Le journal Neue Bahnen entre 1866 et 1870 : lieu d’expérimentation de nouvelles stratégies « féministes »

Texte d’Alice Primi, université Paris 8

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

 

A l’occasion des révolutions de 1848-1849, un phénomène sans précédent s’était produit en Allemagne : la publication de journaux politiquement engagés, dirigés et rédigés par des femmes. Tous furent relativement éphémères, à l’exception du journal Die Frauen-Zeitung fondé en 1849 par Louise Otto. Celle-ci était alors une jeune écrivaine saxonne, dont les poèmes, romans et articles avaient déjà rencontré un certain succès dans les milieux littéraires démocrates. Malgré la contre-révolution et la censure, Die Frauen-Zeitung joua un rôle important dans l’opposition, du moins à l’échelle du royaume de Saxe, au point que le parlement saxon chercha à faire taire Louise Otto par une loi sur mesure, stipulant que seules les personnes « masculines » pouvaient être responsables d’un journal. Louise Otto parvint à contourner la loi et à faire perdurer son journal jusqu’en 1853. Puis, finalement contrainte de renoncer, elle se consacra de nouveau à l’écriture romanesque et poétique. Pendant la douzaine d’années qui suivit, aucune Allemande n’assura plus la direction ou la rédaction d’un périodique : comme dans les autres pays d’Europe, et même encore plus qu’ailleurs, la presse était redevenue en Allemagne le bastion masculin qu’elle avait toujours été auparavant.

Ainsi, lorsqu’à la fin de l’année 1865, Louise Otto (devenue entre temps veuve Otto-Peters) réunit quelques femmes autour d’elle, à Leipzig, pour rédiger le journal Neue Bahnen, l’événement est certes discret (le premier tirage est de 600 exemplaires) mais il n’est pas anodin. Pour nombre de contemporains, cette initiative a probablement un parfum (ou un relent) révolutionnaire : voir des femmes oser s’emparer ainsi d’une parole publique rappelle forcément les précédents des années 1848-1849, et ravive le souvenir du rôle qu’avait alors joué Louise Otto.

Les temps ont changé, cependant ; même si beaucoup de contemporains aspirent au renouveau, les années 1860 n’ont plus rien à voir avec le bouillonnement intellectuel et politique des années 1840. D’ailleurs, ni Louise Otto-Peters ni ses compagnes ne semblent vouloir renouer avec le passé. Loin des discours nostalgiques, elles proclament leur volonté de rupture et de modernité. Le titre du journal le dit bien : ses rédactrices veulent ouvrir de « nouvelles voies » pour les femmes et engagent leurs lectrices à les suivre.

Quelles sont donc ces « nouvelles voies » proposées aux femmes pour participer « au grand travail du siècle », comme l’écrit le premier numéro du journal ?

Premier et seul journal fait par des femmes depuis Die Frauen-Zeitung, et jusqu’à la fondation de Der Frauen-Anwalt en 1870, Neue Bahnen s’affirme en effet comme un lieu d’expérimentation, qui permet d’appréhender la spécificité de ce premier “féminisme” allemand postérieur à 1848. Ses rédactrices affirment leur désir de se joindre au mouvement de leur temps, tout en proclamant leur indépendance vis à vis des partis politiques, et en étant très critiques envers leur société ; conscientes des échecs vécus par les femmes engagées en 1848, elles n’emploient que rarement et discrètement les mots « liberté » et « égalité », mais veulent prouver leur capacité d’autonomie. Partagées entre la révolte, qui les pousse à certaines audace, et la prudence indispensable à leur succès, elles sont à la recherche des meilleures formulations et des stratégies les plus efficaces pour pouvoir jouer un rôle dans l’espace public.

