Allemagne – France – Pologne depuis 1945. Transfert et coopération

Date : 7-9/10/2010

Lieu : Mayence

Organisateurs : Corine Defrance

CNRS / IRICE, Séminaire d‘Histoire de l‘Université de Mayence (histoire
contemporaine — histoire de l‘Europe orientale)

Programme : Traces de guerre, mémoires et réconciliation. L’Allemagne et l’Europe depuis 1945

Colloque scientifique organisé par le CNRS/IRICE, Paris et le Historisches Seminar de l’Université de Mayence – sections Zeitgeschichte et Osteuropäische Geschichte – sous la direction de Corine Defrance, Michael Kißener et Jan Kusber.

Après l’accueil par Irene Dingel, directrice de l’Institut d’Histoire Européenne de Mayence, qui rappelle la coopération entre son institut d’une part, et les projets communs de l’Historisches Seminar de Mayence et de l’IRICE/Paris d’autre part (colloque de septembre 2007 sur le rôle de la société civile dans le rapprochement franco-allemand), Corine Defrance, au nom des organisateurs, expose l’origine du nouveau projet, les objectifs et la structure du colloque. Après le colloque de 2007, poursuivant les réflexions sur les processus de rapprochement et sur la perception et l’usage de la « réconciliation franco-allemande » par la France, l’Allemagne et les tiers, nous nous interrogeons sur la question des « transferts d’expérience ». Il ne peut s’agir d’exportation, d’imitation ou de reproduction d’un soi disant « modèle franco-allemand », prêt à l’emploi dans n’importe quel autre contexte, mais d’échanges, d’appropriation sélective et de réadaptation d’éléments de l’expérience franco-allemande de rapprochement puis de coopération, désormais longue de plus de soixante ans. Peut-on repérer des instruments et formes de coopération qui se laissent transférer d’un tandem à un autre ? Comme l’a montré Wolfram Vogel1, il convient de distinguer deux catégories différentes de transferts : celui des transferts exclusifs, où le cas franco-allemand est complètement extérieur au tandem d’arrivée (par exemple, les échanges sur la question d’un manuel scolaire commun, entre la France et l’Allemagne d’une part, le Japon, la Chine et la Corée de l’autre), et les transferts inclusifs, où la France et/ou l’Allemagne sont impliquées dans cette nouvelle relation (Du manuel franco-allemand d’histoire au manuel germano-polonais en cours de préparation). L’Historisches Seminar de Mayence et l’IRICE ont poursuivi leurs travaux dans ces deux directions. D’une part, pour les transferts exclusifs, en organisant sur trois ans, avec des partenaires d’Athènes et d’Istanbul (École française d’Athènes et Institut français d’Études anatoliennes à Istanbul), et avec le soutien massif et constant de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, un séminaire de formation doctorale « Société civile et processus de rapprochement. Comparaisons des cas franco-allemand et gréco-turc » qui s’achèvera fin 2011. D’autre part, pour les transferts inclusifs, en proposant, par ce colloque, d’analyser le cas germano-polonais et franco-germano-polonais (processus de « weimarisation »). Notre manifestation s’inscrit dans un programme plus large, intitulé « Traces de guerre, mémoire et réconciliation. L’Allemagne et l’Europe depuis 1945 », validé et soutenu par le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) à Paris. L’objectif du colloque est d’appréhender dans une perspective pluridisciplinaire les processus de transferts et de coopération et leurs interactions dans les domaines des relations internationales et transnationales entre la France, l’Allemagne et la Pologne. Nous proposons de travailler dans une double perspective : comparative d’une part, relationnelle de l’autre. Il s’agira tout d’abord de préciser les conditions et les limites de la comparaison. Pour le tandem germano-polonais, les conditions initiales de rapprochement des anciens ennemis, après la 2e Guerre mondiale et l’expérience de la domination et de la brutalité nationales-socialistes, ont été beaucoup plus difficiles à réaliser que dans le cas franco-ouest-allemand, pionnier pour la mise en place „d’agences transnationales de communication“. Cela s’explique par les expériences de guerre spécifiques, et aussi par la différence des systèmes d’appartenance politique du temps de la Guerre froide (avec l’Allemagne divisée et déchirée entre les deux blocs), si bien que les contacts transnationaux et les relations individuelles au niveau privé se sont heurtés à des obstacles considérables (il conviendra bien sûr de considérer tant les relations polono-ouest-allemandes que les relations polono-est-allemandes). Mais après 1989/90, de nombreux éléments d’une société transnationale ont été rattrapés selon un rythme très rapide, comme le montrent, par exemple, la conclusion de jumelages germano-polonais ou les flux migratoires sur le marché du travail. La dimension relationnelle sera abordée à un double niveau : coopération entre les trois États d’une part, dans le cadre du triangle de Weimar mis en place en août 1991, mais aussi entre acteurs de la société civile. Comment, dans des pays voisins qui ont longtemps conçu leurs relations bilatérales en termes de relations classiques entre États nationaux, de nouveaux espaces de communication, d’action et de sociabilité se sont-ils ouverts, laissant émerger, à côté de la souveraineté de l’État national– et sans la remettre en question –, des relations transnationales portées par les acteurs de la société civile ? La signification de ces nouveaux espaces est toujours plus importante, car l’influence d’acteurs non étatiques s’accroît sur la forme des relations entre les États et les sociétés afférentes.

