Rhétorique de l’adresse et façonnement de l’ethos de l’orateur dans les discours de cohésion sociale prononcés à l’occasion d’allocutions officielles de David CAMERON et Angela MERKEL (2010-2012)

Date : 23 mars 2013

Lieu :  Berlin

Organisateur :  Agathe Bernier-Monod, Valérie Dubslaff, Annette Lensing

Manifestation : Politique et Altérité. Séminaire doctoral de GIRAF

Auteur : Naomi TRUAN, étudiante en Master2, Ecole Normale Supérieure de Lyon

Introduction

L’adresse, en tant que phénomène au départ principalement oral((1)), relève de la fonction conative du langage : l’énoncé, qui essaie d’influer sur la pensée ou l’action de l’allocutaire, est centré sur le destinataire (ou récepteur, allocutaire). Ce procédé est très fréquent lors des situations de discours où l’on cherche à éveiller l’attention, à vérifier que le message a été compris ou encore à obtenir l’approbation de l’adressé. L’adresse en tant que procédé rhétorique trouve ainsi toute sa place au sein du discours politique, entendu comme condition de possibilité de l’action politique, au fondement de sa légitimité. Le discours, en ce qu’il justifie et annonce, anticipe et disculpe, vient au-devant et au-delà de l’action politique. Dès lors, le discours politique ne représente plus seulement l’un des moyens d’expressions du politique, ou l’une de ses manifestations, mais une condition nécessaire mais non suffisante à son accomplissement. Du point de vue de l’adresse, cela signifie concrètement que tout discours politique met en jeu la force illocutoire des énoncés, entendue comme l’intention de l’énonciateur en ce qui concerne le type d’information véhiculée par l’énoncé (déclaration, promesse, interdiction…), indissociable de leur effet perlocutoire (effet produit par la production de l’énoncé sur l’allocutaire).

Le corpus envisagé comporte sept discours prononcés à l’occasion d’allocutions officielles entre 2010 et 2012 par chacun des politiciens. Ces discours embrassent tous des enjeux de cohésion sociale, à savoir des allocutions qui visent à construire un projet de société, notamment autour des questions suivantes : politique familiale, Etat-Providence, défi démographique. La situation politique de MERKEL et CAMERON, lieu du façonnement des conditions de production des discours, est par ailleurs analogue. Ce sont en effet tous deux des chefs de gouvernement conservateur((2)) en milieu ou fin de mandat : le Royaume-Uni, qui a élu CAMERON en mai 2010, connaîtra les prochaines législatives en mai 2015, tandis que l’Allemagne, qui a réélu MERKEL en septembre 2009, votera à la rentrée 2013. Si la durée des mandats (quatre et cinq ans) ainsi que les années d’échéance électorale (2009 et 2010) diffèrent, expliquant que David CAMERON aura une année de plus qu’Angela MERKEL pour faire ses preuves, la situation politique du Premier Ministre et de la Chancelière est toutefois comparable en ce qu’ils ont tous deux été élus en plein cœur de la crise, et ont dû répondre au cours de leur mandat à des difficultés financières, économiques et sociales importantes. Contraints tous deux de former une coalition avec les libéraux, ils bénéficient d’une majorité instable, d’autant que les libéraux eux-mêmes sont en position délicate. Enfin, tous deux se trouvent dans une situation inconfortable depuis les dernières élections régionales (en Allemagne) et municipales (au Royaume-Uni) qui ont été perçues comme un désaveu.

Jeu de soi vis-à-vis de l’Autre, créatrice d’une identité nouvelle au regard de l’altérité, l’adresse dans les discours de cohésion sociale de CAMERON et MERKEL sera envisagée dans cette analyse en tant que procédé rhétorique d’inclusion de l’allocutaire et procédé rhétorique de construction de son propre ethos.

L’adresse du discours politique : une relation asymétrique((3))

Le point de départ de notre analyse repose sur la fondamentale asymétrie de l’adresse dans le cadre des discours politiques. L’hypothèse de CHARAUDEAU (1995 : 104), selon lequel « les conditions, pour nous, sont structurées en ‘contrat de communication’, lequel préside à toute production langagière », permet de lier les interlocuteurs à travers un accord de volonté entre deux personnes, dès lors soumises à des obligations l’une vis-à-vis de l’autre. Dans le cadre du discours politique, l’orateur/-trice prend la parole, seul(e), devant un auditoire présent ou absent, sans être interrompu. Il n’y a donc pas d’interlocuteur au sens propre du terme, puisque l’allocutaire (celui à qui s’adresse la parole), bien qu’interpellé, a rarement la possibilité effective de réagir (en direct, du moins) aux propos du locuteur (la personnalité politique). Cet angle d’approche laisse apercevoir une forte dissymétrie entre l’émission et la réception, puisque l’orateur dispose de toute latitude pour s’exprimer quand le public est limité par ce qui le constitue : son grand nombre, son hétérogénéité, et son absence de légitimité à prendre la parole quand MERKEL ou CAMERON, au contraire, s’affirment dans un cadre institutionnel. Nous sommes en présence d’un contrat asymétrique, avec prévalence absolue du locuteur sur l’allocutaire, ou plus simplement d’un contrat qui présuppose qu’il n’y ait pas alternance de tours de parole et que le locuteur soit en situation de monolocution. Ceci étant, cette absence de réciprocité, qui organise la prise de parole publique, ne doit pas être lue comme une inégalité en ce qu’elle est acceptée par les actants du discours au sein d’un contrat de communication. Par ailleurs, cette absence d’échange réel est largement compensée par le recours fréquent aux procédés d’interpellation du locuteur :

In the case of political speeches, where actual exchange is not possible, it is [nevertheless] evident that speakers will provide references to the presence of hearers / audiences, through the use of inclusive reference (terms such as ‘we’ which carry a larger ideological implication), and rhetorical questions. (PRICE, 1996: 253)((4))

 

L’adresse chez MERKEL et CAMERON : une triangulation de l’Autre (P2 et P3) à soi (P1)((5))

Le plan repose sur l’étude des pronoms de BENVENISTE (1966), que l’on pourrait résumer schématiquement comme je – non-je (tu) – troisième personne (tiers). Ce choix de fonder notre typologie sur les occurrences pronominales, bien que celles-ci ne soient pas les plus importantes numériquement, s’explique par l’importance des pronoms personnels dans notre système énonciatif et dans la caractérisation des rapports de force et/ou jeux de rôle entre les différents locuteurs :

Es sind die Pronomina, welche die Sprechrollen in der Kommunikation verteilen, es sind die Pronomina, welche die Beziehung Sprecher / Adressat / Botschaft steuern (PRAK-DERRINGTON, 2005: 14).

Si l’adresse prototypique est celle véhiculée sans médiation par la deuxième personne, l’analyse du corpus montre que le tiers, compris comme l’expression de la troisième personne (man, groupes nominaux se déployant des quantifieurs aux relatives déterminatives pour aboutir à des substantifs déverbaux abstraits) est omniprésent dans les discours considérés. Cette remarque doit conduire à reconsidérer le statut de l’Autre à soi dans le discours politique, l’Autre évident, premier, l’Autre de la situation d’énonciation (tu) n’existant au cœur de la relation dialogique je/tu qu’au regard d’un tiers, Autre exclu de la situation de communication, Autre délocuté mais créateur de connivence entre je et tu.

1.     L’adresse prototypique : la deuxième personne, pronom de l’allocutaire

Cette partie se fonde sur P2 (you, Sie, ihrdu n’apparaît pas en corpus) comme pronom de l’allocutaire, pronom qui désigne l’Autre dans sa différence, excluant foncièrement le je. Tu apparaît ainsi comme personne non-subjective en face de la personne subjective du je, comme l’explique BENVENISTE (1966 : 232):

Il faut et il suffit qu’on se représente une personne autre que « je » pour qu’on lui affecte l’indice « tu ». Ainsi toute personne qu’on se représente est la forme « tu », tout particulièrement – mais non nécessairement– la personne interpellée. Le « tu » peut donc se définir : « la personne non-je ».

Il s’agira de s’interroger sur ce que/qui recoupe l’Autre ainsi interpellé : public effectivement présent, public présent-absent, détracteurs, voire, dans un jeu de miroir, soi-même.

1.1.          Le public présent, allocutaire ratifié du discours

Public immédiatement identifiable et identifié, mais aussi ratifié, car expressément invité à l’occasion du discours, le public présent, ratifié, met en jeu la fonction phatique du langage, entendue comme création ou maintien du lien à l’allocutaire :

Texte E : « I’ve just come from chairing another meeting of the COBRA emergency committee and I’d like to update you on the latest situation. » (l.5-7)

P1 (I, me) singulier confère à P2 un cadre énonciatif au sein duquel you apparaît comme pronom du dialogue. Le verbe update procède d’un effet d’annonce, rappelant, avant que le message soit délivré, à l’intention de qui il est émis (you). Le present BE+V-ing et le present perfect jouent un rôle important dans l’établissement de la situation de communication, soulignant l’ancrage temporel de P1 et P2 dans le moment présent. Selon LAPAIRE/ROTGE (2002 : 455),

Il convient également de bien mettre en valeur l’adverbe just, responsable de l’effet renvoi au passé proche. C’est ce terme qui crée l’immédiateté (…).

