà de sa transposition dans les États-membres a posé un certain nombre de problèmes, d’autant que les situations de détachement se sont complexifiées avec des pratiques de sous-traitance en cascade.

Pour l’Allemagne, Andreas Feuerborn, professeur à l’Université de Düsseldorf, a présenté les sources du droit national et quelques cas principaux auxquels l’Allemagne a été confrontée.

Deux lois ont été adoptées en Allemagne pour transposer la directive : l’une du 26 février 1996, donc antérieure à l’adoption de la directive, qui a été complétée par la loi du 20 avril 2009 (arbeitnehmer-Entsendegesetz), BGBI.I, p. 799 – AentG.

Ainsi, l’Allemagne soumet les salariés détachés (souvent de pays de l’Est qui connaissent des standards sociaux beaucoup plus faibles) à plusieurs dispositions de son droit du travail (le fameux noyau dur), conformément à la directive. . Cependant une difficulté importante existe qui tient à l’absence en Allemagne de salaire minimum légal au niveau fédéral. Ce sont, en effet, les conventions collectives de branche qui fixent le salaire minimum. Certes, pour les Etats qui ne connaissent pas de salaire minimum légal, la directive permet l’application des conventions collectives de branche étendues (en particulier dans le secteur de la construction). Mais le problème résulte de ce que si l’Allemagne connaît bel et bien une procédure d’extension des conventions collectives dans la loi sur les conventions collectives (§5 TVG), très peu sont en pratique déclarées « d’application générale » au sens de la directive. Ainsi, à la fin des années 1990 (alors que les chantiers de constructions se multipliaient suite à la réunification), la convention de branche du bâtiment n’a pu être étendue en raison de l’opposition des organisations patronales. C’est ce qui a amené l’Allemagne a prévoir une procédure dérogatoire d’extension des conventions collectives (de déclaration d’application générale) dans la loi sur le détachement (AEntG), mais seulement pour certains branches, dont la liste n’a toutefois cessé d’être allongée entre 1999 et 2011 (construction, nettoyage de bâtiments, secteur postal, gardiennage et sécurité, ordures ménagères, formation continue…). Bref, sont surtout concernées des branches de services qui reposent essentiellement sur une main d’œuvre peu qualifiée. Ainsi, dans ces secteurs, l’État peut facilement prendre un décret d’extension d’une convention collective pour l’étendre de manière obligatoire (en l’occurrence sans avoir à respecter les exigences très strictes de la procédure d’extension de la loi sur les conventions collectives) à toutes les entreprises de ce secteur. A l’origine créée pour lutter contre le dumping social né de situations de détachement, cette procédure d’extension des conventions collectives bénéficie du coup nécessairement à tous les salariés qui travaillent dans ces branches en Allemagne, si bien que l’on a pu évoquer une forme d’instrumentalisation de la problématique du détachement pour introduire des minima salariaux légaux, en tout cas dans ces secteurs sensibles. Bref, c’est dire en tout cas que le droit européen fait évoluer les traditions de négociation collective en Allemagne.

La loi de transposition dispose également que les entreprises doivent adopter un comportement loyal et efficace. De plus, l’une des grandes originalités du droit allemand réside dans la caution solidaire due par les entreprises concernées (§ 14 AEntG) c’est-à-dire que en cas de détachement en cascade, l’entreprise d’accueil doit fournir une caution pour garantir les salaires minimaux des salariés détachés chez elle  ; ici le droit allemand va au-delà de ce que prescrit la directive, mais renforce notablement la protection des salariés détachés.

A titre d’illustration des difficultés d’interprétation de la directive, le Professeur Feuerborn présente la décision de la CJCE du 12 octobre 2004, aff. C-60/03, Wolff et Müller, et la décision qui a suivi du BAG du 12 janvier 2005.

Un salarié détaché par une entreprise portugaise auprès d’une entreprise de construction allemande (Wolff et Müller) réclamait un complément de salaire à l’entreprise allemande en application de la disposition relative à la caution solidaire. L’entreprise allemande contestait la légalité de la cette obligation de caution au nom de sa liberté d’entreprendre inscrite dans la loi fondamentale allemande. Les juridictions du fond avaient donné raison au salarié ; la Cour fédérale du travail (BAG) pose une question préjudicielle au juge européen. Elle s’interroge sur la légalité de la disposition de la loi allemande, susceptible d’alourdir les frais de prestation de services et donc de décourager les entreprises étrangères européennes de répondre à des appels d’offre en Allemagne, . Car un Etat ne peut imposer un « noyau dur » et des obligations dans ce sens à l’entreprise qui détache que si ces obligations sont compatibles avec la liberté de prestation de service, preuve s’il en est que la lutte contre le dumping social est seconde par rapport au libertés économiques.

La CJCE considère que les États-membres qui ont l’obligation de prévoir des dispositions transposant la directive, disposent d’une large marge d’appréciation quant aux modalités et procédures propres à assurer notamment la protection des travailleurs. Néanmoins, si la disposition nationale risque d’entraver la liberté d’entreprendre et de prestation de service des entreprises concernées, il appartient au BAG de vérifier que ces mesures sont proportionnées et nécessaires. La disposition nationale peut être justifiée par des raisons impérieuses d’intérêt général, propres à garantir la protection des travailleurs.

Le BAG dans sa décision du 12 janvier 2005 a considéré que la responsabilité en tant que caution prévue par la loi est compatible avec la libre prestation de services, d’autant qu’elle se limite au montant du salaire du pour le travail effectué, elle ne s’étend pas à d’autres sommes telles qu’intérêts, indemnités ou allocation. Pour le BAG, la protection des travailleurs est ici respectée et justifie la mesure.

Ainsi, la disposition spécifique allemande est sauvée au nom de la protection des travailleurs et de la proportionnalité de la mesure au but recherché. Mais il est très significatif que la protection des travailleurs ne suffise pas en soi à justifier une atteinte à la liberté de prestation de service.

Pour la France, Fabienne Muller de l’Université de Strasbourg qui a mené différents projets européens sur le détachement pour la Commission européenne, notamment en partenariat avec l’inspection du travail française, présente les difficultés d’application de cette directive, transposée dans le droit français par la loi du 2005, dans un contexte de concurrence acharnée, de sous-traitance en cascade et de fraude au droit européen (v.aussi issu de cette rencontre, L’affaire Flamanville : détachement ou fraude sociale ?, Droit Social 2012, p.675).

C’est le droit pénal français et l’organisation du contrôle du travail qui permettent en France (en Allemagne, le droit pénal du travail joue un rôle comparativement beaucoup plus faible) de poursuivre les trafics de main d’œuvre encouragés par le principe de liberté de circulation des travailleurs à l’intérieur de l’Union européenne et l’entrée massive de pays pouvant utiliser leur avantage salarial comme un moyen de concurrence dans les appels d’offre européen.

Le travail illégal recouvre en France à la fois la dissimulation d’activités, ou le prêt de main d’œuvre à but lucratif (marchandage). En matière de détachement il y a lieu de distinguer la prestation de services entre entreprises et le prêt de main d’œuvre réservé aux entreprises de travail temporaire. Le risquepour les entreprises qui contreviennent à la règlementation nationale est, sur le plan civil, la requalification de la relation de travail en contrat de travail à durée indéterminée avec l’entreprise utilisatrice, ce qui entraînera un cout important : salaires mais également charges sociales et indemnités de rupture. Quelques arrêts ont déjà été rendus : Crim. 8 octobre 2010, Crim. 18 mai 2011, aff. John Deere, dont la doctrine a souligné la sévérité de la position de la Cour de cassation.

Quelques exemples concrets ont été présentés : affaire « Anjou myrtilles » (Crim. 7 juin 2011), concernant des salariés polonais venus cueillir des fruits en France pour le compte d’une société britannique qui avait contracté une « vente sur pied » avec la société française. La fraude et le contournement du droit sur le détachement paraissaient manifestes mais difficile à démontrer. Au final, l’inspection du travail a trouvé une faille du côté du droit de la sécurité sociale, ces salariés n’ayant pas été déclarés aux organismes concernés.

Des « sexeurs de poussins » chinois ont causé également quelques difficultés à l’inspection du travail. Il s’agissait en l’occurrence de « travailleurs indépendants » arrivés en Allemagne et légalement installés dans ce pays, détachés en France dans une société qui les avait mis à disposition d’une exploitation agricole. Il y avait ici une mise à disposition à but lucratif, délit de marchandage. Dès lors, tout le montage tombe, les travailleurs sont des étrangers sans titre valable sur le sol français et les sanctions frappent l’entreprise qui employait effectivement les salariés, ce qui n’empêche toutefois pas de remonter aux différents participants au trafic de main d’œuvre.

Un autre exemple concerne le chantier de la centrale nucléaire de Flammanville pour le compte d’EDF. Cette société a confié les travaux de construction des bâtiments à une entreprise spécialisée qui sous-traite à une entreprise de travail temporaire, spécialiste du prêt de main d’œuvre établie à Chypre, qui détache des travailleurs polonais. L’inspection du travail a eu quelques difficultés à démontrer la fraude, les contrats et les bulletins de paie étant en apparence conforme. Là aussi, c’est le recours au droit de la sécurité sociale qui a permis de dénoncer la fraude, non seulement au droit français mais aussi au droit européen de la sécurité sociale. Actuellement l’affaire est portée à la fois et au pénal et au civil, devant le Conseil des Prud’hommes de Cherbourg.

Fabienne Muller termine son exposé en présentant les grandes lignes du projet de modification de la directive détachement publié le 21 mars 2012. Le projet propose de renforcer les investigations des corps de contrôle. Il serait nécessaire de donner également plus d’importance aux obligations en matière de sécurité sociale (certificat A1). La responsabilité du destinataire reste timide, s’en tenant au cocontractant direct, le système allemand n’est pas envisagé, mais les États-membres peuvent prévoir d’autres mesures de protection des travailleurs.

A l’issue de ces présentations un débat s’engage avec les participants.

Il est souligné notamment que dans les deux pays les saisines juridictionnelles sont rares, pas à la hauteur du phénomène et de l’importance de la fraude. Pour diverses raisons les travailleurs concernés ne saisissent pas les juridictions nationales, cela devrait relever d’actions syndicales, mais le droit allemand ne connaît ni action en justice du syndicat dans l’intérêt collectif, ni action en substitution, comme elles existence en droit français.

Un débat s’engage également sur la question des salaires minima et des conventions collective « d’application générale ». Sur ce point nos deux pays sont dans des situations fort différentes qui résultent en partie de leur structure constitutionnelle. Mais dans les deux cas une lacune est pointée quant à la visibilité des conventions collectives. Une base de données claire et facilement accessible est souhaitable et actuellement à l’étude, au moins en Allemagne.

II – L’information du salarié

L’information du travailleur par l’employeur sur les conditions essentielles de la relation de travail fait l’objet d’une directive 91/533/CEE du 14 octobre 1991. Bien que la jurisprudence de la CJCE sur ce point soit peu abondante (Trois décisions, dont deux rendues sur question préjudicielle de juges allemands), les problèmes posés par son interprétation et son application dans nos deux restent importants et offrent un terrain intéressant pour le comparatiste.

Sophie Brault (élève avocate) et Bruno Silhol, enseignant-chercheur à l’université de Cergy, ont présenté la position française à l’égard de cette directive.

Leur exposé commence par une analyse critique de la directive qui leur permet de souligner les lacunes de celle-ci. D’une part, les salariés les plus précaires (contrats de courte durée) sont exclus du champ d’application, même si certains droits nationaux se montrent plus exigeants. Il n’en reste pas moins que pour des raisons de flexibilité les plus faibles sont les moins protégés. L’article 2 énumère un grand nombre d’éléments considérés comme essentiels et sur lesquels doit porter l’information du travailleur. Mais là aussi, l’observateur français remarque que sur la rémunération et les congés payés, cette information peut être fournie par référence à une convention collective ou un acte législatif ou réglementaire, ce qui peut sembler étrange vis-à-vis de données éminemment contractuelles.

Parmi les obligations d’information figure précisément la mention de la convention collective applicable à la relation de travail. La CJCE a eu l’occasion de préciser que cette information constitue une présomption simple, l’employeur peut apporter la preuve contraire (aff. Kampelmann, 4 déc. 1997). Bien que la réponse s’adressait à une juridiction allemande, cette position a amené la Cour de cassation française à opérer un revirement de jurisprudence dans un arrêt du 15 novembre 2007. En effet, au cas où l’employeur mentionnait par erreur dans le bulletin de paie (et le plus souvent de bonne foi) une convention collective de branche différente de celle légalement applicable, la Cour de cassation jugeait que cette mention erronée « valait reconnaissance » de l’application de la convention collective, à la manière d’ une présomption irréfragable, ce qui permettait in fine au salarié de revendiquer – en tout cas dans les relations individuelles de travail- les stipulations le plus favorables des deux conventions collective qui étaient, ce faisant, en concours (v. RDT janv 2008, chr. H. Tissandier).

On note également que la CJCE a eu l’occasion de considérer que la liste énumérée à l’article 2 n’est pas limitative et que le salarié à qui l’employeur demande de faire des heures supplémentaires doit avoir été informé au préalable de l’éventualité de ce recours (aff. Lange, 8 fév. 2001). On ne peut comprendre cette décision que si l’on sait que en droit allemand (contrairement au droit français) l’obligation de faire des heures supplémentaire suppose l’accord du salarié. C’est ce qui explique pourquoi les employeurs en Allemagne prévoient souvent des clauses dans les contrats par lesquelles ils se ménagent le pouvoir d’ordonner unilatéralement des heures supplémentaires. Les conditions de validité de ces clauses sont compliquées. En tout état de cause, il ressort de cette décision de la CJCE que le salarié doit être informé de cette clause ; ni plus, ni moins. Or, on s’aperçoit du coup que beaucoup d’auteurs français ont donné une portée à cette décision de la CJCE qu’elle n’a manifestement pas (par exemple sur la nature contractuelle ou pas des heures supplémentaires…).

Un point crucial de la directive est fixé par l’article 3 qui dispose que le travailleur doit être informé dans les deux mois qui suivent le début de l’exécution de la prestation de travail de ces éléments essentiels de la relation de travail. Cette durée, choisie par souci d’harmonisation des législations des États-membres (à l’époque le droit britannique prévoyait un délai de 3 mois), semble cependant peu efficace, l’information devrait être systématiquement préalable pour laisser au travailleur la possibilité de s’engager en connaissance de cause. Notons en tout cas que la loi allemande de transposition (NachWG) a prévu un délai d’un mois, ce qui est conforme à la directive, laquelle ne comporte en effet que des prescriptions minimales. La même difficulté liée à l’information tardive se retrouve à l’article 5 à propos de la modification du contrat dont le salarié peut être informé après le début de sa mise en œuvre.

Cet écrit doit également servir de preuve, mais ici, l’article 6 est lourd d’ambiguïté, laissant à chaque État-membre le soin de fixer le régime juridique de la preuve.

Au-delà de cette analyse critique, Sophie Brault et Bruno Silhol font la démonstration que la transposition française, tardive (1994), reste de plus incorrecte. Tout d’abord, la France, a considéré qu’il existe dans le code du travail une disposition rendant obligatoire la remise d’un bulletin de paie, au plus tard un mois après le début de l’exécution du contrat, qui doit contenir un grand nombre de mentions, dont la plupart de celles qui figurent dans l’article 2 de la directive. Et toujours selon le gouvernement français, la transposition serait également assurée par les textes du Code du travail sur la déclaration préalable d’embauche, laquelle comporte en effet d’autres éléments et doit aussi être remise au salarié. Cependant, il est observé que certaines informations ne sont, malgré tout, pas reprises par le texte français. Ainsi en est-il de la durée normale du travail, du recours éventuel aux heures supplémentaires. Sur ces éléments, le travailleur est informé de ce qui a été fait, mais pas de ce qui devrait être, c’est-à-dire de ce qu’il « est en droit d’attendre » (v. M. Maul-Sartori, Droits européens d’information relatifs à la relation de travail. La directive 91/533/CEE et sa transposition en droit allemand, français et britannique LGDJ 2008).

Une lacune de la transposition a été comblée plus récemment, concernant la mention du statut collectif. Seule la convention collective de branche figurait obligatoirement sur le bulletin de paie, alors que les accords d’entreprise se multiplient. La loi du 4 mai 2004 et l’accord national interprofessionnel complètent les obligations d’information qui porte désormais sur les accords d’entreprise, : surtout, la loi français prévoit la remise au salarié d’une notice d’information qui récapitule tous les éléments du statut collectif applicables à la relation de travail. En outre, la loi de 2004 prévoit qu’au cas où l’entreprise dispose d’intranet, la convention collective doit être mise en ligne et surtout mise à jour.

Ces dernières évolutions marquent l’ambivalence du contrat de travail : à qui profite l’information ? Les employeurs y voient une limitation de leur pouvoir tandis que le côté syndical craint un élargissement du champ du pouvoir patronal par l’intermédiaire des clauses de contrat.

Mathias Maül-Sartori, spécialiste de la question (V. sa thèse précit), présente le point de vue allemand à travers une décision judiciaire particulièrement adaptée à notre étude, après avoir souligné que la transposition allemande s’était faite par l’intermédiaire d’une loi spécifique (Nachweisgesetz).

LAG Rheinland-Pfalz – 3 Sa 277/11 – 31 janvier 2012. Les faits concernent un salarié embauché par une entreprise de travail temporaire du 12 mai au 8 juillet 2009. Lors de l’embauche il est informé que les conventions collectives du travail du secteur du travail temporaire seraient applicables. La convention collective à laquelle renvoie son contrat de travail prévoit un « délai de forclusion » (Ausschlussfrist), c’est-à-dire un délai de prescription concernant la réclamation des droits issus du contrat, d’un mois au lieu de trois ans en principe. Cette pratique des délais de forclusion est courante dans le droit conventionnel allemand. Le salarié fait alors valoir un certain nombre de réclamations relatives à sa rémunération auprès de l’employeur le 27 novembre 2009. Il se voit opposer un refus fondé sur le délai prévu par la convention collective applicable et à laquelle renvoie son contrat ; il saisit le tribunal qui rejette également sa demande, rejet confirmé en appel. Les juridictions considèrent que le salarié a été suffisamment informé lors de son entrevue avec le directeur du personnel et que l’application volontaire de la convention par l’employeur est valide. Il est admis en droit allemand que cette clause de renvoi aux conventions collectives constitue une « condition générale » au sens des clauses standardisées qui sont soumises au contrôle du juge depuis que l’importante réforme du droit des obligations du BGB de 2001 a étendu ce contrôle aux clauses standardisées du contrat de travail (AGG). En l’espèce, la Cour régional refuse de considérer que la brièveté du délai serait abusive au sens de ce contrôle. Les juges considèrent que le salarié avait dument été informé par le chef du personnel puis par le projet de contrat de l’application de cette convention, il pouvait donc prendre connaissance du délai de forclusion. Le fait qu’il n’ait pas signé son contrat est sans incidence.

Cette décision apporte des éléments sur deux objectifs de la directive lorsqu’elle impose l’obligation de la remise d’un écrit : l’information, objectif premier, mais également la preuve.

Ici, l’information se fait par renvoi, ce qui nuit à son efficacité et prête à mettre en garde les salariés contre le droit collectif dérogatoire. Même si cela est conforme à la directive, il parait toutefois nécessaire, au-delà de l’information sur le droit collectif applicable, d’instaurer une information spéciale sur les aspects précis dérogatoires de ce droit collectif. Il faudrait formaliser la présentation de cette information spéciale et en prévoir les sanctions (inapplicabilité et/ou dommages et intérêts).

Quand à l’information comme moyen de preuve, il faut réagir contre ce qui parait être un déséquilibre au regard des moyens de preuve. Sur ce point, il est noté une certaine contradiction du droit européen qui, dans la directive, laisse aux États-membres le soin de régler le régime de la preuve, tandis que la CJUE considère que les moyens de preuve font partie des obligations issues de la directive (aff. Kampelmann C-253/96). Il en résulte une absence d’harmonisation entre les États-membres (aff. Lange, C-350/99). L’Allemagne applique son régime de droit commun et en l’occurrence, le refus du salarié de signer son contrat de travail est interprété comme un indice de sa mauvaise foi et un élément favorable à la bonne information donnée par l’employeur.

III – Conflits de sources

L’une des grandes difficultés à laquelle le juge national est confronté aujourd’hui est la multiplicité des sources. Au droit national traditionnel, s’est ajouté progressivement le droit de l’Union européenne, dont le champ de l’applicabilité directe tend à s’étendre, ainsi que des normes internationales telles que la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CESD), ou les conventions de l’OIT. Ces dernières normes, classiquement considérées comme ayant pour destinataires les États étaient rarement retenues par les tribunaux. Depuis quelques années, notamment en France, les juges n’hésitent toutefois plus à considérer certaines de ces normes comme directement applicables. De ce point de vue, il semble que le juge allemand soit moins sensible aux sirènes internationales que le juge français et ceci pour des raisons qui tiennent au caractère toujours dualiste, fût-il tempéré, de la réception du droit international outre-Rhin .

Pour la situation française, Marie-Cécile Escande-Varniol,Maître de conférences à l’Université Lyon 2, souligne l’importance quantitative des normes internationales (4135 conventions internationales ratifiées par la France étaient dénombrées en 2004).

Pour expliquer à la fois le phénomène et sa complexité, il est choisi de présenter d’abord la répartition du contrôle entre les différentes juridictions concernées en France, avant d’examiner les différents types de conflits auxquels sont confrontés les juges.

  1. Quel juge pour quelle norme ? La répartition du contrôle entre les juges nationaux

En France, trois juridictions « suprêmes » sont concernées. De nombreux débats internes sont ou ont du être réglés avant que l’on puisse affirmer la place des normes internationales dans l’ordre juridique français. La Constitution française place la France dans un système moniste de hiérarchie des normes. L’article 55 dispose que :

« Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie. »

Dans les années 1970 un vif débat s’est engagé sur fond de développement du droit communautaire, sur le point de savoir si, sur le fondement de l’article 55 de la Constitution, les juges nationaux pouvaient faire une application directe de ce droit communautaire lorsqu’il était en contradiction avec une norme nationale postérieure.

C’est à cette époque que la répartition des rôles s’est faite entre les trois Hautes juridictions concernées. Le Conseil constitutionnel dispose d’un contrôle de constitutionnalité, c’est-à-dire qu’il contrôle la conformité des lois à la Constitution, mais pas celle des conventions internationales. Cependant, le Conseil constitutionnel se reconnait compétent pour contrôler la conformité des lois qui transposent des directives européennes dans l’ordre national.

Le Conseil d’État (compétent dans l’ordre administratif pour les litiges impliquant les administrations et l’État, et pour contrôler la légalité des actes administratifs afin de prévenir les excès de pouvoir), contrôle la légalité et la conventionnalité des textes qui sont soumis à son examen ou invoqués devant lui. Dans le cadre du contentieux administratif il peut être amené à opérer un contrôle de conventionalité, c’est-à-dire la conformité du texte national invoqué à un texte international dument ratifié par la France. Ce contrôle l’amène parfois à poser des questions préjudicielles à la CJUE, ou à annuler un texte qu’elle jugerait non conforme à la norme supérieure.

La Cour de cassation opère également un contrôle de conventionnalité, mais à la différence du Conseil d’État, elle n’a pas le pouvoir d’annuler un texte qu’elle considère non conforme à un engagement international de la France, elle ne peut qu’en écarter l’application au profit de la norme internationale. C’est ce qu’elle a fait dès 1975 à propos du droit européen, dans un arrêt resté célèbre pour cela dans les annales : arrêt Jacques Vabres, 24 mai 1975, « le juge judiciaire a simplement à résoudre un conflit entre deux normes de valeur hiérarchique différente en appliquant la règle supérieure ». L’application du droit de l’Union européenne donne de nombreux exemples de ce contrôle. La Cour de cassation étend cette préférence hiérarchique à d’autres normes internationales, en particulier la CESDH ou les conventions de l’OIT.

  1. Les différents types de conflits selon les normes visées

On peut identifier grossièrement trois types de conflits : entre normes internationales, entre normes internationales et normes nationales, et entre normes européennes communautaires et normes nationales.

  • Les conflits entre normes internationales s’inscrivent dans un ensemble qui n’est pas hiérarchisé. Une convention bilatérale de sécurité sociale entre le Bostwana et la France a la même valeur juridique que la Convention universelle des droits de l’homme. Un conflit dans ce cadre ne peut donc pas être résolu par la voie de la hiérarchie des normes. Le juge confronté à un tel conflit doit donc choisir la norme qui lui semble convenir. Il le fait souvent de manière réaliste selon le contexte social. L’un des meilleurs exemples est celui du travail de nuit des femme qui a vu se confronter la loi nationale française, conforme à une norme de l’OIT, au principe d’égalité entre les hommes et les femmes reconnu par la CJUE se fondant sur le Traité de Rome. Le juge français a, comme le juge allemand d’ailleurs, dû reprendre l’interprétation européenne et par la suite, c’est l’OIT qui a été amenée à modifier son texte.

  • Les conflits entre normes internationales et normes nationales. On retrouve ici l’article 55 de la Constitution et le principe de hiérarchie des normes. Reconnaître une force juridique supérieure à un texte sur un autre est une chose, l’appliquer en est une autre. En effet, la question qui se pose ici surtout est de savoir dans quelle mesure la norme internationale est directement applicable dans l’ordre interne français. Jusque dans les années 1990, on trouve peu de traces d’application directe des normes internationales dans les arrêts des Cours suprêmes. Ceci pour deux raisons essentielles : d’une part, les traités et conventions internationales s’adressent aux États, ce sont eux qui doivent faire le nécessaire pour mettre en conformité le droit national, et d’autre part ces textes internationaux, surtout lorsqu’ils s’adressent à un ensemble d’États, sont généralement rédigés dans des termes peu précis et laissent une large marge d’appréciation aux États.

C’est sous l’impulsion du droit européen que les juges se sont intéressés sous couvert de l’article 55 de la Constitution, à l’ensemble des normes internationales introduisant ces normes dans l’ordre juridique en les déclarant directement applicables, souvent sans en préciser la motivation. Parfois ce sont des conventions entières, d’autre fois c’est juste un article qui est déclaré d’application directe. La structure des décisions françaises ne permet pas de comprendre la motivation des juges, que l’on découvre parfois dans la publication des rapports ou avis des magistrats.

Conflits entre normes européennes et normes nationales. Tout est parti de là si l’on peut dire. Le Traité met en place un ordre juridique nouveau, véritable système indépendant, fonctionnant en réseau avec les droits nationaux. La CJCE, en charge de l’harmonisation de l’interprétation a imposé le principe d’application directe et de primauté du Traité sur les droits nationaux. L’application directe des règlements ne pose pas non plus problème, sauf à mettre en cause cet ordre juridique. Ce sont les directives qui ont suscité plus d’interrogations. Celles-ci n’ont pas vocation à être d’application directe sur le plan horizontal (des relations contractuelles notamment). Toutefois on voit apparaître dans certains arrêts une formule issue de la CJUE, invoquant la « mise en œuvre d’un principe général du droit européen ». Ainsi, de proche en proche les directives anti-discrimination sont-elles considérées d’application directe (y compris horizonal) car elles concrétisent un principe général d’égalité de traitement reconnu par le Traité (cas des contentieux sur la discrimination à raison de l’âge). La question reste ouverte de savoir s’il peut exister, au-delà de l’interdiction des discriminations en raison de l’âge, d’autres « principes généraux du droit de l’Union » qui se verraient reconnaître la même portée. Cette question est devenue d’autant plus sensible depuis que la Chartes des droits fondamentaux de l’UE a acquis une valeur juridique. Mais, pour l’instant, la CJUE a refusé de répondre à la question, notamment s’agissant du droit à un congé annuel payé (dans son arrêt Dominguez de janvier 2012), mais d’autres questions lui ont été posées qui vont à l’évidence l’amener à se prononcer.

La complexité qui résulte de cette multiplicité de juridictions et de sources ne décourage pas la Cour de cassation qui continue à viser les sources internationales d’où qu’elles émanent, dans des visas d’une ampleur remarquable (voir un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 29 juin 2011, relatif au temps de travail).

Illustrations jurisprudentielles françaises par Nicolas Moizard, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg.

A travers quatre décisions particulièrement pertinentes, Nicolas Moizard nous démontre que les normes internationales sont interprétées de manière très diverses par le juge français, dans des domaines aussi fort différents les uns des autres.

  1. A propos de la période d’essai, le droit international, en l’occurrence la convention n°158 de l’OIT, a été utilisée comme frein à la flexibilité. Dans une affaire relative à la période d’essai d’un cadre dont le contrat contenait une clause d’essai de 6 mois renouvelable une fois, et qui avait vu son essai rompu au cours du 12ème mois, la Cour de cassation considère (Soc. 11 janv 2012, n° 10-17945), sur le fondement de la convention n° 158 de l’OIT, « qu’est déraisonnable, au regard de la finalité de la période d’essai et de l’exclusion des règles du licenciement durant cette période, une période d’essai dont la durée, renouvellement inclus, atteint un an ». Il faut préciser que la loi n’interdisait pas une telle durée et donc seule la liberté contractuelle était en jeu. On aurait pu penser à une clause abusive ou potestative, mais le juge légaliste préfère invoquer la norme internationale, peu précise cependant.

  2. Un arrêt du 29 juin 2011 (n° 09-71107) relatif au temps de travail des salariés autonomes était particulièrement attendu, il a déçu un certain nombre de défenseurs des salariés. Le Code du travail français prévoit la possibilité, sous réserve d’accord collectif préalable, de conclure des conventions de forfait-jours avec les salariés cadres ou très autonomes dans leur travail. Ces salariés ne sont pas soumis à la durée hebdomadaire maximale de travail de 48 heure (de la directive), mais seulement à un nombre de jours par an. L’absence de limite en terme de durée du travail (autres que les temps de repos journaliers et hebdomadaire qui continuent de s’appliquer) risque de voir ces salariés contraindre à travailler 13 heures par jour (obligation journalière de 11heures de repos consécutives), c’est-à-dire 78 heures par semaine, ce qui poserait problème par rapport à l’exigence d’une « durée raisonnable de travail » telle qu’elle résulte de la Charte sociale européenne et des conventions de l’OIT. Cette législation française avait été stigmatisée par le comité européen des droits sociaux (CEDS), gardien du respect de la Charte sociale européenne. Cependant, la Cour de cassation dans son arrêt du 29 juin 2011 n’écarte pas l’application des dispositions du code du travail relatives aux conventions de forfait-jours, elle se contente de les encadrer strictement, renvoyant leur validité au contenu de l’accord collectif qui doit prévoir les limites de la charge de travail des salariés concernés. Ce qui fait l’intérêt majeur de cet arrêt dans la présente étude est l’énumération des textes visés comme sources de la décision : « Vu l’alinéa 11 du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, l’article 151 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne se référant à la Charte sociale européenne et à la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs, l’article L. 3121-45 du code du travail, dans sa rédaction antérieure à la loi n° 2008-789 du 20 août 2008, interprété à la lumière de l’article 17, paragraphes 1 et 4 de la Directive 1993-104 CE du Conseil du 23 novembre 1993, des articles 17, paragraphe 1, et 19 de la Directive 2003-88 CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003 et de l’article 31 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, ensemble l’article 14 de l’accord du 28 juillet 1998 étendu sur l’organisation du travail dans la métallurgie ». De la Constitution à la convention collective rien ne manque, en passant par six textes européens, cinq issus du droit de l’UE et la Charte sociale du Conseil de l’Europe.

  3. Les normes internationales sont souvent invoquées pour défendre les droits et libertés fondamentales, domaine privilégié de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CESDH). L’article 11 de cette convention ainsi que les conventions n°98 et 135 de l’OIT, la Charte sociale européenne et la Charte des droits fondamentaux de l’UE reconnaissent la liberté d’association et le droit syndical. Ces textes servent de fondement à un arrêt de cassation du 14 avril 2010 (n° 09-60426 et 09-60429), relatif à la représentativité des syndicats. Un syndicat généraliste (CGT-FO) contestait la représentativité d’un syndicat catégoriel et demandait aux juges de reconnaitre comme contraire à l’article 11 de la CEDH le privilège accordé par la loi de 2008 au syndicat catégoriel pour établir sa représentativité (en particulier, la loi prévoit qu’il ne doit obtenir le seuil d’audience que dans son collège où il a présenté des candidats). Reprenant à leur compte une décision rendue par la CEDH le 12 novembre 2008 (n° 34503/97, Demir et Baykara c/Turquie), qui reconnait aux États le droit d’organiser librement leur système de représentation syndicale, les juges français reconnaissent que les règles de désignation des délégués des syndicats catégoriels ne violent pas les normes internationales sur la liberté syndicale.

  4. En revanche, il est parfois des contradictions qui perdurent entre interprétation nationale et interprétation internationale ou européenne. Une contradiction flagrante est apparue entre la position de la Cour de justice et celle du Conseil constitutionnel. Les juges de Luxembourg ont jugé, à plusieurs reprises, que les partenaires enregistrés devaient, à l’instar des époux, obtenir le bénéfice des pensions de réversion après le décès de leur partenaire afin de respecter le principe d’égalité de traitement issu de la directive 2000/78 sur l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail :

CJCE, Grande chambre, 1.4.2008, Maruko, C-267/06 et CJCE, Grande Chambre, 10.5.2011, Römer, C-147/08 : « une discrimination directe existe en raison de l’orientation sexuelle du fait que, en droit national, ledit partenaire de vie se trouve dans une situation juridique et factuelle comparable à celle d’une personne mariée en ce qui concerne ladite pension ».

Le Conseil constitutionnel a adopté la position inverse (CC 2011-155 QPC, 29/7/2011), en s’appuyant sur le principe d’égalité posé à l’article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Selon le Conseil, la différence de situation entre époux et pacsés (partenaires enregistrés) justifie une différence de traitement. L’article L 39 du code des pensions civiles et militaires, qui réserve au conjoint survivant le bénéfice de la pension de réversion, n’est donc pas contraire à la Constitution, malgré une délibération de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations) en sens contraire.

Et on sait que depuis la Cour de cassation a posé depuis une nouvelle question préjudicielle à la CJUE, question qui est formulée d’une façon qui permet de tenir compte de la différence majeure entre « le partenariat de vie » de la loi allemande (sur lequel portait les décisions « Maruko » et « Römer » de la CJUE) et le PACS français.

En effet, à la différence du Partenariat de vie allemand, le PACS français n’est pas légalement réservé aux couples homosexuels. Et les statistiques montrent au contraire que la très grande majorité des PACS qui sont effectivement conclus le sont par des couples hétérosexuels ! C’est dire que dans ces conditions une discrimination, même indirecte, en raison de l’orientation sexuelle est peu crédible.

Quoi qu’il en soit, voilà comment la Cour de cassation a formulé sa question dans sa décision du 23 mai 2012 :

« Attendu qu’il y a dès lors lieu de renvoyer à la Cour de justice de l’Union européenne la question de savoir si l’article 2 § 2, b, de la directive n° 2000/78/CE du 27 novembre 2000 doit être interprété en ce sens que le choix du législateur national de réserver la conclusion d’un mariage aux personnes de sexe différent peut constituer un objectif légitime, approprié et nécessaire justifiant la discrimination indirecte résultant du fait qu’une convention collective, en réservant un avantage en matière de rémunération et de conditions de travail aux salariés contractant un mariage, exclut nécessairement du bénéfice de cet avantage les partenaires de même sexe ayant conclu un pacte civil de solidarité » ;

Pour la présentation des conflits de sources en Allemagne, Gerhard Binkert, Président de la Cour du travail à Berlin, remarque d’abord l’importance récente prise par le droit de l’Union européenne dans les décisions rendues par le juge, cela notamment depuis 1994 (aff. Christel Schmidt). A partir de 1997, la Cour fédérale du travail vise également le droit européen. L’influence a été particulièrement forte dans le domaine des restructurations, du transfert d’entreprise, dominé par l’interprétation de la CJCE des directives européennes. Au-delà du droit communautaire, d’autres normes internationales modifient également les interprétations traditionnelles des juges nationaux, G. Binkert nous en donne quelques exemples :

  1. L’internationalisation du droit se fait également ressentir à travers des contentieux mettant en concurrence plusieurs droits nationaux européens, comme dans les affaires Viking ou Laval ou encore Rüffert qui concernait directement l’Allemagne (3 avril 2008, C- 346/06). Dans cette dernière affaire, une entreprise polonaise contestait une disposition des marchés publics du land de Basse-Saxe qui imposait un salaire minimum identique pour toutes les entreprises qui remportait les marchés. L’entreprise polonaise voulait profiter d’un avantage concurrentiel salarial et payer ses salariés détachés au salaire polonais ; la CJUE lui a donné raison. En effet selon la CJUE la loi régionale allemande qui imposait aux adjudicataires de marché publics dans les secteurs de la construction et des transports le respect des conventions collectives applicables en matière salariale portait une atteinte disproportionnée à la liberté de prestation de service du Traité, notamment parce que cette loi régionale ne constituait pas la transposition de la directive de 1996 qui permet d’imposer le respect d’un « noyau dur » (supra). La directive était déjà transposée par la loi fédérale sur le détachement.

  2. Mais on constate actuellement aussi une forme d’instrumentalisation des normes internationales par les juges qui l’utilisent pour mettre en cause l’interprétation en vigueur de la norme nationale. Un exemple est donné par rapport à la Charte sociale européenne (issue du Conseil de l’Europe). Cette Charte reconnait le droit des travailleurs à des actions collectives « y compris le droit de grève ». La Constitution allemande reconnait le « droit de se coaliser » pour défendre les conditions de travail ; la Cour fédérale, sur ce fondement a toujours considéré que le droit de grève n’est pas un droit individuel, mais qu’il est dévolu aux syndicats. Certains auteurs réclament une modification de la jurisprudence classique pour faire du droit de grève un droit individuel, sur le fondement de la Charte sociale européenne. Avec le mouvement d’internationalisation du droit actuel, cette revendication a plus de chance d’être entendue qu’autrefois. Cela constituerait toutefois un bouleversement total de l’exercice du droit de grève en Allemagne.

  3. L’interprétation de la Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales (CESDH) est confiée à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), dont la mission est très différente de celle de la CJUE. La CJUE donne simplement une interprétation du droit communautaire, renvoyant l’application du droit aux juridictions nationales, tandis que la CEDH rejuge l’affaire qui lui est soumise, après le juge national et sans que celui-ci puisse revenir ensuite sur l’interprétation, notamment des faits, donnée par la CEDH. Gerhard Binkert la qualifie de « Cour de Super-Révision ». Ainsi, s’agissant d’une infirmière qui avait été licenciée pour avoir dénoncé auprès de la caisse de sécurité sociale des fraudes opérées par l’hôpital qui l’employait, les juridictions allemandes (Cour d’appel de Berlin, Cour fédérale et Cour constitutionnelle) avait considéré que le licenciement n’était pas injustifié. La CEDH condamne cependant l’État allemand pour non respect de la liberté d’expression (article 10 CESDH) et que l’intérêt général de la démarche dépasse l’intérêt particulier de l’employeur. Cette décision constitue un bouleversement des rapports entre intérêt général et intérêt privé. Le rapport de travail est fondé sur une relation contractuelle privé, même si l’intérêt général public peut limiter la liberté des parties, celle-ci doit dominer dans l’appréciation de la justification du licenciement. Au-delà, on peut se demander si cette incursion de la CEDH dans le droit allemand est tout à fait opportune et s’il ne revient pas plutôt à la CEDH de s’occuper des droits des Etats européens qui sont beaucoup moins regardants sur les libertés fondamentales ;

  4. La Charte des droits fondamentaux de l’UE est également un texte qui est en train de prendre beaucoup d’ampleur dans l’interprétation des normes nationales. Exemple est donné du droit à congés payés, la CJUE le reconnaît comme « principe de droit social de l’Union d’une importance particulière », mais a en revanche refusé, en tout pour l’instant, de le reconnaître comme « Principe général du droit de l’Union » (arrêt Dominguez de janvier 2012), et ceci alors même qu’il est expressément consacré par l’article 31 § 2 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union, à laquelle l’article 6 §1 TUE reconnait la même valeur juridique que les Traités ». Beaucoup d’autres matières pourraient ainsi remonter au rang de principe fondamental et se voir soumises directement au droit de l’UE, même sans transposition dans l’ordre national.

En conclusion, on constate que le principe de primauté du droit communautaire marque profondément les interprétations des règles nationales. Mais on sent un certain danger car ces évolutions peuvent provoquer de véritables séismes. Le droit n’est pas fait de règles juxtaposées, c’est un système dans lequel les normes sont interdépendantes. Ainsi, décider que la grève serait un droit individuel en Allemagne entraînerait un bouleversement de tout le droit des relations collectives dans le pays. L’effet domino peut provoquer une véritable mise en cause d’un système national.

 

Voyage d’étude et de recherche à Nuremberg

Date :24-26 mai 2012

Lieu : Nuremberg

Organisateur : Corine Defrance

Programme : De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société

Réalisé dans le cadre du Programme Formation Recherche « De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société ».

Ce voyage d’étude et de recherche s’est effectué dans le cadre du séminaire « Traces de guerres, réparations, enjeu de réconciliation », animé depuis plusieurs années par Corine Defrance, Maryvonne Le Puloch, Fabrice Virgili, Eva Weil et Annette Wieviorka. Ces journées d’études à Nuremberg s’inscrivent parallèlement dans le cadre du Programme Formation Recherche (PFR 2011/2013) « De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société ».

Il a été préparé par plusieurs séances du séminaire 2011-2012 consacrées à cette thématique : 5 octobre 2011, Annette Wieviorka (UMR IRICE), La place du témoin aux procès de Nuremberg et de Jérusalem ; 16 janvier 2012 : séance spéciale organisé autour du film Memory of Justice (1976) de Marcel Ophüls et table ronde avec Marcel Ophuls, Jean-Michel Frodon, François Niney et Annette Wieviorka ; 7 mars 2012 : Antonin Tisseron, doctorant (Paris 1/IRICE), La France et le procès de Nuremberg; 4 avril 2012 : Dominique Bourel (CNRS/Paris 4), Nuremberg dans la mémoire allemande ; 11 avril 2012 : Matthias Steinle (université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Le triomphe de la volonté : Les images de Leni Riefenstahl dans la mémoire cinématographique.
Sur place il s’est agi d’appréhender la manière dont Nuremberg, jadis qualifiée de « ville la plus allemande de toutes les villes » et constituée en haut lieu de mémoire allemand depuis le XIXe siècle (cf. la fondation du Germanisches Nationalmuseum), est confrontée, dans la politique de gestion du passé, à la mémoire traumatique du nazisme comme à celle de la dénazification. Comment concilier aujourd’hui la mémoire hyper-dominante de la barbarie nazie et les mémoires politiques du Saint-Empire romain germanique (Nuremberg comme siège de Diète d’Empire et ville de couronnement des empereurs) ou celle des libertés communales, ainsi que les mémoires intellectuelles et artistiques (Albrecht Dürer notamment) ? Car le IIIe Reich s’est lui-même approprié une partie choisie du passé mythifié, symbolisé par la ville, pour glorifier le nouveau Reich « millénaire » (« Nürnberg. Die deutsche Stadt von der Stadt der Reichstage zur Stadt der Reichsparteitage », exposition de 1937 au Germanisches Nationalmuseum). Ainsi, la politique d’instrumentalisation de l’histoire par les nazis a en grande partie conduit Hitler à choisir Nuremberg – et non Munich, pourtant berceau du « mouvement » – pour les grandes orchestrations et parades du parti nazi jusqu’à la guerre (1927–1938) et pour la proclamation solennelle des « lois de Nuremberg » à la base de la législation antisémite du régime (1935). Il faut aussi s’interroger sur les raisons qui ont conduit les quatre puissances alliées occupantes, en 1945, à établir le tribunal militaire international chargé de juger les plus hauts responsables du régime nazi à Nuremberg et non à Berlin – la capitale du IIIe Reich. Outre les arguments de sécurité, et surtout les conditions matérielles (palais de justice relié à la prison et Grand Hôtel) le choix a eu force de symbole : la ville des grands rassemblements nazis devenait pour les Alliés celle de la chute du IIIe Reich. Les procès jugèrent individuellement les hauts responsables, mais aussi les organisations telles la SS. C’est le mouvement nazi et sa politique qui était condamnés sur le lieu même de leurs plus grandes mises en scène1.
Le parcours que nous avons fait dans la ville a été une véritable enquête de terrain. Chaque lieu a permis de restituer les différents temps de Nuremberg, de comprendre les choix mémoriaux passés et actuels, de décrypter la ville à travers ses enjeux locaux, nationaux et aujourd’hui aussi internationaux.

Das Germanische Nationalmuseum

Nous commençons notre série de visites par le Musée National Germanique. Avant d’y pénétrer, nous traversons le Chemin des Droits de l’Homme (Weg der Menschenrechte) – symbole d’universalisme – inauguré en 1993. Réalisé au moment de l’élargissement du Musée, cette œuvre d’art de Dani Karavan comprend une porte et 27 colonnes blanches arborant les 30 articles de la déclaration des Droits de l’Homme en allemand et dans d’autres langues, dont le yiddish. Dani Karavan est un artiste plasticien et sculpteur israélien. Comme pour la plupart de ses réalisations, le visiteur se déplace au sein de l’œuvre.

 

   
 Photographies 1 et 2 : Nouvelle et ancienne entrée du Musée

 

Anja Grebe, historienne d’art et chercheur au Musée National Germanique, est notre guide. Fondé en 1852 par des associations historiques, ce musée d’histoire, d’art et de culture allemandes des premiers temps à nos jours est le plus vieux d’Allemagne. Quand il fut construit, il était extrêmement novateur dans son parti pris de représenter l’histoire à travers des objets (aujourd’hui près de 1,3 million, dont 25 000 exposés de manière permanente). Les premières collections étaient abritées dans l’ancienne église de la Chartreuse (datant du XIVe siècle), épargnée par les bombardements durant la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui la plus ancienne partie du musée. Si les autres bâtiments furent détruits pendant le conflit, les collections furent mises à l’abri dans un souterrain et, spécificité de leur histoire, ne quittèrent pas Nuremberg. Dès 1946, une nouvelle exposition de taille modeste y est inaugurée. Aujourd’hui, le travail du Musée National Germanique est consacré aussi bien aux visiteurs qu’à la recherche (Besucher- und Forschungsmuseum). Pour cette raison, il emploie une quarantaine de chercheurs de différentes disciplines. Le Musée accueille entre 300 000 et 400 000 visiteurs par an. C’est le plus vaste musée consacré à la civilisation allemande au monde.

Pourquoi un Musée national « germanique » ?

L’adjectif « germanique » est à replacer dans le contexte de la création du musée et doit être compris au sens où l’entendaient des chercheurs sur l’histoire et la langue allemandes (Germanistik) tels que les frères Grimm et Leopold Ranke. Après l’unification allemande manquée de 1848, ce musée avait pour but de rendre compte de l’unité historique et culturelle de l’espace germanophone. Cette dénomination initiale s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui, bien que le musée fût officiellement rebaptisé « musée national d’art et de culture allemands » après 1871.

 

   
Photographies 3 et 4 : visite de l’ancienne église de la Chartreuse. Coiffe dorée d’un prêtre du Soleil, XIe-IXe siècle avant notre ère

Parmi les pièces les plus célèbres du musée, le globe terrestre de Martin Behaim (1492-1494) ; probablement la plus ancienne représentation de la sphéricité de la terre. Fondé sur des cartes portugaises et fabriqué avant le voyage de Christophe Colomb, le continent américain y est naturellement absent. Commandé au XVe siècle par la ville de Nuremberg il fut mis au grenier dès lorsqu’il fut dépassé. Retrouvé au XIXe siècle, la famille qui en était propriétaire souhaita le vendre à des Américains dans les années 1930. Le globe fut alors acheté par Adolf Hitler et Willy Liebel, maire nazi de la ville, et offert au musée. On pense ici à la fameuse scène du « Dictateur » de Charlie Chaplin, dans lequel Hynkel (Chaplin) jongle avec un globe terrestre.

   
Photographies 5 et 6 : globe de Martin Behaim et restauration in situ.

 

Patrie de Dürer, sans aucun doute le personnage emblématique de la ville, tout évoque ici le célèbre graveur et peintre. Aussi, ce fut une chance de profiter d’une exposition temporaire « Le jeune Albrecht Dürer », inauguré le jour de notre visite et présentée comme la plus importante depuis 40 ans. Elle rassemble de nombreuses peintures, gravures, dessins et documents d’archives afin de mieux cerner le jeune Dürer (1571-1528), peintre, graveur et mathématicien allemand né à Nuremberg – sa maison se visite (Albrecht-Dürer-Haus) : construite aux alentours de 1420 près du château impérial, elle offre un aperçu de la vie et de l’habitat des années 1500 et on peut y visiter son atelier de peinture. Enfin, dans les pièces sont exposés des imprimés originaux de Dürer.

Une « vieille ville » des années 1950

Avec plus de 500 000 habitants, Nuremberg est aujourd’hui la deuxième plus grande ville de Bavière après Munich. Située au sud-est de l’Allemagne, à quelque 200 kilomètres de Munich et de Stuttgart, elle demeure au cœur de la Moyenne-Franconie allemande. Cité médiévale dont les origines remontent au milieu du XIe siècle, son passé historique se révèle à travers la découverte de la vieille ville. Malgré sa quasi-totale destruction durant la Seconde Guerre mondiale, le centre historique de Nuremberg n’en demeure pas moins touristique et instructif. La vieille ville de Nuremberg entièrement reconstruite dans les années 1940, se découpe toujours en deux quartiers urbains séparés par la rivière Pegnitz.
Du même nom que les deux édifices religieux : au nord, le quartier de Sébald, au sud, celui de Lorenz. Son riche passé médiéval a été l’objet d’une instrumentalisation par l’idéologie nazie qui en fait une ville de prédilection pour illustrer le prestige historique allemand.
Les principaux lieux historiques de la ville nous permettent de mieux comprendre l’importance que Nuremberg a eue dans l’élaboration de la propagande du IIIe Reich. Avec l’aide de notre guide, Matthias Gemählich, nous avons exploré le centre de la vieille ville du sud au nord. De l’église St Lorenz, située sur la Lorenzer Platz jusqu’au Kaiserburg Nürnberg, au nord-ouest. Le parcours tracé, de la carte ci-jointe, en donne une représentation respective. Hormis le Germanisches Nationalmuseum, le parcours de cette journée s’étend sur sept lieux historiques de Nuremberg. La place de l’église St Lorenz, le couvent St Katharina, les plaques commémoratives des anciennes synagogues du chemin Leo-Katzenberger, la place du marché de l’église Frauenkirche, l’église Saint Sébald, le Kunstbunker, et enfin, le château médiéval de Nuremberg ou Kaiserburg Nürnberg.

