Le fonds français de l’Académie des Sciences

Date : 14/07/2010

Lieu : Berlin

Organisateurs : Dr. Anne Baillot (HU Berlin), Dr. Claudia Sedlarz (BBAW, Berliner Klassik)

Programme : La présence française dans la vie intellectuelle prussienne de l’Aufklärung au Vormärz

La journée du 14.07.2010 constituait le quatrième et dernier volume d’une série de workshops ayant eu lieu durant l’année 2009/2010 à la Humboldt-Universität, la Staatsbibliothek zu Berlin-PK et la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften. Chaque workshop s’étalait sur une journée : le matin, des exposés d’experts ou visites d’archives alimentaient la réflexion, tandis que l’après-midi était consacrée à des travaux des transcriptions.

La matinée du 14 juillet 2010 a été consacrée à une figure centrale de passeur entre Berlin et Paris au début du XIXème siècle : Alexander von Humboldt.

Dans son exposé « Humboldts polyphone Wissenschaftssprachen. Editionssprache(n) und Selbstzeugnisse eines preußischen Kosmopoliten », Tobias Kraft (Université de Potsdam) a retracé le parcours d’Alexander von Humboldt entre l’Allemagne et la France en s’appuyant sur sa pratique éditoriale. Après avoir évoqué sa formation, T. Kraft est revenu dans une première partie sur la répartition des œuvres publiées en français et de celles publiées en allemand par Alexander von Humboldt. Il a insisté sur la relation ambiguë entretenue par ce dernier avec ses traducteurs et sur son investissement financier personnel dans ses publications. On a ainsi pu voir comment Humboldt a mené de nombreux petits éditeurs français à la ruine. Dans une seconde partie, T. Kraft s’est concentré sur une micro-analyse de textes au sein desquels l’alternance des deux langues (français/allemand) joue un rôle non négligeable. Il est revenu plus particulièrement sur la formule « Alles ist Wechselwirkung » et sur son contexte au sein du récit de voyage dont elle est tirée. Il a ainsi pu montrer comment, au moment du voyage en Amérique, Alexander von Humboldt s’est éloigné de sa langue maternelle, avant d’y revenir dans les années du « Kosmos ». Au cours de la discussion qui s’est ensuivie, nous sommes revenus d’une part sur la méthode de travail d’Alexander von Humboldt, d’autre part sur le concept de « pop science » (à partir du Kosmos). Une version légèrement modifiée de cet exposé sera intégrée au volume issu de la Ringvorlesung « Berliner Intellektuellennetzwerke 1800-1830 » (voir CR n°5)

Le second exposé, présenté par Christian Helmreich (Université Paris-VIII/ Université de Göttingen) portait sur « Alexander von Humboldt als Klassiker der deutschen Literatur ? Reflexionen über die Möglichkeiten der literarischen Vermittlung von naturwissenschaftlichem Wissen ». Dans une première partie, C. Helmreich est revenu sur la réception faite à l’œuvre de Humboldt au cours du XIXème et du XXème siècle. Il s’est interrogé moins sur le statut de Humboldt comme « auteur classique » que sur son statut d’auteur allemand, le comparant à Leibniz et Heine. Il a ensuite souligné avec Goethe la qualité narrative de l’œuvre d’Alexander von Humboldt. Dans une deuxième partie, il est revenu plus en détail sur l’antinomie entre esthétique et science. Il est ainsi revenu sur la figure de l’inventaire, omniprésente dans l’œuvre de Alexander von Humboldt, ainsi que sur la forme de la présentation tabulaire. Dans une troisième partie, il a analysé plus précisément sur la place du panorama dans l’œuvre d’Alexander von Humboldt. En effet, la conception humboldtienne de la totalité scientifique se reflète directement dans la présentation qu’il donne de ses idées. À la totalité scientifique répond la totalité littéraire, et singulièrement le panorama. C. Helmreich s’est appuyé plus particulièrement sur la célèbre planche issue de la Géographie des plantes représentant la flore des montagnes andines. Dans la discussion, nous sommes revenus sur la notion de « classique » (en particulier en nous appuyant sur l’exemple du Kosmos), mais aussi sur le fait que l’idée de présenter des éléments scientifiques sur un mode narratif était déjà dépassée au milieu du XIXème siècle. Conrad Wiedemann est longuement intervenu sur les différents concepts de « classique » et s’est interrogé sur la place du sentiment dans le discours scientifique : s’agirait-il d’un aspect typiquement allemand ? C. Helmreich a renvoyé pour fini au chapitre de Blumenberg sur Humboldt et la lisibilité du monde.

L’après-midi a été consacrée à des compte-rendus de travaux de transcription. Des passages difficiles ont éte affichés en grand écran grâce au beamer et soumis à la sagacité générale avec plus ou moins de succès. Une partie importante de la discussion a été consacrée aux modes d’annotation et au type de commentaires pertinents, en particulier dans le cadre des transcriptions de lettres effectuées avec l’éditeur Refine. C’est cet éditeur que j’utilise dans le cadre de mon projet, et je travaille actuellement avec mes étudiants à la mise en place d’un cahier des charges prenant en compte l’ensemble de nos desiderata. La séance du 14.07. nous a permis de progresser en particulier sur les saisies biographiques (via la Library of Congress et le WBIS).

Les personnes présentes (outre les deux exposants et moi-même) étaient : Prof. Tatjana Yudina  (Lomonossow-Universität Moskau/HU, deutsche Linguistik), Amrei Buchholz (HU, deutsche Literatur und Kunstgeschichte), Anika Bethan (FU, Geschichte), Christian Thomas (BBAW/HU, deutsche Literatur), Dominik Erdmann (HU, deutsche Literatur), Prof. Conrad Wiedemann (BBAW, Berliner Klassik), Liesa Tobis (HU, deutsche Literatur), Frauke Koslowski (HU, deutsche Literatur), Dr. Ulrich Päßler (BBAW, Alexander von Humboldt-Forschungsstelle).

Bien qu’il s’agisse du dernier workshop sur ce format dans le cadre du PFR, j’envisage d’en organiser un nouveau au cours de l’hiver prochain, autour de la figure de Chamisso et de ses lettres inédites conservées à la Staatsbibliothek zu Berlin-PK.

Berlin, le 20 juillet 2010

Anne Baillot

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.