Changer l’école dans l’Allemagne de l’après 1945 – Perspectives transnationales

Date : 7-8 février 2013

Lieu :  Braunschweig

Organisateurs :  Romain Faure, TU Braunschweig et Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne

Programme : De la sortie de guerre à la Guerre froide : l’Allemagne au coeur des enjeux de culture et de société

L’atelier s’est inscrit dans le cadre du Programme Formation Recherche (PFR) du CIERA „De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société“. Outre le concours du CIERA, la manifestation a bénéficié du soutien de l’Université Franco-Allemande, de l’IRICE (Paris 1) et duGeorg-Eckert-Institut de Braunschweig.

Dans la lignée de travaux historiques récents, l’atelier « Changer l’école dans l’Allemagne de l’après 1945 – Perspectives transnationales » voulait reprendre à nouveaux frais les questions que posent l’inscription, après 1945, de l’histoire scolaire allemande dans un contexte transnational marqué par la Guerre froide. On le sait, l’histoire de l’école dans les deux Allemagnes possède une évidente dimension transnationale. Avant même la conférence de Potsdam, les Alliés avaient souligné l’importance d’un changement en profondeur du système éducatif allemand qu’ils accusaient, non sans raisons, d’avoir joué un rôle primordial dans la trajectoire politique du pays. Dès lors, dans les différentes zones d’occupation, les administrations américaines, britanniques, françaises et soviétiques s’efforcèrent, au travers de prismes idéologiques et politiques variables, d’imposer une modification en profondeur du système éducatif, l’école apparaissant comme un des éléments centraux de la refondation du pays sur une base démocratique.

La recherche existante a pointé des limites indéniables au processus de <dénationalisation> du système scolaire allemand.((1)) Ainsi, plusieurs travaux ont souligné les résistances politiques et intellectuelles très fortes opposées au changement, en particulier dans la partie occidentale du pays. Toutefois, même si les programmes de ré-éducation/re-orientation paraissent avoir connu des destins différents à l’Est et à l’Ouest, dans les deux cas, on repère une même tension entre adoption et rejet de modèles extérieurs, entre continuité et rupture avec les références du passé.

L’atelier « Changer l’école » avait pour objectif de revenir sur les résultats de la recherche mais aussi d’élargir le champ d’investigation pour aller au-delà d’une histoire scolaire strictement politique et institutionnelle et centrée sur l’immédiat après-guerre. Premièrement, nous proposions une diversification des terrains de recherche qui, au-delà des débats politiques au sujet de l’école, intègre au questionnement les perspectives d’une multiplicité d’acteurs. Ainsi, experts et administrateurs du système éducatif, universitaires, syndicalistes, enseignants ou élèves purent entrer en contact, de manière plus ou moins intensive et plus ou moins formalisée, avec d’autres mondes scolaires au-delà de leurs frontières. Deuxièmement, l’atelier visait à prendre en considération l’évolution de l’école ouest- et est-allemande dans une chronologie élargie, ne se limitant pas à la période des occupations mais prenant en considération l’inscription de l’histoire scolaire dans le contexte transnational de la deuxième moitié du XXème siècle. Enfin, nous nous proposions de retourner les termes de la problématique et de nous interroger sur la manière dont l’Allemagne d’après 1945 n’a pas seulement été un pays « d’importation » de références et pratiques scolaires étrangères, mais aussi, un « laboratoire » de nouvelles expériences qui ont pu faire l’objet d’un transfert vers l’étranger.

L’atelier s’articulait autour de trois panels ayant pour but d’apporter des éclairages complémentaires.

