Peter Rühmkorf (1929-2008) ou les dilemmes d’une «poésie savante»

Défis politiques et esthétiques d’un genre en crise

Date : 17 décembre 2021
Lieu : en ligne
Organisation :  Frédérique Colombat
Programme : L’écrivain-savant : défis et enjeux d’une posture dans la culture allemande du XXème siècle

La 4e manifestation du PFR CIERA portant sur les enjeux spécifiques de la posture du « poète savant » au XXe siècle était consacrée à l’œuvre du poète allemand Peter Rühmkorf. L’objectif était de s’interroger sur la tension entre les fondements élitistes et les aspirations populaires de la poésie de Rühmkorf, et de se demander s’il faut y voir un révélateur de la crise du genre poétique dans la seconde moitié du XXe siècle et au début du XXe siècle.

La journée d’étude, qui a eu lieu en ligne, a donc été consacrée aux manifestations du dilemme existentiel, poétique et poétologique d’un « poète savant » rêvant d’être « populaire ».

Après la présentation du PFR par Sylvie Grimm-Hamen, responsable du projet, et l’exposition des données de la problématique liées à Peter Rühmkorf par Frédérique Colombat, organisatrice de la journée d’étude, la parole a été donnée aux acteurs de la recherche actuelle sur Peter Rühmkorf en Allemagne. Susanne Fischer, responsable de la Fondation Arno Schmidt de Bargfeld, a exposé le rôle de cette institution dans la diffusion de l’œuvre de Rühmkorf. David Röhe, de l’Université de Kiel, a présenté le vaste projet d’édition critique des œuvres complètes de Rühmkorf (« Oevelgönner Ausgabe », à paraître au Wallstein Verlag de Göttingen) , dont sont responsables les Professeurs Stephan Opitz et Hans-Edwin Friedrich, de l’Université de Kiel. Enfin, Michaela Nowotnick, de la Fondation Arno Schmidt, a présenté l’exposition sur Rühmkorf qui s’est tenue aux archives littéraires de Marbach en 2021.

Stephan Opitz, qui devait faire la première communication sur le lien entre le volume poétologique de Rühmkorf, agar agar zaurzaurim. Zur Naturgeschichte des Reims und der menschlichen Anklangsnerven (1981), et le Marionettentheater de Heinrich von Kleist, n’a, pour de graves raisons familiales, pas pu être présent.

Sina Röpke, doctorante et collaboratrice scientifique dans le projet d’édition critique des œuvres complètes de Rühmkorf, a commenté la tension productive entre l’héritage romantique et son traitement subversif dans le poème Auf eine Weise des Joseph Freiherrn von Eichendorff.

Michaela Nowotnick, de la Fondation Arno Schmidt, a étudié les poèmes insérés dans la pièce Die im Dunkeln sieht man nicht (1952), et montré l’influence de l’héritage littéraire du début du XXe siècle dans une pièce axée sur une critique virulente de l’Allemagne d’après-guerre.

Barbara Potthast, de l’université de Stuttgart, a consacré sa réflexion au recueil Kleine Fleckenkunde (1982) dont elle a analysé le rapport aux « Klecksographies » de Justinus Kerner, dégageant le rôle fructueux de la tradition dans la pratique poétique et les conceptions poétologiques de Rühmkorf.

Susanne Fischer s’est concentrée sur les poèmes du recueil Walther von der Vogelweide, Klopstosck und Ich (1975), qui marquent le retour de Rühmkorf à la poésie après une décennie de silence. La dynamique d’ouverture de ces textes témoigne d’une volonté de démocratisation qui bat en brèche l’élitisme de la référence à Walther von der Vogelweide et à Kloptosck dans ce recueil, et caractérise de manière plus générale l’évolution  de la poésie et de la réflexion poétologique de Rühmkorf à partir des années 70.

Frédérique Colombat, de l’Université de Lorraine-Metz, a proposé en guise de bilan une réflexion sur l’ensemble de l’œuvre de Rühmkorf, poète tiraillé entre un attachement à la tradition ressenti comme élitiste et le désir d’une communication poétique immédiate. Le rapport paradoxal, à la fois subversif et fructueux, que Rühmkorf entretient avec la tradition, le lien de ses textes avec la réalité et le subjectivisme particulier de sa poésie, ainsi que la mise en valeur des fondements archaïques et irrationnels du lyrisme dans ses conceptions poétologiques, permettent finalement de voir en Rühmkorf un poète plus humain que véritablement « doctus », son savoir étant réinvesti dans une conception et une pratique démocratiques de la poésie.

Chaque communication s’est prolongée par des questions précises et a donné lieu à des échanges qui ont permis de cerner progressivement, au fil des exposés, la spécificité de Rühmkorf comme  poeta doctus. Il est finalement apparu que la trivialisation des référents et du discours, ainsi que la démocratisation de la communication poétique dont son œuvre témoigne de façon croissante, sont pour lui une façon de résoudre le dilemme entre les prérogatives artistiques et la nécessité du lien au monde et aux autres, et de se construire une identité de poète susceptible de réhabiliter un genre considéré comme élitiste.

La journée d’étude a ainsi permis une réflexion collective sur un poeta doctus à la fois représentatif des débats sur la poésie dans la seconde moitié du XXe siècle, et singulier dans l’adaptation du savoir à la nécessaire démocratisation du genre poétique.

 Frédérique Colombat


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.