Retours d’expériences 47e conférence de la German Studies Association 2023 (Montréal)

47e conférence de la German Studies Association (GSA, 5-8 octobre 2023, Montréal)

Le CIERA veut inciter et initier les jeunes chercheur.e.s de toute discipline, travaillant sur les mondes germaniques, à s’investir dans un dialogue transatlantique en les invitant à participer à la conférence de la German Studies Association. Un atelier de formation accompagnait les participant.e.s dans la préparation de leur candidature à la 47e conférence de la German Studies Association GSA (5-8 octobre 2023 à Montréal – voir le programme).

Un premier atelier en ligne mené par Jennifer Rodgers, historienne (CalTech), présentait les caractéristiques d’une candidature à une conférence internationale et guidait les participant.e.s dans la préparation de leur projet. Les participant.e.s intéressé.e.s ont ensuite soumis leur projet au comité scientifique de la GSA fin janvier 2023. Les candidat.e.s retenu.e.s par la GSA ont pu participer à un second atelier organisé par le CIERA pour s’entraîner à la présentation de leur contribution.

Voici les retours d’expériences des jeunes chercheurs et chercheuses du CIERA qui étaient présentes dans 5 panels de la conférence :

Sissi in the Sky with Asterix – Cultural Transfer in Popular Culture: Comic Books, Films and Music

Solène Scherer, Postdoktorandin, Kulturwissenschaften und German Studies, Université de Lorraine

Contrairement à mes camarades du CIERA, je n’avais pas assisté au premier atelier pour les jeunes chercheur·se·s intéressé·e·s par cette aventure, car il avait été organisé alors que j’étais sur le point de rendre mon manuscrit de thèse – ma tête était donc ailleurs… J’ai été contactée par une collègue doctorante qui m’a proposée de rejoindre son panel sur les transferts culturels dans la pop culture. Forte de l’envie de reprendre mes recherches sur le personnage de Sissi et ses représentations médiatiques, ce panel pour la GSA semblait être une merveilleuse opportunité pour redémarrer la machine. Je tiens d’ailleurs à chaleureusement la remercier pour m’avoir permis de vivre cette aventure, Jasmin, vielen Dank!

La préparation du départ pour Montréal s’est faite dans un certain stress – sans surprise, lorsqu’on s’attaque à un tel événement, de l’autre côté du globe. On rencontre forcément quelques aléas en préparant le séjour, mais arrivée à Montréal, à peu près reposée du voyage, le stress laisse petit à petit place à l’excitation de prendre part à un événement d’une telle ampleur. La présence des membres du CIERA et l’aide apportée tout au long de la préparation du séjour et durant le congrès a tout de même grandement faciliter les choses.

L’échelle du congrès était assez impressionnante : nous étions dans un grand hôtel, le congrès occupait six étages et chaque créneau de présentation regroupait une vingtaine de panels. Chaque participant·e faisait son planning des panels auxquels assister, on se croisait dans les couloirs, entre les étages, c’était assez impressionnant ! Loin de l’atmosphère plus intimiste des manifestations scientifiques européennes, vivre un congrès de cette ampleur restera sûrement une expérience assez unique. Un mystère demeure aussi : pourquoi la climatisation est-elle aussi forte, aussi froide et surtout sans aucune interruption, même lorsqu’il pleut et fait déjà froid dehors ? À ce titre, il faut croire que les États-Unis n’ont pas le seul monopole de la frénésie des climatiseurs.

En tant qu’austriaciste, j’avoue avoir été un peu déçue par le peu de panels traitant de l’Autriche, mais ça a été l’occasion d’aller écouter des interventions sur d’autres sujets et de découvrir de nombreux champs de recherche. J’ai notamment beaucoup apprécié les panels dédiés à l’enseignement, qui étaient l’occasion d’échanger sur les techniques et méthodologies d’approche auprès des étudiant·e·s.

Notre panel tombait le dernier jour du congrès, durant le dernier créneau. Beaucoup de gens avait déjà quitté le congrès et l’hôtel. Malgré la peur de présenter – dans mon anglais à l’accent hésitant – ma présentation devant une salle presque vide, je me suis réjouie de voir les visages familiers et rassurants des collègues du CIERA face à moi, dans cette suite réaménagée en salle de présentation. Mon intervention portait sur les nouvelles représentations de Sissi à l’écran, films et séries sortis depuis 2022. Je m’éloignais presque totalement de mon sujet de thèse, auquel j’avais consacré les cinq dernières années. D’une certaine manière, j’étais heureuse aussi de pouvoir présenter un sujet de recherches que j’avais laissé de côté après mon mémoire de master et que je n’avais pas retravaillé durant ma thèse. Les questions qui m’ont été adressées et les échanges que j’ai pu avoir à la fois avec la commentatrice, le modérateur et les autres personnes présentes dans la salle ont été d’une grande richesse et m’ont motivée à reprendre et élargir les réflexions que je présentais ce jour-là. De pouvoir me plonger dans ces thématiques à nouveau, surtout dans ce cadre-là, m’a vraiment fait réaliser que l’étape de la soutenance de thèse est passée et que je suis pleinement dans la période post-doctorante.

Le retour en France a été un peu difficile : outre le jet-lag, expérience que nous avons certainement tou·te·s subie, le retour à Metz était aussi synonyme de retour au quotidien à l’université et aux responsabilités qui y sont liées. La bulle montréalaise était finie…

Je garderai de cette expérience outre-Atlantique tout d’abord la joie de retrouver et de rencontrer des collègues jeunes chercheur·se·s du CIERA. Les échanges scientifiques et amicaux sont toujours de vrais moments pour recharger ses batteries avant d’entreprendre de nouveaux projets. Les conseils que chacun·e se donne pour avancer dans sa thèse, ses recherches, sont très précieux et nous aident à avancer dans nos parcours respectifs.

L’opportunité offerte par le CIERA de prendre part au congrès de la GSA est une vraie chance pour les jeunes chercheur·se·s, à la fois pour faire l’expérience de ce genre de grandes manifestations internationales, mais également de le faire dans un cadre privilégié, où nous sommes accompagné·e·s et épaulé·e·s à chaque étape par une équipe toujours au top de l’efficacité. Un grand merci à toutes les personnes qui ont rendu ce séjour non seulement possible, mais très agréable et conviviale.


