Les rapports de pouvoir en littérature. Manifestations et mises en scène des formes de stigmatisation, de domination et de résistance dans l’espace littéraire

Colloque junior du CIERA
Date :  6-7 mai et 26 mai 2021
Lieu : en ligne
Organisation : Sarah Carlotta Hechler (Freie Universität Berlin / Centre Marc Bloch), Claire Mélot (ERRAPHIS / TRANSMIS Université Toulouse Jean-Jaurès / Centre Marc Bloch) et Claire Tomasella (EHESS / IRIS /
Centre Marc Bloch)

Avec le soutien du Centre Marc Bloch de Berlin et de la ZEIT-Stiftung Ebelin und Gerd Bucerius

Cette journée d’étude a eu pour principal objectif d’interroger la manière dont le pouvoir se manifeste dans l’espace littéraire et dont il modèle les rapports sociaux entre les agents engagés dans cet espace spécialisé, notamment les écrivain·e·s. Nous avons abordé cette question par de multiples entrées, en envisageant différents « terrains », c’est-à-dire à la fois les pratiques d’écriture et l’accès à cette activité, les processus de consécration des écrivain·e·s et de leurs textes, discours et représentations, dans leur contenu et leur forme. Il s’est également agi de combiner différentes échelles d’analyse liées les unes aux autres, en envisageant des trajectoires individuelles ancrées dans le social et inscrites dans le monde littéraire, structuré au niveau national et mondial par des rapports de coopération et de concurrence. Par ailleurs, nous avons interrogé le lien entre la littérature et les sciences sociales, les collaborations et les écritures auxquelles il a donné lieu.

L’ambition de cette journée d’étude a permis d’initier un dialogue franco-allemand sur ces questions et d’observer les similarités et les différences des cadres théoriques mobilisés ou des méthodologies mises en œuvre. Enfin, nous avons tenté d’ouvrir le plus largement possible cet espace d’échanges où ont été présentés et discutés des travaux de teneur à la fois théorique et empirique en ce qui concerne la recherche, mais aussi où des personnes engagées professionnellement en France et en Allemagne dans le monde de la littérature ont partagé, lors de tables rondes, leurs impressions et expériences pratiques.

Cette manifestation a rassemblé au total 12 contributions, aux croisements des sciences sociales et humaines, la plupart des contributrices·teurs entrelaçant différentes disciplines dans leurs sujets et parcours de recherche. Nous avons choisi de mettre en avant une relative diversité d’expériences et d’avancements des travaux, en retenant tant des contributions de mastérant·e·s en pré-thèse, que de de doctorant·e·s en tout début de thèse, en cours ou en fin de thèse, ou encore des postdoctorant·e·s et jeunes chercheurs·euses plus avancé·e·s dans leur parcours.

Axe 1 (6 mai, 13h30-16h)

Dans le premier axe de la journée d’étude, une série de contributions a traité des rapports entre littérature, sociologie et ethnographie, en mettant l’accent sur l’analyse des multiples écritures et régimes de vérité. Le premier sous-axe a notamment interrogé la séparation entre les écritures d’ordre sociologique et littéraire. Dans son intervention, Marc Ortmann a mis l’accent sur la dimension narrative des textes sociologiques. Jan Knobloch a, quant à lui, proposé une lecture de La Vie de Henry Brulard de Stendhal, envisagé comme une « autosociobiographie » avant la lettre. L’intervention de Tanja Wischnewski a examiné les rapports sociaux actuels au prisme de la question du logement dans les textes littéraires d’Anke Stelling.

Dans le deuxième sous-axe, la relation entre théorie et pratique, écriture et expérience a été questionnée. La réflexion sur une écriture qui tient compte des expériences dominées sans leur substituer un discours théorique était au centre des deux interventions de ce sous-axe. Daniel Ellwanger a ainsi analysé conjointement l’étude ethnographique d’Alice Goffman On the Run et les recherches sur les « arts de faire » de Michel De Certeau. Elena Stingl a, quant à elle, lu le Journal d’usine de Simone Weil en tant qu’« écriture ouvrière ».

