RSA/HARTZ IV : Genèse et configuration des dispositifs français et allemand d’aide au retour à l’emploi

Date : 07/02/2011

Lieu : Paris

Organisateur : René Lasserre, Solène Hazouard (CIRAC)

Programme : Les politiques d’aide au retour à l’emploi des chômeurs en situation d’exclusion. Comparaison France-Allemagne

Cette journée d’étude représentait le premier volet du projet de formation-recherche « Les politiques d’aide au retour à l’emploi des chômeurs en situation d’exclusion. Comparaison France-Allemagne » mené par le CIRAC et l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg sur la période 2010-2012, avec le soutien du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne, Paris) et de l’Université de Cergy-Pontoise (Civilisations et identités culturelles comparées des sociétés européennes et occidentales, CICC).

Accueillie sous l’égide de la Maison Heinrich Heine, cette rencontre réunissait des experts français et allemands en matière d’emploi et de minima sociaux. Après un rappel historique de l’évolution de l’emploi en France et en Allemagne, et du système allemand de protection sociale, l’attention s’est portée sur l’articulation des minima sociaux et les logiques d’activation qui ont préfiguré les politiques actuelles d’insertion sur le marché de l’emploi. Par la suite, le débat s’est orienté vers le contenu de la réforme Hartz IV dont le principe directeur fordern und fördern (« exiger et soutenir ») a été mis en regard avec les dispositifs incitatifs du RSA sous ses différentes formes (RSA socle seul, RSA socle et activité, et RSA activité seul).

Les évolutions du marché de l’emploi en France et en Allemagne

Le premier exposé de la journée était consacré à l’évolution du marché de l’emploi en France. Eric Heyer, Directeur adjoint au Département Analyse et Prévision de l’OFCE (Centre de recherche en économie de Sciences Po), en a souligné les grandes tendances dans le contexte de la désindustrialisation. Le net recul de l’emploi industriel (-2,3 millions entre 1978 et 2008) s’explique par trois facteurs : le recours à l’externalisation des activités industrielles vers les services (près de 25% des pertes d’emplois industriels), l’impact des gains de productivité et de l’évolution de la demande au profit des services (30% des pertes d’emplois industriels) et l’impact de la concurrence étrangère (dont la portée reste difficile à évaluer). Le chômage de masse apparu dans les années 1980 touche pour sa part davantage les femmes (bien que l’écart se réduise) et les jeunes de moins de 25 ans. Le chômage des jeunes reste toutefois à relativiser en raison du faible nombre d’actifs dans cette classe d’âge. La population active, dont les rangs grossissent actuellement de 50 000 personnes par an, devrait reculer à partir de 2015 ce qui, sans création d’emploi, entraînera une baisse du chômage.

A partir de cet état des lieux, Eric Heyer a ensuite identifié les dysfonctionnements potentiels du marché de l’emploi. Selon les lauréats du prix Nobel d’économie 2010, si l’indemnisation chômage n’incite pas à la reprise d’un emploi, en augmenter la durée peut se révéler bénéfique en favorisant la stabilité de l’activité. En comparaison internationale, la durée de l’indemnisation est généreuse en France (24 mois) et le taux de remplacement plutôt élevé (57%), mais avec 1,5 point de PIB, l’effort d’indemnisation est comparable à celui de la zone euro (1,13 point). En France, la moitié des chômeurs sont indemnisés, contre plus de 80% en Allemagne. En outre, le marché de l’emploi est très protecteur, en particulier envers les CDD. Il présente un taux de rotation important, qui correspond cependant à un nombre restreint de personnes. Néanmoins, deux tiers des contrats d’embauche signés sont des CDD de moins d’un mois. Quant au salaire minimum, situé dans la moyenne européenne, il stimule la demande intérieure, son impact sur le marché de l’emploi n’étant pas clairement établi par les économistes. Par ailleurs en France, le niveau de productivité demeure élevé, ce qui présente un avantage en termes de coûts, mais entraîne des destructions d’emplois. La durée hebdomadaire du travail à temps plein est relativement faible, mais les Français ont peu recours au temps partiel : ils se situent ainsi dans la moyenne quant à la durée annuelle globale de travail. En revanche, ils ont tendance à travailler moins tout au long de la vie (le taux d’emploi est faible chez les moins de 25 ans et les 55-64 ans).