Nils-Christian Terp, Doktorand, Vergleichende Literaturwissenschaften, Sorbonne Université

Bagels, Beatles und bombastische viele Beiträge

Montreal, Anfang Oktober 2023. Die Bäume zeigen ihre prächtigsten Farben, zu jeder Tageszeit sind frische Bagel zu erwerben, riesenhafte Grauhörnchen beherrschen die Parks der Stadt.

Wer zum ersten Mal das Programmheft der Konferenz der German Studies Association für die Konferenz in Montreal im Oktober 2023 aufschlägt, wird schier erschlagen von dem breiten Angebot an Rahmenprogramm, Empfängen und rund 350 Panels zu jedem denkbaren Forschungsgebiet, das mit den DACH-Ländern in Verbindung steht. Interessierte konnten Panels zu Literatur, Sprachwissenschaft, Film, Architektur, Kunstgeschichte, Philosophie, Geschichte und vielen weiteren Themen aufsuchen. Die erste Leistung der Teilnehmenden ist es, sich einen Weg durch das Programm zu bahnen und die Panels und Vorträge zu identifizieren, die im Zusammenhang mit den eigenen Forschungsinteressen stehen. In meinem Fall gab es ein Panel rund um das Thema Popkultur, bei dem ich freudig feststellen konnte, dass man sich auch in Nordamerika für deutsche Pop-Musikkultur interessiert. Dank des Panels konnte ich auch einen Kontakt zu einer nordamerikanischen Beatles-Spezialisten, Julia Sneeringer, aufbauen. Die Konferenz war nicht in den Räumlichkeiten einer Universität, sondern in einem dreißigstöckigen Hotelkomplex angesiedelt. Auch inhaltlich unterschieden sich die Gepflogenheiten. Viele Vorträge hoben den persönlich-biographischen Bezug zum Thema, gespickt mit Anekdoten, hervor, was sie oft unterhaltsam machte, aber beizeiten auch Fragen bezüglich der Methodik aufwarf.

Besonders wichtig war natürlich die Erfahrung, selbst ein Panel aufzustellen, bei der GSA einzureichen und es schließlich vor Ort zu präsentieren. Ich habe zusammen mit Jasmin Berger und Solène Scherer ein Panel rund um das Thema transfert culturel entwickelt. Es war eine Herausforderung, unsere drei Themen unter einem gemeinsamen Label zu vereinen und es ist ein gutes Gefühl, dies gemeinsam bewältigt zu haben. Leider konnte Jasmin schließlich nicht teilnehmen, so dass ich das Panel zusammen mit Solène in Montreal bestritten habe und Sissi in the Sky with Asterix (so der Titel unseres Panels) ohne den weltberühmten Comic-Gallier auskommen musste. Es fand im allerletzten Slot am Sonntagnachmittag statt und war dennoch mit einem Dutzend ZuschauerInnen gut besucht. Der Austausch mit der Kommentatorin Frau Fellner aus Saarbrücken sowie mit dem Publikum war bereichernd, hat interessante Fragen aufgeworfen und mir neue Impulse für meine Arbeit gegeben.

Darüber hinaus war es spannend im Anschluss an die Konferenz an dem Workshop Lost/Found in Translation teilzunehmen und hierbei ganz verschiedene Herangehensweisen und Anwendungsfelder von Übersetzung kennenzulernen. Hierzu auch vielen Dank an Laurence McFalls und das CCEAE der Université de Montréal.

Insgesamt war es eine bereichernde Erfahrung, an der GSA teilzunehmen, neue Kontakte zu knüpfen und das nordamerikanische Konferenzwesen kennenzulernen. Dem CIERA danke ich für die Unterstützung und die exzellente Vorbereitung. Ein besonderer Dank gilt auch Jennifer Rogers von Caltech, die unsere Gruppe in wichtigen Punkten beraten und unterstützt hat.

 

Erlebte Gemeinschaften? Die Produktion und Abgrenzung von Gruppen in Deutschland im 20. Jahrhundert

Julien Corbel, Doktorand, German Studies, Université Sorbonne Nouvelle

L’ « expérience GSA » recouvre de multiples facettes. La raconter n’est pas une chose simple. En effet, il ne s’agit pas de traiter des données de manière scientifique, suivant une méthodologie précise, mais de rendre compte de la subjectivité de son vécu.

La première partie enrichissante de cette expérience fut la phase préparatoire. Pour candidater à la GSA, le CIERA ne nous a pas simplement présenté le fonctionnement de cette conférence, mais également mis en relation avec Jennifer Rodgers, historienne au California Institue of Technology, et fait profiter de son réseau. J’ai ainsi pu bénéficier de ses conseils et me familiariser avec les normes américaines d’écriture d’un abstract. Avec Lucie Lamy, nous avons décidé de construire un panel autour du concept de « communautés vécues » (erlebte Gemeinschaten) et d’étudier de manière empirique comment différentes pratiques permettent de former des groupes. Pour pouvoir candidater en tant que panel, après avoir trouvé une modératrice et une commentatrice, il nous manquait encore une personne. Nous l’avons trouvée rapidement après avoir publié un appel à contributions sur la plateforme Hsozkult. Ces aspects factuels de la phase de candidature méritent d’être soulignés car ils m’ont permis d’élargir mon réseau et de me nourrir intellectuellement grâce aux nombreux échanges avec les membres de mon panel, mais aussi ceux du réseau CIERA.

Après un an de préparation, nous voilà donc à Montréal pour la 47e conférence de la GSA. Je parle ici en utilisant le pronom « nous » car il s’agit autant d’une expérience individuelle que d’une expérience de groupes, celui du panel ainsi que celui des participants du réseau du CIERA. Une expérience individuelle car j’ai pu choisir parmi les nombreuses interventions, qui avaient lieu en même temps de 8h à 18h pendant trois jours, celles qui étaient le plus proches de mon sujet de recherche. J’ai ainsi pu écouter un panel intitulé « Laughing in the Face of Death : Musical Satire in Nazi Concentration Camps » consacré à l’usage de la musique dans le système concentrationnaire national-socialiste. En plus d’y réunir la plupart des spécialistes de la musique sous le national-socialisme, l’atmosphère intimiste des salles de conférence de l’hôtel se prête particulièrement aux échanges et aux débats.

