Voyage d’étude et de recherche à Nuremberg

Date :24-26 mai 2012

Lieu : Nuremberg

Organisateur : Corine Defrance

Programme : De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société

Réalisé dans le cadre du Programme Formation Recherche « De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société ».

Ce voyage d’étude et de recherche s’est effectué dans le cadre du séminaire « Traces de guerres, réparations, enjeu de réconciliation », animé depuis plusieurs années par Corine Defrance, Maryvonne Le Puloch, Fabrice Virgili, Eva Weil et Annette Wieviorka. Ces journées d’études à Nuremberg s’inscrivent parallèlement dans le cadre du Programme Formation Recherche (PFR 2011/2013) « De la Sortie de Guerre à la Guerre froide : L’Allemagne au cœur des enjeux de culture et de société ».

Il a été préparé par plusieurs séances du séminaire 2011-2012 consacrées à cette thématique : 5 octobre 2011, Annette Wieviorka (UMR IRICE), La place du témoin aux procès de Nuremberg et de Jérusalem ; 16 janvier 2012 : séance spéciale organisé autour du film Memory of Justice (1976) de Marcel Ophüls et table ronde avec Marcel Ophuls, Jean-Michel Frodon, François Niney et Annette Wieviorka ; 7 mars 2012 : Antonin Tisseron, doctorant (Paris 1/IRICE), La France et le procès de Nuremberg; 4 avril 2012 : Dominique Bourel (CNRS/Paris 4), Nuremberg dans la mémoire allemande ; 11 avril 2012 : Matthias Steinle (université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Le triomphe de la volonté : Les images de Leni Riefenstahl dans la mémoire cinématographique.
Sur place il s’est agi d’appréhender la manière dont Nuremberg, jadis qualifiée de « ville la plus allemande de toutes les villes » et constituée en haut lieu de mémoire allemand depuis le XIXe siècle (cf. la fondation du Germanisches Nationalmuseum), est confrontée, dans la politique de gestion du passé, à la mémoire traumatique du nazisme comme à celle de la dénazification. Comment concilier aujourd’hui la mémoire hyper-dominante de la barbarie nazie et les mémoires politiques du Saint-Empire romain germanique (Nuremberg comme siège de Diète d’Empire et ville de couronnement des empereurs) ou celle des libertés communales, ainsi que les mémoires intellectuelles et artistiques (Albrecht Dürer notamment) ? Car le IIIe Reich s’est lui-même approprié une partie choisie du passé mythifié, symbolisé par la ville, pour glorifier le nouveau Reich « millénaire » (« Nürnberg. Die deutsche Stadt von der Stadt der Reichstage zur Stadt der Reichsparteitage », exposition de 1937 au Germanisches Nationalmuseum). Ainsi, la politique d’instrumentalisation de l’histoire par les nazis a en grande partie conduit Hitler à choisir Nuremberg – et non Munich, pourtant berceau du « mouvement » – pour les grandes orchestrations et parades du parti nazi jusqu’à la guerre (1927–1938) et pour la proclamation solennelle des « lois de Nuremberg » à la base de la législation antisémite du régime (1935). Il faut aussi s’interroger sur les raisons qui ont conduit les quatre puissances alliées occupantes, en 1945, à établir le tribunal militaire international chargé de juger les plus hauts responsables du régime nazi à Nuremberg et non à Berlin – la capitale du IIIe Reich. Outre les arguments de sécurité, et surtout les conditions matérielles (palais de justice relié à la prison et Grand Hôtel) le choix a eu force de symbole : la ville des grands rassemblements nazis devenait pour les Alliés celle de la chute du IIIe Reich. Les procès jugèrent individuellement les hauts responsables, mais aussi les organisations telles la SS. C’est le mouvement nazi et sa politique qui était condamnés sur le lieu même de leurs plus grandes mises en scène1.
Le parcours que nous avons fait dans la ville a été une véritable enquête de terrain. Chaque lieu a permis de restituer les différents temps de Nuremberg, de comprendre les choix mémoriaux passés et actuels, de décrypter la ville à travers ses enjeux locaux, nationaux et aujourd’hui aussi internationaux.

Das Germanische Nationalmuseum

Nous commençons notre série de visites par le Musée National Germanique. Avant d’y pénétrer, nous traversons le Chemin des Droits de l’Homme (Weg der Menschenrechte) – symbole d’universalisme – inauguré en 1993. Réalisé au moment de l’élargissement du Musée, cette œuvre d’art de Dani Karavan comprend une porte et 27 colonnes blanches arborant les 30 articles de la déclaration des Droits de l’Homme en allemand et dans d’autres langues, dont le yiddish. Dani Karavan est un artiste plasticien et sculpteur israélien. Comme pour la plupart de ses réalisations, le visiteur se déplace au sein de l’œuvre.

 

   
 Photographies 1 et 2 : Nouvelle et ancienne entrée du Musée

 

Anja Grebe, historienne d’art et chercheur au Musée National Germanique, est notre guide. Fondé en 1852 par des associations historiques, ce musée d’histoire, d’art et de culture allemandes des premiers temps à nos jours est le plus vieux d’Allemagne. Quand il fut construit, il était extrêmement novateur dans son parti pris de représenter l’histoire à travers des objets (aujourd’hui près de 1,3 million, dont 25 000 exposés de manière permanente). Les premières collections étaient abritées dans l’ancienne église de la Chartreuse (datant du XIVe siècle), épargnée par les bombardements durant la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui la plus ancienne partie du musée. Si les autres bâtiments furent détruits pendant le conflit, les collections furent mises à l’abri dans un souterrain et, spécificité de leur histoire, ne quittèrent pas Nuremberg. Dès 1946, une nouvelle exposition de taille modeste y est inaugurée. Aujourd’hui, le travail du Musée National Germanique est consacré aussi bien aux visiteurs qu’à la recherche (Besucher- und Forschungsmuseum). Pour cette raison, il emploie une quarantaine de chercheurs de différentes disciplines. Le Musée accueille entre 300 000 et 400 000 visiteurs par an. C’est le plus vaste musée consacré à la civilisation allemande au monde.

