La géopolitique. Regards croisés franco-allemands sur la renaissance en Allemagne et en France d’une notion controversée

Date : 23-
Lieu : Paris
Organisation : Stephan Martens
Programme : La France et l’Allemagne face au retour de la géopolitique dans l’analyse des enjeux stratégiques pour l’Union européenne

Introduction (Stephan Martens, professeur d’études allemandes et européennes à CY Cergy Paris Université)

Le Programme Formation-Recherche (PFR) mené sous l’égide du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) portant sur « La France et l’Allemagne face au retour de la géopolitique dans l’analyse des enjeux stratégiques pour l’Union européenne (UE) » (2022-2024), est le fruit d’un partenariat entre CY Cergy Paris Université et le Laboratoire AGORA, l’Université de Lorraine et le centre CEGIL, ainsi que l’Université de Passau.

Ce PFR a pour objectif d’analyser les défis posés par toute une série d’instabilités politiques, aux effets économiques et sociaux, mais surtout par le regain de la guerre en Europe, avec le conflit ukrainien, aux dirigeants, acteurs publics et société civile en France et en Allemagne, à travers le prisme du retour de la géopolitique comme outil d’analyse. Il s’agira ainsi de décrypter les différences d’interprétation que peuvent avoir Français et Allemands du concept de la « géopolitique », ainsi que des notions « d’Europe puissance », « d’autonomie stratégique » ou « d’Europe géopolitique », de déchiffrer les enjeux géostratégiques essentiels pour l’Europe d’un point de vue français et allemand, en analysant des cas d’espèces concrets, d’évaluer enfin la concordance ou la divergence, voire le décalage, des « représentations » et des politiques de défense et de sécurité mises en œuvre de part et d’autre du Rhin, et de savoir dans quelle mesure et comment ces politiques française et allemande pourront s’articuler à l’échelle de l’Union européenne (UE).

L’Union est aujourd’hui entourée de zones particulièrement instables dans le bassin méditerranéen et surtout dans l’est européen, avec la guerre en Ukraine déclenchée par la Russie en février 2022. L’Europe, pôle de stabilité attractif pour d’autres parties du monde, est ainsi poussée à intervenir (in)directement dans la gestion de conflits proches. D’autres crises, au cours des années 2010, comme la guerre en Syrie, la montée du fondamentalisme religieux et le terrorisme international, les flux migratoires ou la guerre commerciale entre États-Unis et Chine, étaient déjà venues rappeler que le projet européen à visée d’abord interne ne pouvait plus faire l’impasse sur le monde extérieur. Fondamentalement, l’ère de Donald Trump (2016-2020) a été celle d’une prise de conscience sur le vieux continent : à des Européens rêveurs de paix universelle par la grâce du droit, le président américain avait déjà révélé le monde tel qu’il est, c’est-à-dire une affaire de rapports de force.

La prise de conscience concerne donc le chantier du nécessaire rehaussement de la posture extérieure et stratégique européenne, au moment où des redistributions significatives de la puissance mettent en doute la fiabilité des mécanismes internationaux de gestion des crises au sens large. Les Européens sont confrontés à la nécessité d’analyser leur environnement, d’identifier leurs intérêts et de concevoir des réponses dans un contexte d’urgence des risques et d’ampleur des enjeux.

L’Europe, celle de l’Union, c’est la « norme sans la force »[1], parce qu’après la Seconde Guerre mondiale, c’est la norme qui a construit le lien entre les citoyens européens[2]. Mais l’environnement force l’Union à abandonner son innocence géopolitique, elle est obligée de se « penser » davantage dans la compétition mondiale. C’est le plus grand défi : l’UE s’est présentée comme une puissance économique évitant les logiques traditionnelles du rapport de force, alors qu’elle doit se muer en acteur stratégique majeur d’envergure internationale. L’on voit bien aujourd’hui, que cette Union, couronnée du prix Nobel de la Paix en 2012, fait face à la guerre, antithèse existentielle de sa vocation, en devenant soutien financier et matériel de l’arsenal militaire ukrainien dans le conflit engagé par le voisin russe[3]. Annalena Baerbock, ministre fédérale des Affaires étrangères, membre du parti des Verts, lance sans hésiter devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le 24 janvier 2023 à Strasbourg : « We are fighting a war against Russia » (Nous menons une guerre contre la Russie).

La première JE (un colloque aura lieu à Metz à la fin de l’année 2023, et une journée d’étude aura lieu à Passau, au cours de l’année 2024)[4] ayant pour thème « La géopolitique. Regards croisés franco-allemands sur la renaissance en Allemagne et en France d’une notion controversée », a visé à tenter de cerner la place toujours plus importante que la géopolitique, longtemps objet de méfiance, voire de tabou, occupe désormais en France et en Allemagne dans le champ intellectuel. Lors de cette JE, la notion de « géopolitique » a fait l’objet d’une étude croisée franco-allemande, et a permis de comprendre pourquoi et comment, à l’inverse de la France, où la réflexion géopolitique a toujours été d’actualité, de plus en plus d’acteurs politiques et économiques allemands ont, depuis une décennie, (ré)intégré dans leur discours le concept de « géopolitique », même si les média allemands restent plutôt réticents à son emploi.