La dernière partie de cet exposé a traité des conséquences de la crise sur le marché du travail. Quand la conjoncture ralentit, les entreprises se séparent d’abord des intérimaires et des salariés en CDD, pour procéder ensuite à des licenciements économiques. Le marché français du travail étant relativement réactif, on s’attendait à des destructions d’emplois plus massives en raison de la forte productivité et de la chute d’activité. Au regard de l’ampleur de la crise, la France a par ailleurs peu réduit la durée du travail.

Dans une perspective comparative franco-allemande, Eugen Spitznagel, Directeur du groupe de recherche « Temps de travail et marché de l’emploi » (Institut für Arbeitsmarkt und Berufsforschung, Nuremberg), a présenté les caractéristiques du marché de l’emploi outre-Rhin. En Allemagne, la crise semble déjà oubliée, les responsables politiques évoquant le plein emploi. Mais même si certains Länder font montre de performances particulières en la matière, l’Allemagne conserve près de 3 millions de chômeurs, pour un taux de chômage légèrement supérieur à 7%.

Cette contribution a permis de constater la mutation des formes d’emploi, qui se traduit par un recul des temps pleins et une augmentation du travail indépendant. Le recours au temps partiel s’accroît, atteignant un taux de 35%. En revanche, le travail intérimaire, qui permet aux entreprises de réagir aux fluctuations conjoncturelles, est peu utilisé en Allemagne par rapport à d’autres pays (2%). Si actuellement près de la moitié des contrats à l’embauche sont des CDD, nombre d’entre eux débouchent ensuite sur un CDI. Les embauches en CDD suivent les cycles conjoncturels, même si elles présentent une tendance générale à l’augmentation. En termes de temps de travail, les femmes travaillent moins longtemps que les hommes, occupant davantage d’emplois à temps partiel et de « petits boulots ». Le potentiel des actifs recule pour sa part depuis 2006. Si, à l’avenir, cette évolution décongestionnera le marché de l’emploi, les débats actuels portent sur la nécessité éventuelle de faire appel à des travailleurs étrangers. Après l’adoption de la loi Hartz IV en 2005, le chômage a fortement diminué, de même que la part du chômage de longue durée. Cette évolution est également le résultat d’une situation conjoncturelle favorable.

Pour conclure, Eugen Spitznagel s’est penché sur les éléments du « miracle » allemand dans la gestion de la crise. L’abaissement du temps de travail, le recours accru au chômage partiel, la progression de l’emploi à temps partiel et une baisse de la productivité ont permis de préserver l’emploi en 2009. Ces amortisseurs sociaux ont favorisé la reprise économique, avec une croissance du PIB de 3,6% en 2010.

Politiques sociales : solidarité, assistance et « logiques d’activation »

René Lasserre, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise et Directeur du CIRAC, a retracé les grandes étapes de la protection sociale outre-Rhin, ceci en vue de montrer l’importance que représente le tournant des réformes de l’Agenda 2010 par rapport aux traditions et aux inflexions successives de l’Etat social d’inspiration bismarckienne. Il a rappelé le rôle précurseur de l’Allemagne dans la mise en place précoce, au bénéfice des couches sociales les plus vulnérables, d’un système de protection sociale fondé sur l’assurance obligatoire. Le système bismarckien a été mis en place dans les années 1880 afin d’intégrer au sein du Reich récemment unifié et en plein essor industriel une population ouvrière venue s’entasser dans les villes et travaillant dans des conditions exécrables. Dans ce contexte d’expansion industrielle et de forte croissance démographique, l’instauration d’un système par répartition se révéla économiquement et politiquement judicieuse : financé par les cotisations obligatoires assises sur le revenu du travail, supportées pour moitié par les employeurs et les salariés et dont le montant était régulé par l’Etat, ce système voyait sa légitimité garantie par le principe de l’auto-administration qui confiait la gestion des caisses aux partenaires sociaux. Ce système, éminemment moderne, procédait ainsi d’une philosophie de prévention d’ordre public fondée sur l’assurance solidaire, c’est-à-dire s’appuyant sur la responsabilité conjointe des acteurs sociaux. Par la suite, et par-delà la rupture des années 1930-1945, l’Allemagne n’a cessé d’en étendre les garanties, puis de les compléter par des mécanismes d’assistance, assurant ainsi, par étapes successives, la mise en place d’un système complet et cohérent de couverture sociale, dont le parachèvement ultime intervint avec la réunification en 1990.