Pourquoi un Musée national « germanique » ?

L’adjectif « germanique » est à replacer dans le contexte de la création du musée et doit être compris au sens où l’entendaient des chercheurs sur l’histoire et la langue allemandes (Germanistik) tels que les frères Grimm et Leopold Ranke. Après l’unification allemande manquée de 1848, ce musée avait pour but de rendre compte de l’unité historique et culturelle de l’espace germanophone. Cette dénomination initiale s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui, bien que le musée fût officiellement rebaptisé « musée national d’art et de culture allemands » après 1871.

 

   
Photographies 3 et 4 : visite de l’ancienne église de la Chartreuse. Coiffe dorée d’un prêtre du Soleil, XIe-IXe siècle avant notre ère

Parmi les pièces les plus célèbres du musée, le globe terrestre de Martin Behaim (1492-1494) ; probablement la plus ancienne représentation de la sphéricité de la terre. Fondé sur des cartes portugaises et fabriqué avant le voyage de Christophe Colomb, le continent américain y est naturellement absent. Commandé au XVe siècle par la ville de Nuremberg il fut mis au grenier dès lorsqu’il fut dépassé. Retrouvé au XIXe siècle, la famille qui en était propriétaire souhaita le vendre à des Américains dans les années 1930. Le globe fut alors acheté par Adolf Hitler et Willy Liebel, maire nazi de la ville, et offert au musée. On pense ici à la fameuse scène du « Dictateur » de Charlie Chaplin, dans lequel Hynkel (Chaplin) jongle avec un globe terrestre.

   
Photographies 5 et 6 : globe de Martin Behaim et restauration in situ.

 

Patrie de Dürer, sans aucun doute le personnage emblématique de la ville, tout évoque ici le célèbre graveur et peintre. Aussi, ce fut une chance de profiter d’une exposition temporaire « Le jeune Albrecht Dürer », inauguré le jour de notre visite et présentée comme la plus importante depuis 40 ans. Elle rassemble de nombreuses peintures, gravures, dessins et documents d’archives afin de mieux cerner le jeune Dürer (1571-1528), peintre, graveur et mathématicien allemand né à Nuremberg – sa maison se visite (Albrecht-Dürer-Haus) : construite aux alentours de 1420 près du château impérial, elle offre un aperçu de la vie et de l’habitat des années 1500 et on peut y visiter son atelier de peinture. Enfin, dans les pièces sont exposés des imprimés originaux de Dürer.

Une « vieille ville » des années 1950

Avec plus de 500 000 habitants, Nuremberg est aujourd’hui la deuxième plus grande ville de Bavière après Munich. Située au sud-est de l’Allemagne, à quelque 200 kilomètres de Munich et de Stuttgart, elle demeure au cœur de la Moyenne-Franconie allemande. Cité médiévale dont les origines remontent au milieu du XIe siècle, son passé historique se révèle à travers la découverte de la vieille ville. Malgré sa quasi-totale destruction durant la Seconde Guerre mondiale, le centre historique de Nuremberg n’en demeure pas moins touristique et instructif. La vieille ville de Nuremberg entièrement reconstruite dans les années 1940, se découpe toujours en deux quartiers urbains séparés par la rivière Pegnitz.
Du même nom que les deux édifices religieux : au nord, le quartier de Sébald, au sud, celui de Lorenz. Son riche passé médiéval a été l’objet d’une instrumentalisation par l’idéologie nazie qui en fait une ville de prédilection pour illustrer le prestige historique allemand.
Les principaux lieux historiques de la ville nous permettent de mieux comprendre l’importance que Nuremberg a eue dans l’élaboration de la propagande du IIIe Reich. Avec l’aide de notre guide, Matthias Gemählich, nous avons exploré le centre de la vieille ville du sud au nord. De l’église St Lorenz, située sur la Lorenzer Platz jusqu’au Kaiserburg Nürnberg, au nord-ouest. Le parcours tracé, de la carte ci-jointe, en donne une représentation respective. Hormis le Germanisches Nationalmuseum, le parcours de cette journée s’étend sur sept lieux historiques de Nuremberg. La place de l’église St Lorenz, le couvent St Katharina, les plaques commémoratives des anciennes synagogues du chemin Leo-Katzenberger, la place du marché de l’église Frauenkirche, l’église Saint Sébald, le Kunstbunker, et enfin, le château médiéval de Nuremberg ou Kaiserburg Nürnberg.

Les quartiers Nord et Sud

Nuremberg est une ville médiévale dont les origines remonteraient au moins jusqu’au milieu du XIe siècle. En effet, les sources historiques font mention d’un acte, daté de 1050, signé de la main de l’Empereur Henri III concernant la citoyenneté d’une femme résidant dans la ville de Nuremberg. Dès ses origines, il semblerait que la cité fût édifiée pour accueillir et ravitailler les armées de l’Empereur. En 1219, Frédéric II octroie à la ville son autonomie par la Große Freiheitsbrief ou « grande lettre de liberté ». Le quartier nord est plus ancien, il se caractérise surtout par son centre culturel, tandis que le sud s’apparente à l’activité économique de la ville. Du XVe au XVIe siècle, Nuremberg resplendit du commerce des épices en raison de sa position centrale en Europe. La ville grandit et rayonne de son activité économique et culturelle. C’est à Nuremberg que le peintre et graveur Albrecht Dürer voit le jour. À partir du XVIe siècle, la découverte des Amériques bouleverse l’activité de la ville. Celle-ci doit faire face à la concurrence venue d’Europe de l’Ouest, où les ports de transits portugais et espagnols déchargent les denrées venues du Nouveau monde, et notamment, les épices. Ainsi, sa population chute progressivement à l’époque moderne pour atteindre quelque 20 000 habitants au XVIIe siècle. Cependant, Nuremberg s’adapte en se tournant vers l’activité industrielle. Par exemple, l’industrie du jouet, dont la ville fait encore figure de capitale aujourd’hui.

