Ecritures de la Kulturkritik : entre science et littérature/ Schreibweisen der Kulturkritik zwischen Literatur und Wissenschaft

Date :  24-25/01/2014

Lieu :  Heidelberg

Organisateurs :  Olivier Agard

Programme :  Kulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

Theo Jung (Université de Freiburg): Eine ›Klage, die so alt ist, als die Geschichte‹? Kulturkritik um 1800 und 1900 im diachronen Vergleich

Un argument central contre la Kulturkritik est depuis ses débuts qu’il s’agit d’une « plainte qui est aussi ancienne que l’histoire elle-même » (selon une expression de Kant). Contre cette idée, il s’agit de prendre en considération le développement historique de la Kulturkritik, en distinguant trois niveaux dans l’évolution celle-ci. Dans un premier temps, l’exposé met en rapport l’émergence de la Kulturkritik moderne au XVIIIe et au début du XIXe siècle  avec l’historicisation de la réflexion sur la culture (qui n’opère plus en termes de constantes éternelles). Dans un deuxième temps, Theo Jung analyse le développement ultérieur de la Kulturkritik depuis cette époque en procédant à une comparaison diachronique des formes qu’elle prend en 1800 et 1900. Le point de départ de cette comparaison est le constat que cette Kulturkritik constitue un discours « parasitaire », de telle sorte qu’elle se transforme en même temps que le terrain sémantique sur lequel elle se construit. Pour donner un visage plus concret à cette thèse, M. Jung prend pour exemple trois domaines dans lesquels on peut observer l’évolution de la structure sémantique de la Kulturkritik. Les trois thèmes analysés sont le rôle du concept d’esprit [Geist], la manière d’aborder la science et la philosophie, et enfin la façon de considérer la technique et l’industrie comme des forces émergentes. En conclusion, T. Jung formule quelques propositions méthodologiques pour la recherche sur la Kulturkritik et son évolution historique. Il plaide ainsi pour donner à la sémantique historique une plus grande place, à côté d’autres approches.

Gilbert Merlio (Université Paris-Sorbonne), Gobineau-Rezeption in Deutschland

Alors qu’en France, l’essai de Gobineau sur l’inégalité des races humaines (1853-1855) n’a rencontré que l’indifférence ou le rejet, il a tout de suite été reçu de façon positive en Allemagne. Toutefois, c’est Wagner qui a été à la source de la gloire de Gobineau en Allemagne. Notamment à cause de ses lectures françaises, Wagner était convaincu du caractère néfaste du mélange des races avant même de connaître l’œuvre de Gobineau. C’est à l’époque de ce qu’on appelle ses « écrits révolutionnaires » que son antisémitisme a vu le jour. Mais tout comme ses disciples nationalistes, il ne se satisfaisait pas du fatalisme racial de Gobineau (c’est-à-dire de la théorie du tarissement inéluctable du sang aryen   – seul sang créateur de culture –  dans l’histoire).  Wagner pensait qu’il y avait une issue rédemptrice à la crise culturelle, sous la forme d’un christianisme encore conçu de façon universaliste. Après la mort du maître, le cercle de Bayreuth (avec sa revue Die Bayreuther Blätter) fut le principal diffuseur des idées de Gobineau en Allemagne. Mais cette médiation s’accompagna d’une trahison. Dans ce cercle de Bayreuth se développe un nationalisme de type völkisch, dont les représentants se réjouissaient  que ce soit un français qui établi de façon (pseudo) scientifique l’importance de la race comme facteur historique et la supériorité de la race aryenne, ou germanique. L’arianisme était ainsi identifié avec l’Allemagne, alors que Gobinau situait  plutôt au nord-ouest de l’Europe ce qu’il restait du sang aryen. Le propagandiste le plus actif de Gobineau fut Ludwig Schemann. En 1894, il fonda la société internationale Gobineau, qui se vouait à l’édition et la diffusion de l’œuvre de Gobineau. En 1899 parut sa traduction allemande de l’essai. Il recherchait un impact politique, dans le sens d’un pangermanisme à fondement racial et biologique. Un autre médiateur de Gobineau fut le disciple de Wagner Houston Stewart Chamberlain. En 1899, il publie le livre qui développe sa vision de l’histoire : Die Grundlagen des 19. Jahrhunderts, qui devient en Allemagne un best-seller philosophique. Il partage les postulats principaux de Gobineau. Mais encore plus que celle de Wagner, sa pensée est de nature théologique : la germanité représente le principe du bien, la judéité le principe du mal. Son antisémitisme est tellement virulent, qu’il se sent obligé de faire de Jésus-Christ un aryen, qui serait la source de la grande tradition idéaliste (contre le « mamonnisme » juif). En tant que derniers représentants de la lignée aryenne, les germains sont destinés à régner sur le monde. Chamberlain n’argumente jamais de façon purement biologique, sa conception de la race est comme celle de Paul de Lagarde plutôt spirituelle. Au contraire de Gobineau, il croit comme Wagner et Lagarde en une régénération de la culture, par un christianisme libéré de tous les éléments considérés par lui comme « juifs ».  Gilbert Merlio aborde alors la réception de Gobineau par Nietzsche. Plusieurs passages ou tournures donnent à penser que Nietzsche a été influencé par Gobineau, par exemple lorsqu’il s’en prend à la morale des esclaves dans la morale juive et chrétienne. Mais le concept nietzschéen de race n’est pas biologique ou ethnique, mais aristocratique. Nietzsche déteste le nationalisme, et la race n’est pas pour lui une res nata, mais une res facta. En ce sens, les « races fortes » sont toujours le résultat de mélanges. Une telle conception de la race a d’autres sources que Gobineau : qu’on pense à la fascination de Nietzsche pour les hommes supérieurs de la Renaissance. Avec son concept aristocratique de race, Nietzsche est paradoxalement resté plus fidèle à Gobineau que les penseurs völkisch, car son essai sur l’inégalité des races peut-être compris comme une projection, issue du sentiment de déclassement de cet aristocrate dans une société moderne démocratisée.