L’hôtel propose par ailleurs de nombreux lieux où l’on peut prolonger ces débats ou proposer des rendez-vous avec des chercheurs que je n’aurais pas eu l’occasion de rencontrer en Europe. Il s’agit aussi d’une expérience collective. Tous les membres du CIERA partagent la même expérience du jetlag, du mélange des langues, des conférences qui s’enchaînent, des idées qui fusent. Nous sommes tous pris dans un même mouvement, interculturel, bienveillant, rapide et enrichissant. Ce n’est qu’en arrivant à Montréal que j’ai réalisé à quel point le réseautage, les expériences de groupe constituent le coeur de la GSA. J’ai ainsi mieux compris le fonctionnement des « Closed Seminar » (séminaire où chaque participant.e envoie un texte qui y sera alors discuté) ce qui pourrait m’intéresser pour une éventuelle participation à un autre congrès de la GSA.

A l’issue de la GSA, j’ai eu la chance de pouvoir participer à un atelier de réflexion autour de question de traduction, organisé par le Centre canadien d’études allemandes et européennes. L’interdisciplinarité à travers les différentes interventions m’a permis de porter un regard nouveau sur mon sujet et les problématiques de traductions liées à la langue nationale-socialiste. Par ailleurs, le fait d’entendre des interventions sur des sujets parfois éloignés de son propre terrain de recherche pendant près de quatre jours est très stimulant et invite en permanence à questionner son sujet, sa méthodologie et ses sources.


Lucie Lamy, Doktorandin, Geschichtswissenschaften, Université Paris Cité

En prévision de la GSA, le CIERA a organisé une formation qui m’a incitée à élaborer avec Julien Corbel (Paris) une proposition de panel pour y participer. Après avoir posé une problématique générale dans un abstract commun et développé nos réflexions respectives dans les résumés de nos interventions, nous avons publié un appel à contribution sur H-Soz-Kult qui nous a permis de rencontrer Daniel Stienen (Munich), dont l’intervention allait enrichir notre problématique de nouvelles perspectives. Charlotte Soria (Paris) et Deborah Barton (Montréal) nous ont ensuite rejoints, respectivement comme commentatrice et modératrice du panel. Bien avant la participation à la conférence en tant que telle, cette candidature nous avait donc déjà permis de nouer de nouveaux contacts scientifiques et d’affiner nos analyses. Le CIERA a accompagné l’ensemble du processus par des réunions d’informations, une relecture de nos abstracts et la possibilité de présenter nos exposés en amont lors d’un atelier d’entraînement. De plus, grâce à l’engagement de l’équipe du CIERA et au partenariat conclu par elle avec le DAAD, nos frais de transport et de logement ont été pris en charge. Ce dernier point est décisif puisque la participation à la conférence n’est pas couverte par la GSA et représente une somme conséquente, excédant de loin les frais prévus en général par les écoles doctorales, et de ce fait difficile à réunir pour les doctorants.

La participation à la conférence annuelle de la GSA est une expérience caractéristique des grandes conférences nord-américaines, avec une multitude de panels ayant lieu simultanément sur un même lieu. La fonction principale de l’événement est d’offrir aux chercheurs et chercheuses une plateforme de rencontre et de prise de contact. La discussion scientifique approfondie n’est pas au centre du dispositif et les présentations lors des panels visent surtout à donner un aperçu positif et dynamique des recherches de chacun et chacune, pas de susciter un débat sur place. Les tables de librairie tenues par les principales maisons d’éditions nord-américaines permettent aussi de se faire une bonne idée de l’actualité éditoriale académique dans divers champs. De nombreux moments sont dédiés aux sociabilités : les repas si l’on s’y inscrit, mais aussi la réception du DAAD le premier soir, les pauses entre les panels ou encore les différentes soirées explicitement consacrées au réseautage. Participer à cette conférence m’a avant tout permis d’engager une réflexion collective sur des thématiques centrales dans ma recherche, d’abord avec Julien Corbel, puis avec Daniel Stienen et enfin avec Charlotte Soria dont le commentaire précis et extrêmement stimulant a ouvert de nouveaux questionnements. Nous espérons pouvoir les prolonger sous une forme écrite dans le futur. Ces échanges-là ont été précieux et n’auraient pas eu lieu sans le prétexte de la candidature. J’ai par ailleurs assisté à un très grand nombre de panels qui m’ont permis de me plonger dans des thématiques et des historiographies très différentes, ainsi que de voir à l’oeuvre le dialogue entre les traditions universitaires des différentes aires linguistiques représentées.


Charlotte Soria, Postdoktorandin, Geschichtswissenschaften, Sorbonne Université

Le 47e congrès de la German Society Association à Montreal a constitué pour moi une occasion unique de s’informer et de se confronter à toutes les études menées sur l’espace germanique dans le monde et surtout dans les pays d’Amérique du Nord. Pour la session 2023, le programme organisé et soutenu par le CIERA et le DAAD au profit de nombreux jeunes chercheurs et jeunes chercheuses comme à des chercheurs plus confirmé.e.s comprenait en outre un atelier interlinguistique et interdisciplinaire, « Lost/Found in translation », portant sur les difficultés de traduction de l’allemand – langue source vers le français et l’anglais, langues de communication scientifique. En définitive, notre voyage d’étude embrassait la question bien difficile du regard à porter et à apporter aux études germaniques, un regard décloisonné en termes disciplinaires et profondément interculturel.