Conçu à l’origine « pour quelques-uns », le système d’assurances sociales bismarckien ne concernait à l’origine que les ouvriers de l’industrie, soit 20 % de la population salariée, et n’offrait que des prestations limitées et à taux modeste. Il n’a cependant cessé de s’améliorer au fil des années et surtout de s’étendre à d’autres catégories, et notamment aux employés en 1911, pour couvrir environ 70% des actifs en 1914. Les Allemands disposaient alors du système d’assurances sociales le plus développé du monde. Malgré les lourdes conséquences financières de la Première Guerre mondiale, le système de protection a été encore renforcé dans les années 1920 sous la République de Weimar, avec deux avancées majeures en direction de l’Etat social : celle de l’instauration en 1924 d’un droit à l’assistance sociale garanti par l’Etat pour les personnes en situation de nécessité, précurseur de la Sozialhilfe, et celle de la création du premier système d’assurance chômage en 1927, lequel pour la première fois instaurait une garantie individuelle non plus seulement contre le risque d’ordre physique, mais bien contre le risque économique et social de la perte d’emploi. Ces deux avancées sont cependant restées sans lendemain du fait de la grande crise des années 1930, du nazisme et de la guerre. Ce n’est qu’à partir de la réforme monétaire de 1948, avec le redémarrage économique, que le système fut progressivement restauré dans son architecture d’avant 1933 : une première revalorisation symbolique des retraites intervint dès 1949, l’assurance maladie puis l’assurance chômage furent réinstaurées en 1951. Dans l’immédiat cependant, l’effort social du début des années 1950 fut consacré prioritairement à l’indemnisation des quelque 4 millions de victimes de guerre.

La première pierre décisive de la reconstruction de l’Etat social allemand, dont le principe figurait au même rang que celui de l’Etat de droit au fronton de la Loi fondamentale de 1949 (art. 20), fut la réforme des retraites de 1957 qui, au terme d’une période de 40 ans d’épreuves, a permis aux Allemands de l’Ouest de recouvrer la sécurité au soir de leur vie. La réforme des retraites de 1957 instaure les bases d’un niveau de protection vieillesse jusqu’alors jamais atteint : elle ne fait pas que garantir le maintien du pouvoir d’achat des pensions en les indexant sur le coût de la vie, mais instaure une « retraite dynamique » dont la parité d’évolution avec les autres revenus est assurée par une indexation sur la progression moyenne des salaires bruts. Dans la foulée de cette avancée considérable et généreuse, symbole du capitalisme social et de la « prospérité pour tous » (Ludwig Erhard), l’Etat social ne pouvait demeurer en reste vis-à-vis des exclus et des laissés-pour-compte du progrès social, ce qui conduisit à la promulgation en 1961 d’une loi fédérale d’aide sociale, qui renouait avec les principes du dispositif inauguré en 1924 et instaurait un droit à l’assistance. La Sozialhilfe est un système d’assistance polyvalent qui assure aux personnes reconnues en incapacité de travailler un revenu minimum garanti, modulé selon leurs charges familiales et leurs besoins. Le système d’aide sociale, financé à la fois sur les fonds publics des collectivités territoriales et des contributions caritatives défiscalisées, apparut ainsi, dans le contexte de plein emploi des années 1960, comme un complément nécessaire de l’Etat social pour assurer, à côté d’un système d’assurance qui avait retrouvé sa vitesse de croisière, un filet social de sécurité permettant de protéger les personnes les plus vulnérables de la pauvreté et de la marginalisation. Avec environ 1 million de bénéficiaires en 1970, son importance n’était certes pas négligeable mais restait d’ampleur modérée et constituait le gage de la dignité et de la cohésion sociales.