Alexandre Dupeyrix (Université Paris-Sorbonne), Nietzsche und Europa

Nietzsche est connu pour ses diatribes contre l’Allemagne de Bismarck et son goût prononcé pour une certaine culture française. L’horizon de sa Kulturkritik ne se cantonne toutefois pas aux frontières nationales mais s’établit à un niveau supranational : l’Europe partage une même culture malade du platonisme et du christianisme, et c’est l’Europe tout entière qu’il s’agit de régénérer en la lavant de la morale du ressentiment et en forgeant une nouvelle culture portée par des valeurs affirmatives. L’idéal du « bon Européen » semble en fait se confondre chez Nietzsche avec celui du surhomme.

Cette présentation tentera de mettre en lumière les grandes lignes de la Kulturkritik nietzschéenne appliquée à l’Europe en insistant sur 1) la conception de la culture chez Nietzsche en général 2) le diagnostic porté sur l’Europe du XIXe siècle 3) l’épistémologie qui est au fondement de la démarche critique nietzschéenne.

Anja Lobenstein-Reichmann (Heidelberg/Göttingen) : Richard Wagners Schwiegersohn

Houston Stewart Chamberlain und Frankreich: Eine völkische Perspektive

Houston Stewart Chamberlain, le gendre de Wagner, fait partie des auteurs les plus lus dans les premières décennies du XXe siècle. Dans son ouvrage Die Grundlagen des 19. Jahrhunderts, il associe dans sa Kulturkritik science historique, sciences de la nature, chauvinisme culturel, antisémitisme et racisme. Il insère par ailleurs cette Kulturkritik dans un prétendu combat pour l’existence, et en fait le point de départ d’une culture germanique de la rédemption, au centre de laquelle se trouve l’aryen. Au centre de la présente contribution, il y a la vision qu’a Chamberlain de la France : ce pays, où il a passé sa jeunesse, lui apparaît comme le laboratoire de la décadence culturelle et politique, comme un repoussoir menaçant pour l’Allemagne, voire pour l’humanité. Dans une perspective völkisch et conservatrice, Chamberlain construit un récit qui fait apparaître l’histoire de France comme un processus de dégermanisation progressive, marqué par l’échec de l’implantation du protestantisme (avec l’expulsion des huguenots), et le développement de l’influence juive. Le déclin moral, la criminalité et la dégénérescence sont les conséquences de la démocratisation, ainsi que de la transposition dans la réalité des idéaux révolutionnaires de liberté, égalité et fraternité, que Gobineau considère comme des « arcs de triomphes », à travers lesquels l’humanité court au chaos par le chemin le plus rapide. Chamberlain n’était pas seulement le philosophe de cour de l’Empereur Guillaume, il peut être considéré comme un précurseur idéologique de Hitler.

Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) : Historisme et « volonté allemand ». L’évolution politique de Ernst Troeltsch entre 1914 et 1919.

