Hilbigs Lyrik, ein «Traumbuch der Moderne»?

Date : 5-7 octobre 2017
Lieu : Paris, Institut Goethe et Maison Heinrich Heine
Organisateurs : Sylvie Arlaud, Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse

Organisé avec le soutien de l’EA REIGENN, du CIERA, du DAAD, de l’Institut Goethe et de l’Université Paris-Sorbonne.

Programme : Modernité Est-Ouest : Hilbig et (toute) la modernité

Après le colloque de Berlin organisé par Stephan Pabst à la maison Brecht en juin 2017, dont l’orientation était principalement théorique et centrée sur la catégorie de la « modernité », mise à l’épreuve des textes de Wolfgang Hilbig (1941-2007), le colloque international intitulé « La poésie de Wolfgang Hilbig : ‘carnet de rêve de la modernité’ ?» qui s’est tenu à Paris du 5 au 7 octobre 2017 s’est concentré sur la question du genre littéraire à travers la poésie de l’auteur observée à la lumière de la modernité littéraire. L’objectif était de contribuer à combler une lacune de la recherche en sondant l’un des paradoxes dans lequel cette œuvre s’inscrit : la poésie, qui incarne aux yeux de son auteur l’essentiel de la littérature, est en même temps le parent pauvre de la recherche sur l’écrivain.

Organisées en trois sessions successives, les onze contributions ont d’abord tenté de cerner l’évolution de la poésie de Hilbig, avant de s’intéresser au rapport de l’auteur à la production de la modernité esthétique classique et de la modernité est-allemande, puis d’esquisser des propositions d’analyse poétologique. Le colloque a également intégré deux manifestations destinées au grand public. Tout d’abord, une lecture du poète Nico Bleutge (né en 1972) à l’Institut Goethe le jeudi soir. La discussion était animée par Birgit Dahlke, professeure à la Humboldt Universität de Berlin. Puis, le vendredi soir à la maison Heine, la présentation de la grande biographie de Wolfgang Hilbig par Michael Opitz lors d’une discussion avec Bernard Banoun, professeur à Paris-Sorbonne. L’ouvrage vient de paraître aux éditions Fischer.

La première session du colloque s’est déroulée le jeudi après-midi 5 octobre dans les locaux de l’Institut Goethe. Mettant en perspective les étapes de la production poétique hilbigienne, le premier panel s’est ouvert par la communication de Bernard Banoun (Paris-Sorbonne) qui a mis au jour quelques principes de composition que l’on peut supposer à l’œuvre dans chacun des trois recueils de poésie abwesenheit (1979), die versprengung (1986) et Bilder vom Erzählen (2001). Après être revenu en introduction sur la notion de recueil poétique et son histoire depuis la modernité, sur la distinction entre recueil, collection et cycle, sur la dialectique de l’ordre et du désordre, de la rupture et de la continuité, et sur l’oscillation entre forme ouverte et forme fermée, qui président à la construction du genre, puis sur l’attention accordée par Hilbig à la structure de ses livres, B. Banoun a entrepris une analyse immanente de la composition des trois recueils publiés du vivant de l’auteur. S’il est possible de déterminer des groupes de poèmes formant des unités cohérentes et mettant en scène un devenir écrivain dans le premier recueil abwesenheit, le deuxième, die versprengung, semble rétif à l’idée même d’organisation, ce que reflète d’ailleurs le titre du recueil évoquant le chaos explosif et que l’on pourrait traduire par « dispersion ». Ce deuxième ouvrage poétique incarne un paradoxe : malaimé de la critique, il comprend pourtant certains des poèmes les plus connus de Hilbig, de nature quasi anthologique, pourrait-on dire, ainsi que de nombreux poèmes programmatiques. Il témoigne en outre d’une grande maîtrise et d’une grande richesse de procédés. Conjuguant les techniques de l’intertextualité, de l’intermédialité et de l’hétérolinguisme (Myriam Suchet), il a recours à des effets de théâtralisation et mêle références mythologiques et religieuses. Le troisième recueil, Bilder vom Erzählen, est celui dont l’organisation se laisse le mieux reconstituer, grâce à l’alternance de poèmes courts et longs, sa composition cyclique et la référence à Ulysse. La mise au jour d’intertextes possibles comme Das Buch der Bilder de Rilke et les recueils de Heine achèvent de situer le dernier ouvrage poétique de Hilbig dans la tradition germanique du recueil. Dans la dernière partie de son exposé, Bernard Banoun a présenté brièvement le fruit de ses recherches dans les archives Hilbig et distribué le précieux dossier génétique des recueils qu’il a commencé à constituer.