Ce public peut par ailleurs être l’objet d’une valorisation, d’où la nécessité d’avoir été convié lors de l’énonciation du discours :

Texte 1 : « Nicht nur das Bundesjugend- und -familienministerium, sondern die ganze Bundesregierung ist stolz auf Sie, auf Ihr Engagement, auf Ihre Mitarbeit, auf Ihr Mittun – und das, weil es der ganzen Gesellschaft dient. » (l.80-3)

Dans cette occurrence, la valorisation du Sie, doublement mise en exergue par la formule concessive nicht nur…  sondern… , qui démultiplie la provenance des compliments, puis par la gradation à rythme ternaire((6)), puise sa raison d’être dans l’amplitude des acteurs concernés par les bienfaits des jeunes bénévoles : il ne s’agit pas moins de « toute la société » (ce qui explique que « tout le gouvernement » les congratule). Nous sommes donc en présence d’un schéma comme suit : le gouvernement -> Sie -> la société tout entière. Le gouvernement devient alors le porte-parole d’une conscience citoyenne consensuelle reconnaissante à ce Sie, facteur de cohésion sociale.

1.2.          Le public « présent-absent », l’ensemble des citoyens ?

Nous empruntons le concept de public « présent-absent » à AMOSSY (2002 : 44), qui le définit comme suit :

L’orateur ne doit pas seulement construire un ethos approprié face à un public défini et multiple dont il faut séduire simultanément les factions opposées. Son discours se trouve pris dans un dispositif d’énonciation précis, où il participe d’un dialogue effectif en même temps que d’un discours adressé au public présent-absent.

La conjugaison des deux niveaux de publics, à la fois effectivement présent, et présent-absent, est ainsi manifeste dans le corpus. Il n’est pas inusuel que le pronom de l’allocution recoupe simultanément publics présent et présent-absent, comme dans l’occurrence ci-dessous :

Texte 2 : « Ich sage Ihnen: Mancher Stresstest kann auch in der Familie absolviert werden und muss nicht extra in Ermangelung der Erfahrung in der Familie in einem Crashkurs des Unternehmens gemacht werden. Flexibilität, Improvisationskunst, Spontaneität – all das können Sie in der Familie haben.  » (l.147-150)

Le premier Sie (au datif) pourrait davantage être lu comme une adresse au public présent en ce que l’effet d’annonce (cf. verbe de parole sagen) et le pronom personnel de la première personne du singulier instaurent une situation de discours immédiate, tandis que le deuxième acquiert une valeur plus générique, qui va bien au-delà du public de la scène d’énonciation. Partant de ce constat, il paraît cohérent que l’ensemble de la phrase soit simultanément une adresse à l’auditoire et à l’ensemble de la nation.

Les marques d’adresse prototypiques, du plus banal appellatif « meine Damen und Herren » au pronom de la deuxième personne, sont loin de n’être qu’un indicateur d’insistance. La réception du message véhiculé par MERKEL et CAMERON dépend en effet du maintien de la relation à l’allocutaire, sur lequel le discours vise à agir. Dès lors, l’adresse n’est pas qu’un pur artifice rhétorique, mais une véritable nécessité. Elle est ce qui instaure et conforte la relation à l’Autre, façonnant l’image de soi : si l’orateur tient à ce que sa communication soit entendue, c’est parce qu’elle est ce qui élabore sa vision du monde, débouchant, chez les deux orateurs, sur la création d’un wir/we, union harmonieuse du ich/I du locuteur et du Sie/you de l’allocutaire confluant vers le même dessein – ou destin ?

1.3.          Le you frontal de l’adresse aux détracteurs

P2, en tant que pronom de l’allocutaire, est aussi le pronom de l’Autre, de celui qui n’est pas d’accord avec moi. CAMERON a fréquemment recours à P2 dans ce cadre afin de désarçonner ses adversaires et d’anticiper leurs possibles reproches, tandis qu’aucun Sie équivalent n’a pu être relevé : en comparaison avec MERKEL, qui demeure très effacée,  le style de CAMERON apparaît ainsi bien plus vindicatif. Le you, bien que pronom frontal de la prescience de l’Autre, apparaît paradoxalement comme une manière d’apaiser, d’adoucir le changement brutal et radical souhaité par CAMERON en tant qu’il est prise en compte des sentiments de l’allocutaire. L’analyse de BROWN/LEVINSON, qui estiment que le you (pluriel) apporte une issue pratique pour celui qui écoute((7)), montre le rôle de temporisateur (softener) que joue paradoxalement P2, quand bien même il est le théâtre de la confrontation avec l’allocutaire (et pourrait donc être rangé parmi les face-threatening-acts) :

That is, since it does not literally single out the addressee, it is as if the speaker were giving H((8)) the option to interpret it as applying to him rather than, say, to his companions. (BROWN/LEVINSON, 1987: 198-199)

Mais c’est seulement dans une seule occurrence sur les sept discours que le you est prétexte à l’introduction d’une réflexion autour du destinataire :

Texte G : « You wouldn’t have a plumber round to your house and pay them for ruining your drains. Why should public services be any different? » (l.144-5)

Partant du principe que P2, tout comme P1 (I), ne tolérerait pas de payer un plombier inefficace, CAMERON dresse un parallèle entre gestion des affaires privées et publiques. Il pose comme vraie cette assertion, qui se veut généralisable, comme le montre le passage de a plumber à sa reprise anaphorique en them. ALBRESPIT, qui étudie les cas où « un pluriel cache un singulier : le cas de they », signale ainsi que

ce n’est pas un individu particulier qui est alors considéré, mais toute la classe – les éléments de cette classe étant présentés comme interchangeables (ALBRESPIT, 2012((9)) )

Cette tentative de tenir compte de l’aperception de ses destinataires peut parfois se lire comme la volonté apparente de faire des concessions, de nuancer son discours, quand bien même la position du you n’est pas tenable :

Texte F : « Of course, it [the GDP] shows you that the economy is growing, but it doesn’t show you how that growth is created. » (l.44-45)((10))

Texte F : « Now, of course, you can’t legislate for fulfilment or satisfaction, but I do believe that government has the power to help improve wellbeing, and I’m not alone in that belief. » (l.88-89)

Texte F : « Now, of course, you cannot capture happiness on a spreadsheet any more than you can bottle it. If anyone was trying to reduce the whole spectrum of human happiness into one snapshot statistic I would be the first to roll my eyes and write about it in newspapers. » (l.103-6)

Négligemment, comme si les choses allaient de soi (of course), le Premier Ministre évoque le raisonnement possible de ses détracteurs, qu’il scinde clairement de sa propre pensée avec l’adverbe temporel now. Cet argument se fonde sur une impossibilité (can’t, cannot) à laquelle CAMERON ne prétend pas se soustraire. Pour imager les propos de ses allocutaires, CAMERON instaure une comparaison dans le dernier exemple. Any introduit l’idée de « traitement égalitaire » (ibid, 142), à savoir que le bonheur n’est ni capturable sur « une feuille de calcul » ou dans « une bouteille » : ces deux aberrations sont mises « sur le même plan » (ibid, 142). Devant deux possibilités toutes deux aussi absurdes l’une que l’autre, l’argument réel prend le pas sur l’argument concédé. Il est introduit par le locuteur à l’aide du connecteur logique but((11)) ou d’une subordonnée hypothétique où le I prend la place du you. Dans deux cas sur trois, avec le retour du I, il y a donc substitution de P1 à P2, que ce soit pour faire valoir une conviction profonde (I do believe) ou pour admettre, aux côtés du you, que le I aussi (CAMERON, donc) a conscience de cette difficulté (« I would be the first »). Dans le cadre de cette rivalité entre P1 et P2, l’auxiliaire do, dans l’expression I do believe, n’est pas anodin :

L’accent-commentaire qui frappe DOAUX répond fréquemment au désir de défendre cette réalité : le contexte étant polémique, l’actualisation de la réalisation prédicative a été mise en doute ou ne va pas de soi. L’énonciateur opte pour une surcharge validatrice qui lui permet de proclamer haut et fort la véracité de ce qu’il dit, contre l’incrédulité ou la logique situationnelle (ibid, 530).

En réalité, le you n’est envisagé comme une véritable objection dans aucun de ces exemples. Bientôt, P2 n’est plus que prétexte à l’expression assurée du I, instrument de démarcation. Le recours à l’allocutaire permet, au-delà de la factice intégration de la réfutation adverse, l’allusion indirecte à l’opposition travailliste :

Texte C : « The argument goes that if you give more welfare money to those who are higher up the income scale as well as those at the bottom then you iron out the perverse incentives that encouraged people not to work, not to save, not to do the right thing. » (l.180-2)

Ici, c’est le double jeu de la délocution (base nominale abstraite the argument en position sujet) et de l’adresse au you, sous le couvert de l’hypothèse, qui trahit le peu de cas que fait CAMERON de cette idée. Le verbe goes, qui présente cette démonstration sous le signe du passage, de l’évanescence, l’apparente en cela à la rumeur. Cet argument, proféré par une masse indéfinie d’allocutaires : « Some say the answer is more money. » (Texte C, l. 179), n’a, pour CAMERON, aucune raison d’être : « But anyone thinking we can just keep endlessly pumping money in is wrong. » (Texte C, l.185). Au présent simple, non modalisée, cette affirmation semble « [ne pas être] lié[e] à un moment précis » (LAPAIRE/ROTGE, 2002 : 393), être une « vérité générale, trans-situationnelle » (ibid), « attitude[] considéré[e] comme permanent[e] par celui qui les formule » (ibid). Dès lors, le anyone, en tant que reprise anaphorique condensée des arguments du you (le you présente des exemples, le anyone en fait une manière de pensée), a irrémédiablement, intrinsèquement tort. L’appréciation de l’argument de l’allocutaire anyone via le you n’est donc que pur artifice rhétorique, manœuvre de mise à mal de l’instance adverse.