Tous ces aspects et questions seront abordés dans le colloque au cours de quatre sections successives, précédées de réflexions introductives sur les possibilités de transfert vers les tiers d’expériences de réconciliation et de coopération faites par d’autres. Dans un premier temps, l’accent sera mis sur le cadre historique de chacune des relations bilatérales. Une deuxième section sera consacrée aux consultations sectorielles régulières, au niveau gouvernemental, qui sont la spécificité du « triangle de Weimar ». Si ces deux sections sont plus spécifiquement orientées vers les acteurs politiques et leur coopération, les deux sections suivantes portent sur les vecteurs transnationaux : d’une part les organisations de médiation dans les domaines de l’éducation et de la jeunesse, de la culture et des médias ; d’autre part, la coopération et les transferts transnationaux reposant sur des initiatives privées et locales, comme dans le cas des jumelages de villes par exemple, et sur le travail des médiateurs culturels. Il s’agira aussi de prendre en compte la dimension territoriale du rapprochement et de ses limites en s’interrogeant sur le rôle particulier des régions frontières. Nous réfléchirons aussi aux perspectives de la coopération triangulaire franco-germano-polonaise, et aux conditions de son déploiement voire de sa transférabilité vers d’autres pays et sociétés.

Enfin, les organisateurs expriment toute leur reconnaissance aux institutions qui ont accordé leur généreux soutien : l’Institut für Europäische Geschichte qui accueille le colloque en ses locaux du Domus Universitatis, l’Université franco-allemande / Deutsch-Französische Hochschule de Sarrebruck, le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne – CIERA (Paris) –, le Zentrum für interkulturelle Studien (ZIS) de Mayence, et bien sûr, la Johannes-Gutenberg Universität Mainz et l’unité mixte de recherche IRICE à Paris.

Le cadre historique (7 octobre 2010)

Michael Kißener (Mayence) expose le bilan des relations franco-allemandes depuis 1945, en rappelant qu’il est fréquent, dans le « récit » franco-allemand de parler de « miracle », à la suite du chancelier Adenauer, mais que les historiens ne peuvent se contenter de cette qualification. Pour la partie allemande, il s’agissait d’un devoir moral, après le traumatisme qu’avait été en France la guerre et l’occupation, symbolisé entre autres par le massacre d’Oradour. Comment s’est opérée la transformation du stéréotype de « l’ennemi héréditaire », encore dominant dans l’immédiat après-guerre, et la création d’un autre mythe, celui de « l’amitié héréditaire » ? Bien sûr, il faut prendre en compte les relations franco-allemandes dans leur double dimension franco-ouest-allemande et franco-est-allemande, mais le travail de rapprochement a été asymétrique et beaucoup plus intense dans les rapports franco-ouest-allemands, en raison notamment de l’investissement des acteurs officiels (gouvernements), alors que, jusqu’en 1973, il n’y avait pas de relations diplomatiques officielles entre la France et la RDA. M. Kißener met l’accent tant sur l’action au niveau officiel que sur les actions de compréhension et rapprochement entreprises par les acteurs de la société civile et les interactions entre ces différents niveaux. La discussion a ensuite porté essentiellement sur les transformations des relations suite à la chute du Mur de Berlin et de la Réunification : peut-on parler d’un « transfert » vers les nouveaux Länder des acquis de la relation franco-ouest-allemande ? Quelle a été la répercussion sur les relations franco-allemandes de ce processus de Réunification et d’élargissement à l’Est?