Les quartiers Nord et Sud

Nuremberg est une ville médiévale dont les origines remonteraient au moins jusqu’au milieu du XIe siècle. En effet, les sources historiques font mention d’un acte, daté de 1050, signé de la main de l’Empereur Henri III concernant la citoyenneté d’une femme résidant dans la ville de Nuremberg. Dès ses origines, il semblerait que la cité fût édifiée pour accueillir et ravitailler les armées de l’Empereur. En 1219, Frédéric II octroie à la ville son autonomie par la Große Freiheitsbrief ou « grande lettre de liberté ». Le quartier nord est plus ancien, il se caractérise surtout par son centre culturel, tandis que le sud s’apparente à l’activité économique de la ville. Du XVe au XVIe siècle, Nuremberg resplendit du commerce des épices en raison de sa position centrale en Europe. La ville grandit et rayonne de son activité économique et culturelle. C’est à Nuremberg que le peintre et graveur Albrecht Dürer voit le jour. À partir du XVIe siècle, la découverte des Amériques bouleverse l’activité de la ville. Celle-ci doit faire face à la concurrence venue d’Europe de l’Ouest, où les ports de transits portugais et espagnols déchargent les denrées venues du Nouveau monde, et notamment, les épices. Ainsi, sa population chute progressivement à l’époque moderne pour atteindre quelque 20 000 habitants au XVIIe siècle. Cependant, Nuremberg s’adapte en se tournant vers l’activité industrielle. Par exemple, l’industrie du jouet, dont la ville fait encore figure de capitale aujourd’hui.

L’église St Lorenz

Du nom du quartier sud de la vieille ville, l’église Saint Lorenz domine la Lorenzer Platz. Sa construction débute en 1260. Elle abrite les reliques de Saint-Deocarus, confesseur de Charlemagne. Église à l’origine catholique par son architecture, après la Réforme au XVe siècle, elle devient l’objet d’un culte protestant, auquel la ville de Nuremberg est très attachée. Cependant, les sculptures ou rosaces restent présentes sur les façades de l’édifice. Au pied de la façade de l’église se trouve une rangée de dalles en granite. Elles représentent les restes des dalles qui étaient destinées à l’origine à paver la voie monumentale prévue par Hitler ainsi que  le sort des prisonniers, asservis aux travaux forcés pour édifier les vastes espaces de rassemblement voulus par le IIIe Reich.

Le couvent Sainte Katharina

Aujourd’hui nommé « St. Katharina, open air » en raison de son accueil pour les spectacles, cet espace abritait autrefois un ancien couvent dominicain. Abandonné en raison des dégâts causés par les bombardements des Alliés sur la ville, ce lieu devient l’objet de manifestations culturelles en plein air. À partir de 1424, ce couvent abrite les regalia impériales ou joyaux de la couronne. Nuremberg est choisie pour abriter les trésors de la couronne, symboles de l’autorité impériale. On comprend ainsi l’importance que la ville a pu avoir tout au long de l’époque médiévale. À l’approche de l’armée française, vers 1796, les objets impériaux sont transmis à Vienne, en Autriche. En 1938, après l’Anschluss, Hitler décide de les renvoyer à Nuremberg.

   
Photographies 7 et 8 : Eglise St Lorenz, monument commémoratif aux travailleurs forcés. Monunent de l’ancienne synagogue

 

 

La place de l’ancienne synagogue

À l’emplacement de l’ancienne synagogue est érigé un monument commémoratif. Cette synagogue a été brûlée dès août 1938, soit plusieurs mois avant les pogromes antisémites des 9 et 10 novembre 1938, connus sous le nom de « Nuit de Cristal ». En effet, le dirigeant nazi Julius Streicher, patron du plus antisémite des journaux nazis Der Stürmer et Gauleiter de Franconie, fit de cette région, dont Nuremberg était la capitale, un laboratoire de l’antisémitisme nazi.
Aujourd’hui, le monument se trouve à l’angle de la rue Leo-Katzemberger, le long de la rivière Pegnitz. Leo Katzemberger, ancien notable de la communauté juive de Nuremberg, fut accusé de relations sexuelles avec une jeune aryenne, condamné à mort et exécuté en juin 1942. Une plaque commémore sa mémoire.

L’abri historique des œuvres d’art – Historischer Kunstbunker im Burgberg

La ville fut pratiquement rasée par les bombardements alliés. Mais la politique de défense passive, et la géologie protectrice du sous sol, permirent de limiter le nombre de victimes : environ 5 000 morts soit bien moins que dans beaucoup d’autres villes allemandes. Témoignage de ces abris protecteurs, celui conçu dans la roche, au pied de la forteresse, pour protéger les œuvres d’art de la ville et, en particulier, du Musée germanique. La visite permet de voir les conditions de protection et de surveillance des œuvres. Ces précautions permirent au musée de reprendre très rapidement ses activités. Une première exposition fut organisée dès l’automne 1945, alors que le reste de la ville était encore en ruine.

 

 
Photographie 9 : Historischer Kunstbunker im Burgberg

 

 

Au sud-est de la vieille ville, s’élèvent les édifices de la Kongresshalle et le terrain du Reichsparteitag sur le vaste champ du Zeppelinwiese. Les grands rassemblements du NSDAP à Nuremberg avaient vocation à rassembler les foules au nom du principe : « Du bist nichts, dein Volk ist alles ». De 1931 à 1938, les congrès de propagande nazie constituent des événements nationaux pour lesquels les participants viennent non seulement des villes limitrophes, mais de toute l’Allemagne. Plus qu’un simple attroupement politique, l’idée essentielle est bien de rassembler la population allemande afin de renforcer la cohésion nationale autour du parti national-socialiste. Les grands rassemblements organisés à Nuremberg, mêlant à des fins de propagande politique nazie et héritage de l’histoire allemande, ont pour objectif d’édifier l’embrigadement des masses au service de l’idéologie totalitaire.

Nuremberg, vitrine des congrès du parti nazi et lieu de mémoire

La situation géographique centrale de Nuremberg en fait un choix judicieux, du point de vue nazi, pour accueillir les Reichsparteitage, vastes congrès organisés par le parti national-socialiste. Le choix de cette ville bavaroise s’explique par diverses autres raisons. Outre son aspect central, la ville offre les infrastructures suffisantes pour accueillir les quelque 500 000 personnes qui se rendent à Nuremberg afin d’assister aux congrès du NSDAP. De plus, la ville est un véritable fief du parti nazi ; cela explique pourquoi, avant que s’instaure la tenue régulière de congrès à Nuremberg en 1933, la ville accueille deux des quatre précédents congrès du parti, en 1927 et en 1929. Ce lien avec le parti national socialiste se traduit également par le soutien indéfectible à Adolf Hitler de Julius Streicher, chef régional du NSDAP et fondateur du journal antisémite Der Stürmer((1)).
D’un point de vue strictement architectural, Nuremberg représente la ville « la plus allemande des villes allemandes » comme se plait à le répéter son maire. En effet, on y trouve une vieille ville médiévale dans ses murs, plusieurs églises construites dans le plus pur style gothique, des maisons médiévales, et surtout son château surplombant la ville. L’apparence médiévale de la ville permet de faire un lien facile sur l’histoire de la ville, qui est une importante cité au Moyen Âge. Depuis la Bulle d’Or de 1356, la ville accueillait chaque nouveau souverain, qui devait y tenir sa première diète – Reichstag.
Dans le IIIe Reich, cinq villes détiennent le titre de « Ville du Führer », Berlin – la capitale –, Munich – la ville du mouvement nazi –, Hambourg – la ville du commerce –, Linz – la ville dans laquelle Hitler souhaitait passer sa retraite après sa carrière politique –, et enfin Nuremberg. Mais, pour les raisons qui viennent d’être évoquées, c’est Nuremberg – la ville historique, au cœur du « 3e Reich » – qui fut choisie pour accueillir les Reichsparteitage. En choisissant la ville des diètes impériales, Hitler souhaite se placer dans la continuité historique du Reich et cela est renforcé par l’auto-désignation du régime : le IIIe Reich. La dimension de continuité et donc d’appartenance historique est prépondérante, Hitler tisse un lien symbolique entre le Saint-Empire romain germanique et le IIIe Reich. Depuis l’arrivée au pouvoir des nazis, et jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Nuremberg accueille ces Reichsparteitage qui sont tenus chaque année en septembre. Ces spectacles de masse rassemblent environ 500 000 personnes. En comparaison, ce chiffre correspond à la population actuelle de Nuremberg.
Chaque congrès avait sa propre devise, s’inspirant toujours de faits politiques récents. Le congrès de 1933 est celui de « La Victoire » marquant l’arrivée au pouvoir du NSDAP. L’année suivante, alors que les membres de la SA, l’une des organisations paramilitaires du parti, sont exécutés, le congrès prend le titre de « Congrès de l’unité ». La devise que l’on retrouve sur l’affiche du congrès de septembre 1937 est la représentation la plus révélatrice toutes ces tentatives. La devise est la suivante : « Nürnberg, die Deutsche Stadt. Von der Stadt der Reichstage zur Stadt der Reichsparteitage », « Nuremberg la ville allemande. De la ville des diètes d’Empire à la ville des congrès du parti du Reich ». L’année suivante s’ouvre le congrès de la « Grande Allemagne », après l’annexion de l’Anschluss au IIIe Reich. Enfin, celui qui devait s’ouvrir en septembre 1939 devait avoir pour devise : « le congrès de la paix », mais il fut annulé à cause de l’invasion de la Pologne et du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.
Toutefois, le terme de Reichsparteitage, traduit par « congrès du parti nazi », ne reflète pas la teneur de ces événements. Il se trouve qu’on est loin de la notion démocratique que l’on se fait du terme « congrès ». Lors des Reichsparteitage il n’est jamais question de votes, débats ou autre échange d’opinion sur les idées du NSDAP. Plus qu’un congrès, ces rassemblements sont un véritable spectacle de propagande. Pendant la durée du « congrès », généralement une semaine, la population de Nuremberg, ainsi que les visiteurs qui viennent de toute l’Allemagne, assistent, chaque jour, aux processions et défilés des organisations nazies. Chaque jour étant dédié à l’une d’elles : la SS – Schutzstaffel –, la SA –Sturmabteilung((2))  –, les jeunesses hitlériennes – Hitlerjugend –, le Service du Travail pour le Reich, etc. L’objectif de ces parades gigantesques est, par une mise en scène grandiose, de réaliser de vastes campagnes de propagande. L’ambassadeur britannique, Nevill Henderson, présent à Nuremberg lors du congrès de 1937, se retrouve dans la « Cathédrale de Lumière »((3))  et confesse avoir eu « l’impression d’être dans une cathédrale de glace et pour un instant (d’avoir) eu l’impression d’être un nazi moi-même ».
Pour renforcer leur aspect monumental, les Reichsparteitage bénéficient d’infrastructures impressionnantes, permettant l’accueil de quelque 500 000 participants. Le site des congrès du parti nazi représente donc, d’après les plans et les prévisions, un immense complexe architectural composé de plusieurs bâtiments : le stade – Deutsches Stadion –, le palais des congrès – Kongresshalle –, l’arène – Luitpoldarena –, et de terrains pour les manœuvres et les défilés : le champ de Zeppelin – Zeppelinfeld –, le champ de Mars – Märzfeld –, la Grand-rue – Großestraße.

La visite du site des congrès du parti nazi, principalement du champ de Zeppelin, de la Grand-rue, la salle des congrès et du stade, s’accompagne également d’une exposition permanente dans le Dokumentationszentrum, le Centre de Documentation. L’appellation est particulière car il n’est pas question, ici, d’un musée. On n’y trouve pas d’œuvres originales, mais plutôt des tableaux d’information. Le Dokumentationszentrum est inauguré en 2001 et n’a de cesse, depuis, d’attirer des visiteurs toujours plus nombreux.

La Kongresshalle

La visite, guidée et commentée par Matthias Gemählich s’ouvre sur la Kongresshalle, le Palais des Congrès.
La salle des congrès a été conçue par les architectes Ludwig((4)) et Franz((5)) Ruff, père et fils. La première pierre de l’édifice est posée en 1935.
La salle des congrès inspirée par Colisée de Rome, devait accueillir jusqu’à 50 000 personnes. Interrompue en 1939 par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la construction ne reprendra jamais. Toutefois le palais des congrès est le plus grand édifice conservé de l’architecture nazie.
Après 1945, l’édifice devient la propriété de la ville de Nuremberg et est par la suite utilisé comme entrepôt. Il y eut des plans de démolition pour permettre une reconversion du bâtiment. En stade de sport d’abord, dans les années 1960, puis en un centre de shopping dans les années 1980. Aucun de ces projets ne fut réalisé, moins pour des raisons politiques que financières.
Aujourd’hui la ville de Nuremberg est tenue de conserver la salle des congrès. Dans la partie nord de l’édifice se trouve le centre de documentation sur les congrès du parti nazi, la plupart des autres parties sont louées comme entrepôts à diverses associations privées.

 
Photographies 10 : la salle des congrès, état actuel (pour le projet voir ici)

 

 

La Großestraße

La visite s’est poursuivie par un passage sur la grande rue, la Großestraße, une monumentale allée d’1,5 km de longueur pour 60m de largeur. Elle a été conçue par l’architecte du régime, Albert Speer en personne, et était destinée à accueillir de gigantesques parades militaires. Toujours visible aujourd’hui, l’allée se compose de plus de 60 000 dalles de granit, taillées de telle sorte que leur longueur correspond à deux pas de l’oie.

L’orientation de la Großestraße est hautement symbolique. Au Nord, elle ouvre une perspective vers la ville médiévale de Nuremberg, dont on peut encore apercevoir le château et les principales églises. Elle longe un petit lac en bordure de la Salle de Congrès, lac dans lequel devait venir se refléter cet impressionnant monument d’architecture nazie. Au sud, l’allée devait mener jusqu’au champ de Mars. Quand bien même la perspective au Nord donnait l’image d’une Allemagne éternelle, avec les contours de la ville de Nuremberg, c’est bien vers le sud et vers le champ de Mars que la procession des soldats et des chars devait aller. Symboliquement, on partait donc du nord, c’est-à-dire du passé allemand symbolisé par la capitale de la Franconie, pour aller vers le sud, vers le futur de l’Allemagne.

La Großestraße ne fut pourtant jamais le théâtre de grandes parades puisqu’elle ne fut  achevée qu’en 1939. Après la guerre, elle servit pendant quelques mois à l’aviation militaire américaine. Restaurée au début des années 1990, cette immense allée sert aujourd’hui de parking lors de grands événements festifs célébrés aux alentours, festival de musique, fête de la ville, etc.

 
Photographies 11 : Les dalles de la grande rue aujourd’hui

 

La visite fait ensuite escale sur l’emplacement où devait être construit le Deutsches Stadion.

Le Deutsches Stadion

Du monumental stade souhaité par Hitler et dessiné par Speer, seule la première pierre fut posée par Hitler en 1937. Elle devait être la base d’un stade aux dimensions titanesques8, pouvant accueillir plus de 400 000 spectateurs. Son projet, Speer l’évoque dans son ouvrage Au cœur du IIIe Reich : il écrit avoir envisagé un stade en fer à cheval sur le modèle du stade panathénaïque d’Athènes.
Les travaux commencent en 1938 par le creusement d’une fosse. Toutefois, pour vérifier la cohérence du projet et l’exactitude de ses calculs, Speer fait élever – sur une colline choisie pour sa pente qui correspondait à celle du futur stade – des gradins en béton et en bois. La « dénivellation » eût été telle que les spectateurs auraient eu besoin de jumelles pour voir le stade. Il reste aujourd’hui des traces de béton de cette « maquette » en dimensions réelles.
Mais le projet fut, comme beaucoup d’autres dans cette zone, abandonné au début de la guerre et les travaux de constructions se limitèrent aux fouilles d’excavations. La nappe phréatique envahit une partie de la fosse qui devint « le lac d’argent » ; le reste de la fosse fut comblé par des décombres de la ville après les bombardements.
Le passage par l’emplacement du Deutsches Stadion nous amène au lieu sûrement le plus connu qui a servi, à de nombreuses reprises, à la propagande du parti nazi.

Le Zeppelinfeld

 
Photographies 12 : La tribune conçue par Albert Speer

 

Le lieu acquit son nom en août 1909, lorsque le comte de Zeppelin se posa dans le champ avec son dirigeable. L’événement marque les populations d’où la conservation du nom lors de son inclusion dans le Reichsparteitagsgelände.
Le champ a été réaménagé par Albert Speer qui fait construire une gigantesque tribune d’une hauteur de 23 m pour 50 m de large. La construction est réalisée entre 1934 et 1937.

Le lieu fut aménagé pour accueillir de gigantesques manifestations de masse. D’après le régime, les gradins pouvaient recevoir 50 000 participants et le champ 200 000. Ces chiffres sont, selon notre guide, surestimés, l’ensemble de l’infrastructure pouvant accueillir 100 000 personnes. L’architecture imposante permettait à Hitler de surplomber la foule. Ornée de deux colonnades accueillant des coupes à flammes, la tribune de bois est rebâtie en 1938 en pierre afin d’affermir son caractère imposant. L’entrée du Führer et des hauts dirigeants nazis se faisait par la salle d’or située à l’arrière de la tribune.

Plus que des meetings, les manifestations étaient destinées à l’émulation des masses et constituaient ainsi de grandes démonstrations de force. Les mises en scène calculées méthodiquement, suscitèrent l’admiration des participants étrangers. L’ambassadeur d’Angleterre raconte avoir été émerveillé en 1937 par la « cathédrale de lumière » pensée par Speer. Des projecteurs disposés à intervalle régulier autour du champ étaient allumés subitement entourant les lieux d’un halo de lumière.
Les rassemblements organisés sur le Champ aux Zeppelin étaient dédiés aux catégories non militaires du régime. On peut ainsi noter, une journée pour le service du travail Tag des Arbeitsdienstes, une pour la jeunesse hitlerienne Tag der Hitlerjugend, ainsi qu’une journée pour la société Tag der Gemeinschaft au cours de laquelle était organisée une gigantesque manifestation de femmes gymnastes.

Le 25 avril 19459, deux jours après la prise de Nuremberg, les Américains dynamitèrent la croix gammée ornant la tribune. La séquence filmée par l’armée américaine constitue une image forte de la chute du régime nazi. Les colonnades ont été détruites dans les années 1970 du fait de leur délabrement. Le grand mur situé à l’arrière de la tribune, utilisé pour des jeux de raquette par les nurembergeois, a aussi été sécurisé car il devenait dangereux.
Dans le contexte de pénurie de l’après-guerre, les coupes à flamme ornant les colonnades ont été utilisées par la municipalité afin de constituer des bassins destinés à la baignade des enfants.
Un travail de mémoire a commencé en 1985 avec l’organisation, dans la salle d’or, de la première exposition nommée « La fascination et la terreur sur les rassemblements des Reichsparteitage ».
Aujourd’hui le lieu est utilisé pour deux grandes manifestations : le festival de musique Rock Im Park, ainsi que la course automobile Norisring.

   
Photographies 13 et 14 : Sur les gradins, les publicités ont remplacé les étendards nazis. Une coupe à flamme, repeinte et transformée après 1945 en bassin pour enfants

Enfin, la visite s’achève par le centre de documentation.

Centre de documentation sur le site du congrès du parti nazi, le Dokumentationszentrum Reichsparteitagsgelände

Inauguré le 4 novembre, 2001, le centre de documentation, du 110 Bayernst à Nuremberg (photographie 1), se situe sur l’ancien site du congrès du parti nazi –Reichsparteitagsgelände –, au sud-est de la ville, au cœur de l’immense complexe architectural construit par les nazis pour leurs rassemblements et parades militaires annuels.
C’est à la fin des années 1990, que débute la construction du centre de documentation, selon les plans de l’architecte autrichien Günther Domenig, vainqueur du concours international organisé pour la circonstance. Günther Domenig a voulu faire de ce nouveau lieu un symbole architectural en « liant les deux bâtiments », c’est-à-dire, conserver dans un même site, le bâtiment original du palais des Congrès, reconnaissable à son architecture en briques et ériger en son sein, le nouveau centre de documentation en acier, clinker (ciment artificiel) et verre, avec une façade de granit. La singularité du site s’exprime aussi par la flèche de verre et de métal, sorte de javelot (Speer) qui transperce le bâtiment et dont la pointe marque la fin de l’exposition permanente et qui contraste avec l’architecture rigide et classique du Reichsparteitagsgelände.
Le centre de documentation n’est pas un musée, stricto sensu, car son exposition permanente ne dispose pas d’objets originaux, mais est constitué pour l’essentiel de tableaux d’information et d’audio-guides pour des visiteurs essentiellement allemands, anglo-saxons et canadiens.
L’intitulé de l’exposition permanente : Faszination und Gewalt (« Fascination et Terreur »), qui a accueilli en 2011, près de 200 000 visiteurs, illustre l’objectif mémoriel du centre à savoir présenter à un public, de scolaires de la région en majorité (près de 62 % des visiteurs, en 2011), l’histoire du nazisme, de l’ascension au pouvoir d’Hitler aux procès de Nuremberg, à travers 19 salles d’expositions, en particulier les salles 5 à 16 (du « mythe du Führer », au champ Zeppelin). Cette volonté pédagogique s’exprime également par l’existence de programmes éducatifs, dont des visites de terrain du Reichsparteitagsgelände et des forums d’étude, dans deux grandes salles du centre de documentation, lieux de débats entre élèves, professeurs et conférenciers du musée.

   
Photographies 15 : L’entrée du Dokumentationszentrum Reichsparteitagsgelände

 

Visite du Memorium des procès de Nuremberg

Le palais de justice de Nuremberg est connu pour avoir abrité le premier tribunal militaire international pour juger les grands criminels de guerre allemands entre le 20 novembre 1945 et le 1er octobre 1946. Aujourd’hui, la salle d’audience 600 est ouverte au public, qui peut la découvrir, accompagné d’un guide ou seul, et le troisième étage du palais de justice abrite une exposition permanente retraçant l’histoire des différents procès ayant eu lieu à Nuremberg (après le procès organisé par le tribunal militaire international, les procès dits « successeurs » organisé par le tribunal militaire américain) et l’histoire de la justice pénale internationale. L’une des particularités du palais de justice est cependant que, loin d’être seulement un musée, il encore en activité et rend la justice au nom du gouvernement de Bavière.

 
Photographies 16 : Entrée du Memorium

 

La salle d’audience n° 600, un lieu de justice

À la suite de la conférence interalliée de Londres, qui institue un tribunal militaire international pour juger les grands criminels de guerre nazis, l’Union Soviétique et les États-Unis s’opposent sur le lieu du procès à venir. Pour les Soviétiques, il doit se dérouler dans l’ancienne capitale du Reich, dans leur zone d’occupation. De leur côté, les Américains refusent, préférant la ville de Nuremberg, avec succès puisque Staline renonce à Berlin lors de la conférence de Potsdam. Les autorités américaines font toutefois deux concessions : le siège permanent du tribunal est fixé à Berlin, ainsi que la séance d’ouverture.
Pour ce premier grand procès international de dirigeants d’un État, le choix de Nuremberg peut sembler symbolique. Il a, en tout cas, été analysé comme tel par plusieurs observateurs. Nuremberg était la ville des congrès nazis, le lieu par excellence de la puissance des mises en scène du NSDAP. Y tenir les procès contre les grands criminels de guerre était alors un moyen, pour les Alliés, de mettre le régime en accusation à partir de la ville préférée d’Hitler et d’y clore une décennie de racisme d’État ouverte avec les lois antisémites de 1935. Mais en fait, pour l’armée américaine, c’est avant tout d’un point de vue matériel que Nuremberg était un lieu adéquat. D’une part, le palais de justice, la prison qui lui est reliée par un tunnel, l’hôtel de ville et le Grand Hôtel n’avaient  pas été détruits par les bombardements alliés sur la ville et les usines d’armement. D’autre part, Nuremberg se situe en position centrale sur le territoire allemand, est bien desservie par les voies de communication, et se trouve dans la zone d’occupation américaine.
La salle 600 est choisie par l’armée américaine car elle est la plus spacieuse. Cependant, encore trop exiguë pour accueillir les quatre délégations de procureurs, les juges et les accusés, les installations pour le filmage (inspirées par le réalisateur John Ford, qui a travaillé pendant la guerre pour l’Office of Strategic Studies, mais qui n’est à aucun moment présent à Nuremberg), les journalistes accrédités et les visiteurs souhaitant écouter les débats et l’exposé des preuves, elle est agrandie. Le mur arrière est abattu, et une galerie supplémentaire formant un balcon est construite. Un écran est également installé pour la projection de documents10 ainsi que les éléments techniques nécessaires à la traduction simultanée lors des audiences : pupitres, câbles, circuits électriques, etc. Pour des raisons de sécurité, les fenêtres sont condamnées. Les accusés sont amenés depuis la prison voisine par un couloir la reliant au palais de justice, avant de prendre un ascenseur pour monter et entrer par la porte faisant face aux fenêtres.

Après le procès des grands criminels de guerre nazis, les Américains organisèrent douze autres procès – appelés les procès successeurs ou les procès des professionnels – dans le palais de justice de Nuremberg et ce n’est finalement qu’en 1961 qu’ils rétrocédèrent le bâtiment au Land de Bavière.

L’exposition permanente, raconter et faire réfléchir

Depuis 2010, le palais de Justice de Nuremberg accueille le Memorium, qui fait partie intégrante du Centre de documentation de la ville, situé dans l’ancien Centre des Congrès. Au troisième étage du palais de Justice, cette exposition permanente reprend les grandes étapes et les enjeux principaux du tribunal militaire international, en l’inscrivant dans l’histoire de la mise en place d’une justice internationale.
L’exposition fonctionne au moyen de grands panneaux avec des iconographies, des textes explicatifs et aussi des tableaux, des schémas, des plans au sol, des écrans interactifs et divers objets, comme l’un des bancs des accusés. L’ambition affichée est pédagogique, avec pour public premier les scolaires allemands. Les premiers panneaux rappellent les principes des conférences de Genève et de La Haye au tournant du XIXe et XXe siècle, le pacte de la Société des Nations ou encore le pacte Briand-Kellog, puis ils expliquent les principes de la charte de Londres signée durant l’été 1945 et instituant le tribunal militaire international. L’essentiel de l’exposition présente le fonctionnement du tribunal, son organisation et ses grands moments. L’attention se porte en particulier sur les différents acteurs : les juges, les procureurs – à commencer par Robert H. Jackson, le procureur américain et aussi le maître d’œuvre du procès –, les 21 accusés (le banc de l’époque constitue l’une des pièces originales de l’exposition) avec une explication des chefs d’inculpation et des stratégies de la défense, les témoins. Certains aspects techniques sont explicités, tels que la machinerie nécessaire à la traduction simultanée, la place laissée aux journalistes, le filmage du procès. Après avoir récapitulé le déroulement du procès, un panneau rend compte des verdicts et une salle de projection permet de visionner et d’écouter les témoins appelés aux procès.
La deuxième partie de l’exposition revient sur les autres procès de criminels de guerre et insère le tribunal militaire international dans une histoire plus vaste : procès successeurs, procès organisés par les autres puissances occupantes dans leur zone d’occupation, procès de Tokyo pour les criminels japonais (dont le statut reprend le statut du tribunal militaire international)… Une salle présente également le renouveau de la justice internationale dans les années 1990, à la faveur de la fin de la guerre froide, avec le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et le tribunal pénal international pour le Rwanda, et les liens entre la justice rendue à Nuremberg et la Cour de Justice internationale de La Haye.
Loin d’être seulement un lieu de documentation, l’exposition se veut un espace pédagogique destiné à former. Elle se termine en effet avec une vidéo dans laquelle l’ancien correspondant américain de The Stars and Stripes, Norbert Ehrenfreund11, intervient longuement devant des adolescents, pour évoquer ses souvenirs de Nuremberg, son analyse de la justice internationale et du rôle des jeunes générations pour faire vivre une certaine idée de l’homme et du droit. Ce qui n’a d’ailleurs pas été de soi, et continue d’être en débat.

Tensions autour d’un projet historique

L’histoire de la salle n° 600 et de l’exposition permanente du palais de justice est révélatrice de tensions autour de l’utilisation de cet édifice et de sa finalité avec, en toile de fond, des visions différentes entre les acteurs allemands dans la gestion du passé et de la mémoire.
En 1961, lorsque les Américains quittent le palais de justice de Nuremberg, la salle est rendue au département de Justice de la Bavière. Le Land souhaitant en faire exclusivement un lieu de justice et tourner la page du passé, la salle 600 est totalement réaménagée et les meubles sont changés. Seuls restent les murs et leurs décorations. Dans les années 1980, une nouvelle prison est également construite pour accueillir les condamnés, l’ancienne ne servant qu’aux personnes en attente de jugement. À ce moment, la seule trace du passé de la dénazification est une plaque mentionnant que s’est déroulé dans ce lieu un procès devant un tribunal militaire international.
Les choix du Land de Bavière ne sont cependant pas sans rencontrer des oppositions croissantes. Au début des années 2000, sous la pression de l’association Geschichte für Alle e.V. – Institut für Regionalgeschichte, très liée au musée de la ville de Nuremberg, il autorise ainsi que soient organisées des présentations pour les touristes, principalement étrangers et notamment américains (il n’y a alors pas réellement de demande sociale forte à Nuremberg). Dans l’escalier qui permet d’accéder à la salle du procès, six tableaux sont accrochés avec des éléments d’information sur l’histoire du lieu, en anglais et en allemand. Mais, pour l’association et la ville de Nuremberg, il faut aller plus loin. Après plusieurs années, un nouveau compromis est élaboré, permettant la mise en place de l’exposition située au 3e étage du bâtiment, avec des financements venant de la ville, de l’état de Bavière et du gouvernement fédéral.

 
Photographies 17 : La salle d’audience 600, aujourd’hui

 

Aujourd’hui, la situation du palais de justice est encore loin d’être définitivement réglée. En effet, le compromis passé entre la Bavière et la ville de Nuremberg reste précaire. La municipalité, ses équipes culturelles et l’association Geschichte für Alle e.V. – Institut für Regionalgeschichte, souhaitent voir agrandi le Memorium. Ils veulent aussi que la salle 600 soit exclusivement consacrée à l’accueil de visiteurs. De son côté, le comité scientifique qui dirige le Memorium a pour projet de monter une Académie des principes de Nuremberg, une sorte d’école de droit et de justice internationale. Sans succès pour l’instant, la Bavière refusant de céder le lieu. Reste cependant que, dans cette perspective de basculement progressif du palais de justice d’une fonction judiciaire à une fonction d’histoire, le Memorium peut être considéré comme le témoin d’une transition entre une période marquée par la volonté de tourner la page du passé et une autre dans laquelle ce passé est redécouvert et valorisé.

Bibliographie :

http://www.gnm.de
Bernhard Deneke, Rainer Kahsnitz (éd.), Das Germanische Nationalmuseum. Nürnberg 1852–1977. Beiträge zu seiner Geschichte, Munich/ Berlin, Deutscher Kunstverlag, 1978.
François Delpla, Nuremberg : face à l’Histoire, Paris, L’Archipel, 2006.
Eckart Dietzfelbinger, Gerhard Liedtke. Nürnberg – Ort der Massen: das Reichsparteitagsgelände : Vorgeschichte und schwieriges Erbe. Berlin, Ch. Links, 2004.
Hilary Earl, The Nuremberg SS-Einsatzgruppen Trial, 1945-1958. Atrocity, Law, and History, Cambridge University Press, Cambridge, 2009.
Ernst Eichhorn, Kulissen der Gewalt: das Reichsparteitagsgelände in Nürnberg, Munich, Hugendubel, 1992.
Antoine Garapon, Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner : Pour une justice internationale, Paris, Odile Jacob, 2002.
Leon Goldensohn, Les entretiens de Nuremberg, Un psychiatre face aux criminels de guerre nazis, Paris, Flammarion, 2005.
G. Ulrich Großmann, Germanisches Nationalmuseum – Führer durch die Sammlungen,  Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 2001.
Irmtraud von Andrian-Werburg, Das Germanische Nationalmuseum: Gründung und Frühzeit. Begleitheft zur Ausstellung. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 2002.
Kosfeld Anne G., « Nürnberg », in: Etienne François, Hagen Schulze (éd.), Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, Munich, Beck, 2003, p. 68-85.
Léon Poliakov, Le Procès de Nuremberg, Paris, Julliard, 1971.
Alexander Schmidt, Geländebegehung. Das Reichsparteitagsgelände in Nürnberg, Nuremberg, Sandberg Verlag, 42005.
Telford Taylor, Procureur à Nuremberg, Paris, Seuil, 1998.
Markus Urban, Die Konsensfabrik. Funktion und Wahrnehmung der NS-Reichsparteitage 1933-1941, Göttingen, V&R, 2007.
Annette Wieviorka, Le procès de Nuremberg, Paris, Liana Levi, 1995.
Siegfried Zelnhefer, Die Reichsparteitage der NSDAP. Geschichte, Struktur und Bedeutung der größten Propagandafeste im nationalsozialistischen Feierjahr, Nuremberg, Korn & Berg, 1991.
The nazi party rally grounds in Nuremberg. A short guide, Nuremberg, 2009.
Fascination and Terror. Documentation Centre, Nazi party Rally grounds Nuremberg, Dokumentationszentrum, Nuremberg, 2006. [catalogue de l’exposition permanente]

Ce compte rendu est le résultat d’un travail collectif de :

9 encadrants
Anne COUDERC
Corine DEFRANCE
Isabelle DAVION
Maryvonne LE PULOCH
Josette MATEESCO
Alice TAJCHMAN
Fabrice VIRGILI
Éva WEIL
Annette WIEVIORKA

18 étudiants et jeunes chercheurs

Denise BARTFELD
Tal BRUTTMANN
Béranger CAUDAN-VILA
Jessica COHEN
Clément COUSTENOBLE
Latéfa FAÏZ
Romain FAURE
Hennig FAUSER
Annette GONDELLE
Bernard LUDWIG
Céline PAILLETTE
Anne PASQUES
Guillaume PAGÈS
Raymond PAQUET
Clément RILLON
Régis SCHLAGDENHAUFFEN
Antonin TISSERON
Bérénice ZUNINO

  1. « Le combattant » []
  2. Jusqu’en 1934, année où ils sont dissous et leur chef, Ernst Röhm, exécuté, lors de la « nuit des Longs Couteaux » du 29 au 30 juin 1934. []
  3. À l’initiative d’Albert Speer et Joseph Goebbels, le champ de Zeppelin est entouré de projecteurs aériens orientés vers le ciel, qui forment une coupole de lumière lorsque les faisceaux se croisent. []
  4. Décédé en 1934 []
  5. 1906-1979 []

Humboldt dans tous ses Etats. Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989, entre dynamiques endogènes et transferts internationaux

Date : 10/05/2012

Lieu : EHESS, Paris

Organisateur : Dorota Dakowska

Programme : L’académie en chantier. Transformations des universités centre-est-européennes depuis 1989

 

La journée d’études intitulée « Humboldt dans tous ses Etats. Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989, entre dynamiques endogènes et transferts internationaux » visait à interroger, de manière comparée, les transformations des systèmes de l’enseignement supérieur à partir de plusieurs terrains centre-est européens. Le choix de ces terrains permet d’interroger les réformes de l’enseignement supérieur dans le double contexte des transformations post-communistes (et donc, des transformations plus générales de l’Etat) et de la reconfiguration géopolitique que connaît cette région après 1989 avec, notamment, le processus d’adhésion à l’Union européenne. En cherchant à articuler les différentes échelles d’analyse (macro, meso, micro), les communications présentées lors de la journée ambitionnent de mettre en évidence des phénomènes de latence, mais aussi des évolutions entamées dès le début des années 1990, qui ne se résument pas nécessairement aux convergences constatées dans le cadre du Processus de Bologne, mais peuvent au contraire attester de divergences ou de spécificités nationales. Les communications de la première session rendent compte des logiques et des dynamiques du changement ainsi que de la recomposition du rapport public/privé. Les communications de la seconde session focalisent l’analyse sur des disciplines et institutions de recherche qui donnent à voir la formation de nouveaux rapports au savoir. Toutes accordent une attention particulière aux acteurs (universitaires, experts, …) de ces transformations des espaces académiques et s’attachent à soulever de nouvelles questions de recherche. La journée s’est terminée par une table ronde avec des experts internationaux de l’enseignement supérieur (Nina Kancewicz Hoffman et Lazar Vlasceanu), témoins et acteurs privilégiés des transformations évoquées.

Première session. Les réformes de l’enseignement supérieur dans le contexte des transformations systémiques : la recomposition du rapport public/privé

Carole Sigman évoque « le brouillage des frontières public-privé dans l’enseignement supérieur russe depuis la chute de l’URSS », mettant en évidence deux configurations différentes. Dans un premier temps, les années 1990 sont caractérisées par un phénomène d’hybridation public/privé, dans un contexte de reconstruction de la sphère publique marquée par le désengagement de l’Etat. L’hybridation permet ainsi aux établissements publics de lever des fonds supplémentaires (« extra-budgétaires »). Ces fonds proviennent notamment des frais d’inscription acquittés par la population étudiante, qui croît de manière importante depuis le milieu des années 1990. On observe ainsi la croissance d’institutions d’enseignement supérieur (ES) non-étatiques tandis que le nombre d’institutions étatiques stagne. Dans un second temps, l’accession au pouvoir de Vladimir Poutine s’accompagne d’une volonté du pouvoir central de reprendre la main sur le secteur public de l’ES et d’une augmentation significative de son budget. L’adoption du New Public Management vise à combiner intervention de l’Etat et désengagement de l’Etat. On assiste ainsi davantage à une tentative de domestication de l’hybridation plutôt qu’à sa remise en question.

Daniel Hechler s’intéresse aux transformations de l’ES en ex-RDA au cours de la période 1989-1995 ainsi qu’à la mémoire de la gouvernance communiste des universités. Contrairement à la plupart des autres pays post-communistes, la distinction public/privé n’est pas pertinente en Allemagne, où le secteur privé de l’ES ne concerne qu’une part résiduelle des étudiants. Cette distinction n’est d’ailleurs pas apparue au cours du processus de transformation post-communiste. Deux récits de ce processus (celui des gagnants et celui des perdants) s’opposent, la principale controverse portant sur la dimension personnelle des transformations. Ces dernières se sont accompagnées d’une importante dimension de lustration, les instituts considérés comme les plus compromis idéologiquement (philosophie, histoire, sociologie) étant purement et simplement liquidés. Le processus a également entraîné une réduction de 60% du nombre d’universitaires en ex-RDA. La principale singularité de la transformation est-allemande réside dans la nature même du changement, qui consiste principalement en un transfert des institutions et une adaptation des structures de la RFA vers l’ex-RDA.

Julita Jablecka présente les principales transformations institutionnelles de l’ES polonais de 1990 à 2011, en s’intéressant tout particulièrement à l’adoption de différentes législations au cours de cette période. Si le changement est radical dès 1990, avec la désidéologisation et l’autonomisation des structures, la suite se présente sous la forme d’ajustements ponctuels. L’ES polonais est particulièrement marqué par la croissance exponentielle du nombre d’établissements, principalement due à la création d’un secteur privé devenu aujourd’hui l’un des plus importants du monde. L’apparition d’un secteur d’ES privé s’accompagne de la généralisation du pluri-emploi chez les universitaires, qui cumulent ainsi plusieurs salaires, dans un contexte de sous-financement chronique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

La présentation de Svetlana Dimitrova s’intéresse aux transformations de l’ES en Bulgarie, où la « réforme » de l’ES, quoique régulièrement invoquée dans les discours politiques et médiatiques, semble surtout caractérisée par ses ajournements successifs aux cours des vingt dernières années. Au cours des années 1990, le pays connaît une massification de l’enseignement supérieur et une hausse du nombre d’étudiants, qui s’accompagne d’une croissance du nombre d’établissements d’ES. En raison de l’évolution de la démographie, la population étudiante a cependant tendance à fortement diminuer au cours des dernières années. Ces transformations s’accompagnent de changements dans la condition matérielle des universitaires ainsi que dans le travail académique, dans une logique de concurrence internationalisée. En sciences humaines et sociales tout particulièrement, la recherche est très fragmentée du fait de la taille du pays, qui favorise le développement de petites structures telles que les fondations ou les think tanks.

Zarko Dragsic se penche sur la croissance du secteur privé d’ES en Croatie et en Macédoine. Ces deux pays, bien qu’issus du même ensemble (l’ex-Yougoslavie) ont connu un développement différencié de l’ES privé. Cette présentation cherche à établir une typologie des institutions d’ES privé et interroge les critères qui permettent de les caractériser comme telles.

Deuxième session. Saisir le changement : disciplines, professions, nouveaux lieux de production de savoirs

La communication d’Irmina Matonyte analyse l’émergence d’une science politique (discipline qui n’existait pas en tant que telle à l’époque soviétique) en Lituanie au début des années 1990 et le rôle joué par les acteurs extérieurs dans ce processus. La période 1990-1996 constitue la phase embryonnaire du développement de la science politique lituanienne, qui se forme en opposition à l’héritage scientifique soviétique et réinvente une tradition qui remonte à l’entre-deux guerres. La désétatisation et la désidéologisation de la science politique doit beaucoup à l’intervention d’acteurs extérieurs, qu’il s’agisse de chercheurs lituaniens de retour d’émigration ou bien de soviétologues et transitologues occidentaux.

Valentin Behr s’intéresse à l’évolution du métier d’historien en Pologne, entre les transformations de l’espace académique et les recompositions du jeu politique. L’analyse, centrée sur les spécialistes d’histoire contemporaine, étudie dans un premier temps l’évolution des carrières, marquées par l’apparition de nouveaux débouchés tels que les établissements d’ES privés ou encore une institution mémorielle telle que l’Institut de la mémoire nationale (IPN). L’évolution des carrières est différenciée selon les générations, les universitaires les plus avancés dans la carrière académique étant proportionnellement plus nombreux à connaître des situations de pluri-emploi entre secteur public et secteur privé, tandis que les plus jeunes (doctorants et docteurs) sont surreprésentés à l’IPN. Dans un second temps, la communication analyse les effets du travail à l’IPN sur l’écriture du récit historique et la contrainte que fait peser la structure institutionnelle sur les chercheurs.

Pierre-Louis Six étudie l’Institut d’Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO) du point de vue de la recomposition de ses rapports à l’Etat et de l’internationalisation. Le MGIMO, en tant qu’ « école du pouvoir », occupe une place privilégiée dans la formation de l’élite soviétique. L’évolution du champ universitaire russe au cours des années charnières de la Perestroïka et dans les années qui suivent le démantèlement de l’URSS est analysée à partir d’un approche qualitative centrée sur les professeurs du MGIMO, qui met en évidence les bouleversements dans la disposition des capitaux structurant cet espace social singulier, mais aussi des interprétations divergentes quant au sens à donner à ces transformations.

La présentation de Laure Neumayer revient sur l’invention des études européennes en tant que discipline académique en République tchèque, à partir d’une approche micro-sociologique centrée sur l’analyse des carrières et des ressources des acteurs du champ académique. Si des acteurs internationaux, et notamment la Commission européenne, ont favorisé ce processus, l’impact de l’adhésion à l’UE sur le champ académique tchèque reste limité en raison de l’héritage du passé. L’invention des études européennes (et la réémergence des sciences sociales tchèques) est le fruit du travail de trois générations successives, assez hétérogènes en termes de carrières, de spécialisation et de capital politique. La succession de ces trois générations au cours des années 1990 et 2000 témoigne d’une redéfinition des capitaux légitimes au sein du champ académique.

Enfin, Nina Kancewicz-Hoffman et Lazar Vlasceanu proposent un regard à la fois plus général et plus personnel sur les transformations de l’enseignement supérieur en Europe centrale en partant de leur propre expérience en tant que responsables et conseillers impliqués dans ce processus. Ils abordent les différentes phases des réformes et la question des transferts transnationaux avec, notamment, le rôle joué par les programmes européens.

Les enjeux religieux du discours historique à l’époque moderne

Date : 22 – 24 mars 2012

Lieu : Erfurt (Allemagne)

Organisateurs : Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne)

Programme : Histoire – Pouvoir – Religion

 

Ce colloque qui s’est tenu à Erfurt était organisé avec le soutien financier de :

Université d’Erfurt, Université Paris-IV La Sorbonne, groupe de recherche international « Histoire et pouvoir » du Centre de Recherche du Château de Versailles (CRCV), Centre interdisciplinaire d’études et de recherche sur l’Allemagne (CIERA) et Bureau de coopération universitaire Potsdam, Institut français d’Allemagne.

Colloque placé sous la direction de Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et de Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne).

L’ouverture de ce colloque international a été assurée par Madame Susanne Rau et Monsieur Gérard Laudin qui rappellent que ces travaux s’inscrivent dans le prolongement de deux colloques sur l’idée d’Empire qui se sont tenus à Versailles en 2008 (actes publiés) et à Madrid en 2009 (actes en cours de publication). Ils s’inscrivent aussi dans la suite des « ateliers » plus spécialement destinés aux doctorants qui se sont tenus les 3 et 4 décembre 2010 au Forschungszentrum Gotha de l’Université d’Erfurt et les 18 et 19 mars 2011 au Centre Malesherbes et à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne. Les travaux de ces trois jours de colloque constituent ainsi la conclusion de cette phase et sont destinés à dresser le bilan de l’ensemble de ces recherches.

Les multiples aspects de la problématique ont conduit les organisateurs à proposer une articulation des travaux autour de sept thèmes différents suivis d’une table ronde :

  1. La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

  2. Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

  3. L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

  4. Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

  5. Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

  6. Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

  7. L’historiographie des minorités religieuses et des dissidents / hétérodoxes, essais d’historisation de l’altérité religieuse

  8. Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

I – La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

Après l’accueil des participants par Madame Susanne Rau (Université d’Erfurt) et les paroles de bienvenue de Monsieur Philippe Wellnitz (Attaché de Coopération Universitaire à l’Institut de français de Berlin), Madame Chantal Grell (Versailles-St. Quentin) présente les enjeux de ces travaux sur « Histoire et Pouvoir », rappelle l’ensemble du programme de recherches à travers l’évocation des colloques de Madrid et de Versailles et en récapitule les premiers résultats. Gérard Laudin (Paris-IV La Sorbonne) ouvre alors les travaux du colloque dans une introduction centrée sur la controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne.

II – Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

La contribution de Clarisse Roche (M.A. Paris-IV La Sorbonne/Universität Wien) s’attache à la figure du prédicateur viennois Georg Scherer (1540-1605). Dans un sermon prononcé en 1585 le paysage viennois sert de coulisse à sa perception de l’Histoire Sainte : interprétant pour ses auditeurs le livre de la Nature, il décèle les traces de l’Histoire Sainte dans l’espace et dans le temps présents. Les épisodes de la création, de la résurrection et de la vie éternelle sont perceptibles hic et nunc, dans l’Autriche du XVIe siècle. La sacralisation du monde à laquelle se livre le prédicateur jésuite va alors de pair avec une sacralisation de l’Eglise, révélant ainsi, par delà le schisme religieux qui marque la ville à la fin du XVIe siècle, la continuité entre l’Eglise catholique et l’histoire viennoise.

Ulman Weiß (Université d’Erfurt) s’intéresse à l’univers des médecins paracelsiens qui étaient convaincus, à la seule condition d’une praxis pietatis personnelle, de l’effet immédiat de l’esprit de Dieu. Jakob Schalling (1587-1632), qui a étudié à Erfurt et à Jena, fait partie de ces médecins : dans son « Traité d’Ophtalmologie » (Ophthalmia) publié en 1605 en latin et en allemand, il fut le premier à décrire la cataracte comme opacité de la lentille de l’oeil. Schalling qui faisait partie de l’ordre hermétiste des Rose-Croix voulait œuvrer à la rénovation de la société dans son ensemble, certain d’y parvenir en exerçant son activité de chymicus et de medicus dont l’archidiater est le Christ seul. Dans ses ouvrages, il souligne notamment la nécessité d’une « General Reformation » qui ne réussira que si le medicus, guidé par l’esprit, montre aux hommes le chemin qui permettra de parvenir à une véritable réforme du monde.

III – L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

Le professeur Alfredo Alvar Ezquerra (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, Madrid) aborde le problème de la construction de la mémoire à travers la canonisation de saint Isidore (patron de la ville de Madrid) vers 1620. Si saint Isidore est censé avoir vécu en Espagne au XIe et au XIIe siècle, la première biographie manuscrite qui soit parvenue jusqu’à nous date en réalité du XIIIe siècle. C’est sur la base de ce texte que furent écrites les hagiographies du XVIe siècle qui sont à l’origine de la tradition actuelle. Il manquait à la ville de Madrid, siège permanent de la cour à partir de 1561, des symboles susceptibles de lui donner une identité propre. Dans ces conditions, le souhait de la population de Madrid d’avoir un saint patron protecteur trouve le soutien du magistrat de la ville, même si la canonisation se heurte à divers problèmes qui expliquent qu’elle n’eut lieu qu’en 1622. L’étude des pièces ayant servi au Saint Siège dans le cadre de cette canonisation révèle l’absence de tout document scientifique, les seuls arguments en faveur de la canonisation de saint Isidore semblant se réduire au besoin que l’on avait de créer une figure tutélaire à laquelle on pourrait s’identifier.

Pierre Lurbe (Université Paul Valéry – Montpellier 3) met en évidence les tentatives de légitimation historique de l’Eglise d’Angleterre dans une perspective anglicane, de William Laud à Edward Stillingfleet. S’appuyant sur l’affirmation de William Laud « We live in a Church Reformed, not in a Church made new », l’Eglise anglicane cherche à légitimer son existence grâce à la construction d’un fondement historique qui remonte jusqu’aux origines pauliniennes. L’ouvrage de Gilbert Burnet History of the Reformation (1679) et, quelques années plus tard, celui d’Edward Stillingfleet Origines Britannicae (1685) retracent l’histoire de l’Eglise anglicane dans cette perspective. Au début du XVIIIe siècle, John Inett complète l’histoire de Stillingfleet dans son Origines Anglicanae (1704-1710) en la poursuivant jusqu’au moyen âge. Usant des plus récentes avancées dans le domaine de l’historiographie, ces auteurs réécrivent l’histoire dans une double perspective : légitimer l’Eglise anglicane et consolider la monarchie, ces deux institutions étant, depuis l’Act of Supremacy (1534,1558) inextricablement liées.