Ainsi, le you n’existe que par rapport au I (cf. BENVENISTE, 1966) : son rôle n’est pas tant la mise en valeur de l’allocutaire que la dislocation progressive de ce sur quoi repose le you pour consolider l’expression de soi. La stratégie de CAMERON consiste à étouffer tout scepticisme avant même son apparition. Le chef de l’Etat va très fréquemment au devant de critiques, de contre-arguments possibles, semblant couper court à toute remise en cause de ses assertions. En prétendant donner la parole à son adversaire, en feignant de prendre en compte, ou du moins d’entendre ce qu’il a à dire, il lui dénie en réalité la possibilité d’une argumentation équilibrée et met à mal le rôle, non pas présent – puisque personne ne va le contrer pendant son allocution, mais futur de son allocutaire.

1.4.          Le renversement des rôles

P2 peut enfin, dans un singulier renversement des rôles, être le lieu de l’expression de soi. CAMERON use ainsi de ce dédoublement énonciatif de soi à travers P2 au sein d’une interpellation à soi-même :

Texte F : « If your goal in politics is to help make a better life for people – which mine is – and if you know, both in your gut and from a huge body of evidence that prosperity alone can’t deliver a better life, then you’ve got to take practical steps to make sure government is properly focused on our quality of life as well as economic growth, and that is what we are trying to do. » (l.72-6)

Le you fait d’abord référence à l’allocutaire, projeté dans une situation imaginaire où il a « un but en politique » et est à la fois persuadé (« in your gut ») et convaincu (« a huge body of evidence ») que « la prospérité seule » ne suffit pas. Dès lors, et dans ce cadre énonciatif a priori fictif seulement, la déduction logique (then) est de prendre « des mesures pratiques ». La construction de la phrase en « if X, then X » « procède (…) en deux étapes hiérarchisées : enregistrement de faits, de paroles (glosable par « in view OF the fact that… » ou par IF / SINCE X », suivi de leur interprétation (THEN Y) » (LAPAIRE/ROTGE, 2002: 242). Pour autant, cette mise en situation ne demeure pas hypothétique longtemps, puisque l’incise « – which mine is –  » réattribue d’office le you au I en les mettant en parallèle. Ainsi, CAMERON prétend agir comme son allocutaire, qui, dans le même cas que lui, n’aurait eu d’autre solution (have got) que de faire avancer le gouvernement. Il est ainsi très intéressant qu’une fois énoncée cette conviction profonde, le Premier Ministre rende compte des mesures prises comme celles du gouvernement, à la troisième personne, manière de signifier son rôle d’initiateur (chef de l’Etat) de mesures mises en place par ses collaborateurs (le gouvernement). C’est ensuite P1 qui apparaît (« our quality of life », « we are trying »), d’abord en tant que we inclusif (la qualité de vie de nous tous, des citoyens de notre pays dont je et vous faites partie), puis exclusif (le gouvernement), construisant un schéma qui reviendra dans les discours du Premier Ministre : celui d’un you – pendant d’un I qui se dissimule – au service d’un we. En conviant l’allocutaire dans ce processus de décision dont il s’est volontairement exclu((12)), CAMERON restaure le lien premier avec l’allocutaire – le peuple –, lui assurant que quiconque à cette place aurait fait les mêmes choix.

L’usage de P2 pour P1 peut également relever d’un dialogue fictif avec les citoyens. Le pronom fait alors figure d’interpellation à soi-même dans un dialogue imaginaire où le pronom de l’allocution donne la parole aux citoyens. Seuls les discours de la Chancelière indiquent explicitement à qui se réfère le pronom par le biais appellatifs((13)) :

Texte 5 : « „Wozu sind Sie eigentlich Bundeskanzlerin, wenn Sie nicht einmal dafür sorgen können, dass wir ein einheitliches Schulsystem haben und in Deutschland einfacher umziehen können?“ » (l.77-81)

Le recours au discours direct, parfois annoncé par les guillemets, parfois introduit par un verbe de parole, indique clairement le changement de cadre énonciatif :

Texte B : « And then people who say, ‘Well, of course, even if you could do something, would it really work? These are such chaotic families, shouldn’t you be putting your attention elsewhere?’ » (l.24-6)

Texte 6 : « Die Leute sagen vielmehr: Wir haben ein Leben; wir leben in einem schönen Land, und wir erwarten, bitte schön, von euch, dass ihr die Rahmenbedingungen so schafft, dass wir uns nicht ganztägig mit Zuständigkeiten auseinandersetzen müssen. » (l.251-4)

Cette mise en scène, accentuée par les procédés d’oral-model ou conversationalization-model (FOWLER, 1991 ; FAIRCLOUGH, 1994((14))) visant à mimer l’échange conversationnel, donne la parole aux citoyens par le biais de ses représentants((15)). Le lien à l’allocutaire est dès lors à la fois thématique (« je comprends vos demandes et me mets à votre place ») et stylistique (« je mets des mots sur ce que vous ressentez en m’appropriant un langage qui est le vôtre et nous rend proches »). Prenant acte de cette difficulté  lors de dialogues réels et immédiats avec la population((16)), la Chancelière cherche-t-elle, par et dans ses discours, à recréer le lien brisé avec l’allocutaire ? Cette adresse inversée, où celui ou celle qui interpelle est cette fois-ci apostrophé(e), construit en regard l’ethos d’un orateur proche de son peuple, et ce à deux niveaux : d’une part parce qu’il comprend, imagine, mesure les attentes de ses allocutaires, d’autre part parce qu’il sait, avec distance et humour, les transmettre. La Chancelière et le Premier Ministre voient par ailleurs leur ethos renforcé par leur capacité à faire face aux critiques, que celles-ci soient prises en compte (chez MERKEL((17))) ou balayées d’un revers de main (chez CAMERON). Pour conclure sur ces singulières dissociations de soi au sein du discours politique, où la convocation de l’Autre n’est que mise en scène de sa propre personne, convoquons DETRIE (2008) :

Parler de soi en disant je est d’une grande banalité : c’est en quelque sorte une figuration lisse de soi-même, renvoyant l’image d’un sujet plein, qui se construit hors de la pesée de son coénonciateur : on a affaire à une textualisation en soi-même, c’est-à-dire une textualisation où je se construit en disjonction de la non-personne, et au sein du couple personnel, en disjonction de tu, l’autre de je. Parler de soi dans une mise en scène énonciative en tu, (…) c’est dialoguer avec soi-même en représentant sa propre division, puisque tu actualise langagièrement un autre à qui je s’adresse. La P2 est donc l’outil du dédoublement imaginaire.

 

2.     La première personne, pronom du locuteur et de l’allocutaire

La première personne, qui regroupe aussi bien le nous, pronom du politique, que le je, lieu de fabrication de l’image de soi, sera l’objet de la deuxième partie. P1, comme pôle à la fois opposé et complémentaire au tu, détermine la relation de l’orateur à ses allocutaires. En effet, les systèmes énonciatifs anglais et allemand reposent sur la capacité du locuteur à se poser comme sujet par le biais de la première personne, qui définit notre origo (je, ici, maintenant). Or, BENVENISTE (1966 : 260) souligne que « la conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par contraste ». C’est dans cette perspective que l’adresse, comme forme dialoguée, prend tout son sens : la réciprocité du tu par rapport au je permet au je de s’affirmer en tant que tel. Quand bien même cela semblerait contradictoire, l’adresse se construit donc foncièrement par rapport à soi, que le je existe ensuite en tant que tel (P1 singulier) ou au sein d’une entité inclusive ou exclusive (P1 pluriel). Cette communication ne s’est attachée qu’aux valeurs du wir et du we (première personne du pluriel), considéré, en tant que fusion forcée entre je et non-je, comme le pronom du politique par excellence : « ce consensus à nommer le nous le terme fondateur du politique est pour moi un acquis » (GEFFROY, 1985 : 64).