Jan Kusber (Mayence) a ensuite présenté l’état des relations germano-allemandes et leur évolution depuis 1945. Qu’en est-il de ces relations ? La question est sans cesse reposée dans les médias et les réponses varient en fonction de l’actualité. Les réponses dépendent aussi du secteur des relations germano-polonaises qui est pris en considération. Après la Seconde Guerre mondiale, les relations germano-polonaises n’ont jamais été des « relations bilatérales normales » – quoi que cela puisse signifier. 20 ans après l’effondrement du communisme et deux décennies après la conclusion d’un accord de frontières et de voisinage , les relations germano-polonaises sont-elles semblables aux relations entre les autres partenaires de l’Union européenne ? On pourrait argumenter, que l’actualité comme la question d’une position commune au sein de l’Union européenne, comme dans le cas franco-allemand, conduisent parfois à des différences de point de vue, mais jamais plus à la remise en cause de bonnes relations de voisinage et d’amitié. Cependant les récentes frictions dans les relations germano-polonaises ne semblent pas permettre de défendre cette position. L’exposé propose de débattre, sur une large période depuis 1945, des raisons pour lesquelles la relation germano-polonaise reste fragile aujourd’hui encore, nécessitant une approche prudente tenant compte des susceptibilités réciproques. La discussion a porté sur deux points : 1. L’Ostpolitik a-t-elle prolongé l’existence du communisme et y avait-il une alternative à l’Ostpolitik ? 2. Y a-t-il rupture ou continuité des acteurs de la coopération germano-polonaise dans les années 1960, 1970 et 1980 ?

Tomasz Schramm, refermant le triangle, brosse le tableau des relations franco-polonaises depuis 1945 en mettant au centre de son exposé le décalage entre l’invocation de l’amitié multiséculaire franco-polonaise d’une part (portée par une réelle francophilie polonaise pendant une grande partie de cette période, tandis que la polonophilie française était plus ambiguë) et la Realpolitik de l’autre, répondant aux intérêts politiques et économiques des deux pays. T. Schramm examine les différentes périodes, les tournants (notamment les tensions extrêmes au tournant des années 1940 et 1950, avec la fermeture de l’Institut français à Varsovie ; l’amélioration des relations après le tournant de la déstalinisation en 1956 ; la densification, mais aussi l’ambiguïté des relations dans les années 1980, avec la réception de Jaruselski à l’Élysée), et les porteurs de ces relations que sont les gouvernements, la société civile (en tenant compte de la présence d’une très importante communauté polonaise en France), avec le rôle particulier des intellectuels et des universitaires, ainsi que les grands secteurs de ces relations (politiques, économiques, culturels). La discussion a principalement porté sur trois points : 1. Comment la Pologne et les Polonais ont-ils perçu le rapprochement franco-allemand ? 2. Prolongeant la réflexion sur l’affaiblissement de la francophile polonaise, prenant parfois la forme d’un « dépi amoureux », il s’agit d’analyser comment l’Allemagne a pu capter ce capital de sympathie des intellectuels polonais, naguère majoritairement orientés vers la France ; 3. La constitution de niches « sociétales » dans la société polonaise, laissant plus d’espace qu’en RDA notamment pour des initiatives citoyennes.

En raison de l’inscription de nombreux doctorants au colloque, les organisateurs ont ajouté au programme, le 7 octobre au soir, une table ronde des doctorants au cours de laquelle Odile Bour (Université Münster/IEP,Paris), Angela Siebold (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg) et Janine Tavangarian (Friedrich-Schiller-Universität Jena) ont présenté leurs travaux en cours, portant respectivement sur « la Fondation Robert Bosch et le soutien aux relations germano-polonaises depuis 1974 »; « Les répercussions de la construction européenne et en particulier de la mise en place de l’espace Schengen sur les relations franco-germano-polonaises » ; le triangle de Weimar et en particulier la création en cours du Verein Weimarer Dreieck e.V. à Weimar.

Le Triangle de Weimar (8 octobre)