D’emblée, Neue Bahnen s’inscrit dans une perspective inédite puisqu’il accompagne la naissance d’un mouvement collectif de revendications en faveur des femmes, qui s’organise à une double échelle, à partir de Leizpig : en mars 1865, Louise Otto initie une association culturelle pour les femmes de sa ville et des environs ; à l’automne suivant, elle fonde une association à vocation nationale, le Allgemeiner Deutscher Frauen-Verein (l’ADF), dont le nom fait écho au Allgemeiner Deutscher Arbeiterverein (ADAV) fondé par Ferdinand Lassalle à Leipzig deux ans auparavant. Le mouvement des travailleurs, qui prend forme depuis le début des années 1860, apparaît ainsi comme un modèle. Neue Bahnen est créé comme une œuvre collective – il aura d’ailleurs toujours deux rédactrices en chef, d’abord Louise Otto et Jenny Hirsch, puis Louise Otto et Auguste Schmidt ; il s’affiche comme l’organe de l’ADF, mais il sert aussi de publication au Frauenbildungsverein de Leipzig. Le journal est ainsi la principale source dont nous disposons pour l’étude de ce mouvement des femmes initié par Louise Otto-Peters. Les rédactrices insistent sur le lien avec les organisations de travailleurs en reprenant deux mots d’ordre : le principe de Selbsthilfe et la revendication du travail comme moyen de dignité et d’indépendance.

Enfin, ce qui se produit à Leipzig n’est pas un phénomène isolé : dans d’autres États allemands, d’autres initiatives voient le jour, pour faire évoluer d’une façon ou d’une autre le statut des femmes. Dans les pays voisins également, que ce soit en Grande-Bretagne, en France, en Suisse…, les années 1860 sont celles d’un d’un retour des femmes sur la scène publique, avec un renouvellement des modes d’engagement et des revendications. Si les rédactrices de Neue Bahnen sont attentives à ce qui se passe à l’étranger, et donnent en exemple les conquêtes de pionnières européennes ou américaines dans divers domaines, elles n’oublient jamais pour autant de se présenter en tant qu’Allemandes, fidèles à des valeurs qu’elles définissent comme « nationales », et œuvrant pour l’avenir de leur patrie… Le deuxième point que je développerai concernera ainsi la tentative des rédactrices de Neue Bahnen pour faire de leur journal une tribune de l’idée nationale et un instrument pour intégrer les femmes à la nation allemande en devenir.

 I  Neue Bahnen : un instrument pour intégrer les femmes aux mouvements sociaux de leur temps

Sur les pas des travailleurs qui s’émancipent

Au cours des années 1860, les aspirations au changement social et politique sont largement portées par les associations ouvrières qui appellent à l’émancipation des travailleurs par l’union et par l’instruction. Elles reprennent à leur compte le principe de « Selbsthilfe », développé à l’origine par le libéral Schulze-Delitzsch, et en font un slogan d’auto-organisation, destiné à prouver la capacité des travailleurs à se gouverner eux-même, et donc à s’intégrer au corps des citoyens. Ces associations trouvent un terrain de prédilection en Saxe, État connaissant une industrialisation relativement précoce et bénéficiant d’une certaine libéralisation politique au début des années 1860. Les « associations culturelles de travailleurs » (Arbeiterbildungsvereine), représentent l’un des premiers niveaux d’organisation pour les artisans, petits entrepreneurs et ouvriers qualifiés qui désirent compléter leur instruction et accéder à la culture bourgeoise, tout en créant des réseaux de solidarité et des lieux de réflexion politique.

Lorsqu’en 1865, Louise Otto estime que le moment est venu où les femmes peuvent de nouveau tenter de s’engager publiquement pour transformer elles-mêmes leur condition, elle prend donc modèle sur le mouvement ouvrier en pleine expansion. Elle-même fréquente les milieux sociaux-démocrates de sa ville, et suit probablement de près la fondation d’un Arbeiterbildungsverein à Leipzig en février 1865 ; le mois suivant, elle fonde un Frauenbildungsverein en compagnie de quelques femmes issues de la bourgeoisie locale. L’association propose deux fois par mois des conférences aux thèmes variés. Il s’agit de faire accéder les femmes à une culture générale en principe réservée aux seuls hommes, mais aussi de valoriser le rôle des femmes dans l’histoire et d’inviter l’auditoire à réfléchir aux événements contemporains.

Le journal Neue Bahnen est l’organe de l’ADF mais est aussi au service du Frauenbildungsverein : il annonce les activités des deux associations et en rend compte, cherche à susciter la création d’autres groupes de femmes et à tisser des liens entre ceux qui existent ; il propose aussi de nombreux articles littéraires et historiques qui complètent les objectifs du Frauenbildungsverein. Enfin, les rédactrices de Neue Bahnen sont amenées à plusieurs reprises à défendre la spécificité du Frauenbildungsverein et de l’ADF, à savoir le choix de la non-mixité. En effet, seules des femmes peuvent adhérer à ces deux associations ; 12 hommes – présents lors du congrès fondateur de l’ADF sont considérés comme des membres honorifiques, mais n’ont qu’une voix consultative et ne peuvent siéger au bureau directeur.