La présentation de Michael Opitz (Berlin) a permis ensuite d’aborder un texte central de Wolfgang Hilbig, dans tous les sens du terme : le long poème prosa meiner heimatstraße, écrit entre 1988 et 1994. Situé au milieu de la production hilbigienne, à la charnière de l’œuvre de Hilbig, entre l’Est et l’Ouest, ce texte peu connu apparaît également essentiel pour comprendre le processus d’écriture de l’auteur. Après les lectures de ce long poème sous l’angle de l’intertextualité et de l’intratextualité auxquelles se sont livrées Sylvie Arlaud et Bénédicte Terrisse dans le Workshop « la poésie de Wolfgang Hilbig : pour une lecture croisée » organisé à l’université Paris-Sorbonne à l’automne 2016, Michael Opitz a proposé une interprétation du poème du point de vue biographique à partir de matériau trouvé dans les archives, notamment de versions non publiées du texte. Cette lecture éclaire le processus d’écriture hilbigien qui semble se caractériser par un effacement progressif des références explicites. Par ailleurs, l’attention à la forme de palimpseste de prosa meiner heimatstraße dont les avant-textes ont, aux yeux de Hilbig, la même valeur que les morceaux publiés met en avant le statut de texte inachevé et soulève la question de la raison, intentionnelle ou non, du caractère fragmentaire de ce texte-fleuve.

Marie-Luise Bott (Berlin) s’est penchée sur deux intertextes de C.F. Meyer, les poèmes « Möwenflug » et « Tage. Nächte », présents dans « Eingelegte Ruder » et « Mittag », deux textes du dernier recueil de poésie de Hilbig, Bilder vom Erzählen (2001). La référence au poète symboliste allemand participe chez Hilbig d’un questionnement inquiet sur la perte du rapport à la réalité de ses textes, une angoisse de l’esthétisme, que condense le mot « Inzucht » dans le poème « Der Garten von Gerhard Altenbourg ». S’appuyant sur l’ouvrage de Stephan Pabst, Post-Ost-Moderne : Poetik nach der DDR (2016), Marie-Luise Bott a montré comment cette interrogation qui traverse Bilder vom Erzählen est une caractéristique du style tardif de Hilbig et de la crise d’écriture qui lui est propre. L’écrivain importe ainsi dans sa poésie des années 2000 une problématique issue de l’écriture romanesque qui prend le dessus dans sa production, depuis son passage à l’Ouest en 1985. Cette inquiétude sur la référence distinguerait fortement ce dernier recueil poétique du premier volume de poèmes de l’auteur, abwesenheit (1979).

La journée du vendredi 6 octobre a réuni les participants à la Maison Heinrich Heine. Les communications et débats se sont concentrés sur le dialogue qu’entretient la poésie de Hilbig avec les auteurs de la modernité littéraire classique ou contemporaine, étrangère ou allemande. Françoise Lartillot, Sylvie Arlaud et Florence Baillet ont débusqué les traces de lecture de la modernité classique chez Hilbig, mettant en lumière les intertextes des poèmes de Baudelaire, d’Hofmannsthal, T.S. Eliot et Ezra Pound. Les contributions de Maryse Jacob, Florence Baillet et d’Hiroshi Yamamoto ont mis en regard la poétique de Hilbig avec celles d’autres écrivains de RDA, poètes, prosateurs ou dramaturges, comme Peter Huchel, Heiner Müller et Volker Braun.