2.1.          La prise à partie de l’allocutaire : la première personne du pluriel comme facteur de cohésion

L’inclusion de tous (conjonction de P1 pluriel et des quantifieurs all, alle) permet de se demander : le nous est-il créateur de la plus grande entité possible ? On s’interroge alors avec GEFFROY (1985) sur la question du « degré de collectivisation » du we, qui, ainsi appuyé par le all, peut se faire porte-parole d’un peuple tout entier. Il s’agit de faire corps ensemble, comme l’adverbe together le suggère :

Texte D : « But together – business, media, the voluntary sector, communities, and yes government we can do it. » (l.247-8)

Texte F : « (…) the fact that our success as a country is about more than economic growth. It will open a national debate about how together we can build a better life. » (l.137-9)

A chaque fois, il est question que la mise en place effective d’un projet (can, expression d’un pouvoir), à laquelle le gouvernement ne se soustrait d’ailleurs pas (« and yes government »), se construise par et avec l’allocutaire. Tandis que le projet est à l’initiative du gouvernement, le « comment ? » (how) doit, lui, être ajusté avec l’aide du citoyen. We together est alors comparable à l’impératif((18)) dont nous avions dit qu’il acquérait « dès lors une valeur d’achèvement effectif, tangible » : fusion des ambitions d’un I qui y mêle le you, il doit permettre à ces ambitions de voir le jour. Dès lors, le all ne vise pas qu’à accroître la portée symbolique et réelle du pronom de la première personne du singulier, mais acquiert également un rôle d’intensificateur du contenu fédérateur présent dans l’inclusion possible du pronom. De ce point de vue, l’association de all et de together relève d’une mise en exergue patente :

Texte A : « As I said after the riots, I have a duty to speak clearly, frankly and truthfully about the problems in our society…and an equal duty to do whatever it takes to fix them. When I say we are all in it together, I mean it. » (l.25-28)

Texte G : « Fail to deal with this – and we risk a major crisis in our economy. That’s why we’ve got tomake these cuts. But let’s also be clear how we will make them. We’ve got to do this in a way that is responsible and fair – that demonstrates we’re all in this together. » (l.33-37)

Face à un risque (les émeutes – the riots – ou la crise – « a major crisis in our economy »), il est question d’une nécessité (a duty, we’ve got to), préalable à l’unité de la nation rassemblée autour d’un même but. Dans les deux cas, le « comment » (how) n’est pas encore déterminé (« in a way that is responsible and fair »), laissant même libre cours à toutes les interprétations imaginables : « to do whatever it takes ». LAPAIRE/ROTGE (2002 : 172) parlent alors d’un

énonciateur indifférent au choix qu’il prie son partenaire d’effectuer, dans la totalité du champ des actions (…) envisageables.

L’enjeu n’est alors pas tant l’interpellation de l’allocutaire que sa fusion avec le I, le we du gouvernement dans des intérêts communs. GEFFROY (1985 : 78) parle à ce sujet de la « fiction dialogique » du nous inclusif, qui « étant donné un locuteur (…) et des allocutaires, les unit dans un être et/ou un faire communs ». Cette idée d’unité au travers d’une identité et d’un projet partagés nous paraît essentielle, rendant compte des intentions à la fois idéologiques (identitaires) et pratiques (débouchant sur l’action) de tels discours.

2.2.          La nécessité d’une prise de conscience collective pour un effort citoyen

Cette sous-partie repose sur le sémantisme des verbes liés au pronom de la première personne du pluriel : tandis que les verbes de constat et de perception, au présent, rendent compte d’un état de fait, les verbes modaux, souvent orientés vers l’avenir, acquièrent une valeur performative : parler de changer, ensemble, la société, est-ce déjà la changer ? La prise de conscience commence avec des verbes de perception à même de rendre compte du vécu d’une population chez qui l’on postule une uniformité de sentiments. Cela est particulièrement patent dans le discours E, prononcé suite aux émeutes de l’été 2011((19)), où le pronom we apparaît à trois reprises :

Texte E : « We have seen the worst of Britain, but I also believe we’ve seen some of the best of Britain » (l.22-23)

Texte E : « When we see children as young as 12 and 13 looting and laughing, when we see the disgusting sight of an injured young man with people pretending to help him while they are robbing him, it is clear there are things that are badly wrong in our society. » (l.48-51)

Le champ lexical de l’honnêteté est lui aussi relativement représenté : une occurrence en allemand et quatre occurrences en anglais. Ce réseau de significations autour de la prise de conscience, de la reconnaissance de difficultés, est un préalable à un changement profond et exige donc de passer par le nous, condition de réalisation des discours. Dans deux cas sur six, ces occurrences sont introduites par une subordonnée hypothétique, qui sous-entend que le nous sait déjà, tout en refusant de se l’avouer :

Texte 2 : « Wenn wir ganz ehrlich sind, so ist diese extrem strenge Aufteilung zwischen Arbeitswelt und Familienwelt historisch gesehen eine Aufteilung der Industriegesellschaft (…). » (l.145-6)

Texte D : « If we’re honest, people’s first instinct with these troubled families is to turn their backs on them. » (l.153-4)

Le quantifieur ganz implique que le wir n’était qu’« un peu » ou « partiellement » honnête et qu’il pourra l’être désormais « entièrement ». Il ne nie donc pas au wir une première étape d’accomplie dans le cheminement vers une plus grande honnêteté intellectuelle.

Une fois la prise de conscience effectuée, il s’agit, pour parler vulgairement, de « passer à l’action ». Quatre modes d’expression, allant de la plus grande pression sur l’allocutaire à la reconnaissance d’une liberté de choix, se font jour : nécessité (seule modalité étudiée plus avant dans cet article), suggestion, possibilité et volonté. En réalité, les modaux need, must et have to, sont le miroir de la volonté du gouvernement, notamment autour de la question de l’assistanat (qui doit toucher des aides de l’Etat ?) :

Texte C : « So we have to ask: up to what age should we expect people to be living at home? » (l.281)

Malgré l’apparente sollicitation de l’allocutaire qu’implique le verbe ask, l’allocutaire n’a guère son mot à dire face à des réformes déjà décidées par le gouvernement, qui oriente les questions : qui pourrait bien répondre que « oui, nous devrions attendre des gens qu’ils vivent à la maison » ? Les verbes liés à une nécessité, voire à une obligation en vue du bien collectif, sont extrêmement nombreux, jouant parfois sur l’ambiguïté foncière du pronom, qui, représentant du gouvernement (leurs idées, leurs suggestions), se veut, lié par ce devoir (moral ? économique ?), correspondre à l’ensemble de la population. On assiste ainsi à une forme de perversion du we et du wir, qui, en incluant l’allocutaire dans l’acte commis ou voulu par le locuteur, déplace la responsabilité de l’orateur de l’étroite première personne du singulier à un collectif toujours fluctuant. C’est ce que souligne GEFFROY (1985 : 89) pour le nous lorsqu’elle affirme :

Ce désignant socio-politique unique, monstre logique abrité des querelles définitoires, est la forme par laquelle le sujet politique essaie d’échapper à ses responsabilités énonciatives de sujet au profit d’un collectif aux contours toujours mouvants.

La première personne du pluriel est un pronom quasi obligatoire dans le façonnement d’une identité et d’un avenir communs. En effet, la plupart des occurrences, qu’elles soient associées à un modal ou non, sont le reflet du cheminement menant à l’accomplissement d’un projet politique : à l’émotion première (la perception) succèdent la prise de conscience (la réflexion) et l’honnêteté (l’acceptation des difficultés). Une fois ces constats dressés, c’est un nous d’incitation à l’action qui prend le relai, que celui-ci soit imposé par la nécessité, suggéré, possible ou voulu – dans une gradation descendante qui désengage de plus en plus la pression du je sur le tu((20)). Union du particulier saisi dans son individualité et du collectif comme unité supérieure, vers laquelle les efforts de chacun doivent tendre, le nous, profondément unificateur, acquiert dès lors une valeur performative : créer le nous, fonder la relation du je au tu, relation qui pourrait ne pas préexister à son existence discursive, c’est engager allocutaires et locuteur au sein d’un faire commun.

2.3.          Le nous, rempart contre les autres

Les nombreux exemples déjà traités ont permis de mettre en exergue l’existence d’un tiers présent en filigrane lors la construction du nous, condition nécessaire mais non suffisante au déploiement d’une entité dépassant le je pour aller vers la réunion du locuteur et de l’allocutaire. La citation inaugurale de GEFFROY (1985) est en cela éclairante :

Il est admis que le monde se partage très rigoureusement en deux parties :
1° nous
2° tout le monde
(ZINOVIEV, L’antichambre du paradis)

Les menaces extérieures constituent un Autre innommable autour duquel le nous se fédère. Chez MERKEL, la même opposition à un wir inclusif se fait ainsi – dans des proportions bien moindres toutefois – non pas autour d’une autre catégorie de personnes qui se comporteraient mal et créeraient en miroir une image positive du pronom de la première personne du pluriel, mais autour d’entités abstraites qui se positionnent par rapport au wir, qui façonne son unité comme une union choisie contre les groupes nominaux que sont die Globalisierung et die Gesellschaft :

Texte 5 : « Dazu kommt noch, dass unsere Grenzen, weil die Globalisierung voranschreitet, viel durchlässiger werden. » (l.155-6)

Texte 5 : « Wir müssen auch aufpassen, dass uns die Gesellschaft da nicht auseinanderdriftet. » (l.291-3)

La mondialisation, mal abstrait, est une forme d’excuse à l’évolution possible (cf. comparatif durchlässiger). Dans le deuxième exemple, la confrontation entre la société, en position sujet, et le wir, en position objet, est audacieuse, dans la mesure où le pronom du collectif est souvent associé à la société (in unserer Gesellschaft), ensemble au cœur duquel il s’inscrit. Faire de la société la source d’une possible division repose ainsi sur une adresse brouillée, diffuse, tant sur la cause du problème (qui est compris dans le groupe die Gesellschaft ?) que sa résolution possible (quels allocutaires peuvent s’inclure dans le wir ?). Les menaces extérieures représentent un Autre difficilement cernable, autour duquel le nous peut resserrer ses rangs. Cette union se voit consolidée par l’image de l’Autre, allocutaires et locuteur ne s’affrontant plus au regard de la réalité dialogique je/tu, mais par rapport à une instance tierce au pouvoir séparateur, et, par là-même, fédérateur. L’emploi du we en opposition à d’autres groupes nominaux permet en effet « à l’énonciateur de constituer un ensemble qu’il ne nomme pas, qu’il se contente de pronominaliser » (GUESPIN, 1985: 53). Foncièrement, souligne GEFFROY (1985 : 7),

La cohésion du nous est bien souvent assurée par l’existence maligne d’un tiers exclu. Exclu de l’allocution, exclu du sous-groupe, exclu de le l’univers du langage. Exclu, donc créateur de nous.

