Voir/savoir : manieres de voir et representations visuelles dans les sciences

Date : novembre 2012 – juin 2013

Lieu :  Paris

Organisateurs :  Charlotte Bigg et Andrée Bergeron

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

Ce séminaire, qui en est à sa troisième année d’existence, constitue l’une des unités fondamentales du master « Histoire des sciences, technologies, sociétés ». Conformément au principe de l’EHESS (« la formation à la recherche par la recherche », le séminaire accueille les étudiants du master – et d’autres masters de l’EHESS – mais aussi des doctorants et des chercheurs dans les domaines de l’histoire des sciences, de la communication et les domaines connexes.

Il propose une introduction aux études visuelles des sciences, un champ de recherche qui s’est fortement développé au cours dernières décennies parallèlement à la prolifération d’images, de techniques de visualisation, de modèles et de simulations aussi bien dans les pratiques scientifiques contemporaines que dans la communication scientifique. Ce domaine a aussi bénéficié d’un dialogue renouvelé entre histoire des sciences, histoire de l’art, de la photographie et du film et les études cultuelles dont la conséquence a été la création de nouveaux objets et de nouvelles approches pour l’étude des images scientifiques et des cultures visuelles.
Objectifs

Cette année, six séances du séminaire ont été consacrées au projet Matières à penser.
L’objectif était tout à la fois de faire vivre celui-ci dans l’institution où il a été initié et de le faire connaître localement – tout particulièrement auprès des jeunes chercheurs (masterants et doctorants). En outre nous considéré qu’il s’agissait là d’un moyen efficace pour initier la construction du réseau de recherche, les étudiants et chercheurs participant au séminaire ayant la possibilité de bénéficier et devenir partie prenante du projet. Il a enfin fourni l’occasion de développer des réflexions sur des sujets spécifiques avec les chercheurs invités, bien sûr durant la séance proprement dite mais plus largement au cours de leur séjour parisien, le but étant, là encore, de développer le réseau et de mettre à profit leur expertise.
Bilan

Deux grands axes de recherche ont été présentés et discutés au cours de ces séances.

1-    Approches et études de cas historiques :

•    14 décembre 2012
Marianne Sommer (Université de Lucerne)
Creative Education, Charles Knight, Henry Fairfield Osborn and the Visualisation of Evolutionary History at the American Museum of Natural History.
Cette session, commune au séminaire Histoire des sciences de l’homme et de la société du Centre Alexandre Koyré, joué le rôle d’introduction générale à l’approche anglo-américaine des études visuelles appliquées à l’histoire des musées (certains des textes fondamentaux abordés ici ont d’ailleurs été ultérieurement discutés lors du séminaire berlinois).

•    28 février 2013
Jonathan Simon (Université Lyon 1/Université de Strasbourg)
Comment tirer profit de la virtuosité anatomique – les parcours extraordinaires de von Hagens et de Fragonard.
Commenté par Raphaël Mandressi (Centre Alexandre Koyré)
Cette session abordait la question de la visualisation de l’anatomie humaine au travers d’une mise en parallèle du parcours et de l’œuvre de deux anatomistes de caractéristiques très différentes : Fragonard au 18e siècle et von Hagens de nos jours. Si une simple comparaison trait à trait des deux personnages s’avère irrecevable, ils soulèvent néanmoins des questions communes qui, elles, peuvent circuler entre les temps. La séance a permis d’analyser les manières de voir et les représentations construites par ces opérations mais aussi les familiarités culturelles sous-jacentes à cette manière de disposer les corps dans un espace de visibilité sociale.

•    11 avril 2013
Kurt Vanhoutte and Nele Wynants (Université d’Anvers)
Spectacle of modernity: immersive performance and astronomy
Perspectives sur la présentation des sciences au dix-neuvième siècle, du point de vue des sciences du théâtre et du spectacle, avec un accent particulier mis sur les publics et sur l’expérience du spectacle (une session portant sur les planétariums et les espaces immersifs de spectacles scientifiques est prévue pour le deuxième atelier).

•    13 avril 2013
Loic Charles (EconomiX, Université de Reims, Ined) & Yann Giraud (Université de Cergy-Pointoise, THEMA)
Economics for the masses: the visual display of economic knowledge in the United States (1910-1945)
Séance consacrée à la création d’une culture visuelle en économie à travers notamment l’étude de l’usage de la photographie (Dorothy Lange, Lewis Hine) par la FSA dans les années 30 et des visual statistics (Otto Neurath).

2-    Approche réflexive, dans un contexte économique, social et politique large, des enjeux contemporains liés aux expositions scientifiques et à la gestion des collections universitaires

•    24 janvier 2013
Martha Fleming (Londres)
Making Split + Splice. Fragments from the age of biomedicine (Medical Museion, Copenhague, juin – décembre 2009)
Jochen Hennig (Université Humboldt de Berlin)
Making Weltwissen. 300 Jahren Wissenschaften in Berlin (Martin Gropius Bau, Berlin, septembre 2010 – janvier 2011)
Une session remarquable présentant les réflexions croisées des commissaires de deux expositions récentes et novatrices autour des défis pratiques, institutionnels et intellectuels posés par la mise en exposition contemporaine des sciences.

•    28 mars 2013
David Aubin (Université Pierre et Marie Curie) & Sébastien Soubiran (Université de Strasbourg)
La mise en scène des sciences aujourd’hui: l’historien(ne) des sciences face au patrimoine universitaire et sa valorisation
Deux exposés abordant la place de la culture matérielle historique des sciences dans les pratiques et politiques universitaires contemporaines, dans le cadre de deux contextes très différents : l’Université Pierre et Marie Curie (et l’héritage de la faculté des sciences de la Sorbonne), d’une part, et l’Université de Strasbourg (avec une histoire tantôt allemande, tantôt française) d’autre part. Dans les deux cas, la question centrale était la suivante : quel statut et quels projets pour les collections universitaires ?

Charlotte Bigg et Andrée Bergeron, Centre Alexandre Koyré


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.