Les féminismes allemand et américain de 1848 au début du XXe siècle : regards croisés

Texte de Hélène Quanquin, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

 

Dans un ouvrage sur la comparaison en histoire des femmes, Anna Cova évoque ce qu’elle appelle « les affinités entre histoires des femmes et méthode comparative » et rappelle que celles-ci « ont incontestablement un terrain commun » (Cova 2009, p. 22). Cette proximité est aux fondements de l’un des courants de l’historiographie des féminismes, qui remet en cause l’idée d’un Sonderweg, d’une voie nationale particulière à chaque féminisme, pour au contraire penser la diversité des féminismes, leurs points de rencontre, mais aussi leurs intersections avec les autres mouvements politiques – par exemple le socialisme dans plusieurs pays européens, ou le combat abolitionniste aux Etats-Unis.

C’est dans cette perspective que nous devons considérer les projets d’écriture plus ou moins récents d’une histoire européenne, voire « globale » ou globalisante, des féminismes (voir à titre d’exemples les travaux des historiennes américaines Karen Offen et Bonnie Anderson). Que la première vague des féminismes en Europe et en Amérique du Nord ait coïncidé avec la mise en place d’organisations internationales féministes dans les dernières décennies du XIXe siècle et le début du XXe siècle, et ce que Leila Rupp nomme une « conscience [féministe] internationale » (Rupp 1994, p. 1593), expliquent en partie cet intérêt renouvelé. Les travaux de Bonnie Anderson ont également montré l’existence de liens, de conversations, et d’échanges entre féministes au-delà des frontières nationales dès les années 1830, c’est-à-dire bien avant la constitution d’organisations internationales, voire nationales.

L’analyse des liens entre féminismes allemand et américain permet, notamment par la comparaison, de repenser la diversité du féminisme dès ses origines. D’une façon générale, la comparaison doit permettre, ainsi que l’indique l’historien québécois Gérard Bouchard, de voir «l’événement historique […] comme l’aboutissement d’un scénario parmi d’autres ». Selon Bouchard, « la connaissance des scénarios rejetés par le cours de l’histoire enrichit la compréhension de ceux qui ont prévalu » (Bouchard 2001, p. 49) et la méthode comparative permet ainsi d’analyser, non seulement les « scénarios » adoptés par une société donnée, mais également, par l’intermédiaire de l’analyse des choix effectués par d’autres sociétés à partir d’une situation apparemment identique, ceux qu’elle aura rejetés.

La comparaison était également présente dès les débuts du féminisme. Les échanges au-delà des frontières entre militant-e-s nourrirent en effet les mises en relation et les parallèles. Pour Bonnie Anderson, l’existence d’une « matrice d’un féminisme transcendant les limites nationales » (Anderson 2000, p. 2) entre 1830 et 1860 permit aux féministes européennes et nord-américaines de trouver auprès des militantes d’autres pays « soutien et confirmation » (Anderson 1998, p. 4). Mais l’analyse des échanges entre féministes allemandes et américaines montre aussi qu’elles avaient conscience d’appartenir à des sociétés différentes et d’être contraintes dans leur action par des contextes et des environnements particuliers.

C’est cette mise en relation par les actrices elles-mêmes, mais aussi par les historien-ne-s, que je me propose d’étudier ici en m’appuyant sur trois moments-clés, trois conventions, américaines et/ou internationales, pour les droits des femmes :

  • la convention pour les droits des femmes de Seneca Falls de juillet 1848 ;
  • la première convention de l’International Council of Women à Washington, D.C. au printemps 1888 ;
  • la convention inaugurale de l’International Woman Suffrage Alliance à Berlin en 1904.

 

 

1. Seneca Falls, 1848

Les 19 et 20 juillet 1848, se tint à Seneca Falls, au nord de l’Etat de New York, la première convention pour les droits des femmes aux Etats-Unis, qui fut l’occasion de l’une des premières demandes publiques pour le droit de vote des femmes et la première d’une longue série de conventions locales et nationales dans le pays tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle. L’une des organisatrices, Elizabeth Cady Stanton, figure majeure du mouvement féministe américain, y prononce son premier discours en public, dans lequel elle évoque l’universalité de l’assujettissement des femmes par les hommes. Cette thématique n’était pas neuve et on la retrouve dans deux textes importants qui fondent dans les années 1830 l’émergence d’une « conscience féministe », pour reprendre les mots de l’historienne américaine Gerda Lerner (Lerner 1993, p. 14), aux Etats-Unis : The History of the Condition of Women in Various Ages and Nations de Lydia Maria Child (1835), et Letters on the Equality of the Sexes par Sarah Grimké (1837).

