Wahlbeobachterreise Berlin 2013

Par Antoine Acker et Emilie Graziani

Du 15 au 24 septembre  2013, nous avons eu la chance de participer à un voyage organisé par le service allemand d’échange académique (DAAD) en vue d’étudier, en compagnie d’autres observateurs internationaux, le scrutin parlementaire fédéral du 22 septembre. Ce voyage, qui incluait des visites d’institutions et de manifestations politiques ainsi que de nombreuses discussions avec des spécialistes de la question électorale, a eu lieu dans un contexte inédit. Pour la première fois depuis la réunification, la trame politico-économique de la campagne se caractérisait par une perspective solide et durable de baisse du chômage, profitant pleinement à l’image de la chancelière Angela Merkel dans l’opinion. Ces conditions a priori favorables ont conduit les principaux protagonistes du jeu politique à renoncer aux prises de position de type clivant. Les chrétiens-démocrates de la CDU avaient pour consigne d’éviter toute prise de risque, quand leurs rivaux du SPD se retrouvaient dans la position délicate de devoir présenter une alternative à la stratégie gouvernementale de libéralisation du marché du travail, initiée précisément par le social-démocrate Gerhard Schröder au début des années 2000. Mme Merkel avait d’ailleurs pris soin de déminer le terrain en se rapprochant au cours de son mandat des principales positions de la gauche sur des sujets aussi importants que la transition énergétique, les droits civiques ou le salaire minimum. Ce climat, peu propice à la mise en scène de divisions idéologiques majeures, a produit une campagne policée et débouché sur la formation d’un gouvernement de grande coalition, modèle par excellence de la culture du compromis politique à l’allemande.

Ainsi n’a-t-il pas échappé à la presse internationale que, dans le cadre de cette campagne anesthésiée, les candidats se sont soigneusement tenus à distance des questions touchant au rôle de l’Allemagne dans la résolution de la crise financière à l’échelle européenne. Le SPD et les Verts ont répugné jusqu’au bout à prononcer le terme trop impopulaire d’ « Eurobonds » pourtant utilisé depuis longtemps par leurs élus au parlement européen. La CDU et les libéraux au pouvoir, en se montrant incapables d’assumer les plans de sauvetage de la Grèce largement approuvés par le Bundestag, ont permis l’émergence d’un nouveau parti eurosceptique à leur droite. Mais le programme d’observation électorale du DAAD nous a surtout donné l’occasion d’explorer un autre thème majeur faisant figure de victime collatérale de l’embellie économique du pays : les inégalités persistantes entre l’est et l’ouest, masquées par la baisse continue du nombre de chômeurs en ex-RDA, qui doit beaucoup, dans les faits, à la crise démographique préoccupante de cette dernière. Une rencontre avec des représentants de la chambre de commerce de Leipzig nous a rappelé le fossé encore béant entre indices de production industrielle des deux côtés de l’ancienne frontière. Ce déséquilibre génère à l’est un déficit budgétaire ne pouvant être comblé qu’à travers un système fédéral de péréquation financière, qui fait encore l’objet aujourd’hui de vives controverses juridiques entre les différents Länder. La visite d’un meeting politique du Linkspartei, héritier de l’ancien parti unique de la RDA, dans une petite ville d’une région désindustrialisée de la Saxe, a achevé de nous convaincre de l’existence d’une colère encore enracinée près de vingt-cinq ans après la chute du mur, en particulier en raison des petites retraites d’une population vieillissante accusant le contrecoup de plus de deux décennies de chômage de masse. S’adressant à un public âgé et très populaire, le charismatique leader du Linkspartei, Gregor Gysi, s’y est posé en dernier défenseur des intérêts oubliés des citoyens de l’ex-RDA.

