Les enjeux religieux du discours historique à l’époque moderne

Date : 18-19 mars 2011

Lieu : Centre Malesherbes et Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (Paris)

Organisateur : Gérard Laudin (professeur, université de Paris IV-La Sorbonne) ; Susanne Rau (professeure, université d’Erfurt).

Programme : Histoire, pouvoir et religion
Avec le concours de : Université d’Erfurt, Université Paris IV-La Sorbonne, groupe de recherche international « Histoire et pouvoir » du Centre de Recherche du Château de Versailles (CRCV), Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA)
L’ouverture de ces deux journées de travail en atelier est assurée par Monsieur Gérard Laudin et Madame Susanne Rau qui rappellent que ce séminaire s’inscrit dans la perspective des travaux du « workshop » qui s’est tenu les 3 et 4 décembre 2010 au Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt et que l’ensemble de ce travail de recherche doit se conclure par un colloque international sur le même thème prévu au printemps 2012 .

 

Les trois communications du vendredi 18 mars ont été consacrées à des aires géographiques très variées : la résistance confessionnelle par l’historiographie saxonne à l’époque thérésienne, le va-et-vient historique comme modèle interprétatif à l’époque de la Réforme et le Syllabus de Jean Hotman dans la France du début du XVIIe siècle ont tour à tour fait l’objet d’analyses précises.
La première communication de Monsieur Sever Cristian Oancea (Francfort-sur le-Main) intitulée « Résistance confessionnelle par historiographie. Georg Jeremias Haner et l’historiographie saxonne à l’époque thérésienne » s’intéressait plus particulièrement aux Etats transylvains qui, malgré la reconnaissance confessionnelle obtenue avec le Leopoldinum (1691), sont confrontés au militantisme confessionnel habsbourgeois. Dans ce contexte, le discours historiographique saxon devint de plus en plus polémique car il servait à défendre et à justifier les libertés confessionnelles,  mais aussi les privilèges et l’identité luthérienne face aux agressions du pouvoir catholique. C’est Georg Jeremias Haner 1707-1777), évêque de l’Eglise luthérienne transylvaine, qui incarne la résistance à cet « attentat » contre la foi des Saxons, pour reprendre ses propres termes. Son ouvrage, De scriptoribus rerum Hungaricarum et Transilvanicarum… paru en 1774 à Vienne,  est un véritable plaidoyer en faveur des privilèges du clergé et les libertés des Saxons. Historiographie très polémique au service des droits légitimes du clergé saxon, son œuvre s’oppose aussi à la politique fiscale autrichienne et au militantisme catholique de Marie-Thérèse d’Autriche.
La seconde communication présentée par Marc Mudrak (Paris/Heidelberg) et intitulée « Geschichte als Deutungsmuster für das Jetzt – das Jetzt als Deutungsmuster für die Geschichte. Altgläubige Wahrhnehmungen der frühen Reformation in Deutschland » s’intéresse à la construction de l’histoire à travers le va-et-vient interprétatif entre passé et présent qui caractérise les premières années de la Réforme. Le discours historique des partisans de l’Eglise romaine présente en effet plusieurs caractéristiques : d’une part, l’histoire, sur la base des anciennes hérésies de Wycliffe et de Hus, offre des modèles interprétatifs qui permettent de s’en prendre à la nouvelle hérésie luthérienne, d’autre part l’idéalisation du passé de l’Eglise et de la tradition offre une vision particulièrement sombre de l’époque actuelle sur fond de certitude eschatologique. Mais les victoires sur les hérésies passées constituent autant de preuves de victoires de l’Eglise catholique qui promettent aussi  la victoire sur l’hérésie actuelle. Et l’intégration eschatologique de l’époque contemporaine  fait de l’hérésie luthérienne un des signes de fin des temps envoyés par Dieu à une Eglise romaine qui tire de son histoire même la certitude de son élection divine.
La communication de Mona Garloff (Francfort-sur-le Main) nous transporte en France au début du  XVIIe siècle : « Jean Hotmans Bibliographie des Syllabus als Projekt einer Geschichtsschreibung der Irenik um 1600 ». Jean Hotman (1552-1636) se situe dans une perspective irénique qui débute avec l’humanisme (Erasme notamment) et dont on trouve de nombreux exemples en France à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Dans son Syllabus, il remet au goût du jour des auteurs déjà anciens afin de trouver dans ce recours au passé des modèles susceptibles d’apporter des solutions aux conflits actuels. La bibliographie du Syllabus devient ainsi une sorte de ‘lieu de mémoire’ dans lequel le compilateur tente d’utiliser l’historiographie comme moyen d’influer sur le présent : les éléments historiographiques constituent alors les pierres d’un édifice censé dépasser les clivages confessionnels.