La récession économique de 1966-67 qui sonna la fin du miracle économique et se traduisit par un retour inattendu du chômage, marqua un tournant politique important, suivi de nouvelles avancées. La protection contre le risque de perte d’emploi et de revenu revint brutalement au centre des préoccupations et du débat public. Le changement de majorité politique intervenu avec l’arrivée des sociaux démocrates au pouvoir, tout d’abord aux côtés de la CDU en 1966, puis à la tête du gouvernement fédéral en 1969 avec Willy Brandt, impulsa un nouveau bond en avant de l’Etat social, marqué par une série de réformes clés, aussi bien dans l’assurance chômage, avec une revalorisation conséquente des allocations et un allongement des durées d’indemnisation, que dans l’assurance maladie, avec le maintien de l’intégralité du salaire en cas de maladie pendant six semaines (Lohnfortzahlung). Une nouvelle réforme des retraites fut promulguée en 1972, prévoyant une retraite flexible à partir de 63 ans et des bases de calcul des pensions plus avantageuses, une retraite minimale garantie, l’extension du régime de retraite aux travailleurs indépendants et différents groupes sociaux et toute une série de réformes catégorielles (congés maternité, revalorisation des prestations familiales et d’aide sociale…).

Cette seconde vague de réformes sociales du tournant social-libéral 1969-1972 marqua l’apogée de l’Etat-Providence dans l’Allemagne d’après-guerre, dont l’extension se fondait sur l’hypothèse d’une croissance durable et indéfiniment garantie par un pilotage concerté de l’économie d’inspiration keynésienne. L’illusion fut de courte durée et la gestion de l’Etat social se trouva bientôt confrontée au double choc pétrolier de 1973-74 et 1981-82. La montée brutale et durable du chômage ébranla l’équilibre financier des régimes d’assurance, lequel ne fut maintenu qu’au prix d’une montée des cotisations et des coûts du travail, tandis qu’avec son afflux de bénéficiaires (2,3 millions en 1982), l’aide sociale pesait lourdement sur les comptes publics. Au cours de la période sociale-libérale, de 1969 à 1982, les cotisations sociales grimpèrent de 27,8 à 34 % du salaire brut et la part des prestations sociales dans le PIB de 24,6 à 31,7 %. Le Chancelier Kohl ne réussit au cours des années 1980 qu’à stabiliser une dérive financière qui ne s’alimentait plus seulement d’un socle structurel de 2 millions de chômeurs, mais aussi des effets désormais nettement perceptibles du vieillissement démographique sur l’équilibre des retraites et du système de santé. De cette époque datent les premiers réajustements dans le système des retraites avec la réforme Blüm de 1987, mais aussi l’émergence d’un débat public virulent sur la nécessité d’introduire, à côté du mode de financement par répartition, un mode de financement complémentaire par capitalisation fondé sur l’épargne retraite individuelle.

Mais alors que s’amorçait à la fin des années 1980 un changement de cap doctrinal en faveur d’une réforme en profondeur des régimes sociaux, fondée non plus exclusivement sur le principe de solidarité collective mais sur celui de responsabilité individuelle, celle-ci fut repoussée de plus d’une décennie par le choc historique de l’unification. L’extension à parité et le financement quasi ex nihilo de l’Etat social dans les Länder de l’Est, et plus encore l’impact des mesures de traitement social du chômage qu’il fallut consentir à la suite des restructurations, imposèrent un effort de solidarité considérable et prolongé, lequel fut encore alourdi en 1995 par la mise en place coûteuse, mais incontournable du fait du vieillissement, d’un régime d’assurance dépendance fondé sur la répartition, avec un taux de cotisation de 1,7%. La montée des prélèvements sociaux (progression de près de 7 points du taux de cotisations de 1989 à 1998) pesa lourdement à la fois sur la croissance intérieure et sur la compétitivité des entreprises et plongea le pays au début des années 2000 dans un cycle de croissance ralentie et de chômage durable aggravé, dont la coalition SPD-Verts s’obstina pendant une législature à vouloir sortir par l’impôt et la croissance écologiques. La première avancée notable et importante au plan des principes que tenta le gouvernement Schröder fut une réforme des retraites intervenue en 2001 qui, par le biais de la « retraite Riester », introduisit par la voie légale le principe d’un financement partiel de l’assurance vieillesse par l’épargne salariale, mais dont la portée est restée volontairement limitée.

La dérive des comptes sociaux continua toutefois de s’aggraver avec le recul de la conjoncture mondiale dans les années 2002-2003, principalement sous l’effet de la montée et de l’enkystement du chômage qui franchit alors la barre des 4,3 millions, dont la moitié étaient des chômeurs de longue durée. Le chancelier Schröder, à peine réélu, dut opérer en mars 2003 un changement de cap en annonçant, avec l’Agenda 2010, un programme de réformes en profondeur des différents régimes de protection sociale.