Comme dans ces deux écrits, on trouve dans le discours de Stanton des références à la situation des femmes dans d’autres pays, ou d’autres lieux, qui visent à corroborer l’idée d’une domination masculine universelle. Les exemples que Stanton utilise dans son discours sont nombreux et variés : elle parle des tribus tartares, des Indiens (d’Inde), mais aussi des Allemands. Elle décrit ainsi « l’Allemand qui fume avec suffisance sa pipe pendant que sa femme, attelée au bœuf, creuse son sillon avec la charrue » (“the German who complacently smokes his meerschaum, while his wife, yoked with the ox, draws the plough through its furrow”). Bonnie Anderson note que cette description était communément utilisée par les féministes en Amérique du Nord et en Europe au XIXe siècle, afin de « personnifier » la subordination vue comme exceptionnelle des Allemandes pendant cette période (Anderson 2000, p. 101). Dans un contexte américain, elle est également liée à la représentation que les féministes américaines se faisaient également des immigré-e-s allemand-e-s au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Dans le même discours, Stanton mentionne qu’ « il est courant de voir, dans nos villes, l’immigré allemand les mains dans les poches, marchant avec suffisance aux côtés de sa femme, pendant qu’elle porte le poids d’un gros paquet ou d’un meuble sur la tête » (“It is no uncommon sight in our cities, to see the German immigrant with his hands in his pockets, walking complacently by the side of his wife, whilst she bears the weight of some huge package or piece of furniture upon her head.”). Tout au long de la campagne américaine pour le droit de vote des femmes, qui dura de 1848 à 1920, date à laquelle le XIXe amendement à la Constitution garantit le suffrage féminin aux Etats-Unis, les militantes américaines notèrent de façon récurrente dans leurs écrits l’opposition de la communauté allemande dans les Etats notamment du Midwest où elle était particulièrement importante. Cette opposition était en partie due, selon elles, au fait que les Allemands craignaient que le droit de vote des femmes n’accélère la mise en place de la prohibition de l’alcool alors que les femmes étaient très présentes dans les associations de tempérance.

Cette perception des Allemands et des immigrés allemands comme généralement opposés aux droits des femmes traverse toute la période qui nous intéresse : ainsi, après l’entrée en guerre des Etats-Unis le 6 avril 1917, une frange du mouvement suffragiste décide d’organiser le siège de la Maison Blanche. Tous les jours, des militantes se retrouvent pour protester contre le « Kaiser Wilson », une référence à ce qu’elles perçoivent comme le double discours du Président de l’époque, Thomas Woodrow Wilson : un discours extérieur qui présentait la guerre comme une défense de la démocratie ; un discours intérieur opposé au droit de vote des femmes, contredisant ainsi l’aspiration des Etats-Unis à devenir un modèle démocratique pour l’Europe et faisant de ce pays un simple reflet de l’Allemagne impériale de l’époque.

Mais cette image se complique si l’on considère le contexte de la convention de Seneca Falls et des débuts du féminisme américain. De nombreux historien-ne-s ont déjà noté l’influence du contexte religieux, mais aussi la contribution du mouvement abolitionniste à l’émergence d’une conscience féministe américaine, de nombreuses féministes y ayant fait leurs armes, y compris en faisant l’expérience de la prise de parole en public. Mais le contexte international est aussi important à prendre en compte. Une lecture exclusivement nationale, voire locale, de cette convention doit être nuancée par une perspective internationale et transnationale qui permet aussi d’expliquer la façon dont les droits des femmes furent présentés à l’occasion. Les révolutions européennes de 1848 trouvèrent un écho particulier aux Etats-Unis et elles influencèrent également les débuts du féminisme américain.

