Quellen und Methoden der digitalen Lexikographie / Sources et méthodes de la lexicographie numérique

Date : 4-7 octobre 2021
Lieu : Villa Vigoni
Organisation :  Falk Bretschneider
Programme : Les mots du droit. Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe

Le troisième atelier du projet « Les Mots du droit. Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe » ou MetaLEX rassembla des membres historiques du projet et de jeunes chercheurs européens associés au TCDH ou à l’EHESS autour du thème « Sources et méthodes de la lexicographie numérique/Quellen und Methoden der digitalen Lexikographie ». Dans la première session, Falk Bretschneider, Rainer Maria Kiesow et Claudine Moulin dressèrent d’abord un état des lieux de l’avancée du projet né dix ans plus tôt. Il s’agissait de développer un système d’informations métalexicographiques sur les langues juridiques historiques en Europe de 1700 à 1800, basé sur l’essai de Cesare Beccaria publié en 1764. Plus précisément, le projet poursuivait quatre sous-objectifs : donner un accès direct au côté « signifiant » du vocabulaire pour développer ensuite des champs conceptuels, retracer l’histoire non-linéaire des éditions et des traductions dans les langues européennes de l’ouvrage de Beccaria, créer une liste de lemmes pour l’enregistrement du vocabulaire pertinent dans les différentes langues et interroger le rapport entre close reading et distant reading. Les termes noyaux des cinq premiers chapitres furent ainsi tout d’abord recensés « à la main » pour anticiper les problèmes avant le développement de l’outil numérique.

Le premier volet consacré à la lexicographie historique débuta avec une communication de Claudine Moulin (Universität Trier) qui se livra à un examen comparatif de différents dictionnaires multilingues, de leurs critères d’organisation (alphabétique ou thématique) du haut Moyen âge au début du XIXe siècle. Rainer Maria Kiesow (EHESS) s’intéressa aux encyclopédies juridiques (Dalloz, Sirey) qui ne peuvent recourir à la forme alphabétique car la temporalité juridique (l’actualité irréductible du droit) ne coïncide pas avec le temps de la compilation alphabétique ou encyclopédique mais plutôt ave celle du journal ou du périodique. Ce faisant, il souligna le formalisme de Beccaria, un formalisme révolutionnaire à l’époque où la corruption des juges était un problème majeur.

Le deuxième volet « Textes historiques et plateformes numériques du savoir » donna la parole à trois jeunes chercheuses impliquées dans des projets divers des humanités numériques. Claudia Bamberg (TCDH) exposa son expérience de la mise en réseau de dictionnaires (Trierer Wörterbuchnetz) où la recherche de termes permet d’explorer différents dictionnaires. Élodie Ripoll (Universität Trier) retraça l’histoire de la Satorbase – l’outil de travail de la Société d’Anlyse des Topiques Romanesques, un thésaurus de topoï littéraires de la littérature française du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, alimenté par un réseau international de chercheurs – ainsi que les difficultés technologiques et institutionnelles de cette base de données. Joëlle Weis (Wolfenbüttel) aborda le réseau, un outil d’abstraction et de visualisation idéal pour faire apparaître des noyaux au sein du texte de Beccaria.

Le troisième volet intitulé « Sémantique quantitative et radical translation » fut l’occasion de revenir sur des notions théoriques. Christof Schöch (Universität Trier / TCDH) s’interrogea sur le potentiel et les limites de la sémantique quantitative, notamment autour des représentations sémantiques des mots (Word embedding models). L’approche sémantique de l’approche vectorielle, la sémantique structuraliste, la sémantique des prototypes et la sémantique distributive furent ainsi comparées. Sofia Greco (EHESS) revint sur la notion de présomption d’innocence et ses mots dans l’œuvre de Beccaria comme dans ses différentes traductions françaises qu’elle contextualisa dans une réflexion plus large sur l’école classique et l’école positiviste. Régis Schlagdenhauffen (EHESS) aborda le champ sémantique de l’outrage public à la pudeur dans des documents judiciaires des années 1950 et 1960 où il fut massivement verbalisé et condamné – son enquête sur ces mots mit à jour une répression de l’homosexualité masculine et de la prostitution féminine.

Compte-rendu d’Élodie Ripoll


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.