Les mots du droit – Histoire des concepts et big data

Date : 7-9 octobre 2019
Lieu : Villa Vigoni
Organisation :  Falk Bretschneider
Programme : Les mots du droit. Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe

Le second atelier international « Les mots du droit » s’est déroulé à la Villa Vigoni du 7 au 10 octobre 2019. Il a rassemblé des chercheurs et étudiants de l’EHESS et de l’Université de Trèves.

Cette édition était intitulée : « Histoire des concepts et Big
data ». Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet Beccaria. Il a pour objectif notamment de modéliser les manières de penser et systématiser la traduction des « mots du droit » en partant du chef d’oeuvre de Cesare Beccaria « Des Délits et des peines » (1764).

La première session de l’atelier a été consacrée à la présentation des résultats du bloc-séminaire qui s’était déroulé à l’EHESS durant le semestre d’été 2018/19. Durant cette première session, présidée par Rainer-Maria Kiesow de l’EHESS, Floriane Chiffoleau, étudiante de l’école des Chartes qui a effectué un stage au sein de la plate-forme SIG de l’EHESS et du Centre Georg Simmel, a présenté les premiers résultats de son travail dans le cadre du projet Beccaria.

Elle a recensé toutes les éditions de ce traité en italien, français, allemand et anglais. Après la réalisation de cette généalogie, elle a travaillé sur les éditions les plus pertinentes et choisi dans ce cadre trois chapitres. Chaque chapitre a été aligné afin de révéler au moyen des outils des humanités numériques (TXM, lexicographie, etc.) quelles ont été les stratégies de traduction en partant de l’original italien. Elle y révèle ainsi par exemple que le mot « nation » que l’on retrouve dans plusieurs langues a été traduit en français par « Etat », idem pour « délit » qui a été traduit le plus souvent par « crime » en français, alors qu’il reste un délit dans d’autres langues. Cependant, le français n’est pas la seule langue concernée par ces « translations ». Ainsi, l’infanticide que l’on retrouve en italien et français notamment a été traduit par « meurtre d’enfant bâtard » en anglais. Comme on le voit, la traduction, et ce n’est pas nouveau, pose question en ce qu’elle est aussi interprétation. Et c’est ce qui rend particulièrement intéressant ce projet cherchant à saisir comment les mots du droit, autrement dit le vocabulaire des sciences juridiques, circule d’une langue à l’autre. Les résultats des travaux menés durant le stage de Floriane Chiffoleau sont impressionnants et consolident les bases du projet.

La seconde partie de la première session a été consacrée à la présentation de travaux d’étudiantes et étudiants ayant participé au bloc-séminaire. Yuan Chia-Hsin (EHESS) a présenté un exposé sur la première traduction de Beccaria, réalisée par l’Abbé Morellet, un an après la première parution. On y remarque que ce dernier a ajouté « Traité » au titre de l’ouvrage qu’il a complètement remanié par rapport à l’édition originale : suppression et interversion de chapitres, modification des titres et sous-titres, etc. Cela pourrait sembler de prime abord étrange, cependant, comme l’a souligné Claudine Moulin (Uni. Trier) lors de la discussion, il était d’usage au temps des Lumières de commenter et transformer l’original lors d’une traduction. Cela s’explique par le peu d’intérêt porté à cette époque à la notion d’auteur (entendu comme propriétaire intellectuel) mais aussi par une sorte de souci d’adapter à un public étranger un texte qui méritait d’être traduit. Anne Klee et Ariadne Baresch (Trèves) ont ensuite proposé une réflexion sur l’évolution de la langue, rappelant qu’à l’époque les langues qui sont les nôtres n’étaient pas standardisées. Ceci permet de comprendre pourquoi une traduction automatisée peut-être difficile vu que certains mots ont changé de sens ou ne s’écrivent plus comme avant. Puis elles ont délivré une introduction à l’outil TXM afin d’en montrer les potentialités pour la suite du projet. Enfin, Télémaque Masson (EHESS), a terminé le 1er panel en offrant un exposé sur différents concepts juridiques tels que la notion de « Faisceaux de Droits » du juriste États-unien Wesley Hohfeld. Ce dernier a notamment travaillé sur le droit de la propriété mais surtout s’est questionné sur la justesse d’un jugement. Il a tenté de répondre à cette question en élaborant une typologie, dite de Hohfeld. La deuxième session de l’atelier est dédiée aux « termes noyaux ». Elle est animée par Annette Gerstenberg (Potsdam) qui présente la terminologie émergente dans l’œuvre de Beccaria sur laquelle nous travaillons. Cependant, l’idée de terminologie et donc de taxonomie n’apparaît qu’au 18e siècle, donc postérieurement à Beccaria. Une approche par fréquence (après tokenization et lemmatisation) montre que certains termes sont récurrents dans le texte, dont ceux bien entendu de « délit » et « peine ».