Le premier panel est revenu sur la période des occupations et sur la question de son interprétation : Peut-on la considérer comme véritable moment de rupture ou bien les continuités l’ont-elles emporté ? Ces réponses divergent-elles en fonction des zones elles-mêmes ou bien des différents secteurs envisagés ? Dans sa communication, Tania RUSCA, doctorante à l’université de Gênes en Italie a proposé une comparaison synthétique des politiques menées par les quatre forces d’occupation, en mettant en particulier l’accent sur les différences entre les options anglo-saxones premièrement, françaises deuxièmement et russes troisièmement. In fine, l’intervenante a cependant relevé un point commun à toutes ces politiques : le cruel décalage entre les ambitions des occupants et les réalisations obtenues. Marie-Bénédicte VINCENT, maître de conférence à l’École Normale Supérieure, a de son côté pointé les limites de la « dénazification » dans le milieu enseignant, en prenant l’exemple non pas de l’école mais de l’université. Elle s’est en particulier penchée sur le cas de la Bundesausgleichstelle, un département du Ministère de l’intérieur chargé de la réintégration de professeurs nazis en application des lois d’amnistie et de réhabilitation de 1951. À partir des archives de cet organisme, elle a notamment reconstitué le parcours professionnels de ces professeurs réintégrés, souvent passés pendant la guerre par des universités situées en territoires conquis après 1938 (Prague, Poznań…). Elle a en outre montré les résistances des universités allemandes dans les années 1950 à se laisser dicter leur recrutement par le politique, notamment en ce qui concernait le retour d’enseignants gravement compromis. Au final, la réintégration d’une part conséquente d’enseignants nazis désigne bien une continuité l’avant-1945, mais une continuité à ne pas considérer comme simplement donnée mais bien au contraire à analyser comme une « construction ». Thomas KOINZER a de son côté récapitulé les résultats de son habilitation. Proposant de décloisonner la chronologie du changement de l’école après 1945, il a présenté les missions effectuées par différents acteurs ouest-allemands de l’éducation – qu’ils proviennent de ministères, de l’université ou de l’école – aux Etats-Unis. Ces missions étaient notamment organisées par l’American Jewish Committee et peuvent être lues comme une continuation tardive des politiques de re-orientation/rééducation. Même si les participants à ces voyages – parmi lesquels on retrouve de futures figures du débat public en RFA comme Jürgen Habermas – revenaient généralement très marqués par ce qu’ils avaient vu, leur image du système éducatif américain était le plus souvent ambivalente, si bien qu’ils ne peuvent pas être simplement étiquetés comme les chantres d’une américanisation de l’école allemande.

Le deuxième panel s’intéresserait à une problématique plus large et moins centrée sur l’immédiat après-guerre : la place de l’Allemagne dans la circulation transnationale des savoirs, expériences et produits pédagogiques dans la seconde moitié du 20e siècle. Pour commencer, Andreas TIETZE a évoqué l’élaboration d’un enseignement polytechnique en RDA. Ce faisant, il s’est attaché à relativiser l’idée d’une soviétisation de l’enseignement en Allemagne de l’Est. L’exemple de l’enseignement polytechnique montre en effet que la réception des expériences pédagogiques soviétiques en RDA était partielle et parfois contradictoire. À partir de la deuxième partie des années 1960, l’enseignement polytechnique est-allemand prit une dimension indéniablement spécifique et originale, de telle sorte qu’il devint rapidement un modèle dans d’autres pays, à l’Est comme à l’Ouest du rideau de fer. D’un point de vue original liant histoire économique et scolaire, Manuel KLAUS s’est intéressé dans sa communication à la présence des maisons d’édition allemandes sur le marché des manuels scolaires en Suisse après 1945. Comparant les manuels suisses et allemands en vigueur dans les cantons helvétiques, Klaus s’est posé la question de leur orientation idéologique dans la Guerre froide, à un moment où les deux opinions nationales divergent assez clairement. Il est cependant parvenu à la conclusion que le plus déterminant pour le caractère idéologique d’un livre de classe était finalement moins le pays d’origine que l’auteur. De son côté, Christa KERSTING a présenté les résultats de son habilitation sur la « refondation » de la discipline pédagogique dans l’Allemagne de l’Ouest après 1945, en replaçant cette évolution dans son cadre transnational. Elle a qualifié la pédagogie telle qu’elle fut établie à l’université de « provinciale », tant ses représentants parvinrent dans un premier temps, et contre les injonctions au changement des occupants, en particulier français, à refuser une quelconque ouverture sur les pratiques et savoirs étrangers. La pédagogie restait celle de la première moitié du XXème siècle, fortement théorique et solidaire d’une vision nationaliste de la science. Un changement et un dialogue avec d’autres pédagogies s’ouvrirent peu à peu au cours des années 1950 et 1960, notamment grâce à l’invitation de professeurs étrangers à des chaires temporaires.

