La découverte des études germaniques états-uniennes

Date : 03-06/10/2019
Lieu : Portland, USA

Philipp Jonke (ENS de Lyon)

Le programme CIERA qui avait pour but de constituer, financer, préparer et accompagner plusieurs panels de jeunes chercheurs à l’occasion du 43e Congrès de la German Studies Association (GSA) m’a permis à la fois d’être préparé à communiquer dans un contexte de recherche américain et de découvrir un aspect de la recherche internationale que l’on n’est pas amené à voir en France.

L’apport considérable de cette expérience dans mon parcours de jeune chercheur ne se résume donc pas à la participation au congrès elle-même, mais a commencé lors des ateliers organisés à Paris. Lors du premier atelier, l’équipe du CIERA m’a fait découvrir le fonctionnement des congrès américains et des panels. La préparation à la rédaction d’abstracts pour un public anglo-saxon et les relectures très détaillées de ma propre production ont été utiles à la fois pour la préparation du Congrès et pour les candidatures futures à des colloques à l’étranger. Le deuxième atelier a été l’occasion de répéter et d’améliorer les communications, ce qui m’a fait appréhender sereinement la présentation aux Etats-Unis. Enfin, c’est l’accompagnement tout au long de la phase de préparation qui m’a permis de tirer le plus grand profit de cette expérience : grâce à l’équipe du CIERA, nous étions informé.e.s des différents aspects organisationnels indispensables à la participation – le formulaire ESTA, le transport, la réservation du logement et les spécificités culturelles états-uniennes.

Au début du congrès, jeudi, j’ai pu retrouver dès mon arrivée un des aspects qui a rendu cette expérience si enrichissante : le fait de retrouver et de pouvoir discuter de tout ce que l’on pouvait voir et noter avec une équipe toujours présente. En discutant avec les encadrants du CIERA, les jeunes chercheurs et les chercheurs confirmés des panels de la GSA des événements organisés – les réceptions le jeudi et le vendredi – et des communications à venir, j’ai pu prendre conscience des spécificités de la recherche américaine. En assistant dès le lendemain à différents panels, j’ai découvert une culture du dialogue scientifique différente de celle que l’on connaît en France et en Allemagne : les commentateurs ont soulevé toujours les points essentiels de plusieurs communications et engageaient ainsi une discussion scientifique qui incluait les participants du panels et le public. La plupart du temps, ces discussions se poursuivaient dans les couloirs de l’hôtel, dans les lobbys et lors des réceptions. À ce titre, le panel « Reflections on the Meaning of Everyday Life: Commemorating the Work of Alf Luedtke (1943-2019) » m’a montré la richesse d’un dialogue qui mêlait les approches allemandes, françaises et états-uniennes lors d’un échange sur l’œuvre, les approches et les méthodes d’un historien.

En assistant aussi bien aux panels CIERA qu’à des panels organisés par d’autres institutions ou chercheurs, j’ai pris conscience de manière plus directe que par mes lectures de la diversité des approches dans la recherche anglo-saxonne et des directions prises actuellement par différents travaux. Lors de mon panel dimanche, les questions et suggestions du commentateur et du public m’ont amené à préciser certains points dans mon approche scientifique et retenir des conseils pour les communications et articles à venir.

Enfin, les réceptions et dîners ont constitué des occasions privilégiées pour discuter avec des chercheurs anglo-saxons de leur façon d’aborder la recherche en littérature, en histoire des idées ou en histoire, d’échanger sur des méthodes et des théories moins étudiées en France et de mieux situer ma propre démarche. Ces discussions m’ont permis de mieux replacer les travaux de recherche franco-allemands dans un contexte international.

En somme, le programme du CIERA a présenté un enrichissement à trois niveaux. Il m’a accompagné dans la découverte du paysage scientifique états-unien et international tant du point de vue des méthodes que des enjeux et des façons de communiquer. Il m’a fait découvrir des modalités de présentation des travaux différentes de celles que l’on voit en France et en Allemagne. La participation au Congrès de la GSA a enfin été l’occasion de mettre en perspective mes propres approches, de mieux situer les travaux franco-allemands et de préciser mes pistes de travail. Cette première expérience états-unienne a été une ouverture vers l’international et m’a donné envie d’évoluer dans un dialogue scientifique plus large.

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.