La discussion qui a suivi s’est concentrée sur le choix des termes les plus importants (« termes noyaux »), sans pour autant chercher à reconstruire une généalogie de la terminologie. De nombreuses questions se posent sur ce sujet. Pour Claudine Moulin (Trèves), la liste des termes noyaux est provisoire en ce qu’elle se devra d’être combinée dans un second temps avec une approche numérique. Cela pourrait être mis en lien avec l’établissement de champs conceptuels (comme cela a pu déjà être fait dans le cadre d’un autre projet : LexArt).

La troisième session, intitulée « Annotations » et animée par Claudine Moulin (Trèves) a porté sur les travaux d’alignement menés depuis le bloc-séminaire. Dans une illustration issue du chapitre « Des délits difficiles à démontrer » (ch. 36), l’usage de TreeTagger a permis de montrer que les textes annotés dans les différentes langues. Cependant le processus de légalisation peut poser question, notamment car l’alignement sur les mots clefs ne donne pas forcément les phrases correspondantes. Par conséquent, il a été proposé d’élaborer des « métalemmes » qui seraient valables pour toutes les langues au moyen d’une codification idoine se référant à des univers de sens (métaconcepts). Ces derniers permettent d’établir des concordanciers multilingues. La fin de la troisième session est dédiée à des essais utilisateurs avec TXM.

La session se conclut par un exercice pratique sur TXM coordonné par Christof Schöch (Trèves). La quatrième session, consacrée aux « Champs conceptuels » s’ouvre avec une présentation de Benjamin Raue (Trèves) qui s’intéresse aux termes du droit employés chez Beccaria. Il montre quelles sont les instances juridiques dans les quatre langues du corpus, tout comme des concepts qui sont tantôt juridiques tantôt métaphoriques. Au terme du classement qu’il a établi, il ressort que l’emploi des termes juridiques peut varier dans le corpus. Cependant, lors de la discussion il a été établi que de tels classements impliquent des décisions cruciales pour la suite du projet. Pour l’heure se pose aussi la question de la reproductibilité d’une telle taxonomie tout comme celle de savoir en quoi cela pourrait intéresser les usagers potentiels de cette dernière ? D’un point de vue pragmatique, Rainer Maria Kiesow (EHESS) considère qu’il convient de partir du terrain pour monter en conceptualisation tout en ayant par ailleurs conscience de la nécessité de trancher au cas par cas. Par exemple procès, preuve, rejoindraient le concept de « droit ». D’un autre côté, selon Ariadne Baresch (Trèves), il convient de ne pas entrer trop dans le détail autrement le travail serait infini, d’où l’intérêt de savoir combien de grands tiroirs seraient nécessaires (soit 2 tiroirs : délits et peine), soit 8 tiroirs, soit un nombre limité de tiroirs comprenant des sous-tiroirs si nécessaire. Cependant, il ne faut jamais perdre l’objectif fixé : les mots du droit. Annette Gerstenberg (Potsdam) propose quant à elle 9 catégories : délit – peine – valeurs – sujets – motifs -institutions – heuristique – actes – société. Ce choix pose une fois de plus question quant à l’objectif annoncé : “les mots du droit”. D’où l’idée avancée par Claudine Moulin (Trèves) de fonctionner en mode bottom up ! Idée d’élargir le corpus avec le russe ou d’autres langues européennes. Donc, au final il ne faut pas oublier que nous sommes orientés vers la recherche et la comparaison d’où les champs suivants : délit – peine – valeurs – sujet – motif – institution – vérité – procédure – collectivité.

En conclusion, le second Workshop est un succès en ce qu’il a permis de progresser collectivement au niveau de la pensée du projet. Le bloc-séminaire prévu en mars 2020 permettra de progresser sur la suite des travaux.

Compte rendu réalisé à Menaggio le 9 octobre 2019.
Rédigé par Régis Schlagdenhauffen


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.