La contribution de Jan Marco Sawilla (Université de Constance) intitulée De la religion des Native Americans dans les écrits historiques et ethnographiques du XVIIIe siècle traite, à partir des écrits consacrés à la French and Indian War, des tentatives qui cherchent à comprendre les us et coutumes des indigènes nord-américains dans une perspective ethnographique. A partir de la confrontation du contenu des mémoires et journaux de guerre avec les publications ethnographiques, on peut s’interroger sur la perception européenne de la religiosité des populations indigènes qui ne saurait se réduire à la traditionnelle dichotomie entre « barbare » et « civilisation ». Peu à peu, l’image des « indiens » s’éloigne en effet de la simple représentation de peuples exotiques et gagne des contours qui lui sont propres. En comparant les quatre volumes des Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps publiés en 1724 par le jésuite Joseph-François Lafitau, un travail réalisé dans la tradition des ethnographes antiques, et les nouvelles perspectives qui découlèrent de la confrontation directe avec les indigènes, il est possible de s’interroger sur la pertinence de positions d’observation différentes et sur leur évolution au XVIIIe siècle.

La présentation d’Eckard Leuschner (Université d’Erfurt) en collaboration avec Yahya Kouroshi (M.A. Université d’Erfurt) s’interroge sur les notions de topographie et de partialité à partir de l’ouvrage de Bernhardino Amico publié en 1609 à Rome et en 1620 à Florence : Terra Sancta. Dans ce compendium consacré aux sites sacrés de Bethlehem et de Jérusalem, l’auteur mêle les informations topographiques objectives et la dénonciation de la difficile situation des chrétiens locaux. Ce franciscain qui a longuement séjourné à Jérusalem a dédié la seconde édition de son ouvrage, richement illustré par Jacques Callot (les gravures de la première édition sont de Antonio Tempesta), au grand duc Cosme II de Médicis qui n’avait pas entièrement abandonné l’idée d’une nouvelle croisade. Dans sa description des sites, Amico oscille en permanence entre les traces de la vie du Christ et des premiers chrétiens et les réalités politiques de sa propre époque. L’analyse de ces descriptions et de leur visualisation permet de mettre en évidence le « sens chrétien » dont Amico charge la structure urbaine de la Jérusalem ottomane.

IV – Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

Caroline Callard (Université de Paris-IV La Sorbonne) interroge l’articulation historique et l’histoire civique à partir des archives sacrées de l’Italia sacra de Ferdinando Ughelli (1596-1670). Publiée entre 1644 et 1662, cette histoire des évêques de la péninsule italienne écrite par un abbé cistercien a été réalisée grâce à la mobilisation d’un vaste réseau de correspondants (483 correspondants pour 1533 courriers) qui confirment l’intensité de la coopération entre Rome et les diocèses italiens. L’articulation de l’ouvrage qui combine écriture historique et publication des sources est le fruit de cette collaboration qui témoigne d’un dialogue fécond entre Rome et ses diocèses dans l’élaboration d’une histoire de l’Eglise italienne : elle constitue une parfaite illustration du gouvernement de l’Eglise qui est loin de se réduire au simple constat de la prééminence centralisatrice du Vatican.

V – Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

Dans cette cinquième partie du colloque, David García Hernán (Université Carlos III de Madrid) analyse la littérature du Siècle d’Or dans une contribution intitulée : Los contenidos historiográficos politico-religiosos subyacentes en la literatura del Siglo de Oro español. Centré sur l’analyse des messages de nature politique et religieuse contenus dans l’excellente littérature de cette période, son étude prend non seulement en compte les traités, essais et travaux d’historiographie mais aussi des genres tels que le théâtre, les récits ou la poésie qui véhiculent souvent un important substrat idéologique dont l’efficacité est souvent plus grande encore en raison de la nature indirecte de sa transmission. Ces messages, à travers leur répétition, contribuaient sans aucun doute à la création d’une conscience historique dans l’esprit du public. Certes, cette conscience n’était pas toujours en rapport avec la réalité des faits, mais pour une nation « convaincue de sa mission » cette conscience historique avait des conséquences non négligeables sur ses relations avec les autres pays.

Dominik Fugger (Université d’Erfurt) s’intéresse dans son article à Nicolas Lenglet du Fresnoys (1674-1755). Dans sa contribution intitulée Subversion avec méthode. Nicolas Lenglet du Fresnoy et la fable de la papesse Jeanne, il analyse un ouvrage publié en 1713 et souvent réédité : Méthode pour étudier l’Histoire. Cet ouvrage prévu à l’origine en deux volumes atteindra finalement pas moins de quinze volumes dans l’édition posthume de 1772. L’importance de cette « méthode » explique qu’il en existe deux traductions en allemand : l’une parue à Leipzig en 1718, l’autre à Gotha en 1752-1754. La fable de la papesse Jeanne fait partie de ces « événements » qui trahissent l’appartenance confessionnelle des historiens de la première modernité. Avec les Lumières, les stéréotypes commencent à s’effacer peu à peu : sur ce chemin, David Blondel et Leibniz constituent des étapes particulièrement significatives. Avec l’acceptation progressive du caractère fictionnel de ce personnage s’ouvre chez Lenglet du Fresnoys la possibilité d’une réflexion sur la fonction des éléments non-historiques dans l’histoire. Mais les limites de ce discours qui touche à l’exigence contemporaine de la vérité historique dans l’historiographie sont fixées par la censure qui détermine le cadre du dicible.

Stefan Bauer (Italienisch-Deutsches Historisches Institut Trient) présente un travail sur L’opposition entre compilation et analyse comme point d’entrée dans l’histoire de l’Eglise au XVIe siècle : le cas Onofrio Panvinio. Dans sa contribution, il s’intéresse à deux textes, ou groupes de textes : les histoires des familles romaines, et l’histoire des élections pontificales de l’ermite augustinien Onofrio Panvinio (1530-1568). L’histoire des élections pontificales, De varia creatione Romani pontificis, est la première étude exhaustive de ce genre. Onofrio Panvinio a-t-il fait simplement œuvre de compilateur, se contentant de collecter et de sélectionner ses textes de référence, ou bien a-t-il procédé à une analyse de ce matériel pour en tirer un sens historique ? En réalité, la sélection des sources, les textes retenus et les « délaissés » constituent déjà une première analyse interprétatrice, mais ces textes permettent aussi plus largement de mettre en évidence la nature du travail historiographique au XVIe siècle. La tension entre compilation et analyse apparaît ainsi comme une donnée intrinsèque des travaux historiques de cette période.

VI – Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

Thomas Wallnig (Université de Vienne) et Joëlle Weis (M.A. Université de Vienne) s’interrogent sur les pratiques érudites à partir de la correspondance de Jean Frédéric Schannat. Chaque pratique érudite contient des « vertus épistémiques », c’est-à-dire un cadre de valeurs à respecter par les savants. Cette vérité générale l’est davantage encore pour les membres de l’Eglise qui voient ces valeurs fixées par le cadre institutionnel dans lequel ils évoluent. Mais les correspondances érudites qui témoignent de l’apprentissage et de la mise en pratique de ces vertus permettent aussi de déceler leur remise en question par les gens de lettres. A partir d’une analyse sélective de la correspondance de Jean Frédéric Schannat (1683-1739), érudit luxembourgeois au service de plusieurs dignitaires ecclésiastiques, cette contribution analyse l’adaptation permanente de ces pratiques érudites chez un érudit dont la flexibilité constitue la garantie d’emploi auprès des maîtres successifs qu’il est amené à servir.

Mona Garloff (M.A. Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) propose une analyse de la légitimation de la pensée irénique vers 1600 à travers les éditions et bibliographies de Jean Hotman. La contribution de ces écrits au débat de l’humanisme tardif s’appuie sur l’idée de paix dans l’Eglise, un des topoï les plus importants de cette période. L’argumentation des textes iréniques sera actualisée pendant des siècles afin notamment de légitimer les projets de conciliation entre les Eglises à des moments où les affrontements religieux étaient les plus intenses. Pères de l’Eglise et théologiens humanistes constituent des textes de référence pour les auteurs iréniques qui rejettent la logique confessionnelle qui s’est mise en place. Dans la pensée irénique, l’état idéal de l’Eglise du futur se présentait comme un reflet d’une Eglise antique idéalisée pour son caractère consensuel. L’œuvre de Jean Hotman (1552-1636) est exemplaire de ce discours irénique : deux éditions de théologiens de la première moitié du XVIe siècle et une bibliographie des œuvres iréniques permettent à l’auteur de pointer les lignes imaginaires qui reliaient les projets œcuméniques de la première moitié du XVIe siècle aux efforts de son époque. Une analyse des méthodes de sélection, de compilation et de corrections permet de comprendre le travail réalisé par Hotman pour adapter ces textes aux contextes politiques et ecclésiastiques contemporains.

Jean-Claude Colbus (Université Paris-IV La Sorbonne) présente une contribution consacrée au problème de l’historiographie au début du XVIe siècle à travers la Chronique de Sebastian Franck. Si Sebastian Franck est sans conteste un des plus éminents historiens allemands du début du XVIe siècle, c’est avant tout un écrivain qui sait manier la langue allemande avec une rare précision, soutenu en cela par une conscience aiguë de l’importance d’un outil qu’il ne cesse de perfectionner. Dans sa Chronique, un ouvrage au ton particulièrement subversif publié en 1531 à Strasbourg et réédité en 1536 à Ulm, il dénonce avec une vigueur sans précédent les dérives des autorités tant ecclésiastiques que civiles. Constatant l’échec de la réforme luthérienne, dû selon lui à la polysémie d’une parole inadaptée à l’édification d’une Eglise nouvelle, Sebastian Franck trouve dans l’histoire une autre voie d’accès à la Révélation. Opposant à la polysémie du Verbe, la monosémie de l’expérience, de l’image visualisatrice, l’historien invite son lecteur à le suivre sur le chemin d’un doute novateur. Cette communication analyse certains procédés de l’écriture historienne afin de mettre en évidence l’importance du travail de ré-écriture. Au bout de cet « iconoclasme spirituel » se profile alors la nouvelle vision d’une communauté spirituelle de tolérance, diaspora universelle des hommes en quête de Dieu.

Anne Lagny (Ecole Normale Supérieure de Lyon) analyse l’image de l’Eglise à travers l’historiographie piétiste. Publiés en 1675, les Pia Desideria du pasteur Philipp Jacob Spener sont le manifeste du piétisme luthérien. Partant du constat de la corruption de l’Eglise actuelle, il propose une réforme de cette institution : les fidèles doivent se concentrer sur la pratique de la foi, à l’image des chrétiens de l’Eglise primitive ; quant à l’Eglise, en bannissant l’esprit stérile de la controverse et de la querelle religieuse, elle pourra restaurer l’idéal de la piété évangélique. L’histoire de l’Eglise et des hérésies de Gottfried Arnold (Unpartheyische Kirchen- und Ketzerhistorie) parue à Quedlinburg en 1699 est la transposition de ce programme religieux dans l’écriture de l’histoire. En se recentrant sur la présence de l’Eglise invisible dispersée parmi les peuples, l’Eglise retrouvera la pureté de l’Eglise primitive : la réception contrastée de cet ouvrage qui prétend réserver un traitement équitable aux hérésies et aux hérétiques – des éloges de Thomasius aux injures des théologiens orthodoxes – témoigne de son inscription dans le champ de la controverse. Comme on peut le constater, cette histoire prétendument « impartiale » de l’Eglise est, elle aussi, une histoire engagée…

Frédéric Hartweg (Strasbourg/Oberhausbergen) présente une contribution intitulée : Identité et appartenance nationale, ecclésiale et linguistique aux XVIIIe et XIXe siècles au miroir de témoignages et de l’historiographie contemporaine dans le Refuge huguenot en Prusse-Brandebourg. La question de l’identité occupe une place centrale dans l’abondante production historiographique publiée à l’occasion du jubilé du Refuge huguenot. Dans le creuset que fut Berlin, les classes dirigeantes intellectuelles, administratives et ecclésiastiques se rapprochèrent rapidement des milieux politiques locaux. Si la question de l’identité se pose d’emblée, elle prend des proportions nouvelles dans la deuxième moitié du XVIIIe et au début du XIXe siècle. La deuxième, mais plus encore la troisième génération sera confrontée à la question de la pérennité de la colonie et de ses institutions. Que ce soit le maintien d’associations caritatives internes à la colonie ou la défense de la langue française dans le cadre des offices religieux, les exemples sont nombreux qui témoignent de ces difficultés grandissantes. Les guerres napoléoniennes donneront finalement à la colonie l’occasion d’exprimer sa loyauté envers la dynastie prussienne et favoriseront aussi l’émergence d’un sentiment national allemand.

VIII – Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

La contribution de Jörg Rüpke (Université d’Erfurt) dans le cadre de la table ronde finale est dédiée aux origines de l’historiographie religieuse à Rome. L’analyse de l’historicisation du phénomène religieux dans la République romaine tardive se fait en deux temps. D’une part, un commentaire sur le calendrier romain dans le temple d’Hercules Musarum, tel qu’il est analysé dans le cadre des Annales d’Ennius et de son Euhemerus (première moitié du IIe siècle av. J.-C.). Le supplément aux listes des dates et des consuls prend la forme d’une interprétation historique de l’institution du calendrier. Dans un deuxième temps, l’analyse se concentre sur l’œuvre fragmentaire de Varron (50 av. J.-C. environ), en particulier les Antiquitates rerum divinarum. Contrairement à ses prédécesseurs, Varron présente l’histoire d’un empire en train de s’établir : l’histoire est ici utilisée pour créer de nouveaux liens entre les futurs citoyens de l’Imperium Romanum. Dans cette même période, on trouve, quelques décennies plus tard, les origines de l’historiographie universelle.

Conclusion et discussion finale

C’est Markus Völkel (Université de Rostock) qui tire un premier bilan de ces trois jours de travaux. Soulignant la grande variété des thèmes et des époques abordées, il insiste sur la nécessité de dégager des outils méthodologiques communs susceptibles de mieux cerner la réalité historiographique du discours historique sur la religion. Poursuivant dans cette voie, plusieurs intervenants mettent également l’accent sur la nécessité de prendre en compte la position sociale, politique, institutionnelle de l’historien qui exerce une influence déterminante sur ses travaux historiques. En matière religieuse, comme en bien d’autres domaines, l’historiographie apparaît bien souvent comme la traduction de l’instrumentalisation plus ou moins consciente du matériau historique à des fins qui lui sont étrangères.

Une présentation par affiche pour jeunes chercheurs vient compléter ces travaux :

Sever-Cristian Oancea (Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) présente l’image du règne catholique dans l’historiographie saxonne transylvaine (1690-1750) : les ouvrages de Martin Schmeizel notamment contribuent à l’éloignement de la « culture officielle » de Vienne et à la formation d’une identité saxonne qui perdurera jusqu’à l’arrivée du communisme en Roumanie.

Damien Séveno (Erfurt/Lyon) dévoile une affiche visualisant les représentations de la Guerre des Paysans dans les territoires allemands du XVIe siècle jusqu’à nos jours. Tour à tour présentés comme des révoltés sanguinaires ou chantés comme les premiers révolutionnaires d’une ère nouvelle, cette page de l’histoire subit des mutations dans la représentation historique qui traduisent bien l’instrumentalisation de l’histoire à des fins de propagande.

Compte rendu rédigé par Jean-Claude Colbus (Paris-IV La Sorbonne)

Les usages de la photographie dans la recherche urbaine

Date : 8 et 9 décembre 2011

Lieu : Agora de Nanterre

Organisateurs : Cécile Cuny (IFU-UPEMLV / CRESPPA-CSU) ; Alexa Färber (HafenCity Universität Hamburg / Kultur der Metropole) ; Héloïse Nez (Université Paris 13 / LAVUE-CRH)

Programme : Photographier la ville contemporaine : une nouvelle dimension de l’enquête

L’appel à communication a suscité 75 propositions, dont seulement une vingtaine ont été présentées lors des deux journées de colloque. Ce succès révèle le développement du recours aux images, en particulier photographiques, dans la pratique des (jeunes) chercheurs en sciences sociales. Nous assistons de fait à l’essor d’une culture visuelle dans ces disciplines.

Je vais commencer par récapituler les différents usages de la photographie dans les recherches qui nous ont été présentées.

Production de photos sur le terrain d’enquête :

  • Entrée et acceptation sur le terrain (Conord).

  • Technique d’observation : gentrification (Launay, Nez) ; propreté des rues (Guinchard) ; usages de la rue (Nitescu) ; traces des clandestins (Thomas) ; anonymat dans la rue (Jarrigeon) ; frontières à Belfast (Ballif) ; usage d’une place publique à Barcelone (Monnet) ; projet urbain participatif (Mamou) ; atlas de Venise (Andrieux).

  • Représentations des acteurs concernés, à travers la réalisation de leurs propres photos : propreté des rues (Guinchard) ; image de leur quartier (Schoepfer).

  • Interview à partir de photos (photo-élicitation) : image de leur quartier, à Genève (Schoepfer) et Berlin (Cuny) ; propreté des rues (Guinchard).

Analyse d’un corpus de photographies existantes :

  • Traces du passé urbain, à Paris (Backouche ; Bonzon, Chirio, Lemire) ou sollicitant la mémoire des habitants actuels : Crète (Ballesta).

  • Atlas photographique de Venise (Andrieux).

  • Missions photographiques : ex-Allemagne de l’Est (Bertho) ; Beyrouth (Brones).

  • Fonds d’un même photographe : Johannesburg (Feyder).

  • Photos de presse (Marino, Poirier).

Au total, on retrouve sensiblement les mêmes usages que dans les autres domaines de recherche des sciences sociales lorsque celles-ci sollicitent la photographie.

Je voudrais à présent soulever quelques questions sur la pratique de la photographie par les chercheurs, à partir des cas concrets présentés durant ces deux jours :

La photographie contribue au travail d’observation, mais qu’apporte-t-elle de plus qu’une bonne description écrite ? Souvent, le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée. Mais ses photos le donnent-elles à voir ?

Dessiner, photographier et/ou filmer ? Comment choisir et pour faire quoi (Mamou) ?

On ne photographie que du visible. Est-ce adapté pour ce qui ne l’est pas ou se dérobe à la vue du chercheur (Thomas) ? Ne pas négliger l’intérêt d’autres formes de traces, comme par exemple les sons.

La posture de photographe est-elle toujours clairement assumée par les chercheurs (qui souvent sont de simples amateurs) ? 1. On a vu que le fait de prendre des photos dévoilait la posture d’observateur et devenait du même coup source de difficultés là où cette posture n’avait pas été explicitée ou assumée comme telle. 2. Assumer sa position d’observateur ne signifie pas nécessairement qu’on assume celle de photographe, laquelle n’engage pas la même forme d’implication, qui ne suscite pas les mêmes réactions, qui ne provoque pas le même registre de perturbations.

Les photos des chercheurs sont-elles suffisamment élaborées, maîtrisées techniquement, pour constituer de bons documents ? Un protocole photographique a-t-il été pensé et mis en œuvre en vue d’obtenir les résultats visuels souhaités ?

Il peut se révéler intéressant de collaborer avec un photographe professionnel, non pas seulement pour assurer la réussite formelle des images, mais surtout parce qu’un photographe professionnel prévoit l’utilisation de ses images et les compose en fonction (Halliday, Kohler).

Une des grandes richesses de ce colloque provient, à mes yeux, de la confrontation entre les chercheurs en sciences sociales et les architectes-urbanistes-géographes, qui eux aussi photographient la ville. Or, ces derniers ont une culture professionnelle de l’image : « La photographie est un outil de travail indispensable à l’architecte depuis le début de ses études et ses premiers projets. L’architecte est un être essentiellement visuel. » (Nitescu). De même, les géographes travaillent sur des cartes, des graphiques, etc. Ces différents spécialistes produisent des images conçues explicitement pour la publication, qui elle-même ne se conçoit pas sans images de toute sorte. Alors que la sociologie ou l’ethnologie demeurent avant tout textuelles.

Il y aurait beaucoup à apprendre des premiers pour savoir comment outiller la photographie en vue d’en faire un véritable instrument producteur de connaissances et pas seulement d’illustrations. Exemples de l’architecte Jérôme Chenal dans sa thèse sur les métropoles africaines (protocole de prise de vue très élaboré et traitement sophistiqué des images) ; ou encore de l’atlas Migropolis sur Venise (conçu depuis le reportage jusqu’à la mise en page finale ; Andrieux).

Ce qui suppose d’y travailler non seulement dès le stade de la prise de vue, mais encore au stade de la publication des images. Souvent, un simple cliché ne suffit pas ; il est nécessaire de le détailler, de le compléter par l’ajout d’éléments graphiques explicitant ce qu’il faut y voir, ce qui se révèle pertinent pour l’observateur averti (et que le lecteur ne perçoit pas directement). Un véritable travail de mise en forme et de mise en page s’impose.

Peut-être aussi ne faut-il pas se contenter des photos prises lors du travail de terrain (qui s’apparentent à de simples prises de notes visuelles), mais retourner faire des photos au terme du travail de traitement et d’analyse des données, sur la base de la construction que le chercheur s’est faite de ce qu’il y avait à comprendre dans les situations étudiées. Il composerait alors des images par lesquelles il ne chercherait plus à restituer la réalité, mais à donner à voir ce qu’il en a compris.

Intérêt dans cette perspective des moyens multimédias actuels :

  • pour publier les images produites, au delà du peu que permettent les publications papier ;

  • pour les assortir de compléments descriptifs et analytiques susceptibles d’en faire des documents accessibles et réutilisables par d’autres (Monnet) ;

  • pour constituer de la sorte des fonds d’images, des archives cumulatives. En particulier sur les quartiers déjà beaucoup photographiés par des chercheurs comme La Goutte d’Or ou Belleville à Paris.

Pour parvenir à ce résultat, il faut d’une part avoir prévu la production de photos en fonction de ces utilisations ultérieures et d’autre part les « éditer », donc se livrer à un travail complémentaire qui déborde de la simple mise en forme des résultats de la recherche et en assure la mise en commun. On commence à voir ce type de mise en valeur à l’œuvre sur certaines plateformes collaboratives comme crevilles.org (“Centre de ressources électroniques sur les villes”) ou encore hypotheses.org (qui regroupe de nombreux carnets de recherche). Sans oublier la réflexion sur les images développée par Culture visuelle, dont les apports seraient profitables à la production de photographies de recherche.

par Sylvain Maresca

Les enjeux sociaux de la réinsertion des chômeurs en situation d’exclusion en France et en Allemagne

Texte de Solène Hazouard, CIRAC

Date : 13 février 2012

Lieu : Maison Heinrich Heine, Paris

Organisateurs :

René Lasserre, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, Directeur du CIRAC
Henrik Uterwedde, Directeur adjoint de l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg (DFI)

Programme : Les politiques d’aide au retour à l’emploi des chômeurs en situation d’exclusion. Comparaison France-Allemagne

La rencontre s’inscrit dans le projet de formation-recherche « Les politiques d’aide au retour à l’emploi des chômeurs en situation d’exclusion. Comparaison France-Allemagne » mené sur la période 2010-2012 par le CIRAC et l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg, avec le soutien du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne, Paris) et de l’Université de Cergy-Pontoise (Civilisations et identités culturelles comparées des sociétés européennes et occidentales, CICC).

Accueillie sous l’égide de la Maison Heinrich Heine, cette journée d’étude réunissait des spécialistes français et allemands de politique sociale. Aux contributions portant sur les mesures d’orientation et d’accompagnement des allocataires du RSA en France et de Hartz IV en Allemagne, a succédé l’évaluation de l’efficacité de ces dispositifs en termes de réinsertion professionnelle. Le curseur a ensuite été placé sur les enjeux sociaux en termes de revenus, sous l’angle notamment de la problématique des travailleurs pauvres.

« Droits et devoirs » : l’accompagnement des bénéficiaires du RSA et de Hartz IV

Magda TOMASINI, Sous-directrice de l’Observation de la Solidarité à la DREES (Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé), a présenté le système d’accompagnement des bénéficiaires du RSA, dont les dispositions sont inscrites dans la loi du 1er décembre 2008 portant généralisation du revenu de solidarité active, selon une logique de « droits et devoirs » : chaque allocataire a droit à un accompagnement social et professionnel par un référent unique. En retour, il est soumis à l’obligation d’insertion, qui tient compte de la situation spécifique des parents isolés. Le RSA a fait l’objet d’une évaluation, présentée en décembre 2011. On constate dès lors une redéfinition du partage des rôles entre les différents acteurs (Conseils généraux, Caisses d’Allocations Familiales, Mutualités Sociales Agricoles, Pôle Emploi et Centres Communaux d’Action Sociale), dans un contexte de forte augmentation du nombre de bénéficiaires en raison de la crise économique. Si l’application de la réforme est bien engagée (80% des départements proposent un référent unique), les nouvelles dispositions en termes d’accompagnement n’ont pas encore été mises en place sur l’ensemble du territoire. Le cadre dual de l’orientation (parcours professionnel ou social) est respecté, mais 62% des départements offrent un parcours mixte, ou « socioprofessionnel ».

Les changements institutionnels sont peu perceptibles pour les bénéficiaires du RSA. Les modalités de mise en œuvre diffèrent selon les départements et 40% des allocataires n’avaient pas encore été orientés fin 2010. En outre, les bénéficiaires identifient mal la fonction de référent unique, tandis que le taux de contractualisation n’a pas augmenté de manière significative. Néanmoins, les bénéficiaires identifiant un référent RSA sont satisfaits de leur relation avec leur référent unique.

 En matière d’accompagnement des bénéficiaires dans le champ des droits et devoirs, un peu moins de la moitié des allocataires du RSA a bénéficié d’une aide (à caractère professionnel ou relative à l’insertion sociale). Le renforcement des actions professionnelles n’est pas perceptible. Un quart seulement des allocataires a suivi une formation, alors que la moitié aurait souhaité en bénéficier. L’accompagnement professionnel est perçu comme mobilisateur par les nouveaux bénéficiaires du RSA, les chômeurs de longue durée antérieurement bénéficiaires du RMI témoignant d’une plus grande méfiance envers le dispositif, perçu parfois comme un contrôle. Quant à l’accompagnement social, axé autour des allocations, des aides ponctuelles et du soutien moral, celui-ci peine à mobiliser les bénéficiaires. A la lumière des études réalisées, il apparaît nécessaire de mettre en œuvre, sur l’ensemble du territoire, un accompagnement global, à la fois social et professionnel.

Les modalités de suivi des allocataires de Hartz IV en Allemagne ont été spécifiées par Andreas HIRSELAND, Chercheur au département de recherche « Chômage et participation » (Institut für Arbeitsmarkt und Berufs­forschung, Nuremberg). Dans un contexte d’activation et de flexibilisation du marché de travail a été adoptée en 2005 la réforme Hartz IV, régie par le chapitre II du Code social allemand (SGB II). Regroupant l’aide aux chômeurs de longue durée (Arbeitslosenhilfe) et l’essentiel de l’aide sociale (Sozialhilfe), ce nouveau régime repose sur la réciprocité et la responsabilité individuelle. Les critères d’éligibilité sont redéfinis dans une logique d’activation. En janvier 2012, l’Allemagne rassemblait 6,2 millions d’allocataires, parmi lesquels 1,7 million ne pouvant travailler (soit quelque 15% des enfants allemands de moins de 15 ans).

Selon le principe du « Fördern und Fordern » (soutenir et exiger), le suivi de l’allocataire (ou « client ») s’effectue en quatre étapes : l’évaluation du profil, la détermination de l’objectif, la stratégie d’intégration et sa mise en œuvre dans le cadre d’un contrat de réinsertion. Le processus d’accompagnement prévoit des contrôles et des mesures de sanction. L’aide s’articule autour de trois types de mesures ayant pour visée respective :

  • l’intégration sur le premier marché de l’emploi, à travers les services de placement, les compléments d’insertion versés aux employeurs et le soutien à la création d’une activité indépendante ;
  • l’employabilité, avec le soutien au retour à l’emploi, les mesures de qualification/formation, les emplois d’insertion comme les jobs à 1 € et l’emploi aidé (deuxième marché de l’emploi) ;
  • la stabilisation psycho-sociale, notamment au niveau des communes (garde d’enfants, conseil en matière d’endettement et de toxicomanie).

Ce système est organisé autour des « Jobcenters », pour la plupart administrés conjointement par l’Agence fédérale pour l’emploi et les communes. Des objectifs en matière de placement leur sont fixés, les demandeurs d’emploi étant incités à faire davantage de concessions. Il existe par ailleurs des services privés de placement. L’accompagnement au sein de Hartz IV, certes en évolution constante, présente actuellement une ambivalence entre bureaucratie et professionnalisation.

Efficacité du RSA et de Hartz IV en matière de retour à l’emploi

La contribution de Cyril NOUVEAU, Chef du département « Marché du travail » à la DARES (Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé), était consacrée aux effets du RSA sur le marché du travail. Elle était axée autour de deux questions :

  • le RSA favorise-t-il le retour vers un emploi durable et de qualité ?
  • le RSA encourage-il les emplois à temps partiel, voire de plus faibles augmentations de salaires ?

En raison du caractère désormais universel du dispositif, l’absence d’un groupe témoin (susceptible d’établir une comparaison) rend son évaluation complexe.

Les résultats de l’expérimentation, mise en œuvre entre 2007 et 2009 au sein de 33 départe­ments volontaires, qui permettait les rapprochements avec une population témoin, sont peu concluants quant à l’impact du RSA sur le retour à l’emploi. En ce qui concerne ses effets sur l’accès à l’emploi des jeunes, la chute du taux d’emploi des personnes célibataires non diplômées devenant éligibles au RMI à 25 ans a disparu en 2010. Une rupture persiste sur l’emploi à temps partiel, ce qui pourrait à plus long terme dissiper les craintes d’un accroissement du temps partiel lié au RSA. En outre, le RSA n’a pas modifié les gains à l’emploi de manière homogène selon les compositions familiales et l’évolution des taux de retour à l’emploi ne va pas nécessairement de pair avec celle des gains financiers. Dès lors, on n’observe pas dans l’ensemble d’effet important et généralisé du RSA sur le taux de retour à l’emploi des bénéficiaires.

Si le temps partiel s’est développé en France avec la crise, le nouveau dispositif ne semble pas avoir incité les bénéficiaires du RSA activité seul à abaisser leur durée de travail. Par ailleurs, les entreprises n’auraient pas utilisé le RSA pour diminuer les salaires ou imposer le recours au temps partiel.

Quoi qu’il en soit, les effets modestes constatés peuvent être liés aux limites d’une évaluation portant sur l’impact de l’incitation financière et non sur l’accompagnement. Ils pourraient être plus nets à l’avenir : il faut en effet garder à l’esprit que le RSA a été introduit en période de crise économique et tenir compte des délais relatifs à la montée en charge du dispositif. Dernier facteur : les limites inhérentes au dispositif susceptible, dans certains cas, de réduire le gain à court terme à la reprise d’emploi, dont les modalités de calcul restent méconnues et ne permettant pas de lever l’ensemble des obstacles au retour à l’emploi.

A titre de comparaison, Regina KONLE-SEIDL, Chargée de recherches au département « Comparaisons internationales et intégration européenne » (Institut für Arbeitsmarkt und Berufs­forschung, Nuremberg) a retracé les enjeux de l’intégration sociale et professionnelle des allocataires de Hartz IV. Outre-Rhin, ce nouveau régime a pour ambition de réduire la pauvreté et de donner les mêmes droits et devoirs à tous les demandeurs d’emploi. Dans un premier temps, il a permis de révéler en partie la pauvreté cachée. Au 1er janvier 2012, seulement la moitié des bénéficiaires capables de travailler (de profil hétérogène) était intégrée au processus d’activation. Depuis 2006, le chômage de longue durée a fortement reculé, sans non plus augmenter au plus fort de la crise.

Le retour à l’emploi est financièrement plus attractif en France qu’en Allemagne. Dès lors, Hartz IV incite davantage les bénéficiaires à cumuler l’allocation avec des revenus de type Minijobs, rémunérés jusqu’à 400 € par mois. On observe ce phénomène de cumul également pour les salariés à temps plein, mais dans une moindre mesure et sur une plus courte période. L’évolution des emplois à bas salaires ces 15 dernières années montre que le régime Hartz IV a nettement moins contribué à leur croissance qu’il n’y paraît. Néanmoins, un peu plus de la moitié les allocataires seulement se voit proposer un emploi stable.

Parmi les 28% des allocataires de Hartz IV retrouvant un travail en moyenne annuelle, un tiers bénéficie des mesures d’aide à l’emploi prévues par le régime. Les mesures de formation, les compléments d’insertion et l’aide à la création d’entreprise peuvent augmenter les chances de réinsertion pour certains groupes d’allocataires. Les mesures de création d’emplois sont destinées aux personnes dont les perspectives de retour vers un emploi régulier sont faibles, voire nulles à moyen et à long terme. Les jobs à 1 €, qui jusqu’en 2011 représentaient l’instrument le plus répandu, ont fortement reculé depuis. Enfin, il existe un risque élevé de retour rapide vers le chômage pour les personnes éloignées de l’emploi qui présentent une capacité à travailler limitée et/ou de multiples handicaps. Les instruments d’aide au retour à l’emploi feront l’objet d’une réforme à partir d’avril 2012.

Enjeux sociaux en termes de revenus et de précarité

En guise d’introduction à son intervention, Jean-Luc OUTIN, Chargé de recherches CNRS au Centre d’Economie de la Sorbonne, a souligné l’actualité de la question des travailleurs pauvres dans un contexte de crise économique, de diversification des formes d’emploi et de mise en place du RSA, dont la visée était également de lutter contre la pauvreté en emploi. Afin de définir un travailleur pauvre, il faut s’interroger sur la notion de travailleur, l’unité de référence (ménage/individu), la période de référence et l’approche de la pauvreté. Selon l’angle individu-ménage choisi, le taux de travailleurs pauvres variait de 4,3 à 7,6% en France en 2005, les femmes étant moins touchées que les hommes.

En 2009, la France rassemblait 1,9 million de travailleurs pauvres, soit 6,7% des actifs occupés, le seuil de pauvreté étant placé à 60% du revenu médian. A titre de comparaison, le taux de pauvreté des chômeurs se situait à 34,7% la même année. La proportion de travailleurs pauvres est la plus forte parmi les femmes seules avec enfants. D’un point de vue sectoriel, les agriculteurs sont les plus concernés. En 2006, on dénombrait 3,7 millions de « travailleurs économiquement pauvres », soit les personnes dont les revenus d’activité individuels sont inférieurs au seuil de pauvreté. Ce phénomène touchait prioritairement les femmes (69,4%). Seul un quart d’entre eux vivait dans un ménage pauvre. Pour ces personnes, les situations d’activité à faible revenu étaient à peu près égales à celles des alternances entre emploi et chômage.

Les travaux de Céline MARC et Muriel PUCCI (Cnaf) ont montré que le RSA activité ne recouvre pas exactement la population des travailleurs pauvres au sens européen : 37% des travailleurs pauvres appartiennent à des foyers non éligibles au RSA activité, tandis que 53% des foyers éligibles au RSA activité appartiennent à des foyers situés au-dessus du seuil de pauvreté. Au regard des flux d’entrée et de sortie du RSA activité sur l’année 2010, on dénombre deux tiers d’allocataires permanents. Le rapport souligne également que le RSA diminue davantage l’intensité de la pauvreté en emploi que la pauvreté en tant que telle. Par conséquent, l’un des effets du RSA pourrait être de passer de la pauvreté sans emploi à la pauvreté en emploi. Pour conclure, il est nécessaire selon Jean-Luc OUTIN d’appréhender les trajectoires individuelles relatives à la pauvreté en emploi, dans le contexte des transformations du marché du travail. Il faudra s’intéresser aux effets microéconomiques et macroéconomiques du RSA, dont la mise en place au long cours va structurer les formes d’emploi.

En complément, Brigitte LESTRADE, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, a abordé le développement du phénomène des travailleurs pauvres outre-Rhin. Elle a rappelé les critères de définition de la pauvreté en emploi, le seuil de pauvreté en Allemagne étant situé à 11 278 € par an. Dès lors, le taux de pauvreté y était de 15,6% en 2010, contre 13,5% en France. Le risque de pauvreté est nettement plus élevé dans les Länder de l’est (19% en moyenne, contre 13,3% dans les Länder de l’ouest). Les ménages les plus menacés sont les familles monoparentales et les familles nombreuses. L’absence de qualification et le statut précaire du travailleur sont d’autres facteurs de maintien dans la pauvreté.

En 2010, 1,4 million de bénéficiaires de Hartz IV cumulaient emploi et allocation, contre 1,2 million en 2007. Ces « Aufstocker », qui représentent désormais 28,5% de tous les allocataires aptes au travail (contre 23,1% en 2007), peuvent être des chômeurs détenteurs d’un Minijob, des travailleurs à temps partiel ou des travailleurs à temps plein dans le secteur des bas salaires. Selon Brigitte LESTRADE, l’augmentation du nombre de travailleurs pauvres s’explique par :

  • la réforme Hartz IV, via la pression accrue exercée sur les chômeurs et l’effet du complément financier versé par l’Etat ;
  • le déclin des conventions collectives ;
  • la réforme des Minijobs ;
  • l’absence de SMIC national.

Afin de conclure cette journée, René LASSERRE, Directeur du CIRAC, a précisé que si le régime Hartz IV et le dispositif RSA présentent des similitudes, leur mise en œuvre s’inscrivait dans des contextes nationaux extrêmement différents. A l’aune de leur finalité respective, le dispositif français s’assimilerait davantage à une politique de lutte contre la pauvreté, le régime allemand étant plus fortement axé sur l’emploi.

Cette rencontre faisait suite à une première manifestation organisée en février 2011. Un colloque de dimension européenne viendra clore le projet à l’automne 2012.

Les actes de cette journée d’étude seront intégrés à un ouvrage collectif à paraître en 2013.


Masculinités et « masculinisme » ? (1880-1920)

Texte dPatrick Farges, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Introduction : histoire des masculinités et modèle hégémonique

Les mouvements des femmes et les mouvements féministes ont profondément ébranlé les représentations sociales de la masculinité. Une histoire du genre et des rapports sociaux entre les femmes et les hommes doit donc permettre d’éclairer la variabilité tant des constructions du féminin que des constructions du masculin. À y regarder de plus près en effet, le masculin et la masculinité, si longtemps considérés comme allant de soi au point d’avoir été un point aveugle de l’historiographie, sont en réalité extrêmement variables dans le temps et l’espace social. L’histoire des masculinités et l’histoire des hommes comme histoire du genre, telles qu’elles se sont développées outre-atlantique puis en Europe depuis les années 1980 et de manière accrue depuis la fin des années 1990 – un des premiers travaux d’histoire des idées sur la masculinité est l’œuvre de George L. Mosse, qui s’intéresse en 1996 aux conditions d’émergence d’une masculinité normative dans l’espace germanophone au XIXe siècle –, sont largement redevables à l’histoire des femmes et à l’historiographie féministe depuis les années 1970. Comme le souligne Anne-Marie Sohn en 2009, « [l]’histoire des femmes et du genre a eu pour principal mérite de démontrer que la différence des sexes est socialement construite. On ne naît donc pas homme, on le devient (…) ».

Il faut donc concevoir l’histoire des masculinités comme une histoire relationnelle, multidimensionnelle et intersectionnelle, qui intègre différentes formes de domination : domination des hommes sur les femmes, domination de certains hommes sur d’autres hommes, mais aussi rapports de domination sociale et rapports de domination raciale. C’est ce que rappellent Jürgen Martschukat et Olaf Stieglitz en 2008 :

Wir plädieren mit Nachdruck dafür, Geschichten der Männlichkeit als mehrfach relationale Geschlechtergeschichten zu konzipieren und zu schreiben. Das bedeutet, dass sich ein spezifischer Männlichkeitsentwurf sowohl in Bezug zu weiteren Männlichkeitsentwürfen (…) als auch zu Weiblichkeiten konstituiert. (…) Geschichten von ‘Männlichkeiten’ (…), also von Geschlechtsentwüfen, die historisch-kulturell variable sind, die in ihren Ausprägungen (mit-)bestimmen, wer wie handelt und welchen Zugriff auf gesellschaftliche Ressourcen hat, sind seltener.

La « question de femmes » fait partie des grandes questions traversant le XIXe siècle allemand, au même titre que la « question sociale », la « question nationale » ou la question juive ». Claudia Bruns (2008) formule, pour résumer l’histoire du long XIXe siècle allemand, l’hypothèse suivante : à mesure que les différences sociales inhérentes à une société d’ordres s’amenuisaient avec l’avènement de la société industrielle, la différenciation genrée a gagné en importance, jusqu’à devenir le principe même de la différentiation sociale. C’est pourquoi les revendications féministes touchaient au cœur même de la hiérarchie sociale, et ont affecté l’histoire des hommes et des masculinités.

La masculinité correspond, à une époque et dans un contexte social donnés, à un ensemble d’éléments socialement reconnus comme devant être le propre des hommes. Les hommes se doivent donc d’acquérir, d’entretenir et de défendre ces aspects reconnaissables. L’histoire des masculinités s’appuie sur deux hypothèses de travail, régulièrement soulignées et confirmées : d’une part, le « doing gender », c’est-à-dire la dimension performative de l’identité genrée masculine (au même titre que l’identité genrée féminine) dans un cadre socio-historique donné ; d’autre part, la notion de « masculinité hégémonique » empruntée à R.W. Connell, qui permet de penser un modèle dominant de masculinité. Ce modèle sert, dans un contexte donné, de référence, et d’éventuelles formes de masculinité dominées et alternatives se positionnent par rapport à lui. La « masculinité hégémonique » est, selon Connell, constituée d’un ensemble de pratiques, de rites et de normes mises en place par ceux qui bénéficient des avantages conférés par cette hégémonie et ont intérêt à en assurer la pérennité. La masculinité est donc une performance assignée comme telle aux hommes – jeunes ou plus vieux – et qui est constamment rejouée afin de prouver qu’ils sont bien des hommes, des « vrais ».

Au cours du grand XIXe siècle allemand se sont mises en place les principales caractéristiques d’un modèle bourgeois dominant de masculinité, dont les dimensions sont notamment les qualités du soldat, l’honneur, la capacité à construire et à défendre nation et famille (Wehrhaftigkeit) et donc l’hétérosexualité. Dans le même temps, cette masculinité s’est construite par le rejet du féminin. Dans un double mouvement, se trouvaient connotés péjorativement la dimension féminine et les attributs non allemands (notamment français), de sorte qu’« être homme » et « être allemand » se recouvraient en grande partie. Ainsi les « valeurs allemandes » (deutsche Tugenden) – introspection, bravoure, simplicité, courage, honnêteté, etc. – sont associées au masculin et la défense de l’honneur des hommes (et de leur virilité) devient un enjeu national. L’honneur (c’est-à-dire un fait purement « social ») devient un élément central de l’identité masculine. À cela s’ajoute que différentes instances de l’« entre-soi », où l’on survalorise le rôle des hommes, le culte de la virilité, les codes d’honneur, les rites initiatiques et le rejet des contre-modèles (comme l’efféminement ou la non germanité) servent de « fabriques de hommes ». Ainsi l’armée ou la caserne deviennent-elles des écoles de la nation et de la masculinité, ou plutôt, comme le fait remarquer Ute Frevert en 2008 : des masculinités. Car en effet, l’armée est la matrice de masculinités socialement hiérarchisées et largement imperméables les unes par rapport aux autres.

La social-démocratie allemande n’est pas en reste dans l’acceptation du modèle hégémonique de masculinité guerrière et il faut souligner la moindre implication des hommes dans la Frauenbewegung, à l’exception notable d’August Bebel (1840-1913), qui entretient des relations avec le mouvement « bourgeois » – notamment avec Louise-Otto Peters – et qui défend dans Die Frau und der Sozialismus (1879) l’idée selon laquelle la « question des femmes » fait partie intégrante de la « question sociale ». Selon Bebel, les femmes sont victimes d’une double peine : de la domination de classe et du patriarcat. La libération de l’humanité passe donc pour lui par l’égalité des sexes. Mais en dehors de cette exception notable, le SPD souscrit pour une grande part à une définition conquérante de la masculinité. En témoignent notamment les réactions du SPD face aux perturbations de la masculinité militaire à l’occasion de la guerre dans la colonie Deutsch-Südwestafrika (1904-1906) notamment. L’armée du Reich, qui n’a pas combattu depuis 1871, est alors violemment critiquée dans les rangs de la social-démocratie, où l’on trace un parallèle avec la période précédant immédiatement les défaites prussiennes d’Iéna et d’Auerstedt devant les armées napoléoniennes (1806). Ce qui est remis en cause, c’est bien la « capacité à faire la guerre » (Kriegsfähigkeit) d’une armée d’hommes qui n’ont pas combattu depuis une génération, comme le souligne Bernhard Neff en 2004. Ce que le SPD dénonce par-dessus tout, ce sont la pompe, les parades et les uniformes fringants de l’armée comme autant de signes du ramollissement, voire de l’aristocratisation, et donc de l’efféminement, de l’armée du Reich. En cela, les sociaux-démocrates rejoignent la critique bourgeoise de l’armée, qui croit détecter dans l’affinité visuelle entre les uniformes de parade militaire – ces « Militärcrinolinen » – et les atours de fête des dames de la bonne société une homosexualité latente.

La lutte des femmes pour conquérir de nouveaux territoires

Au tournant du siècle, le gynécologue Max Runge réclame – assez classiquement serait-on tenté de dire – « que l’homme soit bon guerrier et la femme bonne reproductrice ». Cette citation, qui affirme (ou plutôt souhaite ré-instaurer) une chose posée comme évidente, est en réalité, au moment où elle est énoncée, déjà en décalage par rapport aux avancées sociales. La période précédant la Première Guerre mondiale, qui marque l’aboutissement d’un certain nombre de dynamiques propres au « grand XIXe siècle » est une période extrêmement riche en matière d’histoire du genre, car elle rajoute de nombreuses strates à la définition des identités sexuelles et genrées. Dans le sillage du mouvement des femmes, ces dernières ont conquis de nouvelles positions dans la sphère publique, alors même qu’elles en avaient été progressivement chassées au cours du XIXe siècle. Ainsi venaient-elles directement se confronter aux hommes sur le même terrain. En effet, les femmes ont eu accès à l’enseignement supérieur, elles ont gagné en visibilité dans l’espace public et politique par leur mobilisation associative notamment, elles se sont imposées dans certains métiers et ont gagné leur vie, et elles ont réclamé l’émancipation politique et sociale. Nous prendrons deux exemples de cette conquête par les femmes de territoires traditionnellement masculins : l’accès à l’activité corporelle (Turnen) et à l’enseignement supérieur.

La Turnbewegung allemande (ou mouvement gymnique) est née de la volonté de promouvoir la santé de la jeunesse masculine prussienne et allemande dans une perspective de sursaut national. Friedrich Ludwig Jahn (1778-1852), le « père de la gymnastique » avait pour ambition de faire du Turnen une activité de masse, et ce dès la première phase du mouvement, c’est-à-dire entre sa création en 1811 à Berlin et son interdiction en 1819. Ce mouvement connaît une renaissance après l’unification allemande en 1871 et les membres de la Deutsche Turnerschaft se placent sous l’autorité conjointe de l’Empereur et de la patrie. Ils contribuent à la glorification du militarisme et le Turnen s’impose comme « la culture corporelle la plus légitime d’Allemagne avec 648 000 membres en 1900 et 768 000 en 1905 » (Gertrud Pfister). Or ce mouvement a eu une position ambiguë par rapport aux femmes : d’un côté, les risques corporels encourus par les futures mères de la nation justifiaient l’exclusion ; de l’autre, la gymnastique était recommandée afin, justement, d’endurcir ces corps féminins considérés comme de constitution plus fragile. Déjà en 1855, le « père » de la gymnastique féminine, Moritz Kloß, estimait qu’il fallait traiter les corps des femmes avec des égards particuliers, compte tenu de la faiblesse de leurs muscles et de la fragilité de leur squelette. Tout au long du XIXe siècle, les femmes pratiquant une activité physique doivent donc rester tête haute, jambes en bas et jointes, afin notamment de ne pas adopter les postures – subversives – de garçons. Comme le souligne Gertrud Pfister :

Les adversaires et les partisans de la gymnastique des filles utilisent le même argument, celui de la faiblesse féminine, afin de réduire leur liberté de mouvement et de les empêcher d’accéder à un domaine masculin qui réduirait les différences de genre et menacerait ainsi l’ordre fondé sur la polarité des caractéristiques sexuelles.

Dans les années 1890, de plus en plus de femmes pratiquent pourtant la gymnastique. Elles intègrent des sections féminines au sein des Turnverbände masculins, mais créent également des associations féminines de gymnastique. En 1914, le Deutscher Turnverband compte 6% de femmes (sur 1,5 millions de membres au total). Dans les années 1920, plus d’un million de femmes pratiquent une activité physique collective. Le plus fort taux de participation féminine (près de 20%) est atteint au sein de la Turnerschaft.

Le second exemple d’une conquête de territoire concerne l’accès des femmes à l’enseignement supérieur et aux universités, qui leur a également ouvert l’accès à certaines professions. Cet accès des femmes à l’université se fait en Allemagne dans le contexte général d’un discours sur la dégénérescence de la société. Par rapport à d’autres pays comme la France, la Suisse, l’Angleterre ou encore les États-Unis, où l’accès est permis dès les années 1860, les états allemands accusent un certain retard. L’ouverture de l’enseignement supérieur a en réalité connu plusieurs étapes, qui correspondent à autant de cercles de protection autour du noyau (masculin) du pouvoir qu’est la sphère publique et politique : ainsi autorise-t-on dans un premier temps les femmes à être auditrices libres, puis à s’inscrire, puis finalement à soutenir une habilitation. Dans sa déconstruction pertinente de la question, simple à première vue : « qui la première femme étudiante dans l’espace germanophone entre 1890 et 1914 ? », Patricia Mazón met l’accent sur les ambiguïtés de ce que l’on entend par « étudier » d’une part (Quelles formes l’accès des femmes à l’université ont-elles pris ? Les a-t-on autorisées à assister physiquement aux cours ou bien uniquement à s’inscrire in absentia ?), et de ce que l’on entend par « femme » d’autre part (au regard notamment du débat virulent autour de la tenue et de l’habit des femmes à l’université à qui l’on demandait parfois de se travestir en hommes). Les premières revendications d’accès des femmes à l’université sont formulées lors du congrès inaugural de l’Allgemeiner Deutscher Frauenverein en 1865. Dans les années 1860-1870, les premières auditrices libres sont admises. Cet événement est d’ailleurs à l’origine d’un durcissement soudain des positions, alors que le problème ne s’était jamais posé auparavant. Dans un élan réactionnaire, les femmes seront formellement exclues des universités jusque vers 1880. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que les femmes sont pleinement autorisées à s’inscrire à l’université : en 1900 dans le Bade, 1903 en Bavière, 1904 dans le Wurtemberg, 1906 en Saxe, 1907 en Saxe-Weimar-Eisenach (actuelle Thuringe), 1908 en Prusse, Hesse et Alsace-Lorraine, et finalement 1909 dans le Mecklembourg-Schwerin. En 1914, on compte 6,6% de femmes parmi les étudiants ; cette proportion monte à 9,5% en 1919 puis 18,8% en 1931. En 1920, les femmes obtiennent le droit de soutenir une habilitation et en 1925, on dénombre 25 professeures dans les différentes universités allemandes. L’accès des femmes à l’université, parce qu’il a suscité des mécanismes forts de défense et d’exclusion, est venu remettre en cause les fondements mêmes du principe de décision collégiale et de cooptation.

