Urgences et frontières : Regards croisés sur l’urgence migratoire

Date :
Lieu : Metz
Organisation : Cécile Chamayou-Kuhn, Carole Wernert
Programme : Urgences & frontières : perspectives littéraires et géographiques dans l’aire franco-allemande
par Cécile Chamayou-Kuhn (MCF, Université de Lorraine – laboratoire CEGIL) et Carole Wernert (MCF, Université de Lorraine – laboratoire LOTERR)

Cette synthèse est issue des communications du séminaire « Urgences et frontières : regards croisés sur l’urgence migratoire » qui s’est tenu à l’Université de Lorraine à Metz les 9 et 10 novembre 2023. Financées, entre autres, dans le cadre d’un Programme-Recherches- Formations du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Allemagne, ces journées ont été l’occasion de partager des cadres méthodologiques et d’analyses qui ont été appliqués à l’aire culturelle franco-allemande en vue de l’étude d’un phénomène de notre époque contemporaine : l’urgence migratoire.

Dans le contexte de l’exil généré par des conflits armés ou des catastrophes climatiques, l’urgence migratoire résulte de la réussite ou de l’échec de la traversée de frontières, impliquant des actions humanitaires, des politiques d’accueil ou des récits de vie divers. L’urgence migratoire trouve un vif écho dans les recherches en géographie, mais aussi, actuellement, dans la production littéraire et théâtrale germanophone. Un sentiment collectif d’impuissance à agir fait en effet appel à des moyens de négociation divers qui sont eux- mêmes portés par divers supports et médias artistiques : les crises ne s’accompagnent pas par hasard d’une productivité accrue dans les arts. L’approche interdisciplinaire impose non seulement de considérer les espaces et, tout particulièrement, les frontières selon leurs incidences matérielles ou immatérielles, comme des représentations, mais également comme des constructions performatives qui sont autant de mises en actes sociales, culturelles, (bio- )politiques ou langagières. Or, la littérature qui met en scène les frontières se conçoit, dans le sillage du spatial turn[1], comme un prolongement esthétique et performatif de ce réel. Par là même, elle le transforme, modifie nos imaginaires, interroge le statut des normes frontalières, ainsi que le lien entre réalité empirique et figuration textuelle. Elle ouvre in fine à des questionnements politiques dont la visée heuristique intéresse au premier plan les deux disciplines convoquées, sans exclure d’autres disciplines.

La première journée a été consacrée à la mise en lumière d’un dialogue interdisciplinaire entre la littérature, la géographie, les sciences politiques ou encore la psychologie sur le concept d’urgence appliqué aux frontières et aux dynamiques migratoires.

Anne-Laure Amilhat-Szary, Professeure des Universités en Géographie à l’Université de Grenoble Alpes a proposé, dans sa communication intitulée « Urgences – Utopies : penser les frontières pour demain », un cadre d’analyse reposant sur la capacité ou non d’agir dans des situations d’urgences et leur caractérisation (échelles, actions collective, subjective, différenciation par rapport à une crise). Cette capacité ou incapacité d’agir dépend, en partie, de l’échelle et de la distance, c’est-à-dire des représentations des sentiments, face aux souffrances liées à l’urgence (« La souffrance à distance » de Boltanski, 1993) : l’urgence est ainsi subjective. En outre, la médiatisation et la multiplication des urgences qui affectent notre quotidien enclencheraient une forme d’éloignement face à la souffrance. La crise se distingue de l’urgence par la possibilité de réparer le système (résilience). Quant à l’urgence, elle appelle à une action mais entrave souvent la capacité de penser, du fait de son instantanéité et de son intensité. Pour dépasser ces situations d’urgence, utiliser l’utopie comme expérience de la pensée émancipatrice, de développement de l’esprit critique, de fabrique de la proximité et des formes relationnelles fortes est une des pistes proposées. Cette réflexion s’insère dans notre axe 4 « de l’urgence à l’émergence » pointant les potentialités, symboliques ou réelles, d’une situation d’urgence. À partir des frontières et de l’urgence migratoire, Amilhat-Szary pose la question du rapport politique à l’espace et interroge ce à quoi pourrait ressembler une frontière « désirable », « durable ». Deux registres de l’urgence semblent alors être convoqués : celui de l’instrumentalisation politique de l’urgence et celui de l’affect ou qui fait appel à l’affect.

