«Parallelgesellschaften»

Conférence en Israël, mai 2018

Note rédigée par Hannes Käckmeister et Sophie Iffrig (Université de Strasbourg)

Le 8 et 9 mai 2018 a eu lieu à l’Université de Haïfa (Israël) une conférence sur la thématique suivante : « Living Together, Living Apart in Germany, Europe, and Israël : « parallel societies » in Multi-Ethnic and Multi-Identarian Societies ». Organisée par le HCGES (Haifa Center for German & European Studies) et le Duitsland Instituut (Amsterdam), cette conférence a notamment permis à une quinzaine de jeunes chercheurs du réseau des centres DAAD de présenter leurs travaux. Nous avons eu la chance de faire partie de ce groupe et de réfléchir à cette notion de « parallel societies » dans le cadre de ce colloque mais aussi plus généralement au regard du contexte israélien. Nous avions pour cela prolongé notre séjour afin de découvrir différentes facettes de ce pays complexe.

I/ Penser les « Parallelgesellschaften » en Israël

1/ Un concept lié au contexte allemand des années 1990

Le titre de la conférence était inspiré de la notion de « Parallelgesellschaften » (trad. « Sociétés parallèles »), développée par le sociologue Wilhelm Heitmeyer dans les années 1990. Invité à la conférence, le sociologue a pu revenir sur le contexte de l’émergence de cette notion dans les sciences, mais aussi dans le débat public en Allemagne et de sa contestation au sein du monde scientifique. Celle-ci décrivait la manière dont, dans certaines situations, l’échec de l’intégration turque en Allemagne positionnait cette population dans une situation parallèle qui constituerait un facteur d’attraction vers l’islam radical et, ainsi, un danger à la coexistence paisible entre différents groupes. La « Parallele Gesellschaft » désigne alors un groupe qui se séparerait « volontairement », socialement, culturellement et spatialement du groupe majoritaire.

Si Wilhelm Heitmeyer propose une analyse plutôt courante en sociologie, reposant sur l’intégration et la désintégration, la notion de « Parallelgesellschaft » a quant à elle été diffusée au-delà du champ scientifique, connaissant un certain succès dans le discours politiques, relayé par les médias. Les présentations lors de la conférence ont permis de revenir sur ce « débat allemand », au sein duquel la question des inégalités et des opportunités scolaires dans un contexte d’accueil des migrants est très prégnante.

Les discussions menées au cours de la conférence visaient ainsi d’une part à interroger la question de l’intégration des migrants et plus généralement des groupes minoritaires dans la société globale et d’autre part à proposer une analyse discursive et critique de la manière dont on parle de ces groupes minoritaires au sein de la société.

2/ Possibilités d’application à la situation des Juifs et d’Israël

Au cours de la conférence organisée à Haïfa, le questionnement proposé à partir de la notion de « sociétés parallèle » a servi à l’analyse de la composition multiethnique et pluri-identitaire de la société juive, ceci aussi au travers son histoire et construction de l’Etat d’Israël. Pour les historiens, elle constitue un outil permettant d’interroger les relations entre les multiples communautés religieuses et le groupe majoritaire. Micha Perry (University of Haïfa) a ainsi pu montrer la manière dont à la période médiévale, la communauté juive de la ville de Cologne disposait de son propre système bureaucratique et légal, tout en précisant que l’étude des archives municipales mettait en lumière les échanges entre les deux groupes notamment en termes de vocabulaire utilisé et de traduction des documents officiels. S’intéressant aux loisirs des juifs polonais dans les années 1920-1930, Ula Madej-Krupitski (Université de Berkeley) a quant à elle insisté sur le fait que les associations de tourisme juives se forment alors en réaction à leur exclusion des institutions nationales. La notion de « parallèle » englobe donc une grande diversité de cas et nécessite d’être accompagnée d’une analyse précise des relations entre les groupes. La limite entre le groupe majoritaire et minoritaire doit elle-même être questionnée : où se situe-t-elle ? qui la pose ?

Ces questions-là ont guidé également notre regard lorsque nous avons visité les villes de Haïfa, de Tel Aviv et de Jérusalem : comment les villes ont-elles été construites autour de lieux communs et comment ses habitants font-ils pour vivre ensemble ? La vieille ville de Jérusalem, par exemple, est constituée de quatre quartiers (juif, chrétien, arménien et musulman), abritant des lieux saints parfois divisés entre les différents courants d’un même monothéiste. Traverser cette ville, c’est se plonger dans un carrefour multiculturel, où habitants et touristes se croisent : en sentant les odeurs des restaurants arméniens, en observant des écoliers juifs qui jouent au foot sur une place devant la grande synagogue et en entendant les appels du Muezzin rythmant la journée dans le quartier musulman. Traverser cette ville c’est aussi traverser l’histoire, et notamment celle des trois religions monothéistes, de leurs liens et de leurs divisions : pourquoi y a-t-il un quartier « chrétien » et aussi un quartier « arménien », abritant pourtant des croyants adeptes de la religion chrétienne ? Et pourquoi deux familles musulmanes sont-elles en possession des clés de l’Église du Saint-Sépulcre, lieu de la crucifixion du Christ selon la tradition chrétienne ?

L’approche historique est primordiale pour comprendre la situation actuelle en Israël, ceci à un moment où les conflits au sein du pays faisaient la une en France et en Allemagne. La conférence a ainsi été ouverte par l’intervention de Moshe Zimmermann, historien israélien. Professeur invité dans plusieurs villes en Allemagne, il a publié une série d’articles sur l’histoire judéo-allemande et le travail de mémoire.

