GSA episode 2019 : Le CIERA contre-attaque

Date : 03-06/10/2019
Lieu : Portland, USA

Romain Becker (ENS de Lyon)

Quelle expérience ! Oui, le voyage était long et le décalage horaire difficile, oui, on tombe forcément malade avec la climatisation qui tourne absolument partout, oui, les États-Unis sont souvent bizarres et particulièrement Portland, sa capitale auto-proclamée de l’étrangeté, et oui, c’était une fantastique aventure.

Parlons déjà des présentations que nous avons pu voir, puisque nous pensions qu’elles seraient le principal intérêt du congrès de la GSA. Le cliché de l’Américain infiniment confiant, qui parle librement et se croit à un Ted Talk ne s’est pas confirmé : les chercheurs et chercheuses étaient un peu comme en Europe, à lire leurs notes, à bafouiller parfois, à avoir des présentations pas toujours très adaptées au XXIe siècle, à réussir quand même à faire quelque chose de bien. Les sujets, eux, étaient très divers, généralement intéressants, mais souvent traités sous les mêmes angles : interprétations psychologisantes, études qui se concentrent sur l’identité, le corps etc. En fin de compte, tout membre du groupe du CIERA pouvait assister à des conférences qui l’intéressaient particulièrement, je pense, mais sans trouver d’approche vraiment inconnue : la recherche européenne se rapproche en fait beaucoup de l’américaine et nos angles d’attaque sont (avec parfois quelques années de retard, certes) aussi ceux qu’on trouvait à Portland. Il est rassurant de savoir qu’il n’y a pas vraiment d’exception française et que notre travail s’insère bien dans la recherche mondiale.

Non, le vrai cœur du congrès de la GSA, ce n’étaient pas les conférences, mais plutôt les conversations tout autour. Peut-être était-ce dû au réseautage ou simplement à une sympathie naturelle des chercheuses et chercheurs présents, mais tout le monde était approchable et vraiment bienveillant. Qu’on parle de son propre travail ou de celui des autres, les interlocuteurs et -locutrices étaient toujours enthousiastes et sincèrement intéressés par la conversation. Dans mon cas, j’ai enfin pu découvrir des personnes qui travaillent un sujet proche du mien (la bande dessinée en Allemagne), sujet dont je suis assez seul à m’occuper en France. Et comme plusieurs personnes s’y intéressent au sein de la GSA, un réseau de recherche s’est immédiatement créé, avec une liste de diffusion, des conférences, des publications prévues etc. Le paradis ! Vu que le congrès se concentrait à l’intérieur d’un seul et même hôtel, le « comics network » a pu se croiser et discuter à de nombreuses reprises. Les conversations que j’ai eues, les références qu’on m’a données et les contacts que j’ai noués : tout cela me servira certainement dans ma recherche et plus largement dans ma vie professionnelle.

Ce qui m’a le plus plu et marqué, cependant, était de vivre cette aventure aux côtés d’autres membres du CIERA – et promis, on ne me force pas à dire cela. Non seulement les communications des membres du CIERA étaient, en toute modestie, parmi les meilleures que j’ai pu entendre lors du congrès, mais c’était une véritable joie que de pouvoir parler avec d’autres jeunes chercheurs et chercheuses de France, un certain soulagement de comprendre qu’on connaît les mêmes difficultés (et parfois succès), et une grande satisfaction de découvrir d’autres recherches que la sienne. Les sorties avec les membres du CIERA ont créé des amitiés que j’ai hâte de consolider à de futures occasions. Grâce à ces rencontres en particulier, je suis parti de ce congrès beaucoup plus confiant vis-à-vis de mon futur dans la recherche et heureux de me trouver au sein d’une communauté de chercheurs et chercheuses aussi solidaire et bienveillante.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.