Dans le cas de l’assurance vieillesse et de l’assurance maladie, le principe d’une responsabilité et d’une participation accrues des individus dans le financement des régimes et dans la prise en charge des dépenses constitua désormais la pierre angulaire des réformes annoncées et mises en œuvre par la suite par les gouvernements Merkel (avec le SPD jusqu’en 2009, puis avec les libéraux), notamment avec le recul progressif de l’âge de la retraite à 67 ans, la réduction du niveau puis le strict maintien du pouvoir d’achat des retraites. En cela le changement de paradigme n’est pas uniquement financier : les réformes intègrent une redéfinition du droit à prestation qui n’est plus uniquement fonction des droits acquis, mais prend en compte la soutenabilité d’ensemble des systèmes de protection sous l’effet de l’allongement de l’espérance de vie.

Mais c’est dans la politique du marché du travail et de l’aide aux chômeurs que le changement de paradigme sera le plus marqué. La détérioration et la précarisation de l’emploi n’avaient pas pour seul effet de gonfler démesurément les dépenses liées à la lutte contre le chômage, mais de rétrécir le nombre des actifs cotisants et la base de financement de l’ensemble des régimes sociaux. La réforme introduite par les Lois Hartz de 2003 à 2005 poursuit un double objectif : elle consiste d’abord à dynamiser les dispositifs de placement et de réinsertion des chômeurs par une réorganisation des services de l’emploi (Hartz I à III) et procède ensuite à une refonte du système d’assistance chômage (Hartz IV) incitant les chômeurs ayant épuisé leurs droits à l’assurance chômage à continuer à rechercher activement un emploi. L’incitation est double : elle est à la fois monétaire, sous la forme du versement d’une allocation minimale de réinsertion (qui n’est plus fonction de l’ancien salaire, mais dont le montant forfaitaire est généralement inférieur et fixé par référence à l’allocation de base de l’aide sociale, pondéré par les charges familiales du bénéficiaire) ; elle est en même temps contractuelle puisque l’allocation est versée sous condition de recherche effective d’un travail, assistée et contrôlée par les services de l’emploi. Dans ce dispositif reconfiguré, la couverture du risque social de perte d’emploi ne confine plus à l’assistance, mais se voit conditionnée désormais par la disponibilité de l’individu à participer activement à sa réinsertion.

En cela, la réforme Hartz et celle des régimes d’assurance inaugurées par l’Agenda 2010 marquent une évolution importante dans la redéfinition des principes, sinon dans la reconfiguration de l’Etat-Providence auxquelles on assiste en Allemagne depuis le milieu de la décennie. Certains observateurs y voient une nouvelle étape du développement de l’Etat social né il y a plus d’un siècle et demi dans l’Allemagne bismarckienne. Etape par laquelle ce dernier, sous l’effet du changement économique, démographique et culturel des sociétés post-industrielles, serait entré dans un processus de modernisation en profondeur. Loin de procéder à un démontage de son système social, l’Allemagne passerait ainsi d’une logique de solidarité collective organisée d’en haut, mais de moins en moins clairvoyante, à une logique de responsabilité individuelle fondée sur une citoyenneté économique et sociale mieux partagée entre les acteurs et plus consciente des enjeux d’avenir. Comme les contributions de nos journées auront l’occasion de le montrer, cette réforme reste très controversée à la fois dans ses principes, dans sa mise en œuvre et dans ses résultats. Il n’en demeure pas moins que la réforme de l’Etat social actuellement en cours en Allemagne semble déjà porter quelques gages de performance, et qu’en cela elle constitue une expérience riche d’enseignements.

Dans l’approche du dispositif français d’insertion, Julie Labarthe, Chef du bureau de la lutte contre l’exclusion, Sous-direction de l’observation de la solidarité, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, a choisi de se concentrer sur l’importance que tiennent, dans la logique française de protection et d’intégration des groupes sociaux les plus vulnérables, les mécanismes d’assistance ou d’aide sociale qui se concrétisent par un ensemble de minima sociaux garantis par l’Etat. Elle a relevé ainsi l’existence juxtaposée de huit minima sociaux, qui couvraient 3,5 millions de foyers à la fin de l’année 2009. Ces allocations non contributives (contrairement à la protection sociale) divergent quant aux conditions d’éligibilité, au niveau de leur montant et à leur rapport à l’insertion professionnelle.

