Conception de l’identité européenne

Date :
Lieu : Heidelberg
Organisation : Barbara Beßlich et Olivier Agard
Programme : (Re)penser le libéralisme : les idées d’Europe (1900-1950) entre Allemagne, France et Italie

Par Bérénice Palaric (Doctorante en Etudes Germaniques, Sorbonne Université)

Le programme de recherche « Repenser le libéralisme : Les idées d’Europe (1900-1950) entre l’Allemagne, la France et l’Italie », financé par le CIERA, a pour ambition d’examiner les idées d’Europe élaborées dans la période 1900-1950 dans une perspective avant tout philosophique et intellectuelle, dans le but de complexifier la compréhension du libéralisme qui s’élabore dans ces années. L’enjeu est corrélativement de replacer les débats sur l’Europe et la démocratie dans une préoccupation plus large concernant la modernité, sa crise, et les critiques qu’elle soulève et qui la constituent. Organisé par Olivier Agard de l’Université Sorbonne-Lettres de Paris, Cristina Fossaluzza de l’Université Ca’ Foscani de Venise, et par Barbara Beßlich de l’Université Ruprecht-Karl d’Heidelberg, le projet se veut multinational et pluridisciplinaire, et se concrétise notamment par la rencontre de chercheurs européens lors de trois colloques, à Heidelberg (automne 2021), Venise (printemps 2022) et Paris (automne 2022).

La première rencontre s’est tenue à l’Académie des sciences d’Heidelberg du 30 septembre au 1er octobre 2021, et réunissait des chercheurs français, italiens, allemands, tchèque et croate. Les différentes interventions relevaient de l’histoire, de la littérature, de l’histoire des idées et de l’histoire des réseaux intellectuels.

Le colloque a débuté avec l’intervention de Maurizio Pirro de l’Université de Milan, consacrée à la conception de l’Europe chez le philosophe allemand Theodor Lessing (1872-1933). Pirro s’est avant tout concentré sur la tension couramment thématisée au début du 20e siècle entre les visions du monde euro-américaine et asiatique, telle qu’elle se manifeste dans l’ouvrage de Lessing, Europa und Asien. Untergang der Erde am Geist. Publié en 1918 et réédité à quatre reprises dans les douze années qui suivirent, cet écrit serait représentatif de la critique de l’intellectuel allemand à l’égard de la « civilisation » : à partir de l’éclatement de la Première Guerre mondiale, ce dernier aurait en effet diagnostiqué de façon toujours plus insistante la décadence morale d’une Europe déshumanisée et autodestructrice. Alors que l’Amérique lui apparaît comme l’expression exacerbée de l’esprit européen et comme le symbole d’une hyperstimulation et d’une soif sans bornes de réalisation absolue de soi, Lessing dépeint l’Asie comme le lieu idéal où l’homme circonspect et mesuré a encore le droit de vivre sans ambitions civilisatrices aveugles. Mais selon lui, l’expansion de la mentalité européenne décadente va se poursuivre et bientôt conquérir l’Asie.

A la différence de Theodor Lessing, ce n’est pas la dimension (auto-)destructrice qui prédomine dans la conception de l’Europe de l’écrivain Gottfried Benn (1886-1956), mais son indétermination, comme l’a montré ensuite le doctorant Tillmann Heise de l’Université d’Heidelberg. Ce dernier s’est intéressé aux stratégies littéraires des trois essais de Benn : Expressionismus (1933), Rede auf Stefan George (1934), et Dorische Welt (1934), et y a fait ressortir le refus de prise de position qui les caractérise. L’ambivalence propre à l’essai, couplée à un traitement qui valorise la suggestion formelle et néglige le contenu, conduiraient en effet à l’élaboration d’une vision de l’Europe peu cohérente, qui ne propose aucun programme réellement déterminé. L’Europe dorique de Benn n’avancerait aucune vérité positive et ne déploierait son potentiel persuasif quà travers la convocation narrative, elle-même vague, d’une Antiquité ascétique, aristocratique, virile et héroïque.