Dans une première communication Dieter Bingen (Deutsches Polen Institut Darmstadt) analyse les débuts du triangle de Weimar dans une perspective historique. Le 28 août 1991, les trois ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais ont approuvé lors d’une réunion à Weimar, une coopération informelle, qui a pris le nom de « Triangle de Weimar » (plus rarement appelée « coopération trilatérale de Weimar »). Ce fut, surtout pour la Pologne, un grand succès. Il semble que les principaux pays moteurs de l’Europe, l’Allemagne et la France, aient pris en compte l’avis des candidats les plus intéressés pour une adhésion dans la conception de leur politique européenne. Le « Triangle de Weimar » devait dans un premier temps répondre à trois fonctions : rapprocher la Pologne du noyau politique de l’Europe ; permettre la création d’une zone de stabilité au milieu de l’Europe grâce à « la réconciliation » d’une Allemagne réunifiée ; enfin, la France, indécise, devait trouver la motivation nécessaire afin d’avoir un rôle plus actif dans l’Est de l’Europe centrale. Après des débuts politiques réussis dans la période précédant l’adhésion de la Pologne à l’OTAN et à l’UE, en particulier avec un rapprochement, contraint par la coopération trilatérale, de la Pologne et d’autres États de l’Europe centrale avec l’Union de l’Europe occidentale (UEO), le « Triangle de Weimar » a déjà perdu, depuis la deuxième moitié des années 1990, son élan politique. En outre, l’intégration complètement achevée de la Pologne dans l’OTAN et dans l’UE, laisse en suspens la question de la pérennité du « Triangle de Weimar ». Les doutes qui existaient depuis le début – une telle coopération trilatérale à l’intérieur de l’UE a-t-elle une fonction politique et institutionnelle? – sont devenus plus importants. Le « Triangle de Weimar » ne pouvait cependant pas mourir, parce qu’il a de toute évidence un potentiel politique qui, avec un déficit en règles institutionnelles, dépend de l’engagement des acteurs politiques actuels (en particulier des ministres des Affaires étrangères, des chefs de gouvernement et des chefs d’État). Ces dernières années, après un laps de temps plus ou moins long, ceux-ci ont découvert puis à nouveau « oublié » ce potentiel politique autant au niveau personnel que dans l’agenda politique. Cette organisation sans précédent qu’est le « Triangle de Weimar » pourrait combler un fossé entre l’État-nation et l’Europe des 27, en ce qui concerne l’amoncellement et l’équilibre des intérêts. La discussion a porté sur la réaction des autres pays de l’Europe centre-orientale à l’égard de la construction du Triangle de Weimar, et sur la force de la relation franco-allemande et la loyauté des deux pays l’un envers l’autre, pouvant freiné la mise en place d’une vraie relation trilatérale (exemple du “solo” franco-allemand au moment du déclenchement de l’offensive en Irak en 2003).

Jérôme Vaillant (Lille 3) présente ensuite les réussites et les échecs du Triangle de Weimar. Conçu de façon informelle en 1991 pour faciliter l’entrée de la Pologne dans l’OTAN et l’Union européenne, le Triangle de Weimar a été au départ un instrument efficace de « lobbying » politique, puisque la Pologne entre dans l’OTAN en 1999 et devient membre de l’Union européenne en 2004. C’est aussi ce que H. Stark a fort justement appelé une « mesure pour instaurer la confiance » entre les trois États partenaires, pour surmonter, d’une part, les craintes françaises d’un rapprochement trop étroit entre l’Allemagne et la Pologne et d’autre part, pour reprendre la formule de B. Geremek, une façon de « ne pas livrer » la Pologne sans défense à l’Allemagne. Il n’a cependant pas été possible de transformer la relation franco-germano-polonaise en une relation aussi étroite que celle instaurée durablement entre la France et l’Allemagne par le traité de l’Élysée. Les objectifs polonais une fois atteints, le Triangle de Weimar devient politiquement inopérant, il ne permet même pas d’engager un dialogue à trois sur la crise irakienne de 2002/03, la France et l’Allemagne d’une part, la Pologne d’autre part défendant des positions opposées. La crise fait apparaître les limites de ce qui voulait être l’expression d’ « une communauté d’intérêts ». Pourtant, comme le traité de l’Élysée, le Triangle de Weimar a favorisé les échanges entre les sociétés civiles des trois pays et engendré la naissance de « triangles régionaux ». C’est à ce niveau que semblent pouvoir être prises de nouvelles mesures pour le redynamiser. Dans la discussion qui a suivi, la question a été posée de savoir ce qui revient spécifiquement à la mise en place du triangle de Weimar dans la coopération trilatérale. Les avancées observées n’auraient-elles pas été acquises sans le triangle ? Le cas de la crise irakienne a permis de mettre en évidence les craintes de la Pologne face à la constitution d’un autre triangle franco-germano-russe.