Cette JE a révélé les différences interculturelles entre les deux pays, tant sur le plan intellectuel que politique, qui elles ont un impact important sur la définition du rôle international de l’UE. Certes, même au niveau des instances européennes, Ursula von der Leyen évoque en 2019, à son arrivée à la tête de l’exécutif européen, la nécessité d’imaginer une « Europe géopolitique », tandis que le président du Conseil européen, Charles Michel, et le Haut représentant pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, reprenaient le concept « d’autonomie stratégique européenne », cher au président Emmanuel Macron[5]. Plus récemment, le chancelier Olaf Scholz, déclare que l’avenir de l’Allemagne se joue à travers une Europe qui serait un « acteur géopolitique »[6]. L’on voit que les dirigeants au sein de l’Union parlent désormais la langue de la « puissance ». Mais qu’en est-il des ambitions géopolitiques au moment où la plupart des experts des questions européennes pointent un réel analphabétisme de l’UE en matière de réflexion stratégique[7] ?

Il faut dire que la « géopolitique » est un terme repris et utilisé à de multiples fins, donc sans sens précis, par les media[8], des intellectuels et des responsables politiques. Il est vrai que ces dernières années, ce mot s’est hissé au rang de terminologie à la mode : les conférences de prétendus experts en géopolitique, les parutions éditoriales thématiques, les projets autoédités par des passionnés sur YouTube par exemple, se développent et se multiplient. La géopolitique, en somme, vit un moment de découverte populaire. Il n’empêche que des géographes et politologues ont observé le retour ou la renaissance de la géopolitique en France[9], mais aussi en Allemagne, dès le début des années 1990 avec, et ce n’est paradoxal qu’en apparence, la fin de la Guerre froide[10]. Dans d’autres pays européens, comme en Italie, la géopolitique connaît un essor considérable : la revue Limes, fondée par Lucio Caracciolo en 1993, a fondé, en 2021, la « Scuola di Limes », son École de géopolitique, pour former une nouvelle élite de dirigeants[11].

Lors de cette JE, la recherche et les débats se sont inscrits dans la lignée de ce que l’on appelle en France, dans la tradition du géographe Yves Lacoste, la « géopolitique critique »[12]. La géopolitique critique c’est la géopolitique du temps long, qui étudie l’ensemble des forces à l’œuvre (politiques, économiques, sociales et culturelles), qui retient les constantes géographiques, stratégiques et les continuités historiques, mais, consciente de l’écueil déterministe, analyse surtout les conflits sous l’angle des « représentations » dans la mesure où c’est sans doute davantage encore que la réalité, la perception que l’on a d’elle qui induit chez les acteurs politiques et économiques les prises de décision.

Le grand retour de la Géopolitique (Béatrice Giblin, professeure émérite de l’Université Paris VIII, rédactrice en chef de la revue Hérodote)

 

On ne peut que constater l’utilisation massive du terme au point même d’être devenu un mot valise banal après avoir été tabou, voire infamant pour celles et ceux et qui osaient l’employer. Aussi, en 1982, Hérodote, et surtout son directeur Yves Lacoste, firent-ils preuve d’audace en changeant le sous-titre de la revue : « Stratégie-Géographie-Idéologie », devenant revue de « Géographie et de Géopolitique », car ils furent aussitôt accusés d’avoir basculé dans l’idéologie de l’extrême-droite, sous-entendu que les conceptions idéologiques de la géopolitique allemande nazie étaient désormais celles de la revue. Il n’en était évidemment rien, mais le seul emploi du terme suffisait à l’accusation, sans s’interroger sur le pourquoi du comment.

Comment expliquer un tel renversement en un temps relativement court ? L’un des facteurs majeurs de ce retournement est la chute du mur de Berlin (1989) suivie de l’éclatement de l’URSS (1991) à l’initiative de la Russie, situation inédite dans l’histoire de l’effondrement des empires puisque résultant de la volonté de son centre et non de celle de ses périphéries. L’équilibre – relatif – de la Guerre froide entre les deux grandes puissances était rompu et la victoire du modèle américain semblait telle que certains historiens ont parlé de la « fin de l’histoire ».

Le second facteur majeur est l’ouverture de la Chine aux capitaux étrangers dans les années 1980 qui s’avérera être un accélérateur puissant de la mondialisation aux conséquences économiques et sociales contradictoires, positives et négatives tant dans les riches pays développés que dans les pays pauvres du Tiers-Monde.

Enfin, un troisième facteur important est la multiplication des acteurs. Si les États restent des acteurs de premier plan d’autres interviennent désormais dans les affaires du monde tant au niveau international que régional et local : les grandes institutions internationales, les ONG, les multinationales, les grandes collectivités territoriales, comme les villes-monde notamment. Cette augmentation du nombre des acteurs non-étatiques ont poussé certains politologues à parler de la « fin des territoires », alors qu’à l’évidence ceux-ci revenaient en force dans les discours au point de faire parfois des territoires des acteurs à part entière.

Les analyses classiques des spécialistes de relations internationales principalement politologues et historiens, ont eu de plus en plus de difficultés à rendre compte de ces profonds changements des rapports de force. Les modèles explicatifs élaborés à la suite de la Seconde Guerre mondiale, auxquels certains politologues donnaient force de lois, ne s’appliquaient plus ou très mal, ils étaient devenus obsolètes.

C’est pourquoi, comme dans l’Allemagne vaincue à la fin de la Première Guerre mondiale, il a fallu repenser les outils d’analyse des rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur des territoires pour en prendre, ou garder, le contrôle tant sur les populations que sur les ressources. En Allemagne, la géopolitique est née de l’échec des lois élaborées par les concepteurs de la géographie politique allemande à la fin du XIXe  siècle, car selon celles-ci la victoire était inéluctable lors de la Première Guerre mondiale. La défaite a entraîné une remise en question de ces « lois » qui n’en étaient pas, qui a conduit à la création de la géopolitique allemande avec la volonté de s’attacher à comprendre des rapports de force précis à l’aide d’analyses pragmatiques.  Ce sont les dérives du nazisme qui ont dévoyé la géopolitique comme elles ont dévoyé la médecine, la biologie ou l’anthropologie, sans, fort heureusement pour ces savoirs, les discréditer.