 

« Selbsthilfe » plutôt qu’ « émancipation »

La revendication de la non-mixité est alors très audacieuse, et semble être limitée à quelques-unes des associations de femmes qui essaiment dans de nombreuses villes allemandes. Louise Otto-Peters et ses compagnes de lutte se voient qualifiées de « männerfeindlich », y compris par des femmes. Quelques articles de Neue Bahnen tentent légitimer la non-mixité en invoquant le principe de Selbsthilfe : l’idée est d’établir un parallèle avec les travailleurs qui se réunissent entre eux pour éprouver leur force et défendre leurs intérêts propres, selon une évidente logique. Les rédactrices osent aussi dénoncer explicitement la domination masculine, en expliquant que la présence d’hommes entraîne immanquablement des pratiques d’oppression (le monopole de la parole par les hommes, la moquerie envers les femmes, l’autocensure des femmes…) et que, dans l’état actuel des choses, les hommes ne sauraient représenter des intérêts qui s’opposent aux leurs.

La création du journal Neue Bahnen est en elle-même un élément clé de la stratégie de Selbsthilfe : Louise Otto et ses co-rédactrices s’affranchissent ainsi de la dépendance envers les autres journaux pour médiatiser leurs initiatives, et elles proclament la capacité des femmes à utiliser la presse pour s’imposer dans la sphère publique. La loi en vigueur en Saxe (la fameuse Lex Otto) les oblige certes à recourir à un homme sympathisant de leur cause qui assume la responsabilité de la rédaction. Toutefois, ce sont les noms des rédactrices en chef qui figurent en première page, et les huit pages de texte dense qui paraissent deux fois par mois sont presque entièrement rédigées par des femmes.

La revendication du principe et du terme de Selbsthilfe est certes assez radicale, à une époque où les Allemandes ont un statut social de dépendantes, et où l’individualité des femmes est niée. Mais le terme permet de proposer une alternative respectable à la notion d’émancipation. Les rédactrices de Neue Bahnen sont en effet très soucieuses de se distinguer des « émancipées » des années 1830-1840, comme on le voit dès l’adresse aux lectrices du premier numéro (voir l’extrait en annexe).

Après avoir évoqué la volonté de « participer au grand travail du siècle » en sortant les femmes de leur isolement, elles précisent aussitôt :

« Nous ne voulons pas aspirer à ce but par le chemin qui, jadis, avait été choisi par des femmes trop courroucées contre leur destinée individuelle pour prendre à cœur leurs sœurs plus malheureuses, souffrant du manque de travail et de ressources ; un chemin sur lequel le mot « Émancipation » était davantage un signal de danger qu’un cri de victoire. C’est seulement au service de l’humanité, au service de la vraie féminité que nous voulons choisir les nouvelles voies qu’il est convenable de parcourir pour les femmes allemandes du dix-neuvième siècle. »

Sans nommer personne, le texte fait allusion à des femmes comme Louise Aston qui, dans les années 1840, avait employé le terme d’émancipation pour réclamer une égale liberté pour les deux sexes. Suivant un procédé identique à celui déjà mis en œuvre dans Die Frauen-Zeitung, les rédactrices condamnent régulièrement ces folles prétentions du passé, afin de mieux rassurer leur lectorat sur leurs propres revendications. Elles-mêmes se présentent comme des femmes raisonnables, respectueuses de la différence des sexes, soucieuses seulement de redéfinir la « féminité » en conformité avec les besoins de l’époque, en élargissant les champs d’action des femmes.