La présentation de la doctorante Bérénice Palaric de l’Université Sorbonne-Lettres est venue confirmer que la référence à l’Antiquité a joué un rôle fondamental dans les représentations de l’Europe des années 1920. L’intervention portait sur la conception de l’Europe chez le théologien protestant et philosophe allemand Ernst Troeltsch telle qu’il l’élabore dans son projet de « synthèse culturelle du présent » dans son œuvre tardive (1915-1923). Partant de la thèse que l’Eglise ancienne a été la matrice de l’Europe et qu’elle a résulté d’une synthèse indissoluble mais impossible entre le monde idéel antique-hellénique et le monde hébraïque-prophétique-chrétien, Troeltsch aurait considéré que la crise que traverse l’Europe au lendemain de la guerre ne pourrait être résolue que si ces deux mondes, désormais séparés et en lutte, se réarticulaient, et si leur rapport et leurs formes dans la modernité étaient repensés. Il appellerait ainsi à clarifier ce que signifie le christianisme pour la vie moderne, et à partir de là, à réinventer les formes de la synthèse dans un dialogue étroit avec les formes socio-économiques, politiques et techniques de la modernité. Pour illustrer son propos, Palaric est revenue dans la dernière partie de son intervention sur les formes que voulait donner Troeltsch à cette synthèse des trois mondes, antique, chrétien et moderne, dans le projet de renouvellement de la philosophie de l’histoire, dans sa réflexion sur l’ascèse et l’aristocratie éthique, et dans sa réflexion sur la forme et la place du droit naturel chrétien dans la démocratie à construire.

La première journée du colloque s’est achevée sur la présentation de Thomas Keller de l’Université d’Aix-en-Provence, consacrée aux mouvements non-conformistes dans la France des années 30. Bien que les non-conformistes rassemblaient des courants parfois très hétérogènes, autour notamment de l’Ordre Nouveau, Esprit, la Jeune Droite, le planisme et le Collège de sociologie, Keller a cherché à démontrer la légitimité de leur regroupement en identifiant deux grands dénominateurs communs : un facteur générationnel, d’une part, puisque les non-conformistes réunissaient des intellectuelles nés au tournant du siècle et qui avaient connu la guerre sans avoir participé aux combats, et, d’autre part, leur vision commune de l’Europe comme « troisième voie ». Avec une telle représentation, les non-conformistes se sont ainsi démarqués à la fois des générations précédentes et d’autres conceptions de leur époque. Ils se sont notamment opposés à la vision anglosaxonne (considérée par eux comme utilitariste) et au « collectivisme », qui polarisaient les débats, et ont cherché à promouvoir au contraire une synthèse entre le capitalisme et le communisme, laquelle devait pouvoir se réaliser en Europe.

La co-organisatrice du programme de recherche, Cristina Fossaluzza de l’Université de Venise, a ouvert la deuxième journée du colloque avec une intervention sur le Sicilien antifasciste, Guiseppe Borgese. Son attention s’est en premier lieu portée sur les recueils d’articles très peu étudiés que Borgese a rédigé en tant que correspondant à Berlin, Nuova Germania (1909) et Italia e Germania (1915), lesquels mettent très clairement en évidence son ambivalence à l’égard d’un avenir commun à l’Europe. Gendre de Thomas Mann, Borgese mépriserait en effet, d’un côté, le conservatisme de l’Allemagne wilhelmienne, qu’il considère comme le symbole de l’Europe et face auquel il promeut l’ardeur belliqueuse de Mazzini ; mais d’un autre côté, il oppose à la « Babel des péchés » (« Sündenbabel ») berlinoise la vision optimiste d’une République universelle européenne qui trouverait son parachèvement dans l’idée libéral-nationale d’une world foundation. Une telle vision trouverait toutefois là aussi son contre-poids littéraire dans son roman, La vie de Filippo Rubè (1921), qui s’achève sur le diagnostic pessimiste d’une Europe décadente.

Daniel Winkler de l’Université d’Heidelberg a ensuite examiné les convictions multinationales, pacifistes et austro-marxistes du socialiste et exilé triestin Valentino Pittoni. Ce dernier aurait cherché à promouvoir une révolution sociale via l’obtention de la majorité parlementaire et la mobilisation des ouvriers à travers la grève générale, et se serait ainsi engagé pour une orientation résolument internationaliste de la socialdémocratie italienne. Il aurait également défendu cette dernière dans son engagement politique dans la « Sezione italiana adriatica del Partito operaio socialista in Austria », et plus tard au Parlement autrichien. A chaque fois, Pittoni revendiquait la transformation de la monarchie des Habsbourg en une fédération démocratique de nationalités autonomes qui devait garantir l’indépendance culturelle du littoral transfrontalier italo-austro-slovène, dont la structure multiethnique le fascinait. Une telle vision a inspiré après la Première Guerre mondiale le modèle d’un Etat libre triestin, rattaché à la Société des Nations. Mais la prise de pouvoir par les fascistes a empêché la réalisation de ce projet.

