Les ombres de l’unité ? Perspectives d’Est et d’Ouest sur 30 ans de Réunification allemande

Date : 11-13 novembre 2020
Lieu : Europa Universität Viadrina. Frankfurt Oder
Programme : Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest trente ans après la Réunification
Organisation : Carolin Leutloff-Grandits, Béatrice von Hirschhausen, Christophe Quéva


La conférence s’est tenue du 11 au 13 novembre 2020. Elle était organisée par Carolin Leutloff-Grandits (Privatdozentin à l’Université européenne Viadrina), Béatrice von Hirschhausen (directrice de recherche au CNRS, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Marc Bloch), Christophe Quéva (Maitre de conférence à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Elle a été cofinancée par le CIERA, la fondation « Aufarbeitung der SED-Diktatur, et l’Université Viadrina de Francfort sur l’Oder.

Elle devait initialement se tenir sur un mode hybride (présentiel/distanciel). Elle s’est finalement tenue entièrement en ligne en raison de l’aggravation des conditions sanitaires à partir d’octobre 2020 dans la région berlinoise.

 

https://www.hsozkult.de/event/id/event-94121

https://www.bundesstiftung-aufarbeitung.de/de/stiftung/revolution-transformation/projektpraesentation-30-jahre-deutsche-einheit/schatten-einheit

 

Une partie du colloque a été enregistrée et est consultable au lien : https://mportal.europa-uni.de/video/Podiumsdiskussion-quotWohin-strebt-die-dt-dt-Gesellschaftquot/e38d816cae4e583148468fe933c34c4f

 

Il a également fait l’objet d’un reportage radio sur Deutschlandfunk: https://ondemand-mp3.dradio.de/file/dradio/2020/11/19/schatten_der_einheit_dlf_20201119_2025_24fce784.mp3

 

Compte-rendu

Trente ans après la réunification, les différences entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne ont, sur de nombreux indicateurs sociaux et économiques, pratiquement disparu, mais elle s’est traduite par une transformation très profonde des modes de vies dans les nouveaux Länder, souvent au prix d’une dévalorisation de l’expérience de leurs habitants. Le sociologue Steffen Mau (2019) a pu parler d’un “Blueprint West” pour traiter du processus de réplique du modèle ouest-allemand, imposé à l’Est par les institutions et les élites de l’Ouest. Le colloque s’intéresse à l’expérience des acteurs ordinaires des habitants dans les Länder orientaux. Trois décennies et une génération après la Wende, on voit en effet s’exprimer dans l’espace public une nouvelle conscience est-allemande nourrie des expériences personnelles ou familiales de l’histoire de la RDA, mais surtout des expériences collectives de la chute du mur de Berlin et de la réunification, même chez des celles et ceux qui n’ont connu la RDA que dans leur enfance ou qui ne connaissent de la RDA que les récits de leurs parents et leurs grands-parents.

 

Au cours d’une table-ronde, mercredi 11 novembre (16h30 à 18h) intitulée « Wohin strebt die deutsch-deutsche Gesellschaft? Trennlinien, Vergangenheitsentwürfe und Zukunftsvisionen », avec Adriana Lettrari et Daniel Kubiak, nous avons interrogé les relations germano-allemandes actuelles et cette nouvelle conscience de soi revendiquée et façonnée par de jeunes « est-allemand.e.s ». De quoi se nourrit-elle ? Que visent ces jeunes lorsqu’ils se réfèrent à une identité est-allemande ? Cela peut-il contribuer à refonder les relations germano-allemandes et le projet politique national ? La conférence introductive de Wolfgang Engler « 30 Jahre deutsche Einheit und viele Fragen offen », le jeudi 12 novembre (16h15 à18.00h) devait interroger les comportements électoraux et les attitudes politiques, le scepticisme à l’égard des institutions démocratiques, qui s’exprime de manière plus prononcée à l’Est qu’à l’Ouest, la dissymétrie du succès du parti des Verts. Il devait questionner les raisons de ces écarts et revenir sur la question du lien entre consolidation socio-économique et loyauté au système. La conférence a été annulée pour raison de santé.

 

La suite du colloque des 12 et 13 novembre a été l’occasion de présenter les premières recherches conduites dans le cadre du programme formation-recherche du CIERA « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » et de les faire dialoguer avec ceux de chercheur.e.s ayant travaillé sur des objets voisins.

La première session, modérée par Susann Worschech (professeure à l’Université Viadrina) était consacrée à la mémoire, aux imaginaires des acteurs et à leurs manières de se situer dans leurs contextes respectifs. Béatrice von Hirschhausen (CNRS, UMR Géographie-cités, Paris) et Laure de Verdale (CNRS, Centre Marc Bloch) ont présenté les premiers résultats de l’enquête conduite à Gompertshausen (Thuringe) et Alsleben (Bavière) quant à l’actualité de l’ancienne frontière dans les discours et pratiques des habitants des deux villages.

L’intervention de Hanna Haag (Hochschule Zittau/Görlitz) sur les effets de génération à l’Est a été annulée. C’est cette même question du vécu de la frontière par les différentes générations des villages de Kella et Neuerode qu’on traité deux autres membres du projet : Carolin Leutloff-Grandits und Julia Bantouvaki, toute deux à l’Université Viadrina. John Eidson (MPI Halle) a présenté les résultats d’une autre enquête ethnographique qu’il avait conduite dans les années 1990 dans une région rurale et minière au sud de Leipzig.

La seconde session, modérée par Claudia Weber (Professeure d’histoire contemporaine à l’Université Viadrina) portait sur le deuxième axe du projet consacré à des approches visuelles de la frontière, sur sa visibilité ou son invisibilité. Deux membres du projet, Florian Grundmüller (doctorant à l’Université Viadrina) und Johanna Balsam (étudiante Master
dans la même université ) ont présenté une analyse comparée des matériaux photographiques recueilli dans les archives de Kella ou produit sur le terrain de la zone frontalière. Judith Miggelbrink (Professeure à la TU Dresden) a présenté ses recherche sur les régimes de visibilité des frontières en Europe.

 

La troisième et dernière session, modérée par Timm Beichelt (Professeur de sciences politiques à l’Université Viadrina) était consacrée à un troisième axe du projet portant sur une approche comparée des politiques publiques et des dynamiques de développement local en milieu rural à l’Est et à l’Ouest. Peter Ulrich (IRS Erkner), membre du projet a présenté son étude des coopérations et convergences entre acteurs publics engagés dans des actions de développement local de part et d’autre de l’ancienne frontière. L’intervention de Guillaume Lacquement (Université de Perpignan) portant sur les projets leaders et les régions de développement dans les anciens et nouveaux Länder, a malheureusement dû être annulée.

Joséphine Lécuyer (doctorante à l‘Université Paris 1 et membre du projet) a présenté son travail sur les différences qu’elle a observé dans la manière dont les acteurs se saisissent des outils européens du programme Leader. Le colloque s’est conclu par une discussion riche et animée autour des trois axes de travail du programme.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.