Le journal affirme ainsi promouvoir la « vraie féminité », leitmotiv de nombreux articles, en rejetant la conception ancienne du rôle des femmes tout autant que les expériences déviantes des femmes qui ont pensé nier leur « spécificité ». A plusieurs reprises, Louise Otto affirme par exemple que la mission de la femme est de propager le Beau, le Bien et l’Amour autour d’elle. De nombreuses auteures font l’éloge de la mère de famille, de la ménagère, de l’éducatrice… Le principe de complémentarité entre hommes et femmes reste intangible ; peu de textes d’ailleurs demandent que les femmes relèvent du droit commun, ou bénéficient de davantage de droits civils. Deux ou trois articles seulement, se distinguent, en remettant indirectement en cause les catégories de genre, en questionnant le sens même du terme « féminin » et sa fonction normative : ils restent complètement exceptionnels par rapport à la ligne générale du journal.

 

L’émancipation par le travail … contre l’accord des travailleurs

Les rares fois où le terme « émancipation » est employé de façon positive dans Neue Bahnen, il est mis en corrélation avec le mot travail. Les rédactrices garantissent ainsi la moralité de leurs intentions en se concentrant essentiellement sur le travail (salarié) des femmes, présenté à la fois comme le moyen et le but de la « Selbsthilfe ». Numéro après numéro, d’innombrables articles, entrefilets et rubriques de tous ordres ont pour thème la promotion du travail des femmes, en conformité avec l’objectif premier affiché par l’ADF. Le journal affirme donc que le nouveau mouvement des femmes allemandes fait œuvre d’utilité publique en proposant de résoudre cette question. Nombre de contemporains s’interrogent en effet sur les moyens de fournir des revenus aux filles et aux veuves des classes moyennes, sur l’opportunité de recruter des femmes pour favoriser l’essor du secteur tertiaire, et sur les contradictions flagrantes entre d’un côté les restrictions pesant sur l’instruction et l’emploi des femmes et d’un autre côté les prescriptions d’un libéralisme croissant. Neue Bahnen informe ainsi de ce qui se produit à l’étranger concernant la formation des femmes et leur conquête de nouvelles professions ; le journal répercute les diverses pétitions de l’ADF demandant aux gouvernements allemands d’admettre les femmes dans de nouveaux emplois ; il argumente enfin en faveur de l’égalité des droits (« Gleichberechtigung ») face à la nécessité de gagner sa vie.

Dans cette campagne, les rédactrices de Neue Bahnen ne peuvent guère compter que sur leurs propres forces. Rapidement, elles doivent perdre leurs illusions quant au soutien qu’elles espéraient trouver dans les milieux démocrates et socialistes, en particulier à l’échelle des organisations ouvrières. En effet, la création de Neue Bahnen coïncide avec le rejet vigoureux du travail des femmes par l’Association Générale Allemande des Travailleurs de Ferdinand Lassalle, sans doute désireuse de nier tout lien avec l’Association Générale Allemande des Femmes. Dans Neue Bahnen, un entrefilet anonyme accuse alors les lassalléens de trahir leurs grandes proclamations en faveur de la liberté et du progrès, et de révéler leur caractère tyrannique en refusant ses droits naturels à la moitié de l’humanité. Ces déclarations indignées et amères se reproduisent plusieurs fois dans les colonnes de Neue Bahnen, au rythme des proclamations successives des organisations ouvrières allemandes et internationales condamnant la concurrence des salaires féminins et renvoyant les femmes à leurs foyers. Louise Otto tente encore en 1867 d’éveiller la solidarité des associations ouvrières allemandes, mais le ton énergique qu’elle emploie dans l’adresse envoyée à leur assemblée générale semble indiquer d’emblée son peu d’illusion :

« (…) C’est seulement lorsque les travailleurs ont pris conscience de leur absence de droits et de l’injustice de cette situation, qu’ils ont commencé à se libérer du poids de l’oppression. Les femmes, qui sont tout à fait dans la même situation viennent seulement de commencer ce processus, et l’association de femmes fondée il y a deux ans en est le premier résultat.(…)

Vous savez mieux que quiconque combien il est difficile de s’élever contre les préjugés et les usages, alors tenez-vous à nos côtés avec votre force, et n’utilisez pas celle-ci pour priver autrui des biens et des droits que vous-mêmes avez conquis avec effort et difficulté, pour mépriser et tenter d’opprimer les efforts et les difficultés identiques d’un sexe plus faible. Conservez-vous à vous-même la conscience pure en luttant contre toute oppression, y compris celle des femmes, et offrez-nous ce triomphe d’avoir cherché et trouvé nos meilleurs camarades non dans les soi-disant hautes sphères de la société, mais au milieu du peuple, parmi les pauvres travailleurs. »
Le programme adopté par les socialistes lors de la fondation du Parti social-démocrate en 1869 signale une nouvelle fin de non recevoir envers les revendications des femmes . L’événement suscite l’indignation de plusieurs rédactrices de Neue Bahnen. L’une d’elles, Luise Büchner, fervente démocrate, invective avec véhémence les participants du congrès d’Eisenach :