Le rôle de la Méditerranée, trop négligé par les discours sur l’Europe, qui émanent principalement de l’Europe du Nord, en raison notamment de sa diversité culturelle, linguistique et religieuse, est au cœur de l’intervention de Tomislav Zelic de l’Université de Zadar en Croatie. Ce dernier a exploré le concept de « méditérranéisme », lequel conçoit la Méditerranée comme le berceau intellectuel de l’Europe, et mis en évidence à partir des écrits de l’Autrichien Hermann Bahr, Dalmatinische Reise (1909) et Austriaca (1911) comment la Méditerranée a pu apparaître comme point de départ esthétique d’une rédemption de la modernité décadente. Bahr y aurait comparé l’Autriche à l’ « Asie malade » et considéré la Dalmatie comme une figure tutélaire du libéralisme salvateur. Zelic a corrélativement proposé une interprétation de La Mort à Venise (1912) de Thomas Mann, qui voit dans la ville portuaire, malgré les passages apocalyptiques, une nouvelle création prometteuse de l’identité européenne.

A sa suite, Bernard Walcher de l’Université d’Heidelberg a consacré sa présentation à l’œuvre post-expressionniste de l’écrivain et poète allemand Kasimir Edschmid. Il met en évidence l’ambivalence de sa vision de l’Europe, laquelle mêle des représentations national-conservatrices et libéral-démocratiques et fait valoir les concepts de race et de nationalité tout en aspirant à une réconciliation franco-allemande. Walcher s’intéresse tout particulièrement aux deux essais Die Schicksalslinie Europas (1926) et Europa durch die Jahrhunderte (1957) dans lesquels Edschmid aurait dépeint une Europe menacée par l’extérieur. Alors qu’en 1926, Marseille vient symboliser la menace provenant de la race africaine, trente ans plus tard, ce sont les grandes puissances des Etats-Unis et de la Chine qui sont présentées comme responsables de la perte d’influence de l’Europe. Par-là, Walcher met en lumière la continuité qui traverse la représentation d’Edschmid quant à l’avenir de l’Europe.

Le colloque s’achève sur l’intervention d’Aleš Urválek de l’Université de Brno en République tchèque, consacrée aux conceptions antagonistes de l’Europe de l’Austro-hongrois-japonais Richard Nikolaus Coudenhove-Kalergi et de l’Autrichien Karl Anton Rohan. Il revient tout particulièrement sur les mémoires que les deux écrivains ont rédigé après la Deuxième Guerre mondiale et qui ont jusqu’à aujourd’hui reçu peu d’attention de la part des chercheurs. Rohan a longtemps été convaincu que sa vision paneuropéenne et l’idéologie national-socialiste pouvaient être harmonisées, et, selon Urválek, cette conviction transparaîtrait encore dans ses mémoires où il se présenterait comme une victime dont l’idéalisme n’aurait pas été compris. A l’inverse, Coudenhove-Kalergi se mettrait en scène comme un ardent opposant du nazisme et comme le véritable père fondateur de l’Europe. Or, l’opposition des deux mises en scène tardives tendrait à faire occulter que les deux auteurs auraient au départ défendu des représentations non-démocratiques comparables.

Les discussions qui ont suivi chaque intervention ont mis en évidence la réelle fécondité d’une telle perspective de recherche. Par ailleurs, la mise en évidence récurrente de l’ambivalence et des multiples points de départ, géographiques, historiques et idéologiques, en conflit pour définir ce qu’est l’Europe, son identité, et ce que doit être sa configuration future, ont confirmé la richesse d’une analyse interdisciplinaire et multinationale. Celle-ci sera poursuivie lors deux prochains colloques, à Venise et à Paris, et donnera lieu à la publication d’un important recueil d’articles.



 



Citer ce billet
ciera2 (2022, 18 juillet). Conception de l’identité européenne. Les carnets de recherche du CIERA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ms7w

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.