 

3.     Stratégies de contournement de l’adresse et délocution : le tiers du discours politique

Comme de nombreuses analyses l’ont déjà esquissé, la présence du tiers, instance délocutée, est patente dans le corpus. Ce tiers, exclu de l’échange dialogal mais force en présence dans la caractérisation des rapports je / tu, représente, quantitativement parlant, le nombre d’occurrences le plus élevé – le nous mis à part. Alors qu’elle se fait rarement jour seule, la troisième personne, sous ses multiples apparitions (man, quantifieurs, groupes nominaux, relatives déterminatives), fait fonction, de part sa simple existence aux côtés du je et du tu, de faire-valoir, qui peut se faire créateur d’une relation de connivence entre allocutaires et locuteur. Si le tiers est, au niveau du pronom, celui qui n’est pas adressé, forclos du rapport de force dual du je au tu, il désigne, référentiellement, ou le locuteur (P3 ≈ P1), ou un allocutaire méprisé, rejeté au-dehors de l’échange conversationnel prototypique (cf. people de CAMERON ; P3 ≈ P2), ou un Autre tiers (P3 = P3), allant dans le sens d’une caractérisation plurielle et équivoque de l’altérité (soi-même, celui que j’apprécie, celui que je conspue). Seuls quelques phénomènes significatifs seront abordés ici, qui ne se veulent ni exhaustifs, ni représentatifs de l’ensemble de la présence du tiers dans le corpus.

3.1.          Quantifieurs universels « pleins » : le cas de jeder

Le recours à des quantifieurs d’adresse maximale relève en premier lieu d’une prise en compte de l’interlocuteur, intégré d’office dans la situation de communication, comme c’est le cas pour l’ouverture du discours 2 :

Texte 2 : « (…) jeder Mensch gehört zu einer Familie. Jeder weiß auch, dass wir alle Familie brauchen. » (l.10)

L’adresse est ici double, jouant à la fois sur l’inclusion dans l’humanité (jeder Mensch) et mettant en jeu un savoir communément partagé (jeder weiß auch). Comme l’indiquent SCHANEN/CONFAIS (2012 : 324), avec jed-, « n’importe quel élément de l’ensemble représente la totalité de l’ensemble ». Il s’agit donc d’extraire un individu pris isolément pour le faire représentant d’une classe, soit de jouer sur deux plans de l’adresse : la relation personnelle à l’allocutaire, mais aussi son appartenance à un groupe. L’expression jeder weiß est exophorique, c’est-à-dire qu’elle se réfère à la situation extralinguistique (cf. ibid, 431), misant en cela sur un contexte supposé connu du locuteur et des allocutaires. Elle est par ailleurs une forme de modestie de la part de la Chancelière, par exemple dans cet exemple, où MERKEL ne prétend pas faire une révélation, mais ne fait que reprendre un enjeu qu’elle suppose déjà connu :

Texte 6 : « Wir haben ein gutes Gesundheitssystem in Deutschland, aber jeder weiß auch, dass es flächen-deckend nicht ganz einfach gewährleistet werden kann, wenn man dabei nicht immer neu nachjustiert. » (l.175-7)

Spécifié, car partie de l’unité supérieure wir inclusif à portée nationale (in Deutschland), le quantifieur pronominalisé jeder joue, en parallèle avec la première personne du pluriel, un rôle fédérateur sensiblement proche du wir. La dissociation avec P1 pluriel, qui débouche sur une restriction de l’adresse, est opérante lorsque s’adjoint une relative déterminative((21)) à jeder :

Texte 2 : « Jeder, der ein Unternehmen führt oder in einem Unternehmen tätig ist, weiß: Zufriedene Menschen, Menschen, die ihren Lebensentwurf leben können, sind auch gute Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmer. » (l.16)

La désignation de l’allocutaire repose sur la caractérisation de la relative, qui, couplée au très étendu jeder, spécifie autant qu’elle circonscrit l’adresse, permettant une inclusion à la fois plus vaste et plus précise qu’un wir englobant.

3.2.          Les groupes nominaux au service d’une construction binaire des catégories d’allocutaires : polarisation axiologique chez CAMERON

L’étude des GN des discours de CAMERON a mis en exergue une logique profondément séparatrice, visant à systématiquement opposer deux catégories d’allocutaires. CAMERON est ainsi un exemple éclairant de la nécessité de se façonner par rapport, voire en opposition à autrui : la société britannique se voit régulièrement divisée en deux catégories distinctes qui œuvrent au service d’une perspective manichéenne où s’affrontent « bons » et « mauvais » citoyens. Cette binarité est un instrument de valorisation autant que de dévalorisation, les groupes sociaux((22)) étant adossés l’un à l’autre dans une perspective axiologique : 

Texte E : « We have seen the worst of Britain, but I also believe we’ve seen some of the best of Britain: the million people who’ve signed up on Facebook to support the police, communities coming together in the cleanup operations. » (l.22-25)

Cet extrait fait écho aux émeutes destructrices de l’été 2011. Cette nécessité de dépasser la confrontation entre bons et mauvais exemples est aussi mise en évidence par MERKEL :

Texte 4 : « Auf der anderen Seite gibt es eine Tendenz, aus Einzelbeispielen immer Generalverdachtsmomente zu formulieren. Ich glaube, da müssen wir ein Stück weit zusammenhalten und immer wieder auf die vielen guten Beispiele hinweisen, die den schlechten Einzelbeispielen gegenüberstehen. » (l.99-102)

Comme chez CAMERON, les illustrations positives sont précédées d’un quantifieur indéfini marquant leur potentielle illimitation (some of the best, die vielen guten Beispielen). Cette polarisation débouche chez le Premier Ministre britannique sur un phénomène de triple adresse :

Texte E : « I’m clear that they [1a] are in no way representative of the vast majority of young people in our country [2] who despise them [1b], frankly, as much as the rest of us [3] do, but there are pockets of our society that are not just broken but, frankly, sick. » (l.46-8)

Les allocutaires sont alors triples : (1) they, les initiateurs des émeutes, en position de délocuté, d’abord sujets du discours (1a), puis objet de mépris (1b) ; (2) les jeunes qui les dénigrent ; (3) the rest of us (rassemblement du locuteur et des allocutaires, peu ou prou l’intégralité de la population à l’exception des fauteurs de trouble et des jeunes). La mise en parallèle (as much as) des jeunes et du we((23)) s’effectue dans le souci de ne pas faire l’amalgame entre cette jeunesse et les voyous. Par ce refus de la représentativité, le mal (la source du mal) est circonscrit, borné. Une telle systématisation ne s’explique toutefois pas dans d’autres occurrences, où la prégnance d’un « bon » et d’un « mauvais » comportement est nettement moins ostensible :

Texte D : « From one that ignores the power of strong relationships, to one that values them. » (l.245)  VS. « From one that undermines families, to one that strengthens them. » (l.246)

Texte C : « Take a couple living outside London. » (l.94) VS. « But the couple down the road, who have four children, haven’t worked for a number of years. » (l.101-2)

Texte C : « Next there’s the situation with young people who want to leave home. Take two young women living on the same street in London. One studied hard » (l.110) VS. « Then there’s another woman living down the street. » (l.115)

Tandis que le texte D présente deux conceptions de la famille, le texte C rend concrètes deux relations antithétiques à l’Etat. Dans les deux cas, les situations doivent sembler quasi identiques, ce que la mention du lieu d’habitat doit étayer : les couples ou les jeunes femmes comparés vivent dans la même rue (down the road, down the street) ; ils sont donc voisins. Cette remarque pourrait sembler anecdotique si elle n’entrait pas en relation intertextuelle((24)) avec le discours A et les ‘neighbours from hell’ : le mauvais voisin devient le représentant absolu du dévoiement de la société, concentrant l’intégralité des vices (paresse, mensonge, avarice, opportunisme) qui font que l’Etat-Providence, dont le système reposait sur la confiance et une éthique de la responsabilité, fait faillite. La dénonciation de l’assistanat et la diabolisation d’une partie de la population qui vivrait grâce aux aides constituent les leitmotivs des discours de CAMERON. Cette quasi obsession conduit à une réduction systématique de sa pensée en un mode de pensée binaire :

Texte C : « Why does the single mother get the council house straightaway when the hard-working couple have been waiting for years? » (l.152-3)

Comme dans l’exemple précédent, la régularité et la patience sont l’apanage du bon exemple (for years vs. straightaway, cf. every day dans l’exemple précédent). La binarité, là aussi marquée syntaxiquement (« proposition d’opposition »((25)) introduite par when), est l’instrument d’une polarisation fondée sur le mérite, les qualités acquises (hard-working) et non la situation familiale et/ou sociale (single).