« C’est effectivement un programme très prometteur pour l’avenir que le travailleur libre écrit ici sur sa banderole, une interprétation étonnante du principe de la fraternité qui aspire à unir tous ceux qui vivent de la sueur de leur travail. Ce frère dit à sa sœur : à moi la liberté, à toi la servitude ! A moi tous les avantages d’une époque humaine et éclairée, à toi tous les effrois et les obstacles d’institutions médiévales !L’État et la communauté ont coupé la vieille tresse corporatiste, mais nous, les sociaux-démocrates sur qui repose l’avenir, nous la tressons de nouveau, et plus étroitement que jamais, pour enserrer ceux qui n’ont pas besoin de manger et de vivre autrement que par notre grâce, car ils ne sont rien – rien d’autre que des femmes ! »

Les rédactrices de Neue Bahnen se retrouvent ainsi marginalisées par ceux dont elles partagent pourtant les idées et les combats, et sont contraintes à une posture critique extérieure, tant le décalage est immense entre les grandes déclarations de principe des démocrates et leur position concrètes concernant les femmes. Le journal et l’ADF se retrouvent ainsi rejetés du côté des organisations politiques plus modérées, coupés des femmes des classes populaires, et accusés durablement de servir les intérêts de la bourgeoisie capitaliste.

 

II Neue Bahnen : un journal apolitique mais citoyen ?

A La politique pour les femmes

Neue Bahnen prétend se consacrer essentiellement à la défense du travail salarié des femmes et s’en tient à la ligne de l’ADF, qui écarte la question de leurs droits politiques. En tant que journal d’association, il n’est d’ailleurs pas habilité à parler de politique. Les principaux commentaires politiques – toujours assez vagues – concernent les guerres de 1866 et de 1870, ainsi que quelques événements de politique étrangère. Cependant, le journal appelle bel et bien les femmes à s’impliquer dans la vie publique, à se forger une opinion sur les débats et les mouvements politiques contemporains. Il a pour objectif implicite de transformer les femmes en « citoyennes » alors même qu’elles sont privées des droits civiques : la relation des femmes au politique est ainsi présentée dans le cadre d’une redéfinition de la féminité comme un ensemble de droits et devoirs particuliers. Ainsi, à la différences de certaines féministes françaises de la même époque, qui argumentent en faveur d’une politisation de la sphère dite « privée », les Allemandes de Neue Bahnen envisagent plutôt une privatisation du politique, reprenant en cela l’approche privilégiée par Louise Otto dans les années 1848. L’idée générale, exprimée dès l’adresse aux lectrices du premier numéro, est d’encourager les femmes à servir la société et l’humanité de la même manière qu’elles servent leur foyer, et de légitimer ainsi l’agrandissement du cercle d’action ouvert aux femmes. La notion de devoir (de devoir « naturel », lié au sexe) est donc intimement liée à celle de droit, comme le rappelle un article de 1866 :

« Ce n’est pas seulement un droit pour les femmes de se préoccuper des questions politiques, religieuses et sociales qui sont toujours liées et ne peuvent être résolues séparément les unes des autres ; c’est, plus encore, un devoir sacré pour elles que de s’efforcer de le comprendre, car la situation de l’État et de la société ne pourra jamais être fondamentalement améliorée aussi longtemps que l’on ne pourra compter sur la participation des femmes à cette amélioration ».

Paradoxalement, le sujet des droits politiques revient assez souvent dans les pages du journal. Très prudentes, les rédactrices l’introduisent de façon détournée, généralement dans des entrefilets ou des articles non signés, qui reproduisent ou commentent des propos tenus – par des hommes – ou bien des progrès réalisés à l’étranger dans le domaine de l’égalité civique. Au prix de multiples précautions oratoires, ces textes s’indignent de la non représentation des femmes et de l’injustice de l’expression « suffrage universel », mais concluent toujours sagement en estimant prématurée la revendication de droits politiques pour les Allemandes.

