Photographie et enquête sociale sur l’habitat : une affinité élective ?

Date : 07/03/2011

Lieu : Paris, ENSA Paris-Val-de-Seine

Organisateur : Cécile Cuny, Héloïse Nez

Programme : Photographier la ville : une nouvelle dimension de l’enquête

La seconde journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Photographier la ville, une nouvelle dimension de l’enquête » réunissait les membres du programme sous le thème « Photographie et enquête sociale sur l’habitat : Une affinité élective ? ».

Comme l’ont présenté Cécile Cuny (CRESPPA-CSU), Héloïse Nez (LAVUE-CRH) et Jean-Pierre Lévy (directeur de recherches CNRS et directeur du LAVUE) en guise d’introduction, l’atelier avait notamment comme objectif de revenir sur les enjeux sociaux, politiques, culturels et scientifiques que soulève la proximité entre les démarches documentaires et scientifiques à partir de différents travaux portant sur les transformations de l’habitat dans les grandes métropoles occidentales. La journée a également été mise en perspective avec l’ensemble du programme consacré à la thématique Photographie et recherche urbaine. Les pistes dégagées à travers la première journée d’étude du 19 novembre 2010, consacrée à un état des lieux de l’utilisation de la photographie en recherche urbaine, ont notamment été rappelées.La première séance, présidée par Jean-Pierre Lévy, était consacrée à la présentation du travail de documentation photographique par le photographe Camilo José Vergara, qui, depuis les années 1970, s’intéresse aux transformations des ghettos américains. Ainsi, c’est notamment à travers des clichés de Harlem, un quartier de Manhattan (New York) que Vergara a mis en exergue les liens entre la photographie et l’enquête sociale.

En photographiant le quartier de Harlem sur une période d’environ 40 ans, Vergara a pu saisir plusieurs dimensions des transformations urbaines de ce lieu.

La photographie est un procédé pour saisir les pratiques sociales, culturelles ou religieuses des habitants du quartier. Elle permet de souligner différentes manières d’appropriations et d’utilisation de l’espace public et d’expression ou revendication de leur identité (par exemple à travers des emblèmes, symboles ou graffitis apposés sur les murs ou les bâtiments du quartier). Elle permet également de fixer visuellement ce qui est partagé ou communiqué au sein de l’espace public, la manière dont les personnes veulent se montrer ou paraître.
La photographie permet de rendre compte de l’influence des temporalités (jour-nuit, les saisons) sur les pratiques sociales des habitants du quartier, sur la manière dont un lieu est investi.

La photographie est un instrument qui peut mettre en perspective et contraster différentes manières de voir une ville (par exemple l’image de la ville de New York comme la plus moderne du monde, mais au sein de laquelle, dans les années 1970, un homme utilise un cheval et un char comme véhicule de travail). Elle permet donc une réflexion sur la manière d’appréhender l’image de la ville ainsi que ses différentes échelles.
La photographie d’un même lieu à différents moments permet de montrer les transformations du bâti (dégradation ou renouveau), et de mettre en exergue certains phénomènes tels que la gentrification ou la mondialisation. Elle permet également de rendre compte des aspects esthétiques, architecturaux du bâti.

Ainsi, l’image photographique permet non seulement de saisir des aspects visuels et émotionnels d’un lieu, mais elle est également un témoin historique, qui permet de fixer et de laisser des traces de ce qui a existé. Photographier va également dans le sens de fixer l’imaginaire d’une partie de la ville.
Camilo José Vergara a fait voyager son public avec beaucoup de sensibilité à travers une quarantaine d’années de transformations urbaines. Ses travaux et archives photographiques sont d’un intérêt particulier pour les historiens, collaborations qui ont mené à la publication de plusieurs ouvrages. En septembre 2011, University of Chicago Press va publier son livre « The Unmaking of a Ghetto: Harlem, 1970-2009 ».
La discussion de cette première intervention était introduite par Claire Poitras (Professeure d’études urbaines et directrice du Centre Urbanisation Culture Sociétés, Institut National de la Recherche Scientifique de Montréal) et Marie-Hélène Bacqué (Professeure d’urbanisme à l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense et directrice de l’équipe LAVUE-Mosaïques).

Claire Poitras a notamment mis en exergue l’importance de la photographie au sein de la recherche urbaine. Ainsi, le travail avec la photographie permet de rendre compte d’une dimension émotionnelle, affective et subjective. Il rend l’invisible visible en proposant par exemple de  considérer des processus de transformations de l’habitat dans le temps. Il offre également un regard sur un environnement bâti et la réalité sociale que l’on trouve dans un certain milieu. Les archives de photographes tels que Vergara constituent donc des ressources considérables pour les historiens (mais également pour les autres chercheurs en sciences humaines et sociales). Ainsi, la culture visuelle et iconographique est une porte d’entrée pour comprendre la ville et ses réalités matérielles et sociales.

Marie-Hélène Bacqué a mis en perspective le travail du sociologue (chercheur) et du photographe. Elle a soulevé toute une série de questions liées à l’éthique de leurs démarches respectives. Pourquoi choisir des terrains dits difficiles (qualifiés par l’ambivalence entre l’appréhension et l’attirance) tels que les ghettos américains et quels rapports cela construit avec les enquêtés ? Quel est le statut de l’observateur, et qu’est-ce que cela implique au niveau éthique ? Quels sont les enjeux d’une recherche impliquant des représentations visuelles – vecteurs émotionnels forts – pour les enquêtés ? Quelle forme d’engagement l’enquêteur prend-t-il en donnant une certaine lecture du quartier ?