Le congrès de la GSA a offert un large choix d’interventions pendant les 4 jours de son déroulement, des panels thématiques, des conférences mais aussi des séminaires pour ceux et celles qui s’y étaient inscrits et y avaient participé à l’avance, contribuant à construire des réseaux internationaux dans lesquels inscrire leurs réflexions sur les études germaniques. Des lieux donc d’échanges multiples car c’est là le cœur et l’enjeu central de cet événement. De 8h à 18h, tous les jours, des interventions avaient lieu dans 10 différentes salles en moyenne, un choix cornélien voire tout bonnement impossible au regard de la richesse du programme. J’ai cependant pu assister à de nombreux panels sur des thèmes plus rarement abordés dans les études germaniques en France : beaucoup de riches cultural studies, de passionnants dialogues sur la RDA – une Allemagne encore trop peu abordée en France – et de nombreux panels sur le fascisme, catégorie politique dans laquelle le « Troisième Reich » est classé suivant une terminologie rarement utilisée en France. Les approches étaient bien différentes des manifestations auxquelles j’ai pu assister et participer en France ou en Allemagne. Tout d’abord par le ton plus anglo-saxon, plus léger, de la communication scientifique adoptée. Ensuite, parce que ces présentations mirent particulièrement l’accent sur les nouvelles tendances des études germaniques : leur insertion mondiale dans les processus de colonisation et la décolonisation ou plus largement dans la question transnationale ou globale, ainsi que sur les analyses de groupes sociaux aux multiples appartenances soulignant l’agency des acteurs et actrices au cœur de ces phénomènes et processus. Toutes les sessions que j’ai pu suivre, comme le panel que j’ai eu la chance de commenter, et l’atelier / workshop de traduction organisés par le CIERA / DAAD, étaient en outre internationaux, mêlant des intervenant.e.s et participant.e.s venu.e.s des pays germaniques, d’Amérique du Nord, d’Israël et de France comme le groupe soutenu par le CIERA cette année. Toutes et tous, majoritairement en anglais, langue de travail commune, se rencontraient sur un même champ disciplinaire et ont su enrichir par leurs méthodes et leurs approches ma vision des études germaniques ainsi que les formes de communication à adopter dans l’espace anglo-saxon. Bien plus, passer d’une langue à l’autre, un élément central des pratiques des études germaniques, oblige à préciser sa pensée, ses concepts et ses outils dans la langue cible. Un élément essentiel de confrontation de nos expériences et analyses historiques, de communication des résultats de nos travaux, mais aussi une approche et une réflexion en soi, notamment sur les mots à adopter ou transformer – comme dans le cas de l’étude du nazisme – pour permettre le questionnement scientifique.

Enfin, plus qu’un voyage individuel, ma participation au congrès de la GSA s’est inscrite dans un itinéraire collectif, de la préparation au déroulement de ces 5 journées. J’ai eu la chance d’être invitée à commenter le panel portant sur « Des communautés vécues ? La production et la définition de groupes dans l’Allemagne du 20e siècle / Erlebte Gemeinschaften? Die Produktion und Abgrenzung von Gruppen in Deutschland im 20. Jahrhundert », un sujet qui recoupait celui de ma thèse sur le 1er mai sous l’Allemagne nazie, lieu et moment de célébration et de formation du projet social du « Troisième Reich » et de ses dirigeants, la « Communauté du peuple » nationale-socialiste. C’était bien là d’ailleurs le point nodal des trois présentations du panel, la question de l’appartenance à cette « Communauté du peuple » par des pratiques sociales et culturelles – le chant en l’occurrence (Julien Corbel) – celle portant sur une « diaspora » construite de manière exclusive dans le souvenir hérité – fossilisé pourrait-on dire – de la vision nazie de la guerre (Lucie Lamy) ou celle d’une mémoire de la Seconde Guerre mondiale comme expérience et marqueur générationnel jusqu’au sein de la communication politique de la RFA (Daniel Benedikt Stienen). Par nos approches complémentaires c’est la question du « faire groupe » (Rogers Brubaker, 2002) qui était en définitive interrogée.

De cette expérience, en français, en anglais et en allemand, je n’ai rien perdu, mais bien gagné au contraire un matériau renouvelé pour mes prochaines recherches, riche des discussions, des rencontres et des confrontations permises par ce beau programme et cette rencontre unique

Cold War Brückenbauer: Education Mobility, Individual Trajectories, and State Politics

Guillaume Placide-Breitenbucher, Doktorand, Soziologie und Politikwissenschaften, Université de Strasbourg

L’expérience de la GSA Montréal s’est avérée enrichissante dès les premiers ateliers de préparation organisés par le CIERA. Le format de la conférence, où les communications individuelles se font dans le cadre de panels de 3-4 personnes autour d’une thématique commune, m’a permis de travailler en collaboration avec Franck Schmidt et Perrine Val, deux autres membres du CIERA. Je ne connaissais pas Perrine et Franck, nous avons fait connaissance en commençant à travailler ensemble. J’ai pris plaisir à découvrir leurs sujets de recherche, dans lesquels je voyais sans cesse de nouveaux liens avec mes propres travaux. Dispersés entre Paris, Berlin et Strasbourg, nous nous retrouvions environ une fois par mois en distanciel pour discuter de notre projet de panel. À partir de nos sujets respectifs, nous avons finalement réussi à dégager une thématique commune dans laquelle nous nous retrouvions (les mobilités éducatives pendant la Guerre froide) et que nous avons su nous approprier.

Le projet GSA a été pour moi un vrai travail de formulation de mon sujet et de mes résultats de recherche. La GSA est une conférence pluridisciplinaire sur l’espace germanophone, qui implique de rendre son travail compréhensible pour d’autres disciplines. Il faut parfois se défaire d’un certain jargon disciplinaire et mettre en suspens le souci du détail (technique, méthodologique, théorique), pour se concentrer sur le coeur de sa recherche. Le fait de communiquer dans une langue étrangère (pour moi en anglais) ne fait que renforcer cet impératif. Nous nous en sommes rendus compte dès la rédaction de nos abstracts, qui a été accompagné par le CIERA, ainsi que par Jennifer Rodgers, une professeure américaine, qui a véritablement pris le temps de discuter avec nous dans le détail de nos propositions de communications. Le passage par l’anglais américain a nécessité de se familiariser avec un style rédactionnel direct, concis et à la recherche du catchy en toute circonstance.