Le retour de la géopolitique s’explique par la complexité croissante des affaires du monde et ce à tous les niveaux d’analyse du plus vaste au plus petit. Loin d’être une science, c’est un savoir, une méthode, un mode de raisonnement pour comprendre et expliquer des évènements conflictuels qui se déroulent sur un ou des territoires et qui font l’objet de représentations contradictoires de la part des différents protagonistes.

Les trois enjeux géopolitiques majeurs à l’avenir concernent le dérèglement climatique et la protection de l’environnement, la montée en puissance de la Chine et le développement, voire l’exacerbation, de la datasphère.

La France : face à un monde sans structure ? (Dominique David, ancien directeur de l’Institut français des relations internationales de Paris, rédacteur en chef de la revue Politique étrangère)

 

La fin de la Guerre froide ouvrait pour Paris le rêve d’un monde de puissances équilibré au sein d’un système multilatéral, aux conflits limités, ouvert, et en voie de démocratisation, dans lequel l’Europe pourrait jouer un rôle pivot, déterminant. Ce rêve a disparu en raison de l’unilatéralisme des puissances occidentales, de la déconstruction du système multilatéral qui s’accompagne d’une crise de la « mondialisation heureuse », et de la montée en puissance de la Chine. Les différents élargissements de l’Union européenne (UE) ainsi que le « non » français au référendum sur le traité constitutionnel européen (2005) relativisent le poids de la France en Europe. Les crises successives du début de ce siècle (2001, 2008, 2011, 2014, 2020 et 2022) ont directement frappé la France, contribuant à déconstruire la traditionnelle hiérarchie des puissances et les systèmes multilatéraux : le monde n’est pas multipolaire, mais anarchique, et l’exercice de la puissance – puissances de premier rang, puissances de nuisance, puissances régionales ou encore de niche – devient largement incontrôlable. Face aux désalignements ou réalignements qu’impulse la guerre d’Ukraine, la France est contrainte à une révision drastique de ses options stratégiques.

Concernant le continent européen, l’avenir de l’Union apparaît incertain – aucune crise ne lui a permis de se muer en puissance « organisatrice » –  et la stratégie française – consistant à affirmer la parité dans le partenariat franco-allemand, tout en affirmant la centralité dudit partenariat dans l’UE, et en s’appuyer sur l’UE pour sa projection de puissance hors Europe – décalée. Vis-à-vis de la Russie, il n’existe en Europe nul consensus sur les relations à reconstruire. Au Moyen-Orient, la rivalité des puissances revêt des habits neufs. Les Européens se désintéressent largement de l’Afrique, où Paris est marginalisée dans son propre pré-carré et où l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest est menacée d’une déstabilisation profonde. En Indo-Pacifique, où la France se débat pour peser, les Européens n’ont pas de ligne politique claire face à des acteurs locaux en pleine révision stratégique.

La géographie stratégique française est bouleversée par la désorganisation du monde. L’évolution chaotique de la scène internationale – le monde devient polycentrique et anarchique – est ainsi un défi pour Paris : pour sa vision du monde, pour la hiérarchie qu’elle définit de ses zones d’intérêt et pour les moyens de toute nature dont elle use pour les affirmer et les défendre.

L’Allemagne face aux nouveaux défis géopolitiques et géoéconomiques : vers une nouvelle stabilité ? (Jean-Marc Trouille, professeur d’économie et de commerce international à l’Université de Bradford, chaire Jean Monnet)

Trois décennies après l’effondrement de l’Union soviétique, l’Allemagne se trouve face à un changement d’époque encore plus radical que les bouleversements qui menèrent à son unification. La nouvelle donne dictée par l’invasion russe en Ukraine et la montée en force de puissances hostiles aux valeurs démocratiques occidentales, ont eu des implications considérables pour un pays traditionnellement réticent à jouer sur la scène géopolitique mondiale un rôle à la mesure de sa puissance économique.

Le retour de la guerre sur le continent européen, en 2022, a obligé l’Allemagne à mener une réflexion stratégique fondamentale, en rupture avec l’ère de la chancelière Angela Merkel. Sujette à de fréquentes critiques parmi ses partenaires occidentaux, Berlin n’a pourtant guère perdu de temps dans cette phase compliquée d’un repositionnement majeur, au cours de laquelle des décisions historiques ont dû être prises (Fonds de 100 milliards d’€ pour la modernisation de la Bundeswehr ou livraison d’armements dans un pays en guerre (l’Ukraine) pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale), par une nouvelle coalition dont l’expérience de l’exercice du pouvoir était encore limitée.

La politique mercantile menée depuis deux décennies n’est plus adaptée au contexte géopolitique actuel. La dépendance de la Russie et de la Chine est totalement remise en question, même si les dirigeants allemands semblent en quête d’une troisième voie vis-à-vis de la Chine, qui sera difficile à trouver. Les récentes évolutions géopolitiques et géoéconomiques globales ont impacté l’Allemagne en premier lieu et exigeront une réflexion approfondie sur la politique étrangère et de sécurité du pays. Des questions existentielles vont être soulevées, sur le plan économique et militaire. Les erreurs de jugement des dirigeants allemands montrent également la nécessité d’un débat plus poussé entre décideurs et experts (think tanks). Mais la question demeure de savoir si l’Allemagne souhaite réellement se transformer en une puissance géostratégique.