Les premiers minima concernent les personnes en incapacité de travailler : il s’agit du minimum vieillesse (1956), du minimum invalidité (ASI, 1957) et de l’Aide aux Adultes Handicapés (AAH, 1975). Les aides sociales s’adresseront ensuite aux personnes fragilisées par les ruptures familiales avec l’Allocation de Parent Isolé (API, 1976) et l’assurance veuvage (1980). Puis, avec l’apparition du chômage de masse et de longue durée, l’assistance s’étendra aux chômeurs en fin de droits à travers l’Aide au Secours Exceptionnel (ASE, 1979), qui sera ensuite remplacée par l’Allocation Spécifique de Solidarité (ASS). Le régime d’indemnisation chômage se scinde en deux en 1984 avec un régime assurantiel financé par les cotisations d’un côté et, de l’autre, un régime de solidarité financé par l’Etat. Excluant les hommes seuls d’âge actif ayant peu de ressources, l’approche catégorielle montre ses limites, ce qui aboutira en 1988 à la mise en place du RMI pour les plus de 25 ans. Par ailleurs au début des années 2000, le Revenu de SOlidarité (RSO) est instauré dans les DOM, ainsi que l’Allocation Equivalent Retraite (AER) pour les seniors. D’autres aides améliorent la situation des plus modestes, telles l’allocation logement (cumulable avec les minima sociaux) et la couverture maladie universelle (CMU).

A la fin des années 1990, le système d’aide sociale se heurte à de vives critiques. Le nombre de bénéficiaires du RMI, beaucoup plus élevé que prévu, ne se réduit pas en cas d’amélioration conjoncturelle. Le débat porte également sur la complexité du système et l’existence possible de trappes à inactivité (bien que les motivations à la reprise d’un emploi puissent être autres que financières). Les réformes adoptées par la suite viseront à améliorer le retour à l’emploi des bénéficiaires de minima sociaux d’âge actif, notamment via l’instauration de la prime pour l’emploi en 2001. L’année 2005 voit la mise en place des contrats d’avenir dans le secteur non marchand et des Contrats d’Insertion–Revenu Minimum d’Activité (CI-RMA) dans le secteur marchand. En 2006, la notion de « droits et devoirs » apparaît. En parallèle, les minima pour les personnes en incapacité de travailler sont revalorisés. Le second objectif des réformes est de simplifier le système global des minima sociaux. La création du RSA se place dans la lignée de ces évolutions tout en introduisant une rupture. Les dispositifs d’intéressement, qui permettent de cumuler partiellement et temporairement revenu d’assistance et revenu d’activité, sont ainsi remplacés par un mécanisme pérenne qui garantit que le revenu augmente quand les revenus d’activité s’améliorent. Le RSA privilégie l’accompagnement professionnel par le service public de l’emploi et, contrairement au RMI, concerne aussi les jeunes de moins de 25 ans.

Selon Julie Labarthe, la complexité du système résulte d’une construction historique. Néanmoins, celle-ci tend à se réduire. Il subsiste aujourd’hui deux catégories de minima sociaux : ceux qui s’adressent aux personnes en incapacité de travailler (avec des montants plus élevés) et ceux dont les bénéficiaires sont appelés ou astreints à s’insérer. A la lumière de ces éléments, une question reste en suspens : les minima sociaux permettent-il de mener une vie digne ?

Configuration des systèmes Hartz IV / RSA

Yoann Boget, Doctorant en sociologie à l’EHESS/Centre Maurice Halbwachs (ERIS), a procédé à une comparaison introductive France/Allemagne des dispositifs d’aide au retour à l’emploi afin de les resituer dans leur contexte historique et institutionnel. Dans les années 1990, la France et l’Allemagne disposaient à la fois d’un système d’assurance chômage, d’une assistance aux personnes pauvres et d’un système hybride (allocation de solidarité spécifique/Arbeitslosenhilfe). Puis, dans la seconde moitié de la décennie, ont émergé de nouveaux concepts tels que « workfare », « contrepartie » et « activation », annonçant un retournement de la question sociale. Ces dispositifs sont désormais appréhendés par rapport à leur influence sur le marché de l’emploi, les responsables politiques craignant que les montants alloués ne jouent un rôle dissuasif quant à la réinsertion sur le marché du travail.