Crises du masculin, antiféminisme et lutte de territoires

La conquête par les femmes de nouveaux territoires (au sens d’espaces physiques autant que d’espaces symboliques) a suscité, nous l’avons vu, diverses réactions de défense du territoire par des hommes habitués jusque-là à ne pas avoir de concurrence féminine. Cette lutte de territoires a profondément affecté la définition de la masculinité et l’identité masculine, au point de devenir une préoccupation majeure des hommes, qui se sont mobilisés par endroits pour préserver leur pré carré. Certains antiféministes conservateurs, comme le zoologue Benedict Friedlaender (1866-1908) par exemple, considéraient que la « lutte des classes » (Klassenkampf) et la « lutte des races » (Rassenkampf) étaient passées au second plan parmi les éléments perturbateurs de la cohésion sociale par rapport à la « lutte des sexes » (Geschlechterkampf). Cette réaction (au sens de sursaut réactionnaire) est intervenue, au tournant du siècle, dans un contexte de pessimisme culturel, de fascination morbide pour la décadence des valeurs et de peur du déclin de la culture par sa « féminisation ». Dans cette période autour de 1900 qui concentre les peurs plusieurs « crises » se conjuguent, notamment une crise du sujet et une « crise du masculin », en raison des mutations technologiques qui modifient en profondeur les critères de la masculinité dominante que sont l’agilité et la force et en raison de l’émergence des femmes dans divers domaines qui étaient jusque-là des chasses gardées. Comme le souligne Jean-Jacques Courtine (2011), qui rappelle notamment le fantasme du recul des naissances (que certains attribuaient aux mouvements féministes), « des années 1870 à la Grande Guerre, le spectre de la dévirilisation vient hanter les sociétés européennes : dégénérescence des énergies mâles, déperdition de la force, multiplication des tares. La virilité est en danger, et la nation avec elle ». Claudia Bruns (2008) ne dit pas autre chose :

Wo von Krisen der Männlichkeit die Rede war, las man spätestens gegen Ende des 19. Jahrhunderts auch von staatlicher Degeneration. Und umgekehrt galt ein starker, gesunder Staat im Wilhelminischen Kaiserreich als Ausweis von Männlichkeit.

En réaction, on voit apparaître des années 1880 aux débuts de la République de Weimar des stratégies discursives d’exclusion de l’« autre » féminin, de même que l’« autre » juif (lui-même associé à l’efféminement, comme le montre Sander L. Gilman dans ses travaux d’histoire culturelle). Ces stratégies se traduisent par une vague de publications ayant pour but de démontrer l’infériorité des femmes : ainsi Theodor Ludwig Bischoff (1807-1882) concluait-il à partir de ses études sur le cerveau et le crâne féminins à l’infériorité intellectuelle des femmes en raison du poids moindre de leur cerveau. D’autres débats concernent la moindre résistance physique de femmes qui les empêcherait de mener à bien une opération chirurgicale de longue durée ou encore leur timbre de voix qui les desservirait dans une plaidoirie. Il y a également des réactions plus ambiguës, qui réclament un accroissement du différentialisme hommes-femmes afin que les femmes puissent développer pleinement leurs capacités propres jusque-là étouffées. Comme l’indique Juliette Rennes (2007) :

Contre les offensives égalitaristes des féministes, mobiliser les constructions savantes relatives à l’infériorité naturelle des femmes constitue une stratégie depuis longtemps éprouvée. Une fois validés par des scientifiques/ et convertis en langage savant, les lieux communs sur la faiblesse féminine peuvent fonctionner comme arguments d’autorité : les études des années 1880-1920 sur la taille différentielle des cerveaux masculin et féminin, puis le rôle des hormones comme messagers chimiques de la féminité et de la masculinité viennent ainsi compléter des paradigmes scientifiques issus du dernier tiers du XVIIIe siècle qui visaient à montrer les déterminismes physiologiques qui pèsent sur l’ensemble du comportement féminin.

En 1900, le neurologue Paul Julius Möbius (1853-1907) écrit dans Über den physiologischen Schwachsinn des Weibes :

Körperlich genommen ist, abgesehen von den Geschlechtsmerkmalen, das Weib ein Mittelding zwischen Kind und Mann und geistig ist sie es, wenigstens in vielen Hinsichten auch. (…) Einer der wesentlichsten Unterschiede ist wohl der, dass der Instinkt beim Weibe eine größere Rolle spielt als beim Manne. (…) Der Instinkt nun macht das Weib thierähnlich, unselbständig, sicher und heiter. (…) Aller Fortschritt geht vom Manne aus.

En 1902, Hedwig Dohm publie le célèbre Die Antifeministen. Ein Buch der Verteidigung où elle prend ouvertement position contre ce nouvel « antiféminisme » et contre les écrits de Paul Julius Möbius en particulier :

Es ist ein Buch der Verteidigung, nicht des Angriffs. (…) Die von mir gewählten Vertreter des Antifeminismus kenne ich ja gar nicht. Es mögen charakter- und gemütvolle Persönlichkeiten, meinetwegen Menschen zum Verlieben sein, auch in ihren Schriften mag neben dem, was mich entrüstet, Gutes und Schönes stehen, das geht mich gar nichts an. Ich wende mich nicht gegen Personen, sondern gegen Ideen, ich schreibe keine Kritiken, meine Feder ist nur mein Schild zur Abwehr der tödlichen Streiche, die man gegen mich als Weib führt.

(…)

Dem Ansturm gegen die Frauenbewegung liegen die verschiedensten Motive zugrunde. Sie klar zu stellen nehme ich vier Kategorien der Antifeministen an: die Altgläubigen; die Herrenrechtler, zu denen ich die Charakterschwachen und die Geistesdürftigen zähle; die praktischen Egoisten; die Ritter der mater dolorosa (Unterabteilung: die Jeremiasse, die auf dem Grabe der Weiblichkeit schluchzen).

1912, l’année de la participation visible des femmes à la campagne électorale et d’une percée significative des sociaux-démocrates porteurs de la revendication du vote des femmes mais aussi quatre ans après l’autorisation pour les femmes de s’inscrire à l’université en Prusse, apparaît comme un point culminant de l’antiféminisme. C’est l’année où est fondé à Weimar le Deutscher Bund zur Bekämpfung der Frauenemanzipation, copié sur le modèle américain. Il regroupe des intellectuels, des artistes et des hommes politiques – Claudia Bruns le qualifie de « (groß-)bürgerliches, vorwiegend protestantisch-urbanes Sammelbecken » – et dépose une pétition à la Chambre des députés de Prusse afin d’interdire aux femmes l’accès à des postes de direction. Car c’est bien à partir du moment où la législation accorde aux femmes le droit de participer à la vie publique que l’antiféminisme fait tache d’huile et suscite des réactions dans la société civile masculine. Selon Ute Planert (1998), qui a consacré un volume à l’antiféminisme pendant la période du Kaiserreich, les réactions antiféministes ont surtout été suscitées dans les milieux conservateurs et bourgeois qui avaient profité en 1871 de la naissance d’une Petite-Allemagne protestante et autoritaire sous influence prussienne : la question de l’antiféminisme se situe donc à un point de croisement intéressant entre histoire du genre et histoire sociale. L’accès des femmes aux territoires masculins avait en effet profondément remis en cause la « composante professionnelle de la masculinité » bourgeoise, comme le rappelle Juliette Rennes dans le cas de la France :

Comment (…) décliner son identité masculine lorsque des opérations comme plaider en robe d’avocat, signer une ordonnance médicale, manier le bistouri, faire un cours dans un amphithéâtre, diriger un service administratif, dessiner des plans d’une maison ou donner des ordres à des ouvriers deviennent accessibles au sexe féminin ? Portées par les luttes féministes pour la mixité des professions de prestige historiquement masculines, les premières avocates, doctoresses, (…) enseignantes à l’université des années 1900, puis les rédactrices et les ingénieures des années 1920, dévoilèrent et, simultanément, mirent en question la composante professionnelle de la masculinité dans les classes bourgeoises.

Ce que les femmes révèlent en s’aventurant sur le terrain des hommes, ce sont les barrières à l’entrée dans les milieux professionnels et les pratiques socio-politiques. Les nouvelles situations de mixité brisent certaines pratiques sociales de l’« entre-soi ». En Allemagne comme en France, la lutte de territoires fut la plus âpre chez les médecins, les ingénieurs et, bien évidemment, les juristes, si conscients d’appartenir à un corps issu des milieux privilégiés et prompts à s’identifier aux formes de pouvoir autoritaire.

À l’antiféminisme tel que nous venons de le voir s’ajoute une autre composante de la réaction masculine au féminisme : un « masculinisme » qui survalorise l’être-homme et réhabilite toute une mystique du Männerbund. C’est Claudia Bruns qui propose le terme de « masculinisme », qu’elle emprunte à Andrew Hewitt, pour désigner ces mouvements. Selon Hewitt, le masculinisme est un trait distinctif du mouvement d’émancipation homosexuel, qui voit dans la relation érotique entre hommes la forme la plus pure de la force de socialité masculine et qui, ainsi, se défend contre toute rejet de l’homosexuel comme efféminé. Ce qui prime, c’est donc l’homosocialité et la monosexualité. En effet, l’intérêt accru de la médecine de la fin du XIXe siècle pour l’homosexualité masculine avait donné lieu à des développements sur la proximité et l’affinité des homosexuels/invertis/uranistes avec le féminin. Pour échapper au stigmate du danger de l’efféminement des homosexuels pour le tissu social, le mouvement « masculiniste » insiste au contraire sur la masculinité des homosexuels tout en basant le lien social sur la relation homme-homme. Le masculinisme apparaît donc comme une tentative d’inclure l’homosexualité dans le champ de la masculinité hégémonique et dominante. En 1902, l’ethnologue Heinrich Schurtz (1863-1903) introduit la pensée du Männerbund comme instance d’homosocialité et d’homosociabilité, dans la littérature scientifique. Quinze ans plus tard, ce concept est repris par Hans Blüher (1888-1955), qui affirme que seul le Männerbund permet – parce qu’il est monosexué et sélectif – à l’homme de développer pleinement ses capacités. C’est pourquoi Blüher s’intéresse de si près au mouvement des Wandervögel, dont il observe et analyse l’évolution de très près, ou encore au cercle de Stefan George. Par ailleurs, Blüher, tout comme les antiféministes, est violemment opposé au droit de vote des femmes et, plus généralement, à toute activité politique des femmes : c’est ce qu’il a exprimé dans un pamphlet intitulé Der bürgerliche und der geistige Antifeminismus (publié à Berlin en 1916), où il écrit :

Vom Votum einer Frau darf im Staate niemals etwas abhängen. Denn der Staat ist, mag er in jedem gegenwärtigen Zustande noch so verfahren sein, doch dazu berufen, größtes und mächtigstes Werkzeug des Geistes in der Welt zu werden. Da aber die Frau weder den Geist noch den Staat im Grunde ihres Wesens ernst nehmen kann, so darf sie auch nichts in ihm zu sagen haben. Die Frau ist Familien-Wesen und nur das. Zu meinen, daß der Staat eine erweiterte Familie sei, ist ein abgründiger Irrtum.

Avec le temps, Blüher va devenir de plus en plus marginalisé, se rapprocher des cercles de la « révolution conservatrice » et verser dans l’antisémitisme. Selon Bernd Widdig (1996), qui a analysé la culture du Männerbund, cette pensée paradoxale se veut anti-moderne, tout en reflétant pleinement son époque :

Männerbündisches Denken ist zutiefst defensiv, seine Aggressivität und Kompromisslosigkeit speist sich aus dem Gefühl eines drohenden Verlustes von Identität und einer Endzeit-Stimmung. In dieser anti-modernen Defensivhaltung ist der männerbündische Diskurs jedoch zugleich fixiert auf die Kultur der Moderne und ein unauflösbarer Teil von ihr.

Antisémitisme et antiféminisme

Deux caractéristiques sont régulièrement rejetées hors du champ de la masculinité hégémonique : l’efféminement et l’« enjuivement ». George L. Mosse (1996) souligne que les homosexuels et les juifs sont l’« autre » de la masculinité hégémonique. Il insiste en particulier sur la tentative de certains de ces « autres » de surmonter cette position marginale d’outsiders en imitant l’idéal-type de la masculinité, c’est-à-dire en adoptant les codes mêmes de la masculinité hégémonique. L’argumentation de Mosse des traits communs avec ce que Connell appelle « pratiques complices » de la masculinité hégémonique. Il y a donc un intérêt à traiter ensemble antisémitisme et antiféminisme. Le « cas Otto Weininger » (Jacques Le Rider) rassemble justement ces deux aspects. Otto Weininger (1880-1903), d’origine juive mais antisémite, homosexuel refoulé et antiféministe, représente à lui tout seul un certain nombre de contradictions des sociétés répressives de l’époque et des contradictions de la pensée occidentale, fondée sur le principe d’oppositions binaires. Sa courte vie se termine par un suicide. Sa thèse de philosophie, Geschlecht und Charakter, qui paraît en 1903, est un véritable phénomène de librairie. L’ouvrage est très largement lu et commenté par la plupart des intellectuels de l’époque à Vienne, Berlin, Paris ou Londres. Weininger y développe une théorie de la bisexualité fondamentale (ou plutôt : de l’hermaphrodisme) de l’être humain par le biais d’un enchevêtrement du principe « M »/masculin et du principe « F »/féminin, qui fait que chaque être humain (et chaque cellule de chaque être humain) est le résultat de la formule : xM + yF. Cette dualité masculin/féminin, que Weininger reconnaît en chaque individu, est associée à une thématique morale qui témoigne d’une forte influence kantienne : chaque individu a le devoir de dépasser sa composante féminine ou charnelle, au profit de sa composante masculine ou spirituelle, ce qui résonne comme un écho à l’impératif catégorique kantien prescrivant au sujet de dépasser sa partie sensible au profit de sa partie intelligible. Le principe masculin est ainsi confronté au risque permanent de « régresser » vers l’efféminement. Weininger met en place un système rigide et une typologie assez poussée dans laquelle le masculin est poussé à l’extrême en direction de l’intellectuel, du créatif, de la liberté et de la volonté (et in fine de la pulsion de mort, Thanatos), alors que le féminin est repoussé du côté de l’instinct, de la nature et de la vie. Le cas Weininger peut être considéré comme la cristallisation particulièrement visible de représentations circulant dans les sociétés germaniques (en particulier les milieux viennois) au tournant du siècle.

Si l’on se place du côté de l’histoire sociale à présent, il est intéressant de constater que ces représentations ont produit des pratiques sociales de masculinité « complice » (Connell), en particulier chez les jeunes hommes juifs – et en particulier les étudiants des universités de l’espace germanophone – afin d’affirmer leur masculinité et, par-là même, de rejoindre le cœur de la nation. C’est cet aspect des choses qui est au centre des travaux de Miriam Rürup (2008) sur la constellation complexe de corporations d’étudiants juifs pendant la période du Reich wilhelminien et pendant la République de Weimar. Ces corporations juives, nées à la fin du XIXe siècle de l’exclusion des étudiants juifs des corporations traditionnelles, avaient pour objectif de re-centrer les jeunes hommes juifs et de les sortir de leur position d’outsiders. En 1896 est fondé le Kartell-Convent der Verbindungen deutscher Studenten jüdischen Glaubens, né de la fusion de cinq corporations d’étudiants juifs créées depuis 1886. Dans la mouvance juive-nationaliste voire sioniste, une autre fusion de corporations donne naissance au Bund Jüdischer Corporationen en 1901, qui lui-même s’unira au Kartell Zionistischer Verbindungen pour former en 1914 le Kartell Jüdischer Verbindungen. Ces corporations sont le lieu d’un devenir-homme et, dans le même temps, d’un devenir-allemand. Les sorties à la taverne, la pratique de l’escrime, les rites initiatiques, l’identification à des couleurs et à des mots d’ordre sont les dimensions principales de la vie des membres de ces corporations, dans lesquelles les jeunes corps juifs sont mis à l’épreuve. Il s’agit de se rapprocher de l’idéal du « Muskeljude » voulu par le sioniste Max Nordau (1849-1923) et de mettre en scène l’appartenance tant au sexe masculin qu’à la communauté nationale allemande, au point que les étudiants membres de ces corporations incarnaient une position intermédiaire entre assimilation et rejet antisémite.

Conclusion : des hommes mutilés (émasculés ?) et une masculinité ébranlée par la Grande Guerre

La Première Guerre mondiale a constitué un traumatisme pour toute une génération d’hommes en Europe. Par bien des aspects, la guerre a mis fin à des dynamiques mises en place au XIXe siècle. Elle marque une importante rupture pour tous les mouvements (dont le mouvement féministe) qui avaient des ramifications internationales voire internationalistes. Avant tout, la Grande Guerre a, dans un premier temps, remis en cause l’armée comme matrice de masculinité. La guerre de tranchées, à l’opposé des représentations du mouvement conquérant et dynamique, la mixité sociale et la promiscuité ont contribué à redéfinir les dimensions de la masculinité. Pendant la guerre et à l’issue celle-ci, les psychiatres qui s’occupent des « gueules cassées » mettent en évidence – chose impensable jusque-là – l’existence de formes de neurasthénie, de « nervosité », voire d’« hystérie » masculines. George L. Mosse souligne à juste titre que la perception par les médecins psychiatres du choc traumatique mettait en jeu l’ensemble des stéréotypes de la masculinité et a conduit globalement au rejet du côté de l’anormalité des hommes souffrant de névroses dues au combat. De surcroît, la notion de choc traumatique permettait de conforter dans le discours médical la représentation de l’hystérie masculine comme le produit d’un traumatisme violent et de la différencier ainsi de l’hystérie féminine restée plus mystérieuse, donc plus inquiétante. C’est néanmoins tout un pan de l’identité masculine reposant sur l’action et le contrôle de soi (en opposition à la passivité et à l’affect associés au féminin) qui tombe. Dans ce contexte, la République de Weimar accorde le droit de vote des femmes, qui est aligné sur le droit de vote des hommes (il faut avoir plus de 21 ans). Les femmes acquièrent également par la Constitution de Weimar l’égalité dans la participation à la vie politique et sociale, elles qui ont été mises à contribution dans différents secteurs professionnels de l’économie de guerre. En 1919, elles participent pour la première fois aux élections, et massivement (environ 90% de participation). 10% (c’est-à-dire 41 en nombre absolu) des député-e-s nouvellement élu-e-s sont des femmes, souvent recrutées dans les rangs des activistes féministes (bourgeoises comme radicales). Pour les « nouvelles femmes » des « années folles », plus habituées que leurs aînées à se mesurer aux individus de sexe masculin, le féminisme « à l’ancienne » devient moins attractif le mouvement des femmes est marqué par des « forces centrifuges » et des « stratégies de distinction ». La liberté gagnée par certaines femmes de la bourgeoisie dans la sphère publique, au travail et dans les loisirs, où les sociabilités deviennent plus mixtes, ainsi que la nouvelle visibilité accordée dans certains milieux urbains et privilégiés à l’homosexualité féminine et masculine redéfinissent les relations de genre et en particulier la masculinité. Par bien des aspects, le nazisme renouera en les radicalisant avec des représentations pré-existantes, faisant des « années folles » une parenthèse dans l’histoire du genre.

Bibliographie

Marina Allal, « Antisémitisme, hiérarchies nationales et de genre : reproduction et réinterprétation des rapports de pouvoir », in Raisons politiques, n° 24.4 (2006), p. 125-141.

Claudia Bruns, Politik des Eros. Der Männerbund in Wissenschaft, Politik und Jugendkultur (1880-1934), Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau, 2008.

R. W. Connell, Masculinities, 2nde éd., Cambridge, Polity Press, 2005.

R. W. Connell et James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity. Rethinking the Concept », in Gender & Society, n° 19.6 (2005), p. 829-859.

Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, 3 vols., Paris, Seuil, 2011.

Ilse Costas, « Die Öffnung der Universitäten für Frauen. Ein internationaler Vergleich für die Zeit vor 1914 », in Leviathan, n° 23.4 (1995), p. 496-516.

Ute Frevert, Ehrenmänner. Das Duell in der bürgerlichen Gesellschaft. Munich, Beck, 1991.

Ute Frevert, « Das Militär als Schule der Männlichkeiten », in Männlichkeiten und Moderne. Geschlecht in den Wissenskulturen um 1900, dir. U. Brunotte et R. Herrn, Bielefeld, transcript, 2008, p. 57-75.

Sander L. Gilman, The Jew’s Body, Londres, Routledge, 1991.

Ernst Hanisch, Männlichkeiten. Eine andere Geschichte des 20. Jahrhunderts, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 2005.

Andrew Hewitt, « Die Philosophie des Maskulinismus », in Zeitschrift für Germanistik, Neue Folge, n° 1 (1999), p. 36-56.

Jacques Le Rider, Le cas Otto Weininger. Racines de l’antisémitisme et de l’antiféminisme, Paris, Presses universitaires de France, 1982.

Jürgen Martschukat et Olaf Stieglitz, Geschichte der Männlichkeiten, Francfort, Campus, 2008.

Patricia Mazón, « Die erste Generation von Studentinnen und die Zulassung der ‘besseren Elemente’ 1890-1914 », in Das Geschlecht der Wissenschaften. Zur Geschichte von Akademikerinnen im 19. und 20. Jahrhundert, dir. U. Auga, C. Bruns, L. Harders et G. Jähnert, Francfort, Campus, 2010, p. 113-126.

Patricia Mazón, Gender and the Modern Research University: The Admission of Women to German Higher Education, 1865-1914, Stanford, 2003.

George L. Mosse, The Image of Man. The Creation of Modern Masculinity, Oxford-New York, 1996.

Bernhard Neff, ‘Wir wollen keine Paradetruppe, wir wollen eine Kriegstruppe…’. Die reformorientierte Militärkritik der SPD unter Wilhelm II. 1890-1913, Cologne, SH-Verlag, 2004.

Gertrud Pfister, « Activitiés physiques, santé et construction des différences de genre en Allemagne », in CLIO. Histoire, femmes et sociétés, n° 23 (2006), p. 45-73.

Ute Planert, Antifeminismus im Kaiserreich. Diskurs, soziale Formation und politische Mentalität, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998.

Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Juliette Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine, l’accès des femmes aux professions de prestige (1880-1940), Paris, Fayard, 2007.

Annette Runte et Eva Werth (dir.), Feminisierung der Kultur? Krisen der Männlichkeit und weibliche Avantgarden, Wurtzbourg, Königshausen & Neumann, 2007.

Miriam Rürup, Ehrensache. Jüdische Studentenverbindungen an deutschen Universitäten 1886-1937, Göttingen, Wallstein, 2008.

Wolfgang Schmale, Geschichte der Männlichkeit in Europa (1450-2000), Vienne, 2003.

Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil 2009.

Marie-Bénédicte Vincent, « Des études de droit au service de l’Etat. La formation des élites administratives allemandes sous l’Empire et la République de Weimar » in H. Joly (dir.), Formation des élites en France et en Allemagne, Cergy-Pontoise, CIRAC, 2005. p. 49-64.

Bernd Widdig, « ‘Ein herber Kultus des Männlichen’: Männerbünde um 1900 », in Wann ist der Mann ein Mann? Zur Geschichte der Männlichkeit, dir. W. Erhart et B. Herrman, Stuttgart-Weimar, Metzler, 1996, p. 235-248.

L’Institut de science de la sexualité de Magnus Hirschfeld et le féminisme

Texte de Agathe Bernier-Monod, ENS Lyon

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

La libération des mœurs constitue un aspect fondamental de la révolution culturelle weimarienne. Amorcée dans les années 1890 et poursuivie sous la République de Weimar, cette entreprise de libéralisation  a été portée à la fois par les sociaux-démocrates, le mouvement féministe, le mouvement homosexuel et la réforme de la sexualité, initiée par des médecins et des psychologues.

Magnus Hirschfeld fut un représentant éminent des deux derniers mouvements. Il a été un des premiers défenseurs des droits des homosexuels, mais aussi le sexologue le plus populaire de son époque. Il se fait connaître en 1897 en créant le Comité scientifique-humanitaire (Wissenschaftlich-humanitäres Komitee) et en lançant une pétition demandant l’abrogation du § 175 du code pénal, qui prévoyait pour les rapports sexuels entre hommes une peine allant jusqu’à cinq ans de prison.

L’Institut de science de la sexualité, que fonde MH en 1919 à l’emplacement de l’actuelle Philharmonie à Berlin et qui perdure jusqu’à l’arrivée des nazis au pouvoir, fait figure de haut-lieu de cette révolution des mœurs. Ce centre de recherche sur la sexualité s’adressait aux médecins, mais aussi au grand public, auquel il dispensait des cours d’éducation sexuelle. Unique en son genre, l’Instititut proposait des consultations individuelles, organisait des conférences ouvertes à tous, et des séminaires plus spécialisés pour les médecins. Ce faisant, il tendait à dissiper l’opprobre qui recouvrait la sexualité et à libérer les otages de la double-morale qui avait cours alors : les femmes. Si bien qu’il est légitime de se demander :

I/ Quels contacts MH a-t-il entretenus avec le mouvement féministe ?

II/ Dans quelle mesure l’action de l’Institut converge-t-elle avec les revendications féministes ?

III/ Enfin, quelle vision de la sexualité féminine l’Institut a-t-il délivrée ?

Contacts avec le féminisme ?

On peut s’étonner qu’Hirschfeld et ses collaborateurs n’aient entretenu que peu de contacts avec le mouvement féministe.

MH était conscient des enjeux de la question féminine. En effet, il a été amené à la social-démocratie par sa lecture de Die Frau und derSozialismus d’August Bebel. Cet ouvrage abordait ouvertement la sexualité féminine et exposait la situation de double-oppression que subissent les femmes prolétaires.

Son amitié et sa collaboration avec Helene Stöcker, la fondatrice du Bund für Mutterschutz, l’Alliance de la protection des mères, sont bien connues. Les biographes d’Hirschfeld et de Stöcker l’évoquent sans jamais rentrer dans les détails. Hirschfeld et Stöcker partageaient une vision commune de la réforme de la sexualité. Epouvantail du mouvement féministe, la scandaleuse Helene Stöcker défendait les droits des mères célibataires et des enfants dits « naturels ». Elle est la première à avoir postulé que la libération érotique des femmes était un aspect essentiel de leur émancipation. Elle a été un membre fondateur du Comité scientifique-humanitaire et la seule femme à avoir signé la pétition de 1897 pour l’abolition du paragraphe 175.

Avant la fondation de l’Institut, Magnus Hirschfeld s’engageait au sein de l’Alliance pour la protection des mères. Il a écrit des articles dans Die neue Generation, revue dirigée par Stöcker, en 1911 et 1912. Il donna des conférences sur l’homosexualité à l’Alliance au moment où était débattue au Reichstag la question de la pénalisation de l’homosexualité féminine. Les deux organisations appartenaient à la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle (Weltliga für Sexualreform), créée en  1928 à Copenhague.

Hirschfeld et Stöcker se rejoignaient enfin par leur engagement pacifiste. En 1914, ils ont participé à la fondation du Bund Neues Vaterland, l’Alliance de la nouvelle patrie, organisation pacifiste allemande la plus importante.

En dépit de revendications communes et bien que Magnus Hirschfeld ait vu dans les représentantes du féminisme des alliées potentielles, la jonction entre mouvement féministe et mouvement homosexuel ne s’est pas opérée. On peut supposer plusieurs raisons à cela :

Ayant existé de 1919 à 1933, l’Institut était contemporain de la deuxième génération du féminisme. A cette période se pose un problème de relève dans les rangs du mouvement des femmes. En effet, la revendication féministe principale a été exaucée : le droit de vote a été accordé aux femmes. Moins revendicatives que leurs mères, les jeunes femmes avaient tendance à se reposer sur les conquêtes des militantes des années 1890.

Deuxième raison possible, l’apolitisme proclamé de Magnus Hirschfeld, qui voulait donner une image d’objectivité scientifique irréprochable à son institut. Hirschfeld croyait à l’axiome selon lequel le chercheur peut faire abstraction de  l’idéologie dominante et des superstitions populaires pour s’en remettre à la seule objectivité scientifique :

Ce que nous exigeons du chercheur en sexualité, c’est la capacité à tirer des conclusions strictement logiques, en se soustrayant à l’influence de l’opinion publique, qui n’est le plus souvent que l’opinion de ceux qui s’expriment le plus fort.

Il n’était donc pas question de se rapprocher d’associations féministes aux revendications politiques trop nettement articulées.

Réalisations féministes

En dépit de ces contacts ténus, on peut se demander ce que l’Institut a accompli pour les femmes et comment son action a pu converger avec les revendications de féministes bourgeoises radicales ou socialistes. L’Institut accueillait des milliers de visiteurs par an – 3500 l’année de sa fondation – dont ⅓ de femmes. Ces femmes venaient aux consultations matrimoniales et aux consultations sur la sexualité, assistaient aux séances de questions.

Libérer la parole

A mon sens, la principale contribution de l’Institut fut de libérer la parole féminine, de donner aux femmes un lieu de libre-expression. Celles-ci pouvaient faire part aux médecins de leurs interrogations et de leurs angoisses lors de consultations individuelles. Elles pouvaient aussi poser des questions de façon anonyme lors des séances de questions, qui connaissaient une forte affluence. Un médecin se chargeait ensuite d’y répondre devant l’assistance.

Les questions qui revenaient le plus souvent concernaient la contraception, l’épanouissement sexuel, mais aussi l’aspect politique de la sexualité. Voici quelques questions emblématiques rescapées du pillage de l’Institut :

« Comment prévenir le plus efficacement une grossesse? »

« Une femme peut-elle introduire son diaphragme seule?» 

« Mon mariage souffre beaucoup du fait que je ne me détende pas lors des rapports avec mon mari ; comment y remédier? »

« Pourquoi prend-on à la femme la maîtrise de son propre corps ? »

Cette question a des accents prémonitoires du MLF.

La libre expression féminine que proposait l’institut doit toutefois être nuancée dans la mesure où l’interlocuteur était toujours un médecin homme qui impose des réponses d’une autorité toute médicale.

Un autre type d’action de l’Institut qui rejoignait les aspirations féministes consistait dans la lutte pour la réforme du code pénal.

Demander la réforme du code pénal / le contourner

Suivant le modèle du Comité scientifique-humanitaire, une des raisons d’être de l’Institut était de chercher à infléchir la législation sur la sexualité. En ce sens, l’Institut a livré la même lutte pour la réforme du droit pénal que certaines féministes radicales. Le premier combat mené par MH pour l’abrogation du § 175 est contemporain de l’émergence d’organisations de femmes demandant la réforme du code civil et pénal. L’Institut allait même jusqu’à contourner certains paragraphes du code pénal.  

Le dermatologue Bernhard Schapiro, préposé aux « douleurs sexuelles physiques », distribuait des diaphragmes aux patientes et leur apprenait à les mettre. Un tel geste tombait sous le coup de l’alinéa 3a du paragraphe 184 qui limitait la diffusion de la contraception.

L’Institut militait aussi contre les  § 218 et 219 qui prohibaient l’avortement. Les femmes enceintes qui venaient à l’Institut et n’étaient pas financièrement en mesure de mettre un enfant au monde se voyaient indiquer l’adresse d’un médecin de confiance qui pratiquait les avortements. Dans la revue Die Ehe que l’Institut publia de 1926 à 1933, les publicités pour sages-femmes proposant des “conseils fiables et discrets” étaient légion.

Il faut toutefois garder à l’esprit que les médecins de l’Institut ne défendaient pas le contrôle des naissances au nom du bien-être des femmes ou au nom du droit des femmes à l’autodétermination. Ce sont avant tout des préoccupations sociales néo-malthusianistes qui animaient les médecins : il s’agissait de remédier à la misère ouvrière et à la pénurie de logement accentuées à leur sens par un nombre effréné de naissances.

Les convictions eugénistes ont également joué. Les sexologues de l’Institut voyaient en effet dans le contrôle des naissances et dans le choix libre et raisonné de son partenaire un moyen d’améliorer l’espèce humaine.

L’Institut a donc agi en conformité avec certaines aspirations féministes. En tant qu’institution scientifique, il a également développé un formidable discours sur la sexualité, féminine notamment. On peut ainsi se demander quelle image du fameux « continent noir » fut délivrée. S’agissait-il d’un discours progressiste et libérateur pour les femmes?

L’Institut de MH se heurte au continent noir.

Une analyse plus précise des publications d’Hirschfeld et de l’Institut révèle un discours équivoque et essentialisant. Hirschfeld et ses collaborateurs ont eu recours à une multitude de supports pour toucher l’opinion. Je me baserai sur la théorie des sexes d’Hirschfeld et ferai appel au manuel d’éducation sexuelle de Max Hodann, Geschlecht und Liebe in biologischer und gesellschaftlicher Beziehung, Sexe et amour sous leurs aspects biologiques et sociaux, et sur la revue Die Ehe.

Théorie hirschfeldienne des sexes

L’œuvre de la vie de Magnus Hirschfeld a été sa théorie des sexes, dite “théorie des degrés intermédiaires”(Zwischenstufentheorie). Pour expliquer l’homosexualité, Magnus Hirschfeld remettait en cause la stricte dichotomie des sexes, créant un « troisième sexe » dans lequel il classait les homosexuels et les hermaphrodites. Selon cette théorie, nul n’est «pleinement femme » (Vollweib) ou « pleinement homme » (Vollmann), mais toujours un assemblage des deux sexes. Cette théorie avait quelque chose de révolutionnaire au tournant du siècle.

Il n’empêche que les catégories du « féminin » et du « masculin » se voyaient essentialisées conformément aux représentations du temps. Hirschfeld reconnaissait ainsi comme traits de caractères masculins, la créativité, l’activité, la recherche. La passivité, l’attente et l’écoute seyaient aux femmes. Il ne remettait donc pas en cause les constructions sociales du masculin et du féminin.

L’Institut avait néanmoins le mérite de reconnaître aux hommes et aux femmes le droit au plaisir sexuel, posé comme condition du bonheur individuel. Toutefois, les femmes ne se voyaient pas pour autant concéder le droit de mener leur vie sexuelle comme elles l’entendaient.

Les maris éducateurs

Conformément à la théorie propagée par le best-seller de Van de Velde, Le Mariage parfait (Die vollkommene Ehe), il était de bon ton de dire que les femmes n’étaient pas aptes à découvrir le plaisir sexuel d’elles-mêmes. L’éducation de la femme revenait donc à l’amant ou au mari, qui faisait figure de guide et de maître.

Max Hodann, qui se réfère fréquemment à Van de Velde, enjoint ainsi un mari désemparé de réaliser « l’éducation sexuelle de sa femme ». Die Ehe reprend largement cette thèse à son compte.

L’historienne Kristine von Soden dénonce le double-discours qui sous-tend cette conception de la sexualité. Les femmes devaient s’en remettre au bon vouloir des maris ou des médecins chargés de suivre leur sexualité. La participation active des femmes au cours de l’acte sexuel n’est guère envisagée, ou bien se voit écartée aussitôt comme dangereuse. Cette dépendance comportait le danger d’une nouvelle forme d’oppression des femmes, d’autant plus soumises au désir masculin.

L’impératif de la maternité

Une autre contrainte pesait sur la sexualité féminine : l’impératif de la maternité. Die Ehe et le manuel de Max Hodann s’unissent pour affirmer que  « la maternité est nécessaire à l’épanouissement personnel des femmes. » Hodann avance des arguments relevant d’un biologisme déterministe:

Le corps féminin, doué d’un appareil de conception merveilleux, doit porter des enfants, afin de remplir  sa fonction.

Cette affirmation l’amène à conclure de façon péremptoire : « Une femme qui n’a jamais été mère, au fond, n’est pas une femme ». De même, l’article sur la surexcitation sexuelle de Die Ehe voue les femmes sans enfants aux pires troubles psychiques :

Une irritation extrême du système nerveux, une tendance à la violence, aux pleurs et une lourde fatigue ne manquent pas de se déclarer. Une nature aigrie et acariâtre, une excentricité, caractérisent de telles créatures féminines.

L’auteur de l’article procède ici tout bonnement à la médicalisation de la figure sempiternelle, burlesque  ou dramatique, de la vieille fille.

Cette idéologie de la maternité faisait l’unanimité, dans les milieux conservateurs comme au sein des associations féministes. Elle a pu toutefois revêtir des formes différentes. Cependant que les militantes féministes vouaient un culte à la maternité et pensaient à l’instar de Helene Lange et Gertrud Bäumer que « la maternité spirituelle » (“geistige Mütterlichkeit”) constituait l’essence de la féminité, de nombreux hommes se contentaient d’adhérer au déterminisme biologique selon lequel le rôle des femmes dans la société se limite à la conception et à l’éducation des enfants.

L’Autre

Force est de constater enfin que la perspective féminine n’est quasiment jamais adoptée. De nombreux articles publiés dans Die Ehe ainsi que la plupart des chapitres du manuel de Max Hodann entendent percer le « mystère féminin », éclairer la sexualité et la psychologie féminines.

Les titres d’articles de Die Ehe attestent cette obsession.

«L’éternel féminin. Le rôle de la femme chez Goethe », « Le mariage et le destin de la femme », « Quelques éléments sur la vraie nature de la femme ».

Cette fascination repose sur le préjugé que l’autre sexe est nécessairement singulièrement différent. Elle débouche sur une attitude de résignation. En témoigne la déclaration péremptoire de Max Hodann à un mari désemparé :

on peut seulement faire la connaissance de l’autre sexe, mais jamais le comprendre. […] Voilà la découverte la plus significative que la science moderne de la sexualité ait à offrir à une humanité sans repère.

A l’aune de l’avènement de la gynécologie, cette science « qui entendait expliquer la déviance de la norme masculine », les médecins s’étaient autoproclamés spécialistes ès – femmes. En dépit de ses aspirations progressistes, l’Institut n’échappe pas à la règle de réification et de mise sous tutelle des femmes dans ses écrits. Cela est d’autant plus vrai pour les femmes homosexuelles qui défient le schéma traditionnel de la sexualité.

Je vais maintenant aborder brièvement

Le statut particulier de l’homosexualité féminine

Les productions de l’Institut n’abordaient guère l’homosexualité féminine. N’étant pas pénalisée, elle ne nécessitait pas de lutte civique. Ce silence tient aussi au fait que l’existence même de l’homosexualité féminine n’était pas reconnue par la société. Deux articles parus dans Die Ehe en 1927, « L’amour lesbien » et « L’amour saphique», nous renseignent néanmoins sur la représentation de l’amour entre femmes que délivrait l’Institut.

L’article « l’amour lesbien » établit une confusion entre lesbianisme et hermaphrodisme. Il reprend en ce sens la catégorie du « troisième sexe », forgée par Hirschfeld. Il résulte de cette confusion un portrait monstrueux des lesbiennes, femmes à barbes, phénomènes de foires. Je cite :

Il existe chez les sexes intermédiaires féminins toutes sortes de variantes, qui vont d’une pilosité plus développée à certains endroits du corps, de la croissance de la barbe, de la formation d’une pomme d’Adam à l’excroissance du clitoris, qui atteint presque la taille d’un membre masculin.

De plus, il était répandu de croire que l’homosexualité féminine était une tendance commune à toutes les femmes et connaissait un véritable essor. C’est ce que proclame l’article « l’amour saphique ». Cette conviction relevait d’un antiféminisme latent, nourri par les milieux conservateurs:

Des milieux scientifiques sérieux affirment que les penchants homosexuels sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Les couvents, les pensionnats, les clubs de dames offrent souvent un terreau fertile à un amour entre femmes tantôt purement spirituel, tantôt physique.

La généralisation du lesbianisme, réduit à une forme courante d’affection entre femmes, implique sa négation en tant qu’orientation sexuelle véritable. Les milieux mentionnés – couvents, pensionnats – se caractérisent par l’absence d’hommes. L’homosexualité féminine se voit donc représentée comme une sexualité par dépit, alors que la politique de l’Institut a toujours consisté à affirmer le caractère inné de l’homosexualité.

« L’amour lesbien » énonce à ce sujet l’hypothèse selon laquelle le lesbianisme découle le plus souvent d’un dégoût ou d’une peur des hommes. L’article introduit le cas d’« une femme déçue qui se réfugia dans la tendresse extrême de l’amour féminin ». De même, dans la mesure où l’homosexualité féminine découle d’une aversion acquise, elle s’avère réversible, « guérissable » :

Dans de nombreux cas, une « guérison », un retour de la lesbienne à l’amour des hommes sera possible si l’on parvient, chez une femme normalement constituée, à dissiper un complexe phobique face à l’homme.

Des mesures préventives peuvent endiguer le développement d’une attirance homosexuelle chez les femmes :

Une saine éducation du corps et de l’esprit, qui comporte une véritable éducation sexuelle, peut aider, afin que l’on n’aborde pas l’homme avec une trop grande ignorance.

Supposer qu’une guérison de l’homosexualité féminine est possible, que l’homosexualité féminine ne constitue pas une orientation sexuelle en soi, mais toujours un recours adopté par détresse témoigne d’un refus de voir les femmes sortir du schéma habituel du mariage et de la vie de famille.

Conclusion

Le peu de contact qu’a entretenu l’Institut avec le mouvement féministe peut s’expliquer par l’éclatement et le cloisonnement des mouvements sociaux et culturels progressistes sous Weimar. En outre, la question qui importait le plus à MH était la défense des hommes homosexuels, frappés par le § 175.

En revanche, l’action concrète de l’Institut peut être considérée comme largement émancipatrice pour les femmes. L’institut a contribué à libérer la parole féminine en matière de sexualité – même si l’interlocuteur demeurait le médecin ou le psychiatre.

D’autre part, conscient du fossé qui existait entre la législation et la réalité des mœurs, on parait au plus pressé pour atténuer les drames individuels suscités par la misère ouvrière. Au moyen de contraceptifs, on tentait des résorber la paupérisation et la détresse physique des travailleuses qui enchaînaient les grossesses. Les campagnes de prévention mettaient également en garde contre les maladies sexuellement transmissibles, soulignaient le sérieux de l’érotisme.

Il n’empêche que l’Institut délivra un discours normatif sur la sexualité féminine, soucieux comme on l’était de contenir le danger potentiel que recelait le « continent noir ». Du chemin restait et reste encore à parcourir.

Par-delà sa destruction totale par les nazis, l’Institut servit de références à deux mouvements de l’histoire récente. Le mouvement gay allemand, dont l’épicentre se situa dans le Berlin-Ouest des années soixante-dix et quatre-vingts, revendiqua explicitement l’héritage d’Hirschfeld. Et le fond archivistique de sexologie et de Gender studies de l’Université Humboldt, initié au milieu des années quatre-vingt-dix, porte le nom d’«Archive Magnus Hirschfeld. »

Bibliographie indicative

Dose, Ralf, Magnus Hirschfeld. Deutscher – Jude – Weltbürger, Hentrich, Berlin, 2005.

Herzer, Manfred, Magnus Hirschfeld, Leben und Werk eines jüdischen, schwulen und sozialistischen Sexologen, MännerschwarmSkript Verlag, Hamburg, 2001.

Planert, Ute, Antifeminismus im Kaiserreich, Diskurs, soziale Formation und politische Mentalität, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen, 1998.

Soden, Kristine von, Die Sexualberatungsstellen in der Weimarer Republik, Hentrich, Berlin, 1988.

Usborne, Cornelie, Frauenkörper – Volkskörper, Geburtenkontrolle und Bevölkerungspolitik in der Weimarer Republik, Verlag Westfälisches Dampfboot, Münster 1994.

Wickert, Christl, Helene Stöcker, 1869 – 1943 ; Frauenrechtlerin, Sexualreformerin und Pazifistin ; eine Biographie, Dietz, Bonn, 1991.

« Frauen von Format » ? Les féminismes allemands et les nouveaux médias (photographie et film) dans les années vingt

Texte dVéronique Dallet-Mann, Aix-Marseille Université

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Frauen von Format, comédie de mœurs de Fritz Wendhausen sans grand rapport avec le féminisme qui sort sur les écrans en 1928, permet tout de même de faire le lien entre le cinéma allemand des années vingt et une histoire de corps, de cadrages et de formats -une histoire d’ « envergure » et de visibilité des femmes dans la société allemande. Dans les années 20, nombreuses sont les artistes d’avant-garde à s’emparer des nouveaux médias de l’époque : citons par exemple les photographes allemandes Marta Astfalck-Vietz, Aenne Biermann, Lotte Jacobi,Marianne Breslauer, Lotte Herrlich ou Erna Lendvai-Dircksen et les actrices ou cinéastes Andrea Fern et Asta Nielsen. Et, en France, Alice Guy, auteure en 1906 d’un film intitulé Les résultats du féminisme et qui lance : « Tournez, mesdames, il n’y a rien dans le tournage d’un film qu’une femme ne puisse pas faire aussi bien qu’un homme ! » (Renate Möhrmann, « Frauen erobern sich einen neuen Artikulationsort: den Film », in : Frauen Literatur Geschichte. Schreibende Frauen vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Suhrkamp, Berlin, 2003, 632-643), et Germaine Dulac. Les films s’emploient à véhiculer l’image de la « Nouvelle Femme », tout comme la publicité, à l’instar de ce slogan américain :

La femme d’aujourd’hui obtient ce qu’elle veut. Le droit de vote, de minces fourreaux de soie à la place de ses pesants jupons, un service à verre bleu saphir ou ambré, le droit de faire carrière, un savon assorti à la couleur de sa salle de bains. (Nancy F. Cott, « La femme moderne: le style américain des années vingt », in: Histoire des femmes en Occident, V. Le XXe siècle, p.162)

Comment les féministes cherchent-elles à s’adapter collectivement aux « bouleversements  qui ont lieu dans le paysage des médias » : diversification des médias imprimés et des supports techniques, invention du cinéma en 1895, premières projections de films en soirée dès 1912 et débuts de la radiodiffusion de divertissement en 1923 (Cowan/Sicks, Leibhaftige Moderne Körper in Kunst und Massenmedien 1918 bis 1933, transcript, Bielefeld, 2005, 23) ? Une forme de « politique éditoriale » se met-elle en place, par exemple dans l’édition de recueils de portraits de « femmes d’envergure », pour paraphraser le titre du film de Fritz Wendhausen ? A la lumière de quelques exemples, on tentera de contextualiser la relation que les féminismes allemands entretiennent avec les nouveaux médias. Les années vingt marquent également un début de prise en compte du film par les féministes allemandes et l’ébauche d’une réflexion et de prises de positions sur ce nouveau média en plein essor. L’échantillonnage glané au Landesarchiv Berlin (Helene Lange Archiv) met en lumière les relations et les interactions entre les avant-gardes photographiques ou cinématographiques et les féminismes, entre l’imaginaire des corps et l’évolution des représentations médiatiques des femmes, autour de « la caméra comme miroir et scène où se jouent les mises en scène de la fémininité » (Female Trouble. Die Kamera als Spiegel und Bühne weiblicher Inszenierungen, Pinakothek der Moderne, München, 2008).

Le format photographique

In seiner besonderen Auswahl sei so ein Buch der Versuch einer abgekürzten Chronik unserer Zeit.

Telle est l’ambition énoncée à la fin du préambule de Unsere Zeit in 77 Frauenbildnissen (Niels Kampmann Verlag, Heidelberg, ca. 1930), dont le Landesarchiv Berlin conserve un exemplaire (cote B5125). Une chronique iconographique au féminin, en somme ? Au début de la République de Weimar, la photographie est bien établie comme tradition de représentation privée et publique, non seulement d’hommes, mais également de femmes célèbres et de féministes. Or les années 20 marquent un tournant à plus d’un titre : c’est que les femmes sont de plus en plus souvent devant et derrière la caméra -et parfois des deux côtés, dans le cas d’autoportraits photographiques. On estime qu’un tiers des studios sont aux mains de femmes. Leur renommée peut dépasser les frontières de leur pays, comme celle de la célébrissime Viennoise Madame d’Ora – Dora Kallus, dite la « suffragette de la photographie ». Depuis le début du XXe siècle, la profession de photographe est considérée comme socialement acceptable pour une femme issue de la bourgeoisie : ainsi, le Lette-Verein ouvre à Berlin une classe de photographie pour les femmes. Celle-ci devient un art, aux techniques et aux expérimentations nouvelles, et l’activité des photographes connaît un bond, favorisé par la baisse du coût de la photographie et l’expansion des médias imprimés de masse, des magazines pour femmes (Uhu ou Die Dame par exemple), de la publicité et de la mode. À partir de 1931, l’éditeur Ullstein-Verlag à Berlin possède son propre atelier photographique. Les femmes photographes combinent souvent recherche et expérimentation d’avant-garde, reportages et photographies de studio. Les photographes Marta Astfalck-Vietz (qui réalise des collages pour les réclames utilisées par Walther Ruttmann dans Berlin, dieSinfonie der Großstadt en 1927), Marianne Breslauer et Lotte Jacobi, photographe célébrée de « la céleste bohême » et qui aurait préféré travailler pour le cinéma, ont leur propre studio. Citons encore Frieda Riess, Suse Byk, Ilse Bing, « la grande dame du Leica », Lotte Herrlich, photographe renommée du naturisme et, parmi les auteurs des photographies du recueil, Wanda von Debschitz-Kunowski et Erna Lendvai-Dircksen. Formée au Lette-Verein et propriétaire d’un studio de portraits à Berlin jusqu’en 1943, cette dernière conçoit dès 1917 le projet de photographier le « visage du Peuple allemand » et publiera en 1937 la série de portraits intitulée Nordsee-Menschen (Verlag F. Bruckmann KG, München). Dans une double médiatisation -par la photographie et par leur propre corps qu’elles mettent en scène-, ces photographes pratiquent l’autoportrait, que l’on peut interpréter après Elisabeth Bronfen, lectrice de Judith Butler, comme un « démontage » des codes culturels de la représentation de la féminité. La « féminité comme trouble dans l’image », voire comme « dissolution du soi dans l’image », dans Suicide in Spirit de Marta Astfalck-Vietz, montage photographique à l’humour noir, à la fois auto-castration intellectuelle -« suicide » de l’esprit et en esprit- et « suicide » dans et par l’alcool d’une illusionniste qui n’est autre qu’elle-même ? Néanmoins, l’approche de ces photographes diffère dans les portraits de commande. Ainsi, on peut difficilement imaginer deux portraits plus éloignés l’un de l’autre que ceux que Lotte Jacobi réalise d’elle-même et de Lotte Lenya. Ce dernier devient l’une des incarnations les plus médiatisées de la « Nouvelle Femme », tout en gardant un caractère résolument individuel dans lequel l’actrice débutante se reconnaissait complètement. Ainsi se manifeste le « punctum », ce détail spécifique qui se détache du « studium » des codes culturels de la représentation, selon Roland Barthes (Elisabeth Bronfen, « So sind sie gewesen: Inszenierte Weiblichkeit in den Bildern von Fotografinnen », 4-6, http://www.bronfen.info/index.php/writing.html? [10.01.2012]).