3/ La critique du concept par Mosche Zimmermann

Mosche Zimmermann (Université de Jérusalem) a éclairé la notion de « société parallèle » au regard des usages et mésusages de l’histoire judéo-allemande. Alors que la définition donnée par Wilhelm Heitmeyer de la « société parallèle » repose sur le volontarisme d’un groupe à se distancier du groupe majoritaire, Moshe Zimmermann souligne qu’à aucun moment de l’histoire un groupe minoritaire n’a souhaité évoluer de manière complètement parallèle. Il reste lié au groupe majoritaire, en partageant un cadre officiel ou des traditions communes.

Le point sur lequel Mosche Zimmermann a insisté est celui de l’usage – ou plutôt du mésusage – politique qui a pu être fait de la notion de « parallèle » au cours de l’histoire. Que ce soit dans le cadre d’une pensée antisémite, d’extrême-droite ou encore sioniste, certaines personnes ont pu construire une interprétation de l’histoire en termes de groupes parallèles afin justement d’exclure un groupe qui soi-disant ne pourrait pas s’intégrer. On peut notamment penser au débat qu’avait provoqué Thilo Sarazin en Allemagne en 2011 (« Deutschland schafft sich ab »). A partir de cette analyse historique, Moshe Zimmermann conclut finalement que c’est toujours au groupe majoritaire (au sens de dominant) de trouver les ressources pour permettre l’intégration des groupes minoritaires.

Cette réflexion autour des « sociétés parallèles » qui nous a accompagnés tout au long de notre séjour s’est donc ouverte par ces remarques préliminaires. La surprise fut qu’elle s’est également finie sur une intervention de Mosche Zimmermann, dans les « Tagesthemen » que nous regardions pour nous informer des événements de la journée. En effet, le 14 mai, dernier jour de notre séjour, les 70 ans de la proclamation de l’Etat d’Israël ont donné lieu à des festivités et au déménagement de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, alors que les Palestiniens se souviennent de la Nakba – catastrophe – et que près d’une soixantaine de Gazaouis sont tués par l’armée israélienne le long de la clôture qui sépare Gaza d’Israël.

Lorsque la journaliste interroge l’historien sur la position difficile de l’Allemagne vis-à-vis d’une condamnation d’Israël suite aux violences perpétrées à Gaza, celui-ci renverse la perspective : l’Allemagne a, de par son histoire, non pas le devoir d’un soutien indiscutable à un groupe « juifs » réifié et par extension à l’Etat d’Israël, mais la responsabilité de soutenir les groupes minoritaires et opprimés par le groupe dominant. Dans cette dialectique, c’est ainsi selon Mosche Zimmermann la responsabilité d’Israël de cultiver un climat favorable à l’intégration des populations arabes dans la société.

II/ Présenter ses travaux dans une conférence internationale

Un proverbe israélien dit qu’ « à Jérusalem, on prie, à Tel-Aviv, on s’amuse et à Haïfa, on travaille ! ». Ainsi, notre séjour a commencé par du travail, à Haïfa ! Nous avons eu la chance de pouvoir présenter nos travaux lors de la conférence, sous deux formats différents. Hannes, dont le sujet de recherche permettait d’interroger la notion de « société parallèle », a fait une communication sur la construction du groupe des mineurs isolés en Allemagne comme un groupe « à part ». Pour un grand nombre de jeunes chercheurs issus du réseau des centres soutenus par le DAAD, le lien entre le sujet de recherche et le sujet de la conférence était moins pertinent et la possibilité leur a été donnée de présenter plutôt un poster scientifique. Sophie a ainsi proposé un poster sur la construction politique du marché du travail frontalier.

Les deux exercices de communication constituent des expériences très enrichissantes. Ils nous ont permis de confronter nos travaux à des personnes ayant d’autres traditions scientifiques, dues à un attachement disciplinaire ou national différent. Cela oblige le jeune chercheur à bien préparer sa communication en amont, en évitant notamment tout sous-entendu ou raccourci. Nous avons notamment pu être surpris des questions posées, très différentes de celles auxquelles nous pouvions être confrontés dans un contexte français, avec des collègues de la même discipline que nous. Hannes a par exemple été questionné sur l’espace Schengen et les compétences de l’Union Européenne, sur le vécu des enfants ou encore la place des ONG en Allemagne. Cela oblige le chercheur à prendre du recul par rapport à son microcosme de recherche et à expliquer clairement des éléments très souvent pris pour acquis. Nous avons également été systématiquement confrontés à des questions normatives : quel est le problème social que nous soulevons ? Que faire pour le régler ?  Cela a également constitué une belle opportunité de tester notre capacité à communiquer en anglais, dans un cadre bienveillant.

Au-delà des échanges formels dans la salle de conférence, le format de l’évènement a été propice à de nombreuses discussions avec les chercheurs et jeunes chercheurs présents. Nous avons ainsi passé près de deux jours et demi ensemble. Les pauses et les repas ont constitué un cadre idéal de rencontre avec les autres jeunes chercheurs des centres du DAAD, venant de pays aussi divers que le Canada, le Brésil, les Etats-Unis, la Chine, la Pologne, la Russie et Israël. Nous avons ainsi pu évoquer nos travaux respectifs, ainsi que partager nos expériences de jeunes chercheurs, à la fois proches dans leurs aspirations et éloignées dans leurs conditions de réalisation.

Ce séjour a donc été une expérience très enrichissante et très intense, tant par les rencontres que nous avons pu faire sur place que par le lieu particulier qu’a constitué Haïfa. Cela permet de se décentrer et de revenir en France plein de nouvelles informations, impressions et questionnements !

Note rédigée par Hannes Käckmeister et Sophie Iffrig (Université de Strasbourg)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.