Si l’Allemagne rechigne à se transformer en véritable puissance géostratégique, la question demeure de savoir sous quelles conditions elle peut compter sur son modèle industriel basé sur les exportations sans se retrouver dépendante. D’autre part, quel rôle jouerait l’Allemagne, avec la France et l’Union européenne (UE), dans une globalisation en recomposition ? Il reste que le centre de gravité se mouvant davantage vers l’Est, Berlin est dans une situation plutôt enviable – par rapport à Paris. Si l’Europe centrale devient un pôle majeur de l’Union, l’Allemagne, par son rayonnement économique encore réel, en sera vraisemblablement le point de gravité.

La conception française de la puissance (Maxime Lefebvre, ancien ambassadeur, professeur de relations internationales à l’ESCP Business School Paris)

La puissance en France s’ancre dans l’État et dans l’armée. C’est d’ailleurs l’institution de l’armée permanente, financée par l’impôt, à la fin de la guerre de Cent Ans, au XVe siècle, qui a marqué l’affirmation de l’État moderne à la française et d’une puissance prééminente en Europe. Des guerres de Louis XIV et de Napoléon jusqu’à l’intervention militaire au Mali et à l’affirmation du complexe militaro-industriel français – la France est 3e exportateur mondial d’armements sur la période 2017-2021 –, en passant par l’épopée du général de Gaulle et au rôle de la dissuasion nucléaire, cela reste fondamentalement vrai. Et le président Emmanuel Macron, en donnant une nette priorité au budget des armées (400 milliards d’€ entre 2024-2030) est un continuateur.

Cela explique aussi les ambitions de la France au niveau européen. Le général de Gaulle parlait déjà du « levier d’Archimède », mais c’est surtout après le traité de Maastricht (1992) que la notion française d’ « Europe puissance », utilisée notamment par des hommes politiques comme Jacques Chirac (sous une forme plus diplomatique et militaire) Pierre Moscovici (sous une forme plus économique), a trouvé son apogée. La politique de sécurité et de défense commune était censée faire progresser vers une véritable défense européenne, et la diplomatie commune devait affirmer l’Union européenne (UE) comme pôle d’un monde « multipolaire ». Mais ces ambitions se sont brisées sur les divisions face à la guerre américaine contre l’Irak en 2003, et sur l’échec du traité constitutionnel européenne en 2005.

Dès lors, l’ambition française prend un tournant plus réaliste – Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères (2012-2016) définit la France comme « puissance d’influence » –  dont la guerre en Ukraine marque peut-être l’aboutissement. Elle assume complètement l’appartenance au camp occidental et la prééminence de l’OTAN, où la France fait sa pleine réintégration en 2009. Elle continue de promouvoir dans ce cadre le développement de la politique de sécurité et de défense commune (relance de 2013), mais sans vouloir se fondre entièrement dans le cadre européen, et en se préservant les options de l’action unilatérale (Mali) ou dans des formats ad hoc (Initiative européenne d’intervention, force Takuba au Mali). Sans renoncer au levier européen (y compris à l’éternel pilier européen de l’OTAN), l’enjeu pour la France est aussi de garder, au plan diplomatique comme au plan militaire, une certaine autonomie, et donc une forme de puissance.

La géopolitique en Allemagne, un état des lieux du point de vue de la géographie humaine (Florian Weber, professeur d’études européennes à l’Université de la Sarre)

En Allemagne, le rapport à la géopolitique reste ambivalent. Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, la géopolitique était liée au nationalisme, à l’impérialisme et au colonialisme européen, puis son orientation fondamentale activiste a culminé dans les récits justifiant les deux guerres mondiales et finalement dans l’idéologie « Peuple et Espace » du national-socialisme. Inspirée par Friedrich Ratzel et sa théorie de « l’espace vital », la géopolitique est à l’honneur dans les milieux pangermanistes et nazis, et le géographe Karl Haushofer éditera la revue Zeitschrift für Geopolitik À la suite de ces développements néfastes et de ces amalgames scientifiques, le terme est devenu tabou.

Jusqu’à la fin des années 1960, la géographie dans l’espace germanophone est restée fortement descriptive et plutôt apolitique. A Kiel, en 1969, le Congrès des Géographes allemands a été le théâtre d’une remise en cause profonde de la discipline telle qu’elle s’était construite à partir du milieu du XIXe siècle dans les Universités, notamment au tour du concept de « Landschaft ». Mais si en France la revue géopolitique Hérodote est fondée en 1976, la géographie germanophone n’intègre d’impulsions internationales dans ses propres travaux qu’avec beaucoup de retenue. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que l’on peut parler d’une renaissance de la géographie politique, appuyée sur la critical geopolitics – et ce avec une approche différenciée : une perspective de recherche constructiviste avec une distance plutôt analytique et critique.

Depuis la guerre du Caucase en 2008, l’annexion de la Crimée en 2014 et enfin la guerre en Ukraine en 2022, on peut parler d’une renaissance de la géopolitique de grande ampleur, liée aux discours sur une « nouvelle Guerre froide ». Dans le discours médiatique, le terme « géopolitique » reste cependant utilisé avec circonspection : si l’on analyse par exemple les articles traitant de la guerre en Ukraine et de l’avènement d’une nouvelle Guerre froide, parus dans l’hebdomadaire Die Zeit entre février 2022 et février 2023, on observe que dans les 1346 articles, 86 seulement emploient ce mot.