Pour une personne qui n’a encore jamais participé à une conférence nord-américaine, l’ambiance de la GSA peut surprendre. Les panels s’enchaînent à un rythme soutenu sur des créneaux de deux heures, où une quinzaine de panels ont lieu en même temps (il faut donc bien réfléchir à ceux auxquels on souhaite assister) ; certains ont cinq personnes comme public, d’autres vingt-cinq… Il faut donc être préparé mentalement à communiquer devant un public à la taille très variable. On se rend rapidement compte que les discussions les plus importantes n’ont pas lieu dans les salles de conférence, mais dans les couloirs ou lors des cocktails et banquets organisés le soir (le fameux ‘networking’). Ces évènements sont autant d’opportunités pour découvrir les coutumes du monde universitaire nord-américain, à commencer par le banquet du vendredi soir dont le repas se clôture par une série de discours et de présentations académiques. Les sujets choisis peinent parfois à convaincre, notamment quand il s’agit de lier les études germaniques à la question des peuples autochtones canadiens. On s’aperçoit lors de ces évènements que la GSA est une communauté bien établie, dans laquelle il peut être intimidant de s’immerger en tant que doctorant·e européen·ne. La participation à la conférence dans le cadre du CIERA a permis de vivre cette immersion au sein d’un groupe avec lequel il était possible de partager ses expériences au jour le jour, de discuter de la vie doctorale ou, tout simplement, de passer de très bons moments. Ce groupe a constitué un socle sur lequel s’appuyer dans le travail de networking, que ce soit lors de la conférence de la GSA ou lors du workshop de traduction organisé par le Centre canadien d’études allemandes et européennes (CCEAE) après la conférence. Merci au CIERA et à tout le groupe GSA 2023 d’avoir rendu ce séjour inoubliable !


Franck Schmidt, Doktorand, Geschichtswissenschaften, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)/Universität Heidelberg

Ma participation à la 47e conférence annuelle de la German Studies Association fut une expérience enrichissante qui m’a permis de m’immerger pendant quelques jours dans la culture scientifique nord-américaine et de découvrir par la même occasion la ville de Montréal. Les différentes présentations auxquelles j’ai eu l’occasion d’assister ont contribué à renouveler le regard que je portais sur mon objet d’étude : la République Démocratique Allemande (RDA) et la guerre froide. Lors de la soirée d’ouverture de la GSA, je me suis rendu à une soirée de projection de courts et de moyens métrages de la DEFA – qui aurait toutefois mérité un commentaire plus long. Dès le premier panel, intitulé « Dresden Since 1949 : Children, Literature, Film, and Fashion », vendredi 6 octobre, je fus surpris par le grand intérêt porté à l’histoire sociale et culturelle de la RDA parmi les historiens et germanistes nord-américains. Les présentations de Sonja Klocke sur la mode à Dresde et de Sean Allan sur la représentation de Dresde dans le cinéma est-allemand furent particulièrement intéressantes. D’autres communications portant sur l’histoire sociale et culturelle de l’Allemagne de l’Est m’ont particulièrement marqué, à l’instar du panel du samedi 7 octobre intitulé « Socialist Meritocracy : Leistungspzinzip and Social (In)justice in East Germany before and after 1989 » qui interrogeait les ruptures et les continuités du « principe de performance » dans les systèmes socialiste et capitaliste en Allemagne de l’Est. Le dimanche 8 octobre, j’ai particulièrement apprécié le panel « Anna Seghers’ Late Work : Visions and Premonitions », ainsi que celui intitulé « Socialist Travel Cultures in East Germany » qui offrait une perspective nouvelle sur le tourisme et la diplomatie culturelle de la RDA – thèmes centraux de ma thèse.

Concernant le panel que nous avons présenté, Guillaume Placide-Breitenbucher, Perrine Val et moi, il s’agissait d’un exercice formateur qui m’a permis de m’entraîner à la présentation de mes recherches en anglais devant un public non spécifiquement franco-allemand. Notre panel disposait d’une composition cohérente et équilibrée dans nos différentes thématiques. Nous avons également pu profiter de la modération de Manuel Meune et des commentaires de Sonja Klocke – permettant ainsi de synthétiser et de souligner certains points non abordés durant nos présentations. Même si le public n’était pas très nombreux lors de notre passage, nous avons quand même reçu des retours positifs sur nos communications à l’issue du panel.

En définitive, même si certains événements liés à la vie interne de l’association – en particulier l’assemblée générale de l’association le mercredi ou la cérémonie du dîner du vendredi soir – furent quelque peu obscurs pour un public non initié, j’ai pu y écouter des présentations intéressantes, ce qui aura certainement une influence sur mes recherches. En outre, j’ai pu faire la connaissance de quelques chercheurs spécialistes de l’histoire est-allemande, à la fois lors de la GSA mais également à l’occasion de la soirée au Goethe-Institut de Montréal. Je tiens encore une fois à remercier le CIERA de nous avoir donné l’opportunité de participer à la 47e conférence annuelle de la GSA – expérience que j’espère pouvoir renouveler un jour.


Perrine Val, Postdoktorandin, Filmwissenschaften, Université Sorbonne Nouvelle

L’aventure montréalaise de la 47e conférence annuelle de la German Studies Association en octobre 2023 a commencé presque un an plus tôt. À l’automne 2022, le CIERA organise via Zoom une réunion de présentation de la GSA à laquelle nous sommes nombreux et nombreuses à participer. Nous avons auparavant envoyé nos propositions d’interventions, ce qui permet aux organisatrices de cette première réunion de nous répartir en « pré-panels ». Après une présentation de la GSA et de tous les points d’interrogation qui entourent la question du financement d’un séjour à Montréal, la première impression de notre panel préconstitué est encore floue : la perspective de traverser l’Atlantique pour présenter nos recherches en anglais à des collègues nord-américains est très enthousiasmante, mais pleine d’incertitudes aussi. Nous nous engageons alors dans un long processus de rédaction de notre candidature, de recherches d’un modérateur et d’une commentatrice pour notre panel et d’une recherche de financements. Nous ignorons alors si nos démarches aboutiront ou non, et j’ai l’impression de naviguer « à vue », en me concentrant seulement sur une étape après l’autre. Cette phase des préparatifs n’est finalement ponctuée que de bonnes surprises : nos trois interventions s’articulent bien, nous trouvons assez vite les collègues qui complètent notre panel, la GSA accepte notre candidature et le CIERA obtient le financement tant espéré !

