A la recherche du temps présent

Date : 30 novembre – 1er décembre 2012

Lieu :  Rennes

Organisateur : Hélène Miard-Delacroix , professeure, Université de Paris Sorbonne (Paris 4), Emmanuel Droit

Programme :  Zeitgeschichte/Histoire du temps présent : les défis de l’écriture de l’histoire du temps présent au 21e siècle

Compte rendu rédigé par Fanny Le Bonhomme, doctorante, Université de Rennes 2

Le colloque « A la recherche du temps présent », qui s’est tenu à Rennes du 30 novembre au 1er décembre 2012, a marqué le premier temps fort d’un programme de formation-recherche  soutenu par le CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne) associant chercheurs confirmés et doctorants français et allemands. Organisée par Emmanuel Droit (Université Rennes 2), Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne) et Frank Reichherzer (Université Humboldt de Berlin), cette première rencontre a inauguré une série de manifestations qui auront lieu de part et d’autre du Rhin durant une période de deux ans.

L’objectif de ce colloque était double. Il s’agissait d’une part de dresser le bilan de l’émergence, de l’enracinement et de la banalisation de l’histoire du temps présent en France et en Allemagne. D’autre part, cette première rencontre visait à amorcer une nouvelle réflexion autour de la nature de l’histoire du temps présent, des défis auxquels elle est confrontée et de sa légitimité en tant que champ historiographique singulier. Cette manifestation scientifique s’est déroulée en deux temps : une série de conférences a ouvert la discussion autour d’enjeux propres à l’histoire du temps présent ; des ateliers de travail engagés dans une perspective épistémologique et méthodologique ont prolongé cette réflexion lors de la journée suivante en y associant une quinzaine de doctorants.

Qu’est-ce que l’histoire du temps présent ? Comment la définir ? Ce champ d’études historiques possède-t-il une spécificité épistémologique ou s’agit-il d’une « histoire comme les autres » ? L’historien du temps présent entretient-il un rapport particulier avec son objet de recherche ? La possibilité de recourir à des témoins transforme-t-elle profondément la pratique de l’historien ? Autant de questionnements qui ont rythmé les débats, parfois vifs, menés lors de ces deux journées. En dressant un bilan critique des traditions historiographiques allemande et française, ce colloque a permis tout d’abord d’insister sur l’importance du cadre national non seulement dans l’émergence de ce champ historiographique mais également dans les perspectives de recherche qui y sont développées. A l’échelle européenne, le retour du présent dans le territoire de l’historien s’est fait dans des circonstances et selon des références intimement liées à l’histoire de chaque pays, dans un cadre de réflexion très souvent « nationalo-centré » (Kristina Spohr). L’Allemagne est ici un exemple particulièrement parlant : la fondation d’un Institut du temps présent (Institut für Zeitgeschichte) après la Seconde Guerre mondiale est à mettre en relation directe avec la nécessité de faire l’histoire d’un passé traumatique récent dans un contexte de reconstruction politique pour la jeune République fédérale allemande (Stefan Martens). Cette mise en perspective  soulève la question fondamentale des césures : à partir de quand commencent le temps présent et son histoire ? Est-ce en 1917 comme l’écrit Hans Rothfels au début des années 1950? En 1945, en lien avec la fin du second conflit mondial ? En 1989, du fait de la chute du mur de Berlin et de l’accès progressif aux archives des défunts régimes socialistes ? Plusieurs participants ont récusé la nécessité de donner un point de départ chronologique au temps présent, préférant considérer l’histoire du temps présent comme une pratique et non comme une période, cette pratique se caractérisant notamment par un rapport différent de l’historien au passé étudié.

La question de la place des témoins dans l’écriture de cette histoire a constitué un autre axe de réflexion de ce colloque. En s’appuyant sur ses travaux de recherche consacrés à l’histoire de l’Algérie indépendante, Malika Rahal a ainsi pu montrer quel rapport complexe le producteur d’histoire pouvait entretenir avec cette source spécifique qu’est le témoignage oral, et ce notamment lorsqu’il est question d’expériences traumatisantes. La notion de « paroxysme » permet alors de décrire les moments d’intense émotion qui coupent le fil de l’entretien, ôtent la parole au témoin et confrontent l’historien au silence. Les questionnements soulevés par cette communication, autour de la place ou du rôle des «acteurs-témoins », du rapport aux sources, de la relation dialectique entre présent et passé ont montré à quel point les historiens du temps présent étaient confrontés à des réflexions méthodologiques et épistémologiques centrales pour la discipline historique dans son ensemble.

Finalement, l’histoire du temps présent correspond-elle véritablement à un champ historiographique autonome ? Peut-on annoncer la fin de l’histoire du temps présent telle que nous la connaissons ? C’est autour de cette réflexion que s’est articulé le plaidoyer mené à deux voix par Emmanuel Droit et Frank Reichherzer. Dressant un bilan critique d’une histoire du temps présent perçue comme un « produit de l’âge des extrêmes », les deux historiens ont mis l’accent sur « la tyrannie du national » et le phénomène de « stagnation » qui caractériseraient ce champ historiographique (depuis 1989, les travaux de recherche sur le temps présent se concentrent majoritairement sur  l’histoire des guerres et de leurs violences). Il conviendrait donc de « sortir de  [cette] tyrannie du national », de renoncer à cette « quête de la dernière catastrophe en date », et donc d’abandonner la singularité historiographique du temps présent. Ce champ d’étude pourrait plutôt être considéré comme une « science sociale du présent », s’ouvrant à la fois aux autres sciences sociales et humaines mais également aux autres périodes historiques, dans une perspective de fécondation réciproque. Nourrie de ces discussions d’ordre méthodologique et épistémologique, la journée suivante s’est articulée autour des réflexions des doctorants, répartis dans trois ateliers binationaux consacrés aux questions des césures, des temporalités et de la mémoire. Ce dispositif a permis non seulement de familiariser ces jeunes chercheurs avec un savoir historiographique important, mais leur a surtout donné la possibilité d’articuler leurs travaux empiriques, leurs expériences personnelles, leurs subjectivités aux interventions produites lors de la première journée.

Au final, l’approche originale initiée par ce colloque, qui mêle, dans une perspective franco-allemande, chercheurs confirmés et doctorants, a permis d’ouvrir de nombreuses pistes de réflexion et de mettre en valeur la perpétuelle « quête de sens » qui anime l’histoire du temps présent. Cette aventure scientifique se poursuivra à Berlin en juin 2013, avec la tenue d’un deuxième colloque consacré à la question des relations entre l’histoire du temps présent et les autres sciences sociales.

 

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.