En tant que libéral de cœur, qui, comme beaucoup d’autres, a pris position de façon conséquente pour la mobilisation nationaliste de l’Esprit, et s’est engagé dans ce sens, le parcours d’Ernst Troeltsch constitue un cas parallèle, voire un contre-exemple à celui de Thomas Mann dans les Considération d’un apolitique. Le titre de la présente contribution est une allusion à la revue Der Kunstwart und Kulturwart, qui fut entraînée dans le tourbillon de la guerre, et qui porta à partir de 1915 le titre Volonté allemande, mais conserva Der Kunstwart comme sous-titre. Sous cette dénomination, elle parut durant trois ans, du premier numéro d’octobre 1915 au second numéro de mars 1919. Lorsqu’il publia dans le Kunstwart ses célèbres Spectator-Briefe, puis – à la suite de celles-ci – les Berliner Briefe, Ernst Troeltsch n’était déjà plus, depuis un certain temps, le partisan de la mobilisation intellectuelle qu’il était dans ses premiers écrits de guerre. Toutefois, à travers ces positionnements politiques successifs,  il ne cessa jamais d’être ce qu’il avait toujours été : un représentant de ce qu’on appelle l’historisme. Le but de cette contribution est de suivre l’évolution de ces positionnements, pour montrer comment l’historisme – comme noyau central – s’est adapté à ce contexte, et a contribué à produire des positionnements politiques productifs.

Manfred Gangl (Université d’Angers): Philosophische Anthropologie und Kulturkritik bei Arnold Gehlen

Dans son ouvrage Die Seele im technischen Zeitalter de 1957 et dans ses essais contemporains sur le thème de la technique et de la civilisation technique, Arnold Gehlen, en se plaçant du point de vue de l’anthropologie philosophique, se positionne en défenseur de la technique. En définissant l’homme comme un être lacunaire, Gehlen fonde la nécessité de la technique, en la reliant aux lacunes biologiques de l’Homme. Depuis toujours, l’Homme a été dépendant de la technique, en ce qu’elle remplace, soulage, améliore ses organes défaillants. L’Homme est par nature un être de culture, et même dans les cultures les plus primitives, on ne rencontre jamais la nature à l’état brut.  La rationalisation a touché tous les domaines, y compris celui de l’art. A l’époque moderne, elle donne le jour à une superstructure qui allie intimement technique, industrie et sciences de la nature.  A partir de là, Gehlen en vient à sa thèse provocante sur la cristallisation culturelle et la fin de l’histoire, la « post-histoire ». Mais cette emprise générale sur l’individu, ne peut-être brisée que par des esprits d’exception, et cette conception rappelle un topos fondamental de la Kulturkritik : l’attitude de Gehlen va davantage vers une dénonciation kulturkritisch des conséquences destructrices de la technique, que vers une défense de celle-ci.  Sa critique agressive de la Kulturkritik  et des intellectuels dissimule en réalité une intention kulturkritisch. Contre le danger que représente la culture de masse pour la personnalité, Gehlen en appelle à l’énergie de cette dernière.

Franziska Feger (Université de Heidelberg) : Frankreichkritik vor antiker Kulisse: Julian Apostata als „französische“ Kontrastfigur

L’histoire de l’empereur Romain Julien L’Apostat, qui emporta en l’an 357 avec ses troupes une victoire sur les Germains a été utilisée au XIXe siècle, aussi bien du côté allemand que du côté français, pour évoquer de façon analogique des conflits contemporains entre les deux cultures. Felix Dahn a utilisé cette figure dans son étude historiographique Die Alamannenschlacht bei Straßburg (1880), ainsi que dans son roman en trois volumes  Julian der Abtrünnige (1893). Les deux oeuvres sont imprégnées d’un esprit patriotique. A la lumière des antagonismes franco-allemands, Dahn utilise l’histoire pour faire de la population établie sur la rive gauche du Rhin l’ennemi héréditaire, depuis la période germanique. Alors que Dahn se contente dans son travail historique d’attirer l’attention sur les parallèles que l’on peut faire avec le présent, et suggère implicitement que Sedan est une « revanche » pour Strasbourg, il dresse dans son roman le portrait des français en peuple culturellement décadent, et présente les allemands comme une race supérieure. Mme Feger montre comment Dahn utilise ici les méthodes de la Kulturkritik. Toutefois, cette critique n’est pas dirigée contre la propre culture de l’auteur (contrairement à la définition usuelle de la Kulturkritik), mais contre la culture des romains et des français. Donc on ne trouve pas chez Dahn de regret par rapport à la décadence, ni de proposition pour sortir de la crise culturelle, puisque le roman s’ouvre par une description de l’âge d’or germanique. Le schéma de la Kulturkritik est retourné en son contraire : pour mettre en valeur l’idéal de la culture allemande, on lui oppose la culture étrangère, considérée sous un jour négatif. Le roman Julian der Abtrünnige ne développe pas une Kulturkritik, mais vise à empêcher préventivement qu’elle soit rendue nécessaire, en mettant en garde contre les errements de la nation concurrente.