Kollektive Identitäten lassen sich, so die These Benedict Andersons, nur über die Vermittlung zirkulierender Medien ausbilden. (Cowan/Sicks, 22)

Le recueil Unsere Zeit in 77 Frauenbildnissen, exclusivement consacré à des portraits féminins qui sont fréquemment réalisés par des photographes femmes, correspond à une politique éditoriale de médiatisation des femmes et des féministes. On peut penser que cet éditeur est soucieux d’un lectorat -féminin mais pas exclusivement- friand de comprendre son époque, de voir s’incarner le dynamisme culturel de son pays et de se reconnaître dans ces portraits. Les associations féministes poursuivent une politique de visibilité collective qui fait entrer le corps des femmes sur la scène publique et éditoriale. Cela va des documentations iconographiques des congrès féministes, comme le recueil de portraits intitulé Bilder vom Internationalen Frauen-Kongress 1904 (Landesarchiv Berlin, Int. 2054), aux portraits des dirigeantes du mouvement féministe, qui leur assurent visibilité et postérité (Preußischer Kulturbesitz), en passant par les photographies de groupes de femmes destinées à médiatiser les actions féministes à la fois dans les réseaux féministes et auprès de l’opinion publique depuis les années 1880. Ce qui semble nouveau ici, c’est que le choix iconographique se fonde sur le rayonnement, sur l’envergure -le « format »- de la femme choisie selon un échantillonnage par domaine d’activité (belles lettres, médecine, édition, politique, théâtre et arts ou sport). Ces portraits sont ici ceux d’une individualité qui tend à la généralisation et à la typologie, c’est-à-dire à la représentatitivité socio-culturelle :

Für jene Kräfte, die an der Entwicklung unserer Epoche in irgendeiner Weise mitwirken oder die das aktuelle Gesicht unserer Zeit mit all deren Merkmalen bestimen –mögen diese Kräfte nun als Frauenbewegung, Politik, Wirtschaft, Kunst, Wissenschaft, Sport oder Gesellschaftskultur fühlbar sein – wurden Frauen gewählt, die wir als Repräsentantinnen dieser Kräfte und Strömungen anerkennen. (Geleitwort, 77 Frauenbildnisse unserer Zeit)

 Ces photographies s’inscrivent entre les pôles de la « massification », -« signature par excellence de la vie urbaine » (Cowan/Sicks, 21)- et de la standardisation propres aux années vingt d’une part et de l’affirmation d’une individualité croissante, manifestée par exemple par de nouveaux choix d’une vie autonome, d’autre part. « L’exposition du corps dans sa sérialité » dans les revues musicales ou dans le sport de compétition, illustrée par les photographies des équipes féminines de hockey du Sportclub Ullstein et du Berliner Turnerschaft en 1923 (http://bpkgate.picturemaxx.com/ [26.12/2011]), et la « figure duelle de la perte d’identité dans la masse et de la constitution d’une identité grâce à l’identification collective » prennent ici la forme d’une identité de groupe positive : celle d’un corps collectif constitué de femmes. Pour ces dernières, il s’agit de « faire corps », de « faire masse » sur la scène publique, en instrumentalisant leur corps, devenu de la sorte « non seulement un objet des nouveaux médias de masse, mais également un médium à part entière lui-même » (Cowan/Sicks, 23). Il en va ainsi des photographies de groupes féminins professionnels prises lors d’excursions sur des lieux symboliques  de l’identification masculine nationale, comme ces femmes, membres de la Fédération des employées de bureau, qui posent devant le Monument de la Bataille des Peuples à Leipzig, en 1927 (Landesarchiv Berlin, Helene Lange Archiv, B Rep. 237-16 Nr. 5, http://addf-kassel.iserver-online.de/ [25.12.2011]).

 [Diese doppelt] medialen Repräsentationen des Körpers  […] inszenieren in unterschiedlichen Medien (Bild, Schrift, Ton) die Arbeit eines weiteren Mediums (des Körpers) in seinen unterschiedlichen Gebrauchskontexten. Sinn entsteht hier aus der differenziellen Bezugnahme der verschiedenen Medien auf das Medium Körper. (Cowan/Sicks, 23)

Ainsi, les années vingt sont marquées par le foisonnement des images de la féminité, par leur multiplicité et en même temps leur « sérialité », entre standardisation et déconstruction des codes de représentation. C’est l’ère de la « Backfisch » délurée exprimant des vélléités d’indépendance(l’actrice Ossy Oswalda dans Ich möchte kein Mann sein de Ernst Lubitsch en 1918), des «  (Working) Girls », des « Flappers », qui s’illustrent dans les revues (Joséphine Baker se produit à Berlin en 1925), de la Garçonne, comme autant de figures de l’émancipation des femmes. Médiatisée par le « scandaleux » roman de Victor Margueritte en 1922, illustré en 1925  par Kees van Dongen (http://www.kb.nl/bc/koopman/1919-1925/c17-fr.html, 28.12.2011), la Garçonne est reconnaissable à sa silhouette immortalisée par Paul Poiret et Coco Chanel, à sa coupe au carré, voire au pantalon qu’elle porte et à la cigarette qu’elle fume. Elle incarne « consommation, succès et mobilité » dans la grande ville devenue « le théâtre de l’indépendance féminine » (Jatho, 11) et ambiguïté sexuelle, « mélange des genres »qui fait tout à la fois scandale et fureur et qu’incarnent Anita Berber ou Marlene Dietrich ou encore Tamara De Lempicka, dont l‘autoportrait androgyne fait la couverture de Die Dame en 1929.

Dans les corps déliés des « portraits de femmes » retenus ici, que leur souplesse même protège des aléas de la Modernité, se manifeste la standardisation (relative et partielle) de ces figures féminines : à la « Nouvelle Femme » semble répondre la « Nouvelle Féministe », chez les femmes les plus jeunes. Si le corps apparaît davantage, il revêt moins de caractéristiques individuelles que celui de la génération précédente. On le devine musclé, androgyne et il répond aux canons de la mode, de la publicité et des nouveaux médias, comme dans les portraits de l’éditrice Irmgard Kiepenheuer (77 Frauenbildnisse, 8), la féministe Elsa Fleischmann (20), la championne automobile Clairenore Stinnes (72) ou encore la joueuse de tennis Cilly Aussem (77). Ainsi le « changement générationnel » se manifeste-t-il dans cet ouvrage.La médiatisation du corps par les avant-gardes et les féministes et l’apparition de « nouveaux formats » féminins crée pour le lectorat féminin une possibilité d’identification nouvelle avec le modèle et parfois même avec la photographe. Se profile toutefois le risque de l’instrumentalisation à des fins nationalistes, voire völkisch, jusque dans le style d’Erna Lendvai-Dircksen (45) ou de la jeune championne de tennis Helene Meyer (74). L’ouvrage se recommande en outre dans son introduction de Johann Kaspar Lavater pour fonder cette « tentative de faire se refléter notre époque dans le visage de ces femmes d’aujourdhui, qui sont d’origines, de professions et de domaines d’actions très divers, pour aider à la connaître ».

Le format cinématographique ou « les feux follets scintillants »

Von allem Elend, das über unser Volk gekommen ist, ist die innere Zuchtlosigkeit mit am schlimmsten. Das zeigt sich besonders in der Grossstadt. Der Film, der als Kulturträger wirken sollte, ist unter dem Deckmantel der « Aufklärung » zur Filmseuche geworden, und bringt unser Volk um den letzten sittlichen Halt. Nicht allein in der Grossstadt wütet die Filmseuche, sie dringt bis in die entferntesten Landesstädtchen, und vergiftet Volksteile, die bis dahin keine Ahnung von den zersetzenden, unsittlichen, krankhaften Entartungen, die im Film « Anders wie Andere § 175 » gezeigt wird, hatten. Wohin soll es führen, wenn unsere Jugend in den Strassen fast nichts anderes mehr sieht als krasse aufreizende Bilder von Sünde, Laster, Ehebruch und Verworfenheit, von Raub und Mord, von einem verblendend dargestellten Luxusleben in verlockender Umgebung einer verroteten Menschenklasse.

Unser bis dahin ehrbares, anständiges und arbeitsames Volk wird hier von einzelnen gewissenlosen Unternehmern bis ins Mark getroffen. Der Film, der als Kulturträger auf den Plan trat, wird dadurch in das Gegenteil verkehrt, indem sie unser Volk durch die flimmernden Irrlichter in den Sumpf führen.

Dagegen muss Front gemacht werden. Wir fordern die Frauen und Mütter aller Volkschichten auf, die Jugend und das Volk gegen diesen Schmutz zu schützen. Wir werden in einer Kundgebung am 14. November abends 7 1/2 Uhr in der Hochschule für Musik, Charlottenburg, Hardenbergstr. verlangen, dass eine Filmüberwachungskommission von Frauen und Männern eingesetzt wird, denn die jetzigen tätigen Kreise sind nicht durchweg in der Lage, selbst zu beurteilen, ob ein Film zersetzend oder aufbauend wirkt.

Die wirklich künstlerisch schaffenden Elemente werden unsere Anregung freudig begrüssen, denn auch sie leiden unter dem Druck der spekulativ geschäftlichen Personen, die den Film nur auf die niederen Instinkte der Menschen eingestellt haben.

Wir rufen euch alle, denen die Gründung unseres Volkes am Herzen liegt. Wir wollen aufbauen und nicht versinken im Schmutz. Dann kommt alle, um dieser Bewegung zu einem starken, fortreissenden Erfolge zu verhelfen.

Als Redner sind vorgesehen :

Frau Adele Schreiber (SPD), Frau Weltmann, Fräulein Fr. von Harnack (DDP), Herr Pfarrer Mumm, Herr Schulrat Beuermann.

Hochachtungsvoll

Deutscher (katholischer) Frauenbund, Kirchlich soziale Frauengruppe, Spandauer Lehrerinnen Verein, Verbündete Verei(en) für Mittelstandsfürsorge, Frauenverein von 1849, Diakonie Verein, Zehlendorf Verein Wohlfahrt der weiblichen Jugend, Evang. Verband zur Pflege der weiblichen Jugend Deutschlands, Verein gegen den Missbrauch geistiger Getränke, Flottenbund deutscher Frauen, Deutscher Schriftstellerinnenverband, Wohlfahrtsverband der Lehrerinnen, Jungdeutschlands Mädchengruppe, Verein für das Deutschtum im Ausland, Frauenbund für Eigenkultur und volkswirtschaftliche Aufklärung, Verband deutscher Volksschullehrerinnen.

Berlin, den 29. Oktober 1919

Cet appel public intitulé Gegen die Kinoseuche ! (LAB, Rep. 060-53MF4224-4225) émane du Deutscher Frauenbund, que dirige Jenny von Dewitz, et est signé par 16 associations féminines professionnelles, confessionnelles et « nationales ». Il est accompagné d’une lettre d’invitation à laquelle Marie-Elisabeth Lüders a apposé sa signature, ainsi que d’un message de soutien. Le cinéma y est assimilé à un virus dont les bacilles -les films- contamineraient le corps social et national tout entier, jusque dans ses recoins les plus secrets et les plus préservés, générant enlisement, corrosion, empoisonnement, dégénérescence et pourrissement individuel et social et entraînant ainsi la décadence du « peuple allemand ». Le cinéma donnerait le coup de grâce à un peuple « pur » mais corrompu par les spéculateurs sans scrupule, ces mauvais génies de la Modernité. Seuls des femmes et des hommes éclairés seraient à même de s’opposer aux « feux follets scintillants » pour mener sur le droit chemin la jeunesse et la nation menacées et les « édifier » en leur redonnant santé physique et morale. Sous les feux de la critique, les Sitten- und Aufklärungsfilme, films de mœurs et d’information sexuelle à visée sociale et hygiéniste pour les uns, « films de mauvais goût, de bas étage et immoraux » (Kitsch-, Schund- und Schmutzfilme) pour les autres. Ces derniers les tiennent pour responsables de « l’empoisonnement du Peuple et de sa dépravation spectaculaire », selon le diagnostic de la Reichszentrale für Heimatdienst (LAB, B Rep. 235-20, HLA-Zeitunsausschnittsammlung MF-Nr.1257, 9.01.1920). Le débat fait rage dans l’entre-deux-guerres, comme en témoigne le poème aux accents de pamphlet que publie le Film-Kurier à ce sujet :

Gar nützlich sehr und angenehm

Ist stets das Sexualproblem.

Dem einen dient’s für Seel’ und Leib

Zu allbeliebtem Zeitvertreib,

Der andere macht, wenn es sich trefft,

Damit ein glänzendes Geschäft.

So leuchten denn von allen Teilen

Der buntbeliebten Litfaßsäulen

Im ganz gigantischem Formate

Die allerneusten Filmplakate.

Hier lockt die »Prostitution«

Uns alle mit Sirenenton,

Dort gibt’s für Männer und für Frauen

»Die Sünde einer Nacht« zu schauen,

Hier ist gar »Sünd’ges Blut« zu sehn,

Doch »Sündenlust« ist auch ganz schön;

»Die Kupplerin« winkt in der Nähe,

Dort lädt man uns zu »Lilli’s Ehe«,

Ich wette ebenso gefällt’s,

Besieht man sich »Venus im Pelz«.

Man sieht »Das mysteriöse Bett«,

»Das Gift im Weib« ist grad so nett

Und »Nach dem Mann der Schrei« nicht minder;

Das »Fräulein Mutter« schreit um Kinder.

Wie lieblich wirkt in diesem Tanz

Der gute, alte »Myrthenkranz«.

Natürlich erst, wenn er zerrissen,

Wie wir durch »Die Verführten« wissen.

Daneben fällt uns auf beim Wandern

Ein Drama »Anders als die Andern«.

Auch dies betätigt mit Genuß 

Sich ganz in Sexualibus.

Und wenn ich sehe, wie ringsum

So einstürmt auf das Publikum

In wilder Flut Erotik nur

Unter dem Mantel der Kultur,

Denk’ ich: »wenn ich ‘nen Film nur wüßt’,

Der ›Anders als die Andern‹ ist.

(Job : « Anders als die Andern », Film-Kurier, Nr. 13, 30.6.1919, in : CinErotikon. Sexualität zwischen Aufklärung und Ausbeutung in der Weimarer Republik. Materialien zum 12. Internationalen Filmhistorischen Kongreß, Hamburg, 4. – 7. November 1999, http://www.cinegraph.de/kongress/99/k12_01.html, [27.12.2011])

Derrière ces titres satiriques se cachent notamment les films de Richard Oswald : Es werde Licht! (1917), film de prévention de la syphilis soutenu par la Société allemande pour la lutte contre les maladies sexuelles et la Société médicale pour la science sociale (la quatrième partie est intitulée Sündige Mütter – Strafgesetzbuch §218 et informe sur les dangers de l’avortement), Das Tagebuch einer Verlorenen (1918) et Dida Ibsens Geschichte. Ein Finale zum « Tagebuch einer Verlorenen » von Margarethe Böhme (1918), deux histoires de femmes « rejetées, pas épousées, vendues ». Ainsi, le spectre de la décadence morale de l’Allemagne (« Sittenverfall ») généré par la défaite suscite un débat intense dans la jeune République allemande. Dans le contexte d’une technique naissante, d’une industrie du divertissement en plein essor et d’un art cinématographique encore balbutiant, les Sitten- und Aufklärungsfilme fournissent « prétexte et justification à la création d’un instrument de censure pour le cinéma » (Eva Sturmin : Geschlecht in Fesseln, 63), qui témoigne de la la (r)évolution culturelle qu’implique la levée de la censure, le 12 novembre 1918. Dès 1919, la critique générale (au-delà du clivage politique) dénonce les « outrances » du cinéma, qui pourraient susciter l’impression « que l’homme allemand ne fait rien d’autre que d’agresser, maltraiter, droguer et plier la femme allemande à sa volonté, ou, pire encore […] que toutes les jeunes filles sont livrées aux agissements d’une accoupleuse et des hommes » (Eva Sturm, 73). Et l’argumentation des féministes bourgeoises et socialdémocrates converge. Ainsi, le Helene Lange Archiv contient une coupure de presse tirée de Die Arbeiterin. Organ des Gewerkvereins der deutschen Frauen und Mädchen (1919), qui reproduit « l’appel » du Deutscher Bund abstinenter Frauen intitulé Zur Bekämpfung des Kinoschunds (LAB, B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung MF-Nr.1257) et Clara Zetkin écrit en 1919 :

 Die Filmkunst spekuliert auf die niedrigsten Leidenschaften, die brutalsten Instinkte, um ein unerzogenes, sensationslüsternes, wie ein übersättigtes und stärkste Nervenaufpeitschung verlangendes Publikum anzulocken und die Lichtspieltheater zu füllen. Es münzt die Schwächen, Rückständigkeiten, Entartungstriebe der Bevölkerung zu Geld, das bekanntlich nicht stinkt, auch wenn es aus Schmutz und Blut aufgehoben wird.

La première Loi sur le Cinématographe (Lichtspielgesetz) est promulguée le 12 mai 1920, soit 18 mois après la levée de la censure. Seule l’USDP, malgré tout favorable à un contrôle étatique des projections de films destinées à la jeunesse, maintient son opposition à la censure. Et Luise Zietz dénonce la manipulation qui consiste à organiser au Polizeipräsidium de Berlin une « projection extrêmement tendencieuse » des séquences coupées au montage ou interdites -dont certaines sont tirées de Anders als die Andern et Es werde Licht !-, ainsi que de courts métrages « pour messieurs », sous la pression des réformistes du cinéma (Kinoreformer) (Eva Sturm, 71-73). Anders als die Andern, film de Richard Oswald qui dénonce les méfaits du §175, semble bien avoir constitué un moment de cristallisation dans le mouvement réformiste auquel adhèrent les mouvements féministes bourgeois. Le sujet fait polémique, tout comme la participation au film du sexologue Magnus Hirschfeld comme interprète, co-scénariste et acteur. En effet, l’oeuvre comporte la mise en abyme d’images photographiques dans les « images animées », procédé visant à fonder scientifiquement le propos de la fiction. Celle-ci plaide en effet pour la dépénalisation des actes homosexuels par le biais de la conférence d’un professeur joué par Hirschfeld lui-même, qui fait une présentation visuelle pour le moins ambivalente du « féminisme », terme désignant ici les « hommes-femmes », tout comme il existerait des « femmes-hommes ». Néanmoins, ce n’est pas le cinéma dans son ensemble qui est rejeté : la documentation non négligeableque recèle la revue de presse constituée par le BDF et conservée au Landesarchiv Berlin (Helene Lange Archiv) sur les questions touchant au cinématraduit un intérêt précoce et une implication croisssante des féministes dans la mise en place d’instances de régulation nationales et internationales pour ce médium. Ainsi en 1926, le Allgemeiner Deutscher Lehrerinnen-Verein, dirigé par Emmy Beckmann, et le BDF, sous la houlette de Emma Ender, correspondent pour répondre à Marian P. Whitney, la présidente de l’International Council of Women,qui leur demande de nommer une représentante au sein de la Commission Internationale du Film (Internationaler Filmausschuss) (LAB, LFS 3302). Un travail de collecte d’informations auprès des Commissions nationales doit servir à alimenter la synthèse que présentera la présidente de la Commission Internationale du Film, la Française Dreyfus-Barney, lors de la réunion de la première Conférence Internationale du Film à Paris en mai 1927. Elsa Matz, députée du Parti Populaire Allemand (DVP) au Reichstag et finalement appointée comme déléguée par le BDF le 3 mai 1927, ne cesse de souligner le rôle médiateur que peut et doit jouer le cinéma allemand sur le plan international, y voyant même un champ d’action pour les féministes allemandes :

Ferner möchte ich gerne mit Ihnen eine Angelegenheit erörtern, die ich gerne vor den Kinematographenausschuss des Internationalen Frauenbundes in Genf gebracht sähe. Es handelt sich um die Ausführung von deutschfeindlichen Filmen, wie die Apokalyptischen Reiter und Andere. Es wäre voraussichtlich im Internationale(n) Frauenbund jetzt Stimmung im Interesse des Friedens und der Verständigung gegen derartige Vorführungen zu wirken, und es wäre eine sehr grosse Sache, wenn Frauen in der Angelegenheit Erfolg hätten. (Elsa Matz à Emma Ender, 15.03.1927 : LFS 3306)

Se met ainsi en place dès 1926 une campagne de réglementation du cinéma au niveau national et international, avec nombres d’interactions entre l’infatigable médiatrice Elsa Matz et les instances internationales, de même qu’un véritable programme « d’éducation au cinéma » pour les membres du BDF. Ainsi, le 6 avril 1927, le pasteur Engelmann une conférence documentée et chiffrée sur le cinéma pour le comité Arbeitsgemeinschaft für Volksgesundung, auquel sont affiliés le BDF, la Berliner Frauenkonferenz, présidée par Erna Corte, et le Deutscher Frauen- und Mädchenbund für sittliche Reinhheit, ainsi que le Deutsch-Evangelischer Frauenverein (LAB, B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung, MF-Nr. 1258). Quand Elsa Matz intervient devant le Reichstag sur la question du budget pour « la jeunesse, les exercices corporels, etc. », elle y rapporte l’accueil favorable reçu par le cinéma allemand et ses représentants lors de la première Conférence Internationale du Film à Paris en 1927. Rappelons que le Cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene et les premiers films de Friedrich Wilhelm Murnau ou de Georg Wilhelm Pabst vaudront à l’Allemagne une renommée cinématographique mondiale. Pour combattre les  « films d’incitation à la haine », les Hetzfilme anti-allemands tels que Les Cavaliers de l’Apocalypse ou Mare Nostrum, la « meilleure défense » consisterait à produire des films de qualité, grâce à la Lichtspielgesetz et aux bureaux de censure des films (Filmprüfstellen) (LAB, B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung, MF-Nr.1258, Frauenrundschau, 28.04.1927). Dans l’article intitulé « Die Internationale Filmkonferenz in Rom » (LAB,B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung , MF-Nr. 1258, Frauenrundschau, 21.10.1930), Elsa Matz évoque par le menu la Conférence Internationale sur le Film et la Radio qui s’est tenue à l’Institut International pour le film pédagogiqueà Rome. Organisée en coopération avec la Commission cinématographique de la Fédération Internationale des Femmes (Lichtspielausschuß des Internationalen Frauenbundes), elle a rassemblé des représentantes d’associations pour la protection de la jeunesse, des membres des organismes de censure, ainsi que des « auteures de manuscripts de films et des cinéastes femmes ». La protection de la jeunesse -et dans une moindre mesure des femmes- est l’un des maître-mots de l’implication des féministes dans le domaine du cinéma. En témoigne une coupure de presse dans laquelle la Fédération Internationale des Femmes (Internationaler Frauenbund) présente la déclaration de la Commission Internationale pour l’enseignement et l’éducation sociale par le cinéma (Internationaler Ausschuss für Unterricht und soziale Erziehung durch das Lichtspiel), qu’elle a co-signée le 6 février 1930. Il s’agit pour l’essentiel d’un catalogue de recommandations destinées à promouvoir l’« efficacité éducative et sociale » des films, en associant « producteurs, professeurs, scientifiques et éducateurs ». Y figurent par exemple la recommandation que l’éclairage des salles de projection permette une « surveillance constante » et la mise en garde contre la projection de vieux films « néfastes pour les yeux » des enfants (LAB, B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung, MF-Nr.1258).

Ainsi, dans les « errements » du cinéma premier entre divertissement, outil pédagogique et social et art, lesféministes se révèlent sensibles aux nouveaux médias. Dès 1930, elles réclament la présence de femmes dans les organes de contrôle de la radiodiffusion. Dans le domaine du cinéma, elles constituent un groupe d’influence où prédominent les préoccupations pédagogiques, éducatives et hygiénistes, selon une approche directive et normative de ce que devrait être le « cinéma culturel » (Kulturfilm). En adéquation avec l’opinion majoritaire de leur temps, elles approuvent la censure et soutiennent la création cinématographique sous le contrôle des autorités. Elles sont également conscientes de l’importance que revêt le cinéma pour le rayonnement international de l’Allemagne. L’asymétrie entre la photographie, domaine dans lequel les femmes sont présentes de part et d’autre de l’objectif, et le cinéma -où, sauf cas particulier, il faudra attendre les années soixante-dix pour que s’affirment les cinéastes allemandes-, est frappante. Aussi conviendrait-il d’explorer les relations entre les avant-gardes cinématographiques et photographiques et l’ensemble des féminismes allemands. De même, on s’interroge sur ce que les féministes pensent du phénomène d’iconisation des Lil Dagover, Brigitte Helm, Henny Porten, Louise Brooks ou Marlene Dietrich, dont le visage devient « surface réfléchissante » du désir des spectateurs (Gilles Deleuze, « Cinéma cours 9 du 2 février 1982» [en ligne]. http://www.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=193, [7.08.2007]). Pour les deux médias étudiés, on voit se dessiner les contours d’une instrumentalisation à des fins nationales, voire nationalistes ou völkisch. Ces images fixes ou animées nous renvoient également à la disparition -inhérente à l’art photographique ou cinématographique selon Roland Barthes- des femmes de la sphère publique, éditoriale et artistique, elles qui vont littéralement « sortir du cadre » dès 1933. De même, le débat sur la liberté de création sera clos d’une manière que les critiques de la censure cinématographique n’imaginaient certainement ni si imminente ni si radicale en publiant le poème suivant, qui documente l’offensive menée par le Film-Kurier contre la censure à partir de 1930 et figure dans le numéro 12 de Arbeitsgemeinschaft für Volksgesundung (LAB B Rep. 235-20-HLA-Zeitungsausschnittsammlung, MF-Nr.1258, 10.06.1931, 3-4) :

Das Lied von der Filmzensur :

Von Filmzensur, von Filmzensur

Gibt es in Deutschland keine Spur.

Denn wir erlauben alles :

Parademarsch im Schlafcoupé,

Der Millionär beim Nacktsouper,

Marlenens Fall des Falles,

Den Honved mit Zigeunerchor,

Den Liedtke mit dem Schalkshumor,

Die Anmut Willi Fritsches.

Der Porten Mutterglückskomplex,

Die Christians al Hochgewächs,

Die Orgie des Kitsches.

Ein Film, der muffig und verstaubt,

Läuft um die ganze Welt.

Denn wir erlauben, was erlaubt,

Erlaubt ist,

Erlaubt ist,

Erlaubt ist

Was gefällt !

Von Filmzensur, von Filmzensur

Gibts manchmal eine kleine Spur,

Denn wir sind auch gebunden.

Glück darf nicht nur bei den Reichen sein,

Der Krieg muss ohne Leichen sein.

Man muss die Ecken runden.

Die Frau’n sind zum Gebären da.

Doch will man zeigen, wies geschah,

Erschreckt die krasse Klarheit.

Und darum korrigieren wir,

Und darum retouchieren wir

Das nackte Bild der Wahrheit.

Ein Film, der unser Dasein zeigt,

Ist nichts für diese Welt.

Bibliographie

Bilder vom Internationalen Frauen-Kongress 1904 (Landesarchiv Berlin, Int. 2054)

Unsere Zeit in 77 Frauenbildnissen (Niels Kampmann Verlag, Heidelberg, ca. 1930.

Hans-Michael Bock/Wolfgang Jacobsen/Jörg Schöning/Malte Hagener, Geschlecht in Fesseln. Sexualität zwischen Aufklärung und Ausbeutung im Weimarer Kino 1918-1933, edition text + kritik, München, 2000.

Elisabeth Bronfen, « So sind sie gewesen : Inszenierte Weiblichkeit in den Bildern von Fotografinnen », in : Female Trouble. Die Kamera als Spiegel und Bühne weiblicher Inszenierungen, Pinakothek der Moderne, München, 2008.

CinErotikon. Sexualität zwischen Aufklärung und Ausbeutung in der Weimarer Republik. Materialien zum 12. Internationalen Filmhistorischen Kongreß, Hamburg, 4. – 7. November 1999, http://www.cinegraph.de/kongress/99/k12_01.html, [27.12.2011]

Michael Cowan/Kai Marcel Sicks (Hg.), Leibhaftige Moderne Körper in Kunst und Massenmedien 1918 bis 1933, transcript, Bielefeld, 2005.

Gabriele Jatho, City Girls. Frauenbilder im Stummfilm, Stiftung Deutsche Kinemathek u. Bertz + Fischer Verlag, Berlin, 2007.

Karl, Toepfer, Empire of Ecstasy: Nudity and Movement in German Body Culture, 1910-1935, University of California Press, Berkeley, 1997.

Révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui: l’ambiguïté des références à la Révolution française chez les féministes germanophones (1889-1914)

Texte de Jean-Numa Ducange, Université de Rouen

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Dans la plupart des histoires du féminisme, même lorsqu’elles se limitent au cadre hexagonal, il est courant d’évoquer, fût-ce brièvement, l’action des femmes sociales-démocrates des pays germanophones à la fin du dix-neuvième siècle. Difficile en effet de ne pas mentionner des figures comme Clara Zetkin, qui marquèrent non seulement la constitution des premiers groupes de femmes “autonomes” dans le cadre du mouvement ouvrier à la fin du dix-neuvième siècle mais plus largement des générations entières de femmes militantes communistes, notamment au KPD pendant la République de Weimar puis en République Démocratique Allemande, où elle fit longtemps figure de précurseur(e) incontournable. Il faut également citer la contribution d’August Bebel de 1879, Die Frau und der Sozialismus (La femme et le socialisme), un des ouvrages les plus lus et diffusés dans le Parti social-démocrate allemand, témoignant d’un intérêt précoce pour le rôle et la place des femmes, surtout au regard des courants socialistes français de l’époque. Mentionnons enfin – d’autant qu’une partie de son oeuvre est traduite en français – la grande figure d’Adhelheid Popp en Autriche, dont les souvenirs constituent une source majeure pour comprendre la social-démocratie de l’époque. Les exemples de ce type pourraient être multiplés.

Pourtant ces mêmes histoires du féminisme considérent souvent les écrits et actions des sociaux-démocrates comme limités, demeurant dans un cadre contraignant trop subordonné à la questions de classes sociales peu à même d’intégrer les revendications spécifiques des femmes, et ce malgré des tentatives audacieuses à l’image de la publication sur de nombreuses années d’organes de presse féministes comme Die Gleichheit. Ces considérations ne sont pas sans fondements, mais nous souhaitons aborder ici une question souvent peu évoquée, à savoir la façon dont nombre de femmes vont chercher à ancrer leur légitimité dans le parti par le recours à l’histoire, et plus exactement à l’histoire des révolutions, régulièrement mobilisée dans la mouvance sociale-démocrate. Une telle étude permet de délaisser les approches trop fréquentes jugeant périmées ou étroites les approches sociales-démocrates de cette époque, privilégiant un regard rétrospectif au lieu d’opérer un véritable retour historique sur des pratiques militantes diverses, qui ont concerné des centaines de milliers de femmes, et dans lesquelles les références au passé révolutionnaire, parfois critiques ou ambiguës ont longtemps joué un rôle mobilisateur important.

Se référer à l’histoire

L’intérêt pour les “précurseurs”, pour ceux – et celles – qui, par leurs combats antérieurs, annoncent et justifient les revendications actuelles, se manifeste clairement dans les partis sociaux-démocrates germanophones à partir des années 1880. Le “grand récit” de l’histoire humaine à vocation universalisante d’inspiration marxiste, souvent évoqué dans l’historiographie comme avant tout caractéristique des partis communistes à partir des années 1920, trouve en réalité son origine chez les sociaux-démocrates du XIXème siècle. Une de ses premières manifestations peut être repérée dans des volumes historiques publiés au début des années 1890, lorsque les partis sociaux-démocrates allemand et autrichien connaissent une croissance importante, rendant indispensable une lecture plus systématique du passé, à l’image d’un État en formation (R. Koselleck). L’histoire des “grandes” révolutions, en premier lieu l’histoire de la Révolution française, fait par exemple l’objet d’ouvrages spécifiques, dans le sillage du centenaire de 1889 mais plus encore après la révolution russe de 1905, qui stimule nombre d’analogies avec la situation présente. Indépendamment des qualités proprement historiques de cette production, il faut insister sur le statut spécifique de l’histoire dans la social-démocratie, sans lequel on ne peut comprendre l’attitude des femmes sur laquelle nous allons porter notre attention. L’histoire, c’est bien évidemment des ouvrages rédigés par les plumes autorisés du parti, mais également toute une vulgate très présente dans les différents supports diffusés auprès des militants et sympathisants, qui vise à transmettre au plus grand nombre les rudiments d’une conception matérialiste de l’histoire tout en valorisant l’actions de certains groupes sociaux ou individus ayant marqué leur époque. Ainsi, si la Révolution française se retrouve dans des ouvrages théoriques et s’inscrit au coeur de controverses dans les revues sociales-démocrates concernant de facto l’élite du parti, sa présence ne se limite pas aux débats “au sommet” puisque de nombreuses mentions dans la presse militante, à l’occasion de conférences orales, dans les formations politiques aux différents niveaux et jusqu’aux almanachs (Arbeiter-Kalender) et agendas ouvriers (Arbeiter Notiz-Kalender) rappellent régulièrement le souvenir de la “Grande Révolution”. Très concrètement l’histoire révolutionnaire demeurait mal connue de la plupart des militants ; il n’en demeure pas moins que, parmi les références les plus présentes dans l’univers quasi-quotidien des militants (dans le cas par exemple des agendas qui signalent régulièrement les grandes de la Révolution française), figurent des références historiques, qui s’inscrivent pleinement dans une légitimation – que l’historien aurait tort de ne voir que comme une vulgaire manipulation tant ces références sont structurantes dans ce type d’organisation – des actions contemporaines. “D’autres bastilles sont à prendre” pourrait-on résumer, et les nombreuses Mariannes « germanisées » présentes dans de nombreux dessins et caricatures – ces dernières étant très prisées par les militants comme le montre le succès des journaux satiriques Der Wahre Jacob et Glühlichter – reprenant la devise « Liberté – Égalité – Fraternité », confirment le succès de ce type d’analogies historiques. C’est le même type de comparaison qui vient à l’esprit lors de l’important congrès de Mannheim du SPD de 1906. Dans le compte rendu du congrès, après avoir évoqué les nombreuses manifestations, le rapport du comité directeur du parti (Parteivorstand) évoque le lien historique qui unit 1793 et 1905 :

« Le 14 janvier, le tract fut diffusé à environ 6 millions d’exemplaires. Le dimanche suivant fut la date choisie pour les assemblées. Le fait que ce jour soit d’une importance particulière dans l’histoire des révolutions, puisque Louis XVI fut mis à mort à Paris le 21 janvier 1793 et qu’il s’agissait aussi du jour des massacres de Saint-Pétersbourg, devrait contribuer à rendre particulièrement nerveux les dominants. »

Femmes d’hier et d’aujourd’hui…

Les exemples pourraient être multipliés, montrant l’importance des références historiques à tous les niveaux. Pour s’imposer dans le parti, les femmes devaient en quelque sorte fatalement trouver leur place dans ce dispositif d’analogies historiques si présents dans le discours des sociaux-démocrates. On connaît la tragique anecdote du congrès d’Hainfeld du parti autrichien de 1889-1889, lorsque la seule femme déléguée fut “spontanément” expulsée d’un congrès entièrement masculin, qui en dit long sur les difficultés qu’allaient rencontrer dans les décennies à venir les femmes investies dans le mouvement ouvrier. Puisque la place dans le parti ne leur était pas reconnue, il fallait montrer qu’historiquement les femmes avaient un rôle majeur dans les processus révolutionnaires antérieurs, si prisés par la littérature sociale-démocrate. Lisons ainsi encore Zetkin, s’exprimant à ce même congrès de Mannheim en 1906, qui inscrit les luttes actuelles des femmes dans le passé révolutionnaire :

« Partout, la social-démocratie se tient aujourd’hui aux tous premiers rangs de la lutte pour la pleine émancipation politique du genre féminin. En 1792, Mary Wollstonecraft éleva la voix dans son œuvre célèbre : « Défense des droits de la femme » (…). En 1789, le droit de vote pour les femmes a été exigé aussi bien dans des tracts que dans une requête à l’Assemblée Nationale Constituante. »

Mais on n’attendit pas la révolution russe de 1905 pour évoquer de tels combats et se référer aux grandes figures de la Révolution française. Si le combat des femmes s’ancre autour de la référence « germanique » des révolutions de 1848, la Révolution française et certaines de ces actrices occupent également un rôle important et, dans une certaine mesure, prédominant. La « Grande Révolution française », comme on avait alors coutume de la désigner dans ces milieux politisés, a pour elle d’être la première « Grande » révolution, en ce sens qu’elle a réussi là où 1848 demeure un échec traumatique pour les peuples germanophones. Qui plus est, 1789 a fourni des exemples de femmes exceptionnelles, dans un contexte marqué par une forte présence masculine, auxquelles il peut être aisé, mutatis mutandis, de se référer. Par exemple, alors que les publications se multiplient en 1893 sur la « Grande Révolution » dans le cadre d’un long centenaire démarré dès la fin 1889, le journal de Clara Zektin publie une série d’articles sur les femmes de la Révolution. Un portrait de « Madame Legros » est l’occasion de rappeler le rôle des femmes pendant la décennie 1789-1799 ; un autre article insiste davantage sur les forces sociales en analysant les journées des 5 et 6 octobre 1789.De façon significative, l’auteure affirme que les luttes contemporaines des militantes sociales-démocrates prolongent les premiers mouvements de l’année 1789 et l’article invite à imiter l’action héroïque des « sœurs du peuple de Paris ».

Si ces articles étaient isolés et ponctuels, l’intérêt de la démarche serait extrêmement limité et ne pourrait justifier une quelconque réflexion un tant soit peu systématique. Mais d’autres exemples montrent que la question des femmes retient l’intérêt de plusieurs figures importantes du parti. Elle est ainsi abordée (dans l’Arbeiter-Kalender autrichien très diffusé) par Louise Kautsky, femme du célèbre théoricien et dont le patronyme permet incontestablement un certain écho. Elle souhaite montrer les différences entre le féminisme « bourgeois » et celui du Parti social-démocrate en revenant longuement sur les racines de l’histoire du mouvement féministe à l’échelle européenne et aux États-Unis. Le rôle des pionnières est soulignée, notamment celui de Mary Wollstonecraft pendant la Révolution française. En démontrant le lien de la situation des femmes avec leur situation économique, Wollstonecraft aurait montré la voie pour atteindre les objectifs fixés par le mouvement social-démocrate actuel ; combat de classe et combat des femmes trouvent ainsi leur lien logique à travers une histoire centenaire. Wollstonecraft se prête d’autant mieux à l’exercice qu’elle est anglaise ; à une heure où la social-démocratie présente son marxisme comme le résultat de la fusion de la philosophie allemande, l’économie politique anglaise et de la politique française (inspirée par la Révolution), une telle référence à une féministe anglaise acquiert une dimension quasi stratégique puisqu’elle permet de recouper le triptyque théorico-géographique proposé par les interprètes les plus autorisés de la social-démocratie.

Au moment où l’on trouve par exemple régulièrement des occurrences à Jean-Paul Marat, précurseur de choix pour la social-démocratie en raison du lien qui unit le révolutionnaire à son journal l’Ami du peuple – le journal étant en effet alors fondamental pour les militants sociaux-démocrates – Zetkin et L. Kautsky valorisent également leurs héroïnes pour mieux tenter de légitimer leurs positions présentes. A souligner également la forte présence des manifestations de femmes pendant la révolution russe de 1905, qui permet là encore à Clara Zetkin dans le Journal en l’honneur du premier Mai (Maifeier) de publier un article consacré au rôle des femmes au cours des révolutions.

… réprimées par la Révolution ?

Mais cette démarche trouve rapidement ses limites, pour qui connaît un tant soit peu l’histoire des femmes pendant la Révolution française. Comment se limiter en effet à une valorisation des principales figures féminines de la révolution alors même que la dissymétrie avec l’action des hommes – du moins dans l’historiographie – est considérable et que la répression à l’égard des courants féminins a été importante ? Il n’est pas certain que le niveau de connaissances historiques – et moins encore les méthodologies existantes – permettait alors d’établir avec netteté les raisons de la faible place des femmes dans les institutions révolutionnaires pendant la décennie 1789-1799 alors même que leur rôle social – à l’image d’octobre 1789 – a été parfois décisif. Il n’en demeure pas moins que le slogan de la révolutionnaire française Olympe de Gouges « si on a donné aux femmes le droit de monter à l’échafaud, elles doivent aussi avoir le droit de monter à la tribune » a été souvent répété par les mouvements des femmes en Autriche, alors même que l’on savait très bien le sort qui avait été réservé à Olympe de Gouges pendant la Révolution. On peut ainsi lire cette reprise comme une réponse des femmes à l’exclusion dont elles furent victimes au congrès fondateur d’Hainfeld évoquée ci-dessus.

Toujours est-il que l’une des plus instruites et perspicaces d’entre elles va soulever le problème. Therese Schlesinger, bien moins célèbre pour la postérité que Clara Zetkin, joua pourtant un rôle important dans le Parti social-démocrate autrichien et était également connue en Allemagne pour ces nombreuses contributions à la Neue Zeit. A l’image de Zektin, elle valorise régulièrement le rôle des femmes au cours du processus révolutionnaire. Dans un article des Sozialistische Monatshefte de 1898, elle rappelle qu’en 1789 apparaît une des premières manifestations d’un mouvement autonome des femmes. Pour elle aussi Mary Wollstonecraft constitue une « précurseur géniale du mouvement des femmes (…) [qui] appela les femmes à se battre pour leur indépendance, à élargir leur horizon intellectuel et à rompre avec la morale hypocrite de leur siècle ». Message implicite pour appeler à la révolte contre les barons de la social-démocratie ? Toujours est-il que Schlesinger semble lucide sur certaines impasses du mouvement révolutionnaire, puisqu’à l’occasion de la publication d’une brochure sur l’histoire des femmes au dix-neuvième siècle elle revient dans l’introduction sur la Révolution française et ne manque pas de relever la répression systématique contre les clubs féminins, même si elle retient également le rôle de quelques précurseurs comme Condorcet et à nouveau Mary Wollstonecraft. Mais, incontestablement, la critique prédomineà l’égard d’années révolutionnaires qui ont laissé peu de place aux femmes lorsqu’elle souligne que « la Convention alla si loin dans son hostilité à l’action politique des femmes qu’elle vota une loi selon laquelle les femmes qui se retrouveraient à plus de cinq seraient menacées de prison ». A noter que la maison d’édition qui publie ce court essai est proche des “révisionnistes” de la social-démocratie (qui publie notamment Eduard Bernstein, Max Schippel, Eduard David…) montrant, certes sans exclusive, comment une parole “dissidente” sur la question sensible des femmes trouve un meilleur accueille chez ceux qui critiquent “l’orthodoxie” du parti, peu enclin à remettre en cause une certaine tradition révolutionnaire… Surtout lorsqu’il s’agit de s’exprimer en faveur de davantage de droits pour les femmes.

A une autre occasion va s’exprimer crûment cette défiance. Formellement, le Parti social-démocrate autrichien réclamait le suffrage universel pour les hommes et les femmes. Il va pourtant accepter en 1906 la mise en place, certes du suffrage universel, mais uniquement masculin.La publication d’un ouvrage consacré aux femmes pendant la Révolution française par Emma Adler en 1906 Die berühmten Frauen der französischen Revolution (Les femmes célèbres de la Révolution française), épouse de l’important dirigeant de la social-démocratie autrichienne Victor Adler, peut se lire comme une réponse à cet affront. Les femmes de la Révolution dans cet ouvrage y sont présentées comme des victimes et l’ouvrage ne brille guère pas sa prise en compte des conditions sociales de l’époque. Les divers chapitres présentes avant tout des portraits biographiques assez classiques (Madame Legros, Théroigne de Méricourt, Charlotte Corday, Madame Roland, Lucile Desmoulins, Olimpe de Gouge (sic), Rose Lacombe, Madame Tallien, la Marquise de Condorcet). Les groupes populaires féminins pendant la Révolution sont absents de cette étude, encore qu’il soit possible d’y voir une opposition relative entre le « carcan idéologique hérité de son éducation bourgeoise » et « les aspirations d’émancipation des femmes sociales-démocrates ». Toujours est-il que son mari lui écrira peu après qu’il perçoit son livre « comme archi-réactionnaire » et que l’on retrouvera très peu l’ouvrage cité dans les grandes références sociales-démocrates, sauf à la marge. Ainsi Die berühmten Frauen der französischen Revolution n’aura droit qu’à une brève recension dans la Neue Zeit. Néanmoinsun compte rendu d’Adelheid Popp dans les Sozialistische Monatshefte est à relever ;le contenu lui-même du compte rendu, assez bref, n’a rien d’exceptionnel mais il est significatif de relever qu’aucun autre ouvrage social-démocrate sur la Révolution française n’est recensé dans cette revue entre 1905 et 1914 à part celui-ci, nouveau signe du bon accueil d’une revue “révisionniste” pour la question des femmes.C’est donc encore une fois en-dehors des canaux les plus “officiels” du parti que cette voix s’exprime. Cette diversité éditoriale, à laquelle sont moins coutumiers d’autres sociaux-démocrates, se poursuit d’ailleurs dans les années à venir puisque peu avant la guerre, Therese Schlesinger traduit les mémoires de Godwin sur Wollstonecraft dans une maison d’édition autrichienne non sociale-démocrate ; elle y présente à nouveau la révolutionnaire anglaise dans ses quelques mots d’introduction comme la figure “la plus importante de l’émancipation des femmes».

Vers le droit de vote

Il faudra attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale et la proclamation conjointe des deux Républiques en Allemagne et en Autriche pour que les femmes sociales-démocrates obtiennent une de leurs principales revendications, le droit de vote. A lire les débats qui précèdent la ratification de celui-ci, on voit que les références historiques sont encore présentes. Adelheid Popp publie ainsi un article qui appelle au suffrage universel car « la grande époque a commencé où même la parole des femmes doit être aussi entendue. L’heure de la liberté et égalité doit aussi sonner pour elles ». Pour ancrer une telle proposition dans l’histoire, Popp affirme :

« La vieille Autriche a cessé d’être. Les femmes, elles aussi, doivent en tirer les conclusions nécessaires. (…) Il est un fait qu’il y a plus de cent ans, non seulement les femmes demandaient l’égalité des droits, mais aussi que des hommes ont défendu cette même exigence. Déjà à l’époque de la Révolution française il y avait une association qui s’appelait la Société fraternelle des patriotes des deux sexes pour la défense de la constitution. »

La relative vigueur des mouvements féministes des pays germanophones n’a pas peu joué dans l’obtention du du suffrage universel pour tous et toutes en 1919 en Allemagne et peu après en Autriche. Dans des pays où le mot révolution renvoyait à un échec dans le cadre national, à l’image de 1848, le droit de vote était octroyé aux femmes avant la France… Paradoxe ? N’oublions pas que la “révolution” de 1918 était passée par-là et qu’en dépit de l’épisode tragique de la répression violente à l’égard de groupes politiques comme les Spartakistes en Allemagne, nombre d’avancées politiques sociales furent concédées pour la première fois à la suite de la vague révolutionnaire entraînée par la fin de la Première Guerre mondiale. Et il était désormais évident que dans un tel contexte la ferveur – certes relative comme on l’a vu – avec laquelle on pouvait se référer aux précurseurs de la “Grande Révolution” du côté des femmes sociales-démocrates ne pourrait plus être désormais la même.

Les féministes pacifistes et la Première Guerre mondiale

Texte d‘Anne-Marie Saint-Gille, Université Lumière Lyon 2

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Les faits sont connus : la conférence internationale de femmes qui eut lieu à La Haye du 28 avril au 1er mai 1915 marque le point de départ d’un mouvement mondial de femmes pour la paix, qu’on peut qualifier de pacifiste et féministe à la fois. Il s’institutionnalisera progressivement par le biais de comités animés par les militantes présentes à La Haye dans différents pays neutres ou belligérants pour déboucher en 1919 sur la création de la « Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté », officiellement fondée lors du second congrès, réuni à Zurich du 2 au 17 mai 1919, c’est-à-dire au moment où les clauses des traités de paix qui allaient être imposées aux pays vaincus étaient rendues publiques. La ligue choisit pour siège Genève, la ville de la future Société des Nations, organisation d’arbitrage international qui, dans une certaine mesure, allait incarner l’aboutissement des revendications du pacifisme juridique.

 Je propose donc de m’interroger ici sur les conditions et les enjeux de la rencontre entre pacifisme et féminisme pendant la première Guerre mondiale. Est-ce une rencontre entre deux mouvements sociaux convergents ? Débouche-t-elle sur un engagement d’une nature nouvelle ?

Avec le mouvement d’émancipation des femmes et le mouvement pacifiste, on a affaire à deux mouvements sociaux, deux mouvements de réforme qui s’institutionnalisent en Allemagne à peu près à la même époque, dans le contexte de la société wilhelmienne. Quelle participation des femmes au sein du mouvement pacifiste organisé (« Société allemande pour la paix [=SAP] ou Deutsche Friedensgesellschaft [DFG]) Quelle forme d’organisation spécifique ? Ces femmes engagées dans le pacifisme sont-elles aussi des féministes ? Quelle part est-elle faite à la question de la construction de la paix dans les programmes du mouvement des femmes allemandes ?

 Je vais procéder dans une première partie à un état des lieux des relations entre pacifisme et féminisme avant 1914. Dans un second temps, je parlerai des initiatives féministes pour la paix pendant la Grande Guerre pour tenter d’en dégager les enjeux et les conséquences. En dernier lieu, je me pencherai sur le contenu des discours de paix tenus par les féministes pacifistes, pour montrer, à partir de trois exemples caractéristiques, sur quelles bases anthropologiques et sociologiques leurs analyses se fondent.