L’église St Lorenz

Du nom du quartier sud de la vieille ville, l’église Saint Lorenz domine la Lorenzer Platz. Sa construction débute en 1260. Elle abrite les reliques de Saint-Deocarus, confesseur de Charlemagne. Église à l’origine catholique par son architecture, après la Réforme au XVe siècle, elle devient l’objet d’un culte protestant, auquel la ville de Nuremberg est très attachée. Cependant, les sculptures ou rosaces restent présentes sur les façades de l’édifice. Au pied de la façade de l’église se trouve une rangée de dalles en granite. Elles représentent les restes des dalles qui étaient destinées à l’origine à paver la voie monumentale prévue par Hitler ainsi que  le sort des prisonniers, asservis aux travaux forcés pour édifier les vastes espaces de rassemblement voulus par le IIIe Reich.

Le couvent Sainte Katharina

Aujourd’hui nommé « St. Katharina, open air » en raison de son accueil pour les spectacles, cet espace abritait autrefois un ancien couvent dominicain. Abandonné en raison des dégâts causés par les bombardements des Alliés sur la ville, ce lieu devient l’objet de manifestations culturelles en plein air. À partir de 1424, ce couvent abrite les regalia impériales ou joyaux de la couronne. Nuremberg est choisie pour abriter les trésors de la couronne, symboles de l’autorité impériale. On comprend ainsi l’importance que la ville a pu avoir tout au long de l’époque médiévale. À l’approche de l’armée française, vers 1796, les objets impériaux sont transmis à Vienne, en Autriche. En 1938, après l’Anschluss, Hitler décide de les renvoyer à Nuremberg.

   
Photographies 7 et 8 : Eglise St Lorenz, monument commémoratif aux travailleurs forcés. Monunent de l’ancienne synagogue

 

 

La place de l’ancienne synagogue

À l’emplacement de l’ancienne synagogue est érigé un monument commémoratif. Cette synagogue a été brûlée dès août 1938, soit plusieurs mois avant les pogromes antisémites des 9 et 10 novembre 1938, connus sous le nom de « Nuit de Cristal ». En effet, le dirigeant nazi Julius Streicher, patron du plus antisémite des journaux nazis Der Stürmer et Gauleiter de Franconie, fit de cette région, dont Nuremberg était la capitale, un laboratoire de l’antisémitisme nazi.
Aujourd’hui, le monument se trouve à l’angle de la rue Leo-Katzemberger, le long de la rivière Pegnitz. Leo Katzemberger, ancien notable de la communauté juive de Nuremberg, fut accusé de relations sexuelles avec une jeune aryenne, condamné à mort et exécuté en juin 1942. Une plaque commémore sa mémoire.

L’abri historique des œuvres d’art – Historischer Kunstbunker im Burgberg

La ville fut pratiquement rasée par les bombardements alliés. Mais la politique de défense passive, et la géologie protectrice du sous sol, permirent de limiter le nombre de victimes : environ 5 000 morts soit bien moins que dans beaucoup d’autres villes allemandes. Témoignage de ces abris protecteurs, celui conçu dans la roche, au pied de la forteresse, pour protéger les œuvres d’art de la ville et, en particulier, du Musée germanique. La visite permet de voir les conditions de protection et de surveillance des œuvres. Ces précautions permirent au musée de reprendre très rapidement ses activités. Une première exposition fut organisée dès l’automne 1945, alors que le reste de la ville était encore en ruine.

 

 
Photographie 9 : Historischer Kunstbunker im Burgberg

 

 

Au sud-est de la vieille ville, s’élèvent les édifices de la Kongresshalle et le terrain du Reichsparteitag sur le vaste champ du Zeppelinwiese. Les grands rassemblements du NSDAP à Nuremberg avaient vocation à rassembler les foules au nom du principe : « Du bist nichts, dein Volk ist alles ». De 1931 à 1938, les congrès de propagande nazie constituent des événements nationaux pour lesquels les participants viennent non seulement des villes limitrophes, mais de toute l’Allemagne. Plus qu’un simple attroupement politique, l’idée essentielle est bien de rassembler la population allemande afin de renforcer la cohésion nationale autour du parti national-socialiste. Les grands rassemblements organisés à Nuremberg, mêlant à des fins de propagande politique nazie et héritage de l’histoire allemande, ont pour objectif d’édifier l’embrigadement des masses au service de l’idéologie totalitaire.