Pascale Roure (Paris): « Kyniker der Gegenwart » :  Fritz Mauthner zur literarischen Moderne in Frankreich und Deuschland

Elena Alessiato (Turin):  Thomas Mann und die Jahrhundertwende: Leiden und Größe eines Kritik-Dilettanten

Cette contribution tente de clarifier la signification et le rôle des concepts « décadence » et « dilettantisme » dans la perspective ouverte par les Betrachtungen eines Unpolitischen de Thomas Mann. A partir d’une analyse de ces concepts, dans leur relation aux types de l’artiste et du « Literat », Il s’agit notamment de mettre en évidence l’influence du Kulturkritiker français Paul Bourget et de l’essayiste viennois Hermann Bahr. Les Betrachtungen apparaissent de ce point de vue à la fois comme un essai de guerre polémique et comme une fresque culturelle grandiose, qui met en scène une Kulturkritik virulente : il s’agit donc de montrer comment tous ces concepts sont utilisés dans une perspective critique, c’est-à-dire d’analyser la relation entre critique et art (ou attitude esthétique) à partir du contexte culturel et politique. Compte tenu du fait que la guerre mondiale est le thème fondamental des Betrachtungen, c’est à partir de la sensibilité de dilettante attribuée à l’artiste que l’on peut comprendre les positions du penseur « apolitique » Thomas Mann, en tant que représentant de la culture allemande. Par ailleurs, il s’agit de montrer que c’est la guerre et son interprétation esthétique qui fournissent à l’artiste les moyens thématiques et conceptuels, pour dépasser la décadence.

Cristina Fossaluzza (Venise) :  Der Dichter und der Deuter. Poesie und Kulturkritik im Dialog zwischen Hofmannsthal und Pannwitz um die europäische Kultur

Jusqu’à maintenant, la recherche a peu abordé l’amitié intellectuelle entre l’érudit autrichien Hugo von Hofmannsthal et le philosophe de la culture allemand Rudolf Pannwitz. Pourtant, cette amitié est importante, non seulement pour comprendre la façon dont Hofmannstahl se comprend en tant qu’écrivain dans les années de guerre et les années qui suivent la guerre, mais aussi pour la réflexion sur les modes d’écriture de la Kulturkritik. Il s’agit donc d’analyser les idées directrices de ce dialogue, qui oscille en permanence entre la poésie et la science (plus exactement entre la poésie et la philosophie de la culture) en procédant en deux étapes. Dans un premier temps, l’attention se porte sur l’ouvrage de Pannwitz Krisis der europäischen Kultur et sur les raisons de l’enthousiasme de Hofmannsthal pour cet ouvrage. Dans un second temps, l’accent est mis sur le projet de comédie auquel se consacre l’écrivain autrichien durant les années de guerre, et qui constitue le thème central du dialogue avec Pannwitz. Le  caractère singulier de ce dialogue et ce qui le rattache au contexte de l’époque réside dans le fait qu’il englobe divers styles et vecteurs, et qu’il touche à des thèmes centraux de la Kulturkritik des années de guerres. Cette Kulturkritik se concrétise chez Hofrmannstahl et Pannwitz dans un certain idéal autrichien et européen.

Jan Andres (Bielefeld) : Zur Kulturkritik im George-Kreis Memorialheroik und Traditionsverhalten als Legitimation der Kulturkritik im George-Kreis

Il s’agit de présenter dans cette contribution deux modes exemplaires, liés entre eux, de la pensée kulturkritisch dans le cercle de George. Dans un premier temps, J. Andres présente quelques considérations générales sur la Kulturkritik, en s’appuyant sur Bollenbeck, Koselleck et Thomé.  J. Andres analyse alors la conception héroïque de l’histoire dans le George-Kreis, avant d’aborder la fondation d’une mémoire comme constitution d’une tradition. Il s’agit de montrer comment la glorification et le souvenir des poètes et penseurs, des grands acteurs de l’histoire, sert à esquisser l’idée d’une « Allemagne secrète » qui oppose à la désolation de la civilisation et la perte des valeurs culturelles durables. La poésie de George et la science de ses disciples, que l’on peut considérer comme une littérature portant une vision du monde et destinée à orienter l’action et la pensée, promeut des lieux de mémoire et des héros allemands, qui alimentent la vision eschatologique d’une « Allemagne secrète ». L’anthologie « Deutsche Dichtung » constitue un exemple de cette démarche de fondation d’une mémoire et d’une tradition : il y va du sauvetage et de la redécouverte de l’Ancien, de la mise en évidence de la tradition pour créer les conditions d’une compréhension du Nouveau, de la poésie de George et des Blätter für die Kunst. La revivification du passé, la refondation d’une mémoire permettent d’apprécier le présent à sa juste valeur. C’est en cela que résidait le projet de fondation d’une tradition et d’une mémoire, qui s’opposait à une civilisation moderne fragmentaire et s’inscrivait dans le contexte d’une œuvre qui englobe la propre poésie de George, les traductions, les Blätter für die Kunst, et, précisément, l’anthologie « Deutsche Dichtung ».


Laisser un commentaire