Methodologische Aspekte interdisziplinärer Forschung – Enjeux méthodologiques de l’interdisciplinarité

Date : 09/07/2021
Lieu : en ligne
Organisation : Sylvie Grimm-Hamen
Titre du programme :  L’écrivain-savant : défis et enjeux d’une posture dans la culture allemande du XXème siècle

Atelier doctoral franco-allemand en sciences humaines et histoire culturelle de l’Université de Vechta et de l’Université de Lorraine

Deutsch-französisches geistes- und kulturwissenschaftliches Nachwuchskolloquium
der Université de Lorraine und der Universität Vechta

 Contexte

Cet atelier doctoral franco-allemand portait sur les enjeux méthodologiques de l’interdisciplinarité. Il a eu lieu en ligne le 09 juillet 2021 du fait de la crise sanitaire qui ne permettait pas encore d’envisager des manifestations scientifiques en présentiel. Les exposés des intervenants (3 chercheurs confirmés, 5 doctorants germanistes des universités de Vechta et de Nancy) ont fait l’objet d’une traduction simultanée en français ou en allemand lors de la journée, de manière à permettre l’élargissement de l’auditoire à d’autres doctorants en SHS.

 

Programme

9:00 – 9:15

Begrüßung – Bienvenue: Prof. Dr. Sylvie Grimm-Hamen (Nancy), Prof. Dr. Jochen A. Bär (Vechta)

9:15 – 10:00

Prof. Dr. Laurence Dahan-Gaida (Besançon): Quand les écrivains lisent … et écrivent la science. Quelle méthode pour l’épistémocritique? (Wenn Schriftsteller lesen … und Wissenschaft (be)schreiben. Methoden der Erkenntniskritik?)

10:00 – 10:45

Prof. Dr. Didier Francfort (Nancy): Histoire culturelle et Kulturgeschichte dans une perspective franco-allemande (Reibungsflächen zwischen Geschichte und Kulturgeschichte im dt-frz. Kontext)

10:45 – 11:15

Pause

11:15 – 12:00

Prof. Dr. Jochen A. Bär (Vechta): Wortverbundanalyse. Ein Beitrag zur kulturlinguistischen Methodologie (Analyse des réseaux lexicaux. Réflexions méthodologiques sur la linguistique culturelle)

12:00 – 13:30

Pause

13:30 – 14:00

Daniel Soulié (Nancy): La poétique de Thomas Kling entre installation langagière et écriture performative (Thomas Klings Poetik zwischen Sprachinstallation und performativer Schriftsprache)

14:00 – 14:30

Marcus Scheiber (Vechta): Die wirklichkeitskonstituierende Kraft mul­timodaler Kommunikate. Eine diskurssemiotische Analyse antisemitischer Sprachhandlungsstrategien in der Online-Kommunikation (La puissance performative de la communication multimodale. Une analyse du discours sémiotique des stratégies linguistiques antisémites dans la communication en ligne)

14:30 – 15:00

Edwige Bainier (Nancy): Max Frisch: Ecrivain et architecte (Max Frischs Werk zwischen Literatur und Architektur)

15:00 – 15:30

Pause

15:30 – 16:00

Raisa Barthauer (Vechta): Nachhaltigkeit in der Literatur der Aufklärung – Untersuchungsmethoden (La durabilité dans la littérature des Lumières – Méthodes de recherche)

16:00 – 17:00

Sophie Große (Vechta): Citizen Science Projekte in den Digital Humanities; Live-Demonstration und Workshop ‚Transkribus‘ (Projets de science citoyenne dans les humanités numériques ; Démonstration en direct et atelier ‹ Transkribus ›)

Compte-rendu des communications par Sylvie Grimm-Hamen

Le PFR dans lequel s‘inscrivait cet atelier étant consacré à la figure de l’écrivain-savant dans la culture allemande du XXe siècle, dans un contexte d’explosion des savoirs et de remise en cause du partage des disciplines tel qu’hérité du 19e siècle, il s’agissait d’interroger dans le cadre de cette journée les problèmes méthodologiques que posent aux doctorants des travaux interdisciplinaires se situant à la croisée de la littérature et des sciences.

L’intervention de Mme Dahan-Gaida, spécialiste de littérature comparée, professeure à l’université de Besançon, a permis de mettre en perspective les questions méthodologiques soulevées par des travaux interdisciplinaires en sciences humaines interrogeant le rapport de la littérature aux savoirs : elle a rappelé notamment qu’en dépit de l’essor « significatif » des recherches croisées en sciences et littérature, « il n’exist[ait] pas encore d’outils et de langage commun pour formaliser ce champ. A cette absence de propositions théoriques ou méthodologiques s’ajoute la diversité des approches selon les pays et les aires linguistiques, les uns privilégiant une approche culturaliste, tandis que d’autres préfèrent une approche plus poéticienne ou historique. » Tandis que dans le monde anglophone, on parle de Science and literature studies, on observe que dans le monde germanophone, une variété d’approches et de positions différentes se font concurrence : la Wissenspoetik (Josef Vogl), la wissensgeschichtliche Literaturwissenschaft (Gideon Stiening) ; il y a aussi les études qui se font sous l’égide des « sciences de la culture » (Cultural Studies, Kulturwissenschaften) ou encore celles qui adoptent l’approche systémique de Luhmann (Thomas Klinkert). En France, observe-t-elle, les chercheurs privilégient, quant à eux, une approche textualiste et historique. Dans le monde francophone, c’est le terme d’épistemocritique, proposé par Michel Pierssens à la fin des années 1980, qui s’est imposé. Mme Dahan-Gaida expose ensuite les principes de cette démarche méthodologique consistant en une approche critique de la littérature qui étudie les usages qu’un texte littéraire fait de ce qui relève des savoirs en général, et plus particulièrement des savoirs scientifiques.

