Beccaria – histoire de la réception et des concepts

Date : 4 octobre 2018
Lieu : Villa Vigoni
Organisation :  Falk Bretschneider
Programme : Les mots du droit. Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe

Beccaria Rezeptions und Begriffsgeschichte

Participant.e.s : Falk Bretschneider, Claudine Moulin, Rainer Maria Kiesow, Philippe Audeagean, Djohar Sidhoum-Rahal, Christof Schöch, Carmen Brando, Vera Hildenbrandt, Thomas Burch, Christophe Duhamelle, Milan Herold, Franziska Humphreys, Xavier Rousseaux, Pascal Coillet-Matillon, Régis Schlagdenhauffen, Florence Bellivier

Le présent workshop inaugure le PFR « Les mots du droit. Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe ». Dans son déroulement, il se divise en trois parties. La première partie, présidée par Claudine Moulin, porte sur la thématique « Contexte et histoire de la réception ». Dans son ouverture, Falk Bretschneider rappelle que cet atelier ne se situe ni dans l’histoire de la philosophie ni dans l’histoire ou la théorie du droit pénale. L’exemple de Beccaria n’a aucune valeur en soi mais est choisi en raison de son rayonnement immédiat favorisé notamment par ses traductions françaises. À l’exemple de Beccaria, cet atelier vise à élaborer une documentation synthétique et croisée du vocabulaire juridique historique en proposant un système d’informations métalexicographiques. Néanmoins, l’enjeu de la première partie de ce colloque est de situer Beccaria dans son temps afin de comprendre le véritable contenu de ses revendications. La pensée de Beccaria doit être située dans le contexte historique des pratiques de torture réelles pour pouvoir estimer l’impact et la portée de ses revendications qui, dans une perspective moderne, ne sont finalement pas si « humaines » qu’elles puissent paraitre à la seule lecture du texte (p.ex. statut des travaux forcés).

Ensuite, Philippe Audegean retrace dans son intervention les différentes étapes de la réception française qui se fait en trois temps. La pensée de Beccaria rayonne notamment grâce à sa première traduction qui était celle vers le français par l’abbé André Morellet et qui s’inscrit dans le courant des Lumières. Publié avant même la publication du texte définitif italien, elle a une grande influence sur la réception de Beccaria au niveau international bien qu’elle opère des réorganisations massives du texte. La deuxième étape de la réception française de Beccaria commence avec la publication du premier volume de La Formation du radicalisme philosophique d’Élie Halévy, dans lequel l’auteur consacre quelques pages décisives à Beccaria. Cette lecture a été déterminante parce qu’elle a engendré une longue tradition d’interprètes qui se sont attachés à dénoncer les prétendues contradictions de Beccaria et les incohérences de sa doctrine. La troisième étape de la réception française de Beccaria se fait avec la parution de Surveiller et punir. Foucault n’utilise pas la tradition de Morellet, mais l’édition de Faustin Hélie : il lit et cite donc la traduction de Collin de Plancy. La lecture de Beccaria par Foucault est originale parce qu’il ne s’interroge ni sur son actualité, ni sur sa cohérence. Foucault enquête au contraire sur les principaux réformateurs qui, au crépuscule de l’Ancien Régime, se sont élevés contre la nuit des supplices. Dans son intervention portant sur la réception de Beccaria en Allemagne, Rainer Maria Kiesow insiste sur le fait que la nouveauté de Beccaria ne consiste pas dans l’abolition de la torture mais dans l’introduction d’une « légalité dure ». Ce n’est pas en raison d’une pensée humaniste que la torture a été abandonnée mais parce que les procédures pénales se sont autonomisées. La vérité ne se situe plus en dehors du droit mais est à rechercher exclusivement dans le cadre de ses pratiques. Kiesow esquisse un tableau en trois volets : (1) la réception de Beccaria commence notamment à partir de 1850, l’année 1871 marquant introduction du droit pénal en Allemagne ; (2) l’actualité de la question de la torture revienne en raison des attentats autour de 2001 avec le débat autour de la « Rettungsfolter » ; (3) l’apparition de Beccaria dans le contexte des théories des buts de la peine : pourquoi condamner ? En somme, et notamment en opposition à Badinter, le portrait dressé de Beccaria par R. Kiesow est plutôt sombre soumettant l’être humaine au droit des bien (« Sachenrecht ») et en conséquence sous le signe de l’inhumanité. Djohar Sidhoum-Rahal reprend la question pour l’appliquer à la réception de Beccaria dans le monde anglais en passant notamment par les « radicaux » et par Bentham.