La particularité allemande est toujours mise en avant, d’autant que c’est surtout la question nationale qui amène les rédactrices à proclamer l’importance de la politique pour les femmes. Ainsi, au début de la guerre austro-prussienne de 1866, Louise Otto invite les femmes à se faire « les gardiennes du sentiment de l’unité allemande, partout où l’occasion en est offerte, que ce soit dans les associations ou dans la famille ».

La Nation, moyen d’intégration mais obstacle à l’émancipation ?

Le journal est dédié « aux femmes allemandes », et se place ainsi sous la double invocation de l’identité de genre et de l’identité nationale, les deux étant intimement liées.

Les rédactrices de Neue Bahnen expriment régulièrement leur soutien au projet d’unité nationale : elles s’invitent ainsi dans l’un des principaux débats qui agitent l’Allemagne entre 1866 et 1870. Sans jamais prendre position sur les contours géographiques et politiques du futur État-nation, elles en font le cadre et la condition d’une société plus égalitaire et progressiste…

L’un des objectifs de la rédaction est de susciter chez les lectrices un sentiment d’appartenance à la nation allemande. De nombreux articles ont pour but de faire découvrir la géographie et l’histoire des pays allemands – à travers les récits envoyés de diverses régions par des correspondantes du journal, comme à travers des hommages rendus aux empereurs germaniques ou aux héros des batailles antinapoléoniennes. Les « lieux de mémoire » mobilisés depuis le début du XIXe siècle pour constituer une culture nationale se retrouvent magnifiés dans les colonnes du journal, qu’il s’agisse des légendes des Niebelungen, des écrits de Goethe, des contes de la forêt allemande. Les lectrices sont invitées à s’approprier ce patrimoine, d’autant plus que de nombreux textes valorisent le rôle que des femmes illustres ou méconnues ont pu jouer dans l’histoire et dans la culture allemande. Par ailleurs, rappelons que la date de fondation de l’ADF est celle de l’anniversaire de la bataille de Leipzig (en octobre 1813), un épisode mythique des guerres de libération : au-delà du parallèle établi entre émancipation des peuples et émancipation des femmes, il s’agit de revendiquer l’intégration des femmes à l’histoire nationale et à la nation en devenir. Neue Bahnen ne cesse donc d’inciter les femmes à se concevoir comme des citoyennes de la patrie allemande (Deutsches Vaterland : une expression récurrente) : conserver et transmettre la culture germanique, s’impliquer personnellement et collectivement dans la construction d’un État nation est présenté dans le journal comme la version moderne d’une féminité qui combine mission éducatrice de « la Femme » et dévouement « naturel » à l’intérêt général.

En tant qu’organe de l’ADF, Neue Bahnen promeut l’organisation des femmes à l’échelle de l’Allemagne – c’est à dire dans tous les pays de langue allemande. L’ADF compte des membres aussi bien en Prusse orientale qu’en Alsace, en Autriche, ou à Hambourg. Plusieurs de ces membres servent de correspondantes au journal, qui dispose ainsi d’un réseau d’informations assez étendu. La rubrique « Blicke in die Runde », présente dans chaque numéro, permet ainsi aux lectrices de porter leur regard sur tout ce qui les concerne « en tant qu’Allemandes ». Cette rubrique offre aussi des perspectives sur ce qui se passe dans d’autres pays, en invitant souvent à la comparaison avec les femmes étrangères. La démarche est souvent ambiguë, partagée entre la proposition de modèles à suivre et la revendication d’une spécificité, voire une supériorité, des femmes allemandes.

A travers les discours tenus dans Neue Bahnen, on comprend ainsi que les rédactrices estiment indispensables de s’identifier avec la figure idéale de la Femme Allemande, afin d’obtenir une reconnaissance sociale et mériter une extension de leurs droits. La guerre de 1866 donne lieu à de vibrantes affirmations sur le patriotisme des femmes impliquées dans l’ADF. « Nous sommes des femmes allemandes, nous devons de toute la force de notre âme, nous efforcer à ce que la morale allemande, la fidélité allemande, grandissent en nous et avec nous », écrit Auguste Schmidt afin de justifier une meilleure instruction pour les filles et la participation publique des femmes.