Cette intervention sera ma première en lien avec mon nouveau projet de recherche sur les étudiants extra-européens de l’école de cinéma de Potsdam-Babelsberg. La perspective de présenter de premiers résultats à Montréal constitue un vrai carburant pour avancer dans mes travaux. La conférence a lieu en début de semestre et, même si cela implique d’organiser le rattrapage de mes cours, je savoure le fait d’annoncer mon absence aux étudiants en raison d’une conférence à Montréal… J’arrive sur place plusieurs jours à l’avance, en plein été indien. C’est mon premier voyage outre-Atlantique et je profite de ces quelques jours pour prendre mes marques. Le programme de la conférence est dense et pour moi qui ne suis pas germaniste mais historienne du cinéma, c’est une bonne surprise de découvrir autant de panels dédiés au cinéma (et à la RDA). La conférence a lieu dans un hôtel très grand, très climatisé (et très dépourvu de boissons chaudes). Une dizaine de panels se déroulent en même temps, à chacun.e ensuite de constituer son propre programme et de naviguer entre les « salons » et les étages. Mon programme conjugue toutes les interventions en lien avec la DEFA et commence par une soirée de projection organisée par la DEFA Film Library, avec les courts métrages de trois cinéastes est-allemandes. Mon enthousiasme est momentanément refroidi lors du panel « Teaching with DEFA Films » : après une présentation des filmographies utilisées en cours par plusieurs collègues, la discussion s’oriente vers la rédaction de « content warnings » et de « trigger warnings » au sujet de films de la DEFA, pour ne pas heurter les étudiants américains. Nous sommes à la veille du déclenchement de la guerre Hamas-Israël, et je pense que les images des actualités seront bien plus traumatisantes et bouleversantes que n’importe quel film de la DEFA…

Notre panel a lieu le samedi après-midi. Tous les mois passés à préparer et à peaufiner nos interventions se cristallisent dans ces quelques dizaines de minutes à présenter nos recherches et à en discuter ensuite. Le panel passe en un clin d’œil, et même si les retours sont positifs, nous sommes un peu frustrés de devoir aussi vite passer à la suite du programme. Pour conclure, je retiens de cette expérience le chaleureux esprit d’équipe qui l’a accompagnée, grâce au CIERA et grâce aux membres de mon panel. Pendant les quelques jours de la conférence, j’ai parfois eu l’impression d’être dépassée par l’ampleur de la conférence et c’était vivifiant de pouvoir échanger ces impressions avec les autres membres du CIERA présents. De plus, je me réjouis d’avoir rencontré des collègues américains qui travaillent aussi sur le cinéma (est-)allemand et dont je ne connaissais que les travaux écrits. J’ai apprécié aussi le fait de rencontrer des collègues français en poste aux États-Unis qui ont pu m’éclairer sur les différences de fonctionnement avec la France. Je suis donc rentrée de Montréal avec de nouvelles questions à explorer dans mes recherches et avec de nouveaux collègues en Amérique du Nord, que j’espère retrouver bientôt à l’occasion d’un colloque en Allemagne.

Foreign and Security Policy: The Franco-German Misunderstanding

Benjamin Pfannes, Doktorand, Geschichstwissenschaften, Universität Potsdam

Die German Studies Association (GSA), eine interdisziplinäre Vereinigung von etwa 1.500 Wissenschaftlern, widmet sich den Themen der Germanistik und Geschichte mit Schwerpunkt auf Deutschland, Österreich und der Schweiz. Die jährliche Konferenz der GSA, die in diesem Jahr vom 5. bis zum 8. Oktober zum 47. Mal in Montréal stattfand, bietet ein bedeutendes Forum für den wissenschaftlichen Austausch zwischen den USA und Deutschland.

Unser Panel mit dem Thema „Außen- und Sicherheitspolitik – Das deutsch-französische Missverstehen“ hat die Frage aufgegriffen, warum Deutschland und Frankreich bis heute Schwierigkeiten haben, ihre sicherheitspolitischen Agenden in Einklang zu bringen. Sind die Unterschiede in den außenpolitischen Kulturen die einzige Erklärung für die deutsch-französischen Divergenzen? Spielen die stark unterschiedlichen Erfahrungen aus dem Zweiten Weltkrieg immer noch eine bedeutende Rolle? Inwiefern beeinflusst der Krieg in der Ukraine die bilateralen Beziehungen? Gibt es Wege, um wieder näher zueinander zu kommen, oder werden bestehende Risse weiter vertieft? Unsere Untersuchung erstreckt sich über den Zeitraum von den 1980er Jahren bis zur aktuellen Gegenwart und beinhaltet auch einen Ausblick in die Zukunft.

Der Beitrag von Jacob Ross untersuchte die öffentliche Diskussion über die Folgen der erneuten russischen Aggression im Osten Europas. In einem vergleichenden Ansatz wurden Äußerungen von Regierungsmitgliedern sowie wichtige Dokumente, die seit Februar 2022 veröffentlicht wurden, wie die nationale strategische Überprüfung Frankreichs (veröffentlicht im November 2022) und die erste nationale Sicherheitsstrategie Deutschlands, analysiert. Das Papier konzentrierte sich auf die Veränderungen in der strategischen Kultur beider Länder und untersuchte darauf aufbauend, ob diese Veränderungen auf das Entstehen einer gemeinsamen strategischen Kultur hindeuten.

Mein eigener Beitrag widmete sich der Rolle der Deutsch-Französischen Brigade in der deutsch-französischen Zusammenarbeit auf der politischen Ebene. Die Gründe für die Aufstellung der Brigade können als Nukleus für eine damals kommende deutsch-französische und möglicherweise dann auch europäische Zusammenarbeit angesehen werden. Es galt zu zeigen, welche Hoffnungen die große Politik in Frankreich und der Bundesrepublik mit diesem Projekt verbanden und wie diese Erwartungen im Laufe der Zeit möglicherweise angepasst wurden.