La Convention de Seneca Falls est essentiellement connue pour le texte qui y fut adopté et signé par cent femmes et hommes, la « Déclaration de sentiments » (Declaration of Sentiments), rédigée par Stanton sur le modèle de la « Déclaration d’Indépendance » qui fut adoptée par les treize colonies britanniques en juillet 1776. Cette référence à la Révolution Américaine doit être entendue de plusieurs façons : tout d’abord, il s’agissait d’un point de vue stratégique de contredire la vision triomphante d’une démocratie américaine en montrant que les promesses de la Révolution n’avaient pas été tenues ; dans cette perspective, le mouvement pour les droits des femmes était présenté comme la continuation de cet événement fondateur pour les Etats-Unis. Mais la référence révolutionnaire était rendue encore plus pertinente dans le contexte européen, notamment allemand, très présent et commenté aux Etats-Unis. Assez étrangement, la Déclaration de Sentiments mit en mots le paradoxe même des révolutions, américaines ou allemandes, présentes ou passées, en ce qui concerne les droits des femmes : moments qui contribuèrent à l’émergence d’une conscience féministe et à l’investissement de l’espace public par les femmes, elles donnèrent naissance à nombre de promesses et d’espoirs non tenus, ainsi que le montrent en Allemagne les lois répressives adoptées contre la participation des femmes aux organisations politiques.

 

2. Washington, D.C., 1888

Quarante ans plus tard, au printemps 1888, se tient à Washington, D.C., le premier Congrès de l’International Council of Women (ICW). Si l’événement avait pour objectif de mettre en place un réseau féministe international – dans la lignée du Congrès organisé à Paris en 1878 et des voyages d’Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony en Europe en 1882-3 – il fut aussi l’occasion pour les Américain-e-s de célébrer le 40e anniversaire de la Convention de Seneca Falls. Le programme de la manifestation alliait ainsi événements à l’adresse des militant-e-s américain-e-s et événements incluant les délégué-e-s étranger-e-s.

Plusieurs pays étaient représentés à Washington, dont la France, l’Angleterre et certains pays scandinaves. Si aucun-e délégué-e allemand-e n’était présent-e pour l’occasion, une lettre rédigée en anglais et signée par 4 militantes de l’Allgemeine Deutsche Frauen-Vereins fut lue publiquement. Louise Otto Peters, Auguste Schmidt, Aloise Wintor, et Henriette Goldschmidt s’y excusaient de ne pouvoir être présentes (“The season of the year, as well as the conditions of our society, prevent us sending a delegate” : Report of the International Council of Women…1888, p. 219), mais elles joignirent à leur lettre un survol historique du mouvement allemand pour les droits des femmes, dont elles faisaient remonter les origines à la Révolution de 1848, « comme celles de nos sœurs américaines » (« like that of our American sisters »), notèrent-elles.

Dans ce texte, elles soulignaient également les différences entre l’Allemagne et les Etats-Unis de la façon suivante : « La différence entre notre position et celle de nos sœurs américaines est en grande partie due au fait que vous vivez dans une république, et nous dans une monarchie ;  vous dans un pays jeune où tout est nouveau, nous dans un pays qui a plusieurs siècles d’existence, où les idées et les habitudes de pensée sont, pour ainsi dire, incrustées dans les gens » (“The difference between our position and that of our American sisters is largely due to the fact that you live in a republic, we in a monarchy ; you in a young country where everything is new, we in a land centuries old, where the ideas and habits of thought are, so to speak, incrusted in the people.”, p.220). Et alors que plusieurs combats sont mentionnés, tels que le droit à l’éducation, l’absence de toute référence au droit de vote est importante dans un contexte américain. Car depuis Seneca Falls la question du suffrage structurait littéralement le mouvement américain pour les droits des femmes et lorsque les féministes allemandes écrivent qu’elles doivent faire preuve de plus de « tact » (“in Germany we have to work with great tact”, p. 220), il est très probable qu’il s’agit là d’une double allusion : à l’importance du droit de vote chez les féministes américaines par le biais d’associations qui s’étaient constituées dès 1869, et parfois à l’exclusion d’autres enjeux ; mais aussi aux limites objectives à leur action en Allemagne.