Peurs et espoirs géopolitiques des jeunes de France et d’Allemagne (Claire Demesmay, directrice du bureau « Formation interculturelle » à l’OFAJ et chercheuse associée au Centre Marc Bloch Berlin)

À l’occasion des 60 ans du traité de l’Elysée, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) a confié à l’institut de sondage Kantar Public le soin de mener, fin 2022, une vaste étude quantitative représentative auprès de 3 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans de France et d’Allemagne portant sur leur regard sur l’avenir. Les questions s’articulent autour des thèmes suivants : politique et engagement, démocratie et institutions, paix, rapport à l’Europe et à la coopération franco-allemande.

On observe un fort impact de l’origine sociale, les jeunes issus de milieux modestes étant mois souvent optimistes quant à leur avenir et plus souvent  pas intéressés par la politique. En tête des préoccupations des jeunes Allemands arrivent le « changement climatique », la « guerre », la « hausse des prix », la « pauvreté » et les « tensions au sein de la société » ; pour les jeunes Français : le « changement climatique », la « hausse des prix », la « pauvreté », la « guerre », les « tensions au sein de la société ». Seul un quart des jeunes (27%) de France et un tiers (37%) des jeunes d’Allemagne sont plutôt satisfaits de la démocratie. Les institutions n’aspirent généralement pas beaucoup de confiance aux jeunes des deux pays, à l’exception de l’armée en France. Pour l’envoi de soldats à l’étranger, les jeunes Allemands sont d’accord en vue de « l’aide humanitaire » (50%) , pour « protéger un pays » (34%), pour « aider des alliés » (30%), pour « lutter contre le terrorisme » (29%), alors que pour 21% « aucun soldat ne devrait être envoyé à l’étranger ». Les jeunes Français sont d’accord pour l’envoi de soldats à l’étranger d’abord pour « aider les alliés » (44%),  pour de « l’aide humanitaire » (43%) pour « protéger un pays » (37%), pour « lutter contre le terrorisme » (36%), mais seulement 16% souhaitent qu’aucun soldat ne soit envoyé à l’étranger.

La coopération franco-allemande reste une valeur refuge, car dans les deux pays 45% d’entre eux se disant « optimistes » sur cette coopération dans les cinq prochaines années. Une bonne moitié considère la coopération « importante » ou « très importante » pour la « paix », la « fonction pour l’avenir de l’Union européenne (UE), pour la « prospérité économique » et pour la « protection du climat ».  40% des jeunes Allemands considèrent que les deux pays, au niveau européen, devraient « coopérer davantage » (38% des jeunes Français), 38% « coopérer autant qu’aujourd’hui » (37%) et 6% « coopérer moins » (11%).

Pour les jeunes Allemands comme pour les jeunes Français l’importance de la coopération franco-allemande est particulièrement importante dans le domaine de la « paix en Europe » (respectivement 56% et 58%), de « l’avenir de l’Europe » (56% et 52%) et de la « prospérité économique » (51% et 50%).

Intéressant, enfin, d’observer les termes qui définissant le mieux la relation franco-allemande : pour les jeunes Allemands et Français c’est d’abord le terme « voisinage » (respectivement 29% et 27%), suivi du terme « « amitié » (22% et 26%), puis par « partenariat » (26% et 16%), mais aussi par « concurrence » (6% et 12%).

Realpolitik sans grande illusion ? La renaissance de la « géopolitique » en Europe d’un point de vue états-unien (Peter Wagner, professeur associé de relations internationales à l’Université de Wisconsin-Whitewater)

Le titre de l’intervention – Realpolitik sans grande illusion ? –  reflète le problème historique d’une géopolitique en Europe et, par extension, dans le monde. L’interaction entre « géopolitique », comme une politique spatiale/territoriale, et « Realpolitik », comme une politique du pouvoir (en équilibre, comme capacité, comme la survie de plus fort), est définie par le spectre jumeau de « l’Empire » et du « nationalisme ».

La réalité européenne de la géopolitique est un monde brutalisé par le colonialisme, les conflits nationaux, et, in fine, par deux guerres mondiales. L’intégration de l’Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale et les relations franco-allemandes, analysées et célébrées comme le moteur de cette intégration, ont permis la sortie consciente d’une histoire sans paix et sans prospérité.

Si l’on évoque un point de vue états-unien (mais existe-t-il vraiment ?), il faut revenir à la déclaration la plus célèbre du président américain Joe Biden : « l’Amérique est de retour » (America is back) (2021). Une déclaration faite contre la présidence de Donald Trump pour rassurer les alliés, notamment les Européens. La réaction en Europe a été et continue d’être : oui, mais pour combien de temps ? Une réaction qui reflète les doutes sur les engagements internationaux des États-Unis et sa politique électorale. Mais de quel « retour » s’agit-il ?