Le troisième et dernier panel s’est attardé sur la question des transferts et comparaison entre les mondes scolaires français et allemands. Daminao MATASCI, doctorant à Genève, a ouvert la séance avec une présentation de ses travaux sur une époque, la fin du XIXème siècle, où c’était le modèle scolaire allemand qui était envié en France. Il s’est en particulier employé à mettre en avant la « matérialité » des circulations, qui passaient par plusieurs canaux : missions pédagogiques françaises qui se tournent en premier lieu vers l’Allemagne, revues spécialisées, expositions universelles. Par ailleurs, Damiano Matasci a bien montré que le « modèle allemand » si prisé en France après la défaite de Sedan, était une aussi une construction française, tant les acteurs se sont consciemment employés à adapter au terrain français les leçons d’outre-Rhin. Caroline DOUBLIER est revenue sur un moment crucial des relations éducatives franco-allemandes : la politique éducative en zone française après 1945. Dans sa communication, elle a pu brosser un tableau à la fois détaillé et complet des ambitions françaises, qui se sont avérées bien radicales. L’école allemande devait être réformée de fond en comble, et sur le modèle français, privilégiant ainsi la laïcité, une centralisation avec un baccalauréat « national », une école unique. De manière intéressante, il est apparu dans la discussion que ce que les Français essayaient d’imposer en Allemagne correspondait en partie au programme que l’on essayait à la même époque de mettre en œuvre en France, sans que le but ne soit atteint. Enfin Sonja LEVSEN, qui travaille à son habilitation à l’Université de Freiburg, a comparé les débats sur l’éducation dans l’Allemagne et la France de l’après 1945. Elle a constaté des deux côtés du Rhin un même optimisme, voire une même euphorie, qui a tout à fait confiance en la capacité de l’éducation à modifier en profondeur des sociétés ayant échoué à fabriquer de la paix. Toutefois, Sonja Levsen relève aussi une différence majeure concernant l’idée de démocratisation de l’école dans les deux pays après 1945. Alors qu’en Allemagne, on veut démocratiser l’enseignement, c’est-à-dire plus spécifiquement les rapports entre élèves et personnels éducatifs, en France, on cherche à élargir l’accès aux filières nobles de l’éducation.

Alors que l’étude de l’histoire scolaire allemande de l’après-1945 est en plein renouvellement, notre atelier a permis de mener une discussion internationale à ce sujet, ce qui est très peu souvent le cas pour un thème souvent considéré comme essentiellement « allemand ». En outre, les débats ont souvent porté sur des questions de méthodes et de terminologies, en particulier pour ce qui concerne la définition exacte et les moyens d’étudier des transferts transnationaux. Ces débats rejoignaient des discussions actuelles en histoire de l’éducation mais témoignaient également de la difficulté à et de la nécessité de traduire les concepts et approches entre les traditions de recherche françaises et allemandes.

Un compte-rendu de l’atelier par Sandra Wenk a paru  sur le site H-Soz-u-Kult : http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/tagungsberichte/id=4834

 

  1. Voir Heinz-Elmar Tenorth, Geschichte der Erziehung – Einführung in die Grundzüge ihrer neuzeitlichen Entwicklung, Weinheim und München: Juventa, 4. Auflage, 2008. Plus récemment: Udi E. Greenberg, „Germany’s Postwar Re-education and Its Weimar Intellectual Roots“, in: Journal of Contemporary History 46 (10), 2011, p. 10-32. []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.