Imaginaires européens et judéités en Amérique latine : état de la question et prospections

Date : 02-03/07/2021
Lieu : Université de Lorraine (Metz)
Organisation : Valentina Litvan
Titre du programme :  Héritages et ruptures de l’Europe dans la construction de la judéité latino-américaine

La première activité du PFR « Héritages et ruptures de l’Europe dans la construction de la judéité latino-américaine », avait pour but d’établir un état de la question et de bâtir le point de départ conceptuel et théorique de ce projet bisannuel. Les conditions sanitaires en ont déterminé la modalité : en raison de l’impossibilité de se réunir à l’Université de Lorraine à Metz, les intervenants ont envoyé les textes au préalable afin de concentrer pleinement la réunion télématique via Zoom à la discussion.

La journée de vendredi 2 juillet s’est déroulée en deux temps, avec la participation des collègues et doctorants ayant envoyé un texte, ainsi que des quelques étudiants qui ont participé activement avec leurs commentaires.

Tout d’abord, les textes de L. Senkman, V. Litvan, F. Fiorani et B. Natanson, ont relevé la nécessité d’analyser les enjeux que la notion de « judéité » comporte dans les deux continents, l’Europe (occidentale) et l’Amérique (en particulier, l’Amérique latine). En effet, ce terme a été créé par Albert Memmi dans le cadre de débats épistémologiques qui eurent lieu dès la fin de la deuxième guerre mondiale, et plus particulièrement en France. Dans ce contexte précis de l’après-guerre en Europe, le néologisme de Memmi rendait compte de l’insuffisance terminologique existante à l’époque pour décrire une réalité inédite et complexe des Juifs après la Shoa. Or, ni la réalité historique et sociale, ni les débats  concernant la « question » ou la « condition » juive n’étaient les mêmes en Amérique latine. La discussion autour des textes ci-dessus mentionnés nous a permis de comprendre dans quel sens il est intéressant d’un point de vue méthodologique pour ce projet de déplacer au contexte latino-américain et de s’approprier la notion de « judéité » : la comparaison des approches menées par Philippe Zard (De Shylock à Cinoc. Essai sur les judaïsmes apocryphes, Garnier, 2018), sur le contexte littéraire européen, d’une part, et d’Erin Graff Zivin (The Wandering Signifier: Rethoric of Jewishness in the Latin American Imaginary, Duke University Press, 2008), qui consacre son étude au contexte littéraire latino-américain, a été en ce sens particulièrement productive. Elle nous a permis de débattre sur l’hypothèse suivante, à partir de laquelle ce PFR poursuivra ses activités : tandis qu’en Europe, la judéité est avant tout associée à la réflexion entre particularisme et universalisme ; en Amérique latine, elle s’exprime au sein d’une conscience pleinement nationale. Cette première différence nous oblige à penser la judéité latino-américaine en termes d’altérité (le Juif représentant l’autre de l’identité nationale ; et l’autre du Juif associé à la dimension cachée du néo-marranisme, notion qui peut servir à expliquer les phénomènes d’assimilation dans les pays latino-américains). Les langues juives et ses traces d’étrangeté, l’angoisse de ne pas maîtriser le castillan pour certains immigrants juifs, la traduction en tant que passage entre cultures… sont autant de manifestations de cette problématique qui prend une tournure nationale, dans la différence par rapport à l’expérience européenne de la modernité.

Dans un deuxième moment de la journée, les textes de L. Gagliardi, G. Philipson et S. Zepp ont illustré, moyennant l’étude de cas concrets, de quelles différentes manières se sont construits des réseaux intellectuels (philosophes et écrivains) entre l’Europe (fondamentalement l’Allemagne) et l’Amérique latine (le Brésil a occupé une place importante dans ces études) au cours du XXe siècle. La question s’est posée de savoir si ces réseaux constituent des cas isolés ou bien si l’on peut parler d’un mouvement lié aux conditions de l’exil. Reste à étudier l’héritage de ces réseaux.

Enfin, le samedi 3 juillet, la séance – restreinte aux coordinatrices du projet – a été consacrée à l’organisation des manifestations suivantes.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.