Le débat sur la guerre en Ukraine reflète en ce sens les réalités mondiales contemporaines pour les États-Unis. Depuis la fin de la Guerre froide, la question pour Washington est celle de savoir s’il faut rejeter ou non une définition de « l’intérêt national » forgée par la Guerre froide – et de savoir aussi ce que signifierait un tel rejet. Ainsi, on peut constater qu’aux États-Unis la guerre menée par le président Vladimir Poutine a fortifié un point de vue « traditionaliste » qui est défini par une perspective qui est le fruit d’une combinaison des perspectives du Réalisme et du Libéralisme (discipline des Relations Internationales). Des voix américaines exigent que les Européens contribuent davantage à la défense militaire dans le cadre de l’OTAN en étant plus conscients des menaces réelles et potentielles. « Les Américains viennent de Mars et les Européens viennent de Vénus », avait déclaré Robert Kagan à propos du débat sur l’invasion d’Irak. Dans cette perspective, la guerre en Ukraine a finalement détruit l’illusion de l’Europe (de l’UE) comme puissance civile (Zivilmacht). Dans le même temps, pour la coalition traditionnelle entre Républicains et Démocrates sur la défense et la sécurité, le leadership américain et la notion d’un « ordre international libéral » se sont confirmés. Pour le dire avec audace, enfin une guerre que les guerriers du froid (cold warriors) peuvent comprendre et soutenir.

Mais la question des intérêts américains en Europe se définissent aujourd’hui négativement : il s’agit de ne risquer aucun engagement direct (aucun soldat Américain ne doit mourir), de ne pas risquer une guerre nucléaire, et de ne risquer aucun engagement qui compromettrait la capacité de prises de décision. Idéalement, ces objectifs négatifs permettent l’établissement d’une forme d’équilibre offshore (offshore balancing). À l’inverse de cette vue traditionaliste, on trouve une position plus critique, fruit d’une combinaison de composantes défensive-nationale (la question des coûts/bénéfices comme problème socio-économique), et écologique (le monde et la protection de l’environnement). Contrairement au point de vue traditionaliste, ce point de vue critique s’appuie sur les analyses et les interprétations plus critiques des relations internationales (le colonialisme/post-colonialisme, l’analyse critique du discours, le féminisme, l’analyses intersectionnelle ou encore le post-marxisme).

C’est ce point de vue critique qui interroge sur les nécessités et les actions menées au nom de « l’intérêt national ». L’Europe et les États-Unis se situeraient-ils dans un cadre sécuritaire plus bénéfique si l’Europe se réarmait ? Ou une Europe réarmée ne créerait-elle pas plus d’insécurité et ne glisserait-elle pas dans un « passé » déchiré par la guerre ? Enfin, la guerre en Ukraine n’est-elle pas une vieille guerre (avec toutes ses horreurs), une guerre qui détourne l’attention des défis mondiaux auxquels sont confrontés les États-Unis, l’Europe et les autre régions du monde – un défi défini par le changement climatique ? Du point de vue critique, les réponses à ces questions reflètent la nécessité de réponses multilatérales et mondiales dans un monde confronté à une transformation fondamentale. Ce point de vue critique n’est pas (encore) pertinent dans les couloirs du Congrès et à la Maison Blanche.

Il reste que ce point de vue critique est aussi « transatlantique ». Il puise dans une tradition qui lie les États-Unis à la France et la France à l’Allemagne (et vice versa : Heinrich Heine) dans une expérience et une lutte démocratico-révolutionnaires partagées – qui se heurtent au chant des sirènes de la géopolitique et sa Realpolitik. Que cette tradition alternative soit aussi le fondement d’un universalisme (des droits de l’Homme et de la politique démocratique) partagé aujourd’hui, devrait donner à réfléchir et à espérer.

Géopolitique et Mondialisation (Régine Perron, maîtresse de conférence HDR d’histoire des relations internationales à CY Cergy Paris Université)

La chute du Mur de Berlin a donné naissance au terme « mondialisation » ou encore « globalisation » dans sa version anglaise. Le monde n’était plus divisé en deux par la Guerre froide, mais désormais unifié – du moins le voyait-on ainsi à cette époque-là. La mondialisation a suscité de nombreux débats dans quasiment toutes les disciplines. On a constaté alors que le « monde libre », plus précisément le bloc occidental avait résisté. Pourquoi ? Comment cela a-t-il été possible? Là se situe la véritable question de la mondialisation. Quant à la géopolitique, elle est la discipline qui peut fournir une lecture (presque) instantanée des bouleversements opérés en Europe et dans le monde après cette date.

Aujourd’hui, les termes « géopolitique » et « mondialisation » connaissent une évolution très différente : le premier est sans cesse utilisé et connaît un grand succès (est-ce l’effet de l’après-1989 ?), au point d’être « galvaudé » d’après Yves Lacoste, alors que le second est « en déclin », pourrait-on dire. Si l’on prend l’exemple des deux instituts de recherche en relations internationales (Institut français des relations internationales et Institut des relations internationales et stratégiques, à Paris), leurs publications utilisent de nombreuses fois le terme « géopolitique », à tel point que la notion de « relations internationales » semble désuète. De leur côté, des journaux quotidiens, tels  Le Monde et Le Figaro, ont aujourd’hui un service d’infographie de qualité, afin de répondre à la demande des lecteurs curieux de cartes d’une grande lisibilité. La mondialisation, quant à elle, commence à connaître un certain rejet au début des années 2000. Parce que cette mondialisation d’après-1989 a vu disparaître le rival qu’était l’Union soviétique, l’hégémonie américaine s’est alors manifestée dans sa pleine expression, en étant cette « hyper-puissance », selon le terme consacré par Hubert Védrine. Or, depuis l’apparition de nouveaux pôles économiques concurrents, la configuration de la mondialisation a bien changé : si les États-Unis luttent pour garder le rang de première puissance mondiale, les rivalités de pouvoirs sur ou pour un territoire ou encore les luttes d’influence au niveau mondial entre le pôle émergent et le pôle dominant continueront à marquer les années à venir.