Nuremberg, vitrine des congrès du parti nazi et lieu de mémoire

La situation géographique centrale de Nuremberg en fait un choix judicieux, du point de vue nazi, pour accueillir les Reichsparteitage, vastes congrès organisés par le parti national-socialiste. Le choix de cette ville bavaroise s’explique par diverses autres raisons. Outre son aspect central, la ville offre les infrastructures suffisantes pour accueillir les quelque 500 000 personnes qui se rendent à Nuremberg afin d’assister aux congrès du NSDAP. De plus, la ville est un véritable fief du parti nazi ; cela explique pourquoi, avant que s’instaure la tenue régulière de congrès à Nuremberg en 1933, la ville accueille deux des quatre précédents congrès du parti, en 1927 et en 1929. Ce lien avec le parti national socialiste se traduit également par le soutien indéfectible à Adolf Hitler de Julius Streicher, chef régional du NSDAP et fondateur du journal antisémite Der Stürmer((1)).
D’un point de vue strictement architectural, Nuremberg représente la ville « la plus allemande des villes allemandes » comme se plait à le répéter son maire. En effet, on y trouve une vieille ville médiévale dans ses murs, plusieurs églises construites dans le plus pur style gothique, des maisons médiévales, et surtout son château surplombant la ville. L’apparence médiévale de la ville permet de faire un lien facile sur l’histoire de la ville, qui est une importante cité au Moyen Âge. Depuis la Bulle d’Or de 1356, la ville accueillait chaque nouveau souverain, qui devait y tenir sa première diète – Reichstag.
Dans le IIIe Reich, cinq villes détiennent le titre de « Ville du Führer », Berlin – la capitale –, Munich – la ville du mouvement nazi –, Hambourg – la ville du commerce –, Linz – la ville dans laquelle Hitler souhaitait passer sa retraite après sa carrière politique –, et enfin Nuremberg. Mais, pour les raisons qui viennent d’être évoquées, c’est Nuremberg – la ville historique, au cœur du « 3e Reich » – qui fut choisie pour accueillir les Reichsparteitage. En choisissant la ville des diètes impériales, Hitler souhaite se placer dans la continuité historique du Reich et cela est renforcé par l’auto-désignation du régime : le IIIe Reich. La dimension de continuité et donc d’appartenance historique est prépondérante, Hitler tisse un lien symbolique entre le Saint-Empire romain germanique et le IIIe Reich. Depuis l’arrivée au pouvoir des nazis, et jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Nuremberg accueille ces Reichsparteitage qui sont tenus chaque année en septembre. Ces spectacles de masse rassemblent environ 500 000 personnes. En comparaison, ce chiffre correspond à la population actuelle de Nuremberg.
Chaque congrès avait sa propre devise, s’inspirant toujours de faits politiques récents. Le congrès de 1933 est celui de « La Victoire » marquant l’arrivée au pouvoir du NSDAP. L’année suivante, alors que les membres de la SA, l’une des organisations paramilitaires du parti, sont exécutés, le congrès prend le titre de « Congrès de l’unité ». La devise que l’on retrouve sur l’affiche du congrès de septembre 1937 est la représentation la plus révélatrice toutes ces tentatives. La devise est la suivante : « Nürnberg, die Deutsche Stadt. Von der Stadt der Reichstage zur Stadt der Reichsparteitage », « Nuremberg la ville allemande. De la ville des diètes d’Empire à la ville des congrès du parti du Reich ». L’année suivante s’ouvre le congrès de la « Grande Allemagne », après l’annexion de l’Anschluss au IIIe Reich. Enfin, celui qui devait s’ouvrir en septembre 1939 devait avoir pour devise : « le congrès de la paix », mais il fut annulé à cause de l’invasion de la Pologne et du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.
Toutefois, le terme de Reichsparteitage, traduit par « congrès du parti nazi », ne reflète pas la teneur de ces événements. Il se trouve qu’on est loin de la notion démocratique que l’on se fait du terme « congrès ». Lors des Reichsparteitage il n’est jamais question de votes, débats ou autre échange d’opinion sur les idées du NSDAP. Plus qu’un congrès, ces rassemblements sont un véritable spectacle de propagande. Pendant la durée du « congrès », généralement une semaine, la population de Nuremberg, ainsi que les visiteurs qui viennent de toute l’Allemagne, assistent, chaque jour, aux processions et défilés des organisations nazies. Chaque jour étant dédié à l’une d’elles : la SS – Schutzstaffel –, la SA –Sturmabteilung((2))  –, les jeunesses hitlériennes – Hitlerjugend –, le Service du Travail pour le Reich, etc. L’objectif de ces parades gigantesques est, par une mise en scène grandiose, de réaliser de vastes campagnes de propagande. L’ambassadeur britannique, Nevill Henderson, présent à Nuremberg lors du congrès de 1937, se retrouve dans la « Cathédrale de Lumière »((3))  et confesse avoir eu « l’impression d’être dans une cathédrale de glace et pour un instant (d’avoir) eu l’impression d’être un nazi moi-même ».
Pour renforcer leur aspect monumental, les Reichsparteitage bénéficient d’infrastructures impressionnantes, permettant l’accueil de quelque 500 000 participants. Le site des congrès du parti nazi représente donc, d’après les plans et les prévisions, un immense complexe architectural composé de plusieurs bâtiments : le stade – Deutsches Stadion –, le palais des congrès – Kongresshalle –, l’arène – Luitpoldarena –, et de terrains pour les manœuvres et les défilés : le champ de Zeppelin – Zeppelinfeld –, le champ de Mars – Märzfeld –, la Grand-rue – Großestraße.

La visite du site des congrès du parti nazi, principalement du champ de Zeppelin, de la Grand-rue, la salle des congrès et du stade, s’accompagne également d’une exposition permanente dans le Dokumentationszentrum, le Centre de Documentation. L’appellation est particulière car il n’est pas question, ici, d’un musée. On n’y trouve pas d’œuvres originales, mais plutôt des tableaux d’information. Le Dokumentationszentrum est inauguré en 2001 et n’a de cesse, depuis, d’attirer des visiteurs toujours plus nombreux.

La Kongresshalle

La visite, guidée et commentée par Matthias Gemählich s’ouvre sur la Kongresshalle, le Palais des Congrès.
La salle des congrès a été conçue par les architectes Ludwig((4)) et Franz((5)) Ruff, père et fils. La première pierre de l’édifice est posée en 1935.
La salle des congrès inspirée par Colisée de Rome, devait accueillir jusqu’à 50 000 personnes. Interrompue en 1939 par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la construction ne reprendra jamais. Toutefois le palais des congrès est le plus grand édifice conservé de l’architecture nazie.
Après 1945, l’édifice devient la propriété de la ville de Nuremberg et est par la suite utilisé comme entrepôt. Il y eut des plans de démolition pour permettre une reconversion du bâtiment. En stade de sport d’abord, dans les années 1960, puis en un centre de shopping dans les années 1980. Aucun de ces projets ne fut réalisé, moins pour des raisons politiques que financières.
Aujourd’hui la ville de Nuremberg est tenue de conserver la salle des congrès. Dans la partie nord de l’édifice se trouve le centre de documentation sur les congrès du parti nazi, la plupart des autres parties sont louées comme entrepôts à diverses associations privées.