Puis Frédéric Plasson (Cork) a analysé la place de l’économie dans le triangle de Weimar. Il propose un état des lieux de cette coopération, de ses potentiels et de quelques-unes des perspectives. Le Triangle de Weimar a pour vocation essentielle de promouvoir la dynamique de l’Union Européenne (UE) selon le modèle du moteur franco-allemand. Après avoir montré l’interconnexion et l’interactivité de l’économie et de la politique, au sein des valeurs mêmes de l’UE d’une part et pour la construction de l’Union d’autre part, F. Plasson recherche les raisons du bilan morose de la coopération tripartite, tant au niveau de l’économie privée que publique. Il dresse ensuite l’état des lieux réel en matière de coopération économique, montrant quels projets furent réalisés par les acteurs publics, notamment les régions, les chambres de commerce et les universités. Le potentiel et les ratés de la coopération, ainsi que les perspectives économiques les plus importantes du Triangle de Weimar, sont analysés dans le cadre des crises de politique énergétique et financière et mettent la coopération économique tripartite en relation avec la politique d’intégration et extérieure de l’UE.

Krzysztof Miszcak (Chancellerie du Premier ministre, Varsovie) analyse ensuite les questions de défense et de sécurité au sein du Triangle. Depuis la mise en place du Triangle de Weimar, l’une de ses principales missions a été de définir ensemble la politique européenne de la Pologne, de l’Allemagne et de la France, en équilibrant la perception des intérêts mutuels et en consolidant le cours du processus d’intégration au sein de l’UE. Aujourd’hui, le triangle de Weimar est la forme la plus attrayante et multidimensionnelle et aussi la plateforme de coopération entre la Pologne, la République fédérale d’Allemagne et la France en Europe et en dehors et est complété par le biais de la formule « Triangle de Weimar plus » (Russie, Ukraine). Par un long processus de consolidation de la coopération entre les trois États, il s’agit d’établir un instrument toujours plus utilisable pour s’entendre sur des éléments de la politique européenne. Le traité de Lisbonne a ouvert de vastes possibilités pour mener une telle politique. Dans ce cadre, la Pologne, l’Allemagne et la France doivent rechercher des réponses à la question fondamentale de savoir si la structure informelle du triangle permet, au niveau des rencontres trilatérales, de trouver des positions de compromis satisfaisant toutes les parties avant de déterminer une position d’ensemble et de prendre une décision dans des instances supranationales plus larges. Si l’initiative du triangle de Weimar peut apporter une contribution importante à l’établissement d’une position commune de la nouvelle Europe unie à l’avenir, alors une des conditions indispensables de ce processus est à rechercher dans une identification croissante des intérêts communs et fondamentaux de sécurité entre la France, l’Allemagne et la Pologne relativement au développement du continent et d’un nouveau système de coexistence par la sécurité internationale au XXIe siècle. Le triangle devrait conduire à une convergence aussi large que possible des cultures de sécurité et de défense des trois États au sein de la politique européenne, notamment dans les questions de politique extérieure ainsi que de politique de sécurité et de défense de l’UE, par exemple dans le cadre du « Battle Group de Weimar ». Il s’agit avant tout de mettre en pratique la politique extérieure européenne globale et régionale fondée sur les valeurs. L’objectif est la constitution d’un mécanisme de consultation trilatérale en ce domaine, et ce dans une situation dans laquelle le statut des trois partenaires reste différent dans les structures de l’Alliance nord-atlantique et dans laquelle les relations euro-atlantiques ne sont toujours pas clairement définies. L’Europe actuelle doit devenir un organe de coopération multilatéral. Le triangle de Weimar doit remplir la fonction d’un instrument de consolidation et de stimulation. La discussion des deux interventions précédentes a mis en évidence les liens étroits entre les questions énergétiques et les problèmes de sécurité, la question des autres triangles alternatifs (Ukraine/Biélorussie/Pologne) et des répercussions de la Grande-Bretagne sur le triangle franco-germano-polonais en matière de défense ont été mises en lumière.

La „bôite à outil franco-allemande“ et les processus de transferts transnationaux (8 octobre 2010)