3.3.          Substantifs déverbaux

Cette sous-partie est consacrée aux bases nominales déverbales qui expriment un sentiment. Contournement par excellence de l’adresse, la troisième personne est nonobstant véhicule d’une adresse indirecte, les pensées exprimées n’existant pas en soi et pour soi mais dépendant de leur formulation, leur expression via l’allocutaire. Idées, arguments et valeurs émanent forcément de quelqu’un et peuvent, partant du postulat selon lequel les idées ne sont pas dématérialisées, mais s’incarnent, constituer des formes d’adresse. Dans de nombreux exemples, l’introduction de ces concepts se fait via une tournure impersonnelle présentative : es gibt ou there is/are (cf. soulignement). Couplés à des compléments de lieu généraux du type in Deutschland, insgesamt, in der Gesellschaft (cf. italique), ces substantifs semblent dériver d’une forme de consensus populaire :

Texte 5 : « Insgesamt gibt es jedenfalls ein tiefes Gefühl (…) » (l.272)

Texte 7 : « Es gibt in der Gesellschaft Tendenzen, die nicht unbedingt dabei helfen, Beruf und Familie miteinander zu vereinbaren. »

Texte F : « First, there is the worry that this is a distraction from the major, urgent economic tasks at hand. Second, there is the criticism that we can’t hope to improve people’s wellbeing – that this is beyond the realm of government, so why are we trying? And third, there is a suspicion that, frankly, the whole thing is a bit woolly, a bit impractical. » (l.18-22)

Le fait de nominaliser pose ces sentiments comme vrais, incontestables : ils ne sont pas soumis à la prédication. En miroir, l’adresse rejaillit sur l’ethos de l’orateur, qui se fait le porte-parole des revendications citoyennes, s’élevant au-dessus de l’hétérogénéité des voix exprimées pour proposer une synthèse : ce que les compatriotes perçoivent, peut-être de façon diffuse, ce que vous ressentez, c’est : de la peur, des doutes, du scepticisme… MERKEL et CAMERON sont alors ceux qui mettent en mots, qui rendent visible un sentiment partagé par beaucoup, et lui donnant (lui rendant ?) sa place dans l’espace public, légitiment droit à l’existence et prétention à appeler une réponse des pouvoirs publics.

Chez MERKEL, ce procédé permet en outre, en contournant la question de l’allocutaire (à qui m’adressé-je ?) une adresse au plus grand nombre, dans la mesure où c’est l’action, l’argument ou la valeur portés par une catégorie qui entrent en jeu, et non leurs acteurs. Cela est particulièrement intéressant dans les discours de valorisation d’une catégorie d’allocutaires modèles où s’entrecroisent marques d’adresse prototypiques (Sie) à l’intention du cercle d’allocutaires premiers (présents) et potentialités d’adresse élargie via les groupes nominaux à valeur conceptuelle. Dans les exemples ci-dessous, c’est la valeur positive de l‘engagement qui est louée, et non les bénévoles en tant que tels :

Texte 1 : « (…) wie viel tolles Engagement es hier im Lande gibt. » (l.14-15) // « von welcher Bedeutung das soziale Engagement im Rahmen des Zivildienstes in vielen Jahren war. » (l.21-22)

Texte 4 : « (…) dann würde Rationalisierung dazu führen, dass wir all diese Arten von Engagement nicht mehr hätten. » (l.82-83)

Ce dispositif permet de féliciter à la fois les bénévoles ayant déjà fait leurs preuves, dont une partie sont présents à l’allocution de la Chancelière, et le vivier de bénévoles potentiels. L’adresse via ces groupes nominaux nourrit donc une procédure de triple adresse en ramassant en son sein deux catégories d’allocutaires différents, non seulement en tant que cible (il faut remercier, féliciter et encourager à continuer les premiers, tandis qu’il faut à inciter à se lancer les seconds), mais aussi dans le temps (remercier implique un retour sur quelque chose de déjà accompli, tandis qu’inciter met en scène une réussite future). Ce sont donc à la fois les deux catégories d’allocutaires et les deux temporalités du discours politiques qui trouvent ici leur expression. De manière significative, chez CAMERON, la connotation méliorative associée à la communauté perd de sa substance :

Texte C : « (…) there was that assumption of trust at the heart of the system. » (l.164-5)

Texte C : « (…) when there was a stronger culture of collective responsibility in this country. » (l.169-70)

Les valeurs de confiance et de culture collective répondent aux mêmes enjeux de double adresse que chez MERKEL, sans qu’il y ait pour autant incitation à changer : le passé considéré, au prétérit (was), est clos. La confiance établie ne reposait d’ailleurs que sur une hypothèse (assumption), laquelle s’est vue démentie, d’où la mise à distance par that, déterminant qui sépare le nom commun de son énonciateur de façon relative : du point de vue du locuteur, le groupe nominal assumption of trust lui est éloigné, tant dans le temps (was) que conceptuellement. Si le grief implicite à l’héritage travailliste, qui a affaibli les fondements de l’Etat-Providence en le transformant en nanny state((26)) ­n’est plus à démontrer, il est intéressant que ce constat ne s’accompagne pas d’une volonté de changement chez les opérateurs des groupes nominaux trust et collective responsability, la transformation ne pouvant s’effectuer que par l’intermédiaire du gouvernement. En somme, ce n’est même plus la peine d’adresser la catégorie d’allocutaires concernée, puisque ceux-ci abusent du système depuis si longtemps qu’il est inutile de compter sur eux. L’absence d’adresse marque une forme de désillusion quant à leur faculté à se prendre en main. La dépersonnification atteint son point culminant lorsque les détracteurs n’apparaissent même plus sous la forme de people ou de quantifieurs substantivés some, mais sont relégués au rang d’idées((27)) :

Texte B : « And I know there are lots of arguments – and believe me the arguments have been made in Whitehall from time to time – that while we already spend a fortune on these families, why throw even more money at them. » (l.18-21)

Texte G : « I’m going to be taking on all these arguments in the weeks ahead. » (l.197)

Texte F : « In my brief speech today, I want to try and answer those questions as directly as I can » (l.16-7)

Texte F : « (…) because I think over the past couple of weeks, as this initiative has been coming to the fore, three objections have become very clear. (…) I want to try and take on each of these three objections. » (l.17-23)

Le texte E, qui fait suite aux émeutes de l’été 2011, se montre extrêmement sévère à l’égard des jeunes ayant commis des violences dans toute l’Angleterre. Alors que se pose la question du visionnage des enregistrements des caméras de vidéosurveillance((28)), les partisans des libertés individuelles sont mis à mal par CAMERON qui balaie d’un revers de la main la question du droit à l’image :

Texte E : « (…) we will not let any phony concerns about human rights get in the way of the publication of these pictures and the arrest of these individuals. » (l.17-9)

Texte E : « But there is absolutely no room for complacency and there is much more to be done. » (l.25-6)

Devenu symptomatique du mal-être d’une nation, la complaisance n’est que l’une des manifestations de cette culture of entitlement (Texte C, l.140) qui rongerait la Grande-Bretagne. Signe de l’atmosphère funeste qui règne sur le pays, la désindividualisation, tant linguistique (recours massif au tiers) que symbolique et réelle (délitement de la solidarité, dissolution du vivre-ensemble, déliquescence de la responsabilité) trouve ici son apothéose.

Conclusion

L’étroite imbrication, confinant à la confusion, des plans idéologique (identitaire) et pragmatique (prétendant à un faire) des procédés d’adresse, est ainsi patente. Incitation à l’action, l’adresse est le lieu de façonnement d’entités nouvelles, parfois contraintes, comme par exemple lors de la fusion de P1 et P2, foncièrement différents, en un nous inclusif harmonisateur. En cela, l’adresse des discours politiques considérés est profondément créatrice, au sens où elle force un sens, celui de celui qui parle, imposant une vision du monde et de l’Autre. L’adresse a ainsi, dans une certaine mesure, partie liée avec la valeur performative du langage : elle transforme ma perception d’autrui et de moi-même, fabricant pour soi et pour autrui une identité propre, différente du sujet parlant stricto sensu. L’adresse actualise par le langage l’image que je me fais de l’Autre, et modèle ainsi l’Autre à mon image : l’allocutaire du discours politique, réduit au silence, n’existe, de fait, que sous les traits que veut bien lui prêter l’orateur. Réciproquement, le locuteur n’a de légitimité – de raison d’être – qu’en tant que l’Autre, l’allocutaire, lui reconnaît un rôle dans la sphère publique et accepte, même implicitement, qu’il soit celui qui dresse la ligne de partage entre soi et autrui. L’orateur politique est donc le maître, par son dire, d’un faire qui sépare et rassemble ; il est celui qui, par la parole, (re)crée un monde et nomme le Même et le différent. La métaphore divine semble ici éclairante, qui confère au Verbe (au dire) un pouvoir créateur : l’identité, corollaire de l’altérité, ne fonctionne qu’en tant qu’elle est exprimée, mise en mots, et pénètre ainsi le champ de la conscience et de la reconnaissance.

Dans ce travail de séparation et de démarcation, les pronoms ne jouent pas un rôle en soi, mais seulement en tant que réseau de significations et d’entrelacements : ce sont les unes par rapport aux autres que les différentes personnes – tant pronominales que réelles –  acquièrent leur valeur. La deuxième personne n’est donc pas exclusive en tant que telle, elle l’est avant tout parce qu’elle est alors, en miroir, instrument de la mise en valeur du je, tout comme la troisième personne se voit profondément rejetée en-dehors de l’allocution lors de l’apparition du nous, symbole d’union et de fusion. Certes, les pronoms possèdent une valeur intrinsèque, que nous ne leur nions pas, et véhiculent à eux seuls un bagage idéologique où se mêlent idiosyncrasie linguistique (la rareté d’un one, auquel est souvent préféré un you, par exemple, en opposition à la fréquence du man) et corrélation entre sujet réel (par exemple, le locuteur) et sujet grammatical (la première personne du singulier). Pour autant, l’énallage, figure de la distorsion, a montré l’ambigüité qui fait le propre des systèmes pronominaux étudiés, là où la deuxième personne prend tour à tour les contours d’un je, d’un tu ou d’un il. L’Autre n’est dès lors pas que la deuxième personne, mais celui que je désigne comme Autre, y compris lorsqu’il s’agit, dans un jeu de miroir, de moi-même. De la non-adéquation entre l’Autre pronominal (P2 et P3) et l’Autre du discours (l’allocutaire, mais aussi le délocuté, voire le locuteur – soi-même, donc –) naît la richesse polysémique des procédés d’adresse. Loin de n’être qu’interpellation, l’adresse est ainsi avant tout dialogue, quel que soit l’interlocuteur, et que celui-ci préexiste à l’acte d’énonciation ou non. En cela, elle est à nouveau créatrice, fondant par exemple l’Autre en soi-même plutôt qu’en l’allocutaire réel.