L’organisation française de la lutte contre le terrorisme – Recherche en cours (Claude Fourcaulx, ministère français de l’Intérieur, commandant police nationale, doctorant Laboratoire Héritages CY Cergy Paris Université)

La France a été la cible d’un terrorisme international lié à la situation aux Proche et Moyen-Orient dans les décennies 1970-1980, à celle de l’Algérie dans les années 1990, à celle des attentats de 2001 aux États-Unis, à celle du développement de réseaux djihadistes internationalistes proches ou s’inspirant de la mouvance Al-Qaïda, enfin à celle de la création de l’État islamique en Syrie et en Irak à partir de 2014. La France a été, et est aussi encore, la cible de projets et d’actions directes menées par l’ultra-gauche et l’ultra-droite, mouvances toujours promptes à vouloir déstabiliser les démocraties occidentales.

L’organisation en France de la lutte contre le terrorisme est le résultat d’un long processus d’adaptations et d’évolutions face à une menace criminelle. C’est pour la France un axiome de réflexion fondamentale : le terrorisme est tout d’abord une infraction criminelle prévue dans le Code pénal. Elle est traitée judiciairement en premier lieu et peut avoir en second lieu et suivant la portée de la menace, une élongation politique et militaire.

En France, deux visions concourent au traitement du terrorisme. Une vision judiciaire et policière qui obéît à des règles de fonctionnement juridico-historiques, de l’autre une vision politico-militaire qui s’est formatée de manière pragmatique au gré des nouvelles menaces, des alliances internationales et des postures diplomatiques. Cependant on observe depuis quelques années une convergence intégrée et une mutualisation des deux visions. L’implication du pouvoir exécutif dans le traitement du terrorisme est de plus en plus prégnante. La France voit dans la menace terroriste un danger à la cohésion nationale et à la déstabilisation de son modèle laïc et démocratique. Ce sont aussi des tensions et conflits régionaux aux portées internationales qui obligent la France comme d’autres pays à renforcer et réorganiser leurs appareils de lutte contre le terrorisme afin d’y apporter des réponses tant bilatérales que multilatérales.

La « Nouvelle Route de la Soie » : perception du grand projet chinois dans les médias allemands et français (Nina Bärschneider, journaliste-rédactrice au quotidien General Anzeiger Bonn, diplômée du Master trinational d’études franco-allemandes Université de Lorraine)

La « nouvelle route de la soie » est l’un des principaux projets prestigieux du président chinois Xi Jinping et du Parti communiste chinois. Malgré son nom, il ne s’agit pas d’une seule route commerciale, mais d’un vaste réseau d’infrastructures de transport, de pipelines et de télécommunications qui relie la Chine à l’Asie centrale, à l’Europe, à l’Afrique et désormais à l’Amérique latine – tant par voie terrestre que maritime. Lancée en 2013, la Route de la Soie fait partie du Rêve chinois proclamé par Xi Jinping, qui prévoit la suprématie internationale de la Chine d’ici 2049. La Route de la Soie sert à la fois les intérêts économiques et géopolitiques du pays. La plupart des projets sont payés par des crédits chinois et réalisés par des entreprises chinoises. La Chine se rend ainsi indispensable pour de nombreux pays qui ont un besoin urgent de nouvelles infrastructures. Les critiques mettent toutefois en garde contre une trop grande dépendance. Le gouvernement chinois peut également faire pression au niveau politique et influencer les décisions en sa faveur, comme cela s’est produit en Europe.

En Allemagne et en France, qui, en tant que « moteur » de l’Europe, influencent considérablement les relations européennes avec la Chine, la politique et les médias considèrent le grand projet chinois avec scepticisme. Ils craignent une trop forte influence de la Chine et un changement de l’équilibre géopolitique mondial. Une analyse médiatique comparative de deux journaux allemands et de deux journaux français montre comment l’opinion publique médiatique des deux pays évalue la Nouvelle Route de la Soie depuis sa création en 2013. On y trouve des différences intéressantes : les auteurs français craignent l’expansion géopolitique de la Chine surtout dans la région indopacifique. Les journalistes allemands se concentrent sur les conséquences pour l’Europe. Parallèlement, ils critiquent davantage le gouvernement allemand pour son attitude tolérante envers la Chine. Les auteurs français, quant à eux, cherchent la faute du côté des États-Unis qui, selon eux, ont perdu la confiance des partenaires européens sous l’ère de Donald Trump, et ainsi ont permis l’ascension de la Chine. Face à la montée en puissance de la Chine et aux violations croissantes des droits de l’Homme, les deux parties soulignent l’importance d’une stratégie européenne envers la Chine.

Les conceptions occidentales du conflit russo-ukrainien (2014-2022) – Recherche en cours (Julien Plouchart, ministère Éducation nationale, enseignant d’histoire, doctorant Laboratoire Agora CY Cergy Paris Université)

Cette intervention  avait pour objectif principal de présenter les politiques et les stratégies des puissances occidentales les plus impliquées, à savoir l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, la Pologne et le Royaume-Uni, les conceptions de stratégistes européens (Desportes, Kujat, Skrzypczak, Wittmann), de  politologues (Brzezinski, Kissinger, Mearsheimer) et de think tanks américains (Institute for the Study of War, Jamestown Foundation, Rand Corporation).

Il s’agit de mettre en relief la diversité d’approches des sphères de la défense, de l’expertise et de la politique dans les espaces nord-américains et européens, lesquelles peuvent s’inscrire dans des traditions géopolitiques diverses, telles que la version défensive ou offensive du réalisme et l’institutionnalisme néolibéral et dans des visions politiques qui adoptent des biais prorusses ou, au contraire, atlantistes. Les principaux débats entre experts reconnus, personnalités médiatiques, hommes et femmes politiques occidentaux sur les politiques à conduire sont pris en compte.