Corine Defrance (Irice/Paris) présente le cas des processus de transfert à l’origine de la fondation de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse. En quoi et dans quelle mesure l’Office franco-allemand pour la Jeunesse a-t-il servi de “modèle”? Le 17 juin 1991, à Bonn, les gouvernements allemands et polonais signaient un accord bilatéral portant création de l’Office germano-allemand pour la Jeunesse (OGPJ), établi sur le „modèle“ de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) fondé en 1963. La référence renvoie à l’idée que la „réconciliation“ et la „coopération“ franco-allemandes seraient l’histoire d’un succès pouvant servir de point de repère pour des processus de rapprochement entre d’autres pays ou sociétés anciennement en conflit. Le cas des deux offices de la jeunesse franco-allemand et germano-polonais permet d’analyser de près un processus de transfert, de mieux cerner la notion de « modèle » et ses limites, et de la nécessité de s’en émanciper pour affirmer sa propre identité. Il est aussi important de déterminer ce qu’un transfert peut apporter non seulement au destinataire, mais aussi à l’élément initial, en l’occurrence à la jeunesse franco-allemande, et les phénomènes de transitivité qu’il induit. Aussi, après avoir examiné la fondation de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse dans son contexte historique et ses structures, l’interrogation a porté sur le rôle de l’OFAJ comme modèle et/ou partenaire et sur la nécessité de repenser les identités au sein des deux offices. Malgré une grande proximité fonctionnelle et des similarités structurelles, l’OGPJ n’est pas la copie de l’OFAJ, et l’OFAJ est moins un « modèle » qu’un partenaire. L’étude des transferts d’une institution vers l’autre met en évidence le fait que l’histoire franco-allemande peut être considérée comme un champ d’apprentissage, un laboratoire d’expérimentations, une boîte à outils dans laquelle trouver l’instrument qui permettra à d’autres d’avancer dans la voie du rapprochement et de la coopération. Cependant, dans le cas d’un transfert inclusif, la transitivité trouve ses limites. La fondation d’un Office germano-polonais pour la Jeunesse vient introduire une forme de déséquilibre dans la coopération trilatérale franco-germano-polonaise, au profit de l’Allemagne, point charnière des deux bilatéralismes. L’Allemagne ne devient-elle pas un pont et un médiateur entre les deux anciens « amis héréditaires » que sont la France et la Pologne ? Comme l’a remarqué le comité pour la coopération franco-germano-polonaise par la plume de Klaus-Heinrich Standke, la relation franco-polonaise doit faire l’objet d’une attention particulière.

Puis Eva Sabine Kuntz (OFAJ, Paris/Berlin) présente le bilan et les perspectives de la coopération trilatérale de l’OFAJ avec la Pologne. Dès le départ, selon les termes du traité fondateur de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), il fut établi que le travail de coopération entre la France et l’Allemagne devait s’inscrire dans le cadre plus large d’échanges européens et internationaux. En 1976, l’OFAJ fut autorisé à faire participer à ses programmes d’échanges des jeunes issus de pays tiers. Cette décision faisait suite à une longue réflexion menée au sein du conseil d’administration et par les gouvernements au sujet de la représentation que l’OFAJ pouvait se faire de lui-même en tant qu’institution franco-allemande et portant sur la responsabilité du couple franco-allemand dans le processus d’intégration européenne. À partir des années 1989/1990, les échanges avec les pays d’Europe centrale et orientale devinrent la priorité. L’objectif était de renforcer les acteurs de la société civile dans ces pays, d’encourager la mobilité des jeunes, de les soutenir au cours du processus  « d’apprentissage démocratique » et de les préparer à l’intégration européenne. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et la société civile devançaient les évolutions politiques à venir. Depuis 1990, plus de 1100 rencontres franco-germano-polonaises ont eu lieu, auxquelles ont participé plus de 32 000 jeunes. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et l’Office germano-polonais pour la jeunesse (OGPJ) ont reçu les prix « Carlo Schmid » (2004) et « Adam Mickiewicz » (2007) pour « leur excellente coopération transfrontalière, européenne et dans la cadre de leurs relations de voisinage, pour les jeunes et avec les jeunes ». Les processus de transferts transnationaux ne sont évidemment réalisables que sous certaines conditions, mais les gouvernements allemand et français se doivent de prendre conscience des attentes importantes qu’ils suscitent dans les pays tiers connaissant des situations de voisinage parfois problématiques. La « boîte à outils franco-allemande » suscite une forte demande : quels acteurs, quels instruments, quels financements ont contribué à l’avènement d’une cohabitation pacifique et constructive ? La discussion des deux dernières contributions a porté sur les autres formes de coopération trilatérale de l’OFAJ avec des partenaires de l’Europe orientale, sud-orientale et méditerranéenne et sur l’importance d’institutionnaliser les coopérations bilatérales de jeunesse sous la forme d’Office. Les conséquences des tensions politiques germano-polonaises sur le jeune Office germano-polonais pour la Jeunesse ont également été débattues.