Françoise Lartillot (Metz) a ainsi étudié les références possibles à Baudelaire dans les poèmes « gespaltenes thema », « déjà vu » et « fermes ». Elle a pu montrer comment ces poèmes de Hilbig adaptent la référence à la modernité à la situation spécifique de la RDA, la « squelettisent » « en [lui] donnant une nouvelle finalité ». Ils mettent en scène la division des espaces, du monde et du moi pour incarner une mémoire résistante. Se référant à l’allégorie et à la mélancolie baudelairiennes, les chronotopoï (« Park », « Hof »), ainsi que la présence du « Parnasse », permettent à Hilbig de faire coïncider réflexion sur une langue à part – forme d’hermétisme que la modernité pourrait représenter – et réflexion sur la violence qu’incarne l’espace fermé de la RDA. Françoise Lartillot s’est appuyée notamment sur la conférence à l’université de Lexington en 1988 dans laquelle Hilbig livre une interprétation du terme « fermes », emprunté selon lui au vocabulaire de l’histoire de l’art. Il y dessine une ligne faisant de la littérature de la modernité et de ses adaptations contemporaines est-allemandes l’héritière du maniérisme baroque et de ses paysages aux personnages aliénés. La « ferme », poème ou tableau, serait ainsi le nom d’un genre que Hilbig a créé et qu’il fait « bruisser » dans plusieurs de ses textes. Françoise Lartillot suggère ainsi de placer dans cette constellation le mot « farm » de la chanson de Bob Dylan cité dans le récit « Johannis » (1978/1979), texte qui évoque de manière cryptée le séjour que l’auteur a passé en détention provisoire au printemps 1978. Le genre littéraire « ferme » serait la forme que prend la modernité dans l’enclos de la RDA.

C’est au double mouvement d’obscurcissement et de dévoilement qui parcourt l’écriture hilbigienne que s’attelle Sylvie Arlaud (Paris-Sorbonne), dans son analyse des traces d’Hofmannsthal dans la poésie de Hilbig, en particulier dans les poèmes « bewusstsein », « verhüllung », « vorfrühling. mundtot », « sprache », « die situation » et « die namen ». En effet, si l’ombre des essais d’Hofmannsthal comme Der Dichter und diese Zeit et Poesie und Leben, mais aussi la référence à la lettre fictive de Lord Chandos (1902), se laisse détecter dans les romans, récits et essais de Hilbig, les traces de la présence du représentant de la modernité viennoise dans la poésie de l’auteur sont beaucoup plus voilées. La manière hilbigienne d’exposer et de cacher des références qui font signe tout en se dérobant apparaît en soi significative et emblématique de son rapport à la modernité et de sa mise en pratique. Dans ce contexte, le discours de Lexington se lit comme la transposition politique de la crise du langage dont Hofmannsthal fait le diagnostic : l’obscurcissement, l’hermétisme y sont décrits comme une conséquence nécessaire, la traduction même des temps obscurs qu’incarne le régime du SED et de la confusion existentielle qui caractérise l’écrivain citoyen de RDA. Dès lors, la référence à Hofmannsthal réside moins dans la lettre des poèmes – on y retrouverait davantage Rilke – que dans l’actualisation et l’adaptation des problématiques qui traversent son œuvre : l’alliance de religion esthétique et de regard critique, de tentation de l’esthétisme et de conscience de la culpabilité des mots envers la vie. Le mouvement d’obscurcissement et de dévoilement des poèmes de Hilbig transpose au XXe siècle cet héritage de la modernité, c’est-à-dire le rapport problématique à la langue, à la fois langue des bourreaux et instrument de vérité ou d’émancipation.

Florence Baillet (Sorbonne Nouvelle) analyse elle aussi la manière même de faire usage des références à la modernité en rapprochant le geste hilbigien de celui de Heiner Müller. Dans la lignée de Michel de Certeau qui voit dans la lecture une pratique, l’acte de citer apparaît comme un geste intertextuel signifiant en tant que tel. Ainsi Hilbig indique-t-il l’origine de certaines de ses citations en langue étrangère à la fin des volumes de poésie die versprengung et Bilder vom Erzählen. De même, dans le contexte de la RDA dont la politique culturelle rejetait la modernité et s’était construite par opposition au bloc occidental, l’emprunt à la modernité anglo-saxonne s’interprète comme un geste subversif. Cette dimension performative immanente au geste de citer des auteurs étrangers et un courant littéraire indésirables en RDA semble faire de l’intertextualité une pratique d’emblée politique. Elle invite en outre à repenser les frontières de la catégorie de « littérature de RDA » et ses liens avec la modernité. Heiner Müller, avec « Mommsens Block », et Hilbig, avec « Saturnische Ellipsen », se placent ainsi dans la communauté internationale de la modernité, aux côtés des poètes T.S. Eliot et Ezra Pound. Cependant, qu’advient-il de cette fonctionnalisation de l’acte de citer après la chute du Mur et la disparition de la RDA ?, telle est la question qu’a fait émerger la discussion à l’issue de la communication de Florence Baillet. Le texte « Saturnische Ellipsen » cité en exemple est en effet postérieur à la RDA. La fonction subversive de la citation perdure-t-elle après la RDA chez les auteurs socialisés à l’Est ? Ou bien le recours aux auteurs de la modernité ne fonctionne-t-il pas plutôt comme moteur de la créativité, et n’était-ce pas aussi déjà principalement le cas en RDA ?