FotoAngie

Alors que des thèmes majeurs tels que la politique financière de l’Europe et la situation socio-économique des Länder de l’est ont été éclipsés, la campagne de la CDU, que nous avons eu l’occasion d’étudier de près, s’est focalisée de manière quasi-exclusive sur la personnalité de la chancelière. Ce choix nous est clairement apparu lors du dernier discours de campagne de Mme Merkel au Tempodrom à Berlin, précédé par une longue introduction durant laquelle la candidate faisait part de ses projets de grasse matinée et de petit déjeuner pour le dimanche du vote. Tout dans l’organisation du meeting visait à la mettre en scène comme une personne accessible, chaleureuse et au mode de vie semblable à celui de la plupart des allemands. Des centaines de pancartes célébrant « Angie », surnom affectueux de Mme Merkel, parachevaient cette stratégie de personnalisation déjà manifeste sur les chevalets grand format posées sur les voies express de la capitale et annonçant tout simplement « Kanzlerin für Deutschland ». Il s’agit là du seul message clair que nous avons pu déceler dans la campagne du parti au pouvoir. Ce dernier a tout misé sur l’incontestable popularité de sa chef de file et évité autant que possible de prendre position sur les sujets les plus polémiques. En écho à la litanie d’Adenauer, qui, fort d’une côte de satisfaction élevée dans la population, invitait les électeurs en 1957 à ne tenter « aucune expérience » (« Keine Experimente »), les pancartes exhibées au Tempodrom suggéraient aux Allemands de rester à l’écart de l’agitation politique et du débat d’idées : « Cool bleiben und Kanzlerin wählen ».

Si la campagne a mis au jour une classe politique prostrée devant toute perspective de changement majeur, il faut reconnaître dans le même temps que le personnel dirigeant de la république fédérale commence enfin à correspondre à la diversité de l’Allemagne du 21e siècle. Ce paradoxe est illustré par l’élection, pour la troisième fois consécutive, d’une femme originaire de l’est à la tête du gouvernement. Le nouveau Bundestag, qui comprend plus de 36% de députées, est d’ailleurs le plus féminisé de l’histoire. Les Allemands issus de l’immigration aussi y sont mieux représentés, même si les progrès réalisés restent insuffisants. Ainsi Karamba Diaby, social-démocrate saxon né au Sénégal que nous avons rencontré durant notre séjour, est-il le premier homme noir à siéger au parlement. De même, une femme musulmane d’origine turque a fait pour la première fois son entrée au gouvernement, et alors que les Verts sont dirigés depuis longtemps par un politicien qui aime à se définir comme « Souabe d’Anatolie », le SPD s’est doté à l’issue des élections d’une nouvelle secrétaire générale issue d’une famille germano-iranienne. Pourtant, les interlocuteurs que nous avons croisés durant notre voyage ne nous ont fait entrevoir cette évolution qu’à la marge. En immersion dans le monde des « observateurs » de la campagne, nous avons surtout rencontré des journalistes, sondeurs, politologues, membres de think-tanks : autant d’acteurs d’un milieu de l’analyse électorale qui nous est apparu plus élitiste encore que le monde politique lui-même. Rares étaient les intervenantes dans les débats et conférences auxquels nous avons assistés, sans parler des Allemands issus de l’immigration, totalement absents de ce type de manifestations, qui donnaient la parole essentiellement à des hommes blancs de plus de cinquante ans. Nous en avons discuté avec les membres de  l’association DeutschPlus, qui militent pour une plus grande reconnaissance de la diversité dans la société allemande et partagent nos conclusions sur le sujet. Alors que la pression du scrutin électoral oblige les élus à se moderniser dans le sens d’une meilleure représentativité sociale et culturelle, le monde des observateurs et analystes, à l’abri de ce type de contrôle démocratique, considère ne pas avoir de compte à rendre à l’opinion. Cette absence d’ouverture de la part des commentateurs politiques nous est apparue comme un problème majeur dans une campagne où ces derniers, remplissant un vide créé par des partis et leaders peu combatifs, ont exercé une influence déterminante sur l’évolution de l’agenda politique.


Laisser un commentaire