Wiebke Sievers, chercheuse titulaire d’une HDR à l’Académie des Sciences de Vienne (Autriche) et enseignante à l’Europa-Universität Viadrina, Frankfurt/Oder, a proposé, en tant que seconde Keynote, une intervention sur « Die Dringlichkeit der symbolischen Grenzarbeit : Zum Beitrag der Literatur ». S’attachant à la trilogie constituée par Die gefrorene Zeit (2008), Anatomie einer Nacht (2012) et Heimkehr (2017) de l’écrivaine autrichienne Anna Kim, elle a souligné que celle-ci s’interroge sur les liens qu’entretiennent l’urgence et les frontières d’un point de vue poétologique. L’urgence a des implications tant du point de vue de ce qui meut un·e écrivain·e, que du processus d’écriture et de la réception d’une œuvre. W. Sievers s’est concentrée sur ce qui stimule l’écriture : un certain nombre d’œuvres de Kim traitent de l’urgence : le racisme, le passé colonial de l’Europe et le génocide en ex-Yougoslavie. Partant, W. Sievers a étudié les processus d’altérisation à travers le prisme de la « violence symbolique » (P. Bourdieu) et, plus précisément, des inégalités, tout en travaillant sur les résonances de l’œuvre d’une autre Autrichienne, les Todesarten ou « façons de mourir » d’Ingeborg Bachmann, qui sont perceptibles dans la trilogie de Kim. À partir de la pensée de Wimmer (2008), Sievers a mis en évidence que le concept de travail sur la frontière, Grenzarbeit, appliqué à la production littéraire de Kim permet d’appréhender les frontières en littérature comme des frontières sociales et symboliques qui peuvent être déconstruites ou dépassées. Kim suggère ainsi, selon Sievers, que l’individu instaure les liens lui permettant de rester sensible à la souffrance de l’Autre.

François Moullé, Maître de Conférences (HDR) en géographie à l’Université d’Artois, a proposé une communication portant sur les récits des exilés à travers la littérature locale qui révèlent la violence des frontières. À travers trois ouvrages (Trouver refuge de Besson (2020), Personne ici ne sait qui je suis de Coline Picaud (2020) et Des vies orageuses de Mathilde Gal et du collectif Tcholeiy (2023)), François Moullé a mis en évidence les dénominateurs communs de ces récits. Il s’agit, notamment, de la détresse de personnes migrantes dans le passage des frontières dans un contexte de sécurisation et de militarisation de ces dernières. Il a souligné ainsi les controverses et les paradoxes inhérents à une frontière sécurisée contre des migrant·es sans papier séparant deux territoires de l’espace Schengen. Si la traversée des frontières territoriales constitue une première analyse, d’autres types de frontières sont développés : les frontières de l’enfermement (prisons pour migrant·es avec sévices), les frontières sociales, administratives ou encore celles qui doivent être dépassées pour tisser un lien de confiance entre auteurs et migrant·es afin de mettre en lumière ces récits. La succession des crises migratoires montre qu’il s’agit non pas d’une urgence mais d’une réalité politique et géographique de longue durée dans laquelle les moyens pour l’accueil et l’hospitalité sont plus qu’insuffisants et « où aider les autres est devenu répréhensible ». Ces œuvres engagées et ces riches récits de vie proposent aux chercheur·euses sur les frontières une matière importante pour comprendre la réalité vécue aux frontières par les migrant·es ts. Lors de son intervention intitulée « Lampedusa : urgence et poétique », Emmanuelle Terrones, Maîtresse de Conférences HDR en Études Germaniques (Littérature) à l’Université de Tours, s’est consacrée au roman Dein Name du journaliste, orientaliste et écrivain Navid Kermani. Ce texte autofictionnel, intégrant des passages de l’œuvre de Jean Paul et de John Berger, prend appui sur un essai paru dans le recueil Ausnahmezustand (2018) lui-même basé sur un reportage fait par l’auteur sur l’île-frontière de Lampedusa en 2008. E. Terrones interroge dans ce contexte le « temps de l’urgence », à savoir le présent (de narration) qui se confond avec l’immédiateté et l’actualité de l’urgence humanitaire ainsi que les lieux de l’urgence qui émergent face à cette représentation extrême qu’est, pour des migrant·es, le passage d’une frontière. Elle souligne que Kermani écrit face à l’urgence de la mort, le roman représentant une tentative désespérée de s’opposer à la disparition et à l’oubli. De fait, Kermani fait de l’infinité des possibles et de l’imprévisibilité de l’action humaine un principe poétique, ce en quoi il convient de percevoir la dimension politique de son écriture, laquelle s’inscrit dans le sillage d’H. Arendt. S’appuyant sur la définition de la mimesis selon Auerbach, Terrones souligne que Kermani interroge la représentabilité de l’urgence en littérature : le réel, i.e. la situation d’urgence fait irruption dans le cours du récit autofictionnel. Koku G. Nonoa, postdoctorant à l’Université de Luxembourg, spécialiste de théâtre et de littérature germanophone a consacré son intervention au sujet suivant : « Zum Potential von Narrativen im Kontext von Grenzen und Migration ». Il a livré une analyse de la performance de Schlingensief Ausländer raus ! (2000) qui a eu lieu à l’occasion des Festwochen à Vienne (Autriche) : l’artiste avait fait installer, directement devant l’opéra, un container dans lequel séjournèrent 12 demandeurs d’asile qui étaient expulsés au gré des votes des spectateurs à l’instar de l’émission de télé-réalité Big Brother. Schlingensief entendait ainsi susciter une réflexion critique de la part du public vis-à-vis des événements politiques survenus au tournant du millénaire en Autriche. K.G. Nono a analysé les manifestations de l’urgence dans le contexte d’une crise de la pensée et d’une co-présence permettant de réfléchir les limites entre le réel et l’art.

