Bologne et au-delà. Experts, entrepreneurs, usagers face à l’internationalisation des universités

Date : 20/21 juin 2013

Lieu :  Strasbourg

Organisateur :  Dorota Dakowska

Programme :  L’académie en chantier. Transformations des universités centre-est-européennes depuis 1989

Auteur du compte rendu : Ioana Cîrstocea

Le colloque international « Bologne et au-delà. Experts, entrepreneurs, usagers face à l’internationalisation des universités » organisé les 20 et 21 juin 2013 à la MISHA clôt le deuxième volet du projet « L’académie en chantier : Transformations des
universités centre est-européennes depuis 1989 » soutenu par le Programme de formation recherche du CIERA 2011-2013. Il fait suite à une journée d’études qui a eu lieu le 10 mai 2012 au CERCEC (Centre d’études sur les mondes russe, caucasien et
centre-européen) à Paris/ EHESS, intitulée « Humboldt dans tous ses États. Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989, entre dynamiques endogènes et transferts internationaux ».
Soutenu, à part le CIERA qui nous a accordé la majeure partie du financement, par la Région Alsace, l’Université de Strasbourg, l’Université Humboldt et l’UMR 7363 SAGE Strasbourg, le colloque des 20-21 juin a réuni 22 participants – chercheurs confirmés et jeunes chercheurs – venant pour la plupart de l’étranger (Allemagne, Portugal, Grande Bretagne, Roumanie, Luxembourg, Ukraine, Belgique) ; six d’entre eux sont basés dans des universités en France dont trois à Strasbourg. Les langues de communication utilisées ont été l’anglais et le français.
Les travaux du colloque ont été ouverts par une allocution de Jay Rowell, DR au CNRS, membre et ancien directeur de SAGE, vice-directeur du CIERA, en présence de la directrice de SAGE, Hélène Michel, PU à l’Université de Strasbourg. Au niveau logistique, l’organisation a bénéficié de l’aide de la cellule administrative de SAGE et notamment de l’assistance professionnelle d’Estelle Czerny, ingénieure d’études. Le programme du PFR comportait l’organisation de deux manifestations scientifiques internationales inscrites dans une logique thématique chronologique.
Ainsi, la première manifestation, de 2012 plus restreinte, fut consacrée aux réformes universitaires suivant la chute des régimes communistes (ouverture, libéralisation, décentralisation, privatisation), alors que le colloque de 2013 a porté sur les
transformations liées aux processus d’harmonisation des politiques sectorielles en Europe (Processus de Bologne), voire, plus largement, à la circulation globalisée de modèles d’organisation pour l’enseignement supérieur (mise en place de systèmes
d’assurance qualité, classements, etc.) – dans les pays européens et au-delà.
Le colloque de Strasbourg a comporté trois sessions thématiques. La première demi-journée a été consacrée principalement à l’analyse de la dimension institutionnelle du processus de Bologne, à savoir la mise en place de nouveaux modes d’organisation des universités et leurs effets sur les pratiques des enseignants, étudiants, personnels administratifs. Animée par Anja Röcke (Université Humboldt de Berlin) et discutée par Robert Harmsen (Université de Luxembourg), elle a réuni des interventions de Barbara Kehm (Université de Kassel), Amélia Veiga (Centre de recherches sur les politiques de l’enseignement supérieur, Porto), Kathia Serrano-Velarde (Université d’Heidelberg) et Michael Dobbins (Université de Francfort). Des questions telles que l’isomorphisme institutionnel, la bureaucratisation, les logiques contradictoires des processus d’internationalisation, l’attribution de moyens pour la recherche sur un mode compétitif ou la construction empirique des enquêtes présentées ont été abordées dans la discussion générale. Le discutant de la session a pointé quelques éléments théoriques et méthodologiques transversaux, notamment la question de la construction/circulation/mise en oeuvre des politiques publiques, voire la question de la mise en place de l’expertise ou encore le profil et les pratiques des « entrepreneurs des normes ». Il a proposé un recentrage sur la dimension sociologique de ces processus et a invité à une critique des biais des premières recherches sur « Bologne », axées trop
exclusivement sur la dimension européenne des transformations, au détriment des logiques à la fois nationales et transnationales.
La deuxième session thématique a été consacrée aux usages de dispositifs européens de réforme dans différents cadres nationaux. Elle a été modérée par Niilo Kauppi (CNRS, SAGE, Strasbourg) et discutée par Jana Bacevic (Central European
University, Budapest) ; elle a réuni les interventions de Sonia Pavlenko (Université Babes Bolyai de Cluj Napoca), Ligia Deca (Université du Luxembourg), Mihai Dinu Gheorghiu (Université Alexandru Ioana Cuza, Iasi), Anja Röcke (Université Humboldt
