L’histoire du temps présent au voisinage des sciences sociales : entre inter-, pluri- et transdisciplinarité

Date : 6-8 juin 2013

Lieu :  Berlin

Organisateurs :  Emmanuel Droit (Université Rennes 2), Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne) et Frank Reichherzer (Université Humboldt de Berlin)

Programme : Zeitgeschichte/Histoire du temps présent : les défis de l’écriture de l’histoire du temps présent au 21e siècle

Auteur de ce compte rendu : Caroline Garrido (Rennes 2/CERHIO- Centre Marc Bloch)

L’atelier « L’histoire du temps présent au voisinage des sciences sociales : entre inter-, pluri- et transdisciplinarité » qui s’est tenu du 6 au 8 juin 2013 au Centre Marc Bloch de Berlin fait suite à une réflexion engagée en novembre 2012 à Rennes dans le cadre d’un programme de formation-recherche soutenu par le CIERA et l’Université Franco-Allemande. Emmanuel Droit (Université Rennes 2), Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne) et Frank Reichherzer (Université Humboldt de Berlin) ont réuni une nouvelle fois des (post-) doctorants, des chercheurs allemands et français afin de poursuivre la réflexion sur les conditions d’écriture de l’histoire du temps présent au XXIe siècle.

De par sa fonction d’incubateur interdisciplinaire franco-allemand depuis sa création en 1992, le Centre Marc Bloch a constitué un cadre « naturel » de discussion à cette rencontre dont l’objectif intellectuel était de questionner l’existence d’un rapport particulier entre les sciences sociales et l’histoire du temps présent. En tant que sous-discipline historique, cette dernière offre-t-elle un terrain plus propice au travail interdisciplinaire? Quelles sont les réflexions engagées sur ce dialogue chez les historiens du temps présent français et allemands? Quelle est la plus-value du regard des historiens du temps présent par rapport aux autres chercheurs en sciences sociales?

La conférence introductive de Jacques Revel (EHESS) sur le thème de « L’interdisciplinarité par temps d’incertitude » a abordé de front tous ces questionnements. Ses propos ont permis tout d’abord de les replacer dans un contexte épistémologique plus large mais avant tout national. En France, « les sciences de l’homme et de la société », selon l’appellation du CNRS, inscrivent l’histoire au coeur des sciences sociales et l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) lorsqu’il prend la suite du Comité d’histoire de la résistance réaffirme la porosité de l’histoire au sein de cette famille scientifique. En Allemagne, bien que l’interdisciplinarité soit une pratique courante, la Geschichstswissenschaft (science historique) se distingue clairement des Sozialwissenschaften et l’Institut für Zeitgeschichte de Munich (Institut d’histoire du temps présent) s’inscrit dans cette tradition. De plus, l’historien français associe l’attrait des échanges interdisciplinaires à un moment particulier de l’histoire des sciences sociales : un moment d’incertitude, une zone de turbulence suite à l’érosion des grands paradigmes fonctionnalistes. Face à un avenir incertain et un présent indéchiffrable, le passé est réinterrogé et les emprunts, plus ou moins réciproques entre disciplines, sont légion. L’interdisciplinarité répond à une demande sociale et académique et elle participe d’un mouvement d’« optimisme épistémologique ». Jacques Revel, sans remettre en question cette pratique comme source d’innovations, se montre cependant critique vis-à-vis d’une simple coexistence intéressée faite d’emprunts disciplinaires libres. Il plaide, sur les traces de l’historien Bernard Lepetit, pour une « pratique restreinte » de l’interdisciplinarité.