Prenant acte de la complexité de l’Autre, et dès lors de la pluralité des destinataires, l’orateur du discours politique est mû par une double nécessité : adresser à la fois le public sur lequel il vise à agir, objet du discours, mais aussi le public artisan du changement, créateur du projet de société porté par l’énonciateur (CAMERON ou MERKEL). C’est en ce sens que nous avons souvent rencontré un schéma pronominal comme suit : you/Sie au service d’un we/wir, le façonnement d’un devenir collectif, s’il passe par une vision individuelle, souvent véhiculée par la première personne (du singulier ou du pluriel exclusive), ne pouvant déboucher que sur la création d’un nous. Le SPD l’a bien compris, qui a fait du wir linguistique l’enjeu – et, plus pragmatiquement, le slogan – de sa campagne pour les législatives de 2013 :

Das WIR entscheidet. (…) „Mehr wir und weniger ich“: Dieses Bild von Peer Steinbrück in seiner Rede beim Parteitag in Hannover  trifft das Lebensgefühl der Menschen und hat uns inspiriert, daraus den Claim unserer Kampagne zu entwickeln. Wir werden eine Politik für die Mehrheit der Menschen machen((29)).

Le wir, c’est en effet – selon les sociaux-démocrates – le pronom non pas de tous, mais de la majorité (für die Mehrheit der Menschen). Pronom du renoncement à un idéal de totalité, de plénitude, celle-ci n’étant qu’un apprêt factice, le wir devient pronom non seulement du « citoyen moyen » mais aussi de la classe moyenne (aus der Mitte der Gesellschaft) :

Das „Wir“ wollen wir auch in den Mittelpunkt unserer Kampagne stellen. Wir gestalten unsere Politik aus der Mitte der Gesellschaft, aus der Mitte des Lebens heraus (ibid).

Vecteur idéologique, à l’instar des autres pronoms, le wir apparaît ici non seulement comme rapprochement forcé de l’allocutaire et du locuteur, fusion productive et féconde en vue de l’action politique, mais aussi comme pronom prescriptif d’une forme de normativité menant au citoyen « moyen » (Durchnittsbürger), « normal ». Pronom du politique, certes, mais aussi pronom d’une politique de gauche, pour laquelle l’aspiration à la justice sociale (soziale Gerechtigkeit, leitmotiv du SPD en 2013), c’est-à-dire à la juste répartition des richesses, est prédominante.

Cet exemple de clôture souligne là encore le rapport d’étroite interdépendance qui unit fabrication de l’Autre et construction de sa propre image dans le discours. Ce cri de ralliement esquisse en creux la figure d’opposition dont se démarquent les sociaux-démocrates : le gouvernement actuel, conservateur, « parti des riches ». Il s’agit, au cours de l’enfantement d’une entité commune, le wir, de redessiner le je, lui conférant les attributs d’une communauté de valeurs. En tant que faiseur du dire et du faire de l’Autre, le locuteur est avant tout promoteur de son propre ethos : prendre en compte l’avis d’autrui, c’est aussi, en miroir, se dire ouvert et tolérant, voire disposé à la critique. Dans le cas de CAMERON, il est question d’un dévoiement de la parole de l’Autre, qui, ainsi médiatisée, se voit dans l’impossibilité de trouver un terrain d’expression réel. Le discours,  en tant que représentation, peut alors signifier autre chose qu’un préambule à l’action, voire une mise en mots de l’action : il peut être négation de l’action. L’appréhension de l’Autre peut dès lors, paradoxalement, devenir déni de l’altérité, puisque cet Autre, qui ne se fait jour qu’au bon vouloir de l’orateur, reclus et protégé par la scène d’énonciation des allocutions officielles (monolocutions), est enfermé dans un dire – qui peut ne jamais se transformer en faire.

Bibliographie

ALBRESPIT, Jean. « Quand un pluriel cache un singulier : le cas de they », E-rea [En ligne], 9.2, 2012.

BENVENISTE, Emile. « La nature des pronoms », In: Problèmes de linguistique générale, Paris : Gallimard, 1966.

BROWN, Penelope / LEVINSON, Stephen C. Politeness. Some universals in language usage, Cambridge : Cambridge University Press, Studies in Interactional Sociolinguistics 4, 1987 [1978].

CHARAUDEAU, Patrick. Le discours politique. Les masques du pouvoir. Paris : Vuibert, 2005.

CHARAUDEAU, Patrick / MAINGUENEAU, Dominique (éd). Dictionnaire d’analyse du discours, Paris : Le Seuil, 2002.

CONFAIS, Jean-Paul / SCHANEN, François. Grammaire de l’allemand – Formes et fonctions. Paris : Armand Colin, 2012.

DETRIE, Catherine. « L’énallage : une opération de commutation grammaticale et/ou de disjonction énonciative? », Langue française 4/2008 (n° 160), p. 89-104.

FAIRCLOUGH, Norman. « Conversationalization of Public Discourse and the Authority of the Consumer. ». In: The Authority of the Consumer, sous la direction de KEAT, Russell, WHITELEY, Nigel et ABERCROMBIE, Nicholas. Routledge, 1994, pp.253-268.

FONS, Jean-Philippe (dir.) Le Parti conservateur britannique : crises et reconstruction (1997-2007), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2007.

FONS, Jean-Philippe. « Good for me, good for my neighbour. Quelles politiques sociales pour les Conservateurs de David Cameron ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne en Février 2011.

FOWLER, Roger. Language in the News: Discourse and Ideology in the Press. London : Routledge, 1991.

GENETTE, Gérard. Palimpsestes, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982, rééd. « Points Seuil », 1995.

GEFFROY, Annie. « Les nous indistincts ». In: Mots, Mars 1985, Vol.10, n°10, pp. 5-8.

GUESPIN, Louis. « Nous, la langue et l’interaction ». In: Mots, Mars 1985, Vol.10, n°10, pp. 45-62.

JAKOBSON, Roman. Les fondations du langage. Essais de linguistique générale I ; traduit de l’anglais et préfacé par RUWET, Nicolas. Paris : Editions de Minuit, coll. « Arguments », 1963.

JARRETY, Michel (sous la direction). Lexique des termes littéraires, Espagne : Librairie Générale Française, 2001.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris : Armand Colin, 1980.

KÜHN Peter. Mehrfachadressierung. Untersuchungen zur adressatenspezifischen  Polyvalenz sprachlichen Handelns, Tübingen : Niemeyer, 1995.

LAPAIRE, Jean-Rémy / ROTGE, Wilfrid. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse Le Mirail : Presses Universitaires du Mirail, 2002.

MAGRI-MOURGUES, Valérie. « Jeux d’adresse dans la lettre de voyage », In : Les personnes de la lettre : je, tu, il/elle, Paris VII: France, 1995.

PERENNEC, Marcel. Sur le texte. Enonciation et mots du discours en allemand, Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 2002.

PERRET, Delphine. « Les appellatifs ». In: Langages, 5e année, n°17, 1970, pp. 112-118.

PRAK-DERRINGTON, Emmanuelle. « Vom Schreiben in der Ich-Form, oder über die Kunst, seinen Leser zu duzen. Zur Kommunikationssteuerung durch Pronomina und Tempora. Zur Kommunikationssteuerung durch Pronomina und Tempora »,  Lylia, 2005.

PRICE, Stuart. Communication Studies. New-York : Longman, 1996.

PRICE, Stuart. Discourse Power Address : The Politics of Public Communication. Ashgate, 2007.

SIESS, Jürgen / VALENCY, Gisèle (éd.), La double adresse. Paris : L’Harmattan, 2002.