On peut se demander, d’une part, si la question de la compréhension de la dynamique interne et de l’altérité conceptuelle d’un régime autoritaire comme la Russie de Poutine a été bien prise en compte dans les processus d’analyse et de décision des principales puissances occidentales à partir de l’intervention russe en Crimée et dans le Donbass en 2014 ; et, d’autre part, si la guerre de haute intensité de la Russie contre l’Ukraine en 2022 n’a pas débouché sur un alignement des approches et politiques occidentales sur une position de soutien complet à la partie ukrainienne et, ce, sous l’influence américaine.

Afin d’apporter une réponse la plus détaillée possible à ces questionnements, il s’agit en particulier de prendre en compte les débats d’experts et les décisions de politiques occidentaux sur la responsabilité du conflit russo-ukrainien en 2014, puis en 2022, son inscription dans les cadres conceptuels de la guerre hybride, de la guerre de haute intensité et de la nouvelle Guerre froide, l’évolution prévisible de la confrontation avec les possibilités d’escalade et de désescalade, l’impact de l’armement occidental sur le cours de la guerre, l’efficacité des sanctions économiques, la prise en compte de la guerre informationnelle, l’éventuel arrêt des combats, et, enfin, la possibilité d’une négociation globale. Il convient d’intégrer à l’analyse la capacité de conseil des services de renseignement occidentaux dont les centrales américaines ainsi que l’activité de réflexion de l’Alliance atlantique.

[1] Zaki Laïdi, La norme sans la force : l’énigme de la puissance européenne, Paris, Presses de la FNSP, 2005.

[2] L’UE est ainsi une expérience qui permet de gérer quotidiennement, de manière contractuelle et civilisée, des désaccords nationaux, il existe un modèle européen avec des règles (acquis communautaire) et des valeurs (acquis politique) qui ont dessiné un espace communautaire à l’intérieur duquel la paix est assurée, les droits de l’Homme garantis et les injustices sociales combattues pour promouvoir la prospérité pour tous. L’Europe du soft power est un modèle d’intégration et un pôle de stabilité attractif pour d’autres parties du monde.

[3] Cf. Cyrille Bret, « Comment la guerre a déjà changé l’Union européenne », Blogpost, Institut Jacques Delors, 21.02.2023 ; Pierre Ménat, L’Union européenne et la guerre, Paris, L’Harmattan, 2023.

[4] Le PFR propose, dans un deuxième temps, d’analyser le champ de tension entre l’idéal de l’UE, véritable puissance normative, et les nouvelles réalités géopolitiques. Il s’agira d‘identifier des cas d’étude ciblés révélateurs de la renaissance de la géopolitique dans l’analyse stratégique (la Russie, l’Ukraine et l’espace eurasiatique, l’avenir du lien transatlantique, l’avenir des relations entre l‘Union et l’Afrique, le positionnement de l’Allemagne et de la France dans le «nouveau jeu » qui se déroule désormais dans l’espace indopacifique, l’Europe de l‘Énergie). (Colloque : « Le retour de la guerre en Europe. Champ de tension entre l’Europe modèle de paix structurelle et les nouvelles réalités géopolitiques »). En dernier lieu, le PFR s’intéressera aux perspectives du positionnement de l’UE sur la scène internationale, en y intégrant l’expertise de hautes fonctionnaires et de diplomates européens. Il s’agira d’analyser les politiques de défense et de sécurité en France et en Allemagne, voire dans d’autres pays d’Europe, en lien avec les initiatives prises par les instances européennes dans le domaine de la sécurité,, (Journée d’étude « L’Union européenne à la croisée des chemins. Vers une Europe puissance ? »).

[5] Cf. Maxime Lefebvre, Édouard Simon (dir.), « Une Europe géopolitique ? » (dossier), La Revue internationale et stratégique, n°122, été 2021.

[6] Olaf Scholz, « Die EU muss zu einem geopolitischen Akteur werden », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 17.07.2022.

[7] Cf. Renaud Girard, « L’UE ne sera jamais une puissance géopolitique ! », Le Figaro, 28.06.2021.

[8] Cf. Sylvie Kauffmann, « La géopolitique s’est enrichie d’un nouvel objet et la puissance d’un nouvel instrument : le vaccin », Le Monde, 28.01.2021.

[9] Jean Klein, « Renaissance de la géopolitique », Études internationales, n°2, juin 1995, p. 347-360.

[10] « Geopolitik. Ein altes Konzept wird neu befragt », WeltTrends, n°4, 1994 et n°6, 1995 ; Jan Helmig, « Geopolitik. Annäherung an ein schwieriges Konzept », Aus Politik und Zeitgeschichte, n°20-21, 2007, p. 31-37 ; « Neue Geopolitik », Politikum, n°2, 2019.

[11] Une nouvelle revue de géopolitique, Domino, est fondée en 2022, sous la direction de Dario Fabbri.

[12] Cf. Yves Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976. Géopolitique critique qui se distingue de ses fondateurs allemands (Karl Haushofer, notamment) au début du XXe siècle et de l’usage qui en avait été fait par les nazis qui trouvaient dans la Geopolitik une justification de leurs politiques expansionnistes.

 

 

 



Citer ce billet
ciera2 (2023, 12 avril). La géopolitique. Regards croisés franco-allemands sur la renaissance en Allemagne et en France d’une notion controversée. Les carnets de recherche du CIERA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ms80

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.