La deuxième partie, présidée par Falk Bretschneider, porte sur l’« Histoire numérique des concepts et lexicographie numérique : chances et défis ».

Claudine Moulin introduit cette thématique en mettant l’histoire de la lexicographie numérique dans une perspective linguistique. Après un retour sur l’histoire et la particularité du centre des humanités numérique de Trier, elle met en valeur le défi de ce projet portant sur Beccaria. Elle rappelle que MetaLEX doit être compris comme un système lexical d’informations historiques et conceptuelles des langues européennes du droit. Contrairement à un dictionnaire « traditionnel », il ne propose pas d’entrées uniques mais retrace l’évolution, au-delà d’une seule langue, de notions historiques, grâce aux processus d’analyse, aux méthodes de recherche et de représentation des Digital Humanities ainsi que de l’informatique. La focale n’est pas resserrée sur un mot isolé ( reo par exemple) , mais sur un item lexical (ou lemme) multilingue (Täter , Angeklagter , accused, prévenu, coupable, etc.) afin que l’utilisateur puisse regrouper les informations issues des différentes sources et, entre autres, les situer dans leurs contextes temporels et spatiaux. L’objectif est de pouvoir renouveler la recherche sur les interconnexions et interdépendances de notions appartenant au vocabulaire juridique européen. MetaLEX peut ainsi être vu comme une tentative de mettre en perspective le multilinguisme juridique actuel en Europe avec une réalité linguistique historique. Le projet pilote expérimente et met à l’épreuve les dispositifs nécessaires à cette mise en perspective et devrait servir à son opérationnalisation à long terme ; il pourrait donc constituer un modèle pour son application générique à d’autre corpus de sources. Ensuite, Christof Schöch présente dans son intervention théorie et pratique de la collation des textes à partir d’un passage choisi de Beccaria. En expliquant d’abord ce qui signifie comparer des textes pour un logiciel informatique, il revient dans la suite sur la notion de la collation automatique des textes selon le « Gothenburg Modell ». Il en retient les 5 principes (tokenization, normalization/regularization, alignment, analysis, visualization) qu’il décrit ensuite en détail. Sont mentionnés quelques outils informatiques comme CollateX, Juxta / Juxta commons et Versioning Machine. A partir d’un paragraphe de Beccaria, C. Schoech montre concrètement les possibilités et les limites de la comparaison de texte par collusion automatique notamment pour la critique génétique. Pour l’avenir du projet, il souligne que la collation devient plus intéressante avec plus de deux textes. Il serait également intéressant de proposer un alignement à travers plusieurs langues et de générer des « Übersetzungsgleichungen » (collation multilingue). En précisant ces différents aspects pratique d’une approche à l’œuvre beccarienne qui passerait par les outils des humanités numériques, Carmen Brando propose une première définition de corpus et d’annotation et présente ses premières tentatives de numériser et de cataloguer les textes en question. Dans sa présentation « Digitale Lexikographie. Gedanken auf dem Weg zu Metalex », Vera Hildenbrandt questionne les possibilités d’une lexikographie analogue et numérique adaptée pour le projet Beccaria. En expliquant les bases, stratégies et différentes étapes de la lexicographie, elle s’interroge sur le type de « dictionnaire » qu’il convient d’élaborer et de la présentation de ses articles. En comparant le DWDS, BabelNet et LexArt, elle revient sur le problème initial qui est celui de la définition du corpus, la présentation des résultats et de l’intérêt général du projet. Pour clore cette journée intense, Thomas Burch présente et explique la Lex-Art-Datenbank « Words for Art 1600-1750 » (https://lexart.fr).

Cette base de données offre des possibilités de référencement et de mise-en-réseau conceptuelle intéressante et pourrait inspirer la forme que prendra le projet Beccaria.

Dans la troisième partie, « Lectures de Beccaria », présidée par Rainer Maria Kiesow, c’est Christophe Duhamelle qui prend la parole en premier. Il affirme qu’il y a de multiples manières d’appréhender ce texte qui sont toutes complémentaires. La tentative de le contextualiser dans une histoire intellectuelle des Lumières est la plus répandue et certainement légitime. On pourrait même considérer ce texte comme l’intertextualité des Lumières per se. En revanche, le Saint-Empire n’est pas seulement une région européenne des Lumières mais a aussi une spécificité institutionnelle et juridique forte. Inscrire cette traduction dans ce contexte, c’est donc aussi jauger les conditions de la réception, ainsi que les relations possibles entre les mots de cette traduction et les mots du droit dans l’Empire. C. Duhamelle se demande alors quel effet a pu avoir cette traduction sur un juriste « mainstream » du 17e siècle en passant notamment par une analyse de la présentation formelle du texte, son vocabulaire, le constat d’une absence de « cas », et, plus généralement, par un questionnement de la « modernité » de Beccaria. C. Duhamelle conclut en suggérant que la réception de Beccaria en Allemagne, en tout cas en 1766, a pu davantage avoir lieu dans la publicistique et la caméralistique que parmi les juristes. Dans sa lecture, Milan Herold souligne les traits postmodernes de Beccaria témoignant de son penchant anti-scolastique : jeux de mots, style d’écriture fragmentaire, caractère anamorphe de la structure de son recueil, faux-titres qui ne tiennent pas leur promesse, etc. – tout cela se résume par le fait (rhétorique) que Beccaria parle de soi-même en tant que ,saggio’ mais pas de ,filosofo’ Franziska Humphreys revient également sur quelques éléments « rhétoriques » du texte de Beccaria en soulignant à l’exemple de deux phrases tirées des paragraphes 4 et 5 la dialectique sémantique entre « obscurité », « secret » et « arbitrarité » à l’œuvre dans le texte de Beccaria. L’idéal de la plus grande transparence possible quant à l’interprétation du droit entre un conflit avec une zone d’ombre nécessaire dans l’application du droit. Aussi, elle propose de reprendre les discussions initiées par l’équipe de Trier pour mener une réflexion épistémologique sur le processus de la production des connaissances, c’est-à-dire sur les conditions déterminant la formation des objets de savoirs et les moyens déployés à cet effet dans l’expérimentation philologiques dans laquelle le groupe réunisouhaite s’engager.

La deuxième partie des lectures de Beccaria est introduit par Pascal Coillet-Matillon. Dans sa présentation des lectures de Beccaria dans les Pays-Bas (1764-1795), Xavier Rousseaux retrace l’influence du texte de Beccaria dans les Pays-Bas habsbourgeois, dans les Provinces unies et la principauté épiscopale de Liège. Il ne limite sa lecture pas seulement aux reprises directes par certains auteurs comme Jan Samuel Amalry, Henricus Calcoen ou Jean-Jacques Philippe Vilain mais démontre
l’existence d’un réseau d’influences indirectes ayant résulté dans des aménagements de lois et des réformes de justice. Il détecte également une référence cachée dans une peinture de Léonard Defrance intitulée Visite à l’imprimerie. Enfin, Régis Schlagdenhauffen présente Cesare Beccaria comme inspirateur des juristes favorables à la dépénalisation de la sodomie et de l’homosexualité. Selon Schlagdenhauffen, Beccaria replace le problème de ces comportements sexuels dans un problème
d’éducation. De ce fait, l’application du crime de sodomie apparaît peu efficace pour lutter contre ces comportements. Par conséquent, et cela sera important durant les siècles qui suivront, la vision de Beccaria est particulièrement novatrice en ce qu’elle contredit l’idée de l’innéité (qui aura cours aux XIX-XXe siècle). Il privilégie celle de la socialisation. D’autre part, la section en laquelle Beccaria discute de ce sujet, est celle relative à deux autres délits qu’il considère comme difficiles à prouver, dont l’adultère et l’infanticide. Aussi, Schlagdenhauffen met en perspective cet approche béccarien avec d’autres penseurs du droit comme Jeremy Bentham ou Eugène Wilhelm alias Numa Praetorius.

Compte-rendu établi par Franziska Humphreys


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.