La guerre de 1870 surtout donne l’occasion aux rédactrices de Neue Bahnen de faire allégeance à la Nation en redéfinissant leur identité de genre : les représentations de la Femme Allemande aimante et pacificatrice font place à des discours sur la féminité patriotique, sur la Femme gardienne de l’honneur national et qui soutiennent sans faillir les hommes combattants l’ennemi. Pour les Allemandes qui revendiquent un statut de citoyennes dans la future nation, voici venue l’heure cruciale où il leur faut prouver leur soutien indéfectible à la patrie. La plupart des rédactrices semblent alors oublier leurs convictions démocratiques et pacifiques, soucieuses de ne pas être suspectées de faiblesse ou de trahison envers la nation. Plus que jamais, la Femme Allemande est redéfinie par rapport à une représentation repoussoir de la Femme Française, la première étant l’incarnation de la « vraie féminité », alors que la seconde est accusée de transgresser les règles de la « féminité »…

Au moment de la victoire allemande, les rédactrices estiment sans doute avoir donné suffisamment de preuves de leur fidélité à la Nation pour laisser publier un texte demandant ouvertement l’égalité des droits politiques. L’auteure, qui signe Minna K. démontre dans cet article que « la nécessité de l’émancipation politique des femmes répond aux efforts humanistes de l’époque ». Estimant que la nouvelle Allemagne est sur le point de devenir un État moderne, elle ose inclure la citoyenneté des femmes parmi les transformations politiques et institutionnelles imminentes. Son texte s’achève cependant par de prudentes réserves :

« Nous ne voulons pas de précipitation et nous nous en remettons au discernement des hommes (…). Conformément à la réserve et à la modestie qui sont l’apagnage de la femme allemande, nous voulons commencer par faire de la propogande pour nous, (…) persuadées que nous atteindrons sûrement notre but, grâce à notre puissant allié, l’esprit du temps ! (…) Nous allons au devant de l’avenir avec pour devise : par le mérite, vers notre droit! »

Ainsi, même ce texte, le plus radical depuis la création du journal, indique clairement les limites que doivent respecter les Allemandes pour espérer être audibles : toute revendication doit être accompagnée d’allégeance à la figure de la Femme Allemande.

 

En conclusion :

L’étude du journal Neue Bahnen permet de mesurer les contraintes dont les Allemandes doivent tenir compte afin de conquérir une existence publique. Leurs stratégies d’alliance avec les travailleurs échouent, se heurtant au refus de ceux-ci de remettre en question les rapports entre hommes et femmes. Le parallèle entre émancipation des travailleurs et émancipation des femmes a d’ailleurs ses limites, malgré l’emploi commun du terme de Selbsthilfe : si les travailleurs aspirent à se libérer de l’oppression de classe en devenant des citoyens égaux, « ordinaires », les « féministes » de Neue Bahnen ne paraissent pas remettre en cause leur assujettissement à la catégorie du féminin : comment alors se libérer de l’oppression fondée sur le genre ?

En ce temps de définition nationale, il leur faut prouver leur appartenance à la Nation, leur conformité au modèle « national » de la Femme Allemande, ce qui leur rend très difficile de se penser, ou du moins de s’exprimer, en tant qu’individues. Elles ne peuvent que chercher à redéfinir les identités genrées en arguant du progrès général de la société pour faire évoluer le rôle dévolu aux femmes.

Les derniers articles de l’année 1870 témoignent cependant que les plus lucides d’entre elles, notamment Louise Otto, perdent déjà toutes leurs illusions quant à la nature du nouvel État allemand et à la place que les femmes y occuperont. Neue Bahnen perdure encore comme organe de l’ADF jusqu’au début du XXe siècle mais ce n’est plus là que se développent les nouvelles stratégies féministes : dès les années 1880, c’est la presse des femmes socialistes – et bien sûr Die Gleichheit de Clara Zetkin qui incarnent la radicalité des nouveaux combats du siècle.

