Images de la nation. Contribution de l’œuvre d’art à la réflexion sur l’identité dans les pays de langue allemande

Texte d’Emmanuel Béhague

Date : 1er au 3 décembre 2011

Lieu : Strasbourg

Organisateur : Emmanuel Béhague

Programme : Mise(s) en scène de la nation dans l’espace franco-allemand. Relectures contemporaines des grandes œuvres du XIXe siècle

Du 1er au 3 décembre 2011 s’est tenu à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace le colloque international « Images de la nation. Contribution de l’œuvre d’art à la réflexion sur l’identité dans les pays de langue allemande » organisé dans le cadre du Plan Formation Recherche CIERA « Mise(s) en scène de la nation dans l’espace franco-allemand. Relectures contemporaines des grandes œuvres du XIXe siècle » (Université de Bayreuth, Tours, Lyon II et Strasbourg). La manifestation a été par ailleurs soutenue par le Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg, l’EA 1341 « Mondes germaniques » et le Conseil Général du Bas-Rhin.

Mise en scène du monde ou elle-même objet d’une mise en scène, l’œuvre d’art peut être envisagée comme le véhicule d’un discours national ou nationaliste explicite (instrumentalisation de l’art à des fins idéologiques). De manière plus fondamentale cependant, elle participe implicitement à la construction, à la consolidation ou au contraire à la remise en cause d’une « conscience nationale » (Nationalbewusstsein) et contribue ainsi, selon les modalités qui sont propres au genre auquel elle est rattachée, à la construction de l’imaginaire collectif autour de l’idée de nation.

Selon les contextes politiques et culturels dans lesquels elle s’inscrit, divers modèles de ce discours de l’œuvre d’art sur l’identité, la mémoire et l’histoire collectives peuvent être mis en évidence, qui dépassent la production d’un contenu affirmatif telle qu’elle pouvait par exemple caractériser les relectures picturales et théâtrales des mythes nationaux au XIXe siècle. L’exacerbation du discours national à travers l’art durant la période national-socialiste interdisant désormais les modalités trop explicites de l’expression d’une identité nationale, les articulations possibles entre l’œuvre d’art et les problématiques identitaires se diversifient et se complexifient au fil des divers contextes politiques jusqu’à la période actuelle, dans laquelle la mondialisation et les ensembles supranationaux constituent un cadre nouveau. Cette diversité a été clairement mise en évidence par les communications des quatorze participants au colloque (le professeur Ulrike Hass, directrice du département d’études théâtrales de la Ruhr-Universität de Bochum a malheureusement dû renoncer au dernier moment à sa participation pour raison de maladie), spécialistes de diverses disciplines, ce qui a permis de mettre en évidence des convergences et des parallèles entre les formes artistiques.

La question de la fonction de représentation nationale allouée à l’art a été, du point de vue des structures de production artistique, plus particulièrement évoquée dans les communications d’Anaïs Feyeux (Pour ne plus être le miroir de l’Allemagne. L’émancipation de la photographie dans la seconde moitié des années 50), consacrée aux conditions commerciales et institutionnelles de la renaissance de la photographie allemande et de Jacques Poumet (Nation et arts plastiques en RDA), qui a rappelé de quelle manière les œuvres picturales en RDA ne peuvent se comprendre sans une prise en compte de la tentative de créer, dans les années 60 et 70, une « nation socialiste ». Par ailleurs, la plupart des contributeurs se sont attachés à décrire et à analyser une production ou l’œuvre d’un artiste de manière précise et selon la problématique du colloque.

La question de l’emploi contemporain des symboles et des mythes nationaux a occupé une place importante dans les communications et les nombreux débats qui leur ont fait suite. C’est notamment le cas dans la communication de Barbara Lafond, (Gegenläufigkeit der Alpen-Diskurse in der Schweizer Malerei des 20. Jahrhunderts. Integrativer Alpen-Mythos, identitätsstiftende Alpen-Emblematik und ihre korrosiven Gegendiskurse), qui a permis d’aborder la question de la représentation du mythe alpestre d’un point de vue diachronique. Emmanuel Béhague ( La mise en scène de Die Hermannsschlacht de Kleist par Claus Peymann (1982) dans le contexte du débat sur l’identité ouest-allemande) a mis en évidence de quelle manière les symboles nationaux sont employés sur la scène de théâtre de manière critique mais détabouisée au moment où s’exprime en RFA, dans les discours politique, journalistique et historiographique, une volonté de normalisation du rapport de l’Allemagne à son passé, dans une conscience néanmoins marquée de la culpabilité. A cette présentation fait écho la contribution de Fabrice Malkani consacrée à une autre œuvre de Kleist („Ein Erisapfel in unsern ästhetischen Gesellschaften“ ? Image(s) de la nation dans la relecture du Prince de Hombourg par Ingeborg Bachmann et Hans Werner Henze (opéra de 1960), dans la mise en scène de Nikolaus Lehnhoff (Munich 1994)),illustrant le principe d’une relecture contemporaine qui s’affranchit des lectures nationales voire nationalistes dont celle-ci a pu faire l’objet au cours de l’histoire. Enfin, Harald Kunde ( Klio im Kostüm. Rollenspiel und Rebellion im Werk von Neo Rauch) a pu montrer de quelle manière le peintre Neo Rauch créé à travers la récurrence de certains motifs (autour de l’architecture par exemple) une nouvelle sémantique symbolique qui renvoie à sa propre biographie dans les années 60 70 en RDA, et donc à un état qui, dans cette période, s’efforce d’inventer une « nation socialiste ». Un lien pertinent a pu également être fait avec la génération précédente de peintres en RDA, présentée par Jacques Poumet.

