Envisager les retours des ‘rémigrants’ du cinéma : quels pays ? Quelles bornes temporelles ? Quelles sources ?

Date : 17 novembre
Lieu : Lyon
Organisation : Nedjma Moussaoui, Laurence Guillon
Programme : Cinéma et « rémigration » vers l’Allemagne et l’Europe après 1945

par Nedjma Moussaoui

Manifestation co-organisée par Nedjma Moussaoui et Laurence Guillon.

Comité scientifique : Laurence Guillon, Imme Klages, Nedjma Moussaoui, Lea Wohl von Haselberg.

 Première manifestation scientifique du projet de recherche « Cinéma et ‘rémigration’ vers l’Allemagne et l’Europe après 1945 » (projet « Réseaux et Terrains »).

 Cette journée d’études constituait la première manifestation scientifique du projet de formation-recherche (« Réseaux et Terrains ») intitulé “Cinéma et ‘rémigration’ vers l’Allemagne et l’Europe après 1945” qui vise à explorer les trajectoires et les films des exilés revenus sur le « vieux continent ». Les enjeux de ce chantier sont à la fois historiques, idéologiques, socio-économiques et esthétiques ; ils se situent au carrefour de l’histoire du cinéma, des Jewish Studies et des recherches sur l’exil (Exilforschung). Cette première journée entendait interroger les bases conceptuelles de l’étude : la question épineuse des sources, la définition des cadres à la fois temporel et géographique. Sa structuration répondait à ces questionnements (avec un panel dédié à la question des sources et un autre à la question des cadres géographiques) mais aussi à la nécessité de réfléchir l’articulation entre l’individuel et le collectif, de penser cet impératif mais aussi cette difficulté méthodologiques à monter en généralité tout en prenant en compte la dimension les destinées. La journée d’études a ainsi été ponctuée de deux temps spécifiques où des étudiant.e.s du master cinéma et audiovisuel de l’Université Lumière Lyon 2 sont intervenus en binôme, présentant de manière visuelle, à l’aide d’un powerpoint, une série de trajectoires biographiques rassemblant des producteurs, acteurs, scénaristes et compositeurs (Erich Pommer, Eugen Tuscherer, Peter Lorre, Marlene Dietrich, Adolf Wohlbrück, Carl Zuckmayer, Oscar Strauss). Ce travail avait été préparé en amont dans le cadre d’un séminaire d’histoire du cinéma sur les transferts culturels assuré par Nedjma Moussaoui. En plus de ces contributions d’étudiants de master, la communication de Johannes Praetorius-Rhein, doctorant allemand à la Goethe-Universität de Francfort/Main, a mis en avant et questionné la figure centrale du producteur Artur Brauner qui est parvenu à faire revenir plusieurs cinéastes pour tourner des films en Allemagne (Lang, Siodmak, Dieterle…). La dimension de formation-recherche a en outre véritablement nourri toute cette journée d’études franco-allemande grâce au travail des étudiants germanistes de Laurence Guillon qui ont assuré les traductions des communications en allemands, traductions « sur-titrées » en français, projetées sur un second écran.

Le panel intitulé « La question des sources » / « Zur Frage der Quellen » a ouvert la journée d’études pour se confronter à cette difficulté majeure des chercheurs sur ce sujet de la « rémigration » : les sources sont en effet diverses, parfois rares, et surtout dispersées (à l’image de ces trajectoires biographiques). Les deux communications proposées ont confirmé cet état de fait mais ont aussi montré qu’il y avait bel et bien des fonds d’archives à explorer pour combler les failles historiographiques. Ainsi, Imme Klages, collègue de l’Université de Mayence, investie dans le projet de recherche allemand « Mapping German Film Migration 1930-1950 », projet d’historiographie numérique sur l’exil germanophone dans le domaine du cinéma, a montré comment le Fonds Straschek, déposé dans les archives sur l’exil de la Bibliothèque nationale allemande à Francfort, pouvait fournir des données également sur la « rémigration ». Claire Demoulin, post-doctorante de l’Université de Yale, a de son côté ouvert des perspectives prometteuses outre-Atlantique, en montrant, à partir du cas exemplaire de Dieterle et de « ses retours », la ressource que constituent certains fonds américains liés aux réseaux associatifs de l’émigration (European Film Found) ou aux archives institutionnelles concernant les émigrés (Council For a Democratic Germany).

Le panel consacré aux cadres géographiques a notamment permis de conforter l’idée qu’il convient de prendre en compte dans notre sujet une histoire non pas seulement « intégrée » (RFA / RDA) mais véritablement comparée entre bloc de l’Ouest et bloc de l’Est, une perspective qui conduit aussi à repenser une chronologie essentiellement pensée jusqu’ici à partir de la RFA. L’intervention de Mathieu Lericq, post-doctorant (Paris 8 / CNRS), a fait découvrir la tentative méconnue et le début de refondation d’un cinéma yiddish en Pologne dans l’immédiat après-guerre, un récit manquant dont les enjeux historiographiques sont nombreux. La réflexion sur la « rémigration » invite ainsi à replacer le cinéma juif au cœur du cinéma d’après-guerre polonais et européen, et au cœur de la réflexion sur les migrations et sur la Shoah. La poursuite des recherches sur ce sujet à partir de fonds d’archives identifiés à Varsovie pourrait éclairer sur l’existence à la fois si courte et si significative du cinéma yiddish polonais d’après-guerre. Perrine Val (Sorbonne Nouvelle) s’est intéressée à la « rémigration » en RDA à partir des liens entre les versions multiples tournées à Babelsberg depuis les débuts du parlant jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et les coproductions tournées à Babelsberg à partir des années 1950, co-financées par la DEFA. De son étude ressort que les « rémigrants » sont largement absents parmi les réalisateurs et les techniciens, mais qu’on les découvre parmi les dirigeants et responsables de la DEFA : ce sont souvent des anciens communistes exilés qui occupent des fonctions importantes dans le milieu cinématographique est-allemand.  Enfin, la communication de Maria Adorno, doctorante (Université Lumière Lyon 2) se présentait comme une première tentative d’exploration de la question du retour appliquée à l’Italie fasciste. Elle a mis au jour le concept méconnu de « fuoruscitismo » qui désigne les migrations volontaires durant le ventennio fasciste (1922-43). Cela concerne notamment Visconti qui quitte l’Italie fasciste et rentre en Italie en 1943 pour soutenir les partisans.

L’ensemble de cette journée a conduit à des échanges nourris qui ont confirmé l’étendue de notre objet en même temps que la nécessité à l’envisager à partir de ce spectre élargi. Ils ont aussi amené à resserrer les enjeux de la deuxième journée d’études de mars 2024 en se focalisant sur la question des métiers du cinéma et des réseaux.

 

 



Citer ce billet
ciera2 (2024, 29 février). Envisager les retours des ‘rémigrants’ du cinéma : quels pays ? Quelles bornes temporelles ? Quelles sources ? Les carnets de recherche du CIERA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxi3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.