Bibliographie :

Bussemer Herrad U. , Frauenemanzipation und Bildungsbürgertum. Sozialgeschichte der Frauenbewegung in der Reichsgründungszeit, Beltz Verlag, 1985

Diethe Carol, The Life and Work of Germany’s Founding Feminist: Louise Otto-Peters 1819-1895, Edwin Mellen Press, 2002

Gerhard Ute , Unerhört. Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Hamburg, Rowohlt, 1990

Gerhard Ute, Elisabeth Hannover-Drück, Romina Schmitte (Hg.), « Dem Reich der Freiheit werb’ich Bürgerinnen ». Die Frauen-Zeitung von Louise Otto (1849-1850), Frankfurt, Syndikat, 1980

Planert Ute (Hg.), Nation, Politik und Geschlecht. Frauenbewegungen und Nationalismus in der Moderne, Frankfurt a.M., Campus Verlag, 2000

Primi Alice, « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes. Dernières tribunes des femmes de 1848 », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, tome 52, janvier-mars 2005, p. 129-146

Primi Alice, Femmes de Progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Presses Universitaires de Rennes, 2010

Schötz Susanne, „Blicke in die Runde von Leipzig aus. Regionales und Internationales in den Neuen Bahnen“, in Irina Hundt, Ilse Kischlat (Hg.), Topographie und Mobilität in der deutschen Frauenbewegung, Berlin, 2003

Annexe :

„An die Leserinnen.

Ein neues Jahr hat begonnen – und auch wir beginnen mit ihm ein neues Werk, ein Werk, das wir allen deutschen Frauen widmen, für das wir die Theilnahme Aller in Anspruch nehmen und bei dem uns die sichere Hoffnung leitet, dass viele die „neue Bahnen“ freudig willkommen heissen und eben so freudig entschlossen sind sie mit uns zu wandeln.

Die Frauen, die nicht nur an sich allein, sondern auch an ihre Schwestern und an die ganze strebende Menschheit denken wollen und sich mit betheiligen an der grossen Arbeit des Jahrhunderts sind aus ihrer Gesondertheit herausgetreten und haben sich zu einem großen Bunde vereinigt, weil nur durch Vereinigung ein allen gemeinsames Ziel zu erreichen ist.

Wir wollen dies Ziel nicht erstreben auf dem Wege, der einst von den Frauen eingeschlagen ward, die mehr mit ihrem individuellen Schicksal grollten, als dass sie sich ihrer durch Mangel an Arbeit und erwerb unglücklicheren Schwestern zu Herzen genommen hätten, ein Weg auf dem das Wort „Emanzipation“ viel eher zur Warnungstafel als zum Siegesruf geworden – wir wollen auch nicht am Gängelbande irgend einer politischen Partei auf vorgeschriebenen Pfaden für unsere Rechte in die Schranken treten – wir wollen allein im Dienste der Humanität, im Dienste echter Weiblichkeit die neuen Bahnen einschlagen, die den deutschen Frauen des neunzehnten Jahrhunderts zu wandeln ziemen.

Was das für neue Bahnen sind, das ist am Ende mit einem einzigen kurzen Schlagwort nicht zu sagen – und darum eben haben wir dies Blatt gegründet, damit wir die grosse Frage der neuen Frauenbewegung, ihrer Berechtigung, ihrer Grundzüge, ihrer Bestrebungen und ihrer Resultate vor aller Augen offen darlegen, Irrthümer berichtigen, unklare Vorstellungen aufhellen und unsere Ansichten über die Stellung der Frauen, über ihre Rechte und Pflichten entwickeln können.

Es ist dies der Hauptzweck unsres Blattes, aber es soll nicht sein einziger sein. Wir bieten unsern Leserinnen nicht allein Leitartikel im obigen Sinne, wir bieten ihnen auch Unterhaltung und Belehrung aus allen Gebieten, daran die Frauen ein specielles Interesse haben: Erzählungen, Gedichte, Biographien, Naturwissenschaftliches, Berichte und Notizen über alle bedeutsamen Vorgänge in der gegenwärtigen Frauenwelt und vor Allen werden alle Angelegenheiten des allgemeinen deutschen Frauenvereins, dessen einziges Organ die „neue Bahnen“ sind, Berücksichtigung finden. (…).“

Die Herausgeberinnen [Louise Otto, Jenny Hirsch], Neue Bahnen, n°1, [décembre 1865], Bd. 1, 1866, p. 1


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.