Es ist zu konstatieren, dass in bedeutenden internationalen Angelegenheiten wie dem zukünftigen Umgang mit China oder den Auswirkungen des Ukraine-Krieges zwischen Deutschland und Frankreich keine gemeinsame Linie mehr besteht. Gerade in dieser Phase ist es entscheidend, dass beide Länder gemeinsam agieren, um eine koordinierte europäische Vorgehensweise zu gewährleisten. Auf beiden Seiten fehlt jedoch der politische Wille, bestehende Meinungsverschiedenheiten durch konkrete Reformmaßnahmen zu überwinden und die bilaterale Zusammenarbeit einer Überprüfung zu unterziehen.

An dieser Stelle möchte ich zum einen Nathalie Faure, die kurzfristig die Rolle der Moderatorin übernahm und zum anderen dem CIERA für die finanzielle Unterstützung, danken. Es war für alle Beteiligten eine schöne und bereichernde Erfahrung und wir freuen uns schon auf die nächste Konferenz im kommenden Jahr in Atlanta. Benjamin Pfannes Universität Potsdam

Contemporay Heimat discourses

Lisa Steiner, Doktorandin, German Studies, University of Wisconsin-Madison (USA), CGES Madison

Ich war das erste Mal auf der GSA, die dieses Jahr in Montreal stattfand. Ich habe bereits etwas Konferenzerfahrung und habe mich sehr auf die GSA gefreut, da ich von vielen schon vorher gehört habe, dass es eine der wichtigsten und spannendsten Konferenzen für Deutsch ist.

Eine Konferenz ist immer eine aufregende Sache. Das kann auch schon mal überfordernd und anstrengend sein. Alles in allem kann ich aber sagen, dass es eine wunderbare Erfahrung war, die sowohl für meine persönliche als auch berufliche Entwicklung von großem Wert ist.

Das Programm der GSA war riesig. Die App ist hilfreich, um einen Überblick zu behalten, welche Vorträge es gibt und durch die Suchfunktion kann man Vorträge von einzelnen Personen oder Themenbereichen schnell finden. Ich habe einfach ein paar Stichwörter eingegeben und habe so schnell für mich interessante Panels gefunden. Es ist auch super, um nach der Konferenz noch einmal nachschauen zu können, welche Vorträge man gehört hat, oder um Personen nachzuschlagen.

Die Konferenz ist so groß, dass es im Hotel nicht genügen Konferenzräume für alle Panels gibt. Somit finden manche Vorträge in Hotel Suiten statt, das ist erst einmal komisch, aber eigentlich auch gemütlich. In jeder Pause standen bei den Aufzügen Angestellte bereit, die einem geholfen haben den Weg oder den richtigen Raum zu finden.

Ich fühlte mich gut vorbereitet, da ich zuvor die Möglichkeit hatte bei einem Online Workshop des CIERA Netzwerks bereits andere Studierende kennenzulernen und meinen Vortrag zu präsentieren. Ich habe Feedback bekommen und fühlte mich deshalb sicherer bei der GSA vorzutragen. Ich war auf dem Panel “Contemporary Discourses on Heimat” und habe einen Vortrag mit dem Titel “Negotiations of Heimat in Rural Novels of Contemporary German Literature” gehalten. Alle anderen auf meinem Panel waren sehr nett und es fand anschließend eine nette kleine Diskussion statt. Ich hatte den Eindruck, dass die Zuhörenden im Publikum interessiert waren. Man darf sich nicht abschrecken lassen, wenn Fragen kommen, die man vielleicht nicht beantworten kann. Oftmals werden Fragen allgemein zum Thema gestellt, die dann von allen Personen auf dem Panel beantwortet werden können. Man ist also nie ganz allein. Als PhD Student hat man meiner Meinung nach auch nochmal einen besonderen Schutzstatus und es geht nicht darum Kritik zu üben, sondern erfahrenere KollegInnen sind darum bemüht einen mit Tipps weiterzubringen. Es geht darum zu lernen und durch die Fragen und Kommentare, die man zum Vortrag gestellt bekommt, auch neue Anregungen für seine Forschung zu bekommen.

Für mich persönlich war es auch super bei der Reception einige KollegInnen von anderen Universitäten kennenzulernen. Man muss sich trauen Leute anzusprechen, das ist bei einer so großen Menschenmenge nicht ganz einfach. Die meisten sind aber offen und herzlich. Es ist etwas komisch sich immer mit seinem Namensschild vorzustellen, aber es hilft sich die vielen neuen Personen merken zu können und auch die Universität, mit der sie in Verbindung stehen. Später kann man dann leichter Kontakt zu den Personen aufnehmen über Netzwerke wie die GSA App oder auch einfach LinkedIn.

Allerdings geht es beim Networking nicht nur darum die Informationen der Visitenkarten auszutauschen. Um zukünftige Kollaborationen zu ermöglichen, ist es wichtig auch persönliche Beziehungen aufzubauen. Ich habe auf der GSA viele meiner alten KollegInnen aus meinem früheren Studium in Alabama und Wisconsin oder von anderen Konferenzen wie der DAAD ZenKo Konferenz 2023 in Berlin, wiedergetroffen. Da diese Leute ebenfalls mit anderen Kolleginnen da waren, erweitert sich automatisch der Kreis der Leute, die man kennenlernt. Bei einem gemeinsamen Mittagessen oder Abendessen kann man sich dann weiter austauschen.

Networking ist ein wichtiger Punkt bei Konferenzen, den ich anfangs als Studentin oftmals unterschätzt habe. Es geht nicht nur darum interessante Vorträge zu hören, sondern dann auch mit Menschen ins Gespräch zu kommen, die eventuell im gleichen Forschungsbereich arbeiten oder an ähnlichen Themen interessiert sind.