L’atelier qui suivit la conférence de J. Revel a été l’occasion de s’interroger sur ce recours devenu presque trop naturel. Pour questionner ce voisinage et cette pratique, les discussions se sont organisées autour de cinq problématiques introduites par des chercheurs confirmés français et allemands issus de différentes sciences sociales. Chaque communication a fait l’objet d’une discussion avec les participants donnant lieu à de vifs débats, reflétant ainsi la forme de workshop choisie pour ce deuxième rendez-vous. Le premier axe de réflexion défini par les organisateurs – « L’histoire du temps présent et les sciences sociales : entre capitulation et recapitulation? » – fut introduit par l’historien allemand Kim Priemel (Humboldt Universität zu Berlin). Dans son propos liminaire, il s’interrogea sur la place de l’histoire du temps présent dans le monde des sciences sociales: comment s’opère le partage des compétences, quels outils et les méthodes sont privilégiés? Quelle est la plus-value du regard de l’historien? Dans le cadre du second panel, la sociologue allemande Tanja Bogusz (Centre Marc Bloch) s’est appliquée à présenter les « Effets du processus de transdisciplinarité sur les sciences sociales depuis 1989 ». Sa présentation lui donna l’occasion de proposer un plaidoyer pour une sociologie engagée, publique, appliquée dans le temps présent. La troisième section intitulée « L’histoire du temps présent et l’historicité du savoir » a permis au spécialiste des sciences de la culture, Philip Felsch de proposer de dépasser la dichotomie entre théorie et pratique par l’expression d’une pratique théorique, instituant ainsi la théorie comme genre à part entière. La dernière présentation de la journée assure par la politiste française Magali Gravier s’inscrivit dans le panel consacré aux relations entre l’histoire du temps présent et la science politique. La dernière section fut consacrée à la mémoire comme objet de recherche interdisciplinaire et fut introduite par Christian Gudehus (Université de Flensburg) Chaque chercheur mobilisé pour ouvrir les panels ont offert aux doctorants français et allemands de précieux témoignages sur leurs pratiques de l’interdisciplinarité. Ainsi aussi différents qu’ils soient, les thématiques et les intervenants n’en ont pas moins suscité des réflexions communes. Les discussions ont notamment porté sur les conditions du recours à la pratique interdisciplinaire. En effet, l’interdisciplinarité ne va pas de soi. Elle est une construction, palliant l’instabilité dans laquelle sont plongées les sciences sociales, chacune à la périphérie d’un centre insaisissable (J. Revel). Le périmètre des sciences sociales est devenu incertain. Les chercheurs se parent de multiples casquettes et poursuivent des parcours croisés. Peuvent-ils procéder à de simples emprunts d’outils disciplinaires ou de concepts sans effort de contextualisation (Magali Gravier)? Les discussions se sont fortement orientées vers une démarche réflexive (Reflexionsprozeß) de la pluridisciplinarité (Kim Priemel). La question de savoir si nous pouvons ou si nous devons lier ou dissocier les différentes approches des sciences sociales, a surgi tout au long du workshop. Elle a conduit les participants du workshop à concevoir différentes manifestations de ce voisinage définissant l’inter-, la pluri- et la transdisciplinarité comme des méthodes de travail favorisant, à divers degrés, les échanges entre spécialités. Sans fixer a priori de définition précise, la réflexion s’est cristallisée autour de la question de la possibilité d’une pratique interdisciplinaire. Dans quelle mesure pouvons-nous intégrer et faire cohabiter, de façon assumée et réfléchie, dans un même objet d’étude, des pratiques issues de champs disciplinaires distincts tout en respectant les traditions épistémologiques? Pouvons-nous faire dialoguer des disciplines dont les outils conceptuels et le langage scientifique diffèrent?

Dans ce domaine, les discussions se focalisèrent sur les conditions d’emprunt des théories et des concepts. Même si la réflexion sur les concepts est différente de part et d’autre du Rhin, il semble qu’ils ne constituent plus autant qu’avant des modes de pensée (Lebenstil). Les tenants de la théorie en action (Ph. Felsch) soulignèrent à ce titre la perte d’évidence des théories et préconisèrent une approche nouvelle. Cette démarche est concrètement mise en pratique au Centre Norbert Elias de Flensburg qui se présente comme une unité de recherche mixte et pluridisciplinaire valorisant l’approche pratique, concrète d’un objet d’étude et reléguant au second plan la recherche d’une approche pertinente, d’une théorie adéquate. Cette pratique permet de faire face à un déficit théorique comme l’illustre les recherches de Christian Gudehus autour du concept de violence, concept qui reste largement insaisissable. Il a comparé les expériences collectées à des mémoires sédimentées, et les traita comme un matériau brut dans lequel se mêlent souvenirs et visions prospectives. Le questionnement et la méthode se définissent par rapport à la source qui peut être continuellement revisitée par de nouvelles grilles de lecture.

Le recours aux concepts, théories d’autres sciences sociales, fréquent dans l’écriture de l’histoire du temps présent, et la pratique de l’interdisciplinarité nécessitent donc une démarche réflexive, une définition des enjeux heuristiques en préambule ou a posteriori. Toute théorie nécessite dans son usage une re-contextualisation car les concepts ne sont pas des choses, ce sont des hypothèses et Jacques Revel n’a pas manqué de le rappeler en conclusion de cet atelier. La pratique interdisciplinaire efface, en apparence seulement, les frontières entre disciplines puisqu’elle réintroduit dans le même temps entre elles des inégalités disciplinaires, une différence de potentiel. Des différentes discussions émerge l’idée que la pratique interdisciplinaire tend à rendre l’étude d’un objet plus difficile à embrasser et ce n’est finalement qu’au prix d’un voisinage et d’un dialogue complexes que les sciences sociales peuvent s’enrichir mutuellement.

Un troisième atelier franco-allemand est prévu en octobre 2013 à Paris. Les sujets d’étude des participants seront alors au coeur des discussions et serviront de base à une réflexion plus large sur le rapport aux sources, aux théories et au « sujet ultime et sérieux des sciences sociales » (F. Braudel), le Temps.

Enfin, nous tenons à souligner que nous avons tenu à valoriser une partie de l’atelier. En collaboration avec le Centre Marc Bloch, nous proposons au public le podcast de la conférence inaugurale de Jacques Revel. Nous avons souhaité faciliter l’accès du public à notre manifestation scientifique. Les personnes intéressées ont donc désormais la possibilité de consulter à tout moment ces enregistrements. Ce podcast a été mis à disposition sur la page du Centre Marc Bloch sur la plate-forme Soundcloud : https://soundcloud.com/centre-marc-bloch


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.