Enseigner les sciences du monde social en langue étrangère

Date : 22/01/2020
Lieu : Lyon
Organisation : Anne Lagny
Titre du programme :  Education à la citoyenneté / Politische Bildung. Regards croisés franco-allemands en sciences humaines

Après une allocution inaugurale prononcée par Philipp Jonke, doctorant à l’ENS de Lyon et représentant Laurence Guillon (université Lyon 2), coordinatrice du réseau Ciera Rhône-Alpes, trois interventions plénières ont permis à l’assistance, composée en particulier d’élèves et étudiants normaliens, de saisir les enjeux didactiques, en France comme en Allemagne, de l’enseignement et de l’apprentissage de l’histoire et des sciences économiques et politiques dans la langue du partenaire.

Ces trois interventions suivies d’un temps d’échanges ont été prolongées dans l’après-midi par des ateliers durant lesquels les participants ont pu se confronter à l’analyse de données de différentes natures (transcription d’interactions verbales, copies d’élèves, sujets et attendus de correction d’examen, plan et documents de cours). Ils ont été accompagnés dans leur initiation à la lecture de ces corpus par les intervenants de la matinée et Jochen Thermann, lecteur DAAD à l’ENS de Lyon.

Anke Wegner (Prof. Dr., Didaktik der deutschen Sprache, Universität Trier) : L’enseignement bilingue de la discipline Politik und Wirtschaft en Realschule : éducation à la citoyenneté ou au silence ?

Cet exposé met l’accent sur l’enseignement bilingue au second degré (Realschule) en Allemagne. Comme elle n’est réglée ni par des instructions ministérielles ni par une didactique établie, la discipline Politik und Wirtschaft représente, en théorie, un champ innovant pour la pratique de l’enseignement en Realschule. L´analyse des données recueillies pendant plusieurs semaines (huit séquences de classe filmées, et donc huit entretiens avec des professeurs et des groupes d´élèves) montre cependant que les professeurs et les élèves reproduisent un système d’enseignement dirigé par le professeur, bien que les élèves témoignent d’une compétence didactique différenciée – laquelle n´est pas explicitée. La reconstruction de cet enseignement dans des classes de 7ème (niveau débutant) et 9ème (niveau avancé) et des perspectives subjectives des acteurs montre en effet :

  • un déficit de contenu et de qualité épistémique en classe,
  • un déficit d’enseignement systématique de la langue et des concepts spécifiques de la matière,
  • et finalement même la faiblesse des interactions entre professeur et élèves concernant la négociation des contenus et de l’enseignement en général.

De fait, l’enseignement de la discipline Politik und Wirtschaft mène ici plutôt à une incapacité à négocier des contenus qu’à l’éducation à la citoyenneté.

Franziska Flucke (docteure agrégée, lycée Kléber, Strasbourg, chercheuse associée au Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, Metz) : l’enseignement bilingue français-allemand comme contribution à l’éducation à une citoyenneté transnationale

Cette communication est issue d’une thèse réalisée en cotutelle entre l’Université de Lorraine (Metz) et l’Université de Siegen, soutenue en 2018, qui s’interroge sur la plus-value de l’enseignement bilingue franco-allemand de l’histoire pour l’éducation à une conscience historique « européenne » dans la perspective d’une citoyenneté transnationale.

Retraçons brièvement le développement de l’enseignement bilingue. Après la Seconde guerre mondiale, la construction européenne et le contexte de Guerre froide ont favorisé les échanges autour de la transmission d’une conscience européenne à travers les manuels scolaires. Les sections bilingues ont été établies à partir des années 1960 pour dépasser les clivages nationaux dans l’enseignement et créer des nouvelles élites, soit franco-allemandes, soit dites « internationales », et, à partir des années 1990, « européennes ». Voulant jouer le rôle de précurseur dans la construction européenne, le partenariat franco-allemand a permis de dialoguer sur les différentes approches de l’enseignement, d’harmoniser des diplômes et par la suite de créer un système d’évaluation commun basé sur la confiance réciproque entre les évaluateurs des deux pays.

Comme l’objectif de l’enseignement bilingue n’est pas seulement l’amélioration des compétences linguistiques, mais l’interaction de deux traditions éducatives et leur synergie, il faut donc se poser la question de savoir comment l’enseignement bilingue peut dépasser le cadre national de l’enseignement (de l’histoire) et préparer les élèves à un parcours dépassant des frontières nationales?

Nos recherches montrent une ouverture interculturelle à plusieurs niveaux. Mais même si les responsables de l’enseignement de l’histoire bilingue prônent le travail comparatif sur des documents authentiques, la mise en œuvre par des enseignants ne répond pas systématiquement à ces attentes. Le véritable défi de ces sections bilingues n’est pas la recherche des compromis institutionnels et éducatifs entre la France et l’Allemagne, mais le développement d’une synergie interculturelle grâce aux compétences et aux points de vue complémentaires des documents et des approches de l’enseignement.

Deutsch-französischer bilingualer Unterricht als Beitrag zur Erziehung zur transnationalen Bürgerschaft

Dr. des. Franziska Flucke (Deutschlehrerin am Lycée Kléber, Straßburg und assoziierte Forscherin am Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, Metz)

Dieser Beitrag ist das Ergebnis der 2018 abgeschlossenen Promotion im Co-tutelle Verfahren zwischen der Universität Lorraine, Metz und der Universität Siegen, die nach Mehrwert des bilingualen Geschichtsunterrichts für die Erziehung eines europäisch geprägten Geschichtsbewusstseins im Sinne einer transnationalen Staatsbürgerschaft fragt.

Zu Beginn zeichnen wir kurz die langfristige Entwicklung der zweisprachigen Erziehung nach. Nach dem Zweiten Weltkrieg förderten der Aufbau Europas und der Kontext des Kalten Krieges den Austausch über die Vermittlung eines europäischen Bewusstseins durch Schulbücher. Die zweisprachigen Sektionen selbst wurden ab den 1960er Jahren eingerichtet, um eine rein nationale Ausrichtung der Bildung zu überwinden und neue Eliten zu schaffen, entweder eine deutsch-französische oder „internationale » beziehungsweise ab den 1990er Jahren eine „europäische » Elite. Die deutsch-französische Partnerschaft, die die Rolle des Pioniers im europäischen Einigungsprozess anstrebte, ermöglichte einen Dialog über die unterschiedlichen Bildungsansätze, was zur Harmonisierung der Abschlüsse und einem gemeinsamen, auf Vertrauen basierenden Bewertungssystem führt.

Das Ziel der zweisprachigen Erziehung ist nicht nur die Verbesserung der Sprachkenntnisse, sondern das Zusammenwirken zweier Bildungstraditionen und ihre Synergien. Daher stellt sich die Frage, inwiefern zweisprachige Erziehung über den nationalen Rahmen der (Geschichts-)Bildung hinausgehen und die Schülerinnen und Schüler auf internationale Studien- und Berufsmobilität vorbereiten kann. Unsere Forschung hat interkulturelle Öffnung auf mehreren Ebenen evaluieren können. Doch selbst wenn die Verantwortlichen für den zweisprachigen Geschichtsunterricht eine vergleichende Arbeit an authentischen Dokumenten befürworten, entspricht die Umsetzung nicht systematisch diesen Erwartungen. Die eigentliche Herausforderung bei der Förderung eines transnationalen demokratischen Bewusstseins ist nicht die Suche nach institutionellen und pädagogischen Kompromissen, sondern der interkulturelle Mehrwert durch verstärkt multiperspektivisches Vorgehen in und außerhalb des Geschichtsunterrichts.

Peter Geiss (Prof. Dr., Rheinische Friedrich-Wilhems-Universität, Institut für Geschichtswissenschaft, Didaktik der Geschichte), Sachurteil/Werturteil et “esprit critique” : une comparaison franco-allemande des sujets d’examen en histoire

Même dans le contexte binational des sections AbiBac, les formats d’examen restent largement enfermés dans une logique nationale. Cet hermétisme s’explique par la force des matrices scolaires et académiques, mais aussi par les conditions juridiques dans lesquelles se déroulent les examens dans les deux pays (impossibilité de s’éloigner de la norme fixée par les documents officiels). En Allemagne, les consignes accompagnant l’étude d’un document en histoire impliquent presque toujours une prise de position personnelle, qu’il s’agisse d’un jugement de valeur (« Werturteil ») ou, ce qui est plus fréquent, d’un jugement factuel (« Sachurteil »). En France, ce type d’opération intellectuelle ne fait pas partie du répertoire classique de l’examen. Dans un contexte français, il serait impensable de demander à des élèves de porter un jugement de valeur explicite sur tel ou tel fait ou point de vue exprimé dans un document historique. Or, dans l’enseignement allemand, la valorisation pédagogique des contenus historiques passe presque toujours par la notion de « jugement », c’est-à-dire par une opération intellectuelle plus ou moins proscrite dans un contexte scolaire ou académique français. Il est regrettable que les échanges franco-allemands, très avancés sur le plan historiographique, soient tellement sous-développés en ce qui concerne les dimensions didactiques et méthodologiques de l’enseignement de l’histoire, et cela même dans le cadre de l’AbiBac. Le débat actuel sur la place de « l’esprit critique » dans l’enseignement en France est sans doute susceptible de stimuler le dialogue franco-allemand sur le rôle de la personnalité de l’élève dans l’apprentissage de l’histoire, mais aussi sur les risques d’une vision irréaliste de la capacité de juger. Il est à espérer qu’une synthèse basée sur l’étude des pratiques françaises et allemandes permettra de réaliser une plus-value binationale sur le plan méthodologique. L’AbiBac serait un terrain particulièrement propice à une telle entreprise.

Dans l’atelier de l’après-midi, les participants ont comparé des sujets d’examen allemands et français (AbiBac) en vue d’une synthèse binationale. Il s’est avéré que, dans un contexte français, le verbe « juger » pourrait être remplacé par « évaluer », afin de donner un caractère moins subjectif (et plus scientifique, portant sur « la pertinence des arguments avancés », plutôt que sur une opinion personnelle) à l’opération intellectuelle demandée. De plus, si on cherche à faire passer des éléments du jugement « allemand » dans la culture didactique française, il serait plus acceptable de demander aux candidats de vérifier ou de falsifier une thèse qui existe déjà au lieu de les amener à la formuler eux-mêmes (« En quoi / dans quelle mesure, telle ou telle thèse est-elle justifiée… ? »). L’analyse critique des documents pourrait être encouragée par un choix de documents privilégiant les sources qui expriment déjà une pluralité de perspectives et par rapport auxquelles les candidats pourraient prendre position sans se perdre dans la subjectivité d’un jugement complètement ouvert.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.