Berlin) et Sarah Croché (Université de Picardie Jules Verne). Trois des communications ont abordé le cadre national roumain interrogé via des angles différents tels que la comparaison des programmes des candidats aux élections rectorales de 2012, la mise en perspective des usages discursifs de Bologne dans différentes arènes de production des politiques publiques, voire l’émergence professionnelle d’une expertise de l’enseignement supérieur ; les deux autres communications ont été consacrées
respectivement à la réception du processus de Bologne par les étudiants allemands et à l’écho, en France, des politiques européennes d’harmonisation de l’enseignement supérieur. Tout en soulignant la difficulté à analyser des aspects et dynamiques propres à l’espace académique dont les chercheurs font eux-mêmes partie, la discutante a soulevé notamment des points de méthode. Elle a appelé à réinterroger les théories en usage dans la littérature sur l’européanisation des universités à la lumière des nouvelles données empiriques collectées. La discussion générale a notamment porté sur les dynamiques politiques propres aux contextes nationaux étudiés et sur le rôle de la Commission européenne qui parvient à influencer les dynamiques nationales par le biais des ressources financières qu’elle met à disposition.
La troisième session, enfin, a été consacrée aux processus de transformation touchant des contextes « périphériques » par rapport à la dynamique européenne propre au processus de Bologne dans ses phases initiales. Présidée par Laure Neumayer
(Université Paris 1) et discutée par Niilo Kauppi (CNRS, SAGE, Strasbourg), elle a réuni les contributions d’Inna Sovsun (Université de Kiev), Eduard Klein (Université de Brême), René Lenz (Université d’Erfurt), Olga Gille-Belova (Université de Bordeaux), Jean-Emile Charlier (Université catholique de Louvain). Deux communications ont été consacrées à la question de la corruption dans les universités ukrainiennes et à l’intervention des acteurs internationaux dans le traitement de ce problème public. La troisième s’est penchée sur la coopération académique germano-russe. Olga Gille-Belova a présenté les réformes de l’enseignement supérieur au Belarus et les usages conservateurs des références européennes dans ce pays dont la candidature pour rejoindre l’Espace européen d’enseignement supérieur a été refusée. Enfin, Jean-Émile Charlier est revenu, de manière critique, sur l’exportation des modes d’organisation propres au système européen harmonisé dans différents contextes africains.
Le discutant a soulevé la qualité que de telles analyses ont de relativiser et rendre flou le contenu du référent « processus de Bologne ». Soumis à des usages contrastés pouvant aller à l’encontre des programmes imaginés à l’occasion de son lancement,
« Bologne » devient synonyme de modernisation et recouvre des logiques d’articulation entre différents cadres nationaux et une globalisation tous azimuts des systèmes d’enseignements supérieur, accompagnée d’une reconfiguration des rapports de
domination pratique, idéologique, symbolique. La question des vecteurs et des mécanismes de diffusion des cadres européens et celle de leurs appropriations dans des contextes politiques, sociaux et économiques différents ont été également abordées à
l’occasion de la discussion générale. Celle-ci a soulevé entre autres le besoin de considérer non seulement les logiques de diffusion des modèles élaborés au « centre »,mais aussi les ressources et les moyens dont disposent les « périphéries » qui se
saisissent de l’offre internationale de manière sélective, dans des contextes politiques et sociaux spécifiques, pour l’incorporer dans des pratiques connectées à ces contextes.
A l’issue de ces trois demi-journées, il est possible d’affirmer qu’une dynamique collective a émergé, encourageant la poursuite de travaux collectifs. C’est d’ailleurs pendant la phase finale de préparation du colloque que le comité organisateur a trouvé
une possibilité en ce sens : il s’agit d’une réponse à l’appel à candidatures lancé par l’Université de Strasbourg (PROJEX) pour l’organisation d’un séminaire itinérant interdisciplinaire et international sur deux ans. Le projet, piloté par Dorota Dakowska,
devrait réunir plusieurs équipes partenaires : à l’Université de Strasbourg (Niilo Kauppi et Ioana Cîrstocea), à l’Université de Luxembourg (Robert Harmsen et son équipe) et l’Université de Iasi (un groupe de sociologues réunis autour de Mihai Dinu Gheorghiu).
L’objectif de ce projet consiste, d’une part, à pérenniser l’équipe réunie à l’occasion du projet CIERA et, d’autre part, à créer le cadre de travail collectif nécessaire à la préparation d’une publication des communications présentées dans les trois sessions
thématiques.
Ioana Cîrstocea


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.