Les dispositifs créés comportent des points communs aux deux pays : les allocataires sont considérés comme des demandeurs d’emploi. On assiste à une superposition de la politique de l’emploi et de la lutte contre la pauvreté. Le RSA distingue les personnes qui travaillent des personnes directement aptes à l’emploi et de celles en incapacité de travailler, la grande majorité des allocataires étant considérée comme apte à l’emploi. Hartz IV fait également référence à l’emploi avec l’allocation chômage II (Arbeitslosengeld II). Ainsi, les allocataires sont supervisés par Pôle emploi et par son équivalent allemand, l’Agentur für Arbeit. L’intervention de l’Etat envers les sans emploi est à la fois assurantielle (financée par les cotisations) et « assistancielle ».

Néanmoins, certaines différences sont à noter : la durée d’indemnisation chômage est deux fois plus longue en France qu’en Allemagne et il n’existe pas de salaire minimum outre-Rhin. Par ailleurs, le poids de chaque programme n’a pas la même portée, le RSA comptant 1,8 million de bénéficiaires contre 3,5 millions pour Hartz IV. En outre, la France recense 2,1 millions d’allocataires du chômage, pour 950 000 en Allemagne. Les techniques d’intervention divergent également : la technique d’incitation financière est plus prégnante en France tandis que les techniques disciplinaires (de contrôle et de sanction) sont plus efficaces en Allemagne.

Dans sa contribution dédiée à Hartz IV, Karl Brenke, Sociologue et Conseiller scientifique du Président de l’Institut allemand DIW Berlin, a expliqué dans un premier temps le contenu de la réforme. Entre 2003 et 2005, l’Allemagne a procédé à une refonte en profondeur du marché de l’emploi (lois Hartz), avec pour objectif global la réduction du chômage. Le volet Hartz IV en constitue l’élément principal : il comprend la fusion des systèmes de prestations sociales, l’amélioration du placement des chômeurs grâce à la collaboration entre les communes et le service de l’emploi ainsi que l’introduction des jobs à 1 €. Le nouveau système de prestations sociales, l’Arbeitslosengeld II, s’adresse aux personnes en situation de nécessité (au chômage ou non). Son montant pour une personne adulte sans enfant est de 359 €. Après la mise en place de Hartz IV, plus de la moitié des ménages a subi des pertes de revenus, un tiers ayant en revanche bénéficié de gains de revenus. Karl Brenke a indiqué que ce dispositif récent suscite encore de vives discussions sur le montant du forfait de base. Si le nombre d’allocataires a augmenté juste après la réforme, il connaît une baisse depuis, notamment parmi les allocataires au chômage. Les bénéficiaires de Hartz IV sont surreprésentés dans la catégorie des parents isolés, notamment ceux de moins de 25 ans. Ils se concentrent dans les anciennes régions industrielles et dans les Länder de l’Est.

Depuis la réforme, on constate une diminution assez lente du nombre de chômeurs bénéficiant de Hartz IV. Les chômeurs allocataires sont la plupart du temps dépourvus de qualification professionnelle, ce qui n’est pas le cas pour les autres chômeurs. La réforme n’a pas eu d’effet visible sur les prétentions salariales des bénéficiaires de Hartz IV souhaitant travailler à temps plein. Elle n’a pas eu d’impact non plus sur la recherche effective d’emploi, ni sur le degré d’intention de travailler. Parmi les allocataires de Hartz IV, les plus disposés à reprendre immédiatement une activité sont les 25-34 ans. En revanche, 30% des moins de 25 ans n’accepteraient pas dans l’immédiat un travail proposé, ce qui constitue un réel problème. Le système allemand fait en sorte qu’une personne qui travaille gagne plus qu’un bénéficiaire de Hartz IV. Mais pour certaines configurations de ménages, l’écart est faible entre le montant des prestations sociales et les salaires pratiqués sur le marché de l’emploi. Par ailleurs, 250 000 personnes travaillant à temps plein reçoivent des compléments de revenus au titre de Hartz IV.