La question du transfert a ensuite été abordée par Thomas Strobel (GEI/Braunschweig) à l’exemple du manuel germano-polonais d’histoire. La présentation expose les idées et la genèse du projet d’un manuel d’histoire franco-allemand et polono-allemand ; celles-ci reposent sur un dialogue qui a duré une dizaine d’années et qui concerne un manuel scolaire binational. Le manuel d’histoire franco-allemand pour le lycée a été le premier livre commun d’histoire dans le monde qui a pu être introduit de façon officielle en matière d’éducation dans deux pays. Les deux premiers volumes parus en 2006 et en 2008 ont obtenu beaucoup d’attention non seulement dans le domaine scolaire, scientifique et didactique, mais aussi de la part de l’opinion publique dans les deux pays. Un point particulier de la présentation porte sur l’utilisation du livre d’histoire franco-allemand dans la pratique scolaire des deux pays. Des années difficiles concernant un dialogue historique entre les Allemands et les Polonais ont précédé le début du projet d’un manuel scolaire polono-allemand. Ce départ montrait dans quelle mesure la mémoire des deux peuples était proche concernant des idées centrales. Animé notamment par la parution du livre d’histoire franco-allemand, un groupe binational a entrepris en mai 2008 la conception du projet. Un livre d’histoire en plusieurs volumes, qui peut être officiellement adopté dans l’enseignement secondaire, est en cours d’élaboration. La présentation met l’accent sur les défis d’un projet qui ne doit pas uniquement tenir compte des différences culturelles de l’enseignement en général et plus particulièrement de l’enseignement de l’histoire, mais auquel le public porte également une grande attention. Elle analyse la première étape de la genèse du projet : ses acteurs, ses méthodes de travail, l’interaction de la science et de la politique ainsi que la manière de faire face aux défis mentionnés ci-dessus.

Robert Zurek (Zentrum für historische Forschung Berlin der polnischen Akademie der Wissenschaften, Berlin) présente la mise en place et le bilan de la coopération universitaire et scientifique franco-germano-polonaise, insistant sur la faiblesse de la coopération trilatérale en raison de l’asymétrie des trois relations bilatérales universitaires et scientifiques impliquées : une très intense coopération franco-allemande ; une coopération polono-allemande en plein développement et une coopération franco-polonaise en voie d’appauvrissement. La discussion a principalement porté sur les initiatives de l’Université Viadrina (Francfort-sur-Oder) et de l’Université franco-allemande (Sarrebruck) pour initier et maintenir des projets trilatéraux et sur les différents secteurs et les limites de la coopération trilatérale globale.

Transfert et coopération dans la Société civile (9 octobre 2010)

La dernière demi-journée a été consacrée à la coopération bi- et trilatérale portée par les associations et les acteurs de la société civile.

Lisa Bicknell (Mayence) a exposé les initiatives de réconciliation germano-polonaises depuis les années 1960. Elle a mis l’accent sur le rôle important des Églises en Allemagne et en Pologne dans le rapprochement politique entre la République fédérale et la République populaire de Pologne. Tout d’abord, les questions suivantes ont été traitées : pour quelle raison les Églises des deux pays se sont-elles senties concernées et motivées par des actions et des prises de position à propos des relations entre l’Allemagne et la Pologne et quelle importance les considérations éthiques et morales ont-elles prises ? Dans quelle mesure ont-elles été mises en avant par l’Église. La deuxième partie de la présentation traite des initiatives concrètes et des publications des années 1960, ainsi que de leurs origines et de leurs effets. À cette occasion, le champ des tensions entre l’Église, la politique et la société, dans lequel les Églises respectives s’exposent à des risques évidents, est examiné. Le discours politique qui a été initié par de courageuses initiatives a contribué à l’acceptation sociale définitive et ainsi à la réussite de la nouvelle Ostpolitik du gouvernement social-libéral de Willy Brandt et Walter Scheel. Dans un dernier temps est finalement abordée la position de journalistes catholiques à propos de la « Question allemande » dans les années 1980. Ainsi, il est évident que les efforts de réconciliation n’ont pas seulement contribué à un rapprochement politique, mais aussi à une nouvelle image de l’Allemagne en Pologne, qui a été une base importante pour les relations entre l’Allemagne et la Pologne après les années 1990/1991.

