Quelques réflexions post-colloque : 43ème conférence de la GSA, Portland

Date : 03-06/10/2019
Lieu : Portland, USA

Anne-Sophie Hillard (Université de Strasbourg)

Assise devant ma page word encore blanche, je remarque que donner ses impressions sur une expérience comme celle de Portland est un exercice plus complexe qu’il n’en a l’air. Même plus que celui d’écrire un paper dans une langue étrangère et dans un contexte académique différent.

Pourquoi ? Ce séjour me fait l’effet d’une distorsion temporelle ; intensité et nouveauté à chaque seconde qui pourtant nous file entre les doigts. L’impression de vivre une éternité éphémère.

C’est peut-être dû au jetlag (9h tout de même) ; le corps est encore quelque part entre France et États-Unis, l’esprit est tout à la conférence. Les idées fusent ; elles explosent en constellations personnelles qui s’essayent à communiquer. C’est cette image qui prédomine à 8h du matin le vendredi ; les mots glissent des bouches, qui tentent d’établir des ponts depuis leur propre langue alors qu’au dehors, coup d’œil vers la fenêtre immense, tout semble encore endormi.

J’ai beau avoir entendu la plupart des exposés des panels du CIERA lors de notre journée de répétition générale, le 2 septembre dernier, ils prennent une tonalité est une importance différentes ici. Probablement, parce que les mots sont perçus autrement, renvoient à une culture qui ne les entend pas depuis les mêmes auteurs. Il y a une grande richesse couplée à une simplicité dans les remarques et la manière de communiquer qui m’impressionnent.

En dehors de la tendance américaine à vouloir décimer les auditoires à coup de clim’ réglée sur puissance « mortelle », j’aime beaucoup l’atmosphère intimiste des panels. Lors de la conférence de la GSA, il y avait environ une vingtaine de panels qui avaient lieu en même temps, ce qui fait que chaque session, chaque pièce s’apparente un peu à une niche où l’on communique sur un sujet que l’on a choisi avec soin. Les discussions sont généralement animées ; il ne s’agit pas de demander seulement des précisions à l’orateur, on débat, on propose d’autres pistes. C’est probablement cette conception de la conférence qui m’a le plus intéressée.

Dans chaque panel, un commentateur résume brièvement chaque intervention, s’essaie à l’exercice difficile d’en trouver la cohésion et propose quelques pistes de réflexion, parfois communes à tous les panelistes ; dans tous les cas chacun a droit à une relecture critique de son exposé. J’ai remarqué que cette habitude permettait souvent d’approfondir différents points qu’on est obligé de laisser de côté pour un format de 20 minutes. D’autre part, elle nous confronte à un regard académique mais pas forcément spécialiste de notre domaine. Elle nous invite à concevoir notre réflexion à travers un regard nouveau, distant de nos élucubrations quotidiennes et (trop) spécifiques sur notre sujet de thèse. Dans mon cas, j’avais particulièrement apprécié certaines remarques de notre commentateur, Paul Steege, qui m’incitaient à me positionner sur la question de l’utopie chez mon auteur, ainsi que sur ce que pourrait être un « langage posthumain » sorti des constructions de genre. Ce sont de vieilles interrogations que j’avais laissées de côté depuis quelques mois et qui ressortent. Pour le dire très simplement, deux réflexions ; si ce n’est pas clair pour un non-spécialiste, cela veut dire que ce n’est pas clair. Et aussi, les questionnements de fond qui n’ont pas encore été élucidés refont toujours surface.

Cette conférence a également été une expérience humaine. En deux ans de doctorat, j’en suis venue à considérer la rédaction d’une thèse comme un parcours initiatique dont le but est de rendre un manuscrit en ayant conservé un semblant de santé mentale. On en parle encore peu, mais le thésard connaît des périodes de doute, d’angoisse, de déprime. D’après mon expérience, ces découragements intempestifs peuvent être dus à la solitude du travail de thèse, à la perte de sens dans la recherche, etc.

À Portland, j’ai vraiment ressenti l’importance du lien au travail, de « l’échange entre pairs ». Aussi et surtout de pouvoir échanger sur ses ressentis, ses difficultés, continuer les débats à la pause-café. L’équipe du CIERA était particulièrement porteuse de bonnes énergies ; bienveillance, encouragement et émulation. J’ai envie de dire sur un ton un peu candide que je me suis sentie vraiment soutenue et encouragée. Ces moments font du bien, redonnent l’envie de communiquer sur son sujet, de trouver d’autres pistes de réflexion ; tremplin pour un travail plus joyeux.

Personnellement, j’ai aussi eu la chance de rencontrer des chercheurs qui travaillaient sur mon domaine de recherche – le Graal lorsqu’on travaille sur la SF contemporaine germanophone. Et là encore, ce sentiment de communauté de pensée est très motivant. Il permet de se positionner, d’avoir des points de repères ; où est-ce que j’en suis dans ma recherche ? Qu’est-ce que j’apporte de nouveau ?

Derniers moments partagés autour d’un repas, traverser des forêts de buildings et des boulevards immenses en riant… Le temps d’atterrir, de trouver quelques mots pour cette déferlante de nouveauté qui s’invite sur les rétines et les tympans que la conférence touche à sa fin. Il me faut enfin remercier toute l’équipe pour une organisation et une efficacité redoutables (les journées de formation, les subventions, toute la logistique), des conférences de qualité et une belle synergie.

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.