 

Corpus

  1. Rede der Bundeskanzlerin zum einjährigen Bestehen des Bundesfreiwilligendienstes – 04.09.2012
  2. Ansprache von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich der Preisverleihung des Unternehmenswettbewerbs „Erfolgsfaktor Familie 2012“ – 02.05.2012
  3. Ansprache von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich der Preisverleihung des Bundeswettbewerbs „startsocial“ – 18.04.2012
  4. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des Empfangs für Ehrenamtliche „Gemeinsam geht’s – Menschen helfen Menschen“ – 05.04.2011
  5. Rede der Bundeskanzlerin im Rahmen der Konferenzreihe „Denk ich an Deutschland“ zum Thema „Wie wollen wir leben?“ bei der Alfred-Herrhausen-Gesellschaft – 28.09.2012
  6. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des „Demographiegipfels“ – 04.10.2012
  7. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des Spitzengesprächs zur Initiative „Familienbewusste Arbeitszeiten“ – 08.02.2011

A. Troubled families speech – 15.12.2011
B. Troubled families reception – 28.03.2012
C. Welfare speech – 25.06.2012
D. Speech on families and relationships – 10.12.2010
E. PM’s statement on violence in England – 10.08.2010
F. PM speech on wellbeing – 25.11.2010
G. PM’s speech at Civil Service Live – 8.07.2010

  1. L’adresse existe également dans la communication différée, mais est réservée à des endroits stratégiques (ouverture, clôture). Elle est donc, d’un point du vue purement quantitatif, moins marquée à l’écrit.  []
  2. A noter toutefois que depuis 2009, le Parti conservateur britannique ne fait plus partie, au Parlement européen, du Parti populaire européen, auquel appartiennent la CDU et la CSU. Les Tories dépendent désormais du groupe des conservateurs et réformistes européens (en anglais European Conservatives and Reformists – ECR)ou groupe conservateur européen. Les droites britannique et allemande sont donc sensiblement différentes, la CDU-CSU œuvrant davantage dans une lignée chrétienne-démocrate, tandis que les conservateurs britanniques se rapprochent davantage des libéraux (notamment depuis les années Thatcher). []
  3. A la dissymétrie locuteur / allocutaire s’ajoute celle entre le sujet parlant et le rédacteur du discours. En effet, à l’absence de correspondance entre instances d’émission et de réception s’ajoute la non-concordance entre le sujet écrivant et le sujet parlant. Pour autant, le rédacteur du discours s’exprimant au nom d’Angela MERKEL ou David CAMERON, on peut postuler une unité factice entre ces deux entités discursives. Derrière le rédacteur du discours se dissimule l’orateur, qui se réapproprie la première personne du singulier (et dans une moindre mesure du pluriel) lors de la prise de parole. []
  4. Notre perspective, qui rejoint amplement celle de PRICE, souhaite toutefois aller plus loin que l’analyse de phénomènes comme le we ou les questions rhétoriques, qui ne représentent qu’une infime partie des marques d’adresse présentes dans le corpus. []
  5. P1 correspond à la première personne singulière et plurielle (ich/I, wir/we), P2 à la deuxième personne (du, ihr, Sie, you), P3 à la troisième (man, groupes nominaux, etc.). La difficulté de cette catégorisation tient au Sie (forme de politesse), qui correspond morphologiquement à une troisième personne mais référentiellement à une deuxième, d’où son classement en P2. []
  6. Nous la percevons comme une gradation dans la mesure où l’engagement, au départ valeur abstraite, se transforme ensuite en collaboration, en « travail aux côtés de », puis en un « faire » tout entier, qui dépasse le simple cadre du travail. []
  7. BROWN/LEVINSON (1987: 198) : « ‘You’ (plural) provides a conventional ‘out’ for the hearer ». []
  8. Dans la classification de BROWN/LEVINSON, H désigne the Hearer, l’Addressee. []
  9. Quand l’article, consultable en ligne, est dépourvu de pagination, aucune page n’est mentionnée. []
  10. La position du you est particulièrement indéfendable dans cet exemple : « So, for instance, when a country is hit by an earthquake, that can increase GDP, because of the extra spending on reconstruction. When a city is torn apart by crime and disorder, that actually increases GDP, because we spend money on locks, and more people get employed in security. When someone falls seriously ill, that can increase GDP, because of the cost of buying the drugs and paying for care – all those things that also count as economic activity. So, destruction, crime, disease – in a very crude way all these things can amount to progress in terms of GDP. » (Texte F, l.46-52).  []
  11. Nous y voyons, selon la classification de LAPAIRE/ROTGE, un « BUT de contrariété factuelle » : « Y contredit X (…) Y [le I, CAMERON dans notre cas] va simultanément à l’encontre de X [le you¸l’allocutaire] et l’emporte sur X » (2002 : 328). []
  12. Ce sont là les fondements mêmes de la démocratie que de déléguer la prise de décision à ses représentants élus au suffrage universel. Le statut de CAMERON en tant que Premier Ministre – tout comme celui de MERKEL – repose sur l’assentiment des citoyens britanniques, y compris de ceux qui n’ont pas voté pour lui : en prenant part aux élections, le citoyen accepte le jeu de la victoire et de la défaite. []
  13. « Lorsqu’un terme du lexique est employé dans le discours pour mentionner une personne, il devient un appellatif » (PERRET, 1970 : 112). Il s’agit ici de « Bundeskanzlerin ». []
  14. Entendu comme « the modelling of public discourse upon the discursive practices of ordinary life, ‘conversational’ practices in a broad sense » (FAIRCLOUGH, 1994 : 253). []
  15. DETRIE parle de L1 s’auto-désignant en P2 comme « le degré zéro » de l’énallage : « tu ne désigne pas l’autre dialogal (…) mais actualise langagièrement un autre à qui je s’adresse, même si ce je et ce tu, dans le monde réel, construisent référentiellement la même personne. Tu est de la sorte l’outil d’un dédoublement imaginaire. » (2008 : 91). []
  16. C’est là l’entreprise de Bürgerdialog, recherche constante du dialogue amorcée par la Chancelière au 1er février 2012 (les discours, presque tous postérieurs à cette date, participent ainsi cette initiative) : « Dialog über Deutschlands Zukunft ». Non sans ironie, le Spiegel ONLINE du 3 juillet 2012 commente : « Und Regierungssprecher Steffen Seibert schwärmte zum Start der Website davon, der Online-Dialog sei ein „Ausweis von Vertrauen in das Wissen, die Intelligenz, die Lebenserfahrung der Bürger“ ». []
  17. Qui n’hésite pas à poursuivre au discours direct en imaginant une autre réaction possible, positive cette fois, une fois le problème réglé : « Ich habe seitdem auch wieder mit den Ministerpräsidenten gesprochen und gesagt: Die Kultusminister müssen ein System schaffen, das den Anforderungen der Mobilität von Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmern heute so gerecht wird, dass die Leute sagen „Jawohl, es ist gut, dass wir Unterschiede im Bildungssystem haben“, aber trotzdem die Maßstäbe dieses Bildungssystem[sic] so gestaltet sind, dass mühelos von einem Bundesland in ein anderes umziehen kann. » (Texte 5, l.71-7).   []
  18. Non évoqué dans cette publication. []
  19. Cf. « Minister David Cameron has delivered a statement following the fourth night of violence and looting in a number of cities across England. » Comme l’analyse The Guardian plusieurs mois après les faits, le 9 décembre 2011, « it took the world by surprise. For five days in August 2011, following the shooting of a young man in London, riots spread from Tottenham, across the capital, as far as the north of England, Manchester and Liverpool ». http://www.guardian.co.uk/news/datablog/2011/dec/09/data-journalism-reading-riots, consulté le 17 janvier 2013. []
  20. Une nécessité oblige je et tu à faire front commun, une suggestion émane du je pour se diriger vers un tu, une possibilité propose, sans contrainte, que je et tu travaillent ensemble, une volonté se rattache tant au je qu’au tu. []
  21. « Le G REL sélectif (« proposition relative déterminative » ou « restrictive ») (…) précise le concept exprimé par la base nominale en en réduisant l’extension » (SCHANEN/CONFAIS, 2012 : 403). []
  22. Bien que les troubled families soient majoritairement issues de milieux défavorisés (cf. FONS, supra), nous nous refusons à employer l’expression de « catégories sociales » qui ne nous paraît pas refléter l’enjeu de la division instaurée par CAMERON : ce ne sont pas tant des catégories socio-professionnelles qui sont confrontées l’une à l’autre que des types de relation à l’Etat. S’il s’avère que ces attitudes vis-à-vis de l’Etat-Providence (welfare state) recoupent parfois des groupes sociaux définis, ce n’est que secondaire dans l’argumentation du Premier Ministre. L’axe ne se dresse pas entre « les pauvres » et « les riches » ou « les ouvriers » et « les classes supérieures aisées » mais entre « les bons citoyens », et « les mauvais citoyens », induisant des références axiologiques complètement différentes, CAMERON se faisant le créateur de la ligne de partage entre le bien et le mal. []
  23. The rest of us demeure toutefois toujours référence par rapport à laquelle « the vast majority of young people in our country » se positionne, ce qui implique que le we, plus englobant, soit hiérarchiquement supérieur à l’allocutaire issu de ce we (rapport de la partie au tout). []
  24. « On regroupe sous cette étiquette toutes les relations qui unissent un texte à d’autres textes, et tout particulièrement les faits de citation et d’allusion » (JARRETY, 2001 : 231). []
  25. Terminologie proposée par LAPAIRE/ROTGE (2002 : 589) plutôt que « proposition concessive ». []
  26. Cf. FONS (2007) : « A ce titre, les Conservateurs opèrent une distinction entre l’État providence (welfare state) – qu’ils accusent tout bonnement de faciliter l’étiolement et la désagrégation de la famille – et la société providence (welfare society) à qui il incombe désormais de protéger les individus « du berceau à la tombe ». Cette « société assurantielle » transcende et supplante l’État protecteur (nanny State) ».   []
  27. Le même procédé est à l’œuvre dans une occurrence liée aux assistés, non plus considérés comme des individus, même rassemblés sous une bannière commune, mais comme de simples cas : « The benefit cap is going to put a stop to the most outrageous cases. » (Texte C, l.321). []
  28. « to arrest the criminals who were not picked up last night but who were picked up on closed-circuit television cameras ». []
  29. http://www.spd.de/aktuelles/95040/20130409_wahlkampf_claim_nahles.html, consulté le 27 avril 2013. []

Laisser un commentaire