 
Photographies 10 : la salle des congrès, état actuel (pour le projet voir ici)

 

 

La Großestraße

La visite s’est poursuivie par un passage sur la grande rue, la Großestraße, une monumentale allée d’1,5 km de longueur pour 60m de largeur. Elle a été conçue par l’architecte du régime, Albert Speer en personne, et était destinée à accueillir de gigantesques parades militaires. Toujours visible aujourd’hui, l’allée se compose de plus de 60 000 dalles de granit, taillées de telle sorte que leur longueur correspond à deux pas de l’oie.

L’orientation de la Großestraße est hautement symbolique. Au Nord, elle ouvre une perspective vers la ville médiévale de Nuremberg, dont on peut encore apercevoir le château et les principales églises. Elle longe un petit lac en bordure de la Salle de Congrès, lac dans lequel devait venir se refléter cet impressionnant monument d’architecture nazie. Au sud, l’allée devait mener jusqu’au champ de Mars. Quand bien même la perspective au Nord donnait l’image d’une Allemagne éternelle, avec les contours de la ville de Nuremberg, c’est bien vers le sud et vers le champ de Mars que la procession des soldats et des chars devait aller. Symboliquement, on partait donc du nord, c’est-à-dire du passé allemand symbolisé par la capitale de la Franconie, pour aller vers le sud, vers le futur de l’Allemagne.

La Großestraße ne fut pourtant jamais le théâtre de grandes parades puisqu’elle ne fut  achevée qu’en 1939. Après la guerre, elle servit pendant quelques mois à l’aviation militaire américaine. Restaurée au début des années 1990, cette immense allée sert aujourd’hui de parking lors de grands événements festifs célébrés aux alentours, festival de musique, fête de la ville, etc.

 
Photographies 11 : Les dalles de la grande rue aujourd’hui

 

La visite fait ensuite escale sur l’emplacement où devait être construit le Deutsches Stadion.

Le Deutsches Stadion

Du monumental stade souhaité par Hitler et dessiné par Speer, seule la première pierre fut posée par Hitler en 1937. Elle devait être la base d’un stade aux dimensions titanesques8, pouvant accueillir plus de 400 000 spectateurs. Son projet, Speer l’évoque dans son ouvrage Au cœur du IIIe Reich : il écrit avoir envisagé un stade en fer à cheval sur le modèle du stade panathénaïque d’Athènes.
Les travaux commencent en 1938 par le creusement d’une fosse. Toutefois, pour vérifier la cohérence du projet et l’exactitude de ses calculs, Speer fait élever – sur une colline choisie pour sa pente qui correspondait à celle du futur stade – des gradins en béton et en bois. La « dénivellation » eût été telle que les spectateurs auraient eu besoin de jumelles pour voir le stade. Il reste aujourd’hui des traces de béton de cette « maquette » en dimensions réelles.
Mais le projet fut, comme beaucoup d’autres dans cette zone, abandonné au début de la guerre et les travaux de constructions se limitèrent aux fouilles d’excavations. La nappe phréatique envahit une partie de la fosse qui devint « le lac d’argent » ; le reste de la fosse fut comblé par des décombres de la ville après les bombardements.
Le passage par l’emplacement du Deutsches Stadion nous amène au lieu sûrement le plus connu qui a servi, à de nombreuses reprises, à la propagande du parti nazi.

Le Zeppelinfeld

 
Photographies 12 : La tribune conçue par Albert Speer

 

Le lieu acquit son nom en août 1909, lorsque le comte de Zeppelin se posa dans le champ avec son dirigeable. L’événement marque les populations d’où la conservation du nom lors de son inclusion dans le Reichsparteitagsgelände.
Le champ a été réaménagé par Albert Speer qui fait construire une gigantesque tribune d’une hauteur de 23 m pour 50 m de large. La construction est réalisée entre 1934 et 1937.

Le lieu fut aménagé pour accueillir de gigantesques manifestations de masse. D’après le régime, les gradins pouvaient recevoir 50 000 participants et le champ 200 000. Ces chiffres sont, selon notre guide, surestimés, l’ensemble de l’infrastructure pouvant accueillir 100 000 personnes. L’architecture imposante permettait à Hitler de surplomber la foule. Ornée de deux colonnades accueillant des coupes à flammes, la tribune de bois est rebâtie en 1938 en pierre afin d’affermir son caractère imposant. L’entrée du Führer et des hauts dirigeants nazis se faisait par la salle d’or située à l’arrière de la tribune.

Plus que des meetings, les manifestations étaient destinées à l’émulation des masses et constituaient ainsi de grandes démonstrations de force. Les mises en scène calculées méthodiquement, suscitèrent l’admiration des participants étrangers. L’ambassadeur d’Angleterre raconte avoir été émerveillé en 1937 par la « cathédrale de lumière » pensée par Speer. Des projecteurs disposés à intervalle régulier autour du champ étaient allumés subitement entourant les lieux d’un halo de lumière.
Les rassemblements organisés sur le Champ aux Zeppelin étaient dédiés aux catégories non militaires du régime. On peut ainsi noter, une journée pour le service du travail Tag des Arbeitsdienstes, une pour la jeunesse hitlerienne Tag der Hitlerjugend, ainsi qu’une journée pour la société Tag der Gemeinschaft au cours de laquelle était organisée une gigantesque manifestation de femmes gymnastes.