La seconde séance, présidée par Alexa Färber (Professeure d’anthropologie urbaine, Université HafenCity de Hambourg), était composée de trois présentations de travaux autour du thème « Regards photographiques et sociologiques sur le logement ouvrier, 19e-21e siècles ». Ces travaux illustraient particulièrement bien la manière dont l’utilisation de la photographie permet aux sciences sociales de retracer des événements ou montrer des transformations.

Dans un premier temps, Catherine Tambrun (conservatrice au Musée Carnavalet) a présenté un extrait du fond photographique du Musée Carnavalet, le musée de l’histoire de la ville de Paris. Cet extrait était constitué d’une collection d’une association ouvrière, l’Union Photographique Française (UPF), qui photographiait les quartiers ouvriers parisiens au tournant des 19e et 20e siècles.
Catherine Tambrun a fait le lien entre l’histoire de Paris depuis la seconde partie du 19e siècle jusqu’au début du 20e siècle, et l’essor de la photographie comme outil pour les politiques urbaines. Ainsi, à partir du fond photographique conservé dans le Musée Carnavalet, l’existence de l’association ouvrière de photographes (UPF) qui a existé pendant près de 27 ans au début du 20e siècle a pu être établie. L’UPF, association bénéficiant de subventions de l’Etat, faisait des « photos administratives », notamment pour le service d’expropriation ou pour des bureaux d’ingénieurs. Ainsi, ces photographies, qui étaient jadis des outils de travail, représentent actuellement des archives offrant une vue sur les quartiers d’un Paris d’une autre époque.
Dans un deuxième temps, Philippe Bonnin (directeur de recherches CNRS et directeur de l’équipe LAVUE-AUS) a présenté son travail portant sur les transformations intérieures des appartements populaires. À travers sa recherche, il a montré une approche sociologique portant sur les usages de la photographie dans l’observation de la transformation des intérieurs.

Dans son enquête sur la manière d’habiter, il a utilisé des photographies judiciaires, dont la fonction principale est au départ de figer et de retenir les informations visuelles d’un lieu de crime, et qui permettent de voir par la suite des éléments qui n’ont pas pu être lus directement. Ces photographies ont ainsi pu lui fournir une grande quantité d’informations concernant la manière d’habiter des personnes, au niveau du mobilier et de leur agencement dans le logement.

Enfin, dans un troisième temps, Hortense Soichet (photographe et docteure en art et esthétique, EA Arts des Images et Art Contemporain, Université Paris 8 ) a présenté un portrait photographique de la « zone urbaine sensible » de la Goutte d’Or à Paris. Elle a présenté un reportage photographique réalisé dans le cadre de sa thèse de doctorat, dans lequel elle voulait donner une image d’un quartier à partir de photographies d’intérieur de quatre-vingts logements.
Après avoir inventorié plusieurs recherches faites par des photographes sur les manières d’habiter des personnes (François Hers, Béatrice Minda, Sophie Ristelhueber), Hortense Soichet a présenté la démarche de son enquête, le choix de son terrain et les difficultés que l’on rencontre dans ce type de recherches. Puis elle a dévoilé un extrait de son œuvre photographique, en expliquant ses choix méthodologiques de représentations du logement. Elle a également abordé largement la dimension éthique de son travail, allant de la négociation à la diffusion des photographies avec les enquêtés en passant par le positionnement du chercheur lors d’une enquête engagée.

Au terme de ces trois présentations, une discussion, introduite par Yankel Fijalkow (professeur de sociologie à l’ENSA Paris-Val-de-Seine, LAVUE) et Camilo José Vergara (photographe) s’est fixée autour de plusieurs questions :
Comment définir les différentes manières de faire de la photographie (photographie engagée, photographie sur commande) et qu’est-ce que cela implique pour le photographe ?

La question de l’intimité, la tension extérieur-intérieur : comment entrer dans un lieu intime et en rendre compte tout en le respectant ?
Question d’échelle : dans quelle mesure est-ce que le quartier pénètre dans le logement, lorsqu’il s’agit de montrer plusieurs facettes d’un quartier à travers la photographie d’appartements ?

Dans quelle mesure l’appareil photographique permet-il de réduire (ou augmenter ?) la distance enquêteur-enquêté ?
La photographie comme un travail collaboratif et négocié (exemple : peut-on photographier les rats dans un quartiers sans réflexion autour de l’image qu’un tel cliché peut diffuser, et l’implication qu’elle peut avoir sur la population résidente en termes de stigmatisation ?).
Quelles sont les relations entre la perspective artistique et sociologique d’une enquête utilisant la photographie, et comment gérer les deux approches ?
La question des choix auxquels les photographes aussi bien que les chercheurs sont confrontés : comment les rendre transparents, comment en rendre compte ?

La prochaine rencontre du réseau aura lieu à Hambourg à l’Université HafenCity, le lundi 11 juillet 2011, pour une troisième et dernière journée d’étude portant sur « La photographie comme outil de comparaison », avant le colloque de clôture du 8-9 décembre 2011, intitulé « Photographier la ville contemporaine (19e-21e siècles), les usages de la photographie dans la recherche urbaine ».

Isabelle Schoepfer

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.