En définitive, Hartz IV constitue une réforme en profondeur du marché de l’emploi, encore à ce jour controversée. Les indicateurs ne permettent pas de savoir si elle a contribué à faire baisser le chômage ou non. Les chômeurs concernés souhaitent le plus souvent retrouver un emploi, et font montre de modestes prétentions salariales. Selon Karl Brenke, le principal problème sur le marché de l’emploi réside dans la pénurie de postes disponibles.

Pour clore cette journée introductive sur les dispositifs français et allemand d’aide au retour à l’emploi, Céline Emond, Chargée d’étude au Centre d’études de l’emploi (CEE) et « Travail, emploi et politiques publiques » (TEPP CNRS), a exposé les caractéristiques du RSA. Le système précédent, le RMI, disposait d’une couverture large pour un coût limité. Il présentait un taux marginal de prélèvement (TMP) de 100% : pour un euro de revenu issu du travail, l’allocataire percevait un euro de moins, ce qui n’encourageait pas à la reprise d’une activité. Ainsi même lors des périodes de croissance (1997-2001), le nombre d’allocataires est resté stable. Ce constat a perduré à l’issue d’une décennie de réformes, comprenant notamment l’extension de l’intéressement du RMI après 1998. Dans ce contexte, la mise en place du RSA a eu pour double objectif de réduire la pauvreté et de ne pas pénaliser financièrement le retour à l’emploi. Ce dispositif a été expérimenté en 2007-2008 dans 34 départements, puis généralisé en 2009. Le TMP est désormais de 38%, c’est-à-dire que pour un euro travaillé, l’allocation perçue est de 0,62 €. La réforme a engendré la fusion du RMI et de l’API et la modification des circuits de suivi et d’accompagnement. Pour les ménages sans revenu d’activité, le montant d’entrée équivaut à celui du RMI. La réforme est par conséquent onéreuse, le surcoût étant estimé à 1,5 voire 2 milliards €. Si ses effets sont positifs sur le retour à l’emploi, ils sont plus discutables en ce qui concerne la pauvreté.

Le déploiement du RSA s’est révélé moins rapide que prévu, le non recours pouvant résulter d’un déficit d’information sur les droits nouveaux, de la complexité des démarches en comparaison avec les montants parfois faibles du RSA activité seul ou d’une volonté de ne pas recevoir ces allocations. Ces motivations seront précisées dans le rapport final du comité national d’évaluation du RSA, à paraître fin 2011. Si les allocataires du volet socle ressemblent aux anciens bénéficiaires du RMI et de l’API, on recense davantage de couples chez les allocataires du RSA activité seul. A la fin de l’année 2009, plus de la moitié de ces derniers n’avaient auparavant jamais bénéficié de minima sociaux. On observe par ailleurs des mouvements importants au sein et en dehors du RSA, notamment pour les bénéficiaires du RSA activité.

Pour finir, Céline Emond a mentionné les enjeux actuels du RSA, qui comprennent le suivi de nouveaux publics, la réforme de la gouvernance destinée à améliorer la coordination entre les acteurs (Conseil Général, CAF, Pôle emploi, villes, CCAS…), l’ajustement des politiques sociales locales dans ce nouveau contexte ainsi que les questions centrales de financement et d’évaluation.

En guise de conclusion, Isabelle Bourgeois, Chargée de Recherches au CIRAC, a précisé que l’approche du RSA laisse présager des réformes de fond à venir. La question des droits et devoirs permet de repenser la place de l’individu dans la société, tandis que celle du revenu minimum souhaitable est actuellement au cœur du débat en Allemagne. René Lasserre, Directeur du CIRAC, s’est interrogé en dernier lieu sur les résultats possibles d’efforts accrus en termes de formation. Afin d’approfondir la réflexion sur ce thème, cette manifestation sera complétée par une évaluation des dispositifs Hartz IV et RSA, prévue en janvier 2012. Au printemps 2012, un colloque final permettra de comparer la logique sociale d’ensemble des systèmes français et allemand, entre autres sous l’angle de la précarité et du maintien de l’employabilité, en les confrontant à d’autres expériences européennes, notamment scandinaves.

Les actes de cette journée d’étude seront intégrés à un ouvrage collectif à paraître en 2013.

Solène Hazouard, René Lasserre

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.