Le 25 avril 19459, deux jours après la prise de Nuremberg, les Américains dynamitèrent la croix gammée ornant la tribune. La séquence filmée par l’armée américaine constitue une image forte de la chute du régime nazi. Les colonnades ont été détruites dans les années 1970 du fait de leur délabrement. Le grand mur situé à l’arrière de la tribune, utilisé pour des jeux de raquette par les nurembergeois, a aussi été sécurisé car il devenait dangereux.
Dans le contexte de pénurie de l’après-guerre, les coupes à flamme ornant les colonnades ont été utilisées par la municipalité afin de constituer des bassins destinés à la baignade des enfants.
Un travail de mémoire a commencé en 1985 avec l’organisation, dans la salle d’or, de la première exposition nommée « La fascination et la terreur sur les rassemblements des Reichsparteitage ».
Aujourd’hui le lieu est utilisé pour deux grandes manifestations : le festival de musique Rock Im Park, ainsi que la course automobile Norisring.

   
Photographies 13 et 14 : Sur les gradins, les publicités ont remplacé les étendards nazis. Une coupe à flamme, repeinte et transformée après 1945 en bassin pour enfants

Enfin, la visite s’achève par le centre de documentation.

Centre de documentation sur le site du congrès du parti nazi, le Dokumentationszentrum Reichsparteitagsgelände

Inauguré le 4 novembre, 2001, le centre de documentation, du 110 Bayernst à Nuremberg (photographie 1), se situe sur l’ancien site du congrès du parti nazi –Reichsparteitagsgelände –, au sud-est de la ville, au cœur de l’immense complexe architectural construit par les nazis pour leurs rassemblements et parades militaires annuels.
C’est à la fin des années 1990, que débute la construction du centre de documentation, selon les plans de l’architecte autrichien Günther Domenig, vainqueur du concours international organisé pour la circonstance. Günther Domenig a voulu faire de ce nouveau lieu un symbole architectural en « liant les deux bâtiments », c’est-à-dire, conserver dans un même site, le bâtiment original du palais des Congrès, reconnaissable à son architecture en briques et ériger en son sein, le nouveau centre de documentation en acier, clinker (ciment artificiel) et verre, avec une façade de granit. La singularité du site s’exprime aussi par la flèche de verre et de métal, sorte de javelot (Speer) qui transperce le bâtiment et dont la pointe marque la fin de l’exposition permanente et qui contraste avec l’architecture rigide et classique du Reichsparteitagsgelände.
Le centre de documentation n’est pas un musée, stricto sensu, car son exposition permanente ne dispose pas d’objets originaux, mais est constitué pour l’essentiel de tableaux d’information et d’audio-guides pour des visiteurs essentiellement allemands, anglo-saxons et canadiens.
L’intitulé de l’exposition permanente : Faszination und Gewalt (« Fascination et Terreur »), qui a accueilli en 2011, près de 200 000 visiteurs, illustre l’objectif mémoriel du centre à savoir présenter à un public, de scolaires de la région en majorité (près de 62 % des visiteurs, en 2011), l’histoire du nazisme, de l’ascension au pouvoir d’Hitler aux procès de Nuremberg, à travers 19 salles d’expositions, en particulier les salles 5 à 16 (du « mythe du Führer », au champ Zeppelin). Cette volonté pédagogique s’exprime également par l’existence de programmes éducatifs, dont des visites de terrain du Reichsparteitagsgelände et des forums d’étude, dans deux grandes salles du centre de documentation, lieux de débats entre élèves, professeurs et conférenciers du musée.

   
Photographies 15 : L’entrée du Dokumentationszentrum Reichsparteitagsgelände

 

Visite du Memorium des procès de Nuremberg

Le palais de justice de Nuremberg est connu pour avoir abrité le premier tribunal militaire international pour juger les grands criminels de guerre allemands entre le 20 novembre 1945 et le 1er octobre 1946. Aujourd’hui, la salle d’audience 600 est ouverte au public, qui peut la découvrir, accompagné d’un guide ou seul, et le troisième étage du palais de justice abrite une exposition permanente retraçant l’histoire des différents procès ayant eu lieu à Nuremberg (après le procès organisé par le tribunal militaire international, les procès dits « successeurs » organisé par le tribunal militaire américain) et l’histoire de la justice pénale internationale. L’une des particularités du palais de justice est cependant que, loin d’être seulement un musée, il encore en activité et rend la justice au nom du gouvernement de Bavière.

 
Photographies 16 : Entrée du Memorium

 