Nele Guinand, doctorante en Études Germaniques (Littérature) à l’Université de Nantes, s’est attachée à une analyse du roman Havarie de l’autrice allemande Merle Kröger. Lors de son intervention intitulée « Havarie von Merle Kröger 37°20’N 0°49’W – Schwelle für Schwelle », elle a envisagé le roman, à l’instar du film documentaire portant le même titre, comme un kaléidoscope de voix. Elle s’est appuyée sur le concept de seuil, tel que pensé par le philosophe Walter Benjamin pour mettre en évidence de quelle manière l’autrice, dans ce roman, interrompt une situation d’urgence : un bateau de croisière sillonne la Méditerranée. Un vieux cargo quitte le port d’Oran. Un groupe de réfugiés se met en route, quittant l’Algérie pour l’Europe, à bord d’un bateau pneumatique. Le bateau de croisière et le bateau pneumatique se font bientôt face, tandis que l’embarcation, en panne de carburant, dérive. Avant l’arrivée des secours espagnols, les migrant·es poursuivront leur dangereux voyage. Dans ce contexte, N. Guinand montre que le roman de Kröger fait advenir un seuil, une zone dans laquelle différents ordres temporels et sensoriels sont rendus indissociables les uns des autres. L’autrice allemande permet ainsi de penser la possibilité de nouveaux rapports vis-à-vis de structures de pouvoir qui scellent le destin des migrant·es.

Lena Wetenkamp, Professeure Junior en Études Germaniques (Littérature) à l’Université de Trèves est intervenue sur le sujet « Flucht und Handlungs(un-)fähigkeit. Terézia Moras Grenzerzählungen ». Son analyse portait sur certains des récits extraits du recueil Seltsame Materie (1999) de Terézia Mora, dans lesquels évoluent diverses figures liminales, le cadre géographique étant constitué par le lac de Neusiedler qui se trouve à la frontière entre l’Autriche et la Hongrie. Par ailleurs, les espaces frontaliers y façonnent des expériences particulières. Wetenkamp s’est attachée à la capacité d’action (agency) ou, a contrario, à l’incapacité d’agir qui caractérise certains personnages confrontés à des frontières. Cette in- capacité doit être mise en relation avec la structure d’une frontière, celle-ci étant également un lieu de passage, de mélange. Une frontière est en outre marquée par une dialectique : il n’existe pas de frontière sans que ne puisse être pensé son franchissement (Dieter Lamping). Mora met en scène l’urgence qui se joue aux frontières et déconstruit les dichotomies attachées à l’« in-capacité » d’agir à travers différents motifs : l’eau et les paysages aquatiques, le destin de réfugiés. Elle développe également différentes stratégies narratives : la froideur et la distance de l’instance narrative, les actes de langages ainsi que la limite entre le dicible et l’indicible.

Amalia Gilodi, doctorante en psychologie à l’Université du Luxembourg, propose de décliner le concept de vulnérabilité chez les jeunes migrant·es du Luxembourg à travers sa communication intitulée « Vulnerability and the subjective future imaginaries of young refugees living in reception centres in Luxembourg ». Elle propose une approche conceptuelle de la vulnérabilité chez les jeunes migrant·es montrant ainsi sa complexité et sa construction politique et morale. Cette construction (institutionnelle, géopolitique, historique) est alors susceptible d’orienter les représentations et les actions liées aux urgences migratoires. La vulnérabilité se décline sur différentes échelles d’analyse (expériences personnelles de vulnérabilité, situation de vulnérabilité liée aux services locaux disponibles ou non pour les jeunes migrant·es, vulnérabilité structurelle liée aux politiques migratoires d’un pays). Le concept est aussi dynamique et soumis aux évolutions de ces différents niveaux d’analyse. Les imaginaires subjectifs du passé, du présent et du futur véhiculent également des expériences et des représentations guidant l’action de l’individu. Cette conceptualisation de la vulnérabilité permet alors de comprendre les expériences vécues par les jeunes migrant·es et met en lumière une hétérogénéité de situations de vulnérabilité. Ces deux journées ont été l’occasion d’éclairer tout un ensemble de concepts et de notions gravitant autour des urgences (crises, vulnérabilités, etc.) et des frontières (frontiérités, matérialité des frontières, etc.). L’urgence apparaît alors comme un objet paradoxal appelant à une action rapide tout en limitant la pensée, débouchant ainsi sur une situation de « longue urgence » (Long Emergency – Kunstler, 2005).

[1] 1 Cf. Hallet Wolfgang, Neumann Birgit (éds.), Raum und Bewegung in der Literatur. Die Literaturwissenschaften und der Spatial Turn, Bielfeld, transcript Verlag, 2009.



Citer ce billet
ciera2 (2024, 5 avril). Urgences et frontières : Regards croisés sur l’urgence migratoire. Les carnets de recherche du CIERA. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w66r

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.