Konferenzen bringen Fachleute und ForscherInnen aus einem bestimmten Bereich, in diesem Fall Deutsch, zusammen. Die Vernetzung bietet die Möglichkeit, Wissen auszutauschen, Erkenntnisse zu teilen und sich über die neuesten Entwicklungen und Trends auf dem Gebiet zu informieren. Bei Konferenzen wie der GSA ist dies für uns Graduate StudentInnen besonders hilfreich, da hier viele Leute zusammentreffen, die über mehr Erfahrung und mehr Wissen verfügen. Der Wissensaustausch kann ein einfacher Literaturtipp von einer KollegIn zum Thema sein, eine interessante Quelle oder auch eine Möglichkeit, um einen Artikel zu publizieren, eine offene Stelle auf dem Arbeitsmarkt, eine Idee für ein gemeinsames Projekt, und auch einfach nur mal ein guter Restaurant Tipp für die Stadt …

Networking kann auch Türen zu neuen Arbeitsmöglichkeiten eröffnen. Indem man mit Menschen in Kontakt tritt, die ähnliche Interessen und Ziele teilen, erfährt man vielleicht von offenen Stellen, erhält Empfehlungen oder gewinnt Einblicke wie es auf dem Arbeitsmarkt abläuft. Man erlangt außerdem Sichtbarkeit und bringt sich aktiv in den Diskurs mit ein. Zum Beispiel habe ich durch eine zufällige Konversation bei der Reception erfahren, dass ein Journal noch einen Beitrag zum Thema Heimat sucht. In einem anderen Gespräch habe ich mehr darüber erfahren, wie der Ablauf für eine Buchveröffentlichung ist und wie viele Schritte dafür notwendig sind.

Es war auch interessant zu sehen, dass selbst erfahrene KollegInnen sich oft unsicher sind mit ihren neuen Projekten und dafür Feedback bei anderen KollegInnen einholen oder ihre Bedenken miteinander teilen, um so neue Ideen, Ansätze, Hilfestellungen oder Feedback zu bekommen. Dabei geht es auch einfach um persönliche Unterstützung.

Beim Networking geht es also nicht nur um berufliches Wachstum, sondern auch um persönliches Wachstum. Man lernt, dass man mit seinen Problemen oft nicht alleine ist. Der Kontakt zu Menschen mit unterschiedlichem Hintergrund und unterschiedlichen Perspektiven erweitert außerdem den eigenen Horizont und fördert eine kulturelle Sensibilität. Das Setting in Montreal war dafür ideal, da es eine große und diverse, multikulturelle und multilinguale Stadt ist.

Ich bin nicht die einzige gewesen, die sich deshalb auch die Zeit genommen hat, die Stadt etwas näher zu erkunden. Durch eine frühere Anreise oder spätere Abreise ist das kein Problem. Somit bieten Konferenzen auch immer die Möglichkeit die weite Reise mit noch einem kleinen Freizeitausflug zu verbinden


Christina Dumetz, German Studies, Université Paris Nanterre

L’expérience de la participation à une conférence dans un pays nord-américain a été globalement très instructive.

La préparation commence un an à l’avance. Il faut écrire un petit résumé « abstract »  de ce que l’on a l’intention de dire à la conférence, dans différents formats – une fois pas plus de 250 mots, en PDF, et pour l’inscription effective à la GSA, jusqu’à 500 mots sous Word: cela oblige à concentrer ses pensées. Un an plus tard, cela devra correspondre à peu près. Il faut savoir que d’autres formats seront exigés pour la conférence.

Planifier un an à l’avance est très excitant : contrairement à certaines informations, il faut s’occuper très tôt de trouver des partenaires de panel adéquats, en fait dès le moment où l’on sait que l’on veut y participer. Ensuite, il faut devenir membre de la GSA, ainsi on peut fouiller longtemps à l’avance sur leurs différentes pages Internet, parfois peu claires. En effet, dès le mois d’octobre, tout le monde sait en fait si il veut participer à la conférence l’année suivante et a à peu près rassemblé ses idées et/ou ses partenaires. Il se peut toutefois que certains se désistent à la dernière minute. La participation en ligne par vidéoconférence est officiellement interdite, mais elle a tout de même eu lieu dans certains panels.

La participation effective à la conférence et les différentes modalités n’apparaissent ensuite que progressivement sur les pages web de la GSA, un peu difficiles à comprendre. Il faut donc s’armer de patience pour obtenir certaines informations.

La conférence en elle-même est intéressante car on comprend pourquoi les professeurs et universitaires américains de différentes villes de province désertes aiment se réunir au moins une fois par an, pour échanger avec leurs pairs, retrouver des amis de leurs années d’études et discuter de sujets d’actualité qui pourraient intéresser leurs étudiants. Leur vision de l’Allemagne est également assez fascinante …

La conférence est énorme et propose un nombre extrêmement élevé d’évènements. Cela signifie que l’on ne peut et ne doit pas forcément compter sur des auditeurs, et encore moins sur des personnes intéressées par ses propres thèmes.

Il est cependant judicieux de participer à cette conférence, car la pression vous pousse à avoir des résultats présentables au moment de la présentation : on pourra éventuellement atteindre des interlocuteurs intéressés et demandeurs. Cela permet d’avancer considérablement dans son projet de thèse.

En outre, il peut être intéressant d’apprendre à s’exprimer correctement en anglais, ce qu’il faut pratiquer à l’avance, en particulier la prononciation, qui est différente en anglais britannique et américain. Il faut partir du principe que les participants américains comprennent probablement l’allemand, mais le parlent peu. Il faut également s’entraîner à faire des présentations « vivantes », de préférence avec un support « PowerPoint ».

Il faut être suffisamment à l’aise en anglais pour pouvoir ensuite répondre aux questions du commentateur, voire du public.

Dans l’ensemble, il est très intéressant de se renseigner au préalable sur le programme de la conférence et de choisir un séminaire dans l’un des réseaux, afin que l’énorme effort de préparation, de participation et de déplacement vaille vraiment la peine sur le plan scientifique et académique. Pour un tel séminaire, il faut s’inscrire spécialement et seulement après y avoir été invité. Ces séminaires durent trois jours, à raison de deux heures par jour : le travail y est beaucoup plus intensif et donc plus efficace, et l’on peut y recevoir un feedback utile. Mais on ne peut qu’écouter et non plus présenter : la GSA ne prévoit pas de double participation.

Dans l’ensemble, participer à ce congrès est enrichissant et permet de mettre ses idées au clair dans un cadre académique structuré.



Citer ce billet
ciera2 (2023, 21 décembre). Retours d’expériences 47e conférence de la German Studies Association 2023 (Montréal). Les carnets de recherche du CIERA. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjw5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.