La salle d’audience n° 600, un lieu de justice

À la suite de la conférence interalliée de Londres, qui institue un tribunal militaire international pour juger les grands criminels de guerre nazis, l’Union Soviétique et les États-Unis s’opposent sur le lieu du procès à venir. Pour les Soviétiques, il doit se dérouler dans l’ancienne capitale du Reich, dans leur zone d’occupation. De leur côté, les Américains refusent, préférant la ville de Nuremberg, avec succès puisque Staline renonce à Berlin lors de la conférence de Potsdam. Les autorités américaines font toutefois deux concessions : le siège permanent du tribunal est fixé à Berlin, ainsi que la séance d’ouverture.
Pour ce premier grand procès international de dirigeants d’un État, le choix de Nuremberg peut sembler symbolique. Il a, en tout cas, été analysé comme tel par plusieurs observateurs. Nuremberg était la ville des congrès nazis, le lieu par excellence de la puissance des mises en scène du NSDAP. Y tenir les procès contre les grands criminels de guerre était alors un moyen, pour les Alliés, de mettre le régime en accusation à partir de la ville préférée d’Hitler et d’y clore une décennie de racisme d’État ouverte avec les lois antisémites de 1935. Mais en fait, pour l’armée américaine, c’est avant tout d’un point de vue matériel que Nuremberg était un lieu adéquat. D’une part, le palais de justice, la prison qui lui est reliée par un tunnel, l’hôtel de ville et le Grand Hôtel n’avaient  pas été détruits par les bombardements alliés sur la ville et les usines d’armement. D’autre part, Nuremberg se situe en position centrale sur le territoire allemand, est bien desservie par les voies de communication, et se trouve dans la zone d’occupation américaine.
La salle 600 est choisie par l’armée américaine car elle est la plus spacieuse. Cependant, encore trop exiguë pour accueillir les quatre délégations de procureurs, les juges et les accusés, les installations pour le filmage (inspirées par le réalisateur John Ford, qui a travaillé pendant la guerre pour l’Office of Strategic Studies, mais qui n’est à aucun moment présent à Nuremberg), les journalistes accrédités et les visiteurs souhaitant écouter les débats et l’exposé des preuves, elle est agrandie. Le mur arrière est abattu, et une galerie supplémentaire formant un balcon est construite. Un écran est également installé pour la projection de documents10 ainsi que les éléments techniques nécessaires à la traduction simultanée lors des audiences : pupitres, câbles, circuits électriques, etc. Pour des raisons de sécurité, les fenêtres sont condamnées. Les accusés sont amenés depuis la prison voisine par un couloir la reliant au palais de justice, avant de prendre un ascenseur pour monter et entrer par la porte faisant face aux fenêtres.

Après le procès des grands criminels de guerre nazis, les Américains organisèrent douze autres procès – appelés les procès successeurs ou les procès des professionnels – dans le palais de justice de Nuremberg et ce n’est finalement qu’en 1961 qu’ils rétrocédèrent le bâtiment au Land de Bavière.

L’exposition permanente, raconter et faire réfléchir

Depuis 2010, le palais de Justice de Nuremberg accueille le Memorium, qui fait partie intégrante du Centre de documentation de la ville, situé dans l’ancien Centre des Congrès. Au troisième étage du palais de Justice, cette exposition permanente reprend les grandes étapes et les enjeux principaux du tribunal militaire international, en l’inscrivant dans l’histoire de la mise en place d’une justice internationale.
L’exposition fonctionne au moyen de grands panneaux avec des iconographies, des textes explicatifs et aussi des tableaux, des schémas, des plans au sol, des écrans interactifs et divers objets, comme l’un des bancs des accusés. L’ambition affichée est pédagogique, avec pour public premier les scolaires allemands. Les premiers panneaux rappellent les principes des conférences de Genève et de La Haye au tournant du XIXe et XXe siècle, le pacte de la Société des Nations ou encore le pacte Briand-Kellog, puis ils expliquent les principes de la charte de Londres signée durant l’été 1945 et instituant le tribunal militaire international. L’essentiel de l’exposition présente le fonctionnement du tribunal, son organisation et ses grands moments. L’attention se porte en particulier sur les différents acteurs : les juges, les procureurs – à commencer par Robert H. Jackson, le procureur américain et aussi le maître d’œuvre du procès –, les 21 accusés (le banc de l’époque constitue l’une des pièces originales de l’exposition) avec une explication des chefs d’inculpation et des stratégies de la défense, les témoins. Certains aspects techniques sont explicités, tels que la machinerie nécessaire à la traduction simultanée, la place laissée aux journalistes, le filmage du procès. Après avoir récapitulé le déroulement du procès, un panneau rend compte des verdicts et une salle de projection permet de visionner et d’écouter les témoins appelés aux procès.
La deuxième partie de l’exposition revient sur les autres procès de criminels de guerre et insère le tribunal militaire international dans une histoire plus vaste : procès successeurs, procès organisés par les autres puissances occupantes dans leur zone d’occupation, procès de Tokyo pour les criminels japonais (dont le statut reprend le statut du tribunal militaire international)… Une salle présente également le renouveau de la justice internationale dans les années 1990, à la faveur de la fin de la guerre froide, avec le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et le tribunal pénal international pour le Rwanda, et les liens entre la justice rendue à Nuremberg et la Cour de Justice internationale de La Haye.
Loin d’être seulement un lieu de documentation, l’exposition se veut un espace pédagogique destiné à former. Elle se termine en effet avec une vidéo dans laquelle l’ancien correspondant américain de The Stars and Stripes, Norbert Ehrenfreund11, intervient longuement devant des adolescents, pour évoquer ses souvenirs de Nuremberg, son analyse de la justice internationale et du rôle des jeunes générations pour faire vivre une certaine idée de l’homme et du droit. Ce qui n’a d’ailleurs pas été de soi, et continue d’être en débat.

Tensions autour d’un projet historique

L’histoire de la salle n° 600 et de l’exposition permanente du palais de justice est révélatrice de tensions autour de l’utilisation de cet édifice et de sa finalité avec, en toile de fond, des visions différentes entre les acteurs allemands dans la gestion du passé et de la mémoire.
En 1961, lorsque les Américains quittent le palais de justice de Nuremberg, la salle est rendue au département de Justice de la Bavière. Le Land souhaitant en faire exclusivement un lieu de justice et tourner la page du passé, la salle 600 est totalement réaménagée et les meubles sont changés. Seuls restent les murs et leurs décorations. Dans les années 1980, une nouvelle prison est également construite pour accueillir les condamnés, l’ancienne ne servant qu’aux personnes en attente de jugement. À ce moment, la seule trace du passé de la dénazification est une plaque mentionnant que s’est déroulé dans ce lieu un procès devant un tribunal militaire international.
Les choix du Land de Bavière ne sont cependant pas sans rencontrer des oppositions croissantes. Au début des années 2000, sous la pression de l’association Geschichte für Alle e.V. – Institut für Regionalgeschichte, très liée au musée de la ville de Nuremberg, il autorise ainsi que soient organisées des présentations pour les touristes, principalement étrangers et notamment américains (il n’y a alors pas réellement de demande sociale forte à Nuremberg). Dans l’escalier qui permet d’accéder à la salle du procès, six tableaux sont accrochés avec des éléments d’information sur l’histoire du lieu, en anglais et en allemand. Mais, pour l’association et la ville de Nuremberg, il faut aller plus loin. Après plusieurs années, un nouveau compromis est élaboré, permettant la mise en place de l’exposition située au 3e étage du bâtiment, avec des financements venant de la ville, de l’état de Bavière et du gouvernement fédéral.