On retrouve l’idée d’un écart entre Etats-Unis et Allemagne – suggérant qu’il était plus facile d’être féministe aux Etats-Unis qu’en Allemagne – tout au long du XIXe siècle. Dès 1843, quand Louise Otto signe de son nom un article sur la participation des femmes dans la vie publique comme devoir, elle s’appuie également sur la comparaison de la situation des femmes, selon elle à l’avantage de l’Angleterre et des Etats-Unis (Anderson 1998, p. 9). En 1863, pendant la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, une militante d’origine allemande, Mrs. Chalkstone, prend la parole à une convention de la Woman’s National Loyal League, qui réunit des femmes prêtes à participer à l’effort de guerre contre le Sud esclavagiste. Madame Chalkstone appartenait probablement aux « 48ers », c’est-à-dire au contingent des Allemands qui émigrèrent aux Etats-Unis après la révolution de 1848 en Allemagne. Au sujet de la liberté, elle souligne que « nous les étrangers connaissons l’importance de ce don magnifique et noble bien mieux que vous, parce que vous n’avez jamais connu l’esclavage, alors que nous y sommes nés » ajoutant « l’Allemagne se languit de liberté. En Allemagne, nous avons sacrifié notre richesse et nos ornements, et les femmes de ce pays se sont battus de la même façon » (“We foreigners know the preciousness of that great, noble gift a great deal better than you, because you never were in slavery, but we are born in it. Germany pines for freedom. In Germany we sacrificed our wealth and ornaments for it, and the women in this country fought to do the same.”). Bien sûr, l’interpellation peut paraître étrange dans le contexte de la Guerre de Sécession dont l’un des objectifs fut l’émancipation des esclaves : l’esclavage était bien une réalité américaine à l’époque, mais Madame Chalkstone en exclut de fait les Américains – blancs – qui n’auraient pas fait l’expérience, physique selon elle, de la privation de liberté.

L’écart entre Allemagne et Etats-Unis demeura un thème récurrent aux XIXe et début du XXe siècles, ce qu’attestent les actions énumérées dans le rapport envoyé à l’ICW par les militantes allemandes et qui pouvaient paraître assez peu impressionnantes aux Américaines : la convention de l’Allgemeine Deutsche Frauen-Vereins de Leipzig en 1865 qu’elles présentent comme une convention pour « l’élévation intellectuelle des femmes »; en 1865 encore, la création d’une maison et d’une école pour les jeunes femmes pauvres et les orphelines où on leur apprenait « à gagner leur vie » ; la publication d’un journal jusqu’en 1872. Si les personnes qui écrivirent ce rapport ne représentaient pas toutes les féministes allemandes, leur perspective ne pouvait que confirmer un préjugé présent chez les Américaines.

Les conventions internationales qui suivirent furent ainsi l’occasion, ainsi que le note Leila Rupp, de jugements, de clichés concernant les différentes nationalités qui y étaient représentées : par exemple, le puritanisme des Américaines (Rupp 1997, p. 596), leur aisance financière qui expliquaient leur sur-représentation dans les conventions internationales et leur « monolinguisme » – leur insuffisante maîtrise des langues étrangères (Rupp 1994, p. 1577-1578).

 

3. Berlin, 1904

En 1904 se tient à Berlin la convention de l’International Woman Suffrage Alliance, fondée par des militantes en désaccord avec la timidité de l’ICW sur la question du droit de vote des femmes. Susan B. Anthony, grande figure du féminisme américain (et compagne de route d’Elizabeth Cady Stanton), alors âgée de 84 ans, marque la convention de sa présence et y aurait affirmé – d’après un article de journal publié huit ans plus tard : « c’est sous l’influence d’une Allemande, Madame Mathilde Franziska Anneke, que je suis devenue suffragiste. » (“It was through the influence of a German woman, Madame Mathilde Franziska Anneke, that I became a suffragist…”, Duluth News Tribune, 1er avril 1912).

Mathilde Franziska Anneke naît en Westphalie en 1817 dans une famille de la noblesse. Après un premier divorce, elle écrit des nouvelles, des poèmes et des pièces de théâtre afin de subvenir aux besoins d’elle et sa fille. En 1847, elle épouse Fritz Anneke, officier aux opinions socialistes. A Cologne, ils fondent tous les deux un quotidien socialiste qui fut rapidement interdit de publication. En septembre 1848, Mathilde Anneke fonde le Frauen-Zeitung, journal pour la défense des droits des femmes. Après la révolution de 1848, comme beaucoup d’autres Allemands impliqués dans les événements révolutionnaires, les Anneke choisissent l’immigration vers les Etats-Unis. Une fois installés à Milwaukee, dans le Wisconsin, ils y poursuivent leur combat en faveur des droits des femmes, mais aussi contre l’esclavage. Mathilde Franziska Anneke organise des tournées de conférences, participe à des conventions pour les droits des femmes et reprend la publication de son journal pour les droits des femmes.