La question du rapport entretenu à l’histoire nationale tel que le véhicule l’œuvre, que cette histoire soi ou non objet direct de la représentation (filmique, théâtrale, picturale), était également essentielle dans la problématique de colloque. En évoquant diverses productions théâtrales et cinématographiques importantes dans le parcours de Peter Zadek, Mathias Warstat (Heiße Jahre, kalte Zeiten: Reflexionen des Nationalen in Theaterarbeiten von Peter Zadek) est pour sa part sur le revenu sur le rapport complexe entretenu par le metteur en scène à l’histoire allemande, du fait de sa biographie. La question de la représentation de l’Histoire a été abordée par Lucile Dreidemy (30 ans après – Le film scandale « Staatsoperette » ou la difficile remise en question des mythes et tabous liés à la dictature autrichienne). Son analyse a montré par quel biais s’opère cette représentation – celle du Chancelier Dollfuß en l’occurrence – notamment à travers l’emploi du grotesque et la reprise de certains clichés empruntés à la caricature iconographique. Elle a pu également problématiser cette démarche critique : l’art, lorsqu’il reprend de telles représentations déjà connues, ne contribue-t-il pas finalement à confirmer le mythe ? On retrouve dans la communication de Michael Lück une même problématisation de la possibilité d’une représentation dans le cinéma contemporain, ce qui a été montré à l’exemple du film Der Untergang, dans lequel les moyens esthétiques contribuent à la construction d’une pseudo-authenticité. Son approche critique du matériau l’a notamment amené à plaider pour une intégration dans les sciences historiques d’une historiographie des représentations de l’Histoire, thèse qui a permis un débat très intéressant avec le public. Valérie Carré ( Der Räuber de Benjamin Heisenberg ou l’Autriche « surmoderne »), pour sa part, a présenté une analyse du film Der Räuber de Benjamin Heisenberg, inspiré d’un fait divers des années 80 transposé dans le présent. En partant des stratégies de récit, des éléments récurrents et du traitement de l’espace, elle a montré en quoi le film développe implicitement une réflexion sur l’identité autrichienne ainsi que sur l’appréhension même de cette identité.

Une dimension importante du colloque a enfin été l’exploration du lien étroit entre la remise en cause des constructions identitaires et la réflexion d’un genre artistique sur ses propres formes. Ces aspects ont été particulièrement creusés par la communication d’Hubert Klocker sur l’actionisme viennois ( Die österreichische Exilregierung. Wiener Aktionismus und Berlin), qui a mis en évidence la radicalité du geste d’opposition d’artistes tels que Günter Brus et Otto Muehl par rapport à la situation politique et culturelle autrichienne au tournant des années 70. En accordant son intérêt à trois groupes pratiquant un théâtre « hors les murs » – Theater Antagon, Theater Anu, Rimini Protokoll – Eliane Beaufils (Le jeu avec les imaginaires collectifs dans les théâtres hors établissements en Allemagne) a fait apparaître de quelle manière des pratiques délibérément situées en dehors d’une institution théâtrale s’inspirent pourtant des modes de jeu et de l’esthétique des théâtres « traditionnels » tout en s’efforçant de donner forme à des collectifs nouveaux.Enfin, deux contributions ont été consacrées à Christoph Schlingensief, témoignant ainsi de l’importance de cet artiste décédé en 2010 dans le paysage artistique contemporain. Kerstin Hausbei (Mettre en scène l’Autriche : ‘Bitte liebt Österreich’ de Christoph Schlingensief) a ainsi analysé une performance présentée en 2000 dans le cadre des Wiener Festwochen. Reprenant le principe de l’émission « Big Brother » en installant un container près de l’opéra de Vienne, Schlingensief thématisait la situation autrichienne au moment de la participation du FPÖ au gouvernement. Franziska Schößler (Nationale Mythen und ästhetischer Widerstand: Christoph Schlingensiefs differenzielle Wiederholung von Geschichte), enfin, s’est pour sa part attachée à analyser le principe de répétition des symboles nationaux mais aussi et surtout d’autres formes artistiques à l’intérieur de la performance chez Schlingensief, notamment dans le spectacle Atta Bambi Pornoland.

La densité des communications, leur mise en relation autour de la problématique choisie ainsi que la vivacité des débats témoignent de la qualité scientifique de la manifestation. Une publication des communications est en préparation, sous la forme d’un volume enrichi d’autres contributions et, autant que le permettra son financement, d’éléments iconographiques.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.