 
Photographies 17 : La salle d’audience 600, aujourd’hui

 

Aujourd’hui, la situation du palais de justice est encore loin d’être définitivement réglée. En effet, le compromis passé entre la Bavière et la ville de Nuremberg reste précaire. La municipalité, ses équipes culturelles et l’association Geschichte für Alle e.V. – Institut für Regionalgeschichte, souhaitent voir agrandi le Memorium. Ils veulent aussi que la salle 600 soit exclusivement consacrée à l’accueil de visiteurs. De son côté, le comité scientifique qui dirige le Memorium a pour projet de monter une Académie des principes de Nuremberg, une sorte d’école de droit et de justice internationale. Sans succès pour l’instant, la Bavière refusant de céder le lieu. Reste cependant que, dans cette perspective de basculement progressif du palais de justice d’une fonction judiciaire à une fonction d’histoire, le Memorium peut être considéré comme le témoin d’une transition entre une période marquée par la volonté de tourner la page du passé et une autre dans laquelle ce passé est redécouvert et valorisé.

Bibliographie :

http://www.gnm.de
Bernhard Deneke, Rainer Kahsnitz (éd.), Das Germanische Nationalmuseum. Nürnberg 1852–1977. Beiträge zu seiner Geschichte, Munich/ Berlin, Deutscher Kunstverlag, 1978.
François Delpla, Nuremberg : face à l’Histoire, Paris, L’Archipel, 2006.
Eckart Dietzfelbinger, Gerhard Liedtke. Nürnberg – Ort der Massen: das Reichsparteitagsgelände : Vorgeschichte und schwieriges Erbe. Berlin, Ch. Links, 2004.
Hilary Earl, The Nuremberg SS-Einsatzgruppen Trial, 1945-1958. Atrocity, Law, and History, Cambridge University Press, Cambridge, 2009.
Ernst Eichhorn, Kulissen der Gewalt: das Reichsparteitagsgelände in Nürnberg, Munich, Hugendubel, 1992.
Antoine Garapon, Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner : Pour une justice internationale, Paris, Odile Jacob, 2002.
Leon Goldensohn, Les entretiens de Nuremberg, Un psychiatre face aux criminels de guerre nazis, Paris, Flammarion, 2005.
G. Ulrich Großmann, Germanisches Nationalmuseum – Führer durch die Sammlungen,  Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 2001.
Irmtraud von Andrian-Werburg, Das Germanische Nationalmuseum: Gründung und Frühzeit. Begleitheft zur Ausstellung. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 2002.
Kosfeld Anne G., « Nürnberg », in: Etienne François, Hagen Schulze (éd.), Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, Munich, Beck, 2003, p. 68-85.
Léon Poliakov, Le Procès de Nuremberg, Paris, Julliard, 1971.
Alexander Schmidt, Geländebegehung. Das Reichsparteitagsgelände in Nürnberg, Nuremberg, Sandberg Verlag, 42005.
Telford Taylor, Procureur à Nuremberg, Paris, Seuil, 1998.
Markus Urban, Die Konsensfabrik. Funktion und Wahrnehmung der NS-Reichsparteitage 1933-1941, Göttingen, V&R, 2007.
Annette Wieviorka, Le procès de Nuremberg, Paris, Liana Levi, 1995.
Siegfried Zelnhefer, Die Reichsparteitage der NSDAP. Geschichte, Struktur und Bedeutung der größten Propagandafeste im nationalsozialistischen Feierjahr, Nuremberg, Korn & Berg, 1991.
The nazi party rally grounds in Nuremberg. A short guide, Nuremberg, 2009.
Fascination and Terror. Documentation Centre, Nazi party Rally grounds Nuremberg, Dokumentationszentrum, Nuremberg, 2006. [catalogue de l’exposition permanente]

Ce compte rendu est le résultat d’un travail collectif de :

9 encadrants
Anne COUDERC
Corine DEFRANCE
Isabelle DAVION
Maryvonne LE PULOCH
Josette MATEESCO
Alice TAJCHMAN
Fabrice VIRGILI
Éva WEIL
Annette WIEVIORKA

18 étudiants et jeunes chercheurs

Denise BARTFELD
Tal BRUTTMANN
Béranger CAUDAN-VILA
Jessica COHEN
Clément COUSTENOBLE
Latéfa FAÏZ
Romain FAURE
Hennig FAUSER
Annette GONDELLE
Bernard LUDWIG
Céline PAILLETTE
Anne PASQUES
Guillaume PAGÈS
Raymond PAQUET
Clément RILLON
Régis SCHLAGDENHAUFFEN
Antonin TISSERON
Bérénice ZUNINO

  1. « Le combattant » []
  2. Jusqu’en 1934, année où ils sont dissous et leur chef, Ernst Röhm, exécuté, lors de la « nuit des Longs Couteaux » du 29 au 30 juin 1934. []
  3. À l’initiative d’Albert Speer et Joseph Goebbels, le champ de Zeppelin est entouré de projecteurs aériens orientés vers le ciel, qui forment une coupole de lumière lorsque les faisceaux se croisent. []
  4. Décédé en 1934 []
  5. 1906-1979 []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.