Si l’affirmation de Susan B. Anthony selon laquelle elle fut convertie à la cause des femmes par Mathilde Franziska Anneke est probablement exagérée – et n’est pas attestée par ses biographes –, et si l’influence décisive dans son engagement est à chercher plutôt du côté de Stanton, elle s’explique cependant de plusieurs façons : tout d’abord, il s’agissait d’un hommage rendu aux Allemandes qui accueillaient la convention. Venant de celle qui fut l’une des « stars » de la convention de 1904, le commentaire doit être considéré comme une reconnaissance et une confirmation du lien unissant les féministes et plus largement les femmes des différents pays depuis les débuts du mouvement pour les droits des femmes. Mais il atteste également de la position particulière de Mathilde Franziska Anneke dans le mouvement américain pour les droits des femmes.L’analyse de son parcours militant aux Etats-Unis permet d’une certaine façon de préciser et de remettre en cause le radicalisme du mouvement américain pour les droits des femmes (Ginzberg 2002, p. 431).

A titre d’exemple, on citera l’intervention d’Anneke en septembre 1853 lors de la convention pour les droits des femmes de New York, également connue sous le nom de « mob convention » (la convention des émeutes) en référence aux incidents qui émaillèrent l’événement. Elle y prononce un discours en allemand, traduit par Ernestine Rose, dans lequel elle fait l’éloge de la liberté de parole. Comme Madame Chalkstone, elle rappelle son expérience de la tyrannie dans son pays d’origine et son espoir de trouver la liberté aux Etats-Unis, faisant de ce pays un modèle pour les Allemand-e-s. Le constat qu’elle fait cependant, au milieu des sifflets et des cris qui interrompent son discours, est que la liberté de parole n’était au final pas respectée aux Etats-Unis. L’autre aspect est que, malgré l’investissement d’Anneke dans le mouvement américain pour les droits des femmes, il fut souvent réduit à celui d’une Allemande qui s’adressait en priorité aux immigré-e-s allemand-e-s afin de les mobiliser et de les éduquer sur la question des droits des femmes.

 

Conclusion

De fait, les « 48ers » renversèrent le regard américain évoqué au début de ce texte, en pointant les incohérences, les limites, et parfois le conservatisme du modèle mais aussi du féminisme américains : un féminisme lié à certains autres mouvements perçus comme conservateurs, comme le mouvement pour la tempérance ; un féminisme centré en grande partie sur le droit de vote des femmes, dont la centralité renvoie à un paradoxe qui remet en cause sa radicalité – celui de la demande d’une citoyenneté entière des femmes qui se construisit également, notamment après la Guerre de Sécession en opposition avec d’autres groupes, comme les Noirs et les immigrés.

 

 

Bibliographie sélective

ANDERSON, Bonnie, Joyous Greetings: The First International Women’s Movement, 1830-1860, New York: Oxford UP, 2000.

ANDERSON, Bonnie, “The Lid Comes off: International Radical Feminism and the Revolutions of 1848,” NWSA Journal, Vol. 10, No. 2 (Summer, 1998), pp. 1-12.

BOUCHARD, Gérard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Éditions du Boréal, 2001.

COVA, Anna, dir., Histoire comparée des femmes : nouvelles approches, ENS éditions : 2009.

GINZBERG, “Re-Viewing the First Wave,” Feminist Studies, Vol. 28, No. 2 (Summer, 2002), pp. 418-434.

LERNER, Gerda, The Creation of Feminist Consciousness: From the Middle Ages to Eighteen-Seventy, Oxford: Oxford University Press, 1993.

OFFEN, Karen M., European Feminisms 1700-1950: A Political History, Palo Alto, Stanford UP, 2000.

Report of the International council of women, assembled by the National woman suffrage association, Washington, D.C., U. S. of America, March 25 to April 1, 1888, Washington, D.C., R.H. Darby, 1888.

RUPP, Leila J., “Constructing Internationalism: The Case of Transnational Women’s Organizations, 1888-1945,” The American Historical Review, Vol. 99, No. 5 (Dec., 1994), pp. 1571-1600.

RUPP, Leila J., “Sexuality and Politics in the Early Twentieth Century: The Case of the International Women’s Movement,” Feminist Studies, Vol. 23, No. 3 (Autumn, 1997), p. 577-605.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.