Didier Francfort, historien de la culture, professeur à l’université de Lorraine (Nancy), a proposé une étude comparée des notions d’« histoire culturelle » en France et de Kulturgeschichte dans les pays de langue allemande, en mettant en lumière les problèmes épistémologiques soulevés par le croisement de l’histoire et des études culturelles. Il a dressé un historique de ces concepts et des disciplines qui les incarnent en les replaçant dans un contexte épistémologique franco-allemand, et exposé les différences d’approche scientifiques et méthodologiques qu’impliquent ces notions.

Jochen Bär, professeur de linguistique allemande à l’université de Vechta, partenaire de la manifestation, a proposé un travail pratique d’analyse littéraire avec des outils linguistiques. Il a présenté la méthode de la « linguistique culturelle » (kulturlinguistische Methodologie) fondée sur l’analyse de réseaux lexicaux dans un texte littéraire. Il a mis en pratique ses réflexions théoriques en analysant un passage des contes des frères Grimm.

Les sujets des doctorants étaient variés, mais ils avaient en commun de se situer à la croisée de disciplines différentes : les deux doctorants germanistes de l’université de Lorraine, Daniel Soulié et Edwige Bainier, ont exposé l’avancée de leur travail de thèse sur deux écrivains de langue allemande dont la pratique littéraire résulte tantôt d’un transfert de notions et d’approches méthodologiques issus de l’architecture (Max Frisch) ou d’une approche transversale et performative de la poésie comme art de la (mise en) scène (Thomas Kling). Ils ont esquissé dans ce cadre les outils méthodologiques (notamment le concept d’intermédialité par Daniel Soulié) auxquels ils avaient recours pour analyser ces transferts.

Marcus Scheiber et Sophie Große, doctorant en linguistique allemande à l’université de Vechta, ont pour leur part présenté des travaux dans le domaine des humanités numériques. M. Scheiber étudie les stratégies linguistiques utilisées dans la communication en ligne pour la diffusion de contenus antisémites. Il a présenté les principes méthodologiques de son analyse sémiotique du discours et montré « la puissance performative de la communication multimodale ». Sophie Große a présenté un projet de science citoyenne dans les humanités numériques en analysant l’exemple du site Transkribus. Elle a non seulement présenté la notion de « science citoyenne », une science portée vers et par le grand public, elle a exposé aussi les principes méthodologiques d’une science ouverte sur la société civile et décrit le fonctionnement du site Transkribus.

Raisa Barthauer a exposé, quant à elle, son travail de thèse à la croisée de la littérature et de la linguistique. Elle a notamment montré comment elle constituait un corpus terminologique lui permettant de dégager les traces d’une réflexion sur la durabilité dans des textes philosophiques et littéraires datant de l’époque des Lumières.

Chaque communication a donné lieu à des questions ponctuelles ou à des échanges qui ont montré que l’interdisciplinarité, une notion à la fois très répandue et très difficile à cerner, était souvent au cœur d’enjeux de pouvoir entre les disciplines et leurs représentants (Dahan-Gaida, Francfort) et qu’elle impliquait avant toute chose des pratiques méthodologiques croisées (Bär). Plus qu’une rencontre ou un croisement entre des disciplines différentes, ce sont bien des démarches et des principes d’analyse issus de champs du savoir différents, parfois éloignés, qu’il faut parvenir à combiner. De ce point de vue, chaque approche interdisciplinaire suppose un « bricolage » méthodologique dont la combinaison ne peut être que conjoncturelle, en fonction des sujets d’étude.

 

Compte-rendu Atelier du 9 juillet 2021 par Daniel Soulié :

Ma participation en tant que doctorant m’a donné l’opportunité de présenter mon travail de recherche pour la première fois sous une forme scientifique. Le thème principal de cet atelier, la méthodologie appliquée à l’interdisciplinarité, m’a poussé à formaliser ma démarche. La préparation de mon intervention m’a ainsi permis d’acquérir en peu de temps des outils de réflexion applicables, susceptibles d’être discutés. Sous l’impulsion des échanges, j’ai pu nourrir ma réflexion sur la pertinence de ces outils et de ma démarche – notamment, la question de l’objectivation s’est posée. Cela s’est prolongé dans le bilan d’étape avec ma directrice de thèse.

Par ailleurs, il m’a semblé particulièrement productif d’écouter des intervenants partager des sujets et des approches très divers, offrant néanmoins des recoupements évidents. J’ai été frappé par la qualité et l’avancement de travaux de recherches originaux. En cela, la journée d’atelier, très dense, me procure le sentiment d’avoir pu progresser, confronter mes idées et me situer au sein de recherches interdisciplinaires. J’en tire un bilan très positif.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.