Un motif similaire issu d’une expérience existentielle comparable dans le domaine de la production d’énergie fossile permet de mettre en regard certains textes de Wolfgang Hilbig et de Volker Braun. Hiroshi Yamamoto (Tokyo) explore le motif de l’effacement du paysage, lié à l’exploitation de mines à ciel ouvert en RDA entraînant le déplacement de localités entières, dans la poésie et la prose des deux auteurs. Il analyse l’exploitation poétique et critique de ce motif historique, biographique et politique commun, et les différences de stratégies esthétiques de confusion et de décloisonnement mises en œuvre dans les textes de Hilbig (notamment le poème Das Meer in Sachsen et le texte en prose Alte Abdeckerei) et de Volker Braun (poèmes et texte en prose Bodenloser Satz). Ce faisant, Hiroshi Yamamoto met au jour les enjeux mémoriels et politiques qui président à ces descriptions à mi-chemin entre mythe, discours scientifique relevant de la géologie et métaphore poétologique. L’aspiration au chaos et à la catastrophe qui innerve les descriptions des auteurs soulève la question de la dimension progressive ou régressive, voire restauratrice, de ces interprétations du réel.

Maryse Jacob (Nice) opère un autre rapprochement très productif, elle aussi sous l’angle du paysage. À partir du motif de la « surface rudérale » (« Ruderalfläche ») dont le terme, qui désigne les espaces couverts de végétation rudérale, c’est-à-dire des ruines ou des décombres, est emprunté à Burkhard Schäfer, elle compare l’œuvre lyrique de Peter Huchel (1903-1981) et celle de Wolfgang Hilbig. L’analyse de plusieurs exemples de végétaux rudéraux qui traversent les textes de Hilbig et ceux de Huchel a permis in fine à Maryse Jacob de replacer chacune des deux œuvres au sein d’une filiation et de tenter d’en cerner le lieu d’insertion dans l’évolution de l’histoire littéraire de l’après-guerre. L’évocation d’un univers de la dévastation, de la putréfaction, de la combustion et de l’abandon où le moi mène une existence fantomatique aux confins du monde infernal, inscrit, en effet, les vers des deux poètes dans un processus de destruction soudaine ou de dégradation lente d’un héritage poétique et culturel dont ils abordent la reconstruction de manière identique ou singulière, révélatrice de leur positionnement respectif dans l’histoire du lyrisme.

Lors de la dernière session, qui s’est tenue également à la maison Heine, les trois communications du samedi matin se sont concentrées de nouveau sur la seule œuvre de Hilbig, tentant cette fois non plus de distinguer les étapes de l’évolution de sa production poétique mais d’esquisser les grands traits d’une poétique héritière de la modernité.