Situation avant la Grande Guerre

Depuis la fondation d’une « Société allemande pour la paix » en Allemagne en 1892, un « habitus » pacifiste avait émergé, à contre-courant des tendances massivement nationalistes et de la militarisation qui traversaient les différentes strates de la société impériale. La neutralité vis-à-vis des partis politiques caractérisait l’identité de ces pacifistes d’avant 1914, très minoritaires et en quête de reconnaissance sociale. Avant la Grande Guerre, ses trois orientations stratégiques et théoriques reposaient soit sur une base de convictions éthiques et humanistes (la paix par l’éducation), soit sur des théories juridiques centrées sur l’arbitrage (la paix par le droit international), soit sur des visions pré-européistes (la paix par une organisation interétatique).

Le terme même de pacifisme est une autodésignation apparue au tournant du XXe siècle en France, puis transféré à d’autres langues. Avec ce néologisme, il s’était agi de trouver un nom englobant toutes les tendances de ce nouveau mouvement. Ainsi Emile Arnaud, président de la Ligue internationale pour la paix et la liberté, proposa-t-il ce terme en 1901 en justifiant ce choix de la manière suivante :

Nous ne sommes pas seulement des « pacifiques », nous ne sommes pas seulement des « pacifiants », nous ne sommes pas seulement des « pacificateurs ». Nous sommes le tout à la fois, et autre chose encore : nous sommes, en un mot, des pacifistes.

 C’est au co-fondateur de la SAP et rédacteur en chef de la revue Die Friedenswarte, Alfred Hermann Fried, que l’on doit le transfert du terme dans la langue allemande, Fried insistant lui aussi sur les quatre objectifs auxquels cette création lui paraît apte à répondre :

  • Le terme est englobant, alors que ceux utilisés jusqu’ici ne désignaient que des buts partiels (arbitrage, désarmement, société de la paix, fédéralisme).
  • La terminaison en -isme hausse le mouvement pour la paix au même rang que d’autres grands mouvements politiques : fédéralisme, républicanisme etc…
  • L’introduction d’un nouveau terme correspondait aussi à la théorisation du mouvement et à l’émergence d’un « pacifisme scientifique », destiné à dépasser la phase uniquement morale et sentimentale des premières sociétés de paix.
  • Enfin, la commodité sémantique de ce mot était grande, puisqu’on pouvait le traduire facilement et créer autour de lui tout un champ sémantique utile.

 L’analyse que livre Karl Holl relève que parmi les adhérents de la « Société allemande pour la paix » se trouvaient un nombre remarquable de femmes. (Vers 1900 : 1/4 du nombre des adhérents à la section de Francfort, jusqu’à 1/3 à celle de Königsberg), ainsi que des associations féminines (ou féministes, comme Frauenwohl). On sait que cette appartenance ne signifiait le plus souvent pas un militantisme actif et que rares étaient les adhérentes en position de responsabilité, même si on peut citer les noms de Lina Morgenstern ou de Marie Mellien pour avoir fait partie du comité directeur de la SAP dès les années 90.

On notera aussi qu’on comptait dans les rangs de la SAP quelques hommes favorables à l’émancipation des femmes, tel Theodor Barth (publiciste et homme politique libéral), Helmut von Gerlach [les deux furent co-fondateurs de la Demokratische Vereinigung en 1908] ou encore le juriste Karl Schrader.

On peut donc conclure à l’existence de réseaux de sociabilité entre ces deux mouvements sociaux, fussent-ils assez restreints.

Selon Angelika Schaser, les tendances nationalistes et pacifistes pouvaient encore s’équilibrer avant la Grande Guerre au sein de la Ligue des associations de femmes, [BDF] : il n’en reste pas moins que le thème de la paix n’est que très timidement présent dans les publications du féminisme modéré. La revue Die Frau, (Helene Lange et Gertrud Bäumer) comporte de 1893 à 1914 un seul article sur ce sujet (signé de Mathilde Planck en 1909/1910), ainsi qu’un portrait de Bertha von Suttner, dans les premières livraisons (1893/1894). Sur les cinq tomes qui constituent l’ouvrage de référence pour ce milieu, le Handbuch der Frauenbewegung (édité en 1901-1902 par Helene Lange et Gertrud Bäumer), seules 3 pages, dues à Marie Stritt, évoquent la participation des femmes allemandes au mouvement pacifiste international. (Elles sont intitulées :« Der Anteil der deutschen Frauen an der internationalen Friedensbewegung »).

Les tentatives d’obtenir du mouvement féministe allemand un soutien actif au pacifisme ne sont dues qu’à quelques figures pionnières engagées dans les deux mouvements, parmi lesquelles notamment Margarethe Lenore Selenka (1860-1923) à qui l’on doit l’action la plus éclatante dans ce domaine : la création à Munich d’un « comité d’organisation de manifestations de soutien à la conférence de la paix » après l’appel du tsar Nicolas II qui allait mener à la tenue de la première conférence de La Haye en 1899. Margarethe Selenka parvint ainsi à organiser 565 manifestations de femmes en faveur de la paix, qui eurent lieu dans 18 pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Forte de cette réussite, elle put remettre une documentation sur ces manifestations au président de la conférence de La Haye le 22 mai 1899. Cet indéniable succès fut toutefois plus international qu’allemand : au sein de l’Empire, seules 6 villes avaient accueilli ces manifestations.

Au terme de longs débats, la proposition qu’elle fit alors d’inclure dans le programme du BDF « la construction d’une paix internationale » (internationale Friedensarbeit) aboutit en 1898, lors du congrès de Hambourg. Pour ce faire, elle avait obtenu le soutien d’autres pionnières engagées dans les deux mouvements, telle Lina Morgenstern (1830-1909) qui avait été l’une des rares à plaider pour des actions communes entre organisations féministes et pacifistes dès les années 90. Il conviendrait également de citer dans ce cadre Marie Stritt.

M. Selenka apparaît donc comme la figure emblématique d’un précoce engagement pacifiste et féministe à la fois et le combat pour la paix qu’elle mena pendant la Grande Guerre allait être la suite naturelle de ces actions.

Ce ralliement de principe du BDF à la cause de la paix demeura sans effets tangibles. On trouve en revanche dans le milieu des féministes radicales de plus grandes sympathies pour la cause pacifiste : Mina Cauer avait ouvert les colonnes du premier numéro de la revue Die Frauenbewegung à Bertha von Suttner. Helene Stöcker traitait le sujet dans sa publication Die neue Generation. Helene Stöcker, bien que plus connue pour son action en matière de politique sexuelle (Bund für Mutterschutz und Sexualreform, = Ligue pour la protection des mères et la réforme sexuelle), avait été rendue attentive à la cause pacifiste par la lecture de B. von Suttner. Elle était adhérente de la première heure à la SAP, Egalement membre dès sa fondation en 1911 du Verband für internationale Verständigung, une ligue de promotion de l’arbitrage international.

Du côté des pacifistes, on observera la création, en mai 1914, (congrès de la SAP à Kaiserslautern) d’une section féminine (Frauenbund), dirigée depuis Stuttgart par les fondatrices Emile Endriß et Frida Perlen; il ne s’agissait cependant pas d’une association autonome.

On le voit donc : s’il existe quelques convergences et quelques acteurs et actrices communs aux deux mouvements, le lien entre pacifisme et féminisme reste assez lâche avant la Grande Guerre, les intersections restent des phénomènes minoritaires.

Initiatives féministes en faveur de la paix pendant la Grande Guerre : actions et enjeux

Au moment du déclenchement du conflit, le BDF, sous la direction de Gertrud Bäumer, apporte un soutien massif à une guerre jugée défensive, en s’investissant notamment dans l’organisation du service national des femmes (Nationaler Frauendienst) destiné à mobiliser les femmes sur le front de l’arrière (Heimatfront). De cette conduite exemplaire, guidée par un patriotisme sincère, elles attendaient aussi une meilleure intégration sociale et une progression de leurs idées émancipatrices. [le droit de vote fut ainsi inscrit dans le programme de revendications du BDF en 1917, par ex.]

La revue du BDF, Die Frau, rend régulièrement compte de la mobilisation des femmes et appelle à rejoindre ce service national, en fondant cet engagement patriotique sur la vision défensive d’une Allemagne en guerre contre ses agresseurs. Dès 1912, le BDF [congrès de Berlin ] avait du reste proposé l’introduction d’une année de service civil pour les femmes, comme pendant au service militaire effectué par les hommes.

La SAP, quant à elle, connut une phase de désorientation après le déclenchement du conflit, entre autocritique, exigences patriotiques et refus d’un nationalisme agressif. Ses hésitations à adopter une ligne claire expliquent pour partie la création de nouvelles associations, plus radicales et de dimension plus politique, à l’exemple du Bund Neues Vaterland, créé en novembre 1914. La grande Guerre allait être pour le pacifisme allemand une période de reconfiguration et d’évolution essentielles, marquées par la revendication d’une démocratisation du régime politique allemand et par une diversification institutionnelle importante.

C’est parmi les féministes radicales qu’émerge rapidement une minorité active pour préparer la paix et combattre la propagande de guerre. Ces intersections entre engagement féministe et pacifiste, pour ponctuelles qu’elles furent avant la guerre, avait le plus souvent été le fait de féministes suffragistes.

Le déclenchement de la guerre a, pour les sympathisantes jusque là peu actives du mouvement pacifiste, un effet mobilisateur. C’est le cas de Frida Perlen (1870-1933), engagée dans le mouvement suffragiste, qui envoya ainsi avec Mathilde Planck un télégramme à l’empereur Guillaume II le 3 août 1914 lui demandant de ne pas déclarer la guerre, et adressa en octobre 1914 une lettre au chancelier Bethmann-Hollweg pour lui demander de conclure une paix. (Lettre parue dans la « Völker-Friede », l’organe de la SAP qui ne fut interdit par la censure qu’en novembre 1915 et put réapparaitre en février 1917 ; c’était le seul organe pacifiste pendant la Grande Guerre). A partir de ce moment là, Frida Perlen ne cessa de militer pour la double cause pacifiste et féministe.

On pourrait également citer Auguste Kirchhoff, active sur le plan international au sein du mouvement suffragiste (membre du Verband für Frauenstimmrecht, puis du Deutscher Bund für Frauenstimmrecht). C’est dans ce cadre qu’elle rencontre Janes Addams, future présidente du congrès des femmes de La Haye en 1915.

Pour Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann, qui n’avaient pas été directement impliquées dans le mouvement pacifiste avant 1914 (dont elles avaient toutefois suivi à distance les actions et les évolutions), la Grande Guerre va être l’occasion de développer un pacifisme fondé sur leur engagement féministe et de réorienter leurs engagements vers les associations de femmes pour la paix. C’est ainsi que dès le début des hostilités, elles activent le réseau international des féministes radicales suffragistes pour lutter contre le nationalisme chauvin qui gagnaient majoritairement les organisations du mouvement des femmes allemandes.

Elles sont ainsi toutes deux associées aux préparations du congrès de La Haye, et cosignent, après une première réunion qui eut lieu en février 1915 à La Haye, un appel à la tenue d’une manifestation de dimension mondiale, prévue pour la fin du mois d’avril 1915, c’est-à-dire deux semaines après la tenue d’un congrès « mixte » de la paix, organisé notamment par les milieux proches du Bund Neues Vaterland.

Tout en commençant à développer un pacifisme à fondement féministe et différentialiste (differenzfeministisch), Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann se démarquent en même temps des organisations pacifistes existantes (et rejettent toute coopération). Ainsi l’appel au congrès de La Haye définit-il précisément les conditions de participation. Ainsi que le précise le rapport officiel de ce congrès « Seules les femmes pouvaient devenir membres du Congres, à condition d’approuver d’une manière générale les résolutions du programme provisoire. Cet accord général impliquait l‘adhésion aux principes suivants:

a. Que les différends internationaux soient réglés par des moyens pacifiques ;

b. Que le droit de suffrage soit accordé aux femmes.

Quant aux Conditions des Débats, elles excluent d’emblée

Les discussions sur la responsabilité des différentes nations dans l ‘origine et la conduite de la présente guerre ;

Ce congrès de La Haye se déroule en avril 1915, peu après deux autres grandes manifestations internationales pour la paix :

  • le congrès des femmes socialistes qui eut lieu à la fin du mois de mars à l’appel de Clara Zetkin à Berne. Minoritaire aussi dans son propre camp, Clara Zetkin avait réuni des femmes socialistes issues de 8 pays différents.
  • la rencontre de pacifistes à l’initiative du Bund Neues Vaterland au début du mois d’avril 1915 qui avait abouti à la diffusion d’un programme minimal « pour une paix durable ».

Ce qui justifie l’initiative des féministes, c’est la commune conscience d’avoir un rôle spécifique à jouer, différent de celui des femmes du mouvement ouvrier (qui agissaient aussi contre la majorité de leur parti) et de celui du pacifisme « mixte ».

 La suite la plus palpable de ce rassemblement de La Haye est la création du « Comité international de femmes pour une paix durable ». (Internationaler Frauenausschuss für einen dauernden Frieden) qui crée aussi des sections nationales dans différents Etats. En Allemagne, Lida Gustava Heymann et Anita Augspurg animent des sections locales, elles parviennent à en fonder une trentaine ainsi qu’à organiser deux rencontres au niveau national, la première pour le second anniversaire du congrès de La Haye, eut lieu le 30 avril 1917 à Francfort, et la seconde, en mars 1918, mit à son ordre du jour la question de la création d’une Société des nations. Ce faisant, les féministes pacifistes se ralliaient là encore aux thèses du pacifisme juridique et à sa notion centrale d’arbitrage international. Une autre suite du congrès avait été l’envoi de délégations de femmes auprès des chefs d’Etat des pays belligérants, dont celle avec Woodrow Wilson a particulièrement marqué les esprits, tant il avait semblé aux déléguées que le président américain avait étudié avec précision les résolutions de leur congrès.

Pour remarquable qu’elle fût, il faut cependant rappeler l’aspect marginal de cette initiative, peu soutenue, voire rejetée au sein du mouvement féministe allemand. Sous l’impulsion de sa présidente Gertrud Bäumer, le BDF avait en effet condamné l’initiative de la réunion de La Haye, ce qui valut à Gertrud Bäumer une lettre de protestation écrite par Ludwig Quidde, président de la Société allemande pour la paix. Quidde s’adressait là à Gertrud Bäumer comme à une adhérente comme lui du parti libéral progressiste, la Fortschrittliche Volkspartei.

Au sein de la SAP, la section féminine (le Frauenbund) qui avait vu le jour en mai 1914 exista formellement jusqu’à la fin de la guerre, mais perdit en importance du fait de la constitution de ce comité des femmes pour une paix durable – les femmes membres de la SAP ayant trouvé là un cadre adéquat pour leur engagement pacifiste.

Un lien ténu subsiste toutefois entre ces deux organisations : Officiellement, le Frauenbund de la SAP n’avait pas été représenté au congrès de La Haye, mais il avait cofinancé les voyages des participantes, dans la mesure où elles étaient parfois aussi membre de la SAP. La Société elle-même n’avait pas souhaité donner sa caution officielle à ce congrès, pas plus qu’au congrès organisé par les milieux proches du Bund neues Vaterland au début du mois d’avril 1915.

Mais dès l’automne 1915, et le début des activités du comité des femmes pour une paix durable, les chefs de file comme L.-G. Heymann et Frida Perlen s’étaient prononcées (à l’assemblée générale de la SAP qui avait pu être organisée à Leipzig les 6 et 7 novembre 1915) pour une adhésion du Frauenbund au nouveau comité.

Les raisons étaient doubles :

Sous l’impulsion de L.-G. Heymann, les femmes membres de la section féminine trouvaient les positions de la SAP trop modérées et son action pas assez décidée (ce qui n’était pas un jugement isolé, il était partagé par d’autres membres, hommes ou femmes) ; d’autre part, elles souhaitaient une organisation non mixte, donc non dépendante des hommes engagés dans le pacifisme.

Lors de la constitution officielle en mai 1919 de la « Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté » [LIFPL] et de sa section allemande, le Frauenbund procéda à son autodissolution, officialisant un processus de déclin entamé depuis 1915.

Comme elle le précise dans ses mémoires, L.-G. Heymann voyait là son projet de pacifisme féministe autonome réalisé :

Eine durchgreifende pazifistische Betätigung der Frau [könne] nur in vollständiger Unabhängigkeit von jeder männlichen oder gemischten Organisation erfolgen.

Les discours sur la paix du féminisme pacifiste : les exemples de L.-G. Heymann, Mathilde Vaerting, Helene Stöcker

Le dénominateur commun des discours de paix des féministes pacifistes correspond à la conviction que l’accès des femmes au droit de vote actif et passif serait une pierre décisive apportée à la construction de la paix. Mais ce credo collectif était défendu à partir de postulats divers et d’analyses différentes.

En effet,

  • soit on pose de manière essentialiste une identité de nature entre sexe féminin et pacifisme. (Olive Schreiner ou L.-G. Heymann, qui en fournit un cas d’école.)
  • soit on définit l’affinité particulière entre le genre féminin et la problématique de la construction de la paix comme l’acquis culturel d’un genre socialement dominé. (À l’exemple de la sociologue Mathilde Vaerting.)
  • soit encore on raisonne sur les questions de paix et de guerre sur la base d’une vision relativement indifférenciée des sexes pour mettre en avant l’individu et les droits humains, parmi lesquels celui de disposer de son corps. (C’est ce qui me semble définir la pensée de Helene Stöcker).

Les réflexions qui sont à la base de la conférence des femmes à La Haye et des actions qui débouchèrent ensuite sur la création d’une LIFPL lient de manière indissoluble féminisme et pacifisme.

Un texte de L.-G. Heymann, écrit en 1917, résume parfaitement les thèses avancées pour légitimer l’existence d’un mouvement pacifiste féminin autonome.

Sous le titre « Pacifisme féminin », L.-G. Heymann propose dans une première partie intitulée « le passé » un bilan des actions des femmes depuis le déclenchement des hostilités, avant de démontrer, dans un second passage centré sur l’avenir, pourquoi la victoire de la paix passe par celle des revendications féministes. Le postulat de base est pleinement différentialiste et oppose un principe masculin (martial, violent) à un principe féminin, caractérisé par nature comme une inclination à la paix et à la solidarité.

Le déclenchement de la guerre mondiale est interprété comme la preuve du caractère destructeur des sociétés dominées par ce principe masculin. L’impuissance éventuelle du principe féminin, constructif et solidaire, est expliquée par la subordination, dans les États patriarcaux, du principe féminin à la domination masculine. Les femmes sont donc exonérées de toute responsabilité dans la course et dans le soutien à la guerre, dans la mesure où elles n’occupaient aucun poste de responsabilité. Quant à la rareté des voix féminines (et même féministes) protestant contre le contexte belliciste, elle est, selon L.-G. Heymann, le résultat d’une aliénation séculaire des masses féminines. Emerge alors dans le discours une argumentation de type élitiste qui salue l’avant-garde des féministes en lutte pour l’égalité entre les sexes et dont le programme politique conduirait, à terme, à une société pacifiée.

A partir de cette constatation optimiste s’opère la transition vers la vision d’avenir déployée par l’auteure, qui s’emploie à présenter les acquis du congrès de La Haye comme la base d’un programme apte à faire triompher ET le pacifisme ET les revendications féministes. La ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté en gestation est donc l’organisation la mieux à même de construire une paix durable, non seulement parce qu’elle présente un programme de politique internationale adapté, mais surtout parce qu’elle « incarne le principe de non-violence typiquement féminin ». L’argumentation n’est ici plus renforcée par des réflexions théoriques, mais par l’expérience vécue, la ligue étant présentée comme une communauté de paix.

In der Internationalen Frauenliga handelt es sich nicht um theoretischen Pazifismus, sondern um die praktische Anwendung desselben, hier wird Pazifismus gelebt.

Dans ses mémoires, L.-G. Heymann insiste sur l’harmonie qui régnait entre les femmes présentes à La Haye, bien que nombre d’entre elles fussent issues de nations impliquées dans la guerre. Pendant le congrès, Anita Augspurg avait du reste littéralement mis en scène l’existence postulée ou espérée d’une communauté de femmes contre la guerre, en invitant les Belges présentes dans la salle et initialement venues protester contre l’occupation de leurs pays par les troupes allemandes à rejoindre sur l’estrade le comité directeur du congrès pour une démonstration visible de cordialité entre citoyennes de pays ennemis.

La formule résumant l’ensemble est donc, on le voit, simple, voire simpliste:

Weibliches Wesen, weiblicher Instinkt sind identisch mit Pazifismus.

Le droit de vote demandé par les femmes apparaît en effet comme une étape de la restructuration des sociétés. Le pacifisme étant, quant à lui, une extension du combat contre un principe de violence défini comme « le principe masculin » et considéré comme le point nodal à la fois des injustices faites aux femmes et du caractère belligène des sociétés patriarcales.

Au-delà du constat d’essentialisme évidemment dépassé, il convient de rappeler que cette démonstration a le mérite de faire de la question des femmes une question politique essentielle.

Le rapport entre le militarisme et la sujétion des femmes est également analysé par la sociologue Mathilde Vaerting, précisément en réponse à l’essai de L.-G. Heymann.

M. Vaerting dresse un panorama historique des sociétés pour souligner que, lors des rares moments de sociétés dominées par des femmes, la violence guerrière était la même, la cause principale du caractère agressif d’un Etat est le degré de domination d’un groupe (sexe) sur l’autre.

Le texte Die Stellung der Männer und Frauen zu Krieg und Frieden répond point par point à l’argumentation différentialiste de L.-G. Heymann. A partir d’une exploration historique qui remonte à l’Antiquité, elle démontre que la réticence féminine vis-à-vis de la guerre n’est pas une donnée naturelle. Il a en effet existé d’une part des Etats patriarcaux non-violents, d’autre part des femmes guerrières.

De fait, M. Vaerting conclut de ses analyses socio-historiques que les vertus pacifiques prêtées aux femmes sont, en fait, celles du sexe dominé, des groupes qui n’ont pas d’intérêt de pouvoir. Parallèlement, l’étude du sexe des combattants formant les armées (il a existé des armées masculines, féminines ou mixtes) sert la même démonstration : le sexe des guerriers/ ères, c’est le sexe au pouvoir, qui tend à s’identifier à une forme de courage physique, auquel on peut voir s’opposer le courage civique ou intellectuel de ceux qui, au sein du groupe des dominés, conteste pouvoir et principe martial. Cette ligne de fracture ne se superpose pas avec une distinction entre sociétés patriarcales et matriarcales.

Mathilde Vaerting, (1884-1977) professeur (sans chaire) à l’université de Jena apparaît ici comme l’une des premières théoriciennes du genre, dans la mesure où elle explique les différences visibles entre hommes et femmes par une analyse sociologique et historique.

Selon la thèse développée ici, les groupes sociaux dominés sont enclins à épouser la cause de la paix, tandis que les groupes dominateurs acceptent la violence et la situation de guerre, dont ils ont besoin pour conforter leur pouvoir.

Helene Stöcker, militante active avant la Grande Guerre aussi bien dans le mouvement pacifiste que dans le mouvement féministe, a la particularité d’avoir toujours tenté de s’adresser à des cercles plus larges que les milieux du féminisme ou du pacifisme militants. L’association pour la protection des mères qu’elle dirigeait depuis 1905 était mixte et pendant la guerre, elle proposa tout d’abord ses articles à des journaux à grand tirage. Ce fut en vain, du fait de la censure et du contexte qu’elle créait. Le repli sur sa propre revue, Die neue Generation, n’est pas le choix de s’adresser uniquement aux féministes.

De même, elle participe au congrès des femmes de La Haye, mais aussi à des actions menées en commun avec des hommes ; membre du Bund Neues Vaterland, elle était également présente au congrès de La Haye du début du mois d’avril 1915. En décembre 1916 elle est co-fondatrice de la Zentralstelle Völkerrecht, association dont elle sera rapidement déçue, parce que d’un pacifisme trop modéré.

En effet, elle est partisane du pacifisme juridique, mais la réflexion qu’elle mène au cours de la guerre la porte vers une argumentation fondée sur le primat du respect de la vie humaine comme principe intangible et comme revendication première. Elle participe ainsi à l’émergence d’une aile radicale au sein du mouvement pacifiste, cette radicalisation s’accompagnant d’un véritable changement de paradigme dans les fondements des convictions et des engagements pour la paix.

Alors qu’avant l’expérience de la Grande Guerre, un des fondements du pacifisme était d’origine religieuse et pouvait se résumer au commandement : « tu ne tueras point », c’est l’intangibilité de la liberté individuelle, l’inviolabilité du droit de l’individu à disposer de son corps (et donc à ne pas devenir de la chair à canon) qui devient la base centrale des engagements pour la paix. Les écrits de Helene Stöcker théorisent ce changement de paradigme. Et ce radicalisme qui mène à un antimilitarisme et à un soutien net à l’objection de conscience, Helene Stöcker le lie explicitement à son combat féministe pour la protection des mères et une nouvelle morale sexuelle : dans les deux cas, il s’agit de lutter contre un principe de violence légale.

Wie gegen die Rohheit und Gewaltmoral im Geschlechtsleben wollen wir gegen das Prinzip der rohen Gewalt überhaupt, gegen das Prinzip des erlaubten – ja verdienstlichen – Menschenmordens den bewussten Willen zum Kampf allgemein wecken und stärken.

Son engagement comporte également une forte dimension culturelle, elle considère de son devoir de résister et d’aider à résister à la propagande de guerre. Dans ce type d’écrits, on notera qu’elle a recours au terme de « double morale », déjà utilisé avant la guerre à propos de la morale sexuelle et du traitement inégal des femmes et des hommes ; la notion est à présent un outil d’analyse des jugements portés en temps de guerre sur l’ennemi. La totalisation de la guerre (qui comprend également une mobilisation intellectuelle) a pour conséquence, en termes de psychologie sociale, le développement des stéréotypes sur l’ennemi qui sont l’envers des vertus qu’on accorde à son propre peuple (courage-bravoure devient instinct meurtrier ou cruauté) quand il s’agit du peuple du pays ennemi :

Wir standen beim Ausbruch dieses unerhörten Weltgemetzels betäubt und vernichtet. Denn wir begriffen mit einem Schlage: solange die Grundlage aller Kultur, die Unantastbarkeit des menschlichen Lebens, nicht geschert ist, ist auch jede andere Arbeit an irgendeiner Kulturaufgabe sinnlos und vergeblich.

Ce pacifisme radical inclut chez elle une réflexion sur les systèmes politiques et le contrôle parlementaire de la politique extérieure des Etats. Elle s’oriente, en lien avec Kurt Hiller, vers un socialisme non marxiste.

On voit souvent dans ces féministes engagées dans un pacifisme se radicalisant les filles spirituelles de Bertha von Suttner. Il convient à mon sens de revoir un cliché historiographique qui associe Bertha von Suttner à un pacifisme sentimental et féminin (du à Carl von Ossietzsky) davantage lié au vecteur de propagation de ses idées quelle avait choisi avec le très populaire roman Die Waffen nieder  qu’au contenu de ses positions. De ce fait, les filiations sont plus complexes. Si le pacifisme de Bertha von Suttner est certes à fondement éthique et humaniste, la base en est la croyance indéfectible dans la perfectibilité humaine, donc une référence constante à l’idée de progrès et à celle d’universalisme, issues des Lumières.

On ne suivra donc pas l’interprétation de Suzanne Kinnebrock (p. 35), qui suggère qu’Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann se situent dans la continuité de Suttner quand elles accentuent le « caractère naturellement pacifique de la femme ». Bertha von Suttner ne partageait pas cette vision essentialiste.

En conclusion, quelques constatations :

1. La Grande Guerre provoque la naissance d’un mouvement pacifiste exclusivement féminin après le congrès de La Haye. Portés par des féministes le plus souvent radicales, en tout cas en Allemagne. La naissance de la « Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté », association qui existe encore aujourd’hui en est la trace la plus importante.

2. Des liens entre les deux mouvements, féministe et pacifiste, se sont tissés de manière plus étroite, avec des femmes pacifistes non engagées dans le mouvement féministe (Lili Jannasch, co-fondatrice du Bund Neues Vaterland, ou Elisabeth Rotten, d’origine suisse, mais active à Berlin pendant la Grande Guerre.)

3. On perçoit aussi le rôle joué par des féministes dans les mutations du pacifisme allemand, c’est-à-dire dans sa politisation, dans sa diversification institutionnelle et dans l’émergence d’une aile radicale. On notera après la guerre l’accès à des postes de responsabilité pour certaines féministes au sein du mouvement pacifiste, à l’exemple de Gertrud Baer, Vice Présidente du cartel pour la paix (créé en 1922) où elle représente la LIFPL ou de Constanze Hallgarten.

4. La question de la paix entraîne une reconfiguration des rapports entre féministes pacifistes dites bourgeoises et femmes pacifistes du mouvement ouvrier, les deux étant minoritaires dans leur camp.

Le contexte politique et social de la guerre, et notamment l’engagement pacifiste, pose à nouveaux frais la question des rapports du féminisme bourgeois avec les femmes de la social-démocratie, on peut citer à cet égard le télégramme amical de Clara Zetkin à l’adresse du congrès de La Haye.

On assiste aussi à une reconfiguration partielle du mouvement féministe « bourgeois », avec l’apparition d’une nouvelle polarité, qui oppose nationalistes et pacifistes.

5. On laissera une question ouverte, celle de la comparaison des « radicalités » féministe et pacifiste. En effet, si Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann sont des féministes radicales, leurs argumentaires sont ceux du pacifisme juridique (et donc plutôt modéré). Seule Helene Stöcker semble faire exception, en participant activement à l’émergence d’une aile radicale au sein du mouvement pacifiste.

Repères bibliographiques

Roger Chickering, Imperial Germany and a World without War. The peace movement and German Society 1892-1914, Princeton, P. University Press, 1975.

Karl Holl, Pazifismus in Deutschland, Francfort/Main, Suhrkamp, 1988.

Dieter Riesenberger, Geschichte der Friedensbewegung in Deutschland. Von den Anfängen bis 1933, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht,1985.

Friedrich-Karl Scheer, Die deutsche Friedensgesellschaft (1892-1933). Organisation, Ideologie, Politische Ziele, Francfort/Main, Haag und Herchen, 1981.

Regina Braker, “Bertha von Suttner’s spiritual Daughters” in Women’s Studies International Forum, 2/1995, p. 103-111.

Gisela Brinker-Gabler (Hg.), Frauen gegen den Krieg, Francfort/Main, Fischer, 1980.

Sabine Hering, Cornelia Wenzel (Hg.), Frauen riefen, aber man hörte sie nicht. Die Rolle der deutschen Frauen in der internationalen Frauenfriedensbewegung zwischen 1892 und 1933, Kassel, Schriftenreihe des Archivs der deutschen Frauenbewegung, 1986, 2 tomes.

Annika Wilmers, Pazifismus in der internationalen Frauenbewegung (1914-1920). Handlungs-spielräume, politische Konzeptionen und gesellschaftliche Auseinandersetzungen, Essen, Klartext, 2008.

 

Féminisme, pacifisme : même combat ? La place de Bertha von Suttner dans le débat

Texte de Marie-Claire Hoock-Demarle, Université Paris7-Denis Diderot

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Dans son édition du 12 mars 1899, le Berliner Illustrierte Zeitung publiait les résultats d’une enquête lancée sous forme de questionnaire et dont la douzième et dernière question était : » Quelle est la femme la plus importante du siècle ? » Les lecteurs et lectrices classent en tête – Prusse oblige !- la Reine Louise qui, dans une Allemagne humiliée, avait su tenir tête, au début du siècle, à Napoléon. Vient en seconde position – et là, les liens dynastiques entre la famille impériale et le trône d’Angleterre sont déterminants – la Reine Victoria qui vient de fêter ses soixante ans de règne, suivie ex-aequo par Bertha von Suttner et George Sand . Ce classement tout à fait honorable qui fait de Bertha von Suttner une des quatre figures féminines les plus importantes du siècle est un hommage rare à la femme et à son engagement public, deux éléments jusque là peu compatibles et font mesurer l’impact qu’a pu avoir cette femme d’action qui n’a pas pour autant renié son identité féminine.

Pourtant, on ne trouve guère le nom de Bertha von Suttner parmi les figures marquantes des mouvements féministes (Frauenbewegungen) citées couramment à l’époque, pas plus que, jusque dans les premières années du 20ème siècle, il n’est officiellement associé au terme de pacifisme, lequel ne fait son entrée dans les discours publics qu’à partir – et timidement – de 1901.

Est-ce à dire que Madame la Baronne Suttner, qui incarne plus que tout autre la cause de la paix, crée (ou aide à la création) des associations des amis de la paix de par toute l’Europe (Vienne, 1891, Berlin 1892, Budapest 1896) et préside pendant près d’un quart de siècle à la bonne marche du Bureau international de la Paix de Berne, se tient à distance d’une histoire qui se développe précisément entre 1890 et 1914, de manière en partie parallèle, en partie conflictuelle ?

Mue par la seule cause qui, à ses yeux, valide son engagement public, la cause de la paix, quel regard Bertha von Suttner a-t-elle porté sur le(s) mouvement des femmes ayant alors une importance croissante dans la vie publique et dont elle a bien suivi les péripéties en Allemagne plus qu’en d’autres pays, y compris le sien, L’Autriche –Hongrie ?

Dans quelle mesure a-t-elle, un temps, pu voir dans les mouvements de femmes, dans leurs revendications sociales et politiques, une menace de détournement de ses propres revendications voire une concurrence préjudiciable à l’essor de son mouvement de la paix ?

A la suite de quelle expérience personnelle, va-t-elle nuancer une vision dichotomique jusque-là plutôt rigide, mouvement des femmes d’un côté, mouvement de la paix de l’autre et poser le débat en terme de rapprochement : féminisme, pacifisme: même combat ?

Quelle est, enfin, à travers les prises de position des femmes en 1914, la portée de ce débat, enclenché à la veille de la déclaration d’une guerre que Bertha von Suttner, ‘la Cassandre de notre temps’, selon la formule de Stefan Zweig, avait une décennie auparavant déjà qualifiée de Weltkrieg  et que, fort heureusement elle ne vivra pas?

Bertha von Suttner, regard sur les mouvements de femmes de son temps

Bertha von Suttner a, au cours de sa longue vie, rencontré beaucoup de femmes de toutes nationalités ayant, comme elle, mais sur des modes différents, fait leur entrée plus ou moins fracassante dans la sphère publique. Elle en évoque un certain nombre dans ses Mémoires et sa correspondance témoigne de l’existence de réseaux épistolaires féminins qui à leur manière construisent l’Europe et redéfinissent la place des femmes dans le nouvel espace social, voire politique, en formation. Elle en a croisé beaucoup, que ce soit à Vienne, à Berlin ou dans des congrès internationaux, mais elle ne les mentionne guère. Ainsi, elle s’est à Vienne liée d’amitié avec Marianne Hainisch, à la tête de la branche modérée du mouvement des femmes autrichiennes, qui fonde en 1902 Der Bund österreichschicher Frauenvereine, mais son nom n’est pas une seule fois mentionné dans les Mémoires. Il en va de même avec d’autres figures pionnières viennoises comme Auguste Fickert, avec laquelle une correspondance –réduite- existe où Bertha von Suttner, invoquant le poids du travail pour la cause de la paix, refuse de rejoindre le mouvement féministe autrichien ou encore avec la dirigeante de l’aile radicale du mouvement des femmes autrichiennes Rosa Mayreder, qui fonde le journal Neues Frauenleben dans lequel Bertha von Suttner publiera sur le tard quelques articles. Et alors que l’on trouve Bertha von Suttner évoquée à maintes reprises dans l’autobiographie de Lily Braun et que quelques lettres ont même été échangées, jamais le nom de la célèbre socialiste n’apparaît dans les Mémoires suttériennes.Pas plus du reste que n’est mentionné celui de Hedwig Dohm, qui avait publié très tôt des ouvrages sur la situation économique des femmes dans une Allemagne en forte industrialisation, un essai très polémique Die Antifeministen et s’élèvera violemment contre la guerre. Toutes ces femmes actives dans la sphère publique et qui, elles, se réfèrent à Bertha von Suttner comme à la figure pionnière, restent étonnamment dans l’ombre.

Certes, Bertha von Suttner participe à des congrès de femmes importants comme à la conférence internationale des femmes à Berlin en 1904 où son discours remporte – elle le note dans son journal- un ’triomphe’ –. Elle publie dans sa revue Die Waffen nieder ! des comptes rendus élogieux de la Frauenfriedenskundgebung (une dénomination bien faite pour lui plaire) qui se tient en marge des Conférences de La Haye en 1899 et en 1907. Mais tout cela semble faire partie d’un monde auquel la Friedensbertha paraît, au moins dans ses Mémoires, vouloir n’accorder qu’une importance mineure. C’est là, peut-être, la marque d’un trait de caractère, d’une méfiance, sinon d’un certain mépris, vis à vis de ce qui peut apparaître comme une forme de concurrence féminine Mais l’explication serait par trop simpliste et cette mise à distance, trop systématique pour être un simple oubli, suscite plutôt une interrogation sur le regard que Bertha von Suttner porte sur ces femmes et leur action au sein des Frauenbewegungen.

Un épisode , relaté en passant, dans les Mémoires, traduit bien ce désintérêt au moins apparent : en voyage en Suède en 1899, juste après la première Conférence de La Haye, elle rencontre dans une soirée la femme d’un plénipotentiaire allemand à Stockholm :

elle me parla du mouvement des femmes en plein progrès en Norvège ..elles n’étaient pas loin d’obtenir le droit de vote. Des épouses d’hommes d’Etat aux paysannes, toutes participent à la vie politique.

Sur quoi, Bertha von Suttner, imperturbable, détourne la conversation sur le conflit qui oppose alors la Suède et la Norvège .

Les raisons d’une telle attitude sont certes nombreuses et diverses. Les premières, très personnelles, tiennent à sa. personne, sa vie privée et à son statut social. D’abord, elle assume tout au long de sa vie une identité féminine qui n’est jamais remise en question, même si, habile à séduire, elle se garde bien d’en faire un instrument de son engagement public. Prononçant le discours d’ouverture au Congrès de Berne en 1892, Bertha von Suttner, mandatée par la Société autrichienne des amis de la paix, rectifie vivement et précise que cette société qu’elle a créée n’est pas une association de femmes, ajoutant à l’intention des congressistes :

Sans vouloir dénigrer une société de femmes, je suis d’avis que dans une question aussi essentiellement du ressort des hommes comme l’est la question de la guerre, une protestation venue exclusivement de la part du sexe faible manquerait singulièrement d’autorité. 

De même, elle ne fera, dans son discours de réception du prix Nobel de la Paix à Christiania/Oslo en 1906, aucune référence au fait d’être la première femme à être honorée d’un tel prix.

Elle a renoncé – ou dû renoncer vu son âge à l’époque, 43 ans- à être mère et s’en explique sans complexe: 

C’est un fait, l’absence d’enfant ne nous a pas arraché le moindre soupir. Je m’explique cela ainsi : non seulement par le fait que nous nous satisfaisions pleinement l’un de l’autre – mais aussi que le besoin de se projeter dans un futur, fondement du désir d’avoir des descendants et d’agir et œuvrer pour eux, ce besoin était chez nous entièrement satisfait par notre travail.

«Autorschaft anstelle von Vaterschaft », résume-t-elle lapidairement. Ainsi, les problèmes de protection maternelle, d’aide aux mères célibataires, n’entrent guère dans le champ des préoccupations de Bertha von Suttner alors même qu’elles sont une des grandes priorités du mouvement des femmes bourgeoises. Pas plus que n’entrent en considération, vu la solidité du couple et le poids intact de son statut social d’aristocrates autrichiens, les questions de réforme sexuelle, d’égalité dans le couple ou de juridiction réformée du mariage. Quant aux revendications des mouvements les plus radicaux, souvent proches des partis sociaux-démocrates revenus en force en Allemagne en 1890, qui touchent à la professionnalisation, au travail des femmes, à l’égalité des salaires, à la protection des femmes au travail, il semble bien que la compatriote de Adelheid Popp, auteur de la première autobiographie ouvrière, ne les aie pas vraiment perçues.

En fait, loin de ces revendications précises liées aux réalités économiques comme aux conflits de classes, Bertha von Suttner, qui est consciente de la nécessité d’une réforme en profondeur de la condition des femmes, pense celle-ci sur le plan quasi exclusif de l’éducation des filles et des femmes en vue d’une participation progressive à la ‘marche du progrès’ et à la vie politique. Le vote des femmes n’est pas pour elle un but immédiat mais une conséquence de l’avènement d’une humanité composée, à égalité, de Menschen et Menschinnen – expression forgée très tôt par elle dans son essai de 1888 intitulé das Maschinenzeitalter. Et, dans son dernier roman Der Menschheit Hochgedanken, paru en 1909, Bertha von Suttner, consciente de son champ d’action propre, revient encore sur sa conception d’un féminisme moderne:

Mon domaine n’est pas –comme vous l’avez vous même remarqué – celui du féminisme militant…Je n’ai pas l’habitude de plaider pour la conquête de professions et l’octroi de droits politiques – je laisse cela aux autres combattantes du mouvement des femmes. Mais une fois ces professions et ces droits peu à peu acquis par mes consœurs, il faudra bien aussi qu’elles apprennent à les exercer, il faut qu’elles y soient éduquées – et c’est pourquoi le seul devoir que j’expose à mes jeunes sœurs est celui d’apprendre à penser.

Quid du pacifisme dans les mouvements des femmes ?

Le grief fondamental de Bertha von Suttner vis à vis des mouvements de femmes qu’elle côtoie en Allemagne ou en Europe tient essentiellement au fait que la cause qui lui tient tant à cœur, celle de la paix, ne constitue pas alors une priorité des programmes et des actions des mouvements de femmes A quoi s’ajoute chez Suttner une conception du pacifisme très éloignée de celle qui avait alors cours dans les milieux féministes – quand on en parlait, ce qui restait rare.

La formule , plus tardive, de Lida Gustava Heymann «  denn weibliches Wesen, weiblicher Instinkt sind identisch mit Pazifismus » reflète bien une position qui range le pacifisme du côté du ‘principe féminin fait de sens maternel (la femme =donneuse de vie), d’aide mutuelle, de bonté instinctive’ opposé à un ‘principe destructeur masculin’, porteur de violence donc de guerre. On peut s’étonner de voir ainsi portée par des féministes une conception qui repose sur la division des sexes et leurs seuls rapports de forces, avec d’un côté l’autoritarisme, voire la violence accordée à l’homme dominant, de l’autre, l’instinct féminin, fait de sensibilité donc de faiblesse. La division culture/nature n’est pas loin et les théories misogynes d’un Otto Weininger de la femme, sexe faible par nature, inféodée à l’homme – le M dominant- semblent ici bien paradoxalement corroborées . Il est vrai, qu’ancrée dans l’ère de la violence et du militarisme à outrance, cette vision des rapports de sexes correspond à la structure profonde de la société existante. Mais n’était-ce pas une des priorités des mouvements féministes d’alors de mettre en cause cette situation et d’y remédier en la transformant de fond en comble?

Pour Bertha von Suttner, cette conception du pacifisme est inacceptable. Elle l’écrit dans un article de sa revue Die Waffen nieder ! paru en 1895 :

Au vu de mon expérience personnelle, il n’y a pas de différence de comportement face à la question de la paix entre les personnes de sexe masculin et les personnes de sexe féminin.

Son expérience personnelle, c’est son action au sein d’institutions comme le Bureau International de la Paix où il n’est fait aucune différence entre les sexes, même si l’équilibre en nombre est loin d’être atteint, ce sont ses interventions à la tribune des Congrès Universels pour la paix où elle présente à l’égal de ses collègues motions et amendements, ce sont aussi les grandes tournées de conférences où elle discute d’égal à égal avec les hommes comme avec les femmes – comme le notera l’auditeur fidèle qu’est Karl May lors d’une de ces conférences à Vienne en 1912. 

Bref, un terme comme »weiblicher Pazifismus » n’a pour Bertha von Suttner pas de sens, le pacifisme étant pour elle une œuvre commune aux deux sexes :

Il est vain d’attendre des femmes en tant que telles qu’elles fassent leur le mouvement pacifiste; elles n’arriveraient du reste à rien en se plaçant en opposition aux hommes dans cette démarche. Faire progresser l’ennoblissement de l’humanité est une tâche que seule une coopération des deux sexes, hommes et femmes au même rythme et égaux en droit, peut mener à bien.

N’y aurait- il donc, aux yeux de Bertha von Suttner, aucun rapprochement possible des deux mouvements, féministes et pacifistes, en vue d’une démarche et d’une action communes ?

Féminisme, pacifisme : même combat ?

On a souvent présenté Bertha von Suttner– déjà de son vivant- comme une personne figée dans ses convictions, animée jusqu’à en être ridicule de l’importance de sa mission, sorte de Don Quichotte de la paix, comme le note un témoin de l’époque, la Comtesse Salburg :

Je pense à Genève …sous le signe de Bertha Suttner, dont le talent a été de brandir une idée tout à fait valable jusqu’à la rendre vaine et presque ridicule…jusqu’à n’être plus que phrase et gesticulation.

Pourtant, ses Mémoires en témoignent amplement, elle reconnaît avoir été souvent amenée, par le hasard d’expériences vécues, à évoluer et même à modifier sa perception de certains phénomènes et sa vision des choses:

On a une bien curieuse caméra dans la tête.…Et, à condition que l’autobiographe soit sincère, on tire toujours [des influences extérieures] des connaissances et des leçons fort utiles. Ces dernières ne découlent que de faits incontestables.

C’est une de ces expériences vécues, en l’occurrence ses voyages aux Etats-Unis qui va amener Bertha von Suttner, vers la fin de sa vie, à voir autrement les rapports entre féminisme et pacifisme. Le premier voyage, effectué en 1904 –avant l’attribution du Prix Nobel de la paix- la conduit à Boston où elle participe au Congrès Universel de la paix, séjourne brièvement à New York et est reçue à Washington à la Maison Blanche par le Président Théodore Roosevelt. Le second effectué en 1912, deux ans avant sa mort, à l’invitation des associations de femmes américaines se transforme en une tournée de conférences de la lauréate du prix Nobel de la Paix qui dure de juin à décembre. Elle a, au cours de ses voyages, eu de nombreux contacts avec les sociétés de la paix qui, pour certaines datent du début du siècle (1816) et avec les associations des femmes nord-américaines qu’elle observe de près. Elle s’entretient avec les dirigeantes des plus importantes d’entre elles, Lady Aberdeen, femme du gouverneur du Canada et présidente –fondatrice du National Council of Women of Canada, qui essaimera dans tous les pays d’Amérique du Nord, puis présidente du International Council of Women. Elle rencontre Jane Addams à Hullhouse où celle-ci a fondé en 1899 un ‘settlement for women’, sorte de Maison des femmes, centre d’aide, de formation, d’enseignement et de culture pour les femmes, en général issues de l’immigration, de la région de Chicago. Proche de Theodore Roosevelt dont elle soutient la campagne présidentielle en 1912, Jane Addams s’impliquera largement dans le Woman’s Peace party créé en janvier 1915 et elle deviendra présidente de la Ligue Internationale des femmes pour la paix et la liberté. Lors de la Conférence Internationale des femmes de La Haye en 1915, c’est elle qui, à la tête d’une commission ad hoc, sera chargée de ‘trouver une issue à la guerre’. Elle sera en 1931 la seconde femme à recevoir le prix Nobel de la paix.

Ces rencontres, consignées dans le journal de Bertha von Suttner comme dans sa correspondance avec Lady Aberdeen et Jane Addams, ont beaucoup marqué la pacifiste venue d’Europe. Non seulement elle écrit à la suite de ses voyages un certain nombre d’essais comme An die organisierten und föderierten Frauen Americas mais elle leur rend déjà hommage dans son discours de réception du prix Nobel où elle déclare « vouloir s’attarder un peu auprès de l’Amérique». Car, ajoute-t-elle, lors de son voyage aux Etats-Unis d’Amérique l’année précédente, elle avait trouvé auprès du président, auprès des mouvements de femmes, dans « les campagnes menées avec programme et méthode » la réalisation de ce qui chez elle sonne comme une devise « Idéal dans la pensée, pratique dans l’action ». De sa plongée au sein du mouvement des femmes américaines, Bertha von Suttner a retenu essentiellement trois choses. C’est, d’abord, le sens de l’organisation, fédérale mais ferme, qui permet effectivement de toucher des femmes d’origine, de statut social, voire d’ethnie très diverses et de les rassembler au sein d’un mouvement qui gomme le choc de l’immigration en offrant l’espoir d’une identité neuve de femme américaine . Mais c’est aussi le poids de l’histoire particulière d’un mouvement qui a connu dans le passé des causes à défendre où les femmes ont forgé des stratégies propres, comme les luttes du milieu du siècle pour l’abolition de l’esclavage ou le mouvement contre l’alcoolisme. C’est enfin, encore très présent vers la fin du siècle, le traumatisme de la Guerre de Sécession qui a marqué la génération de femmes des années soixante, une guerre comme on n’en connaissait pas encore sur le vieux continent et qui impliquait toute la population civile, femmes et enfants compris, la première guerre moderne, en somme. Mais ce qui la convainc aussi de la force de ce mouvement mixte Friedens=Frauenbewegung c’est sa non-appartenance à quelque parti que ce soit et son orientation très internationale. Dans une lettre à Jane Addams, elle avoue s’adresser à une “ generation which is an international one which concerns an international issue, i mean the (world) universal peace movment”. Elle a donc trouvé sur le sol américain non seulement un gouvernement impliqué dans la cause de la paix -elle reviendra plus tard sur cette implication du Président Roosevelt trop pusillanime à ses yeux – mais aussi un mouvement bien structuré, engagé certes dans la conquête des droits tant publics que privés pour les femmes, droit de vote compris, mais agissant dans une coopération constante avec les hommes au pouvoir pour la cause de la paix. Dans son essai Die Friedensbewegung in America (1913), elle tente d’établir un parallèle entre les deux continents, soulignant l’efficacité du rapprochement entre les mouvements des femmes et les mouvements pour la paix aux Etats-Unis. Elle en profite aussi pour rappeler l’importance d’une organisation au niveau de l’international et la nécessité d’agir en commun avec les hommes, donc avec le monde de la politique et de la diplomatie. Mais elle n’en reste pas au stade du constat » ce que je veux raconter ici ce sont des faits, pas des contes de fée, si féerique que cela puisse paraître », dans la dernière décennie de sa vie, elle publie nombre d’articles au titres évocateurs Die Friedensfrage und die Frauen , Wie können die Frauen die Friedensbewegung fördern ?, Der Frauenweltbund und der Krieg dans des journaux grand public comme Die Frankfurter Zeitung , Neues Wiener Journal ou Berliner Tageblatt mais aussi dans des revues dirigées par des féministes autrichiennes radicales comme le Neues Frauenleben.