Tanja Herrmann (Mayence) expose ensuite les jumelages entre les villes allemande, française et polonaise de Wolfsburg, Marignane et Bielsko-Biała. Les jumelages entre deux villes sont considérés comme un travail de concertation transnationale, comme une intégration européenne des citoyens et comme la sécurité d’une paix permanente voulue « par en bas ». Dans un cadre franco-allemand, ils reflètent la réussite de la réconciliation au niveau communal après la Seconde Guerre mondiale. Les jumelages franco-allemands sont à la première place des partenariats locaux, avec plus de 2000 jumelages en Europe. Les premiers jumelages entre la Pologne et l’ancienne République démocratique allemande ont été conclus à la fin des années cinquante. En ce qui concerne les relations entre l’Allemagne de l’Ouest et la Pologne, elles se sont développées dans les années 1970 dans le contexte de la détente. À la fin de la Guerre froide, elles ont abouti à un réel « boom » des partenariats. En dépit de la structure hétérogène des relations des villes jumelées qui sont à analyser selon le pays et en dépit des différentes conditions générales, la triade « transfert, coopération et interdépendance » se retrouve entre les jumelages franco-allemands et polono-allemands. Les jumelages Wolfsburg/Marignane et Wolfsburg/Bielsko-Biala présentent dans leur déroulement des différences et des similitudes et se caractérisent aujourd’hui par des profils d’activité très variés. Cependant, comme cela a été souligné dans la discussion, ce double jumelage ne débouche pas sur une coopération trilatérale.

Afin de mettre en avant la dimension régionale des processus de coopération, Pierre-Frédéric Weber (Szczecinski) compare les régions de « la Silésie et de l’Alsace: La proximité comme chance ou fardeau ? » L’Alsace et la Silésie (en particulier la Haute-Silésie) présentent, depuis l’époque contemporaine, bien des similitudes en tant qu’interstices régionaux dans l’Europe des nations. À ce jour, leur évolution parallèle depuis 1945 a un peu moins retenu l’attention de la recherche que ce ne fut le cas pour la période allant jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En dépit de certains points communs historiques tels que la position frontalière, le caractère fluctuant de l’appartenance territoriale, les mouvements pendulaires de population(s), ce sont plutôt les traits distinctifs qui prédominent au cours de la Guerre froide, comme le montre un regard sur l’histoire du temps présent. La situation d’après-guerre, l’influence du régime politique de l’État (ré)annexant, le rôle de l’Allemagne et de ses relations avec les pays voisins respectifs ainsi que l’évolution divergente du rapport aux frontières en Europe de l’Ouest et de l’Est sont autant de facteurs qui expliquent que ces deux territoires n’aient pas connu une évolution identique. On postule que le caractère frontalier n’a pas contribué particulièrement à rapprocher ces deux régions d’Europe dans le cadre du Triangle de Weimar, étant donné que l’évolution accélérée du contexte européen depuis 1989/90 a contourné et dépassé les possibilités offertes par la coopération trilatérale dans une perspective interrégionale. L’« esprit de Weimar » pourrait en revanche permettre d’intégrer la mémoire est-européenne de l’expérience aux frontières de 1945 à 1989. La discussion a mis en lumière la question des transferts dans les régions frontalières et la comparaison de la Silésie et de l’Alsace dans cette perspective.

En conclusion, Klaus Ziemer (Université de Trèves) a recherché les conditions d’un dialogue entre des sociétés traumatisées. Tout d’abord, il convient de noter qu’à la différence de la Pologne et de la RDA, la France et la RFA ont eu la chance d’être des États autonomes après la guerre. K. Ziemer distingue ensuite le niveau international du niveau transnational. Sur le premier de ces deux niveaux, il repère l’existence d’objectifs généraux ou de visions (notamment la construction de l’Europe), le dynamisme de la gouvernance politique, les actes symboliques, la capacité de faire un travail sur le passé et l’institutionnalisation constante de la coopération. Au second niveau, il rappelle combien il est fondamental de cerner le degré d’autonomie de la société civile dans les différents pays considérés, et de s’interroger sur les liens entre société civile et État. Au niveau global, il apparaît que les liens franco-allemands et germano-polonais sont forts, mais que la relation franco-polonaise est le point faible du triangle, entravant une vraie coopération trilatérale dépassant les bilatéralismes. Aussi faut-il s’interroger sur le rôle de l’Allemagne comme « médiateur » entre la France et l’Allemagne : il apparaît que le plupart des médiateurs de la coopération trilatérale sont allemands (Carlo Schmid, Rudolf von Thadden, Gesine Schwan notamment).

1 Wolfram Vogel, « Le couple franco-allemand : un modèle pour les autres ? Une esquisse de recherche », in : Allemagne d’Aujourd’hui, hors série, mai 2006, p. 82–91.

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.