Revenant au romantisme comme l’une des inspirations premières de la poésie de Hilbig et comme l’une des sources de la modernité – ces deux courants ayant en outre en commun d’avoir subi l’opprobre de la politique culturelle officielle de la RDA –, l’intervention d’Anne Lemonnier-Lemieux (Lyon) s’est focalisée sur l’analyse précise de deux poèmes. Le premier, « E.T.A. Hoffmann I (Kreisler) » est daté de 1965 et tiré du fonds posthume de l’écrivain. Le second, « novalis » (1970) a été publié en 1979 dans le premier recueil de Hilbig, abwesenheit. Le poème posthume condense en un palimpseste les références à différents récits d’E.T.A. Hoffmann et événements de la vie de l’écrivain romantique. Il se lit comme une réflexion sur le statut et le devenir de l’artiste. Dans le poème « novalis », l’inspiration mystique chrétienne, l’allusion au christ et à ses disciples semblent plus prononcées. Lors de la discussion, Françoise Lartillot a proposé de lire ce poème comme un texte programmatique dont le sujet principal est l’invention d’une nouvelle langue. Heribert Tommek, quant à lui, a souligné le caractère improbable de ces références au romantisme à cette époque de la RDA, ce qui expliquerait que ces textes n’aient pas été publiés ou ne l’aient été que tardivement. Marie-Luise Bott a suggéré de lire le poème « novalis » en parallèle avec les Hymnes à la nuit et rappelé la probable dimension amoureuse du poème. Abondant dans le sens d’Heribert Tommek, elle a souligné le caractère éminemment indépendant de l’écrivain autodidacte qu’était Hilbig.

Dans sa communication, Nadia Lapchine (Toulouse) a proposé d’interpréter le dernier recueil de Hilbig, Bilder vom Erzählen (2001), comme une œuvre traversée par l’idée d’échec. Renouant avec la tradition de l’épopée et du long poème, Hilbig procède à une réactualisation de l’Odyssée d’Homère et de toute la modernité poétique pour dresser le bilan mélancolique de l’échec de son odyssée poétique et existentielle. C’est à un interrogation portant sur les causes, les formes d’expression et les implications à la fois poétologiques et existentielles de cette notion d’échec à partir d’une analyse de trois poèmes représentatifs du recueil, « Mond. Verlust der Gewißheit », « Elaborat in M. » et « Nach der Prosa », que s’est livrée Nadia Lapchine. S’appuyant sur les déclarations de Gregor Laschen et la leçon de poétique donnée par Hilbig à Francfort en 1995, elle a montré comment la notion d’échec fait partie intégrante de la conscience de l’écrivain moderne. Après la chute du Mur, l’échec prendrait le relais de la fonction subversive caractéristique de la modernité en RDA. La poétique du désenchantement qui s’exprime dans le dernier recueil de Hilbig succèderait ainsi à la poétique plus utopique de la modernité qui innerve encore le premier recueil abwesenheit. Nadia Lapchine lit ainsi Bilder vom Erzählen comme le récit de la souffrance du poète vieillissant et de son auto-stylisation en poète maudit, héritier de Trakl, doutant de sa vocation poétique, constatant l’incompatibilité entre l’art et la vie. L’absolu poétique de la modernité prendrait ici la forme du naufrage de la poésie tout autant que de la vie, le gouffre remplaçant les envolées symbolistes. Malgré quelques moments épiphaniques de mémoire involontaire, c’est le discours de l’échec qui domine. Lors de la discussion, Michael Opitz et Françoise Lartillot ont fait part de leur réticence à porter un jugement d’échec sur la vie d’un poète ou de quiconque. Cependant, il ne s’est jamais agi pour Nadia Lapchine de juger une vie, mais bien d’étudier un topos de la modernité, même si la dimension biographique semble, en effet, inséparable de la poétique hilbigienne.

Dans la continuité de la poétique du gouffre, la communication d’Heribert Tommek (Ratisbonne) a porté sur le motif poétologique du duel dans la poésie de Hilbig. Partant de la scène d’ouverture du roman Das Provisorium (2000) dans laquelle le personnage se livre à un duel grotesque avec un mannequin de grand magasin pris pour un véritable ennemi en embuscade avant de conclure à une « défense trop massive », Heribert Tommek a pu montrer comment la chute et autres combats contre les ombres hantent la poésie de Hilbig dès ses débuts. Prenant appui sur l’essai de Hugo Friedrich Struktur der modernen Lyrik, il interprète les mouvements vers le bas, la catabase et le motif de la chute qui caractérisent les textes de Hilbig comme un prolongement des procédés de la modernité renversant le motif traditionnel de l’extase poétique. Une esthétique de la destruction vient remplacer l’esthétique de la création. Dans un second temps, l’analyse a porté sur l’énoncé « défense trop massive » qui pourrait se lire comme un élément métaréflexif sur le caractère possiblement inadapté du style ou de l’écriture hilbigienne elle-même dans le contexte de la « postmodernité ».


Laisser un commentaire