Quelles retombées du débat féminisme vs pacifisme en 1914 ?

Morte le 21 juin 1914, huit jours avant l’attentat de Sarajevo et à peine cinq semaines avant la déclaration de guerre, elle n’a pas vraiment pu établir un bilan des retombées européennes de ses nouvelles idées rapportées d’Amérique. Quelques éléments de rapprochement ont cependant marqué un léger changement dont elle est encore témoin et parfois acteur.

Il semble bien en effet que cette perception d’un pacifisme également porté par les hommes et les femmes, d’envergure internationale et au-dessus des partis, ait trouvé quelque écho dans les années 1911-1913, en Allemagne et même en Autriche. Ainsi, Bertha von Suttner et Marianne Hainisch travaillent ensemble dans la Commission pour la paix créée au sein du Bund österreichischer Frauenvereine ( ÖFV) et Marianne Hainisch siège dans le comité directeur de la société autrichienne des Amis de la paix. Bertha von Suttner est même l’invitée d’honneur de l’assemblée générale du Bund ÖFV en avril 1913. Ailleurs, en Allemagne, le thème de l’internationalisme est bien perçu par le mouvement des femmes socialistes mené par Clara Zedkin et Rosa Luxembourg et quelques voix se font entendre même parmi les femmes bourgeoises qui reprennent certains thèmes et accents suttnériens, comme Hedwig Dohm qui publie mais seulement en 1915 un vibrant plaidoyer contre la guerre Der Missbrauch des Todes qui se termine ainsi :

Que ceci soit notre proclamation à tous ceux qui vont venir :mort à l’abus de la mort dans la guerre.

De nombreux rassemblements et congrès de femmes traitent alors de la question de la paix et de l’antimilitarisme, comme, en mars 1915 à Berne, la Internationale sozialistische Frauenkonferenz dominée par le discours de Clara Zetkin pour une action internationale des femmes pour la paix et, en avril , le Ier congrès international des femmes (bourgeoises /modérées) à La Haye où L.G. Heymann lance un « appel aux femmes européennes » qui se clôt sur la création d’un Frauenweltbund zur Förderung internationaler Eintracht .

Mais derrière l’apparent rapprochement, la réalité est tout autre. Même une Lily Braun parle en 1915 « du rêve insensé de la sororité de tous les individus de sexe féminin ». Quant au discours de 1913 tenu par Bertha von Suttner devant l’association des femmes bourgeoises autrichiennes, ce discours,,très internationaliste – et en cela se rapprochant des positions prises par les sociaux-démocrates- heurte un public de femmes déjà rappelées par ailleurs à leurs tâches au sein de la nation, à sa défense et à la nécessité d’un «  weiblicher Kriegsdienst ». En octobre 1914, Bertha von Suttner a entre temps disparu, Marianne Hainisch s’adressera aux femmes autrichiennes en ces termes :

Au nom du Bund österreichschicher Frauenvereine, j’invite les femmes autrichiennes, qui ont toujours fidèlement été à nos côtés, de s’organiser pour le service en cas de guerre.

Si Bertha von Suttner s’était exprimée en faveur d’une meilleure organisation des femmes ce n’était évidemment pas dans le sens d’un sursaut nationaliste en cas de guerre mais bien afin d’éviter d’en arriver à la guerre.

Son pacifisme reposait essentiellement sur une notion simple, il n’est pas question d’aménager la guerre, de faire la guerre à une guerre déjà bien présente, de ‘l’humaniser’ en quelque sorte –c’est du reste ce qu’elle reprochera à Henry Dunant coupable à ses yeux d’avoir, en créant la Croix-Rouge, admis la guerre comme une fatalité dont il fallait alors soulager les souffrances. Toute l’action pacifiste de Bertha von Suttner tend à prévenir la guerre et ce, en s’en prenant aux chasses gardées des hommes, des hommes au pouvoir de surcroît : domaine de l’armement, de la discipline et du code d’honneur militaire, mais aussi domaine juridique, dont celui du Völkerrecht, du Droit public. C’est elle qui à La Haye I en 1899 a quasiment imposé la création de la Cour internationale d’arbitrage de La Haye et plaidé sans relâche pour une politique mondialisée des traités et des tribunaux d’arbitrage entre les nations. En se plaçant ainsi dans des domaines réservés de tout temps au pouvoir masculin, Bertha von Suttner ne facilitait pas le rapprochement entre la cause des femmes et celle de la paix.

La guerre exacerbant patriotismes et nationalismes met cruellement fin à ce qui, un court moment, avait pu constituer un rapprochement sur la base de l’expérience américaine. Et l’on sait que tous les partis socialistes –à l’exception de la Russie et la Serbie- ayant voté en août 14 les crédits de guerre, tous les mouvements de femmes, socialistes comprises, à l’exception d’un petit groupe où l’on compte Rosa Luxemburg et Clara Zetkin, ont suivi, bon gré mal gré.

D’une certaine manière, il est heureux que « l’amazone qui fait la guerre à la guerre » selon la formule d’Alfred Nobel, ait échappé de justesse à l’éclatement de cette première Weltkrieg qu’elle décrit prophétiquement comme une apocalypse dans son tout dernier essai Die Barbarisierung der Luft, ajoutant même, dans son dernier roman, la catastrophe programmée de l’explosion atomique. Il n’y avait vraiment plus de place pour un pacifisme à la Suttner.

Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne. Une approche intersectionnelle à partir de l’exemple de Sophie Rogge-Börner (1878-1955)

Texte de Jennifer Meyer, Universität Erfurt / Ecole Normale Supérieure de Lyon

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

En Allemagne, l’historiographie du Mouvement – ou plutôt des Mouvements – des femmes a été renouvelée depuis une trentaine d’années, entre autres grâce aux apports des Gender Studies. Il s’agissait principalement, dans le cas des recherches sur la complicité des femmes sous le nazisme, de rectifier l’idée d’une « grâce de la naissance féminine » (Gnade der weiblichen Geburt) qui exemptait les femmes allemandes de toute responsabilité dans l’avènement et le déroulement de la dictature en les réduisant au statut de victimes – ou tout du moins d’innocentes apassives – et en postulant le caractère masculin de l’antisémitisme. De nombreuses études nuançant les représentations caricaturales ou extrêmes des femmes et soulignant la variété des formes de complicité, de soutien ou de résistance ont permis de dépasser cet obstacle épistémologique. D’une part, les tendances nationalistes, colonialistes et antisémites du Mouvement allemand des femmes ont ainsi été révélées. D’autre part, le rôle important des femmes au sein de partis conservateurs, nationalistes ou racistes a été analysé, de même que les tentatives de certaines d’entre elles pour développer en leur sein des projets d’émancipation divers. En témoignent l’intérêt porté à des personnes comme Mathilde Ludendorff ou Käthe Schirmacher ainsi que les études sur les organisations féminines comme le Bund Königin Luise ou le Ring nationaler Frauen, ou sur la commission des femmes du Parti National-Allemand du Peuple (Deutschnationale Volkspartei). Ces approches ont permis de dépasser des oppositions parfois trop tranchées – comme par exemple entre courant bourgeois et prolétaire – et de repenser l’historiographie du Mouvement des femmes avec une perspective non normative et historicisée du féminisme. Contrairement à ce que l’on pouvait/pourrait penser, les femmes engagées dans des organisations et partis ultranationalistes et racistes n’étaient pas toutes antiféministes ni n’avaient de conception traditionnelle et sexualiste (Anne Verjus) des sexes.

Comme le titre de mon intervention l’indique, je souhaiterais donc m’attarder aujourd’hui sur les liens entre idéologie völkisch et féminismes, en vous présentant plus spécifiquement la symbiose pour le moins atypique développée par l’une de ces femmes : Sophie Rogge-Börner, symbiose que j’ai qualifiée dans mes recherches de « racial-féministe ».

J’adopte à cet effet une approche intersectionnelle, c’est-à-dire que je m’intéresse aux relations d’interférence et de co-influence des catégories de race et de sexe/genre, mais également de classe, de religion, de sexualité et cherche ainsi à évaluer comment et dans quelle mesure ce discours a tenté de redéfinir les termes d’un débat historiquement situé sur les « questions féminine » et « raciale » afin de transformer les rapports de pouvoir et les inégalités – en les renforçant ou les abolissant – qui régnaient entre les « races » et les « sexes ». Je considère l’intersectionnalité comme un instrument heuristique qui interroge la production historiquement située – sociale et discursive – de différences et d’inégalités et reprends les termes utilisés par les acteurs_trices de l’époque afin de rendre compte des dispositifs discursifs et des jeux de langage dont ils_elles pouvaient faire et faisaient usage, de manière plus ou moins intentionnelle et critique. Je ne considère pas ces catégories comme des réalités ontologiques et naturelles mais comme des « catégorie[s] d’analyse d’un rapport de pouvoir » (Elsa Dorlin) historiquement et socialement situées et dont la signification doit être replacée dans et définie par leur contexte d’énonciation.

Après quelques brèves informations biographiques, je présenterai en trois points l’articulation du discours racial-féministe. Premièrement : Le mythe fondateur ou la racialisation de l’égalité des sexes. Deuxièmement : L’ennemi principal ou la domination masculine juive. Et troisièmement : La solution raciale de la question féminine ou l’égalité des sexes comme condition du renouveau racial.

Née en 1878 dans une famille protestante de classe moyenne, fille d’un officier prussien, Sophie Börner vécut et fut scolarisée dans différentes villes de garnison, situées principalement dans l’actuelle Pologne. Elle épousa un médecin militaire en 1910 et un an plus tard naquit leur fils, Ralf Rogge, qui fut médecin en tant que membre des SS dans différents camps de concentration. Malgré son statut de professeur de lycée, elle n’enseigna pas, préférant se consacrer à l’écriture et à la politique. Ainsi, bouleversée par la défaite de 1918 et la proclamation de la République, Rogge-Börner s’engagea pour les droits des « meilleures » femmes allemandes et pour le « renouveau racial », en tant que membre du Parti National-Allemand du Peuple puis en tant qu’écrivaine et journaliste, établie à Berlin. Elle publia quelques romans ou recueils de poèmes et plusieurs essais qui visaient d’une part à attribuer la responsabilité du déclin racial à l’introduction d’une domination masculine « juive » en Allemagne et d’autre part à justifier l’existence d’un Mouvement « national » des femmes combattant ouvertement le sexisme en vigueur sous Weimar et le régime nazi. Entre avril 1933 et juin 1937 parut mensuellement sa revue Die deutsche Kämpferin. Stimmen zur Gestaltung der wahrhaftigen Volksgemeinschaft (La Combattante allemande. Voix pour la réalisation d’une véritable communauté du peuple). Après un relatif silence dans les années 40, Rogge-Börner publia en 1951 un dernier ouvrage promouvant les droits des femmes de « race blanche » et décéda en 1955 à Düsseldorf.

Le mythe fondateur ou la racialisation de l’égalité des sexes (Elsa Dorlin)

Une grande partie des textes de Rogge-Börner était consacrée à la réécriture idéalisée du passé de la « race allemande » et reposait sans grande surprise sur les trois piliers constitutifs de l’« idéologie germanique » (Germanenideologie) du mouvement völkisch : « […] la prédestination de la race germanique ou nordique, la supériorité de celle-ci sur les autres races et peuples et la parenté biologique directe entre les peuples germaniques et les Allemands » (Uwe Puschner). Accordant à la Germanie de Tacite et aux textes de la mythologie nordique le statut de témoignages historiques véridiques, et reprenant les terminologies de l’anthropologue Ludwig Ferdinand Clauß, Rogge-Börner faisait valoir la pureté raciale, la force physique, l’héroïsme, les bonnes mœurs ainsi que le potentiel créatif des peuples germaniques qu’elle opposait en tous points à la « race juive ». Mais c’est le rapport de pouvoir entre les sexes en vigueur au sein d’une société qui déterminait sa place dans la hiérarchie raciale. Rogge-Börner accordait aux peuples germaniques le statut de « race » supérieure avant tout parce que ceux-ci avaient instauré une « égalité totale » (völlige Gleichheit) entre les sexes. Ce postulat posa rapidement problème à la majorité des représentant_es völkisch, comme Alfred Rosenberg, Hans F. K. Günther, Walther Darré, Willibald Hentschel ou même Adolf Hitler qui décrivaient les peuples germaniques comme une « union d’hommes » (Männerbund), virils et polygames. (Entre parenthèses, Rogge-Börner entra en conflit également avec les partisans du « matriarcat primitif » germanique comme Herman Wirth ou Ernst Bergmann, puisqu’elle condamnait toute forme de domination sexuée).

Créés à l’image d’une divinité « asexuée » (ungeschlechtig), les peuples germaniques n’auraient pas introduit d’inégalité ou de division du travail sur la base d’une différence biologique entre les femmes et les hommes réduite selon Rogge-Börner à la seule question des organes reproducteurs et de la maternité – mieux, ils n’en auraient même pas eu connaissance :

Aussi longtemps qu’il s’est tenu à l’écart des influences étrangères à la race, l’être nordique a ignoré la séparation de l’être humain en une partie dominante et une partie dominée : cette distinction ne faisait même pas partie de sa conception du monde. Il ne connaissait qu’une seule notion pour désigner la différence et la domination : l’être nordique domine les êtres des autres races, les êtres non-nordiques.

Au sein de la famille germanique aurait donc régné l’égalité des sexes, à la fois entre les membres du couple hétérosexuel mais aussi entre leurs – si possible – nombreux enfants. Soumise aux impératifs de reproduction et de préservation raciale, la constitution d’une famille exigeait que le choix du partenaire dépendît de son grade de pureté raciale et se fondait sur les principes de monogamie et de fidélité, empêchant ainsi la propagation de maladies sexuellement transmissibles et la naissance d’enfants naturels, potentiellement « impurs ». Le partage de l’autorité parentale, l’éducation des enfants à l’égalité des sexes et la transmission égalitaire du patrimoine auraient été la règle, de même qu’une séparation, – qu’elle fût sollicitée par l’homme ou par la femme, aurait été autorisée et garantie par l’indépendance économique des membres du couple. Ces thèses ont été très débattues à l’époque et également défendues par les germanistes völkisch Gustav Neckel ou Bernhard Kummer, qui travailla d’ailleurs avec Rogge-Börner.

L’absence de différence et d’inégalité entre les sexes se faisait sentir également dans la sphère publique. Contrairement à la « race juive », au sein de laquelle, selon Rogge-Börner, l’inégalité sexuée constituait la première des hiérarchies, suivie par l’inégalité de classe au sein de chaque classe de sexe, les peuples germaniques auraient développé une société certes strictement élitiste mais au sein de laquelle hommes et femmes auraient été absolument égaux. En effet, en affirmant que le rôle et les tâches d’un_e individu_e de « race germanique » étaient déterminés par son « destin » (Schicksal), Rogge-Börner soutenait certes là-encore une position anti-individualiste et élitiste défendue traditionnellement par le mouvement völkisch. A la différence notable que selon elle, cette scission de la société germanique en deux classes sociales hermétiques – la « masse » et l’« élite » – permettait aux femmes d’exercer tâches et métiers d’influence, sans être victimes d’une discrimination sur la base de leur sexe. Elles auraient donc fait partie de l’élite au même titre que les hommes et auraient détenu un pouvoir politique, économique, juridique, religieux et militaire important :

La spécificité déterminée racialement s’exprime dans l’inconditionnelle reconnaissance de la personnalité, qui ne connaissait aucune distinction selon le sexe. Celui qui était doté d’un pouvoir supérieur avec des aptitudes et des forces particulières n’avait pas simplement le droit, il devait l’exercer et le rendre utile pour la communauté.

Ainsi, Rogge-Börner va jusqu’à faire le récit de « personnalités féminines de chef » intervenant au Thing – le lieu de promulgation des lois – ou détenant la prêtrise ; de femmes combattant aux côtés des hommes, animées d’un « esprit guerrier » devenu l’apanage non plus d’un « sexe » mais d’une « race » ; ou de propriétaires indépendantes administrant leurs biens fonciers. C’est cette relecture féministe des textes et de l’héritage germanique qui ont été traditionnellement instrumentalisés par le mouvement völkisch et cette réécriture idéalisée de l’histoire des peuples germaniques qui permit ensuite à Rogge-Börner de faire le lien avec l’Allemagne contemporaine et de légitimer des revendications politiques en faveur de l’égalité des sexes.

L’ennemi principal ou la domination masculine juive

Après avoir fait le récit de cet « âge d’ôr » germanique et vanté tant la supériorité raciale que le système d’égalité des sexes en vigueur, comment expliquer alors les inégalités entre hommes et femmes de « race » allemande au début du 20ème siècle? Pour Rogge-Börner, celles-ci témoignaient de l’éloignement du peuple allemand de son essence germanique et étaient donc l’illustration, le symptôme du déclin racial. Les contacts réguliers avec des « races » inférieures – à cause de phénomènes migratoires, de l’occupation romaine, de la christianisation ou plus tard des croisades – auraient eu pour conséquence de favoriser des « mélanges des sangs » (Blutsmischungen) dégénérescents ainsi que d’importer dans les territoires germaniques une morale sexuelle « judéo-romaine » et des rapports de pouvoirs sexués « orientaux », c’est-à-dire inégalitaires et contraires à la nature même de la « race » germanique :

Avant tout, avec le christianisme judéo-romain, la moralité inférieure de l’Ancien Testament, la séparation fatale des sexes des races orientales pénétra dans les pensées et les sentiments de nos ancêtres et forma avec le temps une conception de la vie qui qualifia l’homme d’unique sexe dirigeant et déterminant et la femme de sexe inférieur sur lequel et pour lequel l’homme imposait sa loi, comme il faisait sur et pour d’autres choses et d’autres valeurs.

 Pour Rogge-Börner, le déclin racial était le résultat d’une dégénérescence biologique mais également – je dirais même principalement – sociale provoquée par l’introduction de la « domination masculine juive » (jüdische Männerherrschaft). Afin d’imposer un système patriarcal fondé sur une division sexuée du travail, la « domination masculine juive » aurait donc exclu les femmes de la sphère publique en transformant profondément les croyances, les lois et les mœurs germaniques. Non seulement les femmes auraient été privées de leur statut de personnes libres et égales aux hommes, mais elles auraient également été réduites aux tâches domestiques et reproductives. Cette redéfinition idéologique de la féminité – et en creux de la masculinité – aurait en outre été renforcée par des mesures visant à réaliser dans les faits, à construire biologiquement la différence sexuelle et donc à justifier les inégalités entre les sexes. Ici, Rogge-Börner s’appuyait sur les thèses de la philosophe féministe Mathilde Vaerting pour accuser le patriarcat d’avoir créé des « différences artificielles » (künstliche Unterschiede) entre les hommes et les femmes en refusant à ces dernières le droit à une formation scolaire ainsi qu’à une éducation physique et sportive. Les différences biologiques entre les sexes – et notamment la prétendue infériorité physique et intellectuelle des femmes – n’auraient donc pas eu de validité historique. Elles ne pouvaient pas être considérées comme des données naturelles figées justifiant l’enfermement des femmes dans la sphère privée et leur mise sous tutelle mais auraient été le résultat d’une politique sexiste « étrangère », c’est-à-dire « juive », visant à légitimer le pouvoir d’un sexe sur l’autre, sexes à présent constitués en classes antagoniques et complémentaires.

En anéantissant l’égalité originelle entre les sexes et en distinguant ceux-ci à la fois biologiquement et socialement, l’introduction de la domination « unisexuée » fut pour Rogge-Börner le point de départ de la dégénérescence historique de la « race » allemande. Les évolutions postérieures étaient donc conçues comme des inventions « judéo-masculines », et condamnées en tant que telles : les idéologies modernes notamment le libéralisme, l’individualisme, les droits de l’Homme la démocratie ou le capitalisme étaient l’incarnation du patriarcat « juif », contraire à la nature allemande.

Parallèlement au paradoxe évoqué précédemment entre naturalisation des « races » et vision anti-essentialiste des « sexes », on constate que la pensée de Rogge-Börner naturalisait et racialisait les rapports de pouvoir entre les sexes, devenus le critère de hiérarchisation entre les « races ». L’égalité des sexes était érigée en élément constitutif – quasi biologique – de la « race » allemande, tandis que le patriarcat était un système social per se « juif ». Rogge-Börner proposait donc une lecture racialiste – et fondamentalement antisémite – de l’émergence historique du patriarcat dans les territoires germaniques. S’il y avait bien chez elle captation du pouvoir économique et politique par les hommes et donc un lien entre propriété privée, division (sexuée) du travail, contrôle de la reproduction et patriarcat, Rogge-Börner n’avait pas de lecture marxiste de la domination masculine qui aurait trouvé son inspiration dans les textes de Friedrich Engels ou d’August Bebel. La question féminine (Frauenfrage) et notamment l’impératif d’émancipation des femmes allemandes était une question raciale et ne pouvait être résolue par la lutte des classes ni viser à l’émancipation globale des femmes (et donc par exemple des femmes juives).

La solution raciale de la question féminine ou l’égalité des sexes comme condition du renouveau racial

Pour Rogge-Börner la corrélation double d’une part entre appartenance raciale et rapports de pouvoir entre les sexes et d’autre part entre déclin racial et patriarcat impliquait que renouveau racial et émancipation des femmes allemandes fussent liés. Les textes de Rogge-Börner, puis les articles de Die Deutsche Kämpferin, étaient en dialogue permanent avec les représentant_es du mouvement völkisch ainsi que celles et ceux du Mouvement des femmes. Ils s’inscrivirent dès le départ dans les débats fondamentaux qui traversaient ces deux mouvements – accès à l’éducation et à l’emploi, patriotisme, reproduction et sexualité, égalité civique et parité politique – et commentèrent dès avril 1933 les lois et pratiques du régime nazi – auquel Rogge-Börner et ses collaborateurs_trices étaient au départ favorables du fait de son idéologie raciste et antisémite.

Célébrant l’engagement de femmes comme Louise Otto-Peters, Anita Augspurg, Helene Lange ou Gertrud Bäumer en faveur de l’accès des filles à l’éducation scolaire puis à la formation universitaire, Rogge-Börner invitait à dépasser les avancées réalisées en instaurant la mixité scolaire (Koedukation) et un programme commun dans toutes les matières pour les deux sexes dont les capacités intellectuelles étaient selon elle identiques. Ces arguments se rapprochaient donc plus de ceux d’une radicale comme Hedwig Kettler que de ceux des bourgeoises modérées qui défendaient une formation conforme à la « nature féminine ». Pour Rogge-Börner, l’enseignement des filles devait donc intégrer les sciences exactes et des activités sportives tandis que celui des garçons devait également aborder les questions relatives à la vie conjugale et à la paternité. Le numerus clausus appliqué aux femmes dans les universités dès décembre 1933 par le régime nazi était donc tout à fait illégitime. Cette profonde réforme de l’instruction devait être précédée et accompagnée d’une socialisation au sein de la famille à l’égalité des sexes : L’égalité entre les parents devait servir de modèle aux enfants tandis que les activités et les jouets spécifiquement sexués devaient être abolis. Allant plus loin encore dans sa critique du sexualisme, Rogge-Börner défendait la formation militaire des jeunes filles et leur participation à la guerre tandis que les représentantes du courant bourgeois du Mouvement des femmes comme Gertrud Bäumer, Hedwig Heyl ou Alice Salomon préféraient encourager un patriotisme spécifique au sein du « Service national féminin » (Nationaler Frauendienst), créé en 1917.

Même s’ils_elles mettaient parfois en exergue des qualités présentes plus particulièrement chez les femmes, Rogge-Börner et ses collaborateurs_trices s’attirèrent les foudres du régime nazi en défendant une position radicale en matière d’égalité professionnelle, non limitée à un « espace vital féminin » (weiblicher Lebensraum) distinct. L’accès à l’éducation devait renforcer les chances des femmes sur le marché du travail, leur permettre de concourir à égalité avec les hommes – notamment pour les meilleurs postes dans les entreprises – et d’obtenir des salaires ainsi que des conditions de départ à la retraite identiques à ceux de leurs collègues masculins, et augmenter leur présence dans les domaines d’influence comme la justice, la science ou l’administration. Par conséquent, on trouve dans Die Deutsche Kämpferin une critique vigoureuse des licenciements massifs de femmes permis par la loi sur les « fonctionnaires du Reich » ou de la propagande contre les « doubles salaires » et une dénonciation pertinente du caractère sexiste de ces mesures.

Parallèlement à l’égalité professionnelle et économique, Rogge-Börner défendait la parité politique entre les hommes et les femmes au nom d’une optimisation de la « race » passant par un élitisme forcené :

Conformément à la loi du sang germanique, la communauté raciale du peuple a besoin d’une direction masculine et féminine parce que le peuple a le droit naturel et inaliénable d’être conduit par les meilleurs, les plus purs et les plus forts d’entre les siens. Appliqué à l’Etat moderne, cela signifie qu’hommes et femmes partagent les mêmes responsabilités aux postes du plus haut niveau, aux postes de direction, dans tous les ministères et dans toutes les administrations.

Elle s’opposait en cela à la majorité des représentant_es du mouvement völkisch, longtemps réticent_es au droit de vote des femmes et qui aimaient rappeler comme Rosenberg que « l’homme devait être et rester juge, soldat et dirigeant » ou encore qu’il fallait « s’émanciper de l’émancipation féminine ». Mais elle s’opposait également aux féministes modérées, ou cantonnées le plus souvent dans les partis à des missions en conformité avec leur « nature » féminine voire même favorables à la défense des intérêts spécifiques de leur classe de sexe au sein d’un parti de femmes – comme Helene Lange. Refusant de recourir à des arguments différentialistes qui liaient appartenance sexuelle et attribution des responsabilités politiques, Rogge-Börner exigeait l’introduction d’une véritable parité au Parlement, voire d’un principe de « double commandement » (Doppelführung) dans tous les domaines décisionnels, c’est-à-dire la nomination d’un homme et d’une femme – un ‘couple’ politique – pour un poste commun. En conflit permanent avec le régime nazi, elle accusa celui-ci de poursuivre une politique féminine (Frauenpolitik) anachronique et contraire au caractère ainsi qu’aux intérêts du peuple allemand.

En matière de reproduction et de sexualité, Rogge-Börner et sa revue Die Deutsche Kämpferin insistaient sur la nécessité d’une politique nataliste et eugéniste afin d’enrayer le déclin démographique et la dégénérescence raciale. Cependant, elles ne s’alignaient pas sur les lignes argumentatives sexistes du mouvement völkisch ou du régime nazi qui attribuaient exclusivement aux femmes la responsabilité des questions de reproduction et de pureté raciale, voire même qui faisaient la promotion de la polygynie comme Hans Blüher, Willibald Hentschel ou Walther Darré. Ainsi, elles appelaient à étendre cette responsabilité aux hommes et soutenaient le combat abolitionniste contre la double morale et l’autorisation de facto de la prostitution. En outre, elles affirmaient que toutes les femmes n’étaient pas destinées à la maternité et condamnaient les dérives des argumentations natalistes qui s’opposaient à l’activité professionnelle des femmes et à leur refus d’avoir des enfants. Là encore, tout en célébrant l’adoption de mesures eugénistes, elles critiquèrent ouvertement la politique du régime nazi pour son sexisme et furent dénoncées – comme ce fut le cas de Rogge-Börner en mars 1933 – ou attaquées violemment dans la presse, entre autre par des responsables des organisations féminines comme Lydia Gottschewski.

Un Mouvement « national » de femmes « conscientes de leur germanité » (artbewußt / deutschbewußt) devait être l’instrument de ce programme ambitieux de lutte contre le « patriarcat juif » et pour l’égalité des sexes. Rogge-Börner et ses collaborateurs_trices s’opposaient en cela à l’antiféminisme völkisch notoire qui voyait dans les revendications féministes de la fin du XIXème et du début du XXème siècle l’influence des Juifs_Juives. Ce mouvement devait d’une part – comme nous l’avons vu – réagir aux transformations politiques et sociales enclenchées par le régime nazi et d’autre part combattre l’invisibilisation des femmes par le patriarcat dans l’Histoire en travaillant à la rédaction d’une histoire nationale qui ne serait plus androcentrée. La « mise au pas » des associations de femmes – c’est-à-dire leur dissolution ou leur intégration dans le Front allemand des femmes (Deutsche Frauenfront) dès mai 1933 – fut qualifiée dans Die deutsche Kämpferin de « collectivisation forcée » et interprétée comme la preuve que le régime ne considérait pas les femmes comme des citoyennes et des membres de la « communauté du peuple » à part entière. Les critiques adressées à la politique nazie conduisirent donc la Gestapo à interdire en 1937 la revue.

Conclusion

Je voudrais conclure en évoquant deux éléments. J’ai présenté le discours racial-féministe tel qu’il s’est développé et a évolué principalement sous Weimar et le nazisme. Que s’est-il passé après 1945 ? Entre 1945 et 1955, Rogge-Börner publia quelques rares articles et un ouvrage : Planète en chute ! (Planet im Absturz !). Dans ces textes, elle procéda à la critique du NS et à la réélaboration – à l’actualisation – de ses revendications. Sa condamnation du NS était double : elle concernait d’une part la politique sexiste du régime, faisant écho à une critique plus générale du patriarcat, et d’autre part la catastrophe que représentait la Seconde Guerre Mondiale et qui témoignait selon elle de la débâcle du 20ème siècle et de la modernité. Quant à la question de l’Holocauste, ses textes montrent bien qu’elle hésitait entre déni (négationnisme) et minimisation (révisionnisme). Cette rupture, cette catastrophe que fut la Seconde Guerre Mondiale fut interprétée par Rogge-Börner comme le paroxysme de la domination unisexuée, comme l’illustration culminante des erreurs commises par le patriarcat. Elle poursuivit ensuite sa critique anti-patriarcale, en étant très sévère avec les lois en vigueur en RFA qui ne garantissaient pas une véritable égalité entre les sexes et consacraient notamment l’autorité paternelle et masculine. Abandonnant – du moins dans la forme – la catégorie de « race », elle inscrivit cette critique dans un projet nationaliste-européen, soutenant la constitution d’une Europe des régions, un nouvel Empire unifié politiquement, culturellement et racialement. Celui-ci devait garantir l’égalité de droits et de devoirs pour les femmes « occidentales » « blanches », que Rogge-Börner appela même à la grève totale – c’est-à-dire économique et sexuelle – afin que leurs revendications en matière d’égalité politique, professionnelle, domestique et parentale aboutissent. Je soulignerai encore que ces idées ont été diffusées au sein de la Nouvelle Droite, notamment par l’intermédiaire de la philosophe Sigrid Hunke.

Enfin je voudrais revenir sur l’aspect central du discours racial-féministe. Celui-ci témoigne de la compatibilité, voire même de la possible fusion, entre deux postulats jusqu’alors généralement pensés comme inconciliables : d’une part l’affirmation profondément anti-universaliste de l’existence de « races » homogènes, opposées et hiérarchisées et d’autre part un principe anti-sexualiste qui s’oppose à l’idée selon laquelle les hommes et les femmes constitueraient deux classes de sexes biologiquement et politiquement antagoniques. Il invite à approfondir le renouvellement déjà engagé de l’historiographie du Mouvement des femmes et illustre parfaitement l’intérêt d’une approche intersectionnelle. Nous avons bien ici intersection entre des catégories de race/genre-sexe – et de classe dans une moindre proportion – mais également des idéologies puisque ce discours défendait à la fois la mise en place d’une société racialisée/raciste et un projet féministe. Si ce concept dénonçait à l’origine la discrimination spécifique vécue par les femmes noires américaines, à l’intersection du racisme et du sexisme, il permet également d’appréhender les imbrications possibles entre féminisme et racisme, comme en témoignent mon intervention mais aussi les débats actuels en France (Elsa Dorlin, Christine Delphy) ou en Allemagne (Birgit Rommelspacher) sur la racialisation du féminisme ou sur l’instrumentalisation du féminisme par l’extrême droite.

La fabrique des intellectuelles. Minna Cauer, Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann

Texte d‘ Anne-Laure Briatte-Peters, université de Strasbourg

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

L’aile « radicale » du mouvement féministe de l’Allemagne wilhelmienne s’est constituée autour de 1890 pour se dissoudre au lendemain de la Première Guerre mondiale. Ses chefs de file, parmi lesquelles on compte Minna Cauer, Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann, mais auxquelles on pourrait ajouter, selon la période considérée, Helene Stöcker, Käthe Schirmacher et d’autres, ont porté, un quart de siècle durant, la bannière du mouvement féministe « radical ». Celui-ci se comprenait comme l’avant-garde du mouvement féministe allemand, luttant pour l’égalité de droit entre hommes et femmes dans la famille, devant la loi et dans la cité. Ces femmes se sont introduites dans des milieux intellectuels et ont contribué aux débats intellectuels de leur époque. Il s’agira de déterminer dans quelle mesure les chefs de file des féministes « radicales » peuvent être qualifiées d’intellectuelles, si tant est qu’il est possible, pour l’époque considérée, de parler d’intellectuelles au féminin.

Avant d’aller plus loin dans l’analyse, il convient de souligner que Minna Cauer, Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann eussent sans nul doute rejeté énergiquement le label d’intellectuelles, ou – puisque le substantif n’existait pas encore au féminin – de femmes intellectuelles. Loin d’elles l’intention de passer pour des femmes amoureuses des choses de l’intellect ; la figure du « bas-bleus », nouvel avatar de la « femme savante » ou de la « précieuse » tournée en ridicule par Molière, avait déjà causé suffisamment de tort aux femmes cultivées.

Le terme d’intellectuel s’est établi en France à l’occasion de l’Affaire Dreyfus, déclenchée par l’article d’Emile Zola intitulé « J’accuse », paru dans le journal l’Aurore du 13 janvier 1898. Né d’un débat public qui a farouchement divisé les Français, le terme d’intellectuel fut l’instrument d’affrontements politiques avant d’être un outil d’analyse. Resté, depuis, ambivalent, le mot « intellectuel » comme outil d’analyse est utilisé tantôt au sens positif comme auto-qualification, tantôt de façon dépréciative et à des fins polémiques pour désigner les personnalités, écrivains et journalistes de renom qui interviennent dans les débats publics. Par ailleurs, la dénotation et la connotation du mot varient d’un pays, c’est-à-dire d’un espace culturel, à l’autre. En Allemagne, le terme Intellektueller apparut autour de 1900 et fut d’abord une insulte. Dans l’introduction à leur ouvrage collectif sur les intellectuels dans l’Empire allemand, Gangolf Hübinger et Wolfgang J. Mommsen n’annoncent-ils pas la couleur avec la formule : « Ein Intellektueller genannt zu werden, war in der deutschen geistigen Tradition lange ein Schimpfwort ; es galt, ein Gebildeter zu sein » ? À la différence de la France, où les intellectuels, tels qu’ils s’étaient définis depuis l’affaire Dreyfus, étaient pour l’essentiel des hommes de lettres, en Allemagne, l’élite intellectuelle se recrutait parmi les professeurs des universités, qui tenaient le haut du pavé en qualité de producteurs et de relais de sens et de valeurs. À cette élite, les chefs de file des « radicales » ne pouvaient guère appartenir, puisque l’accès aux universités fut interdit aux femmes jusqu’en 1900-1909 (selon les États allemands considérés), mais qu’en est-il de la figure sociale de l’intellectuel ?

Entendu comme catégorie d’analyse, le terme d’intellectuel est utilisé tantôt pour désigner une catégorie sociale et professionnelle, les représentants des professions intellectuelles (définition par le statut social), tantôt pour parler d’un certain type d’acteur social (définition par les formes d’action dans la société). Pour examiner la question de savoir si – et en quel sens – les chefs de file féministes « radicales » peuvent être considérées comme des intellectuelles de l’Allemagne wilhelmienne, nous croiserons les définitions les plus couramment acceptées de l’intellectuel(le) avec la notion de « genre » comme l’expression et comme un élément constitutif des rapports sociaux de sexe.

Réseaux intellectuels et réseaux féministes

La définition par le statut socio-professionnel définit les intellectuels comme les représentants des milieux cultivés et des professions intellectuelles, à savoir, selon Christophe Charle, savants, hommes de lettres, enseignants, journalistes, étudiants, artistes, médecins, avocats et membres du clergé – le tout variant en fonction des systèmes de classifications sociales des sociétés et de l’époque considérées. Les féministes « radicales » faisaient-elles partie de cette catégorie sociale ?

Des filles d’érudits (Gelehrte)

Statistiques en mains, Christophe Charle a montré que, de façon plus marquée qu’en France, les représentants de l’élite intellectuelle allemande, qui étaient majoritairement des professeurs d’université, s’autorecrutaient dans les milieux intellectuels et dans les milieux universitaires stricto sensu. Ainsi, ils étaient issus, dans l’Allemagne impériale, à 47,4% de familles représentant les professions intellectuelles. Quelle est l’origine sociale des chefs de file des « radicales » ?

Ces femmes, nées pour la plupart entre 1840 et 1870, provenaient majoritairement de la bourgeoisie cultivée et de familles d’érudits : Anita Augspurg, Marie Stritt, Auguste Kirchhoff et Else Lüders étaient issues de familles d’avocats, la famille élargie d’Anita Augspurg comptant en outre plusieurs médecins et juristes. Minna Cauer et Helene Stöcker étaient filles de pasteurs, ainsi qu’Emilie Kempin, une juriste suisse qui lutta contre le BGB aux côtés des « radicales » allemandes. Jeanette Schwerin, qui a débuté sa carrière féministe aux côtés des « radicales », était fille de médecin. Lida Gustava Heymann était quant à elle la fille d’un très riche négociant de Hambourg ; Käthe Schirmacher et Sophia Goudstikker étaient également des filles de commerçants plus ou moins aisés. Ainsi, le capital économique de la bourgeoisie possédante (Besitzbürgertum) était également représenté aux côtés du capital culturel des membres de la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum). Souvent mis à disposition des associations de femmes, le patrimoine personnel de ces féministes permettait aux associations de subvenir aux frais liés à leurs activités.

Si les origines sociales des féministes « radicales » révélaient de fait une assez forte homogénité, celle-ci se trouvait renforcée par les stratégies matrimoniales de ces femmes : d’aucunes épousèrent un juriste, comme Hanna Bieber-Böhm, Auguste Kirchhoff et Constanze Hallgarten, ou un professeur d’université, comme les féministes pacifistes Margarete Lenore Selenka et Emilie Endriß, ainsi que Lily Braun en première union. Jeanette Schwerin et Minna Cauer en première union épousèrent un médecin, Louise Hoffet un pasteur, et la suffragiste Tony Breitscheid et Lily Braun en deuxième union épousèrent un homme politique.

Des ambitions intellectuelles

Plus révélatrices encore sont les stratégies professionnelles des féministes « radicales ». Les pionnières du féminisme de l’Empire allemand ne purent guère se former qu’au métier d’institutrices, ce qu’elles firent en grand nombre, que ce fût par vocation, par nécessité économique ou pour quitter le giron familial et accéder à quelque formation intellectuelle. De futures féministes nées plus tard s’expatrièrent provisoirement pour pouvoir s’inscrire dans une université, à Zurich (Anita Augspurg, Käthe Schirmacher, Franziska Tiburtius, Frieda Duensing), Berne (Helene Stöcker, Marie Raschke) ou Paris (Käthe Schirmacher). L’importante proportion de féministes « radicales » détentrices du grade de docteur en dit long sur leur volonté de faire partie de l’élite intellectuelle du pays : Anita Augspurg fut la première Allemande docteure en sciences juridiques, suivie, entre autres, de Marie Raschke, Anna Schultz et Frieda Duensing. La Suissesse Emilie Kempin fut quant à elle la première femme en Europe à obtenir le grade de docteur en sciences juridiques, en 1887. Helene Stöcker, Käthe Schirmacher faisaient précéder leur nom du prestigieux Dr. phil. (doctor philosophiae) ; Agnes Hacker, Franziska Tiburtius et Emilie Lehmus étaient docteurs en médecine et Alice Salomon et Charlotte Engel-Reimers en sciences économiques.

Les domaines de prédilection pour cette qualification universitaire des plus prestigieuses étaient le droit, la médecine et les sciences économiques, domaines dans lesquels les femmes aspiraient à prouver leur aptitude intellectuelle afin de participer aux processus de décision, à la production et la diffusion de savoirs. On ne manqua pas de les refouler aux portes de l’université et de la pratique professionnelle : la juriste habilitée Emilie Kempin, contrainte de nourrir seule sa famille, n’obtint jamais de chaire d’université, et les médecins Franziska Tiburtius et Emilie Lehmus, faute d’obtenir l’Approbation (autorisation d’exercer, pour les médecins et pharmaciens), durent créer une polyclinique privée pour exercer leur profession sur le territoire allemand.

Les féministes « radicales » saisirent donc en grand nombre les opportunités de se qualifier pour l’exercice de professions intellectuelles. Considérées sous cet angle, leurs luttes pour l’accès des femmes aux études supérieures au même titre que les hommes peuvent être interprétées comme la première étape d’une lutte pour la reconnaissance de l’aptitude des femmes à endosser le rôle d’intellectuelles.

Sociabilités intellectuelles

L’accès au grade de docteur ne fait pas encore d’un individu un intellectuel. Est associée à la représentation d’intellectuel(le) la notion de sociabilités intellectuelles, entendue, avec l’historien Michel Trebitsch, comme des lieux, milieux et réseaux spécifiques « permettant d’explorer les conditions de constitution d’un espace de débat public et démocratique, qui est de l’ordre du politique sans entrer dans les formes du politique, sinon pour les préparer et les préfigurer. »

Nombre de futures féministes berlinoises avaient d’abord fréquenté des cercles intellectuels, tels que la Deutsche Gesellschaft für Ethische Kultur, une société philanthropique et sociale d’inspiration kantienne, dont la revue, Ethische Kultur, était publiée par Georg von Gizycki, professeur de philosophie à Berlin, et sa femme Lily, future Lily Braun (active parmi les féministes « radicales » jusqu’en 1895). À Berlin en particulier, le cercle libéral autour du futur empereur Friedrich et de son épouse Viktoria, fréquentés notamment par les couples Schrader et Cauer, ainsi que des cercles de réformateurs pédagogiques, accueillirent mainte future féministe. Dès l’année de sa création en 1892, la Société allemande pour la paix (ainsi que, pendant la guerre, d’autres sociétés pacifistes), qui visait à pacifier les relations internationales, compta plusieurs féministes dans ses rangs. Particulièrement sensibles à la question de la réconciliation entre les classes sociales en Allemagne (l’ « unification intérieure »), les féministes « radicales » fréquentaient de préférence les cercles intellectuels réformateurs, défenseurs d’une nouvelle éthique sociale appelée à être instaurée par une politique sociale digne de ce nom. La « Société pour une réforme sociale » (Gesellschaft für soziale Reform), sur laquelle nous reviendrons plus loin, est emblématique de ces milieux intellectuels de réformateurs éclairés fréquentés par les féministes « radicales ».

C’est ainsi qu’apparaît un lien de causalité entre la participation des féministes « radicales » à ces sociabilités intellectuelles et la reconstitution même d’un mouvement féministe structuré et ramifié autour des années 1890. On retrouve en partie les mêmes personnalités dans les réseaux intellectuels précédemment cités et les premiers réseaux féministes de l’époque impériale. Les formes de sociabilités sont largement identiques : le cadre associatif, la pratique du débat pour l’échange des idées et comme pratique d’éducation intellectuelle, la publication d’un périodique pour la diffusion des idées auprès de l’opinion publique. En d’autres termes, les féministes ont procédé à un transfert de pratiques et de formes de sociabilités intellectuelles, signe de leur volonté d’intégration dans les milieux intellectuels de l’époque.

Les photographies que l’on connaît de leurs chefs de file révèlent clairement cette volonté de figurer sur le cliché avec les accessoires traditionnellement attribués à l’intellectuel : les livres, la bibliothèque, le bureau, et non ceux qui sont couramment associés à la lecture féminine, le divan, le boudoir ou le salon privé. Contrairement aux nombreuses peintures sur le thème de la femme lisant, sur lesquels les femmes sont représentées dans des postures horizontales et ont le regard baissé ou n’ont pas de regard, les femmes sur les clichés ci-dessous se tiennent droites – excepté Anita Augspurg qui adopte la pose du « Penseur » de Rodin – et leur regard est levé, directement tourné vers l’objectif.

Conférence internationale pour le suffrage des femmes à Berlin, 1904 (4e photo sur cette page) :

http://www.frauenmediaturm.de/themen-portraets/feministische-pionierinnen/lida-gustava-heymann/

(dernière consultation le 17.03.2012)

Anita Augspurg dans son bureau :

http://www.frauenmediaturm.de/fileadmin/Images/Feministinnen/Augspurg/Augspurg_Wohnung_gr.jpg

(dernière consultation le 17.03.2012)

Helene Stöcker dans son appartement en 1921 :

http://www.frauenmediaturm.de/fileadmin/Images/Feministinnen/Stoecker/stoecker_wohnung_gr.jpg

(dernière consultation le 17.03.2012)

Minna Cauer dans la pose de l’intellectuel :

http://www.frauenmediaturm.de/fileadmin/Images/Feministinnen/Cauer/Cauer_portrait3b.jpg

(dernière consultation le 17.03.2012)

Faisons un premier bilan : tant par leur naissance, que par leurs relations sociales et leurs sociabilités, les membres à la tête du mouvement féministe « radical » peuvent être qualifiées d’intellectuelles au sens sociologique du terme. S’il est vrai que la collaboration à une revue à caractère culturel ou politique compte parmi les critères primordiaux des sociabilités intellectuelles, l’abondante activité journalistique et éditoriale de ces femmes constitue un indice fort de leur identité intellectuelle.

Elles « accusent » aussi

Les approches qui relèvent plus de l’histoire culturelle et politique préféreront à la définition de l’intellectuel par son statut social une définition par la fonction sociale de l’intellectuel. On s’intéressera alors non pas à ce qu’il est, mais à ce qu’il fait. Or, les circonstances dans lequelles est apparue la figure moderne de l’intellectuel au cœur de l’affaire Dreyfus ne sont pas restées sans conséquences sur la définition du mot ; elle ont fait le lit d’une représentation normative de la figure de l’intellectuel, encore courante aujourd’hui.

Définition normative de l’intellectuel

Au cœur des débats sur le rôle de l’intellectuel qui ont été menés depuis l’affaire Dreyfus et tout au long du XXe siècle, l’intellectuel s’est vu attribuer de fait des positions et des contenus de discours comme autant de caractéristiques propres. D’après cette représentation normative, les intellectuels sont critiques envers l’État et la religion, indépendants et s’expriment en défenseurs de la liberté, de valeurs universelles, de la démocratie et des droits humains ; aussi les situe-t-on sans hésitation dans la gauche politique. Sur le plan moral, on attend d’eux de surcroît qu’ils défendent avec bravoure les positions qu’ils estiment être justes, sans craindre les répercussions de leur engagement sur leur parcours personnel – tel Zola qui, à l’issue de poursuites judiciaires lancées à son encontre pour diffamation suite à son célèbre article, connut l’exil pendant un an. Ce portrait de l’intellectuel correspond-il aux chefs de file des féministes « radicales » de l’Allemagne wilhelmienne?

La « Lex Heinze », l’affaire Dreyfus des Allemands – et des « radicales »

Dans l’historiographie allemande des intellectuels, et a fortiori au sujet de l’Allemagne impériale, on n’a de cesse de souligner à quel point, à l’opposé du modèle de l’intellectuel à la française, l’intellect et l’action publique, entendue comme engagement dans les affaires de la Cité, étaient diamétralement opposés. Le germaniste Christoph Garstka n’a-t-il pas affirmé, non sans ironie, que, plutôt que de chercher à écrire une histoire des intellectuels sous l’Empire allemand, on avait meilleur temps d’écrire une histoire de l’anti-intellectualisme allemand ? Christophe Charle, suivi par Gartska, compte néanmoins au nombre de manifestations intellectuelles de la même veine que l’affaire Dreyfus en France des débats qui ont marqué l’opinion publique de l’Allemagne impériale, à savoir le débat sur l’antisémitisme déclenchée à Berlin par l’historien conservateur Treitschke en 1879-1880, les affaires Arons (1899-1900) et Spahn (1901) dans le milieu universitaire, ainsi que le large mouvement de protestation contre la « Lex Heinze ».

Le projet de loi de la « Lex Heinze », qui visait au durcissement du droit pénal allemand relatif aux délits sexuels, avait été provoqué par le meurtre d’un gardien de nuit par le proxénète berlinois Heinze. Ce fait divers avait initié, dans le camp du parti catholique (Zentrum) et des milieux antisémites regroupés autour d’Adolf Stöcker, une campagne contre les entorses à la morale et l’obscénité, campagne qui déboucha sur un projet de loi visant à renforcer la censure dans la littérature, sur les scènes de théâtre et dans les arts en général. D’aucuns s’accordent à considérer le soulèvement en Allemagne contre la « Lex Heinze » comme un « J’accuse » allemand, comme un acte d’accusation collectif relevant de l’initiative d’intellectuels – écrivains, juristes, artistes et universitaires – allemands et étrangers.

Les féministes « radicales » ne se firent pas prier pour participer au vaste mouvement de protestation de l’élite intellectuelle allemande contre l’ignominieux projet de loi. Cependant, si elles souscrivaient sans réserve à la lutte fondamentale pour la liberté artistique et la liberté d’expression en général, l’enjeu majeur de la lutte ne résidait, pour elles, non pas là, mais dans le § 361,6 du code pénal impérial (Reichsstrafgesetzbuch, RStGB), qui fut discuté au Reichstag à l’occasion du remaniement du code pénal. Ce paragraphe prévoyait que les femmes qui se trouvaient non accompagnées dans les lieux publics, pouvaient être arrêtées à tout moment par la police des mœurs et soumises à un examen gynécologique obligatoire, si leur comportement dans ces lieux était jugé suspect. Ces dispositions « livr[aien]t les femmes à l’arbitraire d’un agent de police » et constituaient une entorse au droit de tout individu à l’intégrité physique, argumentaient les « radicales » ; autrement dit, il signifiait leur exclusion de l’État de droit.

Les textes de lois de l’Empire allemand ne punissaient pas la prostitution en elle-même, ni les relations sexuelles extra-conjugales : au regard de la loi, constituaient un délit le proxénétisme (§ 180 du code pénal d’Empire de 1871, RStGB) et le non-respect, par les prostituées, des mesures de réglementation prescrites par l’État et la police des mœurs (§ 361,6 RStGB). Les maisons closes étaient certes interdites par le § 180 ; mais de fait, elles étaient généralement tolérées. Tandis que les proxénètes et les clients étaient à peine inquiétés par les autorités, les prostituées étaient soumises à des contrôles réguliers et, selon les régions, au casernement. La lutte des féministes « radicales » contre la « Lex Heinze » et le § 361,6 du code pénal était donc, au fond, une lutte pour la même morale pour les deux sexes. Grâce au large mouvement de protestation des intellectuels, auquel les féministes « radicales » avaient contribué, le projet de loi fut finalement pratiquement vidé de son contenu.

Identification des « radicales » à la figure de l’intellectuel moderne

Avec une circonspection compréhensible étant donnée l’hostilité générale en Allemagne à son égard, les chefs de file des féministes « radicales » célébraient le figure de l’intellectuel instaurée par l’affaire Dreyfus. C’est dans le contexte de la lutte pour l’abolition de la réglementation de la prostitution par l’État, appelée lutte « abolitionniste », qu’Anna Pappritz, une féministe « radicale » très engagée dans cette cause, osa la première l’identification à la figure moderne de l’intellectuel. Auteur du compte rendu d’un congrès de la Fédération abolitionniste internationale tenu à Genève en septembre 1899, elle choisit le titre : « La vérité est en marche ! », célèbre expression attribuée à Zola. Allant plus loin dans le rapprochement avec la figure de l’intellectuel moderne, elle rapporte que cette expression a été prononcée à l’issue du congrès par Yves Guyot, ancien ministre français, éditeur de la revue Siècle, et dreyfusard. Anna Pappritz décrit le personnage dans une note de bas de page en rappelant qu’Yves Guyot « s’est engagé si courageusement pour le droit et la vérité dans le procès de Dreyfus ». Comme Zola, Yves Guyot – un des abolitionnistes de la première heure aux côtés de Joséphine Butler – avait déjà payé son engagement public par une peine de prison pour avoir critiqué le système de la police des mœurs.

À la veille de la Première Guerre mondiale, en juillet 1912, Minna Cauer osa finalement le « J’accuse », mais, sentant peut-être la fragilité de sa position dans l’espace public, elle employa l’expression au pluriel : « Wir klagen an ! » Dans cet article, la figure tutélaire du mouvement féministe « radical » accusait l’État, qui venait d’appeler les Allemandes à lui offrir des enfants, de ne pas satisfaire à ses obligations morales envers les individus, feignant d’ignorer les conséquences désastreuses d’une natalité incontrôlée dans les familles les plus pauvres. « Wir klagen an ! » : nous de majesté ou désignant le collectif des féministes, voire la gent féminine toute entière ? Minna Cauer joue sur les différents niveaux et se pose en défenseur de la « culture, du droit et de la justice », elle s’érige en juge moral et en force critique du pouvoir – le portrait de l’intellectuel moderne est complet.

Revenons, pour un bilan d’étape, au portrait-type de l’intellectuel moderne né de l’affaire Dreyfus : l’intellectuel de gauche, indépendant, critique envers l’État et la religion, et s’exprimant en défenseur de la liberté, de valeurs universelles, de la démocratie et des droits humains. Les chefs de file des « radicales » se situaient elles-même dans la gauche politique et tenaient par-dessus tout à leur indépendance (envers le pouvoir politique, économique et ecclésial). Elles étaient par principe critiques envers l’État et la religion et se percevaient comme les championnes de valeurs universelles et des droits fondamentaux. En un mot, les chefs de file des féministes « radicales » s’identifiaient à la figure sociale de l’intellectuel née outre-Rhin de l’affaire Dreyfus.

Des professionnelles de l’intervention publique

Cette définition de l’intellectuel a toutefois fait son temps. L’historiographie allemande a mis en évidence l’existence de figures d’intellectuels de droite qui, si, par anti-intellectualisme, ils ne se qualifiaient eux-mêmes pas d’intellectuels, n’en étaient pas moins des intellectuels. Le phénomène est particulièrement tangible sous la République de Weimar, avec son milieu intellectuel dit « conservateur révolutionnaire », qui a montré que tous les intellectuels ne voyaient pas leur rôle dans l’engagement public pour des causes supérieures et des valeurs universelles. L’épisode national-socialiste a prouvé quant à lui l’existence d’intellectuels affirmant le pouvoir en place. Ainsi, tous les intellectuels ne satisfont pas au critère d’autonomie, tous ne sont pas indépendants du pouvoir ni critiques envers lui. Ces constats ont appelé une nouvelle définition de l’intellectuel, dénuée de tout contenu idéel et de représentations normatives.

Définition

Dans une étude sur les intellectuels en Grande-Bretagne, Stefan Collini, professeur de littérature anglaise et historien des intellectuels, propose une définition des intellectuels comme des acteurs dotés d’un certain rôle dans la société ; ce rôle est caractérisé par quatre éléments :

Les intellectuels seraient, selon lui, généralement :

  1. des représentants de professions intellectuelles et artistiques,
  2. se prononçant en public dans des débats et sur des sujets qui dépassent leur domaine de compétence initial (dans lequel il se sont qualifiés),
  3. disposant de moyens d’expression et de media leur permettant d’atteindre un public plus large que leur public d’origine,
  4. et qui ont acquis une notoriété faisant d’eux des personnalités susceptibles d’avoir des opinions à exprimer qui soient d’intérêt public général.

Cette définition présente le mérite de ne déterminer à l’avance ni le contenu, ni la fonction des interventions publiques de l’intellectuel. Elle en rejoint une autre, elle aussi non-normative, proposée par Hans Manfred Bock : « Les intellectuels sont une figure sociale centrale des temps modernes. On peut donc les définir comme des personnes qui, en vertu de leur compétence scientifique ou artistique, interviennent publiquement dans le débat politique et y sont entendus. On peut retenir comme noyau dur d’une notion aux connotations vagues : la compétence culturelle, l’intervention politique et la résonance publique. » Cette définition peut-elle s’appliquer aux chefs de file des féministes « radicales » ?

Des professionnelles de l’intervention publique

Pour ce qui est du premier critère de Stefan Collini, nous avons vu que les chefs de file des féministes « radicales » avaient déployé une énergie considérable pour rejoindre l’élite intellectuelle du pays, notamment par le biais d’une qualification universitaire surreprésentative par rapport à l’ensemble des femmes allemandes. Cette qualification attestée par des diplômes universitaires venait ou non compléter une expertise acquise par le biais de la pratique par les femmes engagées dans les associations féministes – une stratégie de professionnalisation active visant à ériger les femmes en expertes de questions spécialisées (p. ex. les questions de droit familial, la législation du travail, la lutte contre la prostitution et les maladies vénériennes, la législation en matière de protection maternelle, etc.).

Le deuxième critère est celui des sujets sur lesquels interviennent les intellectuels, sujets qui doivent dépasser les limites du domaine de leurs compétences d’origine. Les plus grandes représentantes du mouvement féministes « radical » satisfont aussi à ce critère car, s’il est vrai que chacune d’elles avait un ou deux domaines d’expertise, toutes restèrent des « spécialistes du général ». Anita Augspurg était experte en questions juridiques et dans la lutte pour le suffrage des femmes, mais elle s’exprimait en public sur une très large palette de thèmes, allant des pratiques de la police des mœurs aux dangers de la Flottenpolitik. Lida Gustava Heymann était une experte – tout comme Anna Pappritz – de la lutte abolitionniste et de la syndicalisation des ouvrières, mais elle s’exprimait aisément sur les élections parlementaires et la politique coloniale allemande. Minna Cauer était la plus généraliste de toutes, compétente dans tous les champs d’action du mouvement féministe « radical ». En témoignent ses très nombreux éditoriaux publiés dans la revue bimensuelle Die Frauenbewegung. Revue für die Interessen der Frauen (1895-1919), l’organe de presse des « radicales ». Soucieuses de saisir les questions d’actualité dans leur ensemble, les chefs de file des féministes « radicales » ont inventé pour elles la veille politique – et démocratique – avant la lettre.

Pour ce qui est du troisième critère, celui des media et des moyens d’expression, les « radicales » ont élaboré un ensemble d’outils d’intervention publique et d’agitation, tels que la technique de la « scandalisation »  (ou l’art de provoquer un débat public à partir d’un scandale) et la « propagande par le fait », approche inspirée du mouvement anarchiste de la fin du XIXe siècle. Pour cela, leur maîtrise de l’outil de la presse, alors en plein essor, leur fut d’une grande utilité. Campagnes d’information, tournées de conférences, presse, scandales, procès, et agitation-propagande – les nouvelles techniques d’intervention publique n’avaient guère de secret pour les féministes « radicales », qui, au début des années 1900, étaient devenues des professionnelles de l’intervention publique.

Une notoriété suffisante ?

Le quatrième critère de Stefan Collini est celui de la notoriété, qui fait qu’un intellectuel sera écouté et qu’on attendra de lui qu’il se prononce en public. Minna Cauer et Anita Augspurg alliaient agitation à la diffusion écrite de leurs idées. Toutes les deux eurent une activité de journaliste et d’éditrices de revues culturelles et politiques très importante : Minna Cauer, en qualité d’éditrice de la revue Die Frauenbewegung. Revue für die Interessen der Frauen, et Anita Augspurg, d’abord en charge de suppléments de Die Frauenbewegung, intitulés Parlamentarische Angelegenheiten und Gesetzgebung et Zeitschrift für Frauenstimmrecht, puis éditrice de plusieurs revues successives à caractère féministe et politique : Frauenstimmrecht ! et Die Frau im Staat, pour n’en citer que deux. Ces revues avaient une diffusion nationale et dépassaient largement le cadre du bulletin d’association.

Mais leur exclusion d’office du cercle intellectuel de la toute nouvelle Société pour une réforme sociale (Gesellschaft für soziale Reform), en janvier 1901, révéla aux « radicales » l’hostilité des intellectuels à l’idée d’accepter des femmes dans leurs rangs. Les statuts provisoires de cette société, qui avait pour objectif d’apporter des réponses à la question sociale, prévoyaient d’exclure la possibilité pour les femmes d’en être membres. Les « radicales », qui partageaient les préoccupations sociales de ces réformateurs, n’admirent pas de se voir exclues de cette société et demandèrent des explications à son président, le professeur Werner Sombart, économiste et sociologue de renom. Celui-ci justifia l’exclusion des femmes par la loi prussienne sur le droit des associations de 1851, alors toujours en vigueur en Prusse, dont le § 8a interdisait aux femmes, aux mineurs et aux apprentis d’être membre d’associations à caractère politique et d’assister à leurs réunions. La déception des féministes fut d’autant plus grande qu’à strictement parler, cette société ne tombait pas sous le coup des lois prussiennes. De nombreuses autres situations révélèrent aux féministes « radicales » les mécanismes d’exclusion de la sphère intellectuelle destinés à contenir, voire à refouler ces femmes qui aspiraient à endosser le rôle d’intellectuelles.

Si le critère établi par Stefan Collini, celui de la notoriété, tend à exclure d’emblée les femmes des milieux intellectuels de l’Allemagne wilhelmienne, celui proposé par Hans Manfred Bock, le critère de la « résonance publique », autrement dit le fait d’être entendu, permet davantage aux féministes de l’époque de rester en lice. Car, contrairement au terme de notoriété, qui peut avoir une connotation positive lorsqu’il désigne le fait d’être connu avantageusement, celui d’être « entendu » par le public est dénué de tout a priori sur la réception. Si l’on retient le critère de la résonance publique, les études féministes allemandes les plus récentes ont suffisamment montré que les principales actrices du mouvement féministe « radical » et « modéré » étaient parvenues sinon à la notoriété, du moins à se faire entendre et à susciter des réactions, dont la création, en 1912, du Deutscher Bund zur Bekämpfung der Frauenemanzipation était sans doute l’expression la plus spectaculaire.

Les développements précédents ont fait apparaître l’existence d’un lien intrinsèque entre les sociabilités féministes et l’émergence d’un nouveau type féminin : l’intellectuelle. Ceci vaut d’autant plus au sujet des féministes « radicales », qui, loin de se soucier prioritairement de gagner la bienveillance de la sphère politique, obéissaient avant toute chose à un devoir d’engagement et firent de la critique leur métier. Ainsi, les lieux de sociabilités féministes tels que leurs associations, mais aussi les colonnes de leurs revues et leurs nombreuses conférences organisées à l’échelle régionale, nationale ou supra-nationale, peuvent être considérés comme autant d’étapes de ce qui serait une fabrique d’intellectuelles – du moins telle était la vision ambitieuse partagée par des Minna Cauer et Anita Augspurg, mais à laquelle la réalité ne correspondait que dans de rares cas. Idéalistes, Minna Cauer et Anita Augspurg voyaient dans l’aboutissement du mouvement féministe l’avènement d’une nouvelle génération de femmes, des femmes émancipées, autonomes, libres de corps et d’esprit, dotées d’une conscience politique et morale aiguë et répondant à l’impératif catégorique de la participation politique.

Peuvent finalement être comptés comme des figures d’intellectuelles de l’Allemagne wilhelmienne des personnalités qui furent actives au sein du mouvement féministe « radical » à l’échelle supra-régionale, voire internationale, telles que Minna Cauer, Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann, ainsi que des femmes telles que Helene Stöcker, Lily von Gizycki (Lily Braun) et Käthe Schirmacher, qui firent leurs débuts dans les rangs des féministes « radicales » et poursuivirent leur chemin dans d’autres organisations.

On ne naît pas intellectuel(le), on le devient – pour reprendre, en l’adaptant, une formule célèbre de Simone de Beauvoir. Cette réflexion découle du constat fait du manque de notoriété des féministes « radicales » ; une fois de plus, il apparaît que celles-ci n’ont pas suffisamment reconnu la nécessité de construire leur image. Minna Cauer a reconnu cette erreur sur le tard. Absorbées par l’action, par le métier de critique qui requiert une attention de tous les instants, les féministes « radicales », à la différence de leurs homologues « modérées », ont négligé la fabrication de leur propre notoriété. Il est du reste possible que leur conviction selon laquelle on est reconnu pour ce que l’on réalise et pour le travail que l’on fournit (Leistungsethik) les ait rendues aveugles à la nécessité de construire leur propre notoriété.

La contribution des féministes allemandes à l’éducation des jeunes filles dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Texte de Sylvie Marchenoir, Université de Bourgogne

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Les femmes allemandes sont de plus en plus nombreuses à recevoir une éducation et à prendre la plume au début du XIXe siècle, dans le sillage des femmes célèbres ayant fréquenté les cénacles romantiques et de celles ayant fait leurs certains idéaux de la Révolution française, mais aussi dans le courant ascendant d’une classe sociale bourgeoise qui commence à réclamer sa part de pouvoir dans une société se décloisonnant très progressivement, soucieuse de donner une instruction à ses fils et, au-delà, une éducation à leurs mères. C’est toutefois dans la deuxième moitié du XIXe siècle que l’éducation des jeunes filles prend un tour nouveau sous l’influence de nombreux facteurs, religieux, sociaux, économiques et politiques, et surtout sous l’impulsion des femmes elles-mêmes, qui prennent peu à peu leur destin en main et n’hésitent pas à intervenir sur le devant de la scène publique, voire politique, pour réclamer des droits et en tout premier lieu le droit à l’éducation. Les femmes allemandes créent des associations qui luttent afin d’obtenir des chances égales pour le développement de l’individu, quel que soit son sexe. Le « mouvement des femmes », comme on l’appelle alors, constitue tout à la fois le premier féminisme allemand et le moteur d’une émancipation des femmes qui passe en priorité par l’éducation des jeunes filles. Pour en mesurer le côté émancipateur et sa spécificité allemande, il convient tout d’abord de brosser un rapide état des lieux en matière d’éducation dans l’Allemagne très conservatrice des années 1850. C’est dans un contexte socio-politique plus favorable que se dégagent ensuite dans les années 1860-80 les grands principes d’une éducation au féminin : la deuxième phase du mouvement des femmes favorise alors le passage de l’éducation à l’instruction et voit le début d’une institutionnalisation de l’éducation des jeunes filles. Enfin, c’est sous l’influence des socialistes allemandes que le mouvement en faveur de l’éducation se radicalise à partir de 1890 pour devenir une lutte de tous les instants en faveur de l’avenir professionnel des femmes et de leur droit au travail.

L’état des lieux à l’issue d’une première phase de féminisme en Allemagne : l’éducation des jeunes filles allemandes dans les années 1850

Le premier mouvement féministe allemand est l’héritier de la Révolution française de 1789 et des révolutions européennes de 1848. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, suivie de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne rédigée par Olympe de Gouges en 1791 et traduite en allemand dès la même année, a suscité chez certaines femmes allemandes l’envie d’être, elles aussi, considérées comme des êtres humains à part entière et notamment de jouir de la même reconnaissance juridique et sociale que les hommes, tout en gardant leur spécificité féminine. En 1792 paraît à Berlin l’essai de Theodor Gottlieb von Hippel Über die bürgerliche Verbesserung der Weiber, où l’auteur réclame l’émancipation des femmes, affirmant que l’égalité juridique et sociale entre les hommes et les femmes nécessite une harmonisation de leur éducation. Selon lui, les différences entre les sexes sont sociales plus que naturelles – d’où l’attention qu’il convient de porter à l’éducation. Il prône donc une éducation commune des garçons et des filles jusqu’à la puberté par des femmes, puis une éducation différenciée pour les préparer à des tâches différentes puisque la société le réclame. Mais il se montre radicalement opposé à la déduction d’une quelconque infériorité féminine au vu de la répartition des tâches : „So lange das andere Geschlecht in der Erziehung von dem unsrigen unterschieden wird, so lange als sie zu den Beschäftigungen nicht angewiesen werden, welche sich unser Geschlecht ausschließlich zutheilet, so lange können wir nicht behaupten, dass es uns nicht gewachsen sei.“ (Theodor Gottlieb von Hippel, Nachlass über weibliche Bildung, Berlin : Voß, 1801, p. 9). Parallèlement, les femmes ne sont pas passives. De 1813 à 1815 sont fondées au moins 700 associations patriotiques de femmes. Mais elles ont plus pour vocation de soutenir les troupes engagées dans le combat contre les armées napoléoniennes et d’apporter secours à la population éprouvée que de défendre la cause des femmes en matière d’éducation.

Les débuts d’un premier mouvement féministe organisé en Allemagne remontent en fait aux années 1840, à la période prérévolutionnaire du Vormärz. C’est à cette époque que se font entendre les premières voix féminines pour remédier à l’ignorance de la majorité des femmes. Des femmes prennent la plume pour thématiser la subordination de la femme dans la société : „Schickt die Mädchen auf die Universitäten und die Knaben in die Nähschule und Küche: nach drei Generationen werdet ihr wissen, was es heißt, die Unterdrückten zu sein“, avait écrit par provocation la Comtesse Ida Hahn-Hahn (1805-1880) dès 1839 dans son romanDer Rechte (Angelika Schaser, Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2006, p. 17). Une femme plus engagée encore comme Louise Otto-Peters (1819-1895) exige dès la période révolutionnaire dans une pétition adressée à la commission traitant à Leipzig des questions politiques et économiques l’organisation du travail des femmes pour leur permettre de subvenir à leurs besoins et donc d’être indépendantes et de ne pas sombrer dans la prostitution. Ces pionnières fondent les premières associations de femmes. Elles publient des journaux pour les femmes à visée émancipatrice, et non plus, comme leurs consœurs de la fin du XVIIIe siècle, dans le but de formater des maîtresses de maison, des épouses et des mères conformes au modèle patriarcal et de ce fait bien intégrées dans la société de leur temps. Le journal que publie Louise Otto-Peters en 1849, Die Frauen-Zeitung, porte en exergue : „Dem Reich der Freiheit werb’ ich Bürgerinnen!“ L’éditrice, fille d’un juriste et représentante de la moyenne bourgeoisie cultivée, fait partie des pionnières du mouvement féministe. Ecrivaine engagée dès la période du Vormärz, elle a publié des romans sociaux comme Schloss und Fabrik en 1846, puis s’est consacrée à la cause féminine, luttant principalement pour le droit des femmes à l’éducation et à une activité professionnelle. „Wie ich schon erwähnte, war ich in dem letzten Schuljahr darüber empört, dass ein Mädchen nicht länger als bis zum 14. Jahr in die Schule gehen dürfe […]“, écrit-elle un peu plus tard dans un article où elle évoque sa propre éducation (Louise Otto, „Mädchenunterricht in früherer Zeit (Selbsterlebtes)“, in : Ruth-Ellen Boetcher Joeres, Die Anfänge der deutschen Frauenbewegung. Louise Otto-Peters, Frankfurt am Main : Fischer, 1990, p. 47). Il ne s’agit pas seulement d’une opposition de principe au maintien des femmes dans l’ignorance. La crise économique qui sévit au milieu du siècle ne touche pas que les couches inférieures de la société, mais aussi la bourgeoisie, et en particulier les femmes célibataires qui en sont réduites à gagner leur vie – véritable gageure quand on n’a pas bénéficié d’une formation professionnelle adaptée.

Car, jusqu’au milieu du XIXe siècle, les jeunes filles de la petite bourgeoisie ne peuvent fréquenter que l’école élémentaire (Volksschule), à partir de six ans jusque vers quatorze ans (cf. Fanny Lewald, Meine Lebensgeschichte, Berlin : Janke, 1861). Seuls les garçons vont au lycée. C’est seulement sous l’impulsion des grands pédagogues du début du siècle, Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) et Friedrich Fröbel (1782-1852), qu’apparaissent progressivement les premiers « jardins d’enfants » et les premières « Ecoles supérieures de jeunes filles » (Höhere Mädchenschulen), des établissements financés par des fonds privés et donc réservés aux jeunes filles de bonne famille. En effet, un pédagogue et directeur d’école comme Fröbel était persuadé que la mère demeurait la première et la meilleure éducatrice pour les jeunes enfants. Il s’agissait de donc de former des éducatrices dont la douceur alliée à des activités ludiques allait permettre de materner des générations d’enfants et d’éveiller progressivement leurs capacités intellectuelles. Toutefois, l’enseignement des « Ecoles supérieures de jeunes filles » reste axé sur la sociabilité, une éducation visant à faire de la femme une compagne utile et agréable pour l’homme. Il n’y a ni programme pédagogique obligatoire, ni examen terminal. Une autre initiative de plus grande envergure est l’ouverture de l’« Université de Hambourg pour le sexe féminin » (Hamburger Hochschule für das weibliche Geschlecht) en 1850, destinée à former des éducatrices pour les jardins d’enfants et des professeures pour les écoles supérieures de jeunes filles. Même si l’expérience échoue au bout de deux ans, freinée par la trop faible qualification antérieure des étudiantes et surtout grevée par des difficultés financières, elle n’en demeure pas moins extrêmement novatrice pour l’époque. Mais après l’échec de la Révolution de 1848 et la restauration d’un conservatisme politique dans tous les Etats allemands, qui limite fortement le droit d’association, s’ensuit une période de régression. En Prusse par exemple, la loi sur les associations de mars 1850 interdit « aux personnes de sexe féminin, aux écoliers et aux apprentis » de faire partie d’associations politiques et même de prendre part à des réunions politiques. Les femmes sont maintenues dans une minorité affligeante. Il devient à nouveau très difficile pour elles de faire entendre leur voix dans les lieux décisionnels et de continuer à faire progresser l’éducation des femmes. Même la presse leur ferme ses portes. Le journal de Louise Otto est interdit en Saxe dès 1850 suite à la publication d’une loi sur la presse particulièrement restrictive. Sa rédactrice en chef, qui a un temps trouvé refuge à Gera en Prusse, se voit à nouveau interdite de publication deux ans plus tard suite à la promulgation de la nouvelle loi prussienne sur la presse. D’autres journaux féminins comme Der Freischärler de Louise Aston à Berlin, Die soziale Reform de Louise Dittmar à Leipzig ou Die Frauenzeitung de Mathilde Franzisca à Cologne tombent sous le coup de la censure et connaissent des durées de vie tout aussi limitées.

Ainsi, au milieu du XIXe siècle dans les pays de langue allemande, la situation en matière d’éducation continue d’être très inégalitaire suivant le sexe et le milieu social. Les principes qui président à l’éducation des jeunes filles dans les classes supérieures, de la noblesse à la bourgeoisie, sont encore ancrés dans une vision de la société et des rapports entre hommes et femmes héritée tout à la fois des Lumières, de la Révolution française et de la Restauration de Metternich et liés notamment aux grandes théories littéraires et philosophiques sur les sexes du début du siècle qui ont présidé à la définition du « caractère féminin » opposé au « caractère masculin ». Les vertus féminines que constituent par exemple la moralité, la chasteté, la pudeur et la douceur cantonnent la femme dans la sphère domestique et privée. L’exemple type de cette femme fragile et docile, faite pour vivre dans l’ombre des hommes, demeure la Sophie du roman de Rousseau Emile, ou De l’éducation. Des Lumières, du siècle de la pédagogie, et de l’émancipation du citoyen initiée par la Révolution française, est demeurée l’idée d’une nécessaire éducation de l’individu. Mais, pour les femmes, la conception initiale du savoir encyclopédique émancipateur a été abandonnée au profit d’une instruction minimale, suffisante pour accomplir les tâches ménagères, mais pas pour assister l’homme moderne. Pour la stabilité et l’harmonie du foyer, on ne souhaite pas d’éducation à l’extérieur susceptible d’apporter de néfastes influences étrangères. Il n’y a pas d’éducation commune pour les filles et les garçons : les matières enseignées ne sont pas les mêmes, les cours se déroulent dans une tout autre atmosphère, à la fois plus prosaïque et plus dilettante suivant l’enseignement dispensé. Il s’agit d’une éducation fonctionnelle, utile pour les rôles que la femme doit jouer, à savoir ceux de maîtresse de maison, d’épouse et de mère. Suivant le milieu social, les connaissances qui lui sont inculquées sont plus ou moins rudimentaires, mais la femme doit dans l’idéal savoir coudre, repriser et broder, connaître les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul et, s’il lui en reste le loisir, être initiée aux beaux-arts, musique, chant, dessin et peinture en priorité, de façon à pouvoir charmer un auditoire ou un public masculin dans le cadre domestique. Cette vision de l’éducation féminine est commune tout à la fois aux pédagogues et philanthropes à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle tels que Campe (Vätherlicher Rat an meine Tochter, 1790) et aux idéalistes comme Kant, Humbold et Fichte. Chez les écrivains classiques et romantiques du début du XIXe siècle, notamment dans le roman de Friedrich Schlegel Lucinde, la polarité entre les sexes se trouve exacerbée, mais il se dessine toutefois une complémentarité de nature à valoriser la femme. Jusqu’au milieu du siècle, il est indéniable aux yeux de cette idéologie que la femme bourgeoise transmet des valeurs, qu’elle symbolise l’humanité du foyer au regard d’un monde extérieur, économique et politique, peu favorable à l’être humain. Il existe ainsi une véritable contradiction entre des théories qui valorisent la femme, prônant parfois l’égalité entre les sexes et un épanouissement au féminin, et une réalité sociale qui accorde encore si peu de poids au « beau sexe ». Toutefois, à la faveur de l’émergence d’un nationalisme plus libéral dès les années 1860, notamment en Prusse, le mouvement des femmes gagne peu à peu en influence et en considération, jouant un rôle de plus en plus important sur la scène publique et favorisant l’émancipation des femmes par une instruction plus poussée.

La deuxième phase du mouvement des femmes dans les années 1860-1880 : de l’éducation à l’instruction, vers l’institutionnalisation de l’éducation des jeunes filles

La seconde phase du mouvement féministe allemand s’étend du début des années 1860 à la fin des années 1880. De nouvelles associations sont créées, accompagnées de leurs propres organes de publication et dépassant souvent une audience locale, des centres d’information et de conseils apparaissent, des rencontres ont lieu régulièrement tant au plan régional qu’au plan national, débouchant bientôt sur des congrès internationaux.

Comme aux USA et dans les autres pays d’Europe occidentale, les organisations féministes allemandes ont été créées et sont dirigées par des femmes issues de la bourgeoisie, parfois aussi de la noblesse. Les historiens évoquent un « mouvement bourgeois des femmes » (Florence Hervé, „Dem Reich der Freiheit werb’ ich Bürgerinnen: von den Anfängen bis 1889“, Geschichte der deutschen Frauenbewegung, éd. Florence Hervé, Köln : PapyRossa, 2001, p. 11-35). Cette appellation est justifiée aussi si l’on considère l’origine sociale des membres des associations en question. La sociologue Ute Gerhard estime que 85 % de ces femmes sont issues de familles bourgeoises, 5% de la noblesse et 10 % du milieu ouvrier (Ute Gerhard, « The Women’s Movement in Germany in an International Context », in : Sylvia Paletschek, Bianka Pietrow-Ennker éd., Women’s Emancipation Movements in the 19th Century. A European Perspective, Stanford : University Press, 2004, p. 102-122). Ce sont essentiellement des associations visant à l’amélioration de la condition sociale des classes inférieures de la société et à l’éducation et à la formation professionnelle des femmes (donc essentiellement des femmes de la bourgeoisie). Les visées religieuses, caritatives et éducatives se confondent très souvent ; ce sont autant de justifications sociales pour expliquer que les femmes osent maintenant sortir de leur foyer. De la société de bienfaisance aux regroupements professionnels, il existe tout un éventail d’associations. La structure éclatée du paysage étatique allemand fait que le nombre de grandes villes ou de villes moyennes où de telles associations peuvent se développer est assez nombreux. Les plus connues sont celles fondées à Leipzig par Louise Otto-Peters, la pionnière du Vormärz, devenue entre-temps une autorité reconnue dans le monde féministe : l’« Association pour l’éducation des femmes de Leipzig » (Leipziger Frauenbildungsverein) début 1865, puis l’« Association générale des femmes allemandes » (Allgemeiner deutscher Frauenverein – ADF) en octobre de la même année.

L’« Association pour l’éducation des femmes de Leipzig », fondée le 24 février 1865 par un groupe de femmes entourant Louise Otto-Peters comme Auguste Schmidt et Henriette Goldschmidt, a pour objectif déclaré de promouvoir la cause des femmes :  „die Frauensache, d. h. die Anerkennung der Frauenrechte, die gehörige Würdigung der Fraueninteressen und vor allem: die Hebung der weiblichen Arbeitskraft…“ D’après les statuts, un « comité éducatif » est chargé d’organiser toutes sortes de manifestations culturelles, et notamment des conférences, dans cette intention : „ein Bildungskomitee, das Vorträge, Vorlesungen, musikalisch-declamatorische Unterhaltungenzu arrangieren hat, die zur Fortbildung des weiblichenGeschlechts dienen können“ (Programme du Leipziger Frauenbildungsverein, in : „Vom Protest der Dienstmädchen zum Frauenwahlrecht: Zur Geschichte Leipziger Frauenvereine 1848-1918“, p. 5, http://www.leipzig.de/de/buerger/service/angebote/frauen/wegweiser/geschichte/).

Le 7 mars 1865, Auguste Schmidt fait une conférence sur le thème „Leben ist Streben“ à la bourse des libraires, pleine à craquer. Le lendemain, 35 femmes adhèrent à l’association. Pour une contribution mensuelle tout à fait modique, les habitantes de Leipzig peuvent désormais se cultiver sans prêter attention aux barrières sociales. Le vœu des fondatrices est d’abolir les privilèges et les classes au sein de l’association. Et, de fait, leurs « soirées » remportent un franc succès, réunissant souvent plus de 300 participantes. Pour les jeunes femmes ayant quitté la Volksschule bien trop tôt et n’ayant pas les moyens de poursuivre des études, l’association organise aussi une « école du dimanche » : on y enseigne l’allemand, le français, le calcul, la comptabilité et les travaux manuels. Enfin, l’association s’efforce progressivement de proposer une activité et une formation professionnelle aux jeunes filles des milieux ouvriers, organisant à partir de 1876 des cours de cuisine puis des « cours ménagers » au tournant du siècle. Cette initiative locale est ainsi couronnée de succès et emblématique du travail de fourmi que les féministes allemandes accomplissent à la base.

Mais les théoriciennes de l’émancipation féminine telles que Louise Otto-Peters comprennent aussi très vite qu’il convient de rassembler les forces et de regrouper dans une même association les différentes initiatives locales. C’est pourquoi elles invitent les femmes allemandes engagées dans des actions similaires à les rejoindre à Leipzig du 15 au 18 octobre 1865, où a lieu la première « conférence des femmes allemandes ». C’est l’occasion de fonder une nouvelle association de portée nationale, l’« Association générale des femmes allemandes » (Allgemeiner deutscher Frauenverein – ADF), dont Louise Otto-Peters prend la présidence et Auguste Schmidt la vice-présidence. Les buts principaux sont d’améliorer les chances d’éducation des femmes des classes bourgeoises et de favoriser leur activité professionnelle, les femmes de la très haute société, noblesse et grande bourgeoisie, continuant, elles, de ne pas travailler. A cette époque-là, les métiers ouverts aux femmes de la petite bourgeoisie se réduisent en effet à ceux d’éducatrice, d’institutrice, de gouvernante ou d’exécutrice de travaux à domicile. Elles ne sont pas autorisées à entrer dans les établissements d’enseignement secondaire, l’accès au baccalauréat et aux universités leur est interdit. L’ADF inscrit d’emblée au nombre de ses revendications le droit au travail et la création d’écoles commerciales et artisanales pour les jeunes filles. Les femmes majeures sont membres de plein droit de l’association ; les jeunes filles mineures peuvent assister aux assemblées, mais n’ont pas le droit de voter ; les hommes n’y ont qu’une voie consultative, ce qui vaut à l’association quelques inimitiés. Mais l’ADF se positionne ainsi nettement comme une association féministe, gérée par des femmes et consacrée aux femmes. Grâce à la création immédiate d’un organe de diffusion, le journal Neue Bahnen, elle se donne les moyens de diffuser largement ses idées et toutes informations utiles à la vie associative locale et d’avoir ainsi une audience régionale et même nationale.

Les vingt années suivantes vont apporter une amplification de la lutte, tout à la fois son extension et son approfondissement. Parmi toutes les manifestations de ce phénomène, il convient de citer deux exemples probants : d’une part l’organisation de manifestations nationales et internationales de plus en plus nombreuses, propices à des échanges fructueux, à la confrontation des points de vue et à l’adhésion du plus grand nombre à la cause des femmes et d’autre part la fondation d’associations professionnelles qui défendent des intérêts particuliers avec toute la force et l’expertise nécessaires. Les fondatrices de l’ADF avaient déjà prévu un congrès annuel des femmes dans des villes différentes pour faire connaître leur mouvement et essaimer dans tout le pays. L’association est ainsi passée de 34 membres à sa fondation en 1865 à 10 000 adhérentes cinq ans plus tard. De nombreuses femmes issues de la bourgeoisie ont appris des langues étrangères et eu l’occasion de voyager à l’étranger, voire d’y séjourner pour y étudier ou y travailler comme Minna Cauer, militante pour le droit de vote des femmes et préceptrice à Paris dès 1868. Elles ont noué des contacts avec des consœurs étrangères, engagées comme elles dans la lutte pour le droit des femmes. Le désir d’échanger leurs expériences, de discuter de la question des femmes hors des contingences politiques et économiques nationales, pour ainsi dire « en terrain neutre », les anime. Elles commencent à voyager, assistent à des congrès nationaux ou internationaux et s’engagent dans les premières fédérations internationales de femmes comme The International Council of Women (ICW), fondée en 1888 à Washington D.C. par des Américaines revendiquant le suffrage des femmes. La thématique générale de l’éducation est toujours présente, demeurant au centre des actions de l’aile modérée du mouvement féministe bourgeois, mais un élargissement à d’autres problématiques se profile : le droit au travail est désormais aussi au cœur des débats, et le droit de vote sera bientôt l’une des principales revendications des féministes radicales.

Parallèlement à cette extension nationale et internationale du mouvement a lieu une concentration sur des objectifs particuliers, notamment professionnels. La fondation en 1888 de l’« Association des institutrices de Leipzig » (Leipziger Lehrerinnenverein) en témoigne. Les objectifs sont de renforcer la formation scientifique et pédagogique de ses membres et de promouvoir la situation matérielle des institutrices. Il s’agit bien là d’une véritable association professionnelle au sens moderne du terme, visant à préparer en amont l’accès au métier et à en assurer ensuite l’exercice dans de bonnes conditions. Le métier d’institutrice était l’un des tout premiers ouverts aux femmes, mais il ne leur offrait pas des conditions de travail satisfaisantes, les plaçant dans une situation d’inégalité manifeste vis-à-vis de leurs collègues masculins, à la fois sur le plan de la formation, des débouchés, des disciplines enseignées et du salaire perçu. Cinq institutrices de Leipzig, dont Rosalie Büttner et Käthe Winscheid, s’étaient résolues à lancer un appel à une union de défense dans la presse, qui devait conduire à la création de l’association. Dans les années qui suivirent, les résultats de leurs efforts devaient se révéler fructueux. Si le salaire des institutrices demeure inférieur à celui de leurs homologues masculins, les conditions d’embauche s’améliorent grâce à la mise en place de bureaux de placement un peu partout dans le pays. Lors de nombreuses conférences, les membres du Leipziger Lehrerinnenverein s’associent aux autres associations féminines et aux partis politiques progressistes pour réclamer une réforme du système éducatif et notamment de l’enseignement dispensé aux jeunes filles. Elles militent pour la professionnalisation de cet enseignement et le droit des femmes à exercer une activité professionnelle. C’est ainsi que l’association éditera en 1904 un « Guide pour le choix du métier des jeunes filles » (Ratgeber für die Berufswahl von Mädchen) dont l’introduction conseille aux parents d’aborder ce choix avec le plus grand sérieux : „Bitte nehmen Sie die Berufswahl der Tochter so ernst wie diedes Sohnes“ car exercer un métier est une chance qui doit être offerte à tout individu : „Freude an der Berufsarbeit ist ein Glück, das jedem Menschen zu gönnen ist.“(Vom Protest der Dienstmädchen zum Frauenwahlrecht: Zur Geschichte Leipziger Frauenvereine1848-1918“, p. 8, http://www.leipzig.de/de/buerger/service/angebote/frauen/wegweiser/geschichte/). Certains membres de l’association sont d’ailleurs à l’origine de la création en 1892 d’une première association professionnelle artisanale, le Frauengewerbeverein zu Leipzig, destinée à lutter contre les entraves à l’activité professionnelle des femmes et à défendre leurs intérêts communs dans le cadre du travail.

Les débuts de la formation professionnelle et la lutte pour le droit au travailà partir de 1890

Les féministes des années 1890 parachèvent l’œuvre entreprise par celles des années antérieures. Sur le plan éducatif, les progrès sont particulièrement remarquables. Helene Lange (1848-1930), représentante du mouvement féministe modéré, qui a elle-même fréquenté une « Ecole supérieure de jeunes filles » et est devenue institutrice en 1871, publie en 1888 un texte intitulé « L’Ecole supérieure de jeunes filles et sa vocation » („Die höhere Mädchenschule und ihre Bestimmung“) pour accompagner une pétition, Die Gelbe Broschüre, dans laquelle elle réclame ouvertement au ministre prussien de l’éducation à Berlin de véritables cours de niveau lycée, au contenu scientifique équivalent à ceux que suivent les garçons, et non plus seulement un enseignement basique destiné à faire des jeunes filles de simples épouses, mères et maîtresses de maison : l’enseignement de la couture et du piano doit disparaître au profit de cours de grec ou de latin, les cours d’histoire et de géographie doivent être renforcés, on doit introduire des cours de mathématique, de physique et de sciences naturelles ! (Helene Lange, „Die höhere Mädchenschule und ihre Bestimmung“, in : Lange, Helene, Kampfzeiten. Aufsätze und Reden aus vier Jahrzehnten, tome 1, Berlin : Herbig, 1928). Helene Lange s’appuie alors sur le concept de « maternité spirituelle » (geistige Mütterlichkeit) opposé à celui de « maternité biologique » (biologische Mutterschaft) et développé par Henriette Goldschmidt qui, à la suite du pédagogue Fröbel, attribue aux femmes un don particulier pour l’éducation des enfants et souhaite faire d’elles des éducatrices pour la société tout entière et non pas seulement pour leurs propres enfants biologiques. Elle fonde à la suite en 1890 l’« Association générale des institutrices allemandes » (Allgemeiner Deutscher Lehrerinnenverein -ADLV) et instaure parallèlement les premiers cours privés de niveau lycée, dénommés officiellement « cours de lycée » (Gymnasialkurse) à partir de 1893. En 1896, les six premières élèves ayant suivi ces cours se présentent au baccalauréat allemand (Abitur) en candidates libres et obtiennent leur diplôme. Le gouvernement prussien, qui travaille de son côté depuis la publication de la Gelbe Broschüre à l’harmonisation de l’enseignement dispensé aux filles dans les différentes écoles privées, notamment sous l’influence du ministre de l’éducation Robert Bosse de 1892 à 1899, est le premier à associer des femmes comme Helene Lange à une réflexion sur le devenir de l’éducation des jeunes filles dans différentes commissions ministérielles. C’est ainsi que se réunit à Berlin en janvier 1906 une importante conférence sur l’éducation à laquelle participent pour moitié des hommes et des femmes, pour la plupart professeures, directrices d’école et représentantes d’associations, dont Helene Lange et sa disciple Gertrud Bäumer (1873-1954). Il en ressort les grands principes de la réforme que la Prusse applique en 1908 : des lycées pour filles (Lyzeen) sont créés, dont le programme d’études est approuvé par l’Etat, l’accès des femmes à l’université est autorisé. La Prusse sert également de modèle à d’autres Etats allemands ; la Saxe réforme son système éducatif en 1910, la Bavière et la Hesse en 1911. Les différentes universités allemandes autorisent peu à peu les femmes à s’inscrire comme étudiantes et non plus simplement à assister aux cours comme auditrices libres.

Sur le plan de la formation professionnelle, les avancées sont tout aussi remarquables. Si les femmes de la moyenne bourgeoisie peuvent de plus en plus accéder au métier d’enseignante en étant de mieux en mieux formées, elles peuvent désormais aussi s’orienter vers d’autres carrières : Minna Cauer (1841-1922), représentante de l’aile radicale du mouvement des femmes, réussit à obtenir d’un économiste député au Reichstag, Heinrich Rickert (1863-1936), la mise en place à partir de la fin 1889 de « cours pratiques » (Realkurse) destinés à former les femmes aux métiers de l’artisanat et de la vente. Elle co-organise en 1896 le « congrès international pour les œuvres et les initiatives des femmes » (Internationaler Kongress für Frauenwerke und Frauenbestrebungen).

C’est aussi lors de cette troisième phase du premier mouvement féministe que les ouvrières parviennent progressivement à s’émanciper de la tutelle bourgeoise et à faire entendre leur voix. Elles s’organisent dans des sections de femmes à l’intérieur du parti socialiste ou des associations ouvrières et souhaitent obtenir l’égalité en droit de la femme grâce à la transformation radicale de la société en société socialiste. L’appellation « mouvement bourgeois des femmes » prend d’ailleurs dans leur bouche une connotation péjorative, désignant des associations en dehors du mouvement socialiste. Pourtant, là encore, les femmes à la tête des revendications politiques, nécessairement cultivées, sont dans un premier temps des femmes issues de milieux aisés ou tout au moins des classes moyennes : Lily Braun (1865-1916) née von Kretschmann, éditrice du journal Die Frauenbewegung (1895-1919) et adhérente du parti socialiste à partir de 1895, est une aristocrate de naissance, Clara Zetkin (1857-1933) est la fille d’un instituteur et devient elle-même institutrice avant d’adhérer au parti socialiste et de collaborer à l’organe du parti Der Sozialdemokrat. Elle réclame dès 1904 l’uniformisation du système scolaire et sa gratuité pour tous, du jardin d’enfants à l’université, sans distinction de la classe sociale ou du sexe. Il faut casser le monopole de l’argent en matière d’éducation grâce à la mise en place d’une école élémentaire gratuite, ouverte à tous : „die obligatorische einheitliche Elementarschule, die alle Kinder ohne Unterschied der Klasse und des Geldbeutels der Eltern besuchen müssten“ (Clara Zetkin, discours prononcé à la troisième conférence des femmes social-démocrates à Brême en 1904, cité par Elke Kleinau, „Reformpädagogik und Frauenbewegung: Geschichte einer Ausgrenzung“, Gender-Geschichte/n,Köln/Weimar/Wien: Böhlau, 2008, p. 206). Les principes éducatifs du parti socialiste découlent de la volonté d’instaurer l’égalité des chances pour tous. Il n’est somme toute pas besoin d’une lutte spécifique des femmes, c’est en combattant ensemble avec les hommes contre le capitalisme que les femmes obtiendront l’égalité en droit, sociale et juridique, comme le prévoyait déjà l’œuvre du socialiste August Bebel Die Frau und der Sozialismus, publiée en 1879. Par opposition au précédent mouvement des femmes, ce dernier est appelé « mouvement socialiste des femmes » ou bien « mouvement prolétaire des femmes ». Clara Zetkin s’est par ailleurs toujours refusée à considérer les associations ouvrières comme partie prenante du mouvement féministe. Une théoricienne comme elle subordonne en effet les revendications féministes aux intérêts du parti socialiste – la lutte des classes demeure la priorité. Paradoxalement, Clara Zetkin fait ainsi preuve de moins d’autonomie que les représentantes du mouvement bourgeois des femmes qui s’étaient, elles, abstenues de faire acte d’obédience envers les partis libéraux, même si leurs idéaux les en rapprochaient bien évidemment. Enfin, ces diverses imbrications, tant au niveau de la base qu’au niveau des dirigeantes, font que les frontières entre les différents mouvements sont parfois assez floues. L’important, ce sont finalement moins les divergences que les revendications communes portées par les différentes associations (Florence Hervé, p. 34-35).

Le symbole de ce rassemblement majeur pour l’aile modérée du mouvement des femmes est la création en 1894 de l’« Union des associations allemandes de femmes » (Bund Deutscher Frauenvereine – BDF). La naissance de cette Union marque dans l’histoire des femmes allemandes le début de la troisième phase du mouvement féministe, caractérisée par un gain d’influence considérable et une audience internationale. Cette organisation féministe comprend en effet au fil du temps entre 500 000 et un million de membres. Même si la neutralité politique est proclamée de façon programmatique, elle exclut dès son congrès fondateur les femmes du mouvement ouvrier et condamne assez nettement les socialistes et les pacifistes. Clara Zetkin encourage d’ailleurs cette « scission stricte » entre mouvement féministe bourgeois et mouvement ouvrier (Clara Zetkin, „Reinliche Scheidung“, Die Gleichheit 4, 1894, p. 63). D’autre part, les associations féministes radicales quittent la BDF en 1899 pour fonder la « Fédération des associations féminines progressistes » (Verband fortschrittlicher Frauenvereine – VfFV). Toutefois, au-delà des clivages politiques, la BDF a le mérite de rassembler dès 1894 de multiples associations de féministes modérées dans de nombreux domaines : éducation des femmes et des jeunes filles, protection sociale, droit au travail, égalité politique. Et malgré les dissensions internes ou externes, il est évident pour tous les groupes et groupuscules que l’amélioration des conditions de vie des femmes passe nécessairement par l’union. Parmi les associations à caractère social ou politique, la BDF compte parmi les plus sensibles aux changements et aux exigences d’une société en pleine mutation. Sa naissance et son évolution sont d’ailleurs étroitement liées à l’histoire du nationalisme allemand et à la construction de l’Etat allemand. Ce n’est pas un hasard si elle apparaît dans le sillage de la fondation du second Reich, à une époque où l’Allemagne, toute-puissante et conquérante, ayant réussi son industrialisation, se tourne vers le monde, n’hésitant pas à se lancer dans une campagne de colonisation.

Alors que la seconde phase du mouvement féministe était marquée par son nationalisme et une très nette orientation caritative, voire religieuse, visant au bien-être des femmes dans la société allemande et à leur intégration dans une société patriarcale par le biais de l’éducation, l’internationalisation, la politisation et la radicalisation partielle du mouvement caractérisent maintenant cette troisième phase qui s’étend du début des années 1890 aux premières années du XXe siècle. Il s’agit désormais non plus seulement d’éducation et d’instruction, mais de formation professionnelle et de droit au travail. L’émancipation des femmes passe très clairement par leur indépendance économique.

Il est ainsi manifeste que les féministes allemandes sont particulièrement actives à la fin du XIXe siècle. Après le prélude constitué par le Vormärz puis l’émergence d’un féminisme plus organisé dans les années 1860-1880, elles poursuivent l′œuvre des pionnières au cours de la troisième phase de ce premier féminisme allemand, de 1890 à l’aube du XXe siècle, luttant pour les droits des femmes à l′éducation, au travail, à une vie sociale meilleure et plus juste. Elles politisent et radicalisent le mouvement. L’internationalisation s’amplifie.

Le féminisme allemand de cette seconde moitié du XIXe siècle est loin d′être homogène, son action n’est pas toujours très uniforme. Mais au-delà des clivages politiques entre libéralisme et socialisme et des tensions presque constantes entre nationalisme et internationalisme, l′idée que l′union fait la force reste très présente et sous-tend en permanence le mouvement, lui confère énergie et pouvoir de persuasion. Il s’agit de l’un des mouvements moteurs en Europe, les féministes allemandes sont toujours aux avant-postes des mouvements internationaux. Cela s’explique sans doute d’abord par le fait que les barrières linguistiques sont moindres, les femmes cultivées allemandes pratiquant souvent les langues étrangères et se sentant particulièrement à l′aise dans le monde anglo-saxon. Cela s′explique ensuite par une organisation hors pair, une structuration intéressante, liée sans doute à des raisons historiques et politiques : le morcellement de l’Allemagne pendant des siècles a donné de l’importance au régionalisme, à la base, au concret, à la participation des citoyens, en l’occurrence des citoyennes.

De ces caractéristiques résultent des acquis considérables en matière d’éducation, au fondement de nos sociétés occidentales aujourd’hui, que les féministes allemandes ont contribué à mettre en place : des lycées pour filles, une formation professionnelle autre que l’enseignement et des services d’information et de conseil à l’intention des femmes. Il est certain que l’éducation des jeunes filles a constitué un préalable nécessaire à l’émancipation des femmes. Elle a aussi représenté très longtemps le moteur du mouvement des femmes allemandes. Mais elle a connu à la fin du XIXe siècle un élargissement sans précédent, conduisant à la revendication non seulement du droit à l’instruction, mais aussi à la formation professionnelle pour toutes les femmes, quels que soient leur âge et leur milieu social, et donc à la conquête du droit au travail, véritable fondement de l’émancipation féminine et d’une participation active des femmes à la vie économique et politique de leur pays. Pour certaines de leurs actions, les féministes allemandes se sont révélées être des modèles à suivre. Les femmes allemandes comptent ainsi parmi les premières en Europe à avoir obtenu le droit de vote en 1919, les Françaises ont dû par exemple attendre jusqu′en 1944. De l’éducation à la politique, il n’y avait qu’un pas … de géant(es), que les premières féministes allemandes ont franchi avec audace et détermination !