La seconde journée de cet atelier a été consacrée d’abord aux relations complexes qu’entretiennent l’index, la censure et l’historiographie, puis à la recherche historique dans le cadre de l’érudition monastique au début du XVIIIe siècle et enfin aux enjeux confessionnels, scientifiques et pédagogiques de l’historiographie chez les jésuites.
La communication d’Andreea Bader (Münster) s’intéresse plus particulièrement à l’historiographie dans le contexte de l’index, de l’Inquisition et de la censure : « Index, Zensur und Historiographie in der Res publica literaria cartholica ». L’écriture de l’histoire et la réception des schémas historiques dépend en effet des autorités romaines qui se veulent l’instance unique qui décide de la vérité historique. Mais l’acte même de « censure » conduit à une nécessaire et permanente adaptation de la notion d’histoire qui est ainsi intimement liée au présent. A partir de l’institution d’une Congrégation de l’Index en 1571, l’écriture de l’histoire  prend un caractère nouveau : une analyse de l’influence de cet organe de censure grâce à une détermination systématique des critères élaborés, une étude des auteurs et de leurs réactions face à cette censure permet de mettre en évidence leur participation active à la construction historique, voire leur instrumentalisation au bénéfice de cette Res publica literaria catholica.
L’exposé de Thomas Wallnig (Vienne) « Geschichtsforschung und Ordensgelehrsamkeit in ‘Österreich’, ca. 1700 – ca. 1750 » porte sur la recherche historique et l’érudition monastique en ‘Autriche’ et s’intéresse à la correspondance des frères Pez dans le cadre d’un projet plus global intitulé : « Lumières monastiques et la république des lettres bénédictines ». Au début du XVIIIe siècle, les Etats des Habsbourg sont en quête d’identité historique : dans ce contexte, la religion constitue en quelque sorte une substructure métaphysique qui permet une mise en scène massive et efficace de la ‘Pietas Austriaca’, l’Eglise constituant un allié de plus en plus important.  Les couvents et les ordres religieux jouent un rôle essentiel dans cette évolution. L’analyse critique des sources les amène à formuler la question de la  conception de l’histoire, la problématique de l’historicité. En effet, la critique historique entraîne la nécessité de considérer la possibilité d’un développement humain : en perdant sa place d’objet de considération théologique, l’histoire devient peu à peu dynamique.
Présentée par Aurore Arnaud (Paris), la dernière communication s’intéresse aux jésuites allemands : « De la Germania sacra à la Weltgeschichte : les jésuites allemands dans l’historiographie catholique  du XVIIIe siècle : enjeux confessionnels, scientifiques et pédagogiques. » Etudiant plus particulièrement la place des Rudimenta Historica de Maximilian Dufrène parus à Augsbourg en 1726, cette contribution montre que ce manuel destiné aux classes des collèges de la Province Germanique Supérieure révèle un positionnement historiographique particulier et présente les enjeux auxquels sont confrontés les collèges jésuites qui, marqués par le fort centralisme romain, s’insèrent dans les réseaux catholiques européens : ils sont ainsi indissociables des évolutions du Saint-Empire (confessionnalisation) et du XVIIIe siècle (Aufklärung).  L’insertion dans les courants catholiques romains, la spécificité germanique de l’ouvrage et le tournant marqué par ce manuel dans le sens de la Frühaufklärung constituent les axes principaux de cette ultime communication.
Ces deux journées se sont achevées sur un commentaire de Jean-Claude Colbus (Paris IV-La Sorbonne) qui, après avoir repris les arguments des différentes contributions, a mis l’accent sur l’importance de ces études historiographiques qui révèlent la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité de voir échapper l’écriture de l’histoire à une instrumentalisation à des fins partisanes : la légitimation du présent a conduit bien souvent à une volonté de régulation du discours historique où la force de l’imaginaire joue un rôle prépondérant. Car quelles que soient les époques, le travail historique ne reflète-t-il pas plus que d’autres l’histoire de l’historien et sa propre époque ?
A la fin de ces deux jours de travaux, les participants ont évoqué pour finir, dans le cadre d’un tour de table informel, un certain nombre d’aspects de l’historiographie susceptibles de faire l’objet des prochaines réunions et du colloque qui doit se tenir au printemps 2012.
Compte rendu rédigé par Jean-Claude Colbus.

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts


Une réflexion sur « Les enjeux religieux du discours historique à l’époque moderne »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.