Discussion avec Sonja Finck et Sabine Erbrich (6 mai, 17h-18h30)

La première journée a été clôturée par une discussion entre Sonja Finck, traductrice d’Annie Ernaux, entre autres, et Sabine Erbrich, lectrice dans la maison d’édition Suhrkamp. Dans l’évocation de leurs expériences professionnelles, les deux intervenantes ont dans un premier temps fait part des rapports sociaux de genre dans les champs de la traduction et de l’édition. À partir de leur implication dans les transferts de récits à caractère autofictionnel et autosociobiographique de la France vers l’Allemagne, la deuxième partie de la discussion a été centrée sur les relations de pouvoir dans la circulation internationale de ces textes, en considérant notamment le positionnement du traducteur ou de la traductrice et les questions de genre littéraire.

La vidéo de la discussion est consultable à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=fqlIbU-iji8&t=612s

Axe 2 (7 mai, 10h-11h30)

Dans le second axe thématique, les contributeurs se sont penchés sur les formes de domination à l’œuvre au sein du champ littéraire et sur les stratégies déployées par les auteur·trices afin d’y résister. En s’intéressant aux rapports de pouvoir dans le contexte caribéen, Mario Laarmann a esquissé une critique socio-historique du concept d’« hybridité » pour une analyse sociologique future des œuvres du mouvement de la Créolité, notamment celles de Patrick Chamoiseau. Julia Dettke a également convoqué cet auteur, aux côtés de Denis Diderot et d’Annie Ernaux, afin de développer une réflexion d’ordre esthétique des relations de pouvoir. Elle a mis en avant des scènes et des stratégies d’« auto-autorisation poétologique » chez ces trois auteur·trices issus de contextes socio-historiques et géographiques divers. Dans sa contribution, Davies Kelsey a voulu montrer d’une part que la tradition autobiographique des travailleur-se-s du sexe, bien que contestée par certaines féministes, existe, mais aussi que la séparation discursive entre « prostituées » et « travailleur-se-s du sexe » opérée par ces féministes radicales contribue à l’inaudibilité des prostituées. Enfin, en mettant l’accent sur les récits de dégoût et de honte d’auteurs·trices « marginalisé·e·s » (Malina d’Ingeborg Bachmann, My Year of Rest and Relaxation d’Ottessa Moshfegh et En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis), Sabine Erbrich a exploré les scénarios de dissolution qui ont résulté de ces affects, ainsi que les formes et genres littéraires auxquels ils ont donné lieu. 

Axe 3 (7 mai, 11h45-13h)

Le troisième axe thématique a poursuivi cette analyse du processus de stigmatisation. À travers l’analyse de la réception d’Auguste Hauschner et de ses textes dans le champ littéraire de son époque, Alexia Rosso a apporté, dans une perspective de sociologie de la littérature alliée à une approche intersectionnelle, des éléments permettant d’éclairer le glissement temporel du succès critique et populaire dont l’écrivaine allemande fit l’objet de son vivant à son invisibilisation dans l’histoire littéraire actuelle. En examinant la biographie et les romans de Romain Gary, Sébastien Viron a mis en lumière les stigmatisations et déformations dont l’écrivain et son œuvre avaient été l’objet et la manière dont celui-ci est parvenu, sur divers terrains, à se jouer des « gueules » qui lui avaient été faites. En prenant pour point de départ de son analyse l’ouvrage Les Subalternes peuvent-elles parler ? de Gayatri Chakravorty Spivak, la contribution d’Élise Huchet a, quant à elle, interrogé la façon dont la littérature peut donner voix à des individus stigmatisés, dans une tentative de redéfinition postcoloniale de la critique littéraire.

Table ronde avec Annie Ernaux et Rose-Marie Lagrave (26 mai, 15h-17h30)

Lors d’une table ronde organisée le 26 mai, l’écrivaine Annie Ernaux et la sociologue Rose-Marie Lagrave nous ont fait part de leurs expériences en tant que transfuges de classe féministes et de la manière dont elles les ont saisies intellectuellement, en empruntant des chemins à la fois distincts et croisés de la littérature et de la sociologie. Cette discussion filmée s’est articulée autour de plusieurs thématiques ayant trait aux déterminants de mobilité sociale, au « devenir féministe », à l’expérience de l’habitus clivé et à sa mise en récit, à la légitimité en tant qu’écrivaine et sociologue, enfin à l’emploi du « je » dans l’écriture et au rapport à l’objectivation. Cette rencontre a ensuite donné lieu à des échanges avec le public à distance.

La vidéo